Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Les influences byzantines sur l’art arménien (étude critique)

Michel Thierry

Texte intégral

  • 1 M. Thierry, La décoration sculptée de la cathédrale des Saints-Apôtres de Kars, The Second Interna (...)

1Nous avons déjà traité de cette question à deux reprises en 1978 et en 19811. Aujourd’hui, malgré leur indiscutable intérêt, ce ne sont pas tellement les récentes découvertes qui nous amènent à revenir sur ce sujet. C’est aussi le problème de la crédibilité qu’il convient d’accorder aux arguments avancés pour affirmer l’influence d’un art sur un autre, en l’occurrence du byzantin sur l’arménien.

HISTORIQUE

2Depuis que les monuments arméniens sont connus du monde savant, c’est-à-dire depuis un siècle et demi, les rapports entre arts arménien et byzantin ont donné lieu à des prises de position tranchées, à des discussions passionnées dont l’écho n’est pas encore éteint.

  • 2 J. Mourier, L’art religieux au Caucase, Paris 1887, p. 4, 23.
  • 3 A. Choisy, Histoire de l’Architecture, Paris 1929, t. 2, p. 58-61.

3D’abord et d’un commun accord, les historiens de l’art ont admis le rôle secondaire et dépendant de l’art arménien. Cette théorie est assez nettement exprimée par J. Mourier : « Ni les Géorgiens, ni les Arméniens n’ont pu créer un art absolument original... Leur architecture, comme le pays, a perpétuellement subi l’influence étrangère... Aucune pièce de sculpture, remontant à une époque reculée avec une date certaine et valant la peine d’être étudiée, n’est venue jusqu’à nous2. » A. Choisy a été encore plus catégorique : « L’architecture arménienne commence vers le xie siècle, dès le début du xiie elle expirait. Durant ce court laps de temps, le royaume s’est couvert d’édifices d’une petitesse matérielle étrange, mais d’une élégance parfaite. À l’époque de cette floraison, l’architecture byzantine était pleinement constituée. L’Arménie lui emprunta les données générales de ses plans ; le plan arménien est une variante du plan grec du xe siècle3. » Ces assertions, qui témoignent d’une profonde méconnaissance des monuments arméniens et de leur chronologie, devaient inévitablement provoquer une réaction.

  • 4 J. Strzygowski, Kleinasien. Ein Neuland der Kunstgeschichte, Leipzig 1903 ; Id., Die Baukunst der (...)
  • 5 Strzygowski, Kleinasien (cité note précédente), p. 193. Cette opinion, qui n’a aucun fondement lit (...)
  • 6 R. Krautheimer, Early Christian and Byzantine Architecture, Harmondsworth 1965, p. 230-235; A. Gra (...)

4En effet, la seconde théorie que J. Strzygowski a développée dans deux ouvrages célèbres4, considère que l’architecture byzantine s’est fortement inspirée des techniques et conceptions arméniennes à la suite de l’avènement sur le trône de Constantinople de Basile Ier, dynaste d’origine arménienne. Le meilleur exemple en serait la construction de la Néa, édifice en croix, en quelque sorte « die bahnbrechende Schöpfung auf dem Boden von Constantinopel5 ». L’auteur devait étendre encore l’influence arménienne aux arts occidentaux roman et gothique et cette théorie devait alimenter toute une littérature où le patriotisme n’était pas exclu. Avec plus de modération, certains historiens d’art, comme G. Millet et Ch. Diehl, acceptèrent, non sans réserves d’ailleurs, une partie de ses thèses. D’autres, comme A. Grabar et R. Krautheimer, les ont nettement rejetées6. Mais jusqu’à ces dernières années, l’étroitesse des rapports, quel qu’en soit le sens, n’a pas été contestée.

5Or il apparaît de plus en plus clairement que si l’influence arménienne sur l’art byzantin est dérisoire, celle de Byzance sur l’art arménien (en dehors de l’art de la miniature où elle est patente) reste mineure, ponctuelle et transitoire. C’est en étudiant attentivement la typologie, l’architectonique des monuments, l’iconographie et le style des œuvres plastiques, et par une collaboration étroite des historiens d’art des deux disciplines que l’on parviendra à discerner le rôle joué par la culture grecque dans le développement de l’art arménien. C’est souligner la nécessité d’une méthode rigoureuse de travail dont nous allons dire quelques mots.

MÉTHODOLOGIE

6L’idée d’une influence artistique vient généralement intuitivement et c’est ensuite une recherche méthodique qui affirmera ou infirmera la première impression. Cette démarche s’apparente davantage au diagnostic médical ou mieux à l’enquête policière qu’à un problème mathématique. Dans la recherche d’influences, comme dans l’enquête policière, il existe en effet une vérité cachée qu’il faut s’efforcer de découvrir par une série de suppositions. Il faut reconnaître que, si en matière de police la preuve (l’aveu) est quelquefois fournie, dans la recherche des influences, il faudra en règle se contenter de l’« intime conviction » que procure un faisceau de présomptions.

