Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosopher en France sous l’Occupation

 | 
Olivier Bloch

L’empirisme technocratique

Jacques Bonitzer

Texte intégral

  • 1 Voir le cas de R. Dautry, très prudemment attentiste sous l’Occupation avant de se rallier tardive (...)

1L’empirisme technocratique n’est pas une philosophie de philosophes. Mais on ne peut dénier tout contenu philosophique à ce courant de pensée, de filiation comtienne et saint-simonienne, relativement consistant, durablement répandu, influent en France depuis les années vingt du dernier siècle – et qui l’est encore aujourd’hui sous des formes aisément identifiables. Dans la période objet du présent séminaire, il a fortement inspiré le régime de Vichy. Mais il lui a aussi survécu, et certains courants de pensée issus de la Résistance et influents après la Libération, en ont été imprégnés1.

  • 2 On trouvera dans un ouvrage publié à l’occasion du cinquantenaire de sa fondation, X-crise : de la (...)

2Comme tout empirisme, il se fonde sur un donné – plus précisément, sur des « données » déterminant les pratiques d’une certaine catégorie sociale, supposées et d’ailleurs, en effet, partiellement représentatives de phénomènes auxquels elle a affaire. Cette catégorie est celle des chefs d’entreprises (on dirait aujourd’hui des « managers »). Les données qui déterminent leurs actes sont économiques et sociales, quantifiées, variables selon les situations conjoncturelles, mais avec toujours un noyau dur permanent (volumes de production, de consommation, d’emploi, taux de chômage, taux de change, prix, volume du commerce international, niveaux d’instruction des cadres et de qualification de la main-d’œuvre, etc.). L’empirisme technocratique, tenant le « monde moderne » pour une donnée, est donc naturellement conservateur de ce monde moderne, et en même temps se tient tout aussi naturellement pour « moderniste ». Un autre de ses aspects, commun à tout empirisme, est de cantonner la pensée théorique dans la tâche d’articuler formellement (et même si possible mathématiquement) les « faits » qui constituent sa base de données, non d’en élucider les fondements. Cet empirisme est philosophique en ce sens que ceux qui le professent y croient, et qu’il inspire leurs actes. Mais il fonctionne comme idéologie en direction des milieux (syndicaux, politiques, administratifs...) qu’il s’agit de disposer à en admettre les prémisses. Il est porté à une époque donnée par des « mouvements », tels que Le Redressement français d’Ernest Mercier (dirigeant de l’industrie électrique), et des cercles, dont le plus important, le plus durable et le plus influent, fut sans doute le « groupe X-crise », fondé par des polytechniciens mais ouvert à d’autres, rebaptisé « Centre polytechnicien d’études économiques » (CPEE) en 1933, et qui fonctionna jusqu’à la guerre2.

  • 3 Voir G. Bardet : « un de nos camarades rappelait [...] fort à propos que le principe de Dirichlet (...)
  • 4 Pour J. Coutrot, l’humanité est « presque maîtresse de ses destinées, pourvu qu’elle les conçoive  (...)
  • 5 L’exorde de la conférence prononcée le 1er mai 1936 devant le CPEE par A. Detoeuf – personnage tou (...)

3L’empirisme technocratique professe une conception « physicaliste » de la sociologie et de la science économique3. Cette conception l’apparente évidemment à l’empirisme logique, avec des inflexions tenant aux difficultés de l’expérimentation en matière sociale, ou encore au rôle de l’« homme », considéré à la fois comme acteur de la vie sociale (le technocrate, le politicien...) qui peut influer sur son avenir4, et comme objet de la connaissance de celle-ci (le travailleur...). Méprisant la théorie, le technocrate se méfie des travaux de l’économie libérale, qu’il juge dogmatiquement théoriques ; il leur oppose volontiers un opportunisme baptisé « volontarisme » ou « pragmatisme »5.

