Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosopher en France sous l’Occupation

 | 
Olivier Bloch

Enseigner la philosophie dans l’enseignement secondaire public sous l’Occupation

Bruno Poucet

Texte intégral

  • 2 La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points-histoire », (1re éd. 1972), (...)
  • 3 Pierre Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991 ; Jean-François Muracciole (...)
  • 4 Huguette Bouchardeau et André Matrat, « Une institution : la philosophie dans l’enseignement du sec (...)

1On connaît aujourd’hui assez bien ce qu’a été la politique sociale, économique, administrative de Vichy2, en revanche, on connaît plus mal la situation spécifique de l’enseignement pendant la guerre. Certes des ouvrages existent, néanmoins leur caractère généraliste ne leur permet guère de nous aider à comprendre ce qu’il en est pour telle ou telle discipline3 et, en particulier, pour l’enseignement de la philosophie4.

2Or, des modifications structurelles importantes sont intervenues pendant cette période, puisqu’elles auront, après la guerre, des conséquences non négligeables sur la place même et le sens de cette discipline scolaire : elle cesse en effet d’être le « couronnement » de la classe terminale pour commencer à devenir une discipline parmi d’autres. Cet aspect inaperçu des réformes de Vichy est souvent ignoré au profit des réformes de circonstance que la Libération remettra en cause : la plus emblématique d’entre elles étant la réforme du programme.

  • 5 On réserve pour le chapitre suivant l’analyse des manuels que l’on comparera à ceux de l’enseigneme (...)

3Toutefois, l’éclairage que nous pouvons apporter sur les modifications de structure ne peut négliger – sauf à oublier qu’entre les prescriptions officielles et leur mise en œuvre effective, il y a toujours une certaine distance – la pratique des enseignants. Faute de travaux d’élèves disponibles, on se bornera à des analyses qui ne peuvent en aucun cas viser à l’exhaustivité, mais permettront de mieux comprendre le climat général d’une époque. On s’appuiera ainsi sur la lecture d’un certain nombre de rapports d’inspection5 : on essaiera d’examiner si la politique gouvernementale a été relayée par les enseignants et si cela a entraîné des conséquences sur la conception même de l’enseignement de la philosophie.

État des lieux à la veille de la guerre

4Avant le déclenchement des hostilités, deux éléments caractérisent l’enseignement de la philosophie : son élitisme et sa stabilité institutionnelle. Certains souhaitaient malgré tout une réforme.

Élitisme et stabilité

5Son élitisme, en premier lieu. En 1938, 11 000 élèves fréquentent les classes de philosophie de l’enseignement public – 4 894 dans les lycées de garçons, 2 060 élèves dans les collèges municipaux, 4 132 élèves dans les établissements de jeunes filles. D’autres élèves pratiquent la discipline philosophique dans les classes de mathématiques élémentaires. Leur nombre – 7 870 – est loin d’être négligeable. Cela étant, le nombre de bacheliers reste extrêmement réduit puisqu’il atteint tout juste les 15 000 candidats reçus à l’examen, les deux sections confondues (environ 12 000 pour la philosophie).

  • 6 Un arrêté du 29 juillet 1938 instaure une sous-admissibilité : cette disposition nouvelle permettai (...)

6À cette élite s’adresse, dans les lycées de garçons, un corps de 220 professeurs dont 147 sont agrégés6. Dans les lycées de jeunes filles, 67 professeurs sur 73 professeurs sont également agrégés. Un véritable esprit de corps existe ainsi. Celui-ci est conforté par l’existence d’association de spécialistes, d’amicales, l’une des professeurs de philosophie des lycées, l’autre des collèges. La société des agrégés et les syndicats professionnels, essentiellement le Syndicat national des professeurs de lycées, complètent le dispositif. De plus, les professeurs agrégés élisent un des leurs au Conseil supérieur de l’Instruction publique : depuis 1938, il s’agit de Jean Nabert, professeur au lycée Henri-IV.

  • 7 Le programme de 2001 s’y réfère toujours, même si c’est pour les actualiser. En revanche, le progra (...)

7La stabilité institutionnelle, en second lieu : la seule innovation notable de l’époque a été, en 1924, l’intégration de l’enseignement secondaire féminin à l’enseignement secondaire des garçons. De ce fait, l’enseignement de la philosophie est désormais ouvert aux jeunes filles, ce qui n’était pas le cas, sauf exception. Pour le reste, pas de changement : le programme d’enseignement a été rénové en 1923 dans un sens plutôt conservateur ; des instructions sont parues en 1925 : elles représentent une sorte de charte de l’enseignement de la philosophie7. Libéralisme des méthodes pédagogiques, élitisme, formation des esprits républicains, philosophie du juste milieu, à base de néokantisme, refus de l’abstraction et pensée du monde concret sont les maîtres mots qui caractérisent ce texte :

  • 8 Bruno Poucet, Enseigner la philosophie. Histoire d’une discipline scolaire, 1860-1990, Paris, CNRS (...)

