Version classiqueVersion mobile

L’Arménie et Byzance

Une influence du rite byzantin sur la liturgie arménienne : un pentecostaire arménien

Charles Renoux

Texte intégral

  • 1 Ce chiffre n’est sans doute pas définitif puisque du fonds arménien de Tbilisi (308 mss), suscepti (...)

1Parmi les quatre cents lectionnaires liturgiques manuscrits1, témoins du système de lecture en vigueur dans le rite arménien, neuf d’entre eux présentent une physionomie particulière :

2Cluj-Napoca Archives d’État 15 (de 1310-1312)

3Erévan Maténadaran 6301 (de 1318)

4Erévan Maténadaran 6500 (du xiiie s.)

5Erévan Maténadaran 8904 (de 1401)

6Jérusalem Saint-Jacques 1878 (de 1351 ou 1353)

7Jérusalem Saint-Jacques 3059 (du xiiie-xive s. ?)

8Venise Mekhitaristes 921 (de 1327)

9Vienne Mekhitaristes 53 (de 1239)

10Vienne Mekhitaristes 699 (du xvie s. ?)

UN LIVRE INSOLITE

  • 2 Ces péricopes de la liturgie eucharistique sont les lectures que l’on trouve dans tous les lection (...)

11Ces neuf manuscrits, dont les plus anciens remontent au début du xiiie siècle, ne contiennent les lectures scripturaires de la liturgie eucharistique, que pour la seule période pascale, c’est-à-dire du jour de Pâques au jour de la Pentecôte inclus ; le manucrit de Cluj-Napoca 15 déborde cependant un peu ce cadre, puisqu’on y trouve les péricopes scripturaires de la semaine qui suit la Pentecôte2.

  • 3 L. Clugnet, Dictionnaire grec-français des noms liturgiques en usage dans l’Église Grecque, Paris (...)
  • 4 Cf. H. G. Beck, Kirche und theologische Literatur im byzantinischen Reich, Munich 1969 (Handbuch d (...)
  • 5 N. Cappuyns, L’histoire des livres liturgiques grecs, Studi Bizantini e Neoellenici 6. 1940, p. 47 (...)

12Un livre liturgique analogue existe dans le rite byzantin, mais pour l’office des Heures, le Penticostarion, qui, selon la définition donnée par Clugnet dans son dictionnaire des noms liturgiques de l’Église grecque, comprend « le Propre du Temps pour les cinquante jours qui s’étendent de Pâques à la Pentecôte, ainsi que pour les sept jours qui suivent3 ». Ce livre byzantin serait du même âge que le Triodion4 dont les plus anciens manuscrits remontent au viiie siècle5.

  • 6 Nous présentons ces témoignages dans Le Lectionnaire de Jérusalem en Arménie : Le Čašoc’, I, Intro (...)
  • 7 Pour les trois plus anciens qui reflètent la liturgie hiérosolymitaine et arménienne du ve siècle, (...)
  • 8 Venise Mekhistaristes 169 (du xie s.), 285 (xie-xiie s.) ; Vienne Mekhitaristes 3 du xe=-xie.
  • 9 À partir de cette date, les manuscrits sont extrêmement nombreux.
  • 10 Les catalogues de manuscrits les désignent par l’appellation de čašoc’ (= typicon-lectionnaire) qu (...)

13L’original ou les modèles de nos neuf manuscrits arméniens ne peuvent revendiquer une aussi haute antiquité. Ce type de lectionnaire partiel est inconnu, en effet, aux origines du rite arménien. Les plus anciens lectionnaires liturgiques, dont des témoignages littéraires attestent l’existence, en Arménie, au vie siècle6, englobent l’ensemble de l’année liturgique7. C’est également le contenu de tous les autres manuscrits copiés aux xie et xiie siècles8 et à partir du xve siècle9. Ce n’est donc que durant deux siècles, le xiiie et le xive, que nous rencontrons quelques témoins d’un type de lectionnaire liturgique inhabituel, puisqu’il est consacré uniquement aux cinquante jours après Pâques10.

LES TROIS PSAUMES

14La lecture de ces neuf manuscrits révèle une autre caractéristique, d’ordre structurel, qui les rapproche à nouveau du rite byzantin.

