Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosopher en France sous l’Occupation

 | 
Olivier Bloch

L’engagement résistant de Jean Cavaillès (1903-1944) : dispositions sociales et contexte de socialisation politique

Fabienne Federini

Texte intégral

Je remercie M. Olivier Bloch qui m’a proposé d’intervenir lors de son séminaire « Philosopher en France sous l’Occupation (1940-1944) ». Ce texte est la version remaniée de l’exposé oral du 26 janvier 2002. Je tiens également à souligner combien les contributions critiques de M. Bernard Lahire et de M. Laurent Douzou ont enrichi cet article. Merci à Benoît Falaize pour ses si précieuses indications et à Véronique David pour sa lecture attentive.

  • 2 Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès. Un philosophe dans la guerre (1903-1944), Guilvinec, Calligram (...)
  • 3 Michel Foucault, « La vie, l’expérience et la science », Revue de métaphysique et de morale, janvie (...)
  • 4 Georges Canguilhem, Vie et mort de Jean Cavaillès 1903-1944, Paris, Éditions Allia, 1996, p. 37.

1Comment expliquer que Jean Cavaillès2 dont la philosophie est « à la fois la plus théoricienne, la plus réglée sur des tâches spéculatives, la plus éloignée aussi des interrogations politiques immédiates3 » s’engage dans la résistance active en devenant « chef de réseau, chef d’agents de renseignements, de plastiqueurs, de saboteurs4 » ? Il n’est pas dans notre intention de répondre en quelques lignes à une aussi vaste question, car cela supposerait de s’interroger sur la nature et les modalités de cet engagement, sur les conditions du passage à faction ; autant de dimensions qui ne peuvent pas être analysées dans le cadre d’un simple article. On tentera juste d’aborder un aspect de ce qui peut constituer un début d’explication à l’action résistante de Jean Cavaillès, en s’intéressant plus particulièrement à son appartenance religieuse.

  • 5 Cf. Laurent Douzou, « L’entrée en résistance », dans Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histo (...)
  • 6 Ou comme « philosophe calviniste ». Alya Aglan, « La Résistance », dans Alyan Aglan, Jean-Pierre Az (...)
  • 7 Georges Canguilhem, camarade de l’École normale supérieure, ne l’a jamais entendu « se référer à sa (...)
  • 8 Comme l’a été par exemple Témoignage chrétien. René Bédarida, Les Armes de l’esprit. Témoignage chr (...)
  • 9 Un ami croyant de Jean Cavaillès écrit ceci au moment où il décide de rejoindre le maquis : « [...] (...)

2Pourquoi mettre en avant cet élément, en en faisant apparemment l’une des pierres angulaires de son action résistante ? Il ne s’agit pas ici d’accorder à cette variable religieuse un poids déterminant dans « l’entrée en résistance5 » de Jean Cavaillès. Il ne s’agit aucunement d’en faire une donnée statique, intangible, inaltérable, existant de toute éternité qui définirait ce dernier comme « protestant6 », l’enfermant ainsi dans une essence sociale à partir de laquelle son parcours, ses actions s’expliqueraient7. Ce n’est évidemment pas notre propos ; c’est d’autant moins notre propos que, contrairement à d’autres chrétiens, définis ou se définissant comme tels, Jean Cavaillès n’a pas rejoint un mouvement chrétien de résistance8. Il se place même à l’opposé de ce que certains peuvent considérer comme des « valeurs chrétiennes », puisqu’en organisant des actes de sabotages, il a employé directement la violence9.

3S’intéresser plus particulièrement à l’appartenance religieuse de Jean Cavaillès, c’est bien sûr essayer de saisir un des facteurs de sa socialisation familiale. L’appartenance religieuse est en effet l’un des systèmes idéologiques les plus fortement intégrateurs socialement en raison de la définition explicite d’interdits et d’une pratique qui, parce qu'elle est constituée de rites, impose des contraintes personnelles suffisamment fortes pour renforcer les interdits. C’est surtout tenter de restituer ce que fut la socialisation politique de Jean Cavaillès. En effet, il ne faut pas oublier que cet apprentissage se situe à une époque où il existe une étroite relation entre le religieux et le politique.

I. La mémoire familiale de jean cavaillès : une mémoire protestante ayant une forte dimension politique en france au début du xxe siècle

  • 10 Selon l’expression de Mme Gabrielle Ferrières. Entretien avec l’auteure du 9 mars 2000.

4Le père de Jean Cavaillès, officier de carrière, est protestant, sinon « depuis toujours10 », du moins depuis les Camisards. Le grand-père paternel, Élysée Cavaillès, originaire de Tarn, était précepteur des frères de sa future femme, Emma Malan. C’était un homme cultivé.

  • 11 Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 17-18.

Son foyer toujours ouvert à tous accueillit une génération entière de jeunes gens et de pasteurs qui aimaient la société et sollicitaient ses conseils. Le peintre Deveria, les Schlumberger et des intellectuels anglais fixés à Pau étaient aussi ses amis11.

5La grand-mère paternelle, Emma Malan, était la sœur d’Eugène Casalis, fondateur des missions protestantes. Elle était la seconde de quinze enfants. Du côté maternel, c’est le grand-père, officier d’infanterie coloniale, issu d’une famille d’industriels parisiens, qui, malade, se convertit au protestantisme à la suite d’une rencontre avec un pasteur. À sa mort, son épouse resta fidèle à sa volonté en élevant ses quatre enfants dans la religion protestante et ce, malgré une famille et une belle-famille aux traditions profondément catholiques.

  • 12 La mémoire, c’est « le souvenir ou l’ensemble des souvenirs conscients ou non, d’une expérience véc (...)
  • 13 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, Paris, Albin Michel, collection « Bibliothèque de l’évolu (...)
  • 14 Annick Percheron remarque ainsi qu’au sein des familles, le maintien des traditions passe par les f (...)
  • 15 Mme Gabrielle Ferrières raconte dans son livre comment la famille Malan coupable d’avoir dès le xvi(...)
  • 16 Le grand-père paternel rappelait ainsi que « sa maison avait servi de cachette pour les pasteurs du (...)
  • 17 Pour en illustrer, et en mesurer la violence, on citera cet extrait de la conférence prononcée en 1 (...)
  • 18 Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 9 mars 2000.
  • 19 « Quand on a reçu une éducation religieuse comme celle que nous ont donnée nos parents, quand on es (...)

