Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosopher en France sous l’Occupation

 | 
Olivier Bloch

Le « cas » Esprit

La culture catholique en France pendant la période 1941-1944 : « entre espoir et détresse »

Santo Alessandro Arcoleo

Texte intégral

– 1 –

1En reprenant les vicissitudes de la revue Esprit, je ne veux pas m’engager dans l’analyse de l’itinéraire philosophique de son fondateur, Emmanuel Mounier, ni faire l’examen détaillé des ouvrages philosophiques parus en France pendant la période du deuxième conflit mondial dans le domaine de la « culture catholique ». Je voudrais exposer quelques éléments qui peuvent éclaircir la « culture catholique » française caractérisée par des tournants décisifs. Celui régressif qui n’envisage que le retour du principe d’autorité et de l’obédience absolue aux valeurs éthiques et religieuses, telles qu’elles ont été transmises par la tradition philosophique du Moyen Âge, reprises et élargies à la société et à la culture contemporaine à partir de la fin du XIXe siècle et proposées par les documents de la hiérarchie de l’Église ainsi que par la législation de l’État ; celui progressif qui se manifeste par l’engagement dans une politique ouverte aux formes du libéralisme et par la soutenance de doctrines sociales souhaitant la libération des travailleurs de toute forme d’aliénation. Cette culture « progressive », qui envisage un « nouvel humanisme », est proposée par des intellectuels catholiques voulant donner un nouvel élan au problème des hommes vis-à-vis des hommes, surtout dans leurs conditions sociales, éthiques, morales et religieuses.

– 2 –

2Je rappelle en synthèse les grands événements historiques, politiques et culturels qui ont marqué la période 1941-1944. Le rapport État français-Église catholique qui, après l’apaisement sous la présidence de Loubet s’était développé avec des hauts et des bas, atteint son « azimut » à l’époque du pape Pie XI. Déçu par la politique antilibérale des grands états européens, troublé par la réalité fasciste de l’Italie et de l’Espagne et par le nazisme de l’Allemagne et de l’Autriche, Pie XI trouve son interlocuteur privilégié dans la culture française qui lui donnait de grands espoirs de renouveau : entre autres Bernanos et Claudel pour la littérature, Gilson, Maritain, Marcel, Mounier pour la philosophie. La mort du pape en 1939 est un signe de l’effondrement de l’Europe qui se continue avec l’alliance militaire italo-allemande, l’invasion nazie de la Pologne, la déclaration de guerre à l’Angleterre et à la France et l’imprévisible alliance russo-allemande. La défaite immédiate de l’armée française et la naissance du gouvernement de Vichy conduisent la France vers deux réalités opposées : le nord du pays, avec la Belgique, est administré directement par l’Allemagne, tandis que le Sud est considéré « zone libre », dirigé par le maréchal Pétain.

3Alors que Pétain annonce la « révolution nationale », les premières ébauches des mouvements de résistance se développent, mais « l’âme révolutionnaire » est guidée par différentes idéologies marxistes-léninistes et catholico-progressistes, multiples et opposées les unes aux autres.

– 3 –

4Les grands courants de la tradition philosophique, desquels s’inspirent Mounier et les penseurs catholiques, sont l’augustinisme et le thomisme, modèles de l’organisation de l’État et des lois de la justice, ainsi que des grandes lignes de la Métaphysique à la recherche du problème de l’être et des rapports entre l’être et l’existence. La philosophie en France connaît sa « diaspora » : les représentants de la philosophie marxiste sont obligés de s’expatrier surtout vers la Russie, tandis que les catholiques constituent une véritable colonie en Amérique du Nord et surtout à New York, où A. Koyré avec le soutien de J. Maritain est à l’origine de l’école libre des Hautes Études. En France, la pensée philosophique se développe avec succès surtout dans le domaine de la tradition. Les grands philosophes du siècle, Bergson, Meyerson, Brunschvicg, Boutroux, ont donné leurs apports les plus importants dans les années 1919-1930. Les jeunes philosophes proposent d’une part, « la philosophie de l’esprit », comme l’appellent L. Lavelle et R. Le Senne en reprenant Ravaisson et Maine de Biran, et d’autre part « la philosophie de la science », domaine de G. Bachelard, et encore « la philosophie de l’action » de M. Blondel ainsi que le néothomisme de J. Maritain. De ces derniers provient la « philosophie catholique » de laquelle s’inspirent E. Mounier et ses compagnons, qui donnent dans la revue Esprit une méthodologie bien conçue permettant de saisir le message « humaniste » dont elle devient le porte-parole.

