Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosopher en France sous l’Occupation

 | 
Olivier Bloch

Paul-Yves Nizan (1905-1940)

Raymonde Caloghiris

Texte intégral

Pouvoir tout dire(Éluard).
Tout savoir pour écrire (Camus).

1Pourquoi évoquer en ce séminaire Paul-Yves Nizan, né en 1905 ?

Il meurt en 1940 d’une balle explosive allemande à Recques-sur-Hem.

Sur sa tombe sera gravé (en 1956) : « Interprète et agent de liaison, mort pour la France. »

L’histoire et la philosophie, à l’époque contemporaine, l’ont totalement marqué.

Approchons ce drame (au sens choisi par Politzer).

I. Le cadre

2En 1919 est créée la Société des Nations (qui prend ses décisions à l’unanimité).

3En 1926, l’Allemagne sera admise à la SDN.

4Briand, en 1928, proclame la guerre « hors la loi ».

5En mai 1935, un traité d’assistance mutuelle franco-soviétique est signé.

6Mais Hitler, dès 1933, chancelier, a quitté la SDN et réarmera.

7Léon Blum, lui, optera pour une nouvelle politique sociale et culturelle.

8La non-intervention, lors de la guerre d’Espagne, n’est guère compensée par la dissolution des Croix-de-Feu.

9Dès juin 1937, le gouvernement de Front populaire est renversé.

10En mars 1938, l’armée allemande entre en Autriche.

11On connaît la suite : le Pacte germano-soviétique après le « drôle d’été » 1939.

II. La famille de nizan. sa vie

12Nous les approchons grâce à ses écrits : Les chiens de garde, Antoine Bloyé, Aden Arabie, Chronique de septembre, – grâce à ses multiples interventions, dans journaux et revues, – grâce à sa correspondance avec Henriette Alphen (Rirette).

13Au temps de Louis-Philippe, l’arrière-grand-père de Paul-Yves Nizan est ouvrier à l’arsenal de Lorient.

14Son père, à l’âge de quinze ans, fait, l’été, des journées de quatorze heures, aux Chantiers de la Loire.

15Ce Pierre Nizan souffre de la misère sociale de ses parents (sa mère savait peu lire). Remarqué par un instituteur, il obtiendra le certificat d’études, le brevet élémentaire, le baccalauréat, et réussit à l’examen d’entrée à l’École des arts et métiers d’Angers.

16Pierre épouse la fille d’un ingénieur des chemins de fer (catholique pratiquante).

17Le couple perd une fille de sept ans. Paul-Yves la « remplacera » près d’une mère surprotectrice et s’attache à son père, ingénieur, à Périgueux, lors de grandes promenades qui sont des « Leçons de choses ».

18Mais impliqué dans une affaire de malfaçon d’obus, Pierre Nizan est rétrogradé et muté en banlieue sud de Paris. Entre Vitry et Choisy, la fumée des chaudières, le fleuve et les voies ferrées, les tas de charbon, Paul-Yves rend sa mère responsable d’une vie mièvre faite de messes et de broderies. Son père, dépressif, ne dialogue plus. Les livres vont être la vie.

19Au printemps 1916, voici l’enfant à Paris, interne au lycée Henri-IV en 5e A. Il obtient plus de prix que l’externe Jean-Paul Sartre...

20Après la classe de philosophie-lettres et une préparatoire, il est en 1924 reçu rue d’Ulm, où il « cultive des scrupules à cause de la philosophie de M. Bergson » – « À l’École, j’ai traversé des groupes divers sans jeter l’ancre nulle part. »

III. Travaux

21D’octobre 1923 à janvier 1924, dans la Revue sans titres, paraissent des articles de René Maheu, Sartre, Nizan, Pierre Mendès-France. Ils dénoncent la détresse de l’Europe et le conformisme de la génération Bleu-Horizon. Lucien Herr est l’une des forces du mouvement socialiste.

22Nizan a découvert – avant Sartre – Husserl et Heidegger. Pour Alcan, tous deux lisent Jaspers : La Psycho-pathologie générale. Lors de nombreuses visites à Sainte-Anne, Nizan est confronté au scientisme de médecins et aux recherches de philosophes. D’autre part, il fréquente le musée de l’Homme. Politzer lui aussi parle de l’enseignement de Marcel Mauss. L’Occident croit dominer le monde.

23Sur le plan privé, en décembre 1924, Nizan rencontre au bal de Normale supérieure Henriette Alphen, pas encore bachelière. Ils découvrent qu’ils ont regardé panthéoniser Jaurès. Le père de Rirette est employé de banque et violoniste, son frère fait carrière au cinéma.

