Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Les titres byzantins en Arménie1

Karen Yuzbashian

Texte intégral

  • 1 Liste des abréviations :
    AnjB : R. Ačaryan, Hayoc‘ anjnanunneri bararan (Dictionnaire des noms prop (...)
  • 1 Un terme commun pour désigner un noble. Sur son origine, voir W. B. Hennig, A New Parthian inscrip (...)
  • 2 Sur le système de préséance arménien, cf. N. Adontz, Armenia in the period of Justinian. The polit (...)

1À l’époque des rois de la maison des Arsacides, c’est-à-dire du ier au ve siècle, la place d’un naxarar1 dans l’ordre de préséance était fixée par le rang du trône (en arménien gah) ou du barj (coussin) qu’il occupait aux réceptions royales. Un document intitulé gahnamak (« Livre des gah » ou mieux « Liste de préséances ») établissait la succession des gah. C’était une liste des familles nobles avec les numéros de leurs gah, commençant par le plus honorable, et qui déterminait aussi leur dignité, ce que les Arméniens appelaient patiw. La place d’un naxarar dans l’ordre de préséance était héréditaire. Mutatis mutandis, cet ordre a conservé sa vigueur sous la domination perse et perdu son sens à l’époque arabe2.

2Le rôle social d’un naxarar était également indiqué par son poste administratif, son service à la cour, les forces militaires dont il disposait (bien que cet aspect ne fût jamais décisif), le prestige légendaire de son clan, et enfin ses qualités personnelles. Mais du point de vue juridique, c’était le gah qui assurait ou au moins pouvait assurer la position sociale d’un naxarar. Le rang d’un noble arménien pouvait être modifié - vers le haut ou vers le bas -, mais en général ce système supposait une certaine stabilité.

3Il est donc évident que le système des titres honorifiques byzantins était insolite aux yeux des Arméniens. Le titre n’était pas fixé à jamais, il était de caractère personnel, et des membres de la même famille portaient des titres différents. Et dans chaque cas, le dernier titre primait sur le précédent. L’espoir d’avancement stimulait l’activité des Byzantins dans le domaine administratif et militaire. Appliqué en Arménie, ce système aurait introduit une échelle des valeurs sociales tout à fait nouvelle.

  • 3 Pour un aperçu général de l'administration byzantine, donc des titres, voir par exemple : L. Bréhi (...)
  • 4 R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Berlin-Amsterdam 1967 (Berliner Byzantini (...)
  • 5 AnjB.
  • 6 On sait qu’en 72 de notre ère, l’Arménie Mineure (vers l’ouest de l’Euphrate) fut définitivement r (...)

4L’étude des titres byzantins à Byzance même est à présent bien avancée3, alors que les recherches sur l’application du système impérial en Arménie ne font que débuter. La plupart des sources sont en arménien, elles n’ont pas été étudiées du point de vue qui nous intéresse ici et sont mal connues des byzantinistes. Les listes des patrices, magistres, curopalates, etc., dressées par R. Guilland4 sont fondées sur les données des textes gréco-latins et abondent en lacunes en ce qui concerne les titulaires arméniens en Arménie. Le Dictionnaire onomastique en cinq volumes d’H. Ačaṙyan5 est une œuvre qui témoigne d’une grande érudition, mais l’auteur connaît mal les données des sources byzantines. Notre exposé reste encore incomplet, mais nous tenterons néanmoins de présenter une esquisse de l’usage des titres byzantins en Arménie jusqu’au xie siècle6.

  • 7 N. G. Garsoïan, Quidam Narseus ? A Note on the Mission of St. Nersēs the Great, Armeniaca, Venise (...)
  • 8 Movses Xorenac’i, Patmut’iwn Hayoc’ (Histoire de l’Arménie). Texte critique et introduction par M. (...)
  • 9 Sur le consulat honoraire, voir RE, VII, 1, Stuttgart 1990, col. 1137. G. Sarkissian confronte le (...)
  • 10 Cf. P’awstosi Buzandac’woy Patmut’iwn Hayoc’ i č’ors drut’iwns, 4e éd., Venise 1933, p. 100; The E (...)

5Selon les sources arméniennes, le premier titulaire byzantin en Arménie serait Gnel Arsakuni, neveu du roi Aršak II Gnel avait été pris en otage à Constantinople, mais après la mission du kat’olikos Nersēs dans la capitale de l’Empire en 3587, il revint dans sa patrie avec le titre de hypatos, consul8. Dans cet épisode emprunté à l’Histoire de Movsēs Xorenac’i, il s’agirait du titre romain de consul honoratius, consularis ou ex consule9. Des étrangers obtenaient ce titre (par exemple le roi Clovis en 508), mais non la fonction. Nous ignorons la provenance de l’information de notre historien, car Ps.-P’awstos Buzand, que Movsēs suit ici, n’en souffle mot10.