Le professeur ne négligera pas les occasions que le programme lui offre si nombreuses, de mettre la culture philosophique en relation avec les problèmes réels que pose la vie morale, sociale, économique des milieux où le jeune homme est appelé à vivre. [...] Ce n’est nullement introduire la politique dans nos classes que d’y parler des conditions économiques de la vie moderne, des œuvres d’entraide et de prophylaxie sociales, de l’état démographique de notre pays, de la crise de la natalité, etc.8

Une volonté de réforme

  • 9 Conseil supérieur de l’Éducation nationale du 20 décembre 1946, AN F17bis 21060 ; cf. Jean-François (...)

8Toutefois, un certain nombre d’esprits se sont élevés contre cette situation qui caractérise l’ensemble du secondaire et masque de profondes inégalités quant à l’accès à cet ordre d’enseignement. Jean Zay, en 1937, a lancé un processus de rénovation des structures pédagogiques. Il s’agissait de démocratiser l’enseignement. Menée à son terme cette volonté de réforme conduisait inéluctablement à une transformation des seconds cycles et à une interrogation, voire une remise en cause de la prépondérance de la classe de philosophie : des projets ont existé concernant de nouvelles sections de baccalauréat, l’un scientifique, l’autre technique9.

  • 10 Revue de Métaphysique et de Morale, t. 39, 1932, p. 419.
  • 11 Abel Rey, Leçons de psychologie et de philosophie, Paris, Cornély, 1903.

9Cela provoque débat parmi certains professeurs de philosophie. Ainsi Marc-André Bloch, professeur à Nancy, membre de l’Association amicale des professeurs de philosophie de lycée, estime10 que les études de philosophie ont été envahies par la psychologie, au détriment de la philosophie générale ou métaphysique – au point que certains manuels à usage des élèves portent comme intitulé Leçons de psychologie et de philosophie11. C’est donc un redressement qu’il faut accomplir en procédant à une redistribution d’un programme allégé, autour d’une unité de doctrine : la psychologie étant au service de la philosophie générale et non l’inverse.

  • 12 Revue de Métaphysique et de Morale, t. 39, 1932, p. 427.

10Il recommande la lecture de passages choisis des grandes œuvres anciennes et contemporaines12 et l’organisation des matières simplifiées du programme autour d’un grand thème : l’opposition de l’empirisme et du rationalisme. Ce choix revient, à vrai dire, à supprimer le programme, car celui-ci restreint la liberté pédagogique du professeur et le contraint à la répétition et à la routine. Tout cela rendrait nécessaire une autre réforme, celle du baccalauréat : Marc-André Bloch souhaite son remplacement par un examen interne à l’établissement afin d’éviter d’en faire une course au bachotage, contrainte supplémentaire pour les professeurs de philosophie.

  • 13 René Maublanc, « La philosophie marxiste et l’enseignement officiel », Cahiers du contre-enseigneme (...)

11D’autres professeurs préconisent un renouveau idéologique radical de l’enseignement de la philosophie. Ainsi René Maublanc et Georges Politzer proposent une adaptation de l’enseignement officiel à la philosophie marxiste13.

12Une tentative de débat s’instaure qui marque le début de la division idéologique à l’intérieur même du corps des professeurs de philosophie. La déclaration de guerre et surtout la prise de pouvoir par le gouvernement de Vichy vont-ils remettre en cause ces projets de réforme ?

Réformer l’enseignement public

  • 14 Jérôme Carcopino, Souvenirs de 7 ans, 1937-1944, Paris, Flammarion, 1953, p. 298.
  • 15 Toutefois, de nouvelles organisations existent, inféodées au régime et à l’influence fort réduite :(...)

13Au secrétariat à l’Instruction publique, les ministres « techniciens » de Vichy (Jacques Chevalier et Jérôme Carcopino) qui ont eu le temps d’une certaine action et le ministre « politique » (Abel Bonnard) voulaient réformer une Education nationale rendue responsable de la défaite. Le rôle des ministres et leur fonction sont d’autant plus importants qu’ils exercent leurs fonctions sans contre-pouvoir puisque tous les corps intermédiaires ont disparu14 : syndicats, associations de spécialistes, de parents d’élèves, Conseil supérieur de l’Éducation nationale sont interdits ou suspendus15.

14Des professeurs de philosophie peuvent ainsi exercer leurs talents – soit directement comme ministre, tel Jacques Chevalier, soit comme conseillers : tels les inspecteurs généraux Georges Davy (en fonction depuis 1939, président du jury d’agrégation de 1940 à 1956), Louis Lavelle (chargé de suppléance en 1941), André Bridoux, à partir de 1941. C’est dans ce cadre qu’intervient une réforme qui concerne directement l’enseignement de la philosophie.

La réforme Carcopino

  • 16 1870-1945, philosophe et mathématicien français, représentant du pragmatisme.
  • 17 Emmanuel Maillard, « La réforme de l’enseignement », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale(...)