6Cette appartenance religieuse relève de deux niveaux intrinsèquement liés. Le premier est d’ordre collectif, ou social, en ce qu’il renvoie à la mémoire12 même des protestants, « mémoire collective qui ne retient du passé que ce qui est encore vivant ou capable de vivre dans la conscience du groupe qui l’entretient13 » ; le second niveau est d’ordre plus strictement privé, relevant de la sphère familiale puisqu’il a trait à l’instruction religieuse de Jean Cavaillès et de sa sœur. Il semble que l’agent principal qui assura la transmission de toute cette mémoire fut la grand-mère paternelle14, Emma Malan qui « chaque année venait à Mont-de-Marsan pour d’assez longs séjours ». L’exil15, les persécutions religieuses16 et la résistance aux pouvoirs politiques et catholiques marquent ainsi une histoire familiale dont le symbole le plus fort et le plus frappant semble être le sacrifice de la comtesse Malan de Mérindol qui fut enterrée vivante au xvie siècle parce qu'elle refusait d’abjurer sa foi. Cette mémoire collective s’inscrit aussi dans le cadre historique plus large, celui d’un anti-protestantisme qui sévit tout au long du xixe siècle jusqu’au début du xxe siècle17. Ainsi, bien que grandissant dans un contexte historique marqué à la fois par l’instauration de la laïcité scolaire (les lois Ferry), par la séparation de l’Église (catholique) et de l’État (en 1905) et par l’avènement d’un régime politique (la République) garantissant notamment la neutralité (religieuse) de l’État, Jean Cavaillès est néanmoins confronté dans les petites villes provinciales où est affecté son père à des préjugés extrêmement tenaces à l’encontre des protestants. C’est ainsi qu’à Mont-de-Marsan, en raison de ses bons résultats scolaires, il est « parfois jalousé voire rejeté. Un étranger qui a le prix d’excellence, c’était difficile à accepter18 ». Cette identité protestante se trouve aussi renforcée par l’éducation qu’il reçoit au sein de sa famille ; une famille nucléaire très unie qui a des liens distendus avec les collatéraux (oncles et tantes notamment) en raison des mutations successives de son père et d’un éloignement géographique rendant les visites familiales espacées ; une éducation religieuse que la sœur de Jean Cavaillès qualifie de « rigoriste » avec « des prières matin, midi et soir18 ». D’après elle, son frère en a été marqué19.

  • 20 Annick Percheron, « La transmission des valeurs », dans François de Singly (dir.), La Famille, l’ét (...)
  • 21 Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 14.
  • 22 Annick Percheron, La Socialisation politique, Paris, Armand Colin, 1993, p. 121-122.
  • 23 Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 9 mars 2000.
  • 24 Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 13 mars 2000.

7Selon Annick Percheron20, la transmission des valeurs est d’autant plus efficace que les messages sont homogènes et que les parents détiennent certaines capacités sociales à les transmettre, capacités liées à leur degré d’instruction, à leur intérêt manifesté pour la politique, à leur appartenance religieuse ainsi qu’à un fort attachement à leur métier. La famille de Jean Cavaillès paraît réunir ces conditions optimales de transmission. Issu d’un milieu lettré, son père qui était bachelier détenait sans doute de réelles capacités scolaires pour envisager Saint-Cyr si sa famille, profondément antimilitariste, ne s’y était fermement opposée. Quant à sa mère, elle possédait une culture générale suffisamment solide pour se charger elle-même de l’éducation scolaire (au niveau primaire) et musicale de ses enfants. Par ailleurs, nous savons que Jean Cavaillès évolue dans un milieu où l'on s’intéresse à la vie publique, où l’on évoque devant les enfants les sujets politiques d’actualité (notamment la guerre de 1914-1918), même si on ne parle pas politique avec eux. C’est une famille où les convictions politiques et l'attachement à la République sont clairement affirmés. « C’est auprès de notre père que Jean apprit tout d’abord à aimer son pays. Je nous revois encore tout petits assistant à la revue du 14 juillet21. » Que représente la République à l’époque des parents de Jean Cavaillès ? La République s’inscrit dans une histoire longue et conflictuelle : de la Révolution de 1789 à la Commune de Paris en passant par l’éphémère Seconde République de 1848. C’est un régime fragile (l’amendement Wallon établissant la IIIe République a été votée grâce à une voix de majorité), violemment contesté par la droite, l'Action française et les ligues. Ce sont aussi des principes : l’affirmation des Droits de l’homme et du citoyen, la défense républicaine et la laïcité de l’État. C’est enfin l’instauration de l’école républicaine. À cette conception de la République est liée une certaine représentation de la démocratie à la fois politique, c’est-à-dire représentative et parlementaire, et sociale avec la prise en compte de la contestation ouvrière (instauration du droit de grève et légalité des syndicats ouvriers). Or, adhérer, ou non, à la République revêt encore à cette époque une signification politique. En effet depuis la Révolution française, l’opposition entre les républicains et tous les autres a toujours, plus ou moins, coïncidé avec le clivage politique gauche-droite ; l’appartenance à la religion catholique dominante ou à des groupes minoritaires, sécularisés ou non, le renforçant22. C’est ainsi que le père de Jean Cavaillès, républicain, dreyfusard23 et protestant pratiquant, se situait à gauche ; et même si on ne connaît pas précisément son identification partisane, on peut penser qu’il était radical, son fils étant, semble-t-il24, plus à gauche que lui.

  • 25 La notion de cycle de vie souvent utilisée par les démographes et par les sociologues de la famille (...)

8Toutefois, la transmission familiale, qu'elle ait ou non un contenu explicitement politique, n’épuise pas les mécanismes d’explication des croyances et attitudes politiques, même si elle offre des possibilités de lectures et de réactions à des événements politiques. En cela, la socialisation politique n’est ni un apprentissage de comportements tous faits, prêts à l’emploi, qui permettrait de connaître avec exactitude les préférences politiques voire les votes de demain, ni une simple accumulation familiale de connaissances politiques. Elle est un processus social dynamique par lequel l’enfant s’approprie les valeurs et les normes « héritées » de sa famille. C’est ainsi que tout au long du cycle de vie25, il contribuera à en enrichir le contenu et l’usage grâce à l’expérience qu’il aura acquise au sein des différents milieux sociaux fréquentés (l’école, l’université, le cadre professionnel).