  • 11 Patmut’iwn Sebēosi, texte critique, introduction et commentaire par V. G. Abgaryan, Erévan 1979, p (...)
  • 12 Łazar P’arpec’i, Patmut’iwn Hayoc’ (Histoire de l’Arménie), éd. G. Tēr Mkrtč’ean et St. Malxaseanc(...)
  • 13 Girk’ Tlt’oc’, éd. Y. Izmireanc’, Tbilissi 1901, p. 40, 47, 48.

6Vard Mamikonean, marzpan (gouverneur) de l’Arménie perse, porte le titre de patrikios dans les œuvres de Sebëos (viie siècle) et d’Asolik (xie siècle)11 - on retrouve la même idée dans les travaux scientifiques. Mais Vard Mamikonean vivait au début du ve siècle, à l’époque où l’Arménie venait d’obtenir son autonomie sous le protectorat perse et n’aurait sans doute pas voulu éveiller les soupçons de la cour sassanide par un gouverneur porteur d’un titre byzantin. Pour Lazar P’arpec’i, un contemporain de Vard, à qui Asolik renvoie ses lecteurs, ce dernier ne portait aucun titre byzantin12. Il est également sans titre dans les documents de son époque qui font partie du Livre des lettres13. Nous devons donc conclure qu’en nommant Vard Mamikonean « patrikios », les auteurs postérieurs se sont trompés ou ont interprété ce titre comme une fonction.

  • 14 AnjB, 3, p. 329, n° 1. Cf. n° 2 sur le porteur éventuel du titre.

7Mžež Gnuni qui gouvernait l’Arménie perse en 518-548 (la chronologie n’est pas certaine) aurait porté le titre de patrikios selon H. Ačaṙyan. Mais cette information qui provient des K’artlis Cxovreba (« Livres des Rois géorgiens ») n’est pas certaine et elle concernerait, semble-t-il, un autre Mžež Gnuni, tué vers 635, dont l’activité se déroulait à Byzance14.

  • 15 Yovhan Mamikonean, Patmut’iwn Tarōnoy (Histoire du Tarôn), éd. A. Abrahamyan , Erévan 1940, p. 148 (...)

8Enfin, Yovhan Mamikonean (viiie siècle) mentionne un Vardpatrik Arcruni mort vers 59015. Cette mention est trop imprécise pour que nous puissions en tirer quelque conclusion.

9Si nos réserves sont justifiées, les titres honorifiques byzantins ne sont attestés en Arménie ni au ve, ni au vie siècle. Ils n’apparaissent qu’au siècle suivant et ce phénomène est directement lié au changement de statut politique de la majeure partie du pays à la fin du vie siècle.

  • 16 Sur l’autonomie des Arméniens sous la domination des Perses, des Byzantins et des Arabes, voir : Y (...)

10En effet, le roi des rois sassanide Xusrô II fut rétabli sur son trône avec l’aide de Byzance en 591, et, reconnaissant, promit entre autres de céder à l’Empereur une partie considérable de la Persarménie. Dès lors, la plus grande partie du territoire arménien appartenait à Byzance. Nous pourrions penser que ces terres partagèrent le sort de celles déjà rattachées à l’Empire, mais ce ne fut pas le cas. Les nouvelles provinces bénéficièrent d’une autonomie considérable, car les traditions d’autonomie arménienne, acceptées par l’Iran après la chute des Arsacides, restèrent vivantes sous le pouvoir byzantin16.

11Parmi les gouverneurs (marzpan) de la Persarménie nommés par les Sassanides figuraient souvent des représentants de la noblesse locale. Ainsi, un naxarar de la famille des Mamikonean remplissait les fonctions de commandant en chef des forces militaires (sparapet). Et les grandes révoltes des Arméniens contre les Sassanides (450-451, 482-484, 571-572) furent provoquées par le non respect de leur autonomie.

12Ayant conservé, et même développé, ces traditions, les Byzantins créèrent ou plutôt reconnurent la fonction du « Prince d’Arménie » (Hayoc’ išxan) qui représenta son pays face à l’Empire, et gouverna en même temps les terres acquises après la division de 591. Il y eut même des périodes où toute l’Arménie orientale lui fut soumise. Les Arabes, à leur tour, reconnurent cette même institution. Au viie siècle, nous trouvons des cas où les « Princes d’Arménie » servirent tantôt les Byzantins, tantôt les Arabes.

13Comme la noblesse arménienne conserva son rôle dans la vie politique, l’Empire fut obligé d’en tenir compte. Afin de consolider son pouvoir et de s’attacher cette aristocratie, Byzance distribua avec générosité les titres honorifiques. Honorés par la bienveillance impériale, les nouveaux titulaires devenaient des « vassaux » de Byzance, avec toutes les obligations liées à leur nouveau statut. Cet état de choses devait durer jusqu’au début du viiie siècle, quand Byzance perdit l’Arménie pour plus d’un siècle et demi.