15La réforme Carcopino du 15 août 1941 propose une refonte de l’architecture de l’enseignement secondaire qui n’est pas sans incidence sur la place de l’enseignement de la philosophie. Celle-ci est préparée par quelques experts avant d’être adoptée par le ministre. Le philosophe Édouard Le Roy16 propose la mise en place d’un double enseignement secondaire, en raison de l’inégalité d’aptitudes : les « hautes » élites doivent aller au lycée, les élites « communes » au collège. Au lycée, le latin et le grec seront obligatoires, au collège seul le latin le sera. L’égalité scientifique sera rétablie17. On est loin, on le voit, de la recherche d’un idéal démocratique et on se situe nettement en rupture avec les projets de Jean Zay.

16Jérôme Carcopino s’inspire, de façon partielle, des projets d’Édouard Le Roy et opère une réforme conservatrice des structures de l’enseignement classique en mettant l’accent sur l’éducation et non sur l’instruction. Il réserve l’enseignement des humanités au lycée : l’enseignement de la philosophie occupe une place de choix dans ce nouveau dispositif.

17L’un des objectifs de la réforme est de moraliser l’enseignement : la philosophie est, pour cette raison, considérée par le ministre comme une pièce maîtresse de son dispositif. Elle lui paraît représenter l’enseignement par excellence de la morale : le ministre en renforce ainsi le poids. L’enseignement philosophique proprement dit occupe désormais neuf heures sur les dix-sept heures, soit 53 % du total horaire (au lieu de 35 %) et 42 % des coefficients à l’examen (au lieu de 38 % en 1931). En revanche, dans la section de mathématiques élémentaires, il n’y a pas de changement.

  • 18 Ainsi c’est parce qu’ils sont de confession juive que Fernand Kessis, Marcel Dreyfus (remplacé par (...)

18Le renforcement de la place de l’enseignement de la philosophie fait ainsi partie du dispositif préconisé par le ministre. On ne peut donc pas dire que cet enseignement soit l’objet d’une répression spécifique, comme dans les années 1850, bien au contraire : un gouvernement totalitaire peut ainsi très bien s’accommoder d’un enseignement qui vise à former des esprits d’élite. Les professeurs de philosophie se voient, dans l’ensemble, confortés dans le choix d’un humanisme libéral. Si la répression existe, elle ne vise pas les professeurs de philosophie en particulier, mais les juifs, les communistes, les pacifistes et les francs-maçons, professeurs de philosophie, comme dans le reste de la fonction publique18.

  • 19 Toutefois, suspendu en 1944, il sera réintégré en 1953 pour faits de résistance, après avoir été dé (...)

19La réforme ne sera pas mise en cause par l’arrivée d’Abel Bonnard, collaborateur nazi notoire, dont le chef adjoint de cabinet était un professeur de philosophie, Maurice Gaït19. La réforme sera améliorée, mais déstabilisera, à son corps défendant, la structure d’ensemble de l’enseignement de la philosophie.

Abel Bonnard mène à son terme la réforme Carcopino

  • 20 JO, 8 mai 1942.
  • 21 Arrêté du 23 mai 1942, Informations universitaires, no 1077, 30 mai 1942.

20La réforme du baccalauréat était incomplète : les élèves n’ayant appris ni le latin ni de seconde langue vivante éprouvaient la plupart du temps également des difficultés en mathématiques. Or, la section mathématiques élémentaires était trop difficile pour eux et la section philosophie, inaccessible. Il manquait donc une section intermédiaire. La solution a été trouvée au tout début du ministère d’Abel Bonnard. Le 7 mai 194220 est créée une nouvelle subdivision de la section philosophie : la classe de philosophie sciences. La répartition horaire accordait le tiers du total à l’enseignement de la philosophie, soit six heures21 et 35 % du total des coefficients à l’examen. Il s’agit donc d’un examen équilibrant le poids respectif des disciplines littéraires et scientifiques. C’est donc à partir de la section philosophie que l’ouverture s’est produite – et non de la section mathématiques. Le succès est vite au rendez-vous et se révèle lourd de conséquences puisque la première section est affaiblie par la seconde, contrairement à ce qu’espérait le ministre.

  • 22 AN F1713338, fragment d’arrêté du 3 août 1944, articles 6 et 8, Papiers Bonnard.

21La décision prise consacre de fait l’éclatement de la classe de la philosophie. De plus, la philosophie n’est plus désormais l’enseignement privilégié d’une section, mais un enseignement parmi d’autres. Cela est d’autant plus vrai que, dans les derniers mois de l’activité ministérielle, voit le jour un autre projet : la création d’un baccalauréat technique, préparé dans les classes terminales des Écoles nationales professionnelles (ENP) et des collèges d’enseignement technique (CET). Les événements empêcheront ce projet d’être effectivement mis en œuvre22. Il sera repris sous une forme voisine ultérieurement, en 1946, lorsque sera créé un baccalauréat technique (qui deviendra ultérieurement le baccalauréat E). On le voit, la continuité prévaut.

La réforme des instructions et des programmes de philosophie

  • 23 Arrêté du 1er juillet 1942, AN F1717502.