– 4 –

5Dans l’Avertissement, publié dans le premier numéro de la revue en 1932, Mounier énonce : « Nous ne ferons pas une concentration. Chacun de nous apporte une vision propre d’entendre et de continuer les paroles communes. » Il développe ces propos avec cohérence dans toutes ses interventions successives et nous incite à prendre conscience de notre liberté intérieure dans le chemin vers la vérité, presque voilée dans les « paroles communes ».

6Le but de la philosophie est d’atteindre à une vision de l’homme dans laquelle « l’esprit de vérité » n’est pas donné, mais continuellement recherché, à peu près envisagé et jamais entièrement acquis. Pour Mounier, la signification originaire de la « philosophie » est sagesse qui se mobilise vers la recherche de soi-même, qui lui échappe quand elle paraît être rejointe. L’Avertissement offre la voie du chemin intérieur de « ceux qui écoutent et interprètent les paroles communes » et L’image dévoile toute la richesse de la parole et sa fonctionnalité en rapport aux Œuvres et aux actions concrètes qui viennent de la réalité historique qui nous environne.

7Dans les différentes parties qui constituent la revue, les Chroniques expriment les tendances les plus communes et décrivent les réalités dans lesquelles sont plongées les hommes, tandis que les Œuvres s’y apparentent dans leur effort vers la liberté de la recherche. Les analyses « sur les évènements et les hommes » sont un tableau complet et un véritable dossier de ce temps dont les Confrontations sont l’expression de la « dialectique du raffront », surtout dans ces moments de détresse.

Droite, Gauche, il faudra écrire l’histoire de cette incompatibilité universelle et montrer à l’œuvre une opinion diffuse contraignant peu à peu dans cette double colonne toutes les valeurs spirituelles. Il y a des vertus de Droite : l’honneur, la mesure, la prudence, et des vertus de Gauche comme l’audace et la paix. La charité est à droite avec l’Académie, la religion, le ministère de la guerre, l’âme, Monsieur Bourget, le latin, l’économie libérale, le notaire et les familles. La justice est à gauche avec Picasso, les fonctionnaires, Monsieur Homais, l’hygiène sociale, le féminisme, la liberté et la psychologie expérimentale... (p. 7-8).

8Nous sommes nourris par une opinion commune qui présente une « vision suffisamment imprécise et sommaire pour prendre l’allure d’une loi historique » : c’est la loi de l’identification, du spirituel et du réactionnaire, car « ce qui naît à gauche naît contre l’esprit ». Mounier dénonce à droite le bloc constitué par propriété (capitalisme), famille (citadelle des fidélités et des vertus), patrie (fourreur national de la tendresse de la terre et du passé et forme d’égoïsme), religion (hypocrisie religieuse du poids de Dieu dans le cœur) ; à gauche, se trouve la majeure partie des forces nouvelles : le progrès social, le foisonnement des choses nouvelles en art et en littérature, et... l’immense flux du désir de la justice. Tout cela conduit à confondre le spirituel avec la réaction et ainsi, pour les trois quarts de sa vie, « l’esprit domiciliait à droite et résidait à gauche » (p. 9).

9Le programme de la revue est clair : d’abord, il s’agit de « rétablir l’esprit au-delà des mensonges des uns et des préjugés des autres dans sa véritable gravité ».

10Au préalable, il faut dissocier le spirituel des politiques et surtout d’une certaine irréalité qu’on appelle « la Droite ». Mounier continue à en nier la réalité spirituelle et à coordonner son propre ouvrage à des efforts proprement politiques, une politique qui doit garder « le bonheur, le confort, la prospérité de la cité » ainsi que l’épanouissement spirituel de l’homme.

Ce que nous combattons, ce n’est pas une cité inconfortable, c’est une cité mauvaise. Or tout péché vient de l’esprit, tout mal de la liberté. Notre action politique est donc l’organe de notre action spirituelle et non l’inverse [...] On connaît la formule saint-simonienne : substituer le gouvernement des choses au gouvernement des hommes [...] Le spirituel commande le politique et l’économique. L’esprit doit garder l’initiative et la maîtrise de ses buts qui vont à l’homme par-dessus de l’homme et non pas au bien-être (p. 11).

11Ces principes généraux déterminent le parcours de la revue pendant sa démarche à partir de 1932.

12En cette période, quelle était son attitude face au marxisme ? La réponse est très claire :

quand l’orthodoxie vient au monde avec les pensées prolétariennes il se produit un redressement de l’esprit. Mais auparavant et en dehors, toute activité spirituelle est une activité subjective, sans morsure sur le réel : non pas même une poésie, mais un ensemble de mythes biologiques traduits en une justification cohérente des instincts qui se cachent. La pensée n’est pas un moyen de peser sur le monde [...] n’a pas de passage réservé : elle avance, mêlée à une foule d’instincts, d’intérêts, de préjugés collectifs, d’entendements individuels.