7La démarche comporte deux étapes distinctes :

  1. Affirmer qu’entre deux œuvres d’art byzantine et arménienne (ou deux séries d’œuvres) il existe des similitudes. C’est le rôle de l’analyse comparative.
  2. Affirmer qu’il y a entre les deux un lien et prouver l’enchaînement dans le sens Byzance-Arménie.

1. L’analyse comparative

  • 7 Cf. W. Fernandez de la Vega, Méthodes de classification automatique en archéologie, dans : M. Bori (...)

8Il faut commencer par établir, pour chacune des deux œuvres, une liste de leurs éléments constitutifs réduits à leur forme élémentaire afin qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur leur interprétation, comme on le fait depuis plus d’une décennie pour la classification automatique en archéologie de fouilles7. Puis les grouper en trois tableaux, le premier, des caractéristiques communes (critères positifs), le second, des caractéristiques opposées (critères négatifs), le troisième, des caractéristiques isolées (critères neutres).

9a. L’utilisation des résultats doit tenir compte de deux faits susceptibles d’en modifier la valeur.

  1. Le fait qu’il s’agit de données non quantifiables et par conséquent grevées d’un important coefficient subjectif8.
  2. Le nombre des caractéristiques retenues. Il rendra les résultats d’autant plus significatifs qu’il sera plus élevé, conformément aux lois de l’estimation d’une probabilité9.

10b. L’interprétation des résultats doit s’exprimer en termes de similitudes - faible, moyenne ou forte - compte tenu des faits suivants :

  1. La similitude est d’autant plus forte que les critères positifs sont plus nombreux. Cela va de soi, mais on a l’impression que le nombre des présomptions accroît la probabilité selon une progression bien plus forte qu’une simple addition. En se référant à certains problèmes à la limite de la psychologie et des mathématiques, où les données sont un peu comparables, on pourra conclure que cette impression n’est pas une vue de l’esprit10.
  2. Des critères négatifs, même en petit nombre, déterminent une défiance que ne compense que difficilement une quantité beaucoup plus élevée de critères positifs. Là encore il s’agit d’une intuition que vient étayer le raisonnement mathématique11.
  3. Quant aux critères neutres, leur pourcentage est inversement proportionnel à l’intérêt de la comparaison.

11Toutefois, d’un point de vue mathématique, il faut insister sur le fait que le raisonnement probabiliste n’est qu’un moyen d’investigation dont il faut reconnaître les limites. A fortiori ici où il ne peut qu’orienter notre façon de penser et nous inciter à la prudence.

2. La probation d’un enchaînement

12Si les similitudes typologiques ou stylistiques que l’on est amené à constater entre deux œuvres d’art sont évocatrices, il ne s’en suit pas ipso facto qu’elles soient conséquentes.

  • 12 Ainsi s’expliquent les similitudes constatées entre les œuvres d’art des enfants et des sociétés p (...)

13En effet les similitudes peuvent être fortuites. Ceci est moins exceptionnel qu’on ne pourrait le croire car le comportement artistique de l’homme, quelle que soit sa culture, repose sur des bases primordiales génétiquement indissociables de l’espèce12.

14En règle cependant, un faisceau de similitudes constitue la présomption d’un lien. Encore faut-il préciser si le lien est direct (mais susceptible de s’exercer dans un sens ou dans un autre) ou indirect (c’est-à-dire relevant d’une origine commune).

15Les arguments en faveur de l’une ou l’autre de ces deux hypothèses reposent sur l’interprétation des textes historiques et religieux, sur la recherche des origines typologiques ou stylistiques des œuvres, sur l’étude de la technique et des matériaux utilisés.

  1. Il est rare qu’un texte ancien (littéraire ou épigraphique) fasse nettement état de l’introduction d’une iconographie, d’un procédé technique byzantins en Arménie.
  2. L’étude des antécédents typologiques de chacune des œuvres à comparer permet seule de savoir si le lien qui les unit est direct ou indirect. C’est là un élément essentiel de l’enquête archéologique trop souvent négligé. On considérera le lien comme indirect si l’on découvre tous les chaînons permettant de remonter à une origine commune, qu’elle soit romaine, impériale ou iranienne. Mais cette éventualité est rare et, cette continuité des ascendances restant habituellement difficile à mettre en évidence, l’hypothèse d’un lien direct pourrait être légitimement avancée.
  3. Il restera à affirmer le sens de ce lien direct, c’est-à-dire prouver l’influence byzantine, conviction qui se fondera non seulement sur des arguments chronologiques, mais aussi religieux et historiques.