  • 6 Conférence au CPEE, février 1933. L’un des premiers en date de ces nombreux plans fut le « plan du (...)
  • 7 Dans la vogue duquel les idées de Lyautey sur le rôle social de l’officier colonisateur, diffusées (...)

4L’empirisme technocratique montre d’autre part un goût prononcé pour les « plans », mis à la mode par H. De Man et le parti socialiste belge. Pour J. Branger (qui remarque leur vogue et déclare « en avoir lu une trentaine »), ils sont des « moyens concrets de construction et non de simples programmes de vagues aspirations6 ». Un plan participe à la fois, avec des pondérations diverses, du « projet » (précis) et du « programme » (général, et qui n’engage guère ses auteurs). Les réflexions « planistes » ont pu être teintées d’un catholicisme social et paternaliste7, mais elles séduisaient aussi des syndicalistes socialistes (R. Belin – alors secrétaire général adjoint de la CGT, et futur ministre de Pétain – ou R. Lacoste), ainsi que des dirigeants politiques, socialistes « néos » (M. Déat) ou « orthodoxes » (C. Spinasse) ; le parti radical aussi, et ses « jeunes turcs », ont été très atteints par le virus du planisme. Les plans ainsi élaborés sont affectés d’une forte coloration corporatiste ; les « néo-libéraux » qui les élaborent, note R. Kuisel,

mettaient l’accent sur l’appareil de prévision, l’autodiscipline des producteurs, les réseaux corporatifs et les contrôles indirects [...] (leur objectif) était d’arriver à une « économie transparente » qui pourrait être dirigée efficacement, les moyens seraient la manipulation du crédit et de la fiscalité, la création d’associations corporatives obligatoires et des contrats à long terme à l’échelle des industries [...]

  • 8 Le plan du 9 juillet (1934) a été rédigé hâtivement dans un esprit de « coup d’État » à l'initiati (...)

5Le « plan du 9 juillet8 » énonce crûment que « l’État sera [...] une fédération corporative par la réunion en lui des différentes corporations [et] une fédération des régions économiques ». Dans les années quarante, où les technocrates participant au pouvoir de Vichy se sont trouvés dans une situation de « cohabitation » (parfois conflictuelle) avec une droite cléricale, les « comités d’organisation par branches », qu’ils ont créés, ont été une pièce d’un dispositif dérivant en direction d’un corporatisme fascisant.

6Des technocrates comme E. Mercier ou A. Detoeuf, tout antimarxistes qu’ils étaient, ont été amenés par leurs affinités planistes à porter intérêt à la planification soviétique. Mais cet intérêt ne peut évidemment pas empêcher le technocrate planiste de s’affirmer antimarxiste, avant tout par une récusation fondamentale de l’existence de classes sociales – non incompatible pourtant avec un appel persévérant, non sans succès, à des « collaborations de classes ». À ses yeux, d’autre part, le rôle et l’influence du capitaliste s’estompent jusqu’à l’évanescence, car « l’essence du planisme est moins le transfert de propriété que le transfert d’autorité » (H. De Man). Idée appelée à un avenir florissant de poncif.

7Pour le technocrate, la nation est conçue comme un acteur de la compétition interimpérialiste, non comme porteuse d’un héritage culturel (celui de la Révolution française n’est jamais évoqué). Dès les années trente, l'« Empire » est au premier plan de ses spéculations, et connexement, l’« Europe » (après la défaite, on envisage de partager l’Empire avec l’Allemagne, en mendiant des compensations, pour « faire l’Europe »). La vision géopolitique, lorsqu’elle existe, est très myope (en 1940, la victoire de l’Allemagne sera généralement tenue pour acquise par beaucoup des plus brillamment titrés des technocrates, supposément par « réalisme » : c’était pour eux une « donnée » ; Berthelot, Bichelonne, Bouthillier et bien d’autres, se sont résolument engagés dans la collaboration avec l’occupant nazi).