14Six Arméniens, remplissant les fonctions de « Prince d’Arménie », portèrent le titre de patrice ou de apo-hypatos, patrice au viie siècle et au début du viiie :

  • 17 Ibid., p. 30, n° 4.1 et les renvois.

151.1. Dawit’ Saharuni qui participa au complot d’Atalaric contre l’empereur Héraclius (637 ou 638). Mžež Gnuni l’arrêta, mais fut tué par Dawit’ qui prit la fuite. Sebēos (qui écrit après 668) signale que l’Empereur le nomma curopalate. Dans son inscription de 639-640, Dawit’ s’intitule patrice, curopalate, sparapet d’Arménie et de Syrie. Gouverneur de l’Arménie pendant trois ans, il fut chassé ou tué par des soldats rebelles17.

  • 18 Ibid., p. 30-31, n° 4.2 et les renvois. Dans le texte édité d’Asolik (cité supra n. 11), p. 90, la (...)

161.2. T’eodoros Rstuni qui gouverna la Persarménie et commanda les forces militaires. L’empereur Constant II (641-668) le fit patrice et le déclara zoravar (général). Vers 646, T’eodoros fut arrêté, emmené à Constantinople, puis libéré et renvoyé en Arménie en qualité de zoravar. En 652, il signa un traité avec les Arabes et l’empereur le destitua. Selon Asolik (après 1004), T’eodoros Rštuni portait le titre de apo-hypatos, patrice18.

  • 19 Yuzbashian, États arméniens, p. 32-33, n° 4.5.

171.3. Grigor Mamikonean. En 662, le calife Mu’āwiya le nomma « Prince d’Arménie », ce que confirme sa propre inscription. Par ailleurs, Kirakos Ganjakec’i (xiiie siècle) le déclare patrice ; donc, au cours de sa carrière, Grigor servit aussi Byzance19.

  • 20 Ibid., p. 33, n° 4.6.

181.4. Ašot Bagratuni, successeur du précédent, qui gouverna l’Arménie en 685-689. Les campagnes de Justinien II en Arménie se situent pendant son gouvernement. Asot périt au combat contre les Arabes20.

  • 21 AnjB, 4, p. 93, nos 16 et 17 ; Yuzbashian, États arméniens, p. 33, n° 4.7 ; l’inscription de T’ali (...)

191.5. Nerseh Kamsarakan. Déjà comes de Kapoyturk ( ?) en 689, il fut nommé « Prince d’Arménie » par Justinien II ; il gouverna le pays en 689-691. Dans une note commémorative, il figure comme apo-hypatos, patrice21.

  • 22 Yuzbashian, États arméniens, p. 33-34, n° 4.8. Smbat aurait été le dernier « Prince de l’Arménie » (...)

201.6. Smbat Bagratuni Bewratean remplaça le précédent en 691. En 692, les Byzantins ayant essuyé une défaite dans une campagne contre les Arabes, il transmit le pays aux vainqueurs. Néanmoins, l’Empereur (Tibère II (?) - 698-705) le nomma curopalate plus tard, mais il est peu probable que Smbat redevînt « Prince d’Arménie »22.

21Outre Nerseh (le n° 1.5), quatre patrices ont également appartenu à la famille des Kamsarakan :

  • 23 Pour les détails, voir Orbeli, Trudy (cité supra n. 21), p. 439 s.

222.1. Nerseh Kamsarakan, seigneur du Širak et de l’Aršarunik’, apo-hypatos, patrice. Son identifiation avec le n° 1.5 reste discutable23.

  • 24 Ibid., p. 412-413.

232.2. Hrahat Kamsarakan, seigneur du Širak et de l’Aršarunik’24.

  • 25 Ibid., p. 411-413.

242.3. Artawazd Kamsarakan, apo-hypatos, patrice25.

  • 26 J. Dashian, Katalog der armenischen Handschriften in der Mechitaristen-Bibliothek zu Wien, Vienne (...)

252.4. Vahan Kamsarakan, le « bâtisseur d’églises », patrice26.

26Enfin un autre patrice appartenait, comme T’eodoros (le n° 1.2) à la famille des Rštuni :

  • 27 T’ovma Arcruni, Patmut’iwn tann Arcruneac’ (Histoire de la Maison des Arcruni), éd. K’. Patkanean, (...)

272.5. Vard Rštuni27.

  • 28 Voir par exemple : Liber expugnationis regionum auctore al-Beladsori, éd. M. J. De Goeje, La Haye (...)
  • 29 C’est le cas de Sahak Bagratuni († 775), qui était « Prince de l’Arménie » sous les Arabes. Les au (...)