16On attachera ainsi une grande importance à l’apparition en Arménie d’une caractéristique connue de longue date à Byzance (par exemple le chevet tripartite au viie s., la gemination des fenêtres au xie s.) surtout si elle est liée à la doctrine chalcédonienne ou au rite grec (par exemple les épisodes de la Passion du Christ).

17Quant aux arguments tirés de l’histoire politique ou militaire, ils ne peuvent que renforcer une possibilité, lorsqu’ils objectivent des rapprochements politiques ou des migrations importantes. Dans le même ordre d’idées, enfin, il ne faut pas négliger le rôle important de la littérature qui créa, à certaines époques, une ambiance favorable aux influences culturelles byzantines en Arménie.

LES INFLUENCES BYZANTINES SUR L’ART ARMÉNIEN

18Il paraît logique de les étudier dans le contexte historique. Or l’histoire de l’Arménie est scandée par les vicissitudes des rapports entre l’Orient et l’Occident. On est amené ainsi à considérer quatre périodes : la première qu’on appelle paléochrétienne ou mieux préarabe, née avec l’adoption du christianisme par l’Arménie comme religion d’État au début du ive siècle, s’achève avec la tentative d’extermination de la noblesse arménienne par les califes au début du viiie. La seconde, dite des royaumes, voit se constituer, à la faveur du déclin arabe (ixe siècle), des principautés arméniennes qui deviendront bientôt royaumes avec l’assentiment intéressé de l’Empire byzantin, lequel n’hésitera pas à les intégrer de gré ou de force au xie siècle, expansion sans lendemain puisque les Turcs allaient chasser définitivement les Grecs d’Anatolie orientale. La troisième, qui va de la fin du xiie au xive siècle, est marquée par le morcellement politique et culturel de l’Arménie. Enfin, la quatrième (xvie-xviiie siècle) qui, du fait de la disparition de l’Empire byzantin, ne nous retiendra guère.

1. Époque préarabe (ve-viie siècle)

19Quand, vers 300, l’Arménie a été convertie en masse au christianisme, elle se trouvait pour les deux tiers sous protectorat romain. C’est ce qui explique la prépondérance de l’empreinte hellénistique (encore sensible dans l’art romain impérial) sur l’art arménien naissant. Mais dès 428, la situation s’était inversée, car les Perses occupaient les trois quarts orientaux de l’Arménie. Il faut attendre la fin du vie siècle (591) pour que les frontières reviennent à leur état antérieur. La domination byzantine sur l’Arménie s’acheva avec les conquêtes d’Héraclius et l’écrasement des armées perses (629). Elle fut de courte durée (une cinquantaine d’années), mais, en raison du prestige de l’empereur libérateur des Lieux Saints, ne fut pas sans incidence religieuse ou culturelle. Celui-ci réussit à imposer le chalcédonisme au haut clergé arménien (632), mais ne parvint pas à le faire admettre du peuple et des moines et, dès que les Byzantins se retirèrent du pays, le rite grec fut abandonné. Il est à noter que les premières razzias arabes (ca 640) puis le début du protectorat califal sur le pays (ca 654) n’eurent pas d’incidence notable sur l’activité religieuse et artistique des Arméniens. Ce n’est qu’au début du viiie siècle que la politique arabe d’extermination des princes chrétiens allait plonger le pays dans un silence culturel de près de deux siècles.

20Durant la période « byzantine » de cette époque, on peut relever quelques cas où l’influence byzantine semble s’être exercée : le triple fenêtrage des absides, le style des sculptures de l’école de Gogarène, le décor de la façade ouest de l’église de Mren.

a. Le triple fenêtrage des absides

  • 13 Ch. Delvoye, Études d’architecture paléo-chrétienne et byzantine, Byz. 32, 1961, p. 302-307.
  • 14 A. Eremyan, Sur certaines modifications subies par les monuments arméniens au viie siècle, RE Ar m (...)

21Les fenêtres absidales sont généralement uniques en Arménie, mais on observe parfois, surtout au viie siècle, certaines absides creusées de trois fenêtres. Cette disposition, que J. Strzygowski expliquait par le besoin d’éclairer l’abside, est attribuée par A. Eremyan à l’influence byzantine. On sait en effet qu’à partir du second quart du vie siècle, l’usage s’était institué dans le monde chalcéconien d’ouvrir l’abside par trois fenêtres13. L’auteur en a fourni une preuve qui nous paraît décisive en se fondant sur les modifications apportées au chevet de l’église Sainte-Hrip’simē d’Ējmiacin. Elle a remarqué en effet la forme et l’aspect insolites de l’abside centrale et de son triple fenêtrage : l’abside dépasse de 20 cm le plan du chevet, les fenêtres latérales rasent maladroitement le fond des niches en dièdre et les arcs surmontant les trois fenêtres portent une simple moulure sans décor. On ne peut expliquer ces anomalies que par une reconstruction visant à allonger l’abside afin d’y creuser deux fenêtres latérales complémentaires. En somme, l’église qui ne comportait à sa fondation (618) qu’une seule fenêtre fut adaptée aux exigences chalcédoniennes sous Héraclius par la réfection du chevet (632) avant de revenir à une date indéterminée (ca 680 ?), à l’usage grégorien en murant les ouvertures inopportunes14.

