Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosopher en France sous l’Occupation

 | 
Olivier Bloch

Les ambitions déçues d’Anatole de Monzie

Florent Lillo

Texte intégral

  • 1 R. O. Paxton, La France de Vichy, Seuil, 1972.

1Dans sa typologie des ministres et grands commis de l'Etat ralliés de fait à Vichy, l’historien Paxton établit cinq têtes de colonnes : les notables, les techniciens, les hommes de gauche, les traditionalistes, et enfin les dissidents et minoritaires des principaux partis de la IIIe République agonisante1.

  • 2 Handourtzel et Buffet, La Collaboration à gauche aussi, Perrin, 1989.

2Deux autres historiens, Handourtzel et Buffet, distinguent quant à eux collaboration économique, collaboration d’Etat et participation idéologiquement motivée – ce qui permet d’insister sur les modalités de la collaboration davantage que sur la sociologie des individus2.

3Il est certes dans l’ordre des choses que les destinées individuelles révèlent des appartenances plus bigarrées, et débordent des catégories qui n’ont de valeur qu’idéal-typique. Envisagé sous le rapport de la singularité, l’itinéraire d’Anatole de Monzie est cependant exceptionnel, tant il donne l’impression de rendre caducs tous ces principes de classement.

4Avocat, quatorze fois ministre, loué pour ses compétences techniques et son art consommé de la négociation, décrit comme « socialiste indépendant », membre à ce titre des formations scissionnaires de la SFIO dès 1933, polygraphe et rédacteur d’instructions officielles, de Monzie est à lui seul un problème pour la sociologie des élites.

5Peut-on rendre raison de son parcours en dégageant une unité du point de vue des mobiles, des motivations ? La tâche n’est pas plus facile pour les historiens : d’accord sur quelques généralités, ils divergent très rapidement lorsqu’ils tentent de préciser les modalités de l’adhésion de Monzie à Vichy.

6Ainsi Paxton avance-t-il une proximité entre lui et Jacques Bardoux :

  • 3 Op. cit., p. 246.

Les députés conservateurs ne prennent pas non plus leur revanche en 1940. En minorité au Parlement depuis 1936, ils ont certes conduit l’attaque contre ce qu’ils se plaisaient à appeler « l’expérience marxiste de Blum en France » et ont tous voté les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940. Ils ne jouent cependant pas à Vichy le rôle que leur aurait valu une moindre oscillation du pendule3.

7Malheureusement, on ne sait pas en quel sens Paxton qualifie Monzie de conservateur. De sorte que Pascal Ory, dans un ouvrage contemporain de celui de Paxton, explique les choix de Monzie par sa proximité avec le journal de Charles Spinasse, Rouge et bleu, qui revendique au contraire une appartenance à la gauche :

  • 4 P. Ory, Les Collaborateurs, Seuil, 1976, p. 137.

La gauche manquait d’un hebdomadaire de bonne tenue [...]. Ainsi naît, le 1er novembre 1941, cette « revue de la pensée socialiste française », qui a choisi l’écarlate de la Révolution et l’azur blason de France pour concilier les inconciliables4.

8Monzie, socialiste et conservateur, ou socialiste conservateur ? Handourtzel évite l’oxymore en contextualisant les catégories politiques, mais la contradiction le rattrape néanmoins. Ainsi explique-t-il le ralliement de Monzie à Vichy par la proximité de la gauche fauriste avec la droite :

  • 5 Op cit., p. 39.

[elle] partage d’autant mieux avec les partisans de l’ordre les préoccupations de rassemblement national qu'elle n’a soutenu que du bout des lèvres l’innovation des 40 heures et les congés payés, et ce par souci tactique du côté des dissidents de l’USR (Déat, Monzie, Frossard, Bonnafous)5.

9Cependant, quelques pages plus bas, dans le récit des remaniements ministériels consécutifs à la chute de Mussolini, le même auteur rattache cette fois Monzie au socialisme républicain :

  • 6 Parmi lesquels Monzie lui-même.
  • 7 Ibid., p. 146.

D’autres ministres socialistes et radicaux sont pressentis6. Ils se rétractent sur le prétexte préalable de la restauration républicaine7.

10La confusion est à son comble lorsque ces auteurs relatent à leur tour la naissance du journal de Charles Spinasse.

  • 8 Ibid., p. 140.

Parmi les socialistes collaborateurs qui ont tenté l’aventure d’une reconnaissance légalisée et stipendiée par le Paris allemand, tous n’ont pas totalement abjuré. Curieusement, certains se sont faits les porte-flamme de l’expérience du Front Populaire auprès de l’Ambassadeur d’Allemagne [...]. Malgré le dédit de Faure paraît à Paris une revue de la pensée socialiste française symboliquement intitulée Le rouge et le bleu, dont les animateurs (Lefranc, de Monzie, Rives), affirment bien haut qu’ils restent les militants, députés et ministres de 36 et qu’ils n’en rougissent point8.

  • 9 Il portraiture dans un même mouvement Monzie et Henry de Jouvenel : « ils me faisaient l’effet de d (...)
  • 10 Gisèle Sapiro mène un tel travail à propos des écrivains, dans son ouvrage La Guerre des écrivains,(...)