28Le titre patrice semble avoir été plus répandu en Arménie que ne l’indiquent les sources. Chez les auteurs arabes, avec la transcription batriq, il devint un synonyme d’išxan, « prince arménien »28 ; il en fut de même dans les sources syriaques29. Sous les Arabes, le terme était également employé pour le « Prince d’Arménie ». Dans certains cas, patrik figure même comme nom propre.

  • 30 Theophanis Chronographia, éd. C. De Boor, I, Leipzig 1883, p. 366, 1. 25-26 et p. 174, 1. 12.

29Le même manque de précision dans la terminologie se retrouve dans les sources grecques. Ainsi Théophane nomme Smbat Bagratuni « patrice d’Arménie », πατρίκεος ’Apuεvίaς, bien que normalement patrice ne soit qu’une dignité et non une charge ; ailleurs Théophane connaît aussi un πατρίκεον τòν ’Apµένεον30.

30La liste des curopalates arméniens du viie siècle comporte quatre personnes :

313.1. Dawit’ Saharuni, qui est le même que le n° 1.1 de la liste précédente.

  • 31 Yuzbashian, États arméniens, p. 20, n° 2.6 et p. 31, n° 4.3.

323.2. Varaztiroc’ Bagratuni, ancien marzpan de Persarménie, qui s’enfuit à Byzance puis s’installa au Tayk’. L’empereur Héraclius le nomma curopalate et lui « transmit le pouvoir sur le pays », mais la lettre impériale arriva après sa mort31.

  • 32 Ibid., p. 31-32, n° 4.4.

333.3. Hamazasp Mamikonean. Il fut « Prince d’Arménie » sous les Perses et ensuite remplit les mêmes fonctions sous les Byzantins. L’empereur Constant II le récompensa généreusement et l’éleva à la dignité de curopalate (en 655 selon Asolik)32.

343.4. Smbat Bagratuni Bewratean, le n° 1.6 de la précédente liste.

  • 33 L’inscription où Grigor est nommé elustr est datée de 637. Cf. Orbeli, Trudy, p 395.

35Le titre d’elustr (illustrios) est aussi attesté à cette époque ; c’est le cas de Grigor (Mamikonean ?)33.

36Au viie siècle, les porteurs des titres honorifiques étaient donc tout d’abord des « Princes d’Arménie », les représentants du pouvoir de l’Empire et de la volonté de l’Empereur. Ainsi, neuf titulaires étaient patrices dont deux apo-hypatos, patrices ; un apo-hypatos, patrice et un patrice furent ensuite élevés au rang de curopalates. On peut noter aussi que le nombre des familles qui appuyaient la politique administrative byzantine en Arménie, était assez limité : les Mamikonean, les Kamsarakan, les Bagratuni, les Rstuni et les Saharuni.

  • 34 Pour les renvois, voir AnjB, 1, p. 183, n° 26.
  • 35 N. Adontz, Études arméno-byzantines, Lisbonne 1965, p. 211-212.

37Au début du viiie siècle, la distribution des titres byzantins en Arménie cessa avec la fin de la domination impériale, bien que nous trouvions vers 837 un anthypatos, patrice et apo-hypatos, Asot, le père de Sapuh Bagratuni (l’historien). Mais Ašot était prince de Sper (au nord-ouest de l’Arménie), où il n’y avait pas d’Arabes34. Toutefois dans la seconde moitié du même siècle, l’ancienne pratique de distribution des titres reprit. Entre 858 et 878, Asot était prince du Tarôn, région située à l’ouest du lac de Van. Les sources arméniennes nomment cet Asot prince d’Arménie, mais à notre avis, il ne s’agit que de ses domaines du Tarōn et non de toute l’Arménie. Asot portait le titre de curopalate et, conformément aux usages byzantins, devait se considérer comme un « vassal » de Byzance35. L’octroi d’un titre indique la domination de l’Empire.

  • 36 DAI, 43, 1. 65-66.
  • 37 Ibid., 43, 1. 152-153.
  • 38 Ibid., 43, 1. 51-53, 133.

38Nous considérons maintenant uniquement les cas exceptionnels. Au xe siècle, le Tarôn appartenait au fameux Grigor le Tarônite (le Κρεκορίκεος des sources grecques) et à ses héritiers. Dans son De Administrando Imperio, Constantin Porphyrogénète a consacré un chapitre au Tarôn. Il dit que Grigor le Tarōnite fut le premier parmi les gouverneurs orientaux à reconnaître l’autorité suprême de l’Empire. Déjà patrice quand il se rendit à Constantinople en l’an 900, il en revint comme magistros et stratège36. Sous Romain Ier Lécapène (920-944), le fils aîné de Grigor, Pankratios-Bagarat, marcha sur les traces de son père et revint de la capitale en qualité de patrice et de stratège du Tarōn37. Du vivant de Grigor, son fils bâtard Asot visita Constantinople à son tour et fut nommé protospathaire, puis patrice38. Comme son père et son frère, probablement fut-il stratège.