b. L’école de Gogarène

  • 15 N. Thierry, Essai de définition d’un atelier de sculpture du haut Moyen-Age en Gogarène, REGC 1, 1 (...)

22On a défini récemment une école, ou plus exactement plusieurs ateliers de sculpture de l’époque préarabe (vie-viie siècle) actifs dans un assez vaste territoire à cheval sur la Géorgie et l’Arménie actuelles15. Il s’agit de linteaux ou de stèles isolées portant des décors inanimés ou figurés. Ces derniers semblent traduire une influence protobyzantine tant par leur iconographie que par leur style.

  • 16 Strzygowski, Kleinasien, cité supra n. 4, p. 330-333.
  • 17 M. Thierry, P. Donabédian, Les Arts Arméniens, Paris 1987, fig. 41. Cf. A. Grabar, Ampoules de Ter (...)

23Sur la stèle d’Ojun, les scènes évangéliques (Nativité, Annonciation, Baptême) sont réduites à l’essentiel comme sur certains petits monuments protobyzantins (bagues, bracelets, encensoirs, etc.) trouvés à Constantinople, en Syrie, en Palestine et en Égypte16. Un disque de pierre qui centrait une grande croix a été découvert il y a peu à Dovei ; il est sculpté d’une Ascension conforme au type des ampoules de Monza17.

24La facture de ces bas-reliefs, quoique originale, rappelle, sous une forme caricaturale, le style protobyzantin dans les faces aux yeux globuleux, à la bouche minuscule, la chevelure en béret, l’absence de limites entre le bas du visage et le cou.

c. La façade occidentale de la cathédrale de Mren

  • 18 M. et N. Thierry, La cathédrale de Mrèn et sa décoration, Cah. Arch. 21, 1971, p. 52-53.
  • 19 Ibid., p. 64-67.

25La cathédrale de Mren a été fondée ca 630 sous l’autorité de Dawit’ Saharuni, général en chef des années byzantines d’Héraclius, du prince Nersēh Kamsarakan et de l’évêque T’ēovp’ilos. Typologiquement, elle fait partie d’une petite série d’églises arméniennes contemporaines en croix inscrite à quatre appuis libres, plan qui est indiscutablement autochtone18. En revanche le décor figuré, sculpté sur la façade ouest, n’est pas sans évoquer les programmes peints ou mosaïques des absides protobyzantines avec le Christ triomphant entre Pierre et Paul et les archanges. Le style est lui aussi proche des modèles byzantins, en particulier la représentation jovienne du Christ, le costume impérial des anges, le drapé des vêtements19.

26D’une façon générale, on constatera que l’influence byzantine ne semble s’être exercée ni sur l’architecture arménienne, ni en sculpture sur le décor floral ou géométrique, mais seulement sur les thèmes animés. Cette remarque limite donc sensiblement l’importance et l’étendue du rôle de Byzance dans la genèse de l’art arménien.

2. Epoque des royaumes (ixe-xie siècle)

27Du début du viiie siècle à l’avant-dernière décennie du IXe, l’Arménie, sous une domination arabe de plus en plus contraignante, ne put réaliser qu’exceptionnellement des œuvres d’art importantes et fut coupée de toute relation avec le monde grec. Il faut noter que cette période correspond en gros à la crise iconoclaste qui bouleversa le développement de l’art byzantin de sorte que cette crise n’eut aucun retentissement en Arménie. Lorsque la décadence du califat permit le retour des princes arméniens et la constitution de principautés puis de royaumes arméniens, la renaissance artistique se fit lentement. En matière de typologie architecturale comme dans le choix des motifs de décoration sculptée, on puisa largement dans le fond archaïque. L’influence grecque ne se discerne pas aisément en raison de la complexité des rapports entre les royaumes arméniens et Byzance.

  • 20 Cette émigration est aujourd’hui contestée bien qu’elle soit attestée par des chroniqueurs quasi c (...)