  • 11 Cf. J. Mateos, La célébration de la parole dans la liturgie byzantine. Étude historique, Rome 1971 (...)
  • 12 Des notes musicales sont transcrites dans le Erévan Maténadaran 6500 et le Vienne Mekhitaristes 53
  • 13 Le Jérusalem Saint-Jacques 1878 est à mettre à part : il n’a ni les psaumes ni les lectures évangé (...)
  • 14 Cette distribution des psaumes n’a rien à voir avec celle du rite byzantin ancien (cf. J. Mateos, (...)

15On sait qu’au début de la liturgie byzantine existe, au moins depuis le viiie siècle, une structure que l’on appelle « l’office des trois antiphones », c’est-à-dire le chant de quelques versets bibliques, tirés de trois psaumes se faisant suite dans l’ordre numérique et entrecoupés de refrains non psalmiques11. Or, dans nos neuf manuscrits arméniens, les péricopes scripturaires de chacun des jours de la cinquantaine pascale sont précédées d’un ensemble analogue : trois psaumes, mais chantés12 en entier, et séparés par le chant d’un ou deux alleluias13. Cette structure ternaire apparaît à la messe du jour de Pâques avec les Psaumes 1-3 ; le lundi, avec les Psaumes 4-6, et ainsi de suite durant les cinquante jours le Psautier fournissant exactement le nombre de textes requis14.

  • 15 Les manuscrits dont il a été fait état aux notes 6 et 7.
  • 16 Meknut’iwn alotic’ pataragin, Venise 1869. Sur ce commentaire, voir l’article de S. Salaville, L’E (...)
  • 17 Meknut’iwn pataragi, Venise 1847. Voir une traduction partielle dans E. Dulaurier, Recueil des His (...)
  • 18 Vienne Mekhitaristes 5 (de 1223-1261), Vaticanus Borgianus Armenus 61 (de 1268).
  • 19 Le sanctoral s’est considérablement développé dans ces manuscrits; de nombreux saints fêtés dans l (...)

16Pas plus que le livre qui le contient, cet usage de trois psaumes quotidiens, entrecoupés d’alleluias, ne peut revendiquer une très haute antiquité dans l’histoire du rite arménien. Les plus anciens lectionnaires connus, ceux qui furent copiés jusqu’aux abords du xiiie siècle15, prescrivent le chant d’un unique psaume d’introduction à la célébration, tant durant la cinquantaine pascale que dans le reste de l’année liturgique. Deux témoignages littéraires confirment cette inexistence de la structure psalmique ternaire. Le Commentaire des Prières du Sacrifice, composé au xe siècle par l’évêque arménien Xosrov Anjewac’i (900 ?- 963 ?)16, ignore en effet ce rite, de même que, deux siècles plus tard, le Commentaire du Saint-Sacrifice de l’évêque Nersës Lambronac’i (1153-1198)17. Mais cet usage est entré en vigueur dans les lectionnaires copiés à partir du xiiie siècle18 et témoins, en d’autres domaines, d’un aggiornamento des formes liturgiques du rite arménien19. Celui-ci conservera désormais le chant des trois psaumes, mais uniquement pendant la cinquantaine pascale.

UN LIVRE SANS POSTÉRITÉ

  • 20 Ces trois psaumes du début de la liturgie eucharistique durant la cinquantaine pascale sont différ (...)

17La tentative de mettre en circulation, pour la liturgie eucharistique de la période pascale, un livre liturgique arménien, qui serait l’analogue du Pentecostaire byzantin de l’office des Heures, est restée sans lendemain. Ce type de lectionnaire partiel n’est en effet connu dans la tradition manuscrite que par les neuf témoins cités précédemment. Le rite arménien actuel ne possède pas de lectionnaire spécial pour les péricopes des cinquante jours de Pâques ; celles-ci se trouvent dans le même livre, le čašoc’, que celles des autres périodes de l’année liturgique. Seul a survécu, comme nous l’avons dit, l’usage des « trois antiphones », mais pour la seule liturgie des cinquante jours de Pâque20.

18La période durant laquelle cet essai vit le jour est nettement circonscrite, comme le démontrent les différents témoignages que nous avons présentés. C’est à la fin du xiie siècle et au début du xiiie que l’on tenta d’acclimater dans l’Église Arménienne un lectionnaire liturgique du type Penticostarion. Le plus ancien manuscrit connu, le Vienne Mekhitaristes 53, a été copié en effet en 1239 ; c’est aussi à la même époque que dans les lectionnaires complets, c’est-à-dire ceux qui renferment les péricopes scripturaires de toute l’année, tel le Vaticanas Borgianus Armenus 61 de 1268, s’introduit l’usage des trois psaumes pour les célébrations eucharistiques de la cinquantaine pascale.