11De Monzie serait tour à tour républicain socialiste vichyssois, thuriféraire du Front populaire hostile à ses réformes sociales et légaliste partisan des réformes institutionnelles... L’embarras que provoque un tel entrelacs explique qu’un personnage politique de cette ampleur n’ait pas à ce jour trouvé de biographe. On pourrait être tenté de minorer sa singularité apparente en la rapprochant des synthèses hétérodoxes des néo-socialistes. Les Mémoires politiques de Déat comportent du reste maints hommages à de Monzie, dont les vues se rapprochent des siennes à de nombreuses reprises – refus du soutien à la Tchécoslovaquie, affirmation d’une entente nécessaire avec l’Italie dans une perspective pacifiste. Ce rapprochement engendrerait selon nous une erreur de perspective : dans cette mouvance caractérisée par une élaboration doctrinale extrêmement spéculative, De Monzie fait aussi figure d’exception : la recherche d’un système ne transparaît dans aucun de ses textes. D’ailleurs, Déat salue le personnage bien davantage que le théoricien9. Tenter de mettre à jour une doctrine politique à partir de prises de positions circonstanciées conduirait à la surinterprétation ou à l’arbitraire. Valide lorsqu’on la conduit à propos de chaque ouvrage, considéré pour lui-même, cette entreprise manque l’homme dans son mouvement. Or, les tensions et inaboutissements nous intéressent autant que les continuités. Le ministre qui rédige en 1925 les instructions relatives à l’enseignement de la philosophie publie entre 1941 et 1943 trois recueils de chroniques, d’analyses politiques et de réflexions sur l’épistémologie de l’histoire. Nous voudrions les faire entrer en résonance. Cette démarche ne satisfait pas à toutes les exigences du travail de l’historien, ne serait-ce qu’en raison de la prolixité de Monzie entre 1925 et 1941, dont nous ne tiendrons pas compte. Une contextualisation minutieuse, ainsi qu’une situation précise de chaque texte dans son ou ses champs de production et de réception seraient exigibles d’un historien – quand nous nous contentons d’indications10. La mise en regard des instructions de 1925 et des autres textes de notre corpus autorise toutefois une conclusion. De Monzie cesse en quinze ans d’adhérer aux principes de la démocratie, et d’apporter son soutien au cadre institutionnel de la République. Pourtant, le même lexique est reconduit, celui de l’État et de la Nation, qui permet d’éviter la contradiction entre le républicanisme initial et le césarisme qui prend sa suite en juillet 1940. Palinodie d’opportuniste ? Seule une attention aux procédés d’euphémisation et d’édulcoration des oppositions, constants sous la plume de cet avocat, permet d’en décider. Elle seule permet de rendre intelligible le dernier revirement apparent, qui consacre la rupture avec Vichy en 1943-attestée par le brûlot La Saison des juges, dont il faut toutefois relativiser la radicalité, du simple fait qu’il ait été accepté par l’éditeur Flammarion...

12Or, si la philosophie politique sous-jacente aux instructions de 1925 peut assez facilement être dégagée, la démarche est plus délicate lorsqu’elle porte sur les écrits de la période de l’Occupation. Les chroniques se prêtent sans doute mal à la mise en forme doctrinale, mais ce truisme n’explique rien : choisir un genre qui adosse la pensée à l’actualité la plus immédiate, n’est-ce pas effectuer de facto un choix non seulement littéraire, mais aussi théorique et politique ? De Monzie n’est peut-être pas un esprit spéculatif, mais il rédige en 1942 une Pétition pour l’histoire dont la teneur épistémologique est incontestable. La rectitude de la pensée, sa claire articulation à des principes stables, ne vaudraient-elles donc que dans l’enceinte de la République des lettres ? Pourquoi devraient-elles être sacrifiées dans des textes manifestement destinés à un autre public ? Le choix d’une pensée circonstancielle est-il dicté par une réduction de la politique à une succession d’évènements, sans rapport obligé avec la réaffirmation de principes ? C’est de la localisation des ruptures que nous attendons quelques éclaircissements sur la politique du ministre dont le nom reste attaché aux institutions chargées, dans notre pays, d’enseigner la philosophie.

I. Les instructions de 1925

13Le préambule des instructions de 1925 relatives à l’enseignement de la philosophie n’a évidemment pas vocation à exposer une doctrine, mais il définit au moins une politique scolaire que nous nous proposons de comprendre. L’enseignement de la philosophie est d’emblée présenté comme solidaire des institutions particulières qui le rendent possible, celles de « l’enseignement secondaire français ». Cet ancrage national n’est pas rappelé par chauvinisme, mais parce qu’il est solidaire d’un projet politique particulier – et non pas consubstantiel à une hypothétique « France éternelle ». En même temps qu’est affirmée sa valeur est rappelée sa fragilité : cet enseignement fut

battu en brèche [...] par des gouvernements hostiles à toute conception libérale.

14Il ne faudrait pas en conclure hâtivement que de Monzie se rallie à une mystique de la République – pas plus à celle d’Alain qu’à celle de Péguy. Il n’investit à aucun moment l’enseignement philosophique d’une mission d’incarnation d’un universel de Droit ou de Raison. En revanche, il manifeste un attachement à la « société démocratique ». Les termes n’étant pas fixés, il n’y aurait pas de sens à durcir des oppositions qui ne font qu’affleurer. Néanmoins, la défiance à l’égard du catéchisme républicain et de ses hypostases est nette. De Monzie loue le pluralisme, et souhaite que l’enseignement de la philosophie concoure à la formation des opinions de chacun. Ainsi, la philosophie doit-elle d’abord être « une méthode de réflexion ».

  • 11 Didier Gil, Alain, la République ou le matérialisme, Méridiens Klincksieck, 1990, p. 91.
  • 12 Ibid., p. 96.