28Sous les dehors d’une amicale protection, l’empereur ne visait en fait qu’à évincer ces monarques pour lutter plus efficacement contre les Arabes. Il entendait aussi amener les Arméniens au chalcédonisme. Cependant ca 920, une mission grecque venue appuyer l’autorité contestée du roi Ašot II fut très bien accueillie, mais deux décennies plus tard les communautés arméniennes résidant dans l’Empire furent sommées de se soumettre à la foi chalcédonienne. Les moines préférèrent l’exil et vinrent en Arménie fonder des couvents où ils apportèrent icônes et manuscrits, se faisant les vecteurs involontaires d’une nouvelle iconographie20. Les rois d’Ani, tout d’abord seulement réservés, affectèrent bientôt une sorte d’anti-hellénisme culturel, alors que les royaumes rivaux du Vaspurakan et de Siounie Orientale entretenaient avec Constantinople des rapports assez étroits mais qui, à la vérité, n’intéressaient que les princes et les dignitaires religieux de haut rang. Partout en effet l’influence grecque se heurtait aux limites imposées par l’aversion du petit clergé et du peuple pour les images. Ils y voyaient une idolâtrie caractéristique du chalcédonisme abhorré. C’est ainsi qu’un patriarche, Vahan Ier, fut déposé pour avoir placé des icônes dans la cathédrale d’Argina.

  • 21 Nous avons écarté délibérément les problèmes relatifs à l’influence byzantine sur la littérature a (...)

29En somme l’influence grecque semble n’avoir marqué que l’élite arménienne et encore beaucoup plus dans « l’art des bibliothèques », peintures de manuscrits et littérature21, que sur le plan des beaux-arts (architecture, sculpture ou peinture murale).

30Il semble qu’il faille quand même attribuer à Byzance un certain nombre de nouveautés, comme les dédicaces d’églises à des saints grecs, comme, en architecture, le mode mixte de construction, en sculpture, la figuration des évangélistes dans les pendentifs de la coupole.

a. Dédicaces d’églises à des saints grecs

31Si l’on compare les listes des saints dédicataires d’églises dans le monde byzantin et en Arménie, on note des différences significatives. Dans ce dernier pays, l’éventail est beaucoup moins ouvert. La mère de Dieu est la patronne des trois quarts des églises, suivie de très loin par saint Georges, le saint Précurseur (saint Karapet), les saints Etienne et Serge, la Sainte Croix (ou Saint Signe). Le reste est négligeable.

  • 22 M. Thierry, Monastères arméniens du Vaspurakan. III, REArm. N. S. 6, 1969, p. 145-147.

32Sans qu’on puisse parler d’ostracisme, certains saints, célèbres à Byzance, n’ont eu qu’un succès très limité en Arménie. Quand ils sont dédicataires d’une église arménienne, il y a lieu de soupçonner une influence byzantine. Tel est le cas évident de l’église Sainte-Sophie de Varagavank’, fondée en 981 par la princesse Xušuš, épouse de Senek’erim-Yovhannes Arcruni dont on connaît les liens avec la cour de Constantinople22. Probablement aussi ceux de plusieurs églises conventuelles des confins occidentaux de l’Arménie Historique : couvent Saint-Nicolas de Bt’afič, Kaposivank’ (saint Kallipos) en Haute-Arménie, Erewmanivank’ (saint Eusthate), Saint-Jean-Chrysostome de Pizēn, en Petite-Arménie, sans compter les couvents d’Anne et de Joachim, de Corne et Damien, saints ignorés des dédicaces arméniennes.

b. En architecture

33Deux procédés utilisés ponctuellement en Arménie à cette époque sont peut-être d’origine byzantine.

  • Le mode mixte de construction, courant dans le monde byzantin, associe la pierre de taille pour les angles des murs et les éléments de soutien (piliers supportant la coupole), la brique pour monter les murs, voûter les nefs ou les bras, exécuter la coupole. Son usage en Arménie, dans le sud du Vaspurakan et au nord dans le Gugark’ et l’Utik’, régions où le chalcédonisme obtenait quelques succès, pourrait faire soupçonner qu’il est d’origine grecque. Cependant, le fait que ces régions ne possèdent pas de tuf, matériau préféré des architectes arméniens, laisse planer un doute.
  • Les fenêtres géminées, fréquentes à Byzance à l’époque23, ne se rencontrent que rarement en Arménie : au Vaspurakan, dans l’église Sainte-Sophie de Varagavank’, signalée plus haut, et dans sa voisine, Saint-Jean ; en Ayrarat, dans l’église Saint-Jean d’Horomosivank’, fondée en 1038 par le roi Yovhannes-Smbat, lequel avait légué son royaume à l’empereur Basile II. Pour chacun de ces deux monuments, la possibilité d’une influence byzantine est confortée par une ambiance politique favorable.

c. En sculpture

34L’influence grecque peut être suggérée dans deux monuments arméniens :

  • 24 M. Thierry, La cathédrale des Saints-Apôtres de Kars, Louvain-Paris 1978, p. 50-53.