22La réforme des structures entraîne une réforme des programmes. En philosophie, comme dans les autres disciplines. Prévue et arrêtée le 23 décembre 1941 par Jérôme Carcopino, la réforme ne devait entrer en vigueur qu’en octobre 1947. L’arrivée d’Abel Bonnard précipita les choses : ce sera en octobre 194223. Le programme arrêté par le ministre a été proposé le 10 décembre 1940 par l’inspecteur général de philosophie Georges Davy, en collaboration avec son collègue André Bridoux.

Philosophie et morale

23Les finalités de l’enseignement de la philosophie sont infléchies légèrement, ce point étant explicité par les nouvelles instructions, complémentaires de celles de 1925. Il est simplement précisé que « le professeur s’attachera particulièrement à dégager la valeur morale des textes étudiés ». Néanmoins, une modification symbolique intervient et sonne comme un rappel à l’ordre : depuis 1880, tout programme indiquait que le professeur était libre d’organiser comme il l’entendait son enseignement : désormais, cette indication a disparu. Par ailleurs, les Instructions relatives à l’enseignement secondaire, pour la rentrée 1943-1944, envisagent une certaine contribution à l’idéologie de la révolution nationale, tout en étant, en dernière analyse, absolument fidèle à l’esprit des instructions de 1925 :

  • 24 Informations universitaires no 1173, 11 déc. 1943 et AN F1713356, Papiers Bonnard.

L’enseignement de la philosophie retrouvera tout son sens s’il est concentré sur une préparation à la vie. Il s’agit moins de bourrer la tête des élèves de tous les systèmes des grands philosophes que si peu d’hommes faits sont déjà capables de vraiment comprendre que de leur faire sentir l’importance des grands problèmes qui intéressent toutes les destinées, la valeur des qualités par lesquelles un homme intervient dans les conditions de sa propre existence, selon son âme et son caractère24.

  • 25 L’année suivante des instructions sont édictées, pour la session du baccalauréat de juin 1944 ; ell (...)

24Du point de vue pédagogique, aucune nouveauté essentielle : on conseille, une fois de plus, aux professeurs d’éviter les cours dictés – signe que la pratique effective des professeurs est différente, alors que les cours dictés sont explicitement interdits depuis 1922. Toutefois, on leur recommande, comme le faisait déjà Jules Lachelier, de ne pas « craindre de faire écrire des sommaires précis et condensés qui permettent aux élèves d’en restituer plus facilement le contenu » ; une dissertation par quinzaine est préconisée, dont une fois sur deux un plan détaillé25.

25On le voit les instructions sont discrètement réorientées dans le sens d’une plus grande moralisation. Il ne s’agit en aucun cas d’une franche rupture. Il en va de même du programme.

Un nouveau programme

26Dans le programme de philosophie générale, de questions complémentaires et d’auteurs de la classe de philosophie de 1923, aucune modification n’est apportée. Les remaniements les plus importants affectent essentiellement la morale. L’introduction du programme ajoute en effet seulement une rubrique : « L’enseignement de la philosophie et la réflexion sur l’expérience concrète : l’esprit philosophique ». Cette idée est en fait conforme aux instructions de 1925.

  • 26 Réintroduction d’un « examen de la méthode en psychologie », réapparition de la notion « d’intellig (...)
  • 27 On ajoute une comparaison entre les sciences morales et les sciences de la nature.
  • 28 Une circulaire du 5 juin 1943, Informations universitaires, no 1154, 17 juillet 1943, précise « qu’ (...)
  • 29 « La famille : son importance sociale et morale. Le respect de la famille. L’autorité dans la famil (...)
  • 30 Le programme de mathématiques élémentaires procède du même principe que par le passé, à savoir la r (...)

27La première partie du programme, consacrée à la psychologie, apporte quelques modifications qui ne sont pas sans importance26 ; c’est plus anodin dans la seconde partie, consacrée à la logique27. En revanche, conformément aux intentions du ministre et aux finalités qu’il assigne à l’enseignement de la philosophie, c’est dans la troisième partie consacrée à la morale qu’apparaissent les modifications les plus conséquentes : on assiste à un renforcement important de la réflexion consacrée à la moralité, dans son rapport à l’expérience concrète de la vie sociale28. Il s’agit d’enseigner aux élèves la conduite la mieux adaptée à la vie sociale et politique du moment – on développe ainsi les trois rubriques « famille – patrie – travail (profession) » et l’on insiste sur une morale du devoir, sans que la question des droits apparaisse29. Enfin, afin de mieux répondre aux exigences de l’idéologie politique de l’époque, la notion « devoirs envers l’homme sans considération de race » est abrégée en « devoirs envers l’homme30 ».

  • 31 Circulaire du 6 août 1942, classe de philosophie sciences dans Informations universitaires, no 1096 (...)