15On comprend dès lors que l’emploi du terme « libéral » n’est pas fortuit ; peut-être même a-t-il une valeur polémique à l’intérieur de la gauche – l’année 1925 marque le début de l'action des modérés dans le cartel des gauches. Quoi qu'il en soit, par différence avec Alain ou Ferdinand Buisson, de Monzie affiche une ambition mesurée, lorsqu’on la rapporte au contexte de sa formulation. Si, comme l’écrit Didier Gil11, Buisson et Alain portent le projet de « réaliser en chaque individu citoyen une République intérieure », de Monzie s’en démarque assez nettement. Quant au « sublime » qui, toujours selon Didier Gil12, aurait pour Alain fonction « d’avérer une puissance et une grandeur absolues de l’esprit, et la destination morale de l’humanité, au delà de toute expérience et de toute science », il semble étranger aux ambitions du ministre, qui se garde des emphases téléologiques. De Monzie est voltairien, pas rousseauiste : la citoyenneté qu’il entend promouvoir n’a pas vocation à gagner les cœurs ; elle est une fonction qui s’articule en chacun à d’autres fonctions. Il n’est pas question, même asymptotiquement, qu’elle les supplante. De toute manière, un éventuel divorce ou conflit entre fonctions n’est pas envisagé. Les domaines socio-professionnel et politico-civique sont distingués, mais leur solidarité semble aller de soi. Il est naturel que la philosophie des lycées travaille à former des « hommes de métier capables de voir au delà du métier, des citoyens capables d’exercer le jugement éclairé et indépendant que requiert notre société démocratique ».

16Dans cette perspective, le terme d’« utopie » est connoté de manière très péjorative : il apparaît comme le prolongement politique d’une attitude intellectuelle fermement dénoncée : la « légèreté de jugement ». Peut-être ont-elles en commun de rompre exagérément avec les consensus judicatifs et institutionnels qui fondent l’existence politique ; l’auteur ne justifie cependant pas davantage son opprobre. Il affine ses vues lorsqu’il définit les modalités proprement épistémiques de l’enseignement de la philosophie, là encore par la négative : l’usage strictement spéculatif du concept doit selon lui être banni. Contre la tentation de « l’abstraction », qui appelle l’expression « scolastique », le professeur doit accrocher sa pensée et celle de ses élèves à des « acquisitions antérieures », elles-mêmes en prise sur le monde ambiant.

17En somme, la philosophie ne doit pas façonner une conscience nouvelle, mais contribuer à faire que la conscience préalablement constituée devienne « plus lucide et plus large ». Il est naturel qu’une directive ministérielle insiste sur la fonction d’intégration sociale de l’école, mais on peut toutefois supposer que le propos vise plus spécifiquement certains interlocuteurs ou rivaux de De Monzie à l’intérieur même de la gauche. En valorisant l’existant contre le virtuel, il met à distance non seulement le bolchevisme de la NEP mais aussi le fascisme italien. De Monzie connaît très bien l’Italie, et n’ignore sans doute pas la séduction que le fascisme exerce à ses débuts sur certains hommes de gauche. Dans cette hypothèse, la condamnation du constructivisme aurait une signification politique autant qu’épistémique et anthropologique : l’État démocratique doit former le jugement des individus en référence à une existence sociale dont il pérennise le cadre. Il ne peut s’ériger en absolu, ni tolérer que le discours du professeur soit aliéné à des causes particulières. Ces vues générales permettent d’énoncer une sorte de politique de la classe. L’autorité du professeur, indissociablement intellectuelle et morale, doit instituer le respect de procédures. C’est lui qui « fait communiquer les esprits, et développe à la fois la personnalité et le sens social de la classe ». La spontanéité intellectuelle de chacun est convoquée, mais elle est distinguée fort classiquement de celle des « passions », « préjugés », et autres masques de l’intérêt. L’originalité de ces instructions tient toutefois à la fonction qu’elles réservent aux « élèves intelligents et zélés » : ils rendent possible l’acte d’instruction. Parce qu’ils valident activement l’autorité professorale, ils permettent la construction de « la dissertation orale où chacun aura son mot à dire ». Sous sa forme la plus aboutie, elle deviendra « controverse en règle ».

18En somme, il semble qu’en dépit de son unité, ce texte combine deux, voire trois argumentaires distincts. En manifestant un attachement a priori au pluralisme démocratique, il admet une égalité principielle entre élèves. Mais immédiatement, il relève une inégalité factuelle entre les « plus intelligents » et les autres. On peut comprendre qu’ils sont seuls à même de comprendre les pré-requis intellectuels qui permettent à la discussion de s’énoncer « en règles ». Enfin, cette « intelligence » préfigure l’adhésion à un consensus d’une autre nature, fondé sur le « zèle » ; on passe ainsi insensiblement sur le plan d’une pragmatique de l’acte pédagogique. La démocratie scolaire est donc principiellement possible, mais ne devient effective que par l’autorité d’un seul et la connivence des meilleurs.

II. Les offres de service d’un ministre désœuvré

19Entre 1925 et 1940, de Monzie cumule les charges de ministre et les mandats de député – ce qui est possible sous la IIIe République. Mais en 1940, il n’est plus ministre... C’est dans ce contexte de vacance relative qu’il rédige le texte Ci-devant – titre énigmatique dont le commentaire permettra de préciser les vues politiques de son auteur, nous le verrons.

  • 13 Ci-devant, Flammarion, 1941, p. 65.

20Ce journal de bord est celui d’un commis de l’État, soucieux avant tout d’éconduire les intérêts particuliers. Ministre des Transports, il relate ainsi son action de 1938 : « J’assainis de mon mieux les relations sociales dans la batellerie. Mais je me heurte à de scandaleuses conventions passées sous le règne de Blum13. »

  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 29.
  • 16 Ibid., p. 107.

21En un sens, le ministre ressemble au professeur : intercesseur entre la société et elle-même, il l’affranchit à sa manière des « préjugés » et des « passions » en rappelant l’irréductibilité de l’intérêt général aux causes partielles. Nous noterons, au passage que la réquisitoire est dressé au nom du « progrès », et contre sa « rançon syndicale14 ». Les questions militaires sont abordées dans le même esprit, et de Monzie cite à leur propos Flandin comme d’autres Rousseau : « la démocratie française n’a délégué à aucune secte, à aucun club, à aucune ligue le pouvoir de décider de la paix ou de la guerre15 ». C’est encore en référence à une conception démocratique de la Nation et de ses intérêts que l’apolitisme est invoqué, lors de négociations ferroviaires avec la Pologne, en 1939 : « je redoutais d’être distrait de ces soins techniques par des bavardages, des confidences politiques dont j’ai dessein de m’abstenir16 ».