39Si les titres de protospathaire, patrice, magistros étaient courants au Tarôn, l’emploi insolite du terme stratège retient l’attention. A l’époque de Grigor et de ses fils, stratège désignait un commandant de thème. Mais le Tarōn ne fut rattaché à Byzance qu’en 966 ou 967, et auparavant, au moins de jure, c’était un pays indépendant. Au Tarōn, stratège indiquait donc une dignité et non une charge, c’était un honneur et non une fonction. Les stratèges « ordinaires » n’apparaissent au Tarōn qu’après son intégration à l’Empire.

40En 886, une partie considérable de l’Arménie obtint le statut de royaume, avec le couronnement d’Asot Bagratuni, reconnu roi de « Grande Arménie ». Mais dès les xe-xie siècles, coexistèrent en Arménie plusieurs royaumes ; formellement indépendants, ces États devaient néanmoins tenir compte de Byzance qui avait élaboré un programme de reconquête et attendait patiemment son heure. Plusieurs systèmes régissaient les relations entre l’Empire et ces États nouvellement créés.

  • 39 Fr. Dölger, Byzanz und die europäische Staatenwelt, Ettal 1953, p. 34-69, 159-196; G. Ostrogorsky (...)

41Durant tout le Moyen Age, l’idée selon laquelle les souverains et leurs peuples composaient une « famille » était très répandue. Cette idée jouait un grand rôle dans le domaine des relations internationales car cette famille mythique constituait en même temps une institution politique réelle. Selon Fr. Dôlger, les termes qui caractérisaient la parenté correspondaient également à des titres juridiques. Ces derniers déterminaient la place d’un souverain (et donc celle de son peuple) dans la hiérarchie des relations internationales39.

42Aux ixe-xe siècles, cette « famille » originale avait à Byzance la forme suivante. À sa tête se trouvait l’empereur byzantin doté d’une patria potestas. Presque au même niveau, se trouvaient les « frères » de l’empereur. Après les « frères » suivaient les « fils », le niveau le plus bas étant occupé par les « amis ».

43Dans le traité De cerimoniis aulae byzantinae, rédigé par Constantin Porphyrogénète, nous trouvons un recueil de formulaires pour les lettres officielles adressées aux souverains étrangers. Il semble que ce document, daté de 944-959, qui reflète la pratique de son temps, se fonde également sur une pratique antérieure. Il est donc révélateur des usages arméniens à partir d’Asot Ier Bagratuni, c’est-à-dire à partir de 886.

  • 40 Yuzbashian , États arméniens, p. 81-82. Les données des textes arméniens, que nous avons déjà étud (...)

44Dans le chapitre 48 de ce traité, trois destinataires sont appelés « fils spirituels de l’Empereur ». Il s’agit des souverains de la Grande Arménie, de l’Alanie et de la Bulgarie. Le territoire de son royaume se réduisait de plus en plus, cependant le roi de la Grande Arménie était le seul parmi les souverains arméniens à pouvoir être honoré de ce titre ; les autres ne le portaient en aucun cas. Les textes arméniens montrent que concernant l’Arménie, ce système fut en vigueur au moins jusqu’au règne d’Asot III Bagratuni (958-977)40.

  • 41 La lettre est publiée : Théodore Daphnopatès , Correspondance, éd. et trad. par J. Darrouzès, L. G (...)

45De même que « fils spirituel » était en Arménie un titre royal, un prince pouvait en principe devenir « ami » de l’Empereur. Ainsi Romain Ier Lécapène le proposa dans une lettre adressée à un prince arménien resté anonyme. L’« amitié » spirituelle pouvait assurer au destinataire une brillante carrière en Arménie ou à Byzance41.

  • 42 Asot Ier : DAI, 44, 1. 6, 13, 18, 20 ; Smbat Ier : DAI, 43, 1. 30, 34-35 ; 44, 1. 7, 19, 22, 26-27 (...)
  • 43 Constantini Porphyrogeniti De Cerimoniis aulae byzantinae, Bonn 1929 (CSHB), I, p. 686, 22 - 687, (...)

46À côté de ce système, un autre réglait les relations de l’Empire avec les étrangers. Les titres destinés aux souverains étrangers, dont ἄρχων τῶν ἀρχóντων, sont énumérés dans le chapitre 46 du De cerimoniis. L’ἄρχων (ici l’équivalent de l’arménien išxan) pouvait s’appliquer à n’importe quel souverain, soit un roi, soit un prince. L’origine de la formule ἄρχων τῶν ἀρχóντων est plus intéressante. Au ixe siècle, deux « princes d’Arménie » au moins s’intitulaient « princes des princes », išxanac’ išxan. Les Arabes l’ont calqué en batrik al-batarika., et les Byzantins en ἄρχων τῶν ἀρχóντων. En 886, l’išxanac’ išxan Ašot Bagratuni fut couronné roi ; néanmoins pour les Byzantins, il demeura ἄρχων τῶν ἀρχóντων. Les Byzantins héritèrent non seulement de la terminologie mais ils conservèrent le système selon lequel l’un des souverains de l’Arménie avait le pas sur les autres. Ainsi, les premiers rois de la dynastie des Bagratides (Ašot Ier, Smbat Ier, Asot II) furent reconnus ἄρχων τῶν ἀρχóντων42. Pendant quelque temps, ce titre passa au roi du Vaspurakan, Gagik Ier, et Romain Ier Lécapène l’offrit même au prince arménien dont nous avons parlé plus haut. Après avoir perdu le titre d’ἄρχων τῶν ἀρχóντων, mais gardant celui de « fils spirituel », les rois Bagratides s’intitulèrent pour un temps πρῶτος43.