28Le nouveau programme de philosophie/sciences est, selon les « instructions administratives31 » qui l’accompagnent, « presque le même qu’en philosophie, mais en plus condensé, il n’y a pas de programme d’auteurs, pas de matières à options [...]. La culture philosophique générale des élèves sortant de la nouvelle classe doit être comparable à celle des élèves sortant de la classe de philosophie. » Conformément à cette orientation, le programme lui-même comporte les quatre parties traditionnelles du cours de la classe de philosophie. Toutefois, quelques adaptations apparaissent dans la partie consacrée à la psychologie (réduction du nombre de notions, disparition d’une réflexion sur le langage et la pensée) et à la philosophie générale (disparition de la réflexion sur l’espace, le temps, la matière). Pour le reste, pas de changement. Ainsi, faut-il, au total, parler davantage d’inflexion que de modification radicale. Il s’agit bien du programme de la classe de philosophie.

  • 32 Instructions relatives à l'enseignement du second degré, AN F1713356.

29La mise en œuvre de ces programmes a été fort brève – un an tout au plus. En effet, pour la rentrée d’octobre 1943, sont prises des mesures « d’assouplissement ». Or, si l’intention affichée est de simplifier plutôt que de réduire l’étude de chaque question, la conséquence est en contradiction avec les intentions initiales du ministre : les mesures prises maintiennent l’importance de la psychologie et, paradoxalement, réduisent à presque rien le programme de logique et de morale. Les options sont supprimées, un seul auteur est proposé, au choix du candidat, avec possibilité de ne choisir qu’un court fragment, telle une partie du Discours de la méthode32. Bref, un programme mort-né. Reste à voir comment il a pu être relayé par les professeurs.

La pratique des professeurs

  • 33 Nous avons pu examiner, en effet, 28 dossiers (dont 16 de professeurs femmes), soit 14 % du total d (...)

30Si les manuels livrent des indications que l’on examinera dans le chapitre suivant, ils ne nous permettent pas d’entrer dans la salle de classe. En revanche, il est possible d’approcher de façon indirecte et partielle la pratique des professeurs, en lisant les rapports rédigés par les inspecteurs lors de leur visite. Nous ne prétendons donner que quelques indications, compte tenu du nombre réduit de dossiers individuels accessibles33 : il ne s’agira donc que de professeurs qui ont prêté le serment de non-appartenance à un groupe interdit et n’ont donc pas été radiés de l’enseignement.

  • 34 Dossier de L. V., inspection de G. Davy, 1942, AN F1725235.

31Il apparaît très nettement que les inspecteurs généraux maintiennent la tendance déjà constatée dans la période précédente : ils s’intéressent au contenu théorique du cours, très peu à la pratique pédagogique et font rarement allusion à un contenu idéologique qui pourrait, d’une manière ou d’autre, les interroger : un quart, en effet, de leurs remarques consiste en une description du contenu théorique de l’enseignement du professeur. Parfois même, il est fait état d’une discussion sur l’interprétation du problème entre le professeur et l’inspecteur34. Les seules remarques qui ont un quelconque rapport avec les pratiques pédagogiques concernent la clarté de l’exposé, la capacité de dialogue avec les élèves :

  • 35 Dossier individuel de P. C., inspection d’A. Bridoux, AN F1727274. Inscrit aux « fidèles du marécha (...)

Esprit créatif et cultivé qui ne sait pas mettre son cours à la portée des élèves. Leçon très élevée et très riche. Connaissances étendues. Beaucoup d’activité d’esprit. Se laisse entraîner par la parole. N’a pas le sens des choses qui seraient propres à fixer l’attention des élèves et à éveiller leur réflexion. Vers la fin de la classe, il est évident que le professeur a perdu le contact avec son auditoire. Les élèves ne prennent plus de notes et n’écoutent plus35.

  • 36 Dossier individuel de C.F., inspection d’A. Bridoux, AN F1727835. Relevé d’abord de ses fonctions, (...)
  • 37 Dossier individuel de J. D., inspection d’A. Bridoux, 1942, AN F1724998.

32Inversement, cet autre professeur est loué par le même inspecteur pour « son autorité, sa grande habitude de parole, le grand bonheur dans le choix des termes et des formules36 » ou cet autre parce qu’il mène avec ses élèves « une conversation familière37 ». C’est, le même jugement que l’on retrouve, de façon plus développée, dans un autre rapport :

  • 38 Dossier individuel d’A. C., inspection d’A. Bridoux, 1943, AN F1725312.

Les tendances [résumé de la leçon par l’inspecteur]. Très bonne leçon. Tout est clair, intéressant, mesuré à la capacité des élèves et présenté de manière à leur permettre de prendre des notes aussi précises qu’utiles. L’exposé est sans cesse relevé par des remarques personnelles et par des appels à l’expérience. Le contact avec la classe est excellent. A. C. s’entend à provoquer les interventions, à les maintenir dans la mesure convenable dans la lignée de l’exposé. Interroge les élèves en fin de séance sur Condillac. Même esprit de discernement. Très cultivé et grande expérience38.

  • 39 Dossier individuel d’A. H., inspection d’A. Bridoux, 1943, AN F1727002.