22Les évènements auxquels il est fait allusion datent d’avant 1940, mais le récit, lui, est postérieur à cette date. Le fait est troublant, et permet de mieux comprendre ce qui pourrait passer pour une indétermination lexicale. Dans son récit en effet, intérêt national, préservation du cadre démocratique et recherche de l’excellence technique dans le silence du social sont donnés pour équivalents, ou du moins co-impliqués. On peut donc raisonnablement supposer qu’ils ne doivent pas être disjoints.

23D’ailleurs, lorsqu’il fustige l’injure faite par les mots aux réalités, de Monzie s’insurge en juin 1940 contre la démocratie dévoyée, et ce au nom d’une autre plus authentique. Le compte-rendu des évènements du 10 juillet confirme d’abord cette impression :

  • 17 Ibid., p. 261.

[...] la procédure tue le style, dans la vie judiciaire, dans la vie publique, partout où la lettre tue l’esprit [...]. Nous n’avions pas jusqu’ici ressenti l’inanité du régime à cause de ces rites qui entretenaient le simulacre d’une religion démocratique [...]. La dernière fois que je fis publique oraison, en 1934, j’exprimai mon vœu national en ces termes : plus d’obéissance, de l’enthousiasme ! L’enthousiasme est le fondement d’une souveraineté moderne17.

24Il importe ici de bien mesurer les enjeux, et de rapporter les formules au contexte de leur énonciation. Car si Pétain n’est pas nommé, c’est bien du vote des pleins pouvoirs qu’il est ici question. En dépit de l’apparente continuité de vues assurée par la reconduction d’un lexique, la confusion est à son comble : un député, ministre de surcroît, alloue les pleins pouvoirs à un seul, accomplit sa part du suicide institutionnel de la IIIe République, au prétexte que l’enthousiasme qui se porte conjoncturellement sur un seul satisfait l’aspiration démocratique plus adéquatement que les institutions parlementaires qui se portent garantes de son expression. Le recours à l’opposition de l’inerte et du vivant révèle dès lors une ambiguïté, qu’une attention aux approximations syntaxiques rend perceptible. Le syntagme « simulacre d’une religion démocratique » peut en effet fonder trois critiques distinctes, qui tiennent à l’usage du génitif et de l’article indéfini.

25Soit on considère la religiosité comme une forme fausse, un simulacre formaliste qui prive abusivement de l’exercice effectif de la démocratie, et on affirme du même coup la nécessité de lutter contre sa déréalisation – perspective que nous pouvons qualifier de matérialiste, pour simplifier.

26Soit on blâme le caractère religieux car irréaliste de la démocratie ; elle est dans ce cas intrinsèquement condamnable, et déchoit au rang de forme politique mineure.

27Soit enfin la religiosité n’est pas condamnable en tant que telle, à condition qu'elle soit vivante et non mécanique – on pense naturellement ici à la distinction bergsonienne.

28Les conséquences pratiques diffèrent du tout au tout. Dans la première hypothèse, on exige du politique qu’il tienne les promesses de la démocratie, et résorbe l’écart entre le fait et le droit. Si l’on retient la deuxième, on affirme à l’inverse la nécessité de rompre avec un régime qui ne peut ni ne doit être réformé. Quant à la dernière, qui ressortit à la psychologie sociale davantage qu’à la politique, elle énonce la nécessité spirituelle de raviver la foi démocratique contre le rite institutionnel. Le texte ne précise jamais à quelle interprétation il convient de souscrire – lors même que la véhémence du propos entretient l’illusion d’un choix sans équivoque... Le contraste entre la revendication de fermeté et le caractère amphigourique du propos est manifeste dès les premières pages, qui annoncent le projet de l’auteur :

  • 18 Ibid., p. 7.

L’ensemble ne forme pas un mémorial que se puisse annexer la littérature historique, pas même un livre de Raison [...], mais plutôt le journal individuel d’un homme de gouvernement qui pointe les dates sur le calendrier, annote ses actes ou les actes du drame auquel il eut sa part, confond sa propre angoisse avec l’universelle détresse des esprits, un journal qui n’est pas celui de la France, mais seulement une imparfaite déposition d’un Français au procès que la France fera aux Français de cette époque18.

29Or, il manque à cet énigmatique procès un acte d’accusation, de telle sorte qu’il est impossible d’en identifier les parties... Quant à de Monzie, avocat de métier, il dépose en témoin, mais campe tour à tour les fonctions d’accusé et d’avocat général... À qui s’adresse-t-il au juste : à la postérité, ou à certains de ses contemporains ?

30Si nous prenons, en dépit de ces réserves, le projet de de Monzie au sérieux, nous lisons donc les minutes d’un procès imaginaire, d’une déposition ou d’une défense, mais pas un journal. Dans le journal, le fait est une entité temporelle discrète, close sur elle-même ; la plaidoirie, le réquisitoire ou la simple déposition, à l’inverse, établissent des continuités, car ils visent le vérace à partir de versions concurrentes du vraisemblable. Le parti pris anti-systématique, le refus des positions partisanes maintes fois affirmés par l’auteur prennent dans cette perspective tout leur sens : en liant des faits choisis et interprétés, le récit entend établir des continuités plus fortes que la cohérence doctrinale, et porter cette constance au compte de l’auteur. Ainsi les oppositions usuelles peuvent-elles être renvoyées à leur superficialité. La conséquence la plus immédiate de cette rhétorique est la dédramatisation de l’opposition entre césarisme et démocratie. L’insistance sur la continuité de l’État, le modérantisme apparent, le lexique vitaliste : autant de procédés qui permettent d’ajourner les polémiques, et d’expliquer le ralliement à Vichy autrement que par la versatilité, ou l’ambition personnelle. Ainsi la « nouvelle légalité » paraît-elle, sous la plume de l’ancien ministre, prolonger la précédente, et peut-être même en accomplir les projets de manière plus conséquente, et ce parce qu'elle est pensée dans les mêmes catégories que la précédente. Les oppositions principielles entre régimes sont ainsi résolues par des considérations pragmatiques, qui toutes en appellent à une idée pour le moins approximative de la représentativité. Les pensées prêtées à la foule d’après le 10 juillet 1940 permettent cette laxité :

  • 19 Ibid., p. 262.