  • 44 DAI, 44, 1. 10, 36.
  • 45 G. G. Litavrin, Sovety i rasskazy Kekavmena (Cecaumeni Consilia et narrationes), Moscou 1972, p. 2 (...)
  • 46 Skylitzès, p. 435.
  • 47 Ibid., p. 437, 1. 1.

47Dans certains cas, les rois arméniens pouvaint être récompensés par d’autres dignités, telles patrice, curopalate, etc. Ainsi, Abas Ier Bagratuni, qui n’était plus ἄρχων τῶν ἀρχóντων, fut nommé magistros44. En 1021, les Byzantins rattachèrent le royaume du Vaspurakan à l’Empire ; son roi Senek’erim Arcruni émigra sur le territoire byzantin et reçut le titre de magistros45. Après avoir arraché au roi de la « Grande Arménie », Yovhannēs-Smbat, le testament selon lequel son royaume passerait à Byzance, Basile II le créa magistros46. Le dernier roi de la « Grande Arménie », Gagik II, contraint d’abdiquer et de quitter son pays, fut également nommé magistros47.

  • 48 Pour un tableau général des administrateurs byzantins en Arménie aux xe-xie siècles, voir Yuzbashi (...)
  • 49 L’étude d’Hélène Ahrweiler, Recherches sur l’administration de l’Empire byzantin aux ixe-xie siècl (...)

48Tous les territoires arméniens conquis par Byzance aux xe-xie siècles furent transformés en thèmes dont l’administration était recrutée sur place ou était formée de cadres étrangers. Les nouveaux administrateurs exerçaient leurs fonctions en qualité de duc, de katépanô ou de stratège. Ils portaient les titres de protospathaire, koitônitès, spatharocandidat, patrice, anthypatos-patrice, magistros, vestes, vestarque, sébaste, recteur (les titres sont énumérés dans un ordre arbitraire)48. Les administrateurs de petits thèmes ou de villes pouvaient être des hypatos49. Ce système des charges et des dignités byzantines fonctionnait en Arménie comme ailleurs dans l’Empire. La conquête de l’Arménie par les Turcs Seldjoukides mit un terme à la présence byzantine dans le pays et à ce système.

Notes

1 Un terme commun pour désigner un noble. Sur son origine, voir W. B. Hennig, A New Parthian inscription, Journal of Royal Asiatic Society 1953, 3-4, p. 132 s.

2 Sur le système de préséance arménien, cf. N. Adontz, Armenia in the period of Justinian. The political conditions based on the naxarar System. Translated with partial revisions, a bibliographical note and appendices by Nina G. Garsoïan, Lisbonne 1970, ch. X, p. 183-234 avec les notes p. 440-453, et l’appendice III p. 67*-102* ; C. Toumanoff, Studies in Christian Caucasian History, Georgetown 1963, p. 229 s. et les tableaux IV et XIII.

3 Pour un aperçu général de l'administration byzantine, donc des titres, voir par exemple : L. Bréhier, Les institutions de l'Empire byzantin, Paris 1970, p. 79-137 ; The Cambridge Medieval History, vol. II : The Byzantine Empire. Part II : Government, Church and Civilization. Ed. by J. M. Hussey, Cambridge 1967, p. 1-54 (W. Ensslin). Sur l'ordre de préséance: N. Oikonomidès , Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, Paris 1972.

4 R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Berlin-Amsterdam 1967 (Berliner Byzantinistische Arbeiten 35) ; Id., Titres et fonctions de l’Empire byzantin, Londres 1976.

5 AnjB.

6 On sait qu’en 72 de notre ère, l’Arménie Mineure (vers l’ouest de l’Euphrate) fut définitivement rattachée à l’Empire romain et bénéficia désormais du même régime que les autres provinces. Elle perdit ses traits spécifiques. Les terres passées à Byzance après la division de l’Arménie entre l’Empire et l’Iran en 387, conservèrent leurs particularités quelque temps, mais à partir des années 30 du VIe siècle, elles durent « suivre en tout des règles romaines ». Dans cet article, nous ne considérons pas ces régions, privées de toute spécificité dans le domaine qui nous intéresse ; nous nous bornons à l’étude des titres byzantins dans les terres arméniennes situées en dehors de l’Empire ou dans celles acquises depuis peu et qui n’étaient pas entièrement byzantinisées.