13Il s’agit d’une « trahison de l’esprit » ! Selon Mounier, le marxisme ne marche pas en avant et constitue l’involution de l’histoire :

l’historicité marxiste n’est qu’un ininterrompu vide de création spirituelle ; vide qui révèle les limites de l’ordre. L’esprit seulement est cause de tout ordre et de tout désordre par son initiative ou son abandonnement.

14L’esprit donc peut éclairer l’histoire :

Filet solide et nuancé de lumière, tendu par-dessus le temps et les lieux, c’est lui qui éclaire à chaque montent le plan de l’histoire. Sans sa réflexion, la primauté du matériel nous apparaît ce qu'elle est, un désordre métaphysique et moral. Le marxisme n’est rien pour nous s’il n’est la physique de notre faute (p. 15).

15Jugement sévère qui s’étend uniquement aux thèses doctrinales car marxisme et christianisme ne se résument pas à une bataille horizontale entre opprimés et opprimants...

C’est un déchirement vertical au sein de la vie spirituelle de l’humanité [...] La méthode marxiste nous pousse à des vérités qu’elle détourne ou atrophie : elle nous aura peut-être sauvés de l’éloquence et de l’indifférence.

16Autour du mot esprit, toute signification métaphysique est exclue car il ne s’agit ni d’un réflexe biologique de justification, ni d’une hypothèse de structure... « C’est une réalité à laquelle il faut donner une adhésion totale qui dépasse, pénètre, engage les hommes tout entiers en les tirant au-delà d’eux-mêmes. » L’histoire de la philosophie nous donne plusieurs renseignements dans le domaine de l’esprit même si

parfois il s’agit de foules marginales de philosophies [...] Des idées suspendues dans le ciel de la Métaphysique, qui n’étaient pas capables de pouvoir engager cette cascade descendante qui, de la pensée à l’expression, de l’expression à l’enseignement, de l’enseignement à la vulgarisation, gagne par une voie plus ou moins fulgurante le cœur des masses (p. 16).

17La revue s’engage à soutenir le chemin rigoureux et difficile qui mène à la vérité en soulignant le rôle de la souffrance humaine face à la force. Elle nous propose des vérités difficiles et la dialectique entre « penser profond » et « penser public ». Mounier se réclame de la révolution et se définit :

double révolutionnaire au nom de l’esprit qui est le seul à pouvoir surpasser, en ce moment de paresse, la moisissure de ce monde.

18C’est un engagement actif car « agir, c’est gouverner et créer », principes qui sont clairement énoncés dans ses projets :

nous agirons pour ce que nous sommes, c’est la qualité du silence intérieur ; nous agissons pour en donner un témoignage : pour les milliers d’hommes qui n’ont pas encore désespéré (p. 23).

19En résumant en synthèse :

l’esprit de l’homme est le protagoniste absolu de la revue car, au sommet des problèmes, elle s’engage à mettre au premier plan l’homme, ses espoirs et ses désespoirs : alors l’esprit est attaché à la matière, à ses proches, à tout un univers mal connu des réalités spirituelles. Sa vocation n’est pas une vocation solitaire (p. 24).

20La revue se réclame d’un humanisme qui s’oppose à certaines formes de l’humanisme contemporain et souligne sa distance de la vision de l’homme de l’Antiquité païenne, marquée par le « manque » d’une amitié confiante entre la nature et l’homme. Par là, il se relie à la conception chrétienne qui pose l’homme au sommet de la nature dans le même rapport d’amitié. Après Descartes et Marx, s’est poursuivi le divorce qui conduit à une vision « mesquine » du monde où s’entremêlent le nouveau langage de l’argent, la métaphysique, la décadence sociale, le matérialisme et la vénalité. La « charnélité » du monde ne peut pas garantir le destin de l’homme car « sans la matière notre élan spirituel s’égarerait dans le rêve ou dans l’angoisse » ; sans l’esprit, la matière perd sa valeur et son bondissement.

21L’histoire nous a offert différents moments d’humanisme : celui abstrait de la Renaissance, dominé par la mystique de l’individu, celui, abstrait lui aussi, constitué en Russie, dominé par la mystique du collectif et enfin l’humanisme des deux derniers siècles, lié aux revendications qui se servent des termes liberté, autonomie, tolérance pour « couvrir le régime brutal des concurrences et des coups de force » (p. 33).