  • 21 Cf. Histoire des Arméniens sous la direction de G. Dédéyan, Toulouse 1982, p. 307- 319.
  • 22 Cf. Fr. Tournebize, Histoire politique et religieuse de l’Arménie, Paris 1910, p. 239-251, 261-267
  • 23 Sur ce couvent, les supérieurs et personnages qui l’illustrèrent et les manuscrits qui y furent co (...)
  • 24 L. Alishan, Sissouan..., cité note précédente, p. 241-265.
  • 25 Cf. Ch. Renoux, « Les fêtes et les saints de l’Église Arménienne » de N. Adontz, REArm. N. S. 14, (...)

19Durant ces années, le siège catholicossal est en Cilicie, et l’Église Arménienne développe ses relations avec l’Église Byzantine dont la foi chalcédonienne est partagée, implicitement ou explicitement, par une partie de la communauté arménienne21. De nombreuses coutumes byzantines sont alors adoptées dans le rite arménien22. Est-ce en Cilicie également que fut prise l’initiative de composer un livre liturgique spécial ? Faute de pouvoir le prouver indiscutablement, signalons que le plus ancien manuscrit de ce type de lectionnaire, le manuscrit Vienne Mekhitaristes 53 de 1239 que nous venons de mentionner, a été copié au monastère de Drazark’23, situé au nord de Sis, la capitale du royaume arménien de Cilicie24. C’est dans ce même couvent qu’après la mort du catholicos Grigor Vkayaser († 1105) fut poursuivie, par son disciple Kiwrakos († 1127), l’oeuvre d’aggiornamento du culte des saints qu’avait entreprise le grand évêque. C’est là encore qu’un autre vardapet célèbre, Georg Melrik († 1115), aurait, au dire des historiens, mis en ordre les rites de son Église25. Dans ce couvent de Drazark’, les usages liturgiques byzantins étaient donc bien connus, en raison des traductions hagiographiques faites à partir du grec par Kiwrakos et d’autres avec lui sans doute, travail qui obligeait d’avoir recours aux livres liturgiques du rite byzantin. L’idée de composer un lectionnaire partiel, qui avait aussi l’avantage d’alléger le volumineux čašoc’ de toute l’année, pourrait donc y avoir vu le jour, transportant ainsi dans le rite arménien une disposition du rite byzantin.

Notes

1 Ce chiffre n’est sans doute pas définitif puisque du fonds arménien de Tbilisi (308 mss), susceptible d’enrichir l’histoire de l’évolution du lectionnaire arménien que nous préparons, nous ne connaissons pour l’instant que ceux qui ont été décrits (une centaine) par les catalogues de S. Kanayeanc (Tbilisi 1893), F. N. Finck (Leipzig 1903) et L. Melikset-Bek (Erévan 1958).

2 Ces péricopes de la liturgie eucharistique sont les lectures que l’on trouve dans tous les lectionnaires complets (cf. Renoux, Les lectures du temps pascal dans la tradition arménienne, REArm. N. S. 4, 1967, p. 63-79).

3 L. Clugnet, Dictionnaire grec-français des noms liturgiques en usage dans l’Église Grecque, Paris 1895, p. 119.

4 Cf. H. G. Beck, Kirche und theologische Literatur im byzantinischen Reich, Munich 1969 (Handbuch der Altertumswissenschaft XII, 2,1), p. 251.

5 N. Cappuyns, L’histoire des livres liturgiques grecs, Studi Bizantini e Neoellenici 6. 1940, p. 470-473.

6 Nous présentons ces témoignages dans Le Lectionnaire de Jérusalem en Arménie : Le Čašoc’, I, Introduction et liste des manuscrits, Turnhout 1989 (PO 44, fase. 4), qui comporte une liste de tous les lectionnaires-manuscrits connus.

7 Pour les trois plus anciens qui reflètent la liturgie hiérosolymitaine et arménienne du ve siècle, voir A. Renoux, Le codex Jérusalem 121, Turnhout 1969-1971 (PO, t 35/1 et 36/2).