Pas un de ces gens ne songe que la Constitution de 1875 est morte : ils ne songent qu’à vivre. De la nourriture et de l’espoir, ils ne réclament rien de plus – mettons-nous à l’unisson du réalisme populaire19.

  • 20 De Monzie est maire de cette ville.

31Ce ne sont donc plus des citoyens en assemblée qui concourent à la validation – ou l’invalidation – d’un régime, mais une foule qualifiée de manière infrapolitique. L’hésitation à rompre avec la représentativité républicaine semble perdurer en dépit de la condamnation de son incarnation dans la Constitution : le fait que le sujet pluriel « les gens » soit précédé de manière fautive d’un article singulier n’indique-t-il pas une tension entre l’individualisme civique et la reconnaissance d’une éminence des foules ? La tension se résorbe dans d’autres passages, plus éloquents. La prévention contre les médiations du républicanisme aboutit alors, dans un compte-rendu du conseil municipal de Cahors20, à une apologie classique du chef charismatique :

  • 21 Op. cit., p. 253.

Un seul homme pour demander l’armistice du vainqueur et le faire admettre par le vaincu ! Une conviction unanime ! L’annonce de la dissidence du Général de Gaulle ne brise pas cette unanimité faite sur un malheur et sur un bienfaiteur ! [...] Le Maréchal Pétain apparaît comme l’officiant d’une formidable messe des désespérés, nul homme au monde n’a aussi soudainement, aussi complètement résumé en soi un peuple dans son intégralité, une nation dans sa quasi-divinité21.

  • 22 Op. cit., p. 255.
  • 23 Ibid., p. 261.

32Invoquant tacitement l’intérêt supérieur de la nation contre une légalité républicaine dès lors contingente, de Monzie peut se féliciter de ne pas avoir préféré « le parti à la patrie », laquelle se trouve curieusement située « à Cahors, à Sarlat, dans n’importe quel village de n’importe quelle province, partout dans les limites de la terre de France22 ». Au moment où il écrit ces lignes, il n’est plus ministre ; peut-être est-ce pour cela qu’il n’invoque pas l’intérêt supérieur de la Nation, mais un substitut idoine et municipal, quelque peu braillard. Peut-on encore croire, comme il l’affirme le 10 juillet, que de Monzie ne « prend pas parti » ? Que seul compte dans l’évènement la « volonté de novation ou de rénovation nationale23 » – ce qui est de toute manière une prise de parti, vitaliste et infra-politique ? De proche en proche, la République s’est résorbée dans la Nation, avant que celle-ci ne se commue en patrie charnelle, pour se rétrécir finalement au seul village – car, bien que maire de Cahors, de Monzie invoque Sarlat, bourgade plus rurale et de ce fait plus édifiante. Sous cette forme, sa pensée se confond avec la reconnaissance du césarisme, en même temps qu’elle régresse en delà de la catégorie de Nation. La légitimité politique bascule du côté du charisme, et invoque un plébiscite silencieux en guise de Constitution. Il n’a besoin que de quelques pages pour devancer les lois anti-juives, en revendiquant une fois encore un modérantisme de confort :

  • 24 Ibid., p. 273.

Nous voudrions que l’antisémitisme, comme l’anticléricalisme de naguère, laissât à chacun de nous la possibilité de soustraire à l’anathème commun quelques exceptions de choix24.

33À ce stade, les ambiguïtés principales sont dissipées : les destinataires de cette plaidoirie sans procès ne sont pas les lecteurs de l’avenir, mais les ministres du jour. De Monzie fait acte de candidature au nouveau gouvernement. Il prend probablement au sérieux l’appel à l’unité nationale, et paraît persuadé que les anciennes appartenances partisanes ne constituent pas un obstacle mais une aubaine : nul doute que Pétain, par souci de représentativité, saura faire appel à toutes les composantes de l’élite ancienne. De Monzie prend sans doute le pari : les plus prompts à repenser leur action dans les catégories nouvelles seront appelés à gouverner à nouveau. Le notable de gauche doit donc redéfinir son action en des termes qui ne permettent de conclure ni à la nostalgie, ni toutefois à la versatilité. Cette double contrainte permet peut-être d’expliquer l’inconsistance doctrinale.

34La démarche est de toute façon explicite dans les dernières pages de l’ouvrage :

  • 25 Ibid., p. 265.

Je mets sur l’en-tête de mon papier à lettres un point d’interrogation et je m’intitule moi-même un ci-devant en usant de cette formule que la Révolution française avait empruntée à Rabelais [...]. Sorte de contre-titre, de particule à l’envers, ce mot raillait et souvent insultait25.

35Dans cette perspective, la place qui échoit à la Révolution française mérite d’être commentée : placée symboliquement sous la dépendance de Rabelais, elle perd son caractère d’évènement fondateur, pour être réinsérée dans le temps long de l’histoire nationale. Le changement d’échelle temporelle produit un effet irénisant dont l’auteur entend probablement tirer un profit immédiat.