II. La mise en pratique de sa socialisation politique par jean cavaillès à travers ses articles publiés dans les revues politiques des années 1930

  • 26 Gabrielle Ferrières, Cavaillès..., op. cit., p. 23.

9Bien avant sa réussite au concours d’entrée de l’École normale supérieure en 1923, Jean Cavaillès est envoyé en Allemagne par son père au cours des vacances scolaires de 1921 en vue de « développer ce don des langues qu’il prétendait ne pas posséder »26. Hébergé par une famille allemande, installée en Rhénanie qui est à l’époque occupée par l’armée française, il découvre dans les discussions politiques qu’il a avec ses hôtes la mentalité allemande de l’après-Première Guerre mondiale :

[...] [le fils] me faisait l’éloge d’Hindenburg, dont j’ai vu le portrait dans son bureau et le soir même, il me débitait toutes les calomnies possibles contre les noirs et les troupes d’occupation. La présence des soldats parfois arrogants les froisse, les impôts et les billets de logement les irritent contre nous et ils ne peuvent pas digérer d’avoir été vaincus. [...] Quant à la République indépendante, à moins que les Lippmann différent beaucoup du reste des Rhénans, il n’y a rien à faire : ils ne peuvent pas supporter l’idée de ne pas appartenir à une grande nation, de n’être plus forts.

10Lors d’une visite à Heidelberg, il aura une autre conversation avec deux Allemands :

  • 27 Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 23-26.

Le matin, j’avais eu une prise de bec assez violente dans le train avec deux Prussiens qui m’avaient successivement déclaré que l’Allemagne n’avait pas été vaincue, que les seules atrocités de la guerre avaient été commises par nos troupes noires et que dans quatre ans, les Allemands prendraient leur revanche [...]27.

  • 28 Brigitte Mazon, « La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France (1925-1940) », Revue (...)
  • 29 Jean Cavaillès, « Un mouvement des jeunes en Allemagne », Annales de l’Université de Paris, tome 7, (...)
  • 30 « C’est-à-dire la bande d’Hitler. Ce sont des démagogues fascistes, mais tout comme Mussolini, qui (...)
  • 31 « Éducation morale et laïcité », Foi et Vie, cahier B no 2, 16 janvier 1928, p. 1-14 et Foi et Vie,(...)
  • 32 « Crise du protestantisme allemand », Esprit, no 25, 1933, p. 306-316 ; « Le conflit à l’intérieur (...)
  • 33 Cette revue catholique a été fondée par Charles Flory en 1927. Soutenue par la maison Bloud et Gay, (...)
  • 34 Fondée en 1887 par le pasteur Gédéon Chastand à la suite d’une réflexion sur la misère ouvrière, ce (...)
  • 35 « Revue internationale », Esprit est né en octobre 1932 sur l’initiative de Georges Izard, André Dé (...)
  • 36 L’association « La Paix par le droit » qui a donné son nom à la revue est dirigée par Théodore Ruys (...)

11Jean Cavaillès se rendra ainsi régulièrement en Allemagne pour avancer ses recherches en philosophie des mathématiques, mais aussi parce qu’il obtient du comité Rockefeller28 une bourse d’une année pour mener un travail sur les mouvements de jeunesse, dont il rendra compte en 1932 dans les Annales de l'Université de Paris29. Au début des années trente, il suivra avec inquiétude la montée en puissance des « nationaux-socialistes30 ». C’est d’ailleurs au moment où la menace nazie se fera plus précise qu’il abandonnera ses réflexions théologiques31 pour des articles32 ayant une dimension plus politique. Il les publiera dans des revues que l’on peut qualifier de « sociales chrétiennes », en ce qu’elles sont plus politiques que chrétiennes. Il s’agit de Politique33, de Christianisme social34, d’Esprit35 et de la Paix par le droit36.

  • 37 Jean Cavaillès, « Crise du protestantisme allemand », article cité, p. 309.
  • 38 Jean Cavaillès, « Le conflit à l’intérieur du protestantisme allemand », article cité, p. 183.
  • 39 Karl Barth (1886-1968) est un théologien suisse enseignant en Allemagne dans les années 1920-1930. (...)
  • 40 Jean Cavaillès, « Crise du protestantisme allemand », article cité, p. 309.
  • 41 Ibid., p. 310.

12À travers la crise du protestantisme allemand survenue après l’arrivée d’Hitler au pouvoir en janvier 1933, Jean Cavaillès entend révéler la nature même du nazisme. Il voit ainsi dans la victoire à la majorité des deux tiers des « chrétiens allemands », qui sont proches du parti national-socialiste au point de se nommer eux-mêmes les « bataillons d’assaut de Jésus-Christ37 », l’écroulement du dernier rempart opposé au nazisme, cette « borne naturelle de tout État, même de l’État total38 » dont parlait Karl Barth39 pour désigner « l’Église et la Théologie ». Il indique aussi les conséquences déjà perceptibles qu’implique un tel succès que ce soit l’exclusion de tout pasteur qui ne soit pas de « pur-sang aryen » (disposition qui, souligne Cavaillès, a été étendue aux « personnes non ecclésiastiques, fonctionnaires ou employés des églises40 »), la proscription des manifestations « d’un esprit bourgeois chrétien » comme « (le) pacifisme, (l’)internationalisme, la franc-maçonnerie » ou bien encore la perception, et la négation, du christianisme social comme « remorque du marxisme »41.

  • 42 Ibid., p. 314.
  • 43 Jean Cavaillès, « Un mouvement des jeunes en Allemagne », article cité, p. 158-159.
  • 44 Ibid., p. 314.