35- A l’église des Saints-Apôtres de Kars, fondée ca 930 par le roi Abas, on remarque deux décors figurés inhabituels. À l’intérieur, dans les niches diagonales du carré central sont encastrées des pierres demi-coniques sculptées respectivement d’une tête de bœuf, d’un aigle, ailes éployées, d’une tête humaine et d’une autre tête humaine. En dépit de cette dernière duplicité, il s’agit certainement de la figuration symbolique des évangélistes dont nous avons discuté ailleurs l’origine byzantine24. En tout cas ce thème a été repris dans quelques monuments contemporains : Gndevank’ (936), Sanahin (ca 940), Kümbet kilise, Makaravank’ (xe siècle), et plus tardifs : à Ganjasar (1216-1236), à Areni (1321), à Kaposivank’ (1460).

  • 25 Ibid., p. 46-50.

36Sur le tambour du même édifice, dans les écoinçons des douze arcatures, on voit des personnages debout, de facture artistique très grossière, qui figurent les Apôtres au moment de l’Ascension du Christ, lequel est symbolisé par la Croix fichée au sommet de la coiffe. La réalisation laisse planer un doute sur la compréhension du sujet par le sculpteur, et pour cette raison, nous pensons qu’il a maladroitement copié un modèle emprunté aux peintures intérieures des coupoles byzantines25.

37- Le décor du bèm de l’église de T’eleneac’vank’

  • 26 Thierry, Donabédian, Arts Arméniens (cité supra n. 17), fig. 108.
  • 27 L. ac’erean, Grigor Pahlavuni Maģistros (985-1058). Keank’n u Gorcunēut’iwně [Grigor Pahlavuni Mag (...)

38L’église nord de T’eleneac’vank’, dont les ruines viennent d’être dégagées récemment, présente un bèm26 tout à fait remarquable et, pour l’instant, unique dans l’art arménien. Il se compose de plusieurs panneaux ornés de bas-reliefs de structure géométrique et symétrique où dominent les cercles en quinconces, les rosettes, une grande rouelle « solaire », un grand paon de face, queue éployée, une étoile à six branches centrée par un oiseau de profil. Ce style très typé s’observe sur des dalles sculptées aux xe et xie siècles dans tout le monde byzantin (Grèce, Mont-Athos, Balkans, Kiev, Asie Mineure), mais aussi sur des mosaïques de sol et des céramiques de même époque. En revanche, on ne le rencontre pas en Arménie antérieurement à la conquête arabe. Ici donc, l’influence grecque semble réelle, mais il est plus difficile de préciser quand elle a pu avoir lieu. On ne possède aucun renseignement sur l’église qu’on sait seulement être antérieure au žamatun, lequel est daté de 1167. Le fait qu’elle se trouve dans le canton de Nig, qui appartenait à la famille des Pahlawuni est peut-être plus éclairant, car un de ses plus fameux dynastes, Grigor Magistros, grand fondateur d’églises (Bjni, Keč’aris), était connu comme très imbu de culture grecque27. On pourrait donc dater le monument de la première moitié du xie siècle.

d. En peinture de manuscrits

39L’art de la miniature n’a commencé à se développer vraiment qu’à cette époque. En dehors de l’enluminure dite « populaire » qui puise à de multiples sources, grecques certainement mais surtout orientales, les manuscrits dits « savants » sont essentiellement d’origine byzantine. Ces derniers peuvent se répartir en deux groupes : les uns trouvent leur inspiration dans une iconographie protobyzantine, comme l’évangile de la reine Mlke (ca 862) ou celui de Noravank’ de Bien (969) ; les autres subissent l’influence de l’art byzantin contemporain (renaissance macédonienne), comme l’évangile du roi Gagik de Kars (ca 1050) ou celui de Mulna (ca 1060). Il est même arrivé que des artistes grecs participent à l’illustration d’évangiles, comme celui dit de Trébizonde (milieu du xie siècle).

3. Époque des féodalités (xiie-xve siècle)

40À cette époque, l’Arménie perd le contact direct avec le monde byzantin. Par les vicissitudes de l’histoire, elle va du reste se trouver coupée en trois parties. L’Arménie du Nord-Est sera libérée du joug turc par les Géorgiens dès la fin du xiie siècle et la domination mongole qui interviendra au milieu du siècle suivant n’empêchera pas la culture arménienne de se développer. L’Arménie du Sud-Ouest restée aux mains de dynastes kurdes ou turcs ne connaîtra d’activité artisitique que dans les domaines restreints des xač’k’ars et des peintures de manuscrits. Le royaume de Cilicie au contraire conservait avec Constantinople des rapports, d’ailleurs souvent orageux et tempérés par des influences cosmopolites. Peu de monuments construits ont été conservés, en dehors des forteresses. L’art a été essentiellement celui de la peinture de manuscrits où des influences plus variées que réellement importantes se font jour.