– 5 –

22Les lignes de l’Avertissement que nous avons proposées en partie anticipent les éléments idéologiques, philosophiques et politiques de la réalité du moment. Les arguments examinés au long des neuf années de la vie de la revue nous permettent de comprendre les révolutions doctrinales dans le domaine de la réalité culturelle. Mounier et ses compagnons n’ont pas cessé de dénoncer la politique apaisante des autorités gouvernementales vis-à-vis de l’idéologie de droite et du rigorisme religieux de l’Église de Rome. De leur côté, les philosophes « catholiques » ont proposé leurs thèses à partir des années 1931-1932 par L’Esprit de la philosophie médiévale de E. Gilson, Le Problème de la philosophie catholique de M. Blondel et La Notion de philosophie chrétienne de J. Maritain. La notion de « philosophie catholique » devient un lieu commun dans lequel s’engage tout homme voulant suivre le domaine du spirituel.

23Esprit et son fondateur proposent une « philosophie réflexive », qui recherche les éléments fondamentaux sur lesquels bâtir un ordre et des certitudes ouvertes à une nouvelle assurance. Le croyant, le philosophe et le théologien parlent du même Dieu, mais chacun propose sa thèse par son propre langage qui ne se réduit pas à celui des autres. La philosophie poursuit un domaine progressif de certitudes grâce à des connaissances métaphysiques, non provisoires et bâties sur des vérités, justifiées par la foi chez le croyant, et par l’intuition et l’esprit créatif chez l’artiste. Il s’agit d’une nouvelle méthodologie axée sur le solide pilier de la raison.

24Ces thèses, éparses et vulgarisées continuellement, progressent au fur et à mesure que les évènements politiques et sociaux deviennent plus troublants. Aucun problème de la société française contemporaine ne reste inconnu à Mounier et à son équipe : les exigences les plus profondes de l’homme, les réflexions sur les aspects de la compréhension, les explications des domaines presque inaccessibles de la connaissance les conduisent vers une forme de « métaphysique dévoilée », qui vient du mysticisme et se transforme en foi. Ce sont les moments qui apparaissent avec la plus grande clarté dans les pages de la revue à partir de 1939.

25Dans la détresse de sa deuxième détention du 29 avril 1942, Mounier envoie au secrétaire général de la police, le 19 juin 1942, une lettre qui, dénonçant sa grève de la faim, analyse son parcours à partir de la fondation de la revue. Il souligne que peut-être son arrestation est due à une équivoque : la découverte d’une liste de noms de juristes et techniciens prouvant son statut d’organisateur d’un mouvement clandestin. « C’est une imputation hautement fantaisiste pour qui connaît mon inaptitude totale à l’action politique et mes préoccupations journalières » ; elle naît de rumeurs d’antichambre, toutes-puissantes dans leur anonymat, mais absolument fausses et absurdes. Dans sa recherche de l’origine de ces rumeurs, il s’appuie sur l’interdiction de la revue en septembre 1940, interdiction suspendue depuis quelques jours au cours desquels le ministère des Affaires étrangères a souscrit 250 abonnements et, qu’en février 1941, le ministère de la Jeunesse l’a félicité au sujet d’un programme de Jeunesse publié sous sa signature. C’est dans ce climat qu’arrive, en août 1941, la décision brutale et non motivée de la suppression de la publication de la revue.

26C’est le moment où ce que nous appelons le « cas » Esprit explose dans tout son drame. Mounier explique les lignes générales des faits, en attribuant l’origine à des opinions mal étayées et presque mal connues sur son activité. Il n’attribue pas la décision du ministère à son engagement politique, car il se dit hors de la politique active et versé dans les problèmes religieux, philosophiques et sociologiques.

Ni les avenues du pouvoir, ni les dogmatismes politiques, ni les opinions brouillonnes, ni les agitations partisanes n’ont aucune chance de me trouver dans leurs environs.

27Esprit est bien différente des autres revues publiées dans cette période. Sa singularité réside dans sa conscience d’être la voie du renouveau culturel français axé sur la pluralité des cultures car aucun des évènements culturels de cette époque n’échappe à son attention. Il déclare :

Homme de gauche, me classe-t-on parfois, avec d’autant plus d’irritation que ma foi religieuse et ma fidélité à quelques traditions fondamentales ne sont pas habituellement situées dans cette direction.