13Cette crise du protestantisme allemand donne également l’occasion à Jean Cavaillès de s’interroger sur la place, et sur l’action, du chrétien dans un monde dominé par la force brutale et la violence nazie. Pour ce faire, il analyse la stratégie adoptée par Karl Barth pendant les années 1920. Tout en reconnaissant que sa « théologie dialectique » « fut capable d’ériger une philosophie de l’histoire qui ne dût rien au monde et représenta une réponse originale au christianisme », Jean Cavaillès précise que ce ne fut que de manière négative : « refus perpétuel à tous les projets humains », « vertigineux oubli de toute critique, de toute pensée moderne dans le retour à la lettre de la Bible ». De plus, d’un « accès intellectuel assez ardu », cette théologie est « incompréhensible au peuple » et « détourne de lui42 ». Source aussi « d’erreurs d’interprétations », elle conduit les « disciples jusqu’à une sorte de quiétisme ou tout au moins de passivité pratique, scandale pour les éléments jeunes impatients de construire43 ». Par ailleurs, en préférant les spéculations intemporelles sur la transcendance divine, – « refusant de bâtir ici-bas une Cité de Dieu » –, en n’admettant aucun partage ni avec les hauts personnages ecclésiastiques, ni avec le nationalisme religieux, et en récusant toute alliance avec les partis de droite ou de gauche, cette doctrine, en tant que recherche de la pureté de la parole théologique, ne rend finalement « son action possible d’une façon durable que sur une élite ». Enfin, elle semble inadaptée aux circonstances économiques et politiques de l’époque. Selon Jean Cavaillès, « la masse réclame autre chose depuis quinze ans, une doctrine qui lui montre la route, une eschatologie de son avenir » (Jean Cavaillès, « Crise du protestantisme », article cité, p. 313). En ne trouvant pas chez les chrétiens ce qu’elle espérait, la « masse » s’est alors tournée vers d’autres organisations qui lui semblaient mieux répondre à ses attentes, en l’occurrence le mouvement national-socialiste. L’auteur souligne ainsi que face aux problèmes que posait l’immédiat après-guerre, Karl Barth, plus préoccupé de théologie que de réalité, a non seulement confié à d’autres le soin de répondre au désarroi du peuple allemand mais bien pire, il a laissé ses épigones, ses disciples barrer la route aux « socialistes religieux » sous prétexte qu’ils ternissaient la pureté de la doctrine alors qu’ils s’efforçaient d’unir foi et réalité. Jean Cavaillès évoque ainsi le cas d’un de leurs chefs les plus actifs qui est devenu communiste en 1931 et qui, pour cette raison, fut exclu du corps pastoral44.

  • 45 C’est pourquoi, il nous semble difficile de fonder l’activité résistante de Jean Cavaillès tant sur (...)
  • 46 Revue protestante fondée par Paul Doumergue et Benjamin Couve en 1898, elle s’inscrit jusqu’en 1931 (...)
  • 47 Patrick Cabanel, « Pasteurs en Cévennes. Veillées d’arme face à l’antisémitisme : le mouvement du c (...)
  • 48 Gédéon Chastand, Revue du christianisme social, no 3, juillet-août 1937, p. 11.

14Pour bien saisir la portée de ces critiques45, il faut savoir quelles sont formulées à un moment où la révolution barthienne produit ses effets en France avec notamment l’investissement de la revue Foi et Vie46 par les partisans de Karl Barth. On peut noter qu’en plusieurs de ses points, l’analyse de Jean Cavaillès converge avec celle des chrétiens sociaux. Eux aussi voient dans la théologie dialectique, « trop dédaigneuse des valeurs humaines et de l’esprit moderne », « le type même du refus de tout engagement47 » ; le pasteur Wilfred Monod reprochant à Karl Barth son « dédain de l’histoire » et sa perception de Dieu comme « volonté pure » qui conduit à un « pessimisme fondamental » et ne peut manquer de détourner des affaires de la cité. Toutes ces réserves formulées à l’encontre de la théologie barthienne renvoient d’ailleurs à la raison même de la création du christianisme social, à savoir le rejet « d’un protestantisme perdu dans les hautes sphères spirituelles, loin des réalités de la vie48 ».

15En 1934, Jean Cavaillès cesse de collaborer à des revues politiques. Est-ce par désintérêt politique ? Il ne semble pas puisque son camarade de promotion, Georges Friedmann, souligne combien il continuait à être concerné par les affaires du monde.

  • 49 Georges Friedmann, « Au-delà de “l’engagement” : Marc Bloch, Jean Cavaillès », Europe (24), no 10, (...)

Demeuré à l’École normale comme « caïman » (agrégé-répétiteur) de philosophie, nous l’y rencontrions, à nos passages à Paris, de plus en plus absorbé dans ses spéculations. En apparence seulement : un mot marquait soudain que (Jean Cavaillès) était toujours présent aux plus pressants et concrets problèmes de l’homme de notre temps et que sa méditation sur les sommets les plus élevés, les théories les plus désincarnées de la connaissance ne l’éloignaient pas des graves questions qui, entre les deux guerres, ne pouvaient cesser d’étreindre un esprit authentiquement philosophique49.

  • 50 Jacques Poujol, Protestants dans la France en guerre (1939-1945). Dictionnaire thématique et biogra (...)
  • 51 Nicole Racine, « Les années d’apprentissage », dans Alyan Aglan, Jean-Pierre Azéma (dir.), Jean Cav (...)

16Est-ce parce que son travail de thèse l'absorbe de plus en plus ? C’est possible mais ce n’est pas l’unique raison de son silence. Certains y voient une rupture avec la théologie protestante contemporaine de plus en plus dominée par le barthisme50 ; d’autres y perçoivent un refus du militantisme51. Nous risquons ici une autre interprétation.

  • 52 Gérard Mauger, L’Âge des classements. Sociologie de la jeunesse, Paris, Éditions du CNRS, 1998.
  • 53 Contraintes que Jean Cavaillès avait mal supportées au point qu’après un premier échec au concours (...)
  • 54 « Il ne voulait pas de poste de professeur dans un lycée. Il n’en a jamais eu envie. Il n’est pas e (...)
  • 55 Jeanne Bouglé dira après la guerre que « Jean Cavaillès était l’un des élèves préférés de son père (...)
  • 56 Après son service militaire (1927-1928), il devient secrétaire archiviste dans le Centre de documen (...)
  • 57 Pour ses premiers écrits philosophiques, se référer à : Jean Cavaillès, « Le Cercle de Vienne au Co (...)