33De ce fait, très logiquement, le même inspecteur porte un jugement plutôt défavorable à l’encontre d’un autre professeur qui semble « donner trop l’impression de suivre un cours fait d’avance. Elle prive la classe de cet élément d’intérêt que seule peut apporter la réflexion présente du professeur39 ». Rares sont les conseils à proprement parler pédagogiques :

  • 40 Dossier individuel de Μ. K., inspection de G. Davy, 1943, AN F1726506/A.
  • 41 Dossier individuel d’A. H., inspection d’A. Bridoux, 1940, AN F1727002.

Temps excessif consacré à la lecture d’une copie d’élève. Plus que l’éloge ou la critique de la copie, ce qui importe c’est de faire comprendre par les élèves en les impliquant et en les dirigeant le plan de la dissertation et de montrer comment l’on conduit et comment l’on développe un plan40.
Ou encore cet autre : Pose une question à étudier pour chaque classe. La méthode est bonne, mais il y aurait lieu d’indiquer avec plus d’ampleur les lectures à faire, les principales références intéressant les questions à étudier.
On pourrait souhaiter plus de fermeté dans l’indication des grandes lignes, mais c’est affaire d’expérience41.

34Nous n’avons pas trouvé de jugements qui portent sur la valeur idéologique de l’enseignement par rapport à l’époque. Cela ne signifie pas que certains professeurs n’aient pas tenu en l’absence des inspecteurs des propos d’approbation de la politique du régime, mais cela signifie que ce n’est pas la préoccupation des inspecteurs, dans un sens ou dans un autre. L’action des inspecteurs, autant qu’on puisse en juger, semble en cette matière fort discrète.

35Au total, les inspecteurs semblent aimer un cours qui manifeste une réelle capacité de réflexion du professeur et une présence active des élèves, le professeur devant être capable de maintenir une sorte de cap permanent de la pensée, comme en témoignent les hésitations dans le jugement de cette notice rédigée par Louis Lavelle, chargé d’une inspection :

  • 42 Dossier individuel de G. M., inspection de L. Lavelle, 1941, AN F1727021.

Collaboration permanente entre le professeur et les élèves. Ceux-ci rédigent un résumé de la leçon précédente dont l’un d’entre eux donne lecture. G.
M. interrompt fréquemment cette lecture pour rectifier ou compléter. Il demande à tous ses camarades de participer à ce travail. Et chacun d’apporter des suggestions personnelles ou des exemples qu’il emprunte à sa propre expérience. [...] L’inconvénient de cette méthode est non seulement que le développement présente un caractère un peu rompu et que l’on peut craindre que les élèves n’arrivent pas immédiatement devant avec une perspective d’ensemble sur la totalité des problèmes étudiés42.

36L’inspection générale se conduit ainsi comme l'essentiel de l’administration de l’Éducation nationale, c’est-à-dire qu'elle n’entre pas dans un processus de collaboration trop voyant : elle se contente de gérer, au mieux, le quotidien. Aucun de ces inspecteurs ne sera inquiété à la Libération et tous poursuivront une belle carrière.

  • 43 En effet sur 46 sujets recensés dans la section philosophie lettres, 37 sont des sujets de psycholo (...)

37Par ailleurs, si l’on considère les sujets donnés au baccalauréat en 1943 dans la série philosophie, on constate que les sujets de psychologie, et non ceux de morale, contrairement à l’importance qui leur est attribuée par les autorités universitaires, représentent la majorité écrasante (environ 80 % du nombre total de sujets) ; les sujets de réflexion (tel « Dans quelle mesure le jugement est-il soumis à l’action de la volonté ? » ou « Que pensez-vous de cette appréciation de Bergson que le rire provient du mécanique plaqué sur du vivant ? ») sont nettement en minorité par rapport à ceux où l’essentiel de ce qui est attendu des candidats est de restituer le cours de façon adroite (environ les deux tiers)43, tels les sujets suivants : « Analyser un acte volontaire. Le comparer à un acte instinctif et à un acte réflexe », « Dans quelle mesure le jugement est-il soumis à l’action de la volonté ? », « La conscience de soi et ses degrés ». On le voit là encore, ce qui prévaut, c’est la continuité. Les injonctions officielles n’ont guère été mises en œuvre.

Vers quel enseignement de la philosophie ?

38L’administration de l’Éducation nationale n’a guère hésité lorsqu’il s’est agi de dresser les listes de professeurs suspects – juifs ou francs-maçons – en revanche, elle a été beaucoup plus circonspecte, dans les limites temporelles analysées, pour adapter l’Éducation nationale et plus spécifiquement l’enseignement de la philosophie à la politique menée. Certes, incontestablement l’enseignement de la philosophie a été l’objet des faveurs attentives du nouveau régime : en ce sens nombre de professeurs ne pouvaient qu’acquiescer. Néanmoins, on n’est pas tombé dans les dérives d’un programme explicitement antijuif ou collaborationniste, par exemple, même si idéologiquement une orientation morale a été fixée. Des infléchissements ont été donnés, mais pas de rupture franche. On était déjà conservateur et on l’est resté.

39L’impression première à laquelle nous sommes parvenus est que peu de choses ont dû changer. La vie a continué, souvent dans d’immenses difficultés matérielles, dans la crainte d’un bombardement ou d’une rafle, mais la vie a continué. L’enseignement de la philosophie n’est pas devenu un instrument de propagande au service du régime. À de rares exceptions près, l’humanisme traditionnel est resté enseigné.