41D’une façon générale, l’influence de Byzance semble s’être exercée surtout dans la miniature en raison de la facilité avec laquelle les manuscrits pouvaient circuler. On peut penser que cette influence n’a fait que prolonger celle qui avait marqué l’époque précédente comme en témoigne le caractère archaïsant de l’iconographie surtout au Vaspurakan. Toutefois certaines peintures de l’école de Cilicie présentent plus d’un trait les apparentant à l’art des Paléologues.

42On peut, dans une certaine mesure, percevoir l’écho de certaines formes de l’art byzantin tardif par l’intermédiaire de la Géorgie. Il en est ainsi de l’art des clochers. L’usage de la cloche et par conséquent du clocher a été importé d’Occident à Constantinople au ixe siècle. De là, il est passé en Géorgie mais n’a atteint l’Arménie du Nord qu’au xiiie siècle et celle du Sud au xviie. Dans les clochers arméniens, il est difficile de déterminer la part qui revient à Byzance ou à la Géorgie, d’autant que les édifices présentent souvent des ornementations d’origine musulmane.

  • 28 G. Millet, L’école grecque dans l’architecture byzantine, Paris 1916, p. 55-60.
  • 29 Thierry, Donabédian, Arts Arméniens, p. 308.

43En ce qui concerne la typologie architecturale des églises, nous ne connaissons pas de cas évident d’influence byzantine, même par le truchement de l’art géorgien. Les deux seuls plans qui méritent discussion sont celui de la croix inscrite à deux appuis libres et celui de la croix inscrite à quatre appuis libres sans tambour. Le premier, qui fut considéré comme d’origine arménienne28, est en fait surtout répandu en Grèce et en Géorgie à partir du xie siècle. Or on n’en connaît en Arménie que deux cas indiscutables de l’époque des féodalités, à Areni (1321) et à Kaposivank’ (1464), et la plupart sont du xviie siècle. Une influence byzantino-géorgienne n’est donc pas exclue. Le second, dont la couverture se fait par des calottes sur le compartiment central et les quatre compartiments diagonaux. La rencontre avec les églises byzantines à quatre appuis libres dites croix inscrites complexes (G. Millet) nous paraît fortuite et il est beaucoup plus vraisemblable que ce type s’est inspiré de l’architecture des žamatuns, sorte de narthex annexés aux églises arméniennes au bas moyen âge, et que pour cette raison nous avons appelé église-žamatun29.

4. L’époque moderne (xvie-xviiie siècle)

44Il peut sembler paradoxal de parler d’influence byzantine à une époque où l’Empire avait cessé d’exister. Mais on sait que l’art post-byzantin est resté vivace dans le monde hellénique, slave, caucasien, anatolien, bref partout où des communautés chrétiennes se réclamaient du patriarche de Constantinople. L’Arménie, dont les principaux foyers culturels se trouvaient au contact de ces communautés (Constantinople, Tiflis, Césarée de Cappadoce, Trébizonde, etc.), fut plus ou moins influencée par elles. Deux exemples illustrent notre propos : dans l’église principale de Kaymakli près de Trébizonde, le décor peint daté de 1593 s’inspire du décor de la Sainte-Sophie de Trébizonde. L’église Saint-Jean du couvent d’Aprank’ (1854), près de Tercan, est un édifice en croix inscrite à quatre colonnes libres, à tambour bas et coiffe de la coupole aplatie, tout à fait conforme au plan des églises grecques jusqu’aux temps modernes.

CONCLUSIONS

45Nous venons de donner de nombreux exemples de l’influence byzantine sur l’art arménien, certains démonstratifs, d’autres qui le sont moins. Cette multiplicité ne doit pas faire illusion. Tout compte fait, si l’on excepte l’influence grecque sur l’art arménien de la miniature qui est indiscutable et quasi constante, le rôle de Byzance nous paraît bien mince. Même aux époques où le poids politique de Constantinople sur l’Arménie semblait devoir entraîner un corollaire culturel, son influence n’a été que ponctuelle.

Notes

1 M. Thierry, La décoration sculptée de la cathédrale des Saints-Apôtres de Kars, The Second International Symposium on Armenian Art, Erévan 1981, t. 4, p. 354-363 ; ID., Les influences byzantines sur l’art arménien, XVI. Internationaler Byzantinistenkongress. Akten, ΙΙ/ 5 (=JÖB, 32/5), p. 237-242.

2 J. Mourier, L’art religieux au Caucase, Paris 1887, p. 4, 23.

3 A. Choisy, Histoire de l’Architecture, Paris 1929, t. 2, p. 58-61.

4 J. Strzygowski, Kleinasien. Ein Neuland der Kunstgeschichte, Leipzig 1903 ; Id., Die Baukunst der Armenier und Europa, Wien 1918.

