Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Byzance et le monde extérieur

 | 
Michel Balard
, 
Élisabeth Malamut
, 
Jean-Michel Spieser
, 
et al.

Les Occidentaux dans les villes de province de l’Empire byzantin

Introduction

Michel Balard

Texte intégral

1« La Romanie vénitienne », « La Romanie génoise »... Les historiens qui se sont intéressés à la pénétration des marchands occidentaux dans l’Empire byzantin ont surtout porté leur regard vers Constantinople. C’est dans la capitale de l’Empire que se discerne la présence des Amalfitains et des Vénitiens dès le milieu du xe siècle ; c’est dans la « reine des villes » que l’on vient acquérir les objets de luxe, soieries, portes de bronze, objets liturgiques, qui manifestent l’habileté suprême des artisans de la capitale et sont activement recherchés par les églises ou les communes d’Occident. C’est là encore que se forment les premières colonies stables de marchands italiens, reconnues par les basileis et dotées de privilèges de plus en plus élargis, à mesure que décline la puissance politique de l’Empire et qu’augmente son besoin de recourir aux services, pas toujours désintéressés, des Latins. Chrysobulles, procès-verbaux d’installation, instructions aux ambassadeurs, requêtes de dédommagements, actes de la pratique rédigés par des notaires, tous ces textes détaillent à loisir les conditions de l’installation et les activités des Occidentaux établis dans la capitale de l’Empire. Ils démontrent comment Génois et Vénitiens ont progressivement constitué un État dans l’État byzantin, comment aussi les autres communautés occidentales ont arraché à un pouvoir byzantin déliquescent des avantages commerciaux de plus en plus grands, au détriment des marchands byzantins eux-mêmes. La documentation et, par conséquent, l’étude historique, se focalisent sur Constantinople.

2Mais la capitale n’est pas tout l’Empire. Les villes de province et les îles offrent des ressources variées, les ports des possibilités d’escale, dont auraient tort de se priver ces « bourgeois conquérants » des xie-xiie siècles que sont les marchands des républiques maritimes italiennes. Malheureusement, à l’exception peut-être de Durazzo, la documentation sur leur présence dans les provinces byzantines est beaucoup plus rare et diffuse. Premier obstacle à une synthèse, les lacunes de la documentation nous condamnent-elles à reprendre des faits connus, à élaborer un exposé à multiples facettes, sans autre unité que le libellé du sujet, mais avec toute la diversité que comporte l’histoire souvent divergente des provinces byzantines à partir du xiie siècle ? Comment donner un sens à des micro-histoires ? Comment même les écrire à partir de traces documentaires évanescentes ? Peut-on à partir de la mention d’un seul marchand occidental dans une ville de province affirmer que celle-ci est régulièrement fréquentée par d’autres de ses concitoyens ?

3Faute d’unité spatiale, la chronologie de l’expansion occidentale rapproche les diverses provinces de l’Empire. En effet, la plupart des témoignages sur la présence des Occidentaux en dehors de Constantinople sont postérieurs au célèbre chrysobulle de 1082 accordé à Venise. A deux exceptions près : Durazzo et la Crète. En effet, aussi bien les miracles de San Zeno au début du xie siècle que l’Alexiade d’Anne Comnène insistent sur la présence d’Amalfitains et de Vénitiens au cours du xie siècle dans la ville qui commande le débouché de la célèbre Via Egnatia. Des Vénitiens, venus par voie de terre chercher du blé, rencontrent des Grecs sur le port de Durazzo, tandis que l’existence d’une église Sainte-Marie des Amalfitains atteste une communauté marchande solidement établie. En ce qui concerne la Crète, deux documents des archives de Venise et de la Geniza du Caire évoquent le chargement de navires vénitien et génois en Crète au cours du xie siècle. C’est bien peu. Il faut attendre la période des Comnènes qui, à en juger par la documentation vénitienne surtout, semble avoir été l’âge d’or de la pénétration occidentale dans les provinces de l’Empire : Thèbes, Corinthe, Sparte, Thessalonique, Halmyros, Rodosto, deux ports chypriotes - Limassol et Paphos - ainsi que les escales de Crète voient des visites ponctuelles de marchands occidentaux, à défaut d’un établissement permanent qui ne viendra qu’après la Quatrième Croisade ou même après le rétablissement des Paléologues à Constantinople. Les provinces balkaniques s’intègrent alors à un vaste réseau de commerce triangulaire reliant l’Occident, Byzance et le Proche-Orient entre eux, tandis que s’étendent les opérations des marchands occidentaux dans un espace impérial de plus en plus large. Il y aurait lieu de s’interroger sur l’impact du chrysobulle de 1198 accordé par Alexis III Ange à Venise : est-ce la constatation d’une véritable présence vénitienne dans un nombre important de localités impériales ? d’un premier contrôle des Occidentaux sur les voies transbalkaniques ? ou au contraire traduit-il l’effort du basileus pour planifier une expansion rendue inévitable par la situation politique de l’Empire et surtout par la puissance du réseau commercial vénitien ? La Partitio Romanie de 1204 vient en tout cas confirmer l’intérêt de la Sérénissime pour les places maritimes de l’Empire, situées sur les routes du grand commerce international.