171934 annonce la fin de la « jeunesse » de Jean Cavaillès, c’est-à-dire la fin d’une période de transition longue de dix ans (1923-1936) pendant laquelle ce dernier se trouve en état « d’apesanteur sociale52 » entre d’une part une condition sociale initiale, définie par son origine sociale et par sa position scolaire (l’entrée à l’École normale supérieure marquant effectivement pour Jean Cavaillès l’affranchissement de sa famille (internat) et des contraintes de la khâgne53) et d’autre part, une situation sociale future, marquée par son insertion professionnelle avec l’exercice de son métier de professeur. En effet, bien qu’agrégé de philosophie depuis 1927, Jean Cavaillès ne se résout pas à devenir professeur du secondaire54. Bénéficiant de son statut de cacique de la promotion de 1923 et du soutien de Célestin Bouglé55, il demeure au sein de l’École normale supérieure où il occupe différents postes56 jusqu’en octobre 1936, date de sa nomination comme professeur de philosophie au lycée d’Amiens. Tout se passe alors comme si en quittant cette situation « d’indétermination sociale », Jean Cavaillès mettait fin également à un type de pratique sociale et de sociabilité qui lui était intrinsèquement lié. On constate ainsi qu’il cesse sa collaboration aux revues politiques au moment même où ses premiers articles universitaires paraissent dans les principales revues de philosophie57. Sa soutenance de thèse en janvier 1938 parachève son insertion professionnelle en lui permettant d’être nommé à 35 ans maître de conférences à la faculté des lettres de l’université de Strasbourg. L’entrée dans la vie active de Jean Cavaillès marque donc bien la fin d’un « temps en suspension » lié à sa condition sociale d’étudiant et, avec elle, la fin d’une certaine forme d’engagement.

  • 58 En collaboration avec Raymond Aron et Albert Lautman, il crée chez l’éditeur Hermann en janvier 193 (...)
  • 59 Expression de Jean Cavaillès reprise par Léon Brunschvicg. Lettre du 14 octobre 1939, pièce 19, « C (...)

18Toutefois, cette intégration professionnelle qui se double d’un investissement dans l’édition universitaire58 ne le tient pas éloigné des événements et des enjeux politiques de son temps. Jean Cavaillès demeure en effet extrêmement préoccupé par le contexte international, notamment par ce qui se passe en Allemagne. Désireux de poursuivre le combat contre le nazisme qu’il a commencé avec ses articles, il entend le faire désormais de manière différente, en privilégiant les actes aux écrits. Fort de son expérience allemande, a-t-il déjà compris combien la parole, même théologique, est dérisoire face à cette force brutale, à « cette catastrophe de chemin de fer59 » qu’est le nazisme ? Sans doute aussi, a-t-il vu dans l’expulsion de Karl Barth par les nazis en 1935 les limites d’une opposition reposant sur la seule puissance du discours ? Sa mobilisation s’inscrit dès lors dans un cadre plus largement collectif. Il prend part ainsi à la manifestation du 12 février qui suit l’émeute antiparlementaire du 6 février 1934. Il soutient le Front populaire en se mêlant à la foule.

  • 60 Lettre du 8 mai 1936 reproduite par Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès…, op. cit., p. 106.

En rentrant dimanche soir, je suis tombé sur la grande foule qui regardait les résultats des élections projetés lumineusement par Le Matin. C’étaient les mêmes gens spontanés et gais de la place de la Nation, le 12 février. Souvent de l’esprit – contraste avec la place de l’Opéra, où s’étaient groupés tous les petits-bourgeois et jeunes patriotes insolents [...]60.

  • 61 « L’idée de partir dans les brigades internationales l’effleure mais sans plus, il avait autre chos (...)
  • 62 Jacques Debû-Bridel, La Résistance intellectuelle, Paris, Julliard, 1970, p. 137.

19Il exprime l’envie de s’enrôler dans les brigades internationales pour aller combattre en Espagne61, mais sa thèse le retient. À Strasbourg, il adhère au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes au sein duquel il rencontre René Capitant62. Il crée même avec quelques collègues une sorte de comité pour aider les enfants réfugiés d’Allemagne :

  • 63 Entretien avec Mme Lucie Aubrac, 18 mars 2000.

Un certain nombre de professeurs avait monté à la faculté [de Strasbourg] une espèce d’aide intellectuelle pour les enfants de turcs. Il y avait à l’époque beaucoup de turcs qui arrivaient à Strasbourg pour être employés comme dockers. Parmi ces professeurs, il y avait [...] Cavaillès [...]. On a donné un peu dans le monde d’entraide vis-à-vis des étrangers et puis on a beaucoup vu, accueilli les uns et les autres chez soi des allemands, des réfugiés politiques, des juifs63.

  • 64 « Officier d’une haute valeur morale, [il] a donné sur une position particulièrement difficile, à p (...)
  • 65 « Il sentait venir la guerre à un moment où personne n’y croyait. Il n’était pas pacifiste. Il étai (...)
  • 66 Lettre à ses parents du 16 mars 1939, Archives nationales, section contemporaine.

20Ainsi, à la veille d’une guerre qu’il mènera sur le front comme officier, rapportant deux citations militaires pour ses courageuses initiatives64, il est prêt à agir65. « Depuis hier soir on se partage [...] entre la rage impuissante et la répulsion66. »

21C’est donc dans la période d’avant-guerre, et non en juin 1940, que l’on peut trouver les prémices de la rupture de Jean Cavaillès avec le répertoire traditionnel d’interventions publiques des « intellectuels », à savoir l’écrit sous quelque forme qu’il se présente. Convaincu dès 1934 de passer à un mode plus collectif et plus offensif d’actions pour lutter contre le danger nazi, il sera, une fois la défaite prononcée et l’occupation allemande effective, parmi les premiers à être partisan non seulement de poursuivre la guerre contre l’Allemagne nazie, mais de le faire au moyen d’actions qu’il jugera plus efficaces que la simple et seule propagande politique : le renseignement et les sabotages.