8Sous le régime de Vichy, beaucoup de « têtes pensantes » de l’empirisme technocratique se sont ainsi plus ou moins lourdement compromises dans la collaboration ; d’autres, moins nombreux, ont été, ou attentistes, ou résistants. Dès la guerre finie, la relève a été prise par une nouvelle génération.

Notes

1 Voir le cas de R. Dautry, très prudemment attentiste sous l’Occupation avant de se rallier tardivement à la Résistance, et ministre de la Reconstruction dans le premier gouvernement de la Libération, que R. Dudoui appelle « le technocrate de la République » dans un ouvrage hagiographique non sans intérêt. C’est peu de temps après la Libération que parut en français, préfacé par Léon Blum, sous le titre L’ère des organisateurs, une traduction de l’ouvrage de J. Burnham The Managerial Revolution. En 1958 parut le premier numéro de la revue Prospective dirigée par G. Berger. Et en 1961, Présence du futur, de Louis Armand, qui avait été un haut responsable de la Résistance.

2 On trouvera dans un ouvrage publié à l’occasion du cinquantenaire de sa fondation, X-crise : de la récurrence des crises économiques : son cinquantenaire, quelques-unes des conférences les plus marquantes prononcées dans son cadre. Vers 1935, le CPEE groupait environ 2000 membres, dont 700 non-polytechniciens.

3 Voir G. Bardet : « un de nos camarades rappelait [...] fort à propos que le principe de Dirichlet pouvait être étendu aux phénomènes économiques, c’est-à-dire que tout système soumis à des forces qui dérivent d’un potentiel tend vers un état d’équilibre stable pour lequel ce potentiel est minimum ». Le Châtelier, qui avait énoncé des lois du déplacement des équilibres physico-chimiques, sert souvent de caution scientifique. J. Ullmo se fera plus tard le théoricien de ce physicalisme (cf. une conférence au CPEE en 1937 – très intéressante –, consacrée à l’épistémologie de la science économique).

4 Pour J. Coutrot, l’humanité est « presque maîtresse de ses destinées, pourvu qu’elle les conçoive ».

5 L’exorde de la conférence prononcée le 1er mai 1936 devant le CPEE par A. Detoeuf – personnage tout à fait représentatif, et très influent – vaut d’être cité : « Le libéralisme est mort ; il a été tué, non par la volonté des hommes ou à cause d’une libre action des gouvernements, mais par une inéluctable évolution interne. »

6 Conférence au CPEE, février 1933. L’un des premiers en date de ces nombreux plans fut le « plan du 9 juillet », établi à l’invitation de J. Romains par des auteurs d’origines diverses, « des néos aux Croix de feu ». Le « plan » du Parti socialiste belge, élaboré par H. De Man (qui devint sous l’occupation allemande un collaborateur notoire) a joué un rôle d’archétype pour tous les plans concoctés en France dans les années trente. Sur le planisme en général, on pourra se reporter à l’ouvrage de R. F. Kuisel traduit en français sous le titre Le Capitalisme et l’État en France : modernisation et dirigisme au XXe siècle (Gallimard, 1984).

7 Dans la vogue duquel les idées de Lyautey sur le rôle social de l’officier colonisateur, diffusées par Lamirand, ont joué un rôle important. Le plan du 9 juillet fixait comme « but à poursuivre [...] le remplacement progressif du profit individuel par la joie de créer ».

8 Le plan du 9 juillet (1934) a été rédigé hâtivement dans un esprit de « coup d’État » à l'initiative de Jules Romains, dans le sillage des émeutes de février, sous couleur de leur répliquer. Ses auteurs allaient « des néos aux Croix de feu ». Il y avait parmi ses rédacteurs Jean Coutrot (plus tard animateur très actif du CPEE), A. Fabre-Luce, P.-O. Lapie, Paul Marion, Louis Vallon, plus « un certain nombre de fonctionnaires appartenant notamment à l’Inspection des finances, au Conseil d’État et à la Cour des comptes »... Son principal intérêt est d’aller sans détours jusqu’au bout de son idéologie corporatiste.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.