7 N. G. Garsoïan, Quidam Narseus ? A Note on the Mission of St. Nersēs the Great, Armeniaca, Venise 1969, p. 153-159 (= Armenia between Byzantium and the Sasanians, Londres 1985, V).

8 Movses Xorenac’i, Patmut’iwn Hayoc’ (Histoire de l’Arménie). Texte critique et introduction par M. Abelean et S. Yarut’iwnean. Appendices par A. B. Sargsean, Erévan 1991, p. 281, 1. 12.

9 Sur le consulat honoraire, voir RE, VII, 1, Stuttgart 1990, col. 1137. G. Sarkissian confronte le cas de Gnel avec la pratique du consulat ordinaire à Rome : Movsēs Xorenac’i, Histoire de l’Arménie. Traduction [russe] de l’arménien ancien, introduction et notes par Gagik Sarkissian, Erévan 1990, p. 258, n. 622.

10 Cf. P’awstosi Buzandac’woy Patmut’iwn Hayoc’ i č’ors drut’iwns, 4e éd., Venise 1933, p. 100; The Epic Histories attributed to P’awstos Buzand. Traduction et commentaire par N. G. Garsoïan, Cambridge, Mass., 1989, p. 124.

11 Patmut’iwn Sebēosi, texte critique, introduction et commentaire par V. G. Abgaryan, Erévan 1979, p. 67,1. 23-24 ; Step’anos Tarōnac’i Asolik, Patmut’iwn tiezerakan (Histoire universelle), éd. St. Malxaseanc’, Saint-Pétersbourg 1885, p. 80, 82 ; AnjB, 5, p. 69-70, n° 1.

12 Łazar P’arpec’i, Patmut’iwn Hayoc’ (Histoire de l’Arménie), éd. G. Tēr Mkrtč’ean et St. Malxaseanc’, Tbilissi 1904, p. III, 120, 131, 132, 197.

13 Girk’ Tlt’oc’, éd. Y. Izmireanc’, Tbilissi 1901, p. 40, 47, 48.

14 AnjB, 3, p. 329, n° 1. Cf. n° 2 sur le porteur éventuel du titre.

15 Yovhan Mamikonean, Patmut’iwn Tarōnoy (Histoire du Tarôn), éd. A. Abrahamyan , Erévan 1940, p. 148-149, 156-157. Cf. AnjB, 3, p. 70, n° 5.

16 Sur l’autonomie des Arméniens sous la domination des Perses, des Byzantins et des Arabes, voir : Yuzbashian, États arméniens, p. 7-64.

17 Ibid., p. 30, n° 4.1 et les renvois.

18 Ibid., p. 30-31, n° 4.2 et les renvois. Dans le texte édité d’Asolik (cité supra n. 11), p. 90, la leçon est corrompue. À la place de « zoravarn Hayoc’ T’eodoros apuhipat patrik » est imprimé « Saharuni patrik », tandis qu’on trouve dans les variantes « apuhi[pat] ». Pour une forme tout à fait correcte, voir : Maténadaran, collection des manuscrits arméniens, n° 2865, p. 167r.

19 Yuzbashian, États arméniens, p. 32-33, n° 4.5.

20 Ibid., p. 33, n° 4.6.

21 AnjB, 4, p. 93, nos 16 et 17 ; Yuzbashian, États arméniens, p. 33, n° 4.7 ; l’inscription de T’alin où figure Nerseh Kamsarakan, seigneur de Ṧirak et Aršarunik’, apo-hypatos patrice, est rattachée à ce Nerseh sans raisons suffisantes. Cf. I. A. Orbeli, Izbrannye trudy (Œuvres choisies), Erévan 1963, p. 439 s.

22 Yuzbashian, États arméniens, p. 33-34, n° 4.8. Smbat aurait été le dernier « Prince de l’Arménie » au service des Byzantins. Artawazd Kamsarakan (voir ci-dessous le n° 2.3) qui vivait à la charnière des viie-viiie siècles est nommé dans l’épitaphe isxan hayoc’, « prince arménien », que l’on peut comprendre aussi comme le « Prince de l’Arménie ». Nous pensons cependant que le terme est employé dans le sens commun ; l’existence d’un gouverneur du pays d’orientation byzantine au début du viiie siècle paraît invraisemblable. Mais il ne s’agit que d’une supposition, et peut-être faut-il le considérer de la même manière que le n° 2.2.