III. L’apparente critique de vichy en 1942 : une nouvelle offre de service ?

36En 1942, de Monzie n’a toujours pas recouvré sa charge de ministre. Polygraphe cultivé, il met sa vacance à profit et commet une Pétition pour l’histoire, publiée elle aussi chez Flammarion. Il s’agit d’une réflexion épistémologique dont le caractère circonstanciel est revendiqué :

  • 26 Pétition pour l’histoire, Flammarion, 1942, p. 9.

Ce bref ouvrage a été composé sous l’influence de la douloureuse actualité. D’aucuns font dans la défaite française carrière de moralistes : ils expliquent la défaillance de nos armes par la défaillance de nos mœurs ; ils proposent donc de substituer à un régime d’orateurs un régime de sermonnaires. Moi, je tiens que chez nous, la baisse de l’esprit a conditionné l’abaissement de la nation. Je prétends qu’il y eut crise mentale et non point crise morale26.

  • 27 Ibid., p. 12.

37Quels sont ces manquements ? Par quels processus conduisent-ils à une défaite militaire ? De Monzie adopte d’abord une posture rationaliste, et rappelle qu’il s’est battu pour l’enseignement d’une histoire « objective », contre l’interprétation tendancieuse des politiques27. Celle-ci aurait eu pour effet la perpétuation :

  • 28 Ibid., p. 15.

de nos luttes intérieures par l’exaltation d’évènements ou de personnalités arbitrairement choisis par les maîtres d’histoire28.

38Il est ici indispensable de rappeler que Monzie rappelle des propos qui datent de 1932, dans un contexte qui a changé. Assurément, il s’attaque peut-être à la tentation mythographique qu’encourage le nouveau régime, et à l’histoire édifiante qui en est le médium – Jeanne d’Arc est alors sainte patronne. Lu dans cette perspective, le plaidoyer pour une histoire « objective » ouvrirait, au nom de la neutralité du savoir, une polémique avec les instructions officielles d’octobre 1941 qui assignent à l’école une tâche d’éducation plutôt que d’instruction. Le recours au lexique de la laïcité, typiquement rationaliste, attesterait un attachement aux principes qui ordonnent les instructions de 1925. Il faut pourtant, selon nous, se garder de considérer ce lexique comme clandestin : Vichy est loin de ne compter que des catholiques ou des maurrassiens. Du reste, de Monzie opère une distinction qui retire à son propos tout caractère menaçant :

  • 29 Ibid., p. 15.

J’ai le devoir de poser un principe qui constitue à mes yeux le fondement de toute laïcité véritable, et hors duquel, d’ailleurs, l’enseignement n’est que le camouflage d’une propagande de la laïcité29.

39Les enjeux véritables de cette invocation intempestive de la laïcité apparaissent dès lors plus nettement. Ce n’est certainement pas Vichy en tant que tel qui est visé, mais, apparemment, l’anticléricalisme des Hussards de la IIIe République. Là n’est pas, toutefois, l’essentiel. La suite immédiate du texte, qui ne cite plus la prose de 1932 mais s’énonce au présent, clarifie peut-être les choses :

  • 30 Ibid., p. 17 à 19.

Ainsi écrivais-je en 1932. Je pense ainsi en 1942, avec un tour plus vif dans la conviction à cause des nécessités spirituelles de la paix qui vient ou viendra [... ] Aucune paix future ne saurait ressembler à celle de Versailles. Les peuples ne se payeront plus d’abstractions. Ils préféreront désormais à une idéologie aveugle ce que Sainte-Beuve appelait un « empirisme éclairé ». [...] Et donc la paix pour être sincère doit se fonder en expérience et en histoire. [...] L’histoire, c’est la pesée des nations. Une nation de courte histoire représente une affirmation sans preuves [...]. Évaluer les hommes suivant leur appartenance ethnique, soit ! Mais aussi suivant leur appartenance historique ! Pas de paix juste sans juste histoire ! Telle est l’actualité de mon propos et l’excuse de ma publication30.

  • 31 Ibid., p. 21.

40S’il emprunte peu ou prou les voies de la réflexion épistémologique, ce texte est donc aussi politique que les précédents, tant dans ses visées que par son contenu. En fait, les accusés sont la paix de Versailles et la doctrine Wilson ; le débat porte donc bien au delà de la politique intérieure française. Il permet à l’auteur de mettre en avant, plus clairement que dans les textes précédents, un critère ferme permettant de définir l’idée de nation, qui est aussi un discriminant entre les nations : leur ancienneté. Autrement dit, alors qu’il prétend redonner à la science historique toute sa liberté par rapport aux politiques, de Monzie promet en fait un nouveau fondement à l’histoire édifiante. Les catégories qu’il utilise empruntent évidemment des concepts à Maurras, tout en se gardant de le nommer – lors même que sa critique de « l’abstraction » et son apologie des « pays réels » est autrement étoffée que celle qui est ici avancée. On peut raisonnablement supposer que cet évitement s’explique par des raisons tactiques, liées peut-être à la concurrence entre de Monzie et certains ministres issus des rangs maurrassiens. Dans cette hypothèse, le meilleur moyen d’être plus royaliste que les royalistes, tout en excipant d’un républicanisme supposé... c’est encore de citer Sainte-Beuve ! Plus exactement, d’emprunter à Sainte-Beuve une expression qui ressemble à s’y méprendre au précepte « d’empirisme organisateur », central dans la pensée politique de Maurras. Il emprunte aussi à Mathiez une formulation qui lui évite de citer Pétain, pour des raisons que nous tenterons d’éclaircir : « on ne dira jamais assez le mal que nous a faits cette histoire falsifiée31 ».

41L’histoire rénovée que de Monzie qualifie « d’objective » voit sa tâche se préciser rapidement :

  • 32 Ibid., p. 29.

Elle devra découvrir les caractères permanents d’une même force au cours des âges32.