Publications de jean cavaillès

Les écrits de Jean Cavaillès sur la logique et la philosophie des sciences publiés de son vivant

221935 : « Le Cercle de Vienne au Congrès de Prague », Paris, Revue de métaphysique et de morale, 42, p. 137-149.

231937 : « Logique mathématique et syllogisme », Paris, Revue philosophique de la France et de l’étranger, 123, p. 163-175.

241937 : Briefwechsel Cantor-Dedekind, en collaboration avec Emmy Noether, Paris, Hermann, collection « Actualités scientifiques et industrielles, no 518.

251937 : « Réflexions sur le fondement des mathématiques », Travaux du IXe Congrès international de philosophie, tome VI, Paris, Hermann, collection « Actualités scientifiques et industrielles », no 535, p. 136-139.

261938 : Remarques sur la formation de la théorie abstraite des ensembles. Étude historique et critique, Paris, Hermann, collection « Actualités scientifiques et industrielles », no 606 et 607.

271938 : Méthode axiomatique et formalisme. Essai sur le problème du fondement des mathématiques, Paris, Hermann, collection « Actualités scientifiques et industrielles », no 608, 609 et 610.

281939 : (en coll. avec Albert Lautman), « La pensée mathématique », conférence publiée en 1946, Paris, Bulletin de la société française de philosophie, 40-1, p. 1-39.

291939 : « Contribution à la discussion d’une conférence de F. Gonseth aux entretiens d’Amersfoort », Conceptions modernes de la raison, Paris, Hermann, collection « Actualités scientifiques et industrielles », no 850, p. 40-43.

301940 : « Du collectif au pari », Revue de métaphysique et de morale, no 47, p. 139-163.

Publications posthumes et rééditions

311947 : Transfini et continu, Paris, Hermann.

321947 : Sur la logique et la théorie de la science, édité par Georges Canguilhem et Charles Ehresmann, 2e éd. avec une préface de Gaston Bachelard, Paris, Presses universitaires de France, 1960.

331949 : « Mathématiques et formalisme », édité par Georges Canguilhem, Paris, Revue internationale de philosophie, 3, no 8, p. 3-9.

341981 : Méthode axiomatique et formalisme. Essai sur le problème du fondement des mathématiques, avec une introduction de Jean-Toussaint Desanti et une préface de Henri Cartan, Paris, Hermann.

351994 : Œuvres complètes de philosophie des sciences, présentation de Bruno Huisman, suivi de In Memoriam par Georges Canguilhem, Paris, Hermann.

Les autres écrits de Jean Cavaillès

361925 : Réponse à l’enquête intitulée « La jeunesse protestante et l’avenir du protestantisme en France », 1er février, Foi et Vie, Cahier A, p. 130-135.

371928 : « Au fil des livres : la philosophie de Plotin », Foi et Vie, 31 (20), Cahier A, p. 1167-1175.

381928 : « Éducation morale et laïcité », Foi et Vie, cahier B no 2, 16 janvier, p. 1-14 ; Foi et Vie, cahier B no 3, 1er février, p. 17-29.

391931 : « Œcuménisme et missions », Cahiers de Foi et Vie. 1. Le monde non chrétien, p. 45-58.

401932 : « Un mouvement des jeunes en Allemagne », Annales de l’Université de Paris, tome 7, no 2, p. 148-174.

411933 : « Crise du protestantisme allemand », Esprit, no 25, p. 306-316. 1933 : « L’Allemagne et le Reichstag », La Paix par le droit, tome 42, no 9, p. 385-396.

421934 : « Les conflits à l’intérieur du protestantisme allemand », Politique, no 2, p. 179-183.

431934 :« La crise de l’église protestante allemande », Politique, no 12, p. 1036-1042.

441940 : Hommage à Célestin Bouglé, Annales de l’Université de Paris, tome 15, no 1.

Notes

2 Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès. Un philosophe dans la guerre (1903-1944), Guilvinec, Calligrammes Bernard Guillemot, 1996 ; Laurent Douzou, « Jean Cavaillès, un itinéraire résistant hors du commun », Philosophia Scientiae, 3 (1), 1998, p. 139-155.

3 Michel Foucault, « La vie, l’expérience et la science », Revue de métaphysique et de morale, janvier-mars 1985, p. 3-14.

4 Georges Canguilhem, Vie et mort de Jean Cavaillès 1903-1944, Paris, Éditions Allia, 1996, p. 37.

5 Cf. Laurent Douzou, « L’entrée en résistance », dans Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Éditions de l’Atelier, collection « Mouvement social », 1997, p. 9-20.

6 Ou comme « philosophe calviniste ». Alya Aglan, « La Résistance », dans Alyan Aglan, Jean-Pierre Azéma (dir.), Jean Cavaillès résistant. Ou la pensée en actes, Paris, Flammarion, 2002, p. 136.

7 Georges Canguilhem, camarade de l’École normale supérieure, ne l’a jamais entendu « se référer à sa foi pour s’expliquer et se justifier », dans Mémorial des années 1939-1945, « Publications de la faculté des lettres de Strasbourg », fascicule 103, Paris, Les Belles Lettres, 1947, p. 150.

8 Comme l’a été par exemple Témoignage chrétien. René Bédarida, Les Armes de l’esprit. Témoignage chrétien 1941-1944, Paris, Éditions ouvrières, 1977.

9 Un ami croyant de Jean Cavaillès écrit ceci au moment où il décide de rejoindre le maquis : « [...] je Lui demande... qu’il me pardonne mes fautes et cette décision que je prends librement aujourd’hui car, je le sais, le recours délibéré à la violence a besoin d’être pardonné ». Lettre de Jacques Monod (1903-1944) reproduite dans Le Semeur, novembre 1944.

10 Selon l’expression de Mme Gabrielle Ferrières. Entretien avec l’auteure du 9 mars 2000.

11 Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 17-18.

12 La mémoire, c’est « le souvenir ou l’ensemble des souvenirs conscients ou non, d’une expérience vécue et/ou mythifiée par une collectivité vivante », Marie-Claire Lavabre, « Génération et mémoire », dans Association française de Sciences politiques, Congrès des 22/23/24 octobre 1981, Paris.