28Les étiquettes ne résument pas les qualités d’un homme, il se moque des mots et explique :

Si homme de gauche désigne l’hostilité irréductible à la domination de l’argent, à l’inintelligence et à l’égoïsme sociaux, le souci de ceux qui n’ont plus d’espoir, la volonté de se placer dans la zone vivante et non dans la zone morte de son époque, alors je veux bien être un homme de gauche. Et si je traîne, en effet, cette étiquette, c’est parce que, depuis 1932, je parle avec quelque violence de révolution nécessaire et d’anticapitalisme [...] Mais si homme de gauche évoque une volonté de retour à des formes périmées de démagogie et de parlementarisme, à des partis veules ou décomposés, à des dogmatismes vides ou à certains hommes éperdus de médiocrité, je me compte parmi les jeunes français [...] qui feront en toute circonstance barrage à ces retours.

29Cette profession de foi a toujours été suivie par Mounier comme nous en témoignent les 200 pages publiées en 1938-1939 : « Bilan critique du Front populaire », « Fin du régime des partis » et « Critique radicale de la représentation parlementaire ». L’histoire de la France depuis 1932 révèle selon lui l’incapacité des politiciens socialistes qui ont gâché le mouvement ouvrier et syndical français, alors que leurs adversaires l’ont rejeté dans l’aigreur et dans la haine. Mounier envisage un parti politique démocratique car la véritable démocratie, née de la tradition française, ne se limite pas à une petite « républicaille politicienne ».

30Mounier, qui n’est pas un représentant d’un parti politique, veut s’engager dans l’explication idéologique des faits politiques et nous donne une véritable philosophie de la politique. Celle-ci est axée sur le « personnalisme », qui naît de l’espoir de revalorisation de la personne à l’intérieur des institutions.

La personne n’est qu'anarchie sans les communautés qui l’accomplissent ; on en fait encore un libéralisme à noble prétexte, alors que je ne sais pas ce que c’est que la personne sans les structures de la vérité et de l’ordre.

31Il conduit une « attaque en tenaille » à la fois contre l’esprit clérical et contre le cléricalisme de gauche, responsable selon lui de toute involution politique. Plusieurs fois, il propose l’idée d’une véritable démocratie chrétienne, déjà envisagée et presque développée dans la superficielle culture politique des années 1880-1940 ; les représentants de cette idée en ont donné un mauvais exemple car dans leurs preuves de bonne volonté, de désintéressement et de courage social, ils ont révélé le manque d’un véritable projet politique : les démocrates chrétiens d’avant-guerre peuvent être caractérisés par la faiblesse de leur sens politique, leur timidité sociale et leur étroite vision chrétienne. Cette longue et passionnelle « bataille » contre la médiocrité et l’indigence de l’esprit marque le moment de la fracture entre les sociétés politiques et religieuses de ce temps. Les politiciens de « métier » et les religieux réactionnaires plaident pour l’interdiction de la revue dont les sujets et les interventions étaient jugés complètement négatifs par rapport à la politique de l’État.

32Dans ce contexte, émerge le « cas » Esprit, apparemment limité à la dialectique culturelle, mais en réalité étroitement lié à la conscience civile et religieuse de la nation toute entière. Nous en avons une référence précise, le 20 août 1941, quand Paul Marion, secrétaire général à l’information et à la propagande du gouvernement de Vichy, en communique laconiquement à Mounier l’interdiction « en raison des tendances générales qu'elle manifeste ». C’est la condamnation de la vision de l’humanisme personnaliste rejeté par la politique et déprécié par la religion.

33La réponse de Mounier, envoyée aux abonnés et aux collaborateurs, accompagnée du texte de l’interdiction, explique que la censure est causée par un malentendu, mais qu’Esprit reste dans la conscience des Français une « unité audacieuse et fidèle » se révélant en tant que telle dans les articles parus dans les derniers numéros. Il parle aussi d’une « retraite » opérationnelle penchée vers la maturation de travaux et de projets qui resteront les guides de cette période de détresse. Il formule l’espoir de retrouver un jour tous ses fidèles collaborateurs et lecteurs qui comprendront que :

en tout lieu nous sommes des serviteurs de l’âme et de la cité française, en même temps que d’une Europe ayant trouvé son être et sa dignité.

Bibliographie

Bibliographie essentielle

Esprit, nos 1932-1941.

E. Mounier, Œuvres, tomes I-IV, Paris, Seuil, 1961.

Mounier et sa génération. Lettres, carnets et inédits, Paris, Seuil, 1956.

J. Boudic, « Emmanuel Mounier : de l’exil à la refondation de l’Esprit », La Revue des revues, 28, 2000, p. 3-22.

P. Labori, « Esprit en 1940 : des représentations du désastre », La Revue des revues, no 24, 1997.

M. Winock, Histoire politique de la revue Esprit, Paris, Seuil, 1996.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.