  • 44 En 1943, dans la métropole (à l’exception de Strasbourg et de la Corse), 8 210 élèves suivent les c (...)

40La difficulté réside ailleurs. La croissance des effectifs des lycées s’est poursuivie44. Or, aucun élément tangible ne nous permet de dire que se fait jour chez les uns et les autres une prise de conscience des transformations des conditions d’exercice de l’enseignement de la philosophie, résultat de l’accroissement du nombre d’élèves et de la création d’une section nouvelle, maintenue après la fin de la guerre sous l’appellation de « sciences expérimentales ». Le réveil, après-guerre, n’en sera que plus douloureux.

Notes

2 La France de Vichy, 1940-1944, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points-histoire », (1re éd. 1972), trad. franc., 1973 ; Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français, l’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997 ; Marc-Olivier et Vincent Duclert, (dir.), Serviteurs de l’État, Paris, La Découverte, 2000.

3 Pierre Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991 ; Jean-François Muracciole, Les Enfants de la défaite, Paris, Presses de sciences politiques, 1998.

4 Huguette Bouchardeau et André Matrat, « Une institution : la philosophie dans l’enseignement du second degré en France, 1900-1972 », thèse Lyon, 1975 ; Paul Gerbod, « L’université et la philosophie de 1789 à nos jours », dans Actes du 95e congrès national des sociétés savantes, t. 1, Paris, Bibliothèque nationale, 1974, p. 237-330.

5 On réserve pour le chapitre suivant l’analyse des manuels que l’on comparera à ceux de l’enseignement privé.

6 Un arrêté du 29 juillet 1938 instaure une sous-admissibilité : cette disposition nouvelle permettait de s’assurer un vivier pour le recrutement des professeurs de collège et procédait, de fait, à une unification de la formation, Archives nationales (désormais AN) F1713655, Conseil supérieur de mars 1938.

7 Le programme de 2001 s’y réfère toujours, même si c’est pour les actualiser. En revanche, le programme arrêté en 2003 abandonne cette référence.

8 Bruno Poucet, Enseigner la philosophie. Histoire d’une discipline scolaire, 1860-1990, Paris, CNRS éditions, 1999, p. 244-245 ; p. 391 pour les instructions.

9 Conseil supérieur de l’Éducation nationale du 20 décembre 1946, AN F17bis 21060 ; cf. Jean-François Garcia, L’École unique en France, Paris, PUF, coll. « L’éducateur », 1994.

10 Revue de Métaphysique et de Morale, t. 39, 1932, p. 419.

11 Abel Rey, Leçons de psychologie et de philosophie, Paris, Cornély, 1903.

12 Revue de Métaphysique et de Morale, t. 39, 1932, p. 427.

13 René Maublanc, « La philosophie marxiste et l’enseignement officiel », Cahiers du contre-enseignement, 1935 ; Georges Politzer, Cours de marxisme, 1935.

14 Jérôme Carcopino, Souvenirs de 7 ans, 1937-1944, Paris, Flammarion, 1953, p. 298.

15 Toutefois, de nouvelles organisations existent, inféodées au régime et à l’influence fort réduite : L’Union de l’enseignement, sous le patronage de Marcel Déat, agrégé de philosophie et collaborateur notoire ou encore la Confédération générale de l’enseignement, Paul Gerbod, Les Enseignants et la politique, Paris, PUF, 1976, p. 100.

16 1870-1945, philosophe et mathématicien français, représentant du pragmatisme.

17 Emmanuel Maillard, « La réforme de l’enseignement », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale 1964, no 56, p. 43-65 ; cf. Stéphane Israël, « Jérôme Carcopino, directeur de l’École normale supérieure des années noires » ; André Gueslin, Les Facs sous Vichy, Actes du colloque des universités de Clermont-Ferrand et de Strasbourg – novembre 1993, Clermont-Ferrand, université Blaise-Pascal, Institut d’études du Massif central, coll. « Prestige », fascicule VI, p. 157-168.

18 Ainsi c’est parce qu’ils sont de confession juive que Fernand Kessis, Marcel Dreyfus (remplacé par Sartre), Lucy Prenant sont mis à la retraite d’office, ou parce qu’ils sont francs-maçons que Clément Falcucci, Alavoine, André Favière subissent le même sort, ou parce qu’il est pacifiste que Michel Alexandre est révoqué : ce n’est pas parce qu’ils sont professeurs de philosophie. Il en va de même pour Georges Politzer ou René Maublanc : leur appartenance au PCF clandestin explique leur révocation.

19 Toutefois, suspendu en 1944, il sera réintégré en 1953 pour faits de résistance, après avoir été défendu par Georges Canguilhem.