13 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, Paris, Albin Michel, collection « Bibliothèque de l’évolution de l’humanité », 1997, p. 131.

14 Annick Percheron remarque ainsi qu’au sein des familles, le maintien des traditions passe par les femmes, notamment par les grands-mères. Ce sont elles très souvent qui perpétuent non seulement l’histoire et les traditions de leur propre famille mais aussi celles de leur belle-famille. Annick Percheron, « Socialisation et tradition : transmission et invention du politique », Pouvoirs, no 42, 1987, p. 43-52.

15 Mme Gabrielle Ferrières raconte dans son livre comment la famille Malan coupable d’avoir dès le xvie siècle embrassé la religion protestante fut chassée des Alpes du Lubéron, terre de ses ancêtres par les persécutions religieuses. Elle se dispersa. Certains se réfugièrent au Piémont, d’autres en Angleterre, d’autres enfin en Hollande. C’est le père d’Emma Malan qui décida de revenir en France et de s’installer dans le Béarn.

16 Le grand-père paternel rappelait ainsi que « sa maison avait servi de cachette pour les pasteurs du Désert ». Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 18-19.

17 Pour en illustrer, et en mesurer la violence, on citera cet extrait de la conférence prononcée en 1895 par le publiciste parisien, Georges Thiébaut : « s’hypnotiser sur la question juive, c’est faire le jeu en France d’un autre élément ethnique, politique et religieux, autrement accapareur, autrement actif et puissant désormais [...] le péril protestant [...]. » Jean Baubérot, Valentine Zuber, Une Haine oubliée. L’anti-protestantisme avant le « pacte laïque » (1870-1905), Paris, Albin Michel, collection « Sciences des religions », 2000, p. 17-18.

18 Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 9 mars 2000.

19 « Quand on a reçu une éducation religieuse comme celle que nous ont donnée nos parents, quand on est marqué de leur sceau, on ne sait jamais exactement où l’on est. » Propos de Jean Cavaillès reproduits dans Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 101.

20 Annick Percheron, « La transmission des valeurs », dans François de Singly (dir.), La Famille, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, collection « Textes à l’appui », série Sociologie, 1991, p. 183-193.

21 Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 14.

22 Annick Percheron, La Socialisation politique, Paris, Armand Colin, 1993, p. 121-122.

23 Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 9 mars 2000.

24 Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 13 mars 2000.

25 La notion de cycle de vie souvent utilisée par les démographes et par les sociologues de la famille, repose sur l’idée que la vie d’un individu se compose de différentes périodes clés : la période de l’enfance, celle des études, celle de l’intégration professionnelle, etc. À chacune de ces étapes sociales correspond un contexte social, historique, politique qu’il convient également de prendre en compte.

26 Gabrielle Ferrières, Cavaillès..., op. cit., p. 23.

27 Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 23-26.

28 Brigitte Mazon, « La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France (1925-1940) », Revue française de sociologie, 26-2, mars-avril 1985, p. 311-342.

29 Jean Cavaillès, « Un mouvement des jeunes en Allemagne », Annales de l’Université de Paris, tome 7, no 2, p. 148-174.

30 « C’est-à-dire la bande d’Hitler. Ce sont des démagogues fascistes, mais tout comme Mussolini, qui prétendent avoir un programme social avancé. Je ne crois pas que sauf peut-être en quelques endroits, [...] ils aient beaucoup de succès auprès des ouvriers ; mais les paysans, très touchés aussi par la crise économique, votent en masse pour eux. » Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 66-67.

31 « Éducation morale et laïcité », Foi et Vie, cahier B no 2, 16 janvier 1928, p. 1-14 et Foi et Vie, cahier B no 3, 1er février 1928, p. 17-29 ; « Œcuménisme et missions », Cahiers de Foi et Vie. 1. Le Monde non chrétien, 1931, p. 45-58.

32 « Crise du protestantisme allemand », Esprit, no 25, 1933, p. 306-316 ; « Le conflit à l’intérieur du protestantisme allemand », Politique, no 2, 1934, p. 179-183 ; « La crise de l’église protestante allemande », Politique, no 12, 1934, p. 1036-1042.

33 Cette revue catholique a été fondée par Charles Flory en 1927. Soutenue par la maison Bloud et Gay, elle s’inscrit dans la mouvance démocrate chrétienne.

34 Fondée en 1887 par le pasteur Gédéon Chastand à la suite d’une réflexion sur la misère ouvrière, cette revue est dirigée de 1909 à 1940 par Élie Gounelle, figure du christianisme social protestant.

35 « Revue internationale », Esprit est né en octobre 1932 sur l’initiative de Georges Izard, André Déléage, Louis-Émile Galey et Emmanuel Mounier qui en est le directeur. Cette revue ne s’inscrit pas dans la lignée démocrate chrétienne qu'elle dénonce, mais souhaite renouveler la pensée politique française des années 1930 par le personnalisme.

36 L’association « La Paix par le droit » qui a donné son nom à la revue est dirigée par Théodore Ruyssen, professeur de philosophie à la faculté de Bordeaux. Constituée de juristes protestants d’extrême gauche, elle se situe plutôt dans la mouvance du christianisme social.

37 Jean Cavaillès, « Crise du protestantisme allemand », article cité, p. 309.

38 Jean Cavaillès, « Le conflit à l’intérieur du protestantisme allemand », article cité, p. 183.

39 Karl Barth (1886-1968) est un théologien suisse enseignant en Allemagne dans les années 1920-1930. Installé à Bonn, il dénonce d’emblée la prétention du parti nazi de régenter, par « chrétiens allemands » interposés, les Églises protestantes allemandes. Refusant de prêter serment à Hitler, il est suspendu d’enseignement par le gouvernement allemand et est expulsé d’Allemagne en 1935.