42Ce pseudo-objectivisme est supposé donc, avec quelques accents nietzschéens, ménager à l’historien un accès à l’essence des peuples, en deçà des aléas, des accidents qui sont improprement pris pour elle. C’est pour y parvenir qu’il doit commencer par neutraliser la charge affective propre à certains de ces évènements. L’écriture de cette histoire, censée déployer un principe vital dont l’auteur admet le caractère ethnique, comme nous l’avons vu, permettra la « pesée des nations », objectif qui rappelle que l’épistémologie ici proposée est évidemment serve.

43De Monzie ne s’embarrasse d’ailleurs pas longtemps avec la revendication de désintéressement attachée à l’idée de science pure ; c’est hors des discours qu’il faut chercher le critère de la vérité historique :

  • 33 Ibid., p. 96.

Utile à qui prétend manœuvrer le présent, indispensable à quiconque veut le comprendre, l’histoire rend le service aux nations de les motiver, et, en les motivant, de leur restituer un élan vital33.

44L’appel au concret n’a pas tout à fait la signification que lui donnaient les instructions de 1925 : la vie des peuples remplace l’action des citoyens. Dans cette perspective, Bergson est d’abord utile, mais vite encombrant : anti-intellectualiste, certes, mais encore trop individualiste, vitaliste peut-être mais peu enclin aux rhétoriques du sang. Monzie lui préfère vite une éloquence plus explicite :

  • 34 Ibid., p. 97.

Nous avons présentement besoin d’une thérapeutique de choc [...] : celle qui consiste à réinfuser au patient son propre sang, afin d’activer la circulation sanguine et de ragaillardir l’organisme tout entier34.

  • 35 Ibid., p. 99.

45À qui s’adresse cette « pétition », aussi énigmatique que le « procès » qu’évoquait l’ouvrage précédent ? Le destinataire devra semble-t-il nous permettre de nous « sentir nation », mais il n’est pas nommé. On peut penser que de Monzie cherche encore les bonnes grâces de Vichy, puisque ses critiques n’atteignent en fait pas le régime – « dictature sentimentale35 » – mais seulement certains de ses hommes. Les choses se précisent dans La Saison des juges, un an plus tard. Il faut dire que la situation s’est elle-même considérablement clarifiée : la France est cette fois entièrement occupée, et la politique de Vichy a pris un tournant décisif. On pressent des remaniements, dont on ignore l’ampleur – faute de savoir qui possède encore véritablement du pouvoir dans ce gouvernement devenu tout à fait fantoche. C’est le moment choisi par de Monzie pour s’attaquer aux institutions pénales. Le texte, comme les précédents, est publié chez Flammarion.

46L’avocat est outragé :

  • 36 La Saison des juges, Flammarion, 1943, p. 26.

À qui le tour ? Le marchand rejoint le communiste au camp de concentration. Il y a des textes pour tout le monde et des agents d’exécution pour tous les textes. Le piège à loups devient piège à lapins [...]. Chaque jour fournit son tribut de scandales au rabais36.

  • 37 Ibid, p. 31.

47Une fois encore, il est difficile de situer le propos, autant que de comprendre le titre de l’ouvrage. La saison des juges serait donc advenue, mais l’expression même est équivoque : désigne-t-elle Vichy ou celui qui juge Vichy ? Le juge est-il honni parce que sa magistrature est celle de l’iniquité, ou loué parce qu’il est juge des mauvais juges ? Il faudrait dans ce cas que les principes au nom desquels s’exerce la critique de la répression soient clarifiés. Ils ne le sont malheureusement pas davantage que ne l’étaient les catégories politiques employées dans les textes précédents. La langue a changé, et révèle des catégories nouvelles, mais aucun jugement ferme n’en accompagne l’usage. L’appel à la clémence, d’ailleurs, est soigneusement vidé de tout contenu politique : il concerne les « délinquants ingénus37 ». Il n’est d’ailleurs assorti d’aucune revendication de justice, mais adossé à des considérations strictement pragmatiques :

  • 38 Ibid., p. 37.

La sursaturation pénale provoque une nausée sociale38.

48Nous sommes fondés à comprendre que les détenus politiques méritent leur sort. Quant à l’attaque contre l’arbitraire pénal, elle atteint certes Vichy, mais à travers la Révolution de 1789, dont la condamnation semble plus essentielle que celle de Factuel régime :

  • 39 Ibid., p. 40 et 45.

La Révolution Nationale se recommande inconsciemment de la Révolution française quelle s’efforce d’autre part d’annihiler [...]. La Révolution Nationale est punitive à l’égal de l’autre39.

  • 40 Ibid., p. 54.

49L’ensemble devient très cohérent, rhétoriquement du moins, et fait écho aux propos sur l’histoire : pour de Monzie, Vichy s’est trompé de mythe, et se voit reprocher désormais de ne pas mener à son terme la rupture annoncée. Il s’agit donc bel et bien d’enraciner le régime dans d’autres mythes. Napoléon, Louis-Philippe et Thiers sont d’ailleurs convoqués comme modèles de clémence : ceux-là ont compris qu’il fallait « rallier les hommes plutôt que les rayer40 ».

50La rhétorique de Monzie procède finalement toujours de la même manière, depuis 1941 : en s’outrageant de l’accidentel, elle valide l’essentiel tout en préservant la posture critique. Il n’est pas un « ultra », à la manière de Déat ou, dans un autre style, de Drieu La Rochelle. Il se contente d’en appeler à quelques correctifs techniques, dont il serait facile d’établir qu’ils ne sont jamais inconvenants pour les puissants :

  • 41 Ibid., p. 171.

Il y aura lieu quelque jour de réviser les principes de l’institution, non pas certes dans la manière philosophique d’un Beccaria, en fonction d’une logique abstraite, mais en associant la punition de quelques-uns aux besoins de la production ininterrompue, de telle sorte que les parias cessent d’être des parasites41.