24Au printemps 1926, un certain M. Besse, négociant anglais d’origine française, cherche dans l’élite des jeunes intellectuels un précepteur pour son fils. Nizan rejoint cette famille en Ecosse au mois d’août, et s’embarque pour Port-Saïd, débarquant à Aden en novembre. Les dates sont importantes. Entre le vécu : vie aseptisée des Blancs, boys, voiture, le négoce et Djibouti (en 1927), il s’intéresse au cuivre, au café, aux devises et au pétrole. C’est seulement en 1930 qu’il écrit le pamphlet Aden-Arabie, loin du mythe de l’exotisme.

251929-1930 : service militaire et agrégation de philosophie.

26Jean Guéhenno, directeur de la revue Europe, a publié des bonnes feuilles de Aden-Arabie. Dans la revue Bifur (huit numéros entre 1929 et 1931), Nizan présente ses chroniques concernant Joyce, Varèse, Michel Leiris, Max Ernst.

27Les ouvrages Les Chiens de garde et Cheval de Troie entretiennent des polémiques : la bourgeoisie prépare canons et navires – la santé de la Révolution russe comporte la mort de la bourgeoisie, « il faudrait descendre dans la rue pour des coups de poing et des coups de couteau ». La philosophie idéaliste énonce des vérités sur l’Homme, alors que la carte de la répartition de la tuberculose dans Paris dit comment des hommes meurent. Monsieur Brunschvicg parle de la naïve arrogance de Marx. Monsieur Lalande est un penseur d’Etat. La Philosophie en soi n’existe pas plus que le Cheval en soi.

28L’année scolaire 1931-1932 a vu Nizan enseignant au lycée Lalande à Bourg-en-Bresse : en classe aucun prosélytisme, en ville il fait créer un comité de chômeurs, et, en un travail militant, est candidat aux législatives des 1er et 8 mai 1932. Tandis qu’une campagne de presse le traite de « Messie rouge », multiplie les appels au rectorat et au ministère : « quelle œuvre utile on ferait en l’envoyant philosopher ailleurs » !

29L’année suivante, permanent du Parti, il œuvre à la librairie de L’Humanité, à l’École du soir (fondée par G. Cogniot). Chroniqueur aux principaux organes du Parti, Ce Soir, Clarté, Vendredi, il est formé par Gabriel Péri.

30Cependant, l’année 1934 est passée à Moscou (ce voyage, vu comme récompense et encouragement). Il s’agit entre autres de préparer le prochain congrès avec les compagnons de route. L’URSS adhère à la SDN. Des vacances dans le Caucase font l’objet, au retour, de textes enthousiastes : « Des pays où on pouvait enfin ne plus rougir d’être un Blanc ».

31Mais, lui qui rêve de l’homme nouveau, pose à des jeunes Soviétiques la question cruciale à ses yeux : Avez-vous encore peur de la mort ? La réponse est : oui.

32En septembre 1937, le voici accrédité à la SDN – Genève – ce qui le conduit à Cracovie, Varsovie, Bucarest, Belgrade, Prague : où sont les moyens d’organiser la paix ?

33Le prix Interallié est attribué à l’automne 1938 à La Conspiration. Le dernier livre de Nizan paraît en mars 1939, Chronique de Septembre, une approche très documentée, jour par jour, presque heure par heure, « source irréfutable de l’histoire objective » constate Georges Sadoul.

34Nizan a vécu, avec sa femme, le métier de reporter durant la guerre d’Espagne. Il est monté au front.

35Le Pacte germano-soviétique entraîne chez lui une immense révolte.

36Il n’est pas seul à protester. Vingt-deux parlementaires rompent avec le Parti. Paul Langevin, Frédéric Joliot-Curie signent un manifeste « réprouvant la duplicité dans les relations internationales ». La lettre de rupture envoyée par Nizan à Jacques Duclos paraît dans le journal L’Œuvre.

37Après l’interdiction de Ce soir, avant le départ pour les armées, Paul-Yves Nizan se documente encore auprès de la presse anglaise. C’est en février 1940 qu’il devient interprète auprès du corps expéditionnaire britannique.

38Quand les Anglais perdent confiance dans le plan Weygand, il s’agit de sauver Dunkerque – et voici Recques-sur-Hem ; et la mort absurde survient.

39Les campagnes de calomnie ont duré longtemps.

40Ce sont les Cahiers libres de Maspero qui en 1960 révèlent les œuvres, alors qu’en 1955 Gallimard avait envoyé au pilon quatre cents exemplaires du Cheval de Troie.

41Dans les années 1960, Nizan est réinventé à travers Sartre et la guerre d’Algérie. Sa vie devient populaire en 1968 ? Une vie qui n’est « ni celle d’un traître, ni celle d’un héros ».

42Loin des légendes, il lisait, lui, les matérialistes de l’Antiquité. Depuis Epicure demeurent les questions : pourquoi les dieux ? La mort, quel sens ?

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.