8 Venise Mekhistaristes 169 (du xie s.), 285 (xie-xiie s.) ; Vienne Mekhitaristes 3 du xe=-xie.

9 À partir de cette date, les manuscrits sont extrêmement nombreux.

10 Les catalogues de manuscrits les désignent par l’appellation de čašoc’ (= typicon-lectionnaire) qui est celle donnée aux lectionnaires complets. Ces désignations ne sont pas originelles. Le manuscrit Vienne Mekhitaristes 53 de 1239, le plus ancien témoin de ce type de lectionnaire, ne possède pas de titre. Les copistes se rendaient compte sans doute que ces livres ne correspondaient pas au čašoc’ habituel.

11 Cf. J. Mateos, La célébration de la parole dans la liturgie byzantine. Étude historique, Rome 1971 (OCA 191), p. 27-90 ; R. Taft, The Great Entrance, Rome 1978 (OCA 200), p. 98-118.

12 Des notes musicales sont transcrites dans le Erévan Maténadaran 6500 et le Vienne Mekhitaristes 53.

13 Le Jérusalem Saint-Jacques 1878 est à mettre à part : il n’a ni les psaumes ni les lectures évangéliques. C’est un apostólos ou un praxapostolos (livre contenant les lectures des Actes et des Épitres des apôtres) du Temps pascal. Le Vienne Mekhitaristes 53 doit être rapproché également de l’apostolos et du praxapostolos byzantin, puisqu’il n’a pas les lectures évangéliques. Dans les manuscrits Erevan Maténadaran 6500, 8904 et Vienne Mekhitaristes 699, le deuxième et le troisième psaume sont placés respectivement après la première et la deuxième lecture.

14 Cette distribution des psaumes n’a rien à voir avec celle du rite byzantin ancien (cf. J. Mateos, Le typicon de la Grande Église, t. 2, Rome 1963 (OCA 166), p. 94-139) ou actuel (cf. R. Taft, The Great Entrance, cité supra n. 11, p. 83-118).

15 Les manuscrits dont il a été fait état aux notes 6 et 7.

16 Meknut’iwn alotic’ pataragin, Venise 1869. Sur ce commentaire, voir l’article de S. Salaville, L’Explication de la messe de l’Arménien Chosrov (950), ÉO 1940-1942, p. 349- 382, et P. Cowe, Commentary on the Divine Liturgy by Xosrov Anjewac’i, New York 1991.

17 Meknut’iwn pataragi, Venise 1847. Voir une traduction partielle dans E. Dulaurier, Recueil des Historiens des Croisades. Documents arméniens, t. 1, Paris 1859, et B. Talatianian, Florilegio dell’opera « Spiegazione della Santa Messa », Studium Biblicum Franciscanum 30, Jérusalem 1982, p. 193-245.

18 Vienne Mekhitaristes 5 (de 1223-1261), Vaticanus Borgianus Armenus 61 (de 1268).

19 Le sanctoral s’est considérablement développé dans ces manuscrits; de nombreux saints fêtés dans les Églises byzantine et syrienne ont aussi leur jour de célébration dans ces lectionnaires.

20 Ces trois psaumes du début de la liturgie eucharistique durant la cinquantaine pascale sont différents des nombreux versets de psaumes qui accompagnent les rites d’introduction de l’anaphore (cf. Y. Gatrčean, Y. Tašean, Die Liturgien bei den Armeniern, Wien 1897, p. 617-637).

21 Cf. Histoire des Arméniens sous la direction de G. Dédéyan, Toulouse 1982, p. 307- 319.

22 Cf. Fr. Tournebize, Histoire politique et religieuse de l’Arménie, Paris 1910, p. 239-251, 261-267.

23 Sur ce couvent, les supérieurs et personnages qui l’illustrèrent et les manuscrits qui y furent copiés, voir L. Alishan, Sissouan ou l’Arméno-Cilicie, Venise 1899, p. 265-272, et H. Oskean, Die Klöster Kilikiens (Nationalbibliothek 183), Vienne 1957, p. 151-199 (en arménien).

24 L. Alishan, Sissouan..., cité note précédente, p. 241-265.

25 Cf. Ch. Renoux, « Les fêtes et les saints de l’Église Arménienne » de N. Adontz, REArm. N. S. 14, 1980, p. 294.

Auteur

C.N.R.S.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search