51Un esprit chagrin verrait volontiers dans ce déchirant appel une préfiguration du Service du travail obligatoire. En un sens, ce serait consentir à l’auteur un esprit d’initiative dont il se garde bien : le STO existe déjà lors de la rédaction de la Saison des juges. D’ici à penser que le ci-devant dédaigné depuis 1940 s’adresse désormais directement à l’occupant, il n’y a qu’un pas. L’historien Marc Bloch, dont le texte L’Étrange Défaite est contemporain de La Saison des juges, invite à le franchir sans hésiter :

  • 42 L’Étrange Défaite, Folio, 1990, p. 235.

Gardons-nous de crier au courage et au désintéressement. Contre une pareille tentation, le seul nom de M. De Monzie suffirait à nous prémunir. Le livre est un acte de candidature. Il n’est pas loin d’être un acte de trahison. Certes, en flattant l’unanime dégoût des Français pour le despotisme tracassier qui les opprime, M. De Monzie, que ses familiers traitent volontiers de « vieille fille de joie », espère bien se refaire auprès de nous une virginité politique. Mais c’est sur les Allemands qu’il compte d’abord pour se hisser au pouvoir42.

Conclusion

  • 43 Nous empruntons cette notion à Perelman et Tyteca (Traité de l’argumentation, Bruxelles, 1988, p. 2 (...)

52De Monzie a-t-il déguisé une visée républicaine dans une langue recevable par le nouveau régime ? Sa rhétorique sinueuse, qui joue de la lettre contre l’esprit, et réciproquement, manifeste-t-elle les scrupules d’un grand commis de l’Etat soucieux d’en assurer la continuité vaille que vaille ? L’ancien ministre socialiste adhère-t-il finalement à une doctrine césariste ? Il nous semble possible de renvoyer dos à dos ces hypothèses. S’il y a bien une politique de de Monzie, qui échappe aux déterminations doctrinales traditionnelles, c’est qu'elle est avant toute chose celle de l’ambition personnelle. Elle seule permet de conférer un semblant de cohérence, paradoxale, à cette rhétorique de l’ambiguïté43. Parce qu’il semble prendre au sérieux les prétentions du nouveau régime à incarner l’unité nationale, l’impétrant est acculé à d’invraisemblables contorsions : pour revendiquer le droit à une place, il doit assumer son appartenance ancienne, tout en donnant des gages à Vichy. On peut dès lors supposer que la connaissance fine des brigues et tendances internes à Vichy suffirait à épuiser la signification de cette inlassable plaidoirie personnelle, en en identifiant les destinataires privilégiés.

Notes

1 R. O. Paxton, La France de Vichy, Seuil, 1972.

2 Handourtzel et Buffet, La Collaboration à gauche aussi, Perrin, 1989.

3 Op. cit., p. 246.

4 P. Ory, Les Collaborateurs, Seuil, 1976, p. 137.

5 Op cit., p. 39.

6 Parmi lesquels Monzie lui-même.

7 Ibid., p. 146.

8 Ibid., p. 140.

9 Il portraiture dans un même mouvement Monzie et Henry de Jouvenel : « ils me faisaient l’effet de deux seigneurs libéraux du XVIIIe siècle, égarés dans notre époque misérable comme sans préjugés, non dédaigneux des dons de la terre, incapables de conserver un écu entre leurs doigts, toujours ruminant de grands desseins et semant autour d’eux les idées les plus ingénieuses, pris de temps à autre d’un vif désir d’agir », Mémoires politiques, Denoël, 1989, p. 319.

10 Gisèle Sapiro mène un tel travail à propos des écrivains, dans son ouvrage La Guerre des écrivains, Fayard, 1999.

11 Didier Gil, Alain, la République ou le matérialisme, Méridiens Klincksieck, 1990, p. 91.

12 Ibid., p. 96.

13 Ci-devant, Flammarion, 1941, p. 65.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 29.

16 Ibid., p. 107.

17 Ibid., p. 261.

18 Ibid., p. 7.

19 Ibid., p. 262.

20 De Monzie est maire de cette ville.

21 Op. cit., p. 253.

22 Op. cit., p. 255.

23 Ibid., p. 261.

24 Ibid., p. 273.

25 Ibid., p. 265.

26 Pétition pour l’histoire, Flammarion, 1942, p. 9.

27 Ibid., p. 12.

28 Ibid., p. 15.

29 Ibid., p. 15.

30 Ibid., p. 17 à 19.

31 Ibid., p. 21.

32 Ibid., p. 29.

33 Ibid., p. 96.

34 Ibid., p. 97.

35 Ibid., p. 99.

36 La Saison des juges, Flammarion, 1943, p. 26.

37 Ibid, p. 31.

38 Ibid., p. 37.

39 Ibid., p. 40 et 45.

40 Ibid., p. 54.

41 Ibid., p. 171.

42 L’Étrange Défaite, Folio, 1990, p. 235.

43 Nous empruntons cette notion à Perelman et Tyteca (Traité de l’argumentation, Bruxelles, 1988, p. 266), car elle nous semble particulièrement opératoire pour rendre raison des déplacements sémantiques incessants, et ce en prenant en compte le contexte de l’énonciation. Lorsqu’ils recensent les procédés argumentatifs permettant d’éviter une incompatibilité, ces auteurs s’arrêtent sur l’attitude diplomatique, qu’ils distinguent de l’attitude logique ainsi que de celle de « l’homme pratique », elle est « celle où, ne désirant pas, du moins à un moment et dans des circonstances déterminées, se mettre en opposition avec une règle ni résoudre, d’une façon ou d’une autre, le conflit né de l’incompatibilité entre deux règles pouvant s’appliquer à une situation particulière, on invente des procédés pour éviter que l’opposition apparaisse, ou pour remettre à un moment plus opportun les décisions à prendre ».

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.