23 Pour les détails, voir Orbeli, Trudy (cité supra n. 21), p. 439 s.

24 Ibid., p. 412-413.

25 Ibid., p. 411-413.

26 J. Dashian, Katalog der armenischen Handschriften in der Mechitaristen-Bibliothek zu Wien, Vienne 1895, p. 338, 656, 927; AnjB, 5, p. 13-14, n° 39.

27 T’ovma Arcruni, Patmut’iwn tann Arcruneac’ (Histoire de la Maison des Arcruni), éd. K’. Patkanean, Saint-Pétersbourg 1887, p. 255 ; Yovhan Mamikonean (cité supra n. 15), p. 149 ; AnjB, 5, p. 70, nos 5 et 6.

28 Voir par exemple : Liber expugnationis regionum auctore al-Beladsori, éd. M. J. De Goeje, La Haye 1866, p. 185, 197, 199, 200, 201, 210. Je dois ces données au regretté Aram Ter- Łewondian.

29 C’est le cas de Sahak Bagratuni († 775), qui était « Prince de l’Arménie » sous les Arabes. Les auteurs arméniens le qualifient de išxan ou išxan hayoc’ tandis que pour Denys de Tell-Mahré, il est patrice de la Grande Arménie. Cf. Yuzbashian, États arméniens, p. 53, n° 5.5.

30 Theophanis Chronographia, éd. C. De Boor, I, Leipzig 1883, p. 366, 1. 25-26 et p. 174, 1. 12.

31 Yuzbashian, États arméniens, p. 20, n° 2.6 et p. 31, n° 4.3.

32 Ibid., p. 31-32, n° 4.4.

33 L’inscription où Grigor est nommé elustr est datée de 637. Cf. Orbeli, Trudy, p 395.

34 Pour les renvois, voir AnjB, 1, p. 183, n° 26.

35 N. Adontz, Études arméno-byzantines, Lisbonne 1965, p. 211-212.

36 DAI, 43, 1. 65-66.

37 Ibid., 43, 1. 152-153.

38 Ibid., 43, 1. 51-53, 133.

39 Fr. Dölger, Byzanz und die europäische Staatenwelt, Ettal 1953, p. 34-69, 159-196; G. Ostrogorsky , The Byzantine Emperor and the hierarchical World Order, The Slavonic and East European Review, 1956-1957, vol. 35.

40 Yuzbashian , États arméniens, p. 81-82. Les données des textes arméniens, que nous avons déjà étudiées et publiées, contiennent plusieurs détails sur le fonctionnement du système, au moins en Arménie.

41 La lettre est publiée : Théodore Daphnopatès , Correspondance, éd. et trad. par J. Darrouzès, L. G. Westerink, Paris 1978, p. 50-57. Pour l’analyse détaillée, voir : Yuzbashian, États arméniens, p. 268-275.

42 Asot Ier : DAI, 44, 1. 6, 13, 18, 20 ; Smbat Ier : DAI, 43, 1. 30, 34-35 ; 44, 1. 7, 19, 22, 26-27, 50, 120 ; Ašot II : DAI, 43, 1. 112 ; 44, 1. 9, 37. Pour les autres références, voir Yuzbashian, États arméniens, p. 84.

43 Constantini Porphyrogeniti De Cerimoniis aulae byzantinae, Bonn 1929 (CSHB), I, p. 686, 22 - 687, 23.

44 DAI, 44, 1. 10, 36.

45 G. G. Litavrin, Sovety i rasskazy Kekavmena (Cecaumeni Consilia et narrationes), Moscou 1972, p. 282. Selon Skylitzès (Ioannis Scylitzae Synopsis historiarum, éd. I. Thurn, Berlin - New York 1973 (CFHB 5), p. 435), l’empereur l’honora du titre de patrice.

46 Skylitzès, p. 435.

47 Ibid., p. 437, 1. 1.

48 Pour un tableau général des administrateurs byzantins en Arménie aux xe-xie siècles, voir Yuzbashian, États arméniens, p. 213-215.

49 L’étude d’Hélène Ahrweiler, Recherches sur l’administration de l’Empire byzantin aux ixe-xie siècles, BCH 84, 1960, p. 1-111 (= Études sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres 1971, VIII) reste très importante également pour l’Arménie.

Notes de fin

1 Liste des abréviations :
AnjB : R. Ačaryan, Hayoc‘ anjnanunneri bararan (Dictionnaire des noms propres arméniens), 5 vol. , Erévan 1942-1962. Réimpr. Beyrouth 1972.
DAI : Constantine Porphyrogenitus, De Administrando Imperio, éd. Gy. Moravcsik, traduction anglaise par R. J. H. Jenkins, Dumbarton Oaks 19672 (CFHB 1). Yuzbashian, États arméniens : K. N. Yuzbashian, Armjanskie gosudarstva epohi Bagratidov i Vizantija, IX-XI vv. (Les États arméniens de l’époque des Bagratides et Byzance, ixe-xie siècles), Moscou 1988.

Auteur

Maténadaran, Erévan

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site