20 JO, 8 mai 1942.

21 Arrêté du 23 mai 1942, Informations universitaires, no 1077, 30 mai 1942.

22 AN F1713338, fragment d’arrêté du 3 août 1944, articles 6 et 8, Papiers Bonnard.

23 Arrêté du 1er juillet 1942, AN F1717502.

24 Informations universitaires no 1173, 11 déc. 1943 et AN F1713356, Papiers Bonnard.

25 L’année suivante des instructions sont édictées, pour la session du baccalauréat de juin 1944 ; elles concernent le choix des sujets et manifestent un souci de tenir compte de la réalité des élèves. Chaque sujet doit répondre aux conditions suivantes : être simple et court dans son énoncé, ne présenter aucune ambiguïté, être à la portée des candidats, être ni trop difficile, ni trop spécial, ne pas inciter trop directement à la récitation d’un cours ou d’un manuel, ne pas tourner aux questions détaillées, éviter de faire porter les trois sujets sur une seule partie du cours. Décret du 20 mars 1944, Informations universitaires, 25 mars 1944, no 1186.

26 Réintroduction d’un « examen de la méthode en psychologie », réapparition de la notion « d’intelligence », apparition de « conscience de l’effort » ou encore remplacement « d’inconscience » par « degré de la conscience » – et un ajout essentiel : « Notions sommaires sur la psychologie de l’enfant » ; on relève également l’insistance mise sur le rôle de la famille par rapport à l’enfant, l’importance donnée à la discipline : écho vraisemblable des discours idéologiques de l’époque.

27 On ajoute une comparaison entre les sciences morales et les sciences de la nature.

28 Une circulaire du 5 juin 1943, Informations universitaires, no 1154, 17 juillet 1943, précise « qu’après l’étude de la famille, le professeur de philosophie consacrera au moins trois leçons d’une heure au problème de la natalité et à ses données contemporaines, notamment en France. »

29 « La famille : son importance sociale et morale. Le respect de la famille. L’autorité dans la famille. Devoirs des parents et des enfants. Devoirs réciproques des époux. Le problème de la natalité ; la patrie : ses éléments matériels et spirituels. Les sentiments qu’elle inspire et les devoirs qu'elle impose ; l’esprit de sacrifice. La nation, l’État et son autorité ; la loi. La liberté de l’individu et ses devoirs civiques ; la profession. Le devoir et l’amour du travail ; la conscience professionnelle, l’esprit de solidarité et leur importance nationale. La probité et le travail. »

30 Le programme de mathématiques élémentaires procède du même principe que par le passé, à savoir la réduction du programme de la classe de philosophie. Seules sont étudiées les questions de logique et de morale, selon le principe adopté en 1925.

31 Circulaire du 6 août 1942, classe de philosophie sciences dans Informations universitaires, no 1096, août 1942.

32 Instructions relatives à l'enseignement du second degré, AN F1713356.

33 Nous avons pu examiner, en effet, 28 dossiers (dont 16 de professeurs femmes), soit 14 % du total des 220 professeurs en fonction en 1942-1943 ; d’autres dossiers étaient accessibles, mais les professeurs ayant été suspendus pour des raisons raciales ou idéologiques, il n’y a, bien entendu, aucun rapport concernant cette période, dans ces dossiers.

34 Dossier de L. V., inspection de G. Davy, 1942, AN F1725235.

35 Dossier individuel de P. C., inspection d’A. Bridoux, AN F1727274. Inscrit aux « fidèles du maréchal », ce professeur, qui a soutenu son collègue israélite et dont le neveu a été exécuté à la cascade du bois de Boulogne en 1944, a été finalement disculpé par la commission d’enquête et finira sa carrière comme professeur de faculté.

36 Dossier individuel de C.F., inspection d’A. Bridoux, AN F1727835. Relevé d’abord de ses fonctions, comme ancien dignitaire franc-maçon, puis réintégré. Sera nommé Inspecteur général après la guerre.

37 Dossier individuel de J. D., inspection d’A. Bridoux, 1942, AN F1724998.

38 Dossier individuel d’A. C., inspection d’A. Bridoux, 1943, AN F1725312.

39 Dossier individuel d’A. H., inspection d’A. Bridoux, 1943, AN F1727002.

40 Dossier individuel de Μ. K., inspection de G. Davy, 1943, AN F1726506/A.

41 Dossier individuel d’A. H., inspection d’A. Bridoux, 1940, AN F1727002.

42 Dossier individuel de G. M., inspection de L. Lavelle, 1941, AN F1727021.

43 En effet sur 46 sujets recensés dans la section philosophie lettres, 37 sont des sujets de psychologie (11 sur 28, soit 39 % en philosophie sciences) ; 12 sont des sujets problèmes en philosophie lettres, 34 des sujets exposés. Nous avons recensé les sujets à partir du Traité de philosophie de P. Foulquié.

44 En 1943, dans la métropole (à l’exception de Strasbourg et de la Corse), 8 210 élèves suivent les cours de mathématiques élémentaires, 3 094 ceux de philosophie sciences et 12 767 ceux de philosophie lettres (alors qu’ils n’étaient que 10 700 en 1941). La classe de mathématiques élémentaires est affectée d’une légère baisse (-190 élèves par rapport à 1941), statistiques au 5 novembre 1943, AN F1713950.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.