4C’est aussi à partir de la capitale que s’effectuent les premiers voyages des Occidentaux vers les provinces byzantines. Constantinople représente en effet l’étape indispensable vers le reste de l’Empire. Toute présence occidentale dans les provinces est conditionnée par l’existence d’une petite communauté sur les rives du Bosphore ; c’est dire qu’au cours du xiie siècle, Vénitiens, Pisans et Génois sont les principaux acteurs de l’expansion occidentale dans les provinces byzantines. En gagnant Constantinople par mer, armateurs et marchands s’arrêtent dans les villes du littoral balkanique, y renouvellent leur approvisionnement, apprennent à y mener des affaires. Il n’y a pas lieu de s’étonner si les villes portuaires de province voient arriver les marchands occidentaux bien plus tôt que les villes de l’intérieur, même celles qui sont situées sur les axes routiers transbalkaniques. Dans ces places, les hommes d’affaires occidentaux pratiquent la sous-traitance, confiant à des Grecs, des Ragusains ou des Slaves le ramassage des produits de l’intérieur et leur acheminement vers la côte, où viennent les charger nefs et galères des Latins. Le meilleur exemple en est sans doute le ramassage des grains de Thrace par les Vénitiens dès la fin du xie siècle. Escales et étapes d’un réseau commercial, ces mêmes villes portuaires n’accueillent pas cependant de communauté occidentale organisée avant longtemps. Il faut attendre la fin du xiiie siècle pour voir apparaître des consuls génois et vénitiens à Thessalonique, tandis que dans le Péloponnèse les marchands italiens arrivent à la suite des conquérants francs de la Morée ; Clarence est tout au long du xive siècle leur principal point d’attache, avec Coron et Modon, les deux colonies vénitiennes issues du partage de 1204, dont le rôle stratégique est bien connu. Quant à Thessalonique, la domination de Boniface de Montferrat à partir de 1204 suffit à attirer clercs et marchands latins. Ici, comme en Grèce centrale, l’impact de la Quatrième Croisade se révèle déterminant.

5La découverte des îles est pratiquement contemporaine. Si les documents de la Geniza et quelques actes vénitiens évoquent des escales de marchands occidentaux en Crète et en Chypre, les premières installations durables ne sont pas antérieures à l’extrême fin du xiie ou même au début du xiiie siècle : la cession de Chypre aux Templiers puis aux Lusignan a sans doute favorisé l’accès des Occidentaux vers la Terre sainte et servi d’escale aux marchands. Quant à la Crète, les premiers temps de la conquête sont trop connus pour que l’on y insiste : vente de l’île par Boniface de Montferrat aux Vénitiens, entreprises d’Enrico Pescatore soutenu par les Génois, organisation de la colonisation vénitienne par la concessio Crete de 1211 qui fixe les cadres de la présence occidentale, une fois achevée la pacification de l’île. A la même date, une petite communauté vénitienne s’installe à Négrepont. Chio, au cœur de la mer Égée, ne semble pas avoir accueilli d’Occidentaux, avant que Benedetto Zaccaria n’en obtienne la concession en 1304 pour protéger l’acheminement de l’alun de Phocée. Les régions pontiques ont connu après 1204 quelques incursions des Vénitiens, qui se sont installés sans grand espoir de profit à Soldaïa, mais il faut attendre les années 1270-1280 pour qu’une véritable colonisation se développe, avec Caffa d’abord, puis Tana et Trébizonde, sans parler des bouches du Danube ou du littoral septentrional de l’Anatolie.