5 Strzygowski, Kleinasien (cité note précédente), p. 193. Cette opinion, qui n’a aucun fondement littéraire ou épigraphique, est d’autant plus surprenante que 1°) la typologie de la Néa n’est pas connue, à peine soupçonnée, comme une église à 5 coupoles dans la description de Photius ; 2°) la seule église arménienne sûrement dotée de 5 coupoles est celle des Saints-Apôtres d’Ani, postérieure d’un siècle à la Néa, et que les 5 coupoles de l’église d’Awan (ca 600) ne constituent qu’une hypothèse. Du reste l’assertion s’annule d’elle-même puisque C. Mango a récemment prouvé que la description de Photius ne concernait pas la Néa mais l’église de la Vierge de Pharos.

6 R. Krautheimer, Early Christian and Byzantine Architecture, Harmondsworth 1965, p. 230-235; A. Grabar, Martyrium. Recherches sur le culte des reliques et l’art chrétien antique, Paris 1946, t. 1, p. 31-33, 392.

7 Cf. W. Fernandez de la Vega, Méthodes de classification automatique en archéologie, dans : M. Borillo, Archéologie et calcul, Paris 1978, p. 146-165.

8 L’utilisation du scanner sera peut-être susceptible de pallier cet inconvénient.

9 Loi des grands nombres et théorème de Bayes.

10 Cf. le problème des deux urnes de Ward Edwards qui s’énonce ainsi : on dispose de deux urnes dont l’une est emplie de 700 boules rouges et de 300 boules blanches, l’autre de 700 boules blanches et de 300 boules rouges. On propose deux paris sur le contenu majoritaire de l’une d’entre elles, l’un initial, l’autre après avoir prélevé 12 boules. D’abord, les chances étant égales, les personnes interrogées acceptent un pari à parts égales (par exemple de 10 contre 10). Après le tirage des douze boules, l’équilibre des espérances paraît plus ou moins modifié. Supposons qu’on ait tiré 8 boules rouges et 4 blanches. La plupart des personnes interrogées proposent entre 15 et 20 contre 10, estimant donc intuitivement que les chances d’avoir affaire à l’urne à boules blanches sont encore supérieures à 33,3 %, alors que le calcul montre qu’elles ne sont que de 3,3 % (A. Jacquard, Les probabilités, Paris 1980, p. 48-51).

11 Cf. le problème des partages de Pascal, ibid., p. 5-11.

12 Ainsi s’expliquent les similitudes constatées entre les œuvres d’art des enfants et des sociétés primitives (R. Huygues).

13 Ch. Delvoye, Études d’architecture paléo-chrétienne et byzantine, Byz. 32, 1961, p. 302-307.

14 A. Eremyan, Sur certaines modifications subies par les monuments arméniens au viie siècle, RE Ar m. N. S. 8, p. 251-266.

15 N. Thierry, Essai de définition d’un atelier de sculpture du haut Moyen-Age en Gogarène, REGC 1, 1985, p. 186.

16 Strzygowski, Kleinasien, cité supra n. 4, p. 330-333.

17 M. Thierry, P. Donabédian, Les Arts Arméniens, Paris 1987, fig. 41. Cf. A. Grabar, Ampoules de Terre Sainte (Monza-Bobbio), Paris 1958, pl. III, XIX.

18 M. et N. Thierry, La cathédrale de Mrèn et sa décoration, Cah. Arch. 21, 1971, p. 52-53.

19 Ibid., p. 64-67.

20 Cette émigration est aujourd’hui contestée bien qu’elle soit attestée par des chroniqueurs quasi contemporains comme Asolik de Tarōn.

21 Nous avons écarté délibérément les problèmes relatifs à l’influence byzantine sur la littérature arménienne.

22 M. Thierry, Monastères arméniens du Vaspurakan. III, REArm. N. S. 6, 1969, p. 145-147.

23 Par exemple Saint-Théodore d’Athènes daté de 1060-1070 (Krautheimer, Early Christian and Byzantine Architecture, cité supra n. 6, p. 158a).

24 M. Thierry, La cathédrale des Saints-Apôtres de Kars, Louvain-Paris 1978, p. 50-53.

25 Ibid., p. 46-50.

26 Thierry, Donabédian, Arts Arméniens (cité supra n. 17), fig. 108.

27 L. ac’erean, Grigor Pahlavuni Maģistros (985-1058). Keank’n u Gorcunēut’iwně [Grigor Pahlavuni Magistros. Vie et œuvre], Los Angeles 1987, passim.

28 G. Millet, L’école grecque dans l’architecture byzantine, Paris 1916, p. 55-60.

29 Thierry, Donabédian, Arts Arméniens, p. 308.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site