40 Jean Cavaillès, « Crise du protestantisme allemand », article cité, p. 309.

41 Ibid., p. 310.

42 Ibid., p. 314.

43 Jean Cavaillès, « Un mouvement des jeunes en Allemagne », article cité, p. 158-159.

44 Ibid., p. 314.

45 C’est pourquoi, il nous semble difficile de fonder l’activité résistante de Jean Cavaillès tant sur la théologie dialectique de Karl Barth que sur la « résistance » du pasteur suisse durant ces années-là. L’opposition de Karl Barth à l’encontre des chrétiens allemands, notamment à travers la déclaration de Barmen du 31 mai 1934, porte plus sur la contamination de l’Église, de la Parole de Dieu par une idéologie qui lui est étrangère que sur le régime national-socialiste lui-même. À cette époque (1934-1935), il estime en effet qu’il faut laisser leur chance aux nazis et qu’à cet égard, l’Église doit garder sa neutralité. La lutte de Karl Barth contre la nature même du nazisme ne commencera réellement qu’en 1938. Sur ce point de controverse, cf. Gerhard Heizmann, « L’engagement de Jean Cavaillès : philosophie et résistance », dans Philippe Soulez (dir.), La Guerre et les philosophes de la fin des années 20 aux années 50, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 1992, p. 145-154.

46 Revue protestante fondée par Paul Doumergue et Benjamin Couve en 1898, elle s’inscrit jusqu’en 1931 dans la mouvance du christianisme social. À partir de cette date, elle est dirigée par Pierre Maury, admirateur de Karl Barth et de sa théologie.

47 Patrick Cabanel, « Pasteurs en Cévennes. Veillées d’arme face à l’antisémitisme : le mouvement du christianisme social (1933-1940) », dans Philippe Joutard, Jacques Poujol, Patrick Cabanel (dir.), Cévennes. Terre de refuge. 1940-1944, Montpellier, Presses du Languedoc, 1994, p. 213-225.

48 Gédéon Chastand, Revue du christianisme social, no 3, juillet-août 1937, p. 11.

49 Georges Friedmann, « Au-delà de “l’engagement” : Marc Bloch, Jean Cavaillès », Europe (24), no 10, octobre 1946, p. 35.

50 Jacques Poujol, Protestants dans la France en guerre (1939-1945). Dictionnaire thématique et biographique, Paris, Éditions de Paris/Max Chaleil, p. 91-95

51 Nicole Racine, « Les années d’apprentissage », dans Alyan Aglan, Jean-Pierre Azéma (dir.), Jean Cavaillès résistant..., op. cit., p. 69.

52 Gérard Mauger, L’Âge des classements. Sociologie de la jeunesse, Paris, Éditions du CNRS, 1998.

53 Contraintes que Jean Cavaillès avait mal supportées au point qu’après un premier échec au concours d’entrée à l’École normale supérieure en 1922, il avait demandé l’autorisation de préparer seul la seconde année. « [À l’École normale supérieure], il se sent plus libre pour étudier, pour s’organiser comme il le souhaitait, pour réfléchir, pour orienter ses études vers ce qu’il souhaite faire sans jamais faire de choix entre philosophie et sciences. » Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 13 mars 2000.

54 « Il ne voulait pas de poste de professeur dans un lycée. Il n’en a jamais eu envie. Il n’est pas entré à Normale pour faire du professorat. Il voulait faire de la philosophie et des sciences. » Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 20 mars 2000.

55 Jeanne Bouglé dira après la guerre que « Jean Cavaillès était l’un des élèves préférés de son père (Célestin Bouglé). » Marie Granet, Cohors-Asturies. Histoire d’un réseau de résistance 1942-1944, Bordeaux, Éditions des Cahiers de la Résistance, 1974, note 10, p. 5.

56 Après son service militaire (1927-1928), il devient secrétaire archiviste dans le Centre de documentation sociale de Célestin Bouglé (1928-1929). Puis il obtient sa bourse de la fondation Rockefeller et part étudier en Allemagne (1929-1930). Il devient agrégé-répétiteur de philosophie à l’École normale supérieure (1930-1936).

57 Pour ses premiers écrits philosophiques, se référer à : Jean Cavaillès, « Le Cercle de Vienne au Congrès de Prague », Revue de métaphysique et de morale, no 42, 1935, p. 137-149 ; « Logique mathématique et syllogisme », Revue philosophique de la France et de l’étranger, no 123, 1937, p. 163-175.

58 En collaboration avec Raymond Aron et Albert Lautman, il crée chez l’éditeur Hermann en janvier 1938 une collection intitulée « Essais philosophiques ». Seul le premier numéro paraîtra avant la guerre. Il sera rédigé par Albert Lautman.

59 Expression de Jean Cavaillès reprise par Léon Brunschvicg. Lettre du 14 octobre 1939, pièce 19, « Correspondants divers », Fonds Jean Cavaillès, École normale supérieure.

60 Lettre du 8 mai 1936 reproduite par Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès…, op. cit., p. 106.

61 « L’idée de partir dans les brigades internationales l’effleure mais sans plus, il avait autre chose à faire, à finir. » Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 30 mars 2000. Cf. aussi cet extrait de lettre adressée à Albert Lautman : « [...] Nous sommes un peu jeunes et nous n’avons pas été à la guerre. Les histoires espagnoles, ici toutes proches, fournissent à rêver. » Gabrielle Ferrières, Jean Cavaillès..., op. cit., p. 116.

62 Jacques Debû-Bridel, La Résistance intellectuelle, Paris, Julliard, 1970, p. 137.

63 Entretien avec Mme Lucie Aubrac, 18 mars 2000.

64 « Officier d’une haute valeur morale, [il] a donné sur une position particulièrement difficile, à plusieurs reprises attaquées par l’ennemi, l’exemple d’un courage et d’un sang froid remarquable. [Il] a effectué volontairement plusieurs patrouilles, rapportant des renseignements et du matériel ennemi. » Ordre no 3 du 25 janvier 1940 du Général commandant l’infanterie divisionnaire de la 6e division coloniale, Journal officiel du 30 juin 1941, p. 202. Pièce 37, « Papiers officiels », Fonds Jean Cavaillès, École normale supérieure.

65 « Il sentait venir la guerre à un moment où personne n’y croyait. Il n’était pas pacifiste. Il était patriote. Il n’aimait pas la guerre mais il était prêt à la faire. » Entretien avec Mme Gabrielle Ferrières, 3 avril 2000.

66 Lettre à ses parents du 16 mars 1939, Archives nationales, section contemporaine.

Auteur

Doctorante en sociologie, détachée auprès du Groupe de recherches sur la socialisation.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540