6Toutes les régions de l’Empire intéressées par la présence des marchands occidentaux n’ont pu être traitées au cours de la séance plénière du Congrès des Études byzantines. Un choix a été fait, en fonction des compétences des participants. La zone balkanique a sans doute été la première à être visitée par les Occidentaux, qui y recherchaient un certain nombre de matières premières ou de produits alimentaires. Il appartenait à David Jacoby, auteur de nombreuses études sur le Péloponnèse byzantin et sur le commerce de la soie, de donner une synthèse de nos connaissances sur la pénétration commerciale des Occidentaux dans les Balkans avant 1204. Dans le bassin oriental de la Méditerranée, l’île de Chypre échappe au pouvoir de l’Empire à la fin du xiie siècle, lorsque Richard Cœur de Lion, sur la route de la Troisième Croisade, s’en empare et la livre aux Templiers d’abord, à Guy de Lusignan ensuite. Catherine Otten réunit l’ensemble des témoignages sur la présence occidentale à Chypre avant et dans les premiers temps de l’occupation franque.

7Laura Balletto nous transporte à la fin du xiiie siècle, lorsque les frères Zaccaria s’efforcent d’organiser l’exploitation des alunières de Chio et obtiennent d’Andronic II Paléologue la concession temporaire de l’île de Chio, afin de protéger des pirates turcs l’acheminement du précieux minerai jusqu’en Occident. Avec Manuela Dobre, nous passons à Thessalonique, la seconde ville de l’Empire, qui, au tournant des xive et xve siècles, hésite entre les dominations ottomane et vénitienne, faute de pouvoir être défendue par les forces déclinantes de l’Empire. Les textes grecs ici réunis montrent quelle idée les habitants se faisaient des Latins, et plus particulièrement des Vénitiens. Sergej Karpov, éminent spécialiste de l’histoire de la mer Noire, nous livre le fruit de ses longues recherches dans les archives de Venise. Les actes notariés de Tana, heureusement retrouvés, permettent d’évaluer la population occidentale du comptoir vénitien, situé au débouché d’une des routes mongoles. Anna Talyzina, sur les traces de son maître Sergej Karpov, s’intéresse à l’un de ces notaires vénitiens instrumentant aux bouches du Don et lui attribue une origine anglaise. Enfin Krijnie Ciggaar relève l’importance des échanges culturels entre l’Occident latin et l’Empire, grâce à l’étude de quelques traductions.

8Il y aurait lieu de s’interroger sur les causes de cette rapide diffusion des marchands occidentaux dans les provinces byzantines. Les exposés qui suivent démontrent que ceux-ci recherchaient des denrées alimentaires - blé, huile, fromage – et les coûteuses soieries, et de plus en plus de matières premières, telles que la soie brute ou des produits tinctoriaux. L’accroissement de la demande occidentale s’explique par la rapide croissance démographique des villes italiennes, souvent dépourvues de ressources alimentaires suffisantes et contraintes de fournir à leur artisanat en plein essor les matières premières que leur environnement seul ne peut produire : soie, laine et coton surtout. De sorte que l’expansion occidentale vers les provinces byzantines est l’indice d’un profond renversement des équilibres économiques jusqu’ici établis : les Latins recherchent moins les produits de luxe de l’industrie byzantine, qu’ils trouvaient jusqu’au xie siècle surtout à Constantinople, que les approvisionnements nécessaires à leur réseau urbain en forte croissance. La pénétration occidentale dans les provinces byzantines marque la mainmise d’une économie dominante sur une économie en voie d’affaissement.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.