Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Une page des relations byzantino-arméniennes : la réception des œuvres de Théodoret De Cyr en Arménie

Bernard Outtier

Texte intégral

1Lorsqu’on sait combien Théodoret fut engagé dans la polémique de son temps - et, à l’époque, on combattait pour des vues théologiques -, lorsqu’on se rappelle l’épisode des Trois Chapitres et la condamnation des œuvres de l’évêque de Cyr dans le monde grec lui-même - bien que cette décision fût ensuite rapportée -, lorqu’on a en mémoire la joie de Théodoret à la nouvelle de la mort de Cyrille d’Alexandrie - lequel devait devenir l’un des plus grands docteurs de l’Église arménienne en matière de christologie -, on n’est nullement étonné de ne pas trouver une grande quantité d’œuvres de Théodoret en traduction arménienne ancienne.

  • 1 Girk’ t’lt’oc’, Tiflis 1901 (Sahak Mesropean matenadaran 5).

2À vrai dire, jusqu’à une époque récente, on n’en connaissait même aucune, la mémoire de Théodoret semblant se maintenir vivante chez les Arméniens essentiellement grâce aux anathèmes qui lui avaient été régulièrement prodigués - je pense particulièrement au Livre des Lettres1, dans lequel est recueillie la majeure partie de la documentation officielle arménienne relative aux controverses christologiques.

3Si bien que si l’on doit être étonné, c’est de trouver en effet en arménien deux œuvres de Théodoret de Cyr rescapées, quoique mutilées, des tempêtes de l’histoire. Je les présente maintenant dans l’ordre qui est, selon moi, l’ordre chronologique de leur traduction en arménien. Ce sera ensuite aux historiens de répondre aux questions que semble poser l’existence d’une version arménienne de ces textes.

***

  • 2 B. Outtier, La version arménienne du commentaire des psaumes de Théodoret. Premier bilan, REArm N. (...)

4La version arménienne du Commentaire des psaumes de Théodoret a été identifiée il y a seulement une douzaine d’années : elle se cache sous le nom d’Épiphane de Chypre, chasseur d’hérétiques réputé et donc peu suspect d’hétérodoxie2. Les fragments conservés ne permettent pas encore d’établir la reconstitution d’un texte complet, mais nous avons le commentaire intégral de vingt-deux psaumes, plus un grand nombre de fragments recouvrant l’ensemble du psautier. C’est dire que ce qui nous est parvenu permet néanmoins d’avoir une idée suffisante de la langue de la traduction et aussi de la façon dont le contenu du texte a été traité, spécialement les nombreuses formulations christologiques. Les exemples que je vais citer sont directement tirés des manuscrits, puisque le texte est encore inédit, mais j’ai le plaisir de vous annoncer que je prépare ce texte pour l’impression.

5Le premier jugement à porter est que la traduction suit en général le grec. On peut même repérer dans les notes de l’édition (Patrologia graeca, t. 80, col. 857-1997), bien que cette édition soit connue comme insuffisante, quelle forme de tradition manuscrite suit la version arménienne. Ainsi, par exemple, l’arménien omet l’addition du codex 1 : Ps 61 verset 13 ; Ps 62, verset 1, verset 2 (n. 98 de la PG), verset 3 ; Ps 67, verset 36 (PG, n. 76). Par contre, l’arménien soutient l’addition du même codex 1 : Ps 67, verset 36 (PG, n. 70) et lit comme ce codex : Ps 109, verset 1 (n. 45 de la PG).

6Il faut remarquer que la tradition arménienne du texte semble assez stable. On pourrait en effet objecter que la modicité de la tradition manuscrite arménienne ne permet pas de se faire un jugement suffisamment motivé. Mais Ps 108, verset 31, ce sont deux manuscrits arméniens qui omettent les deux dernières phrases du grec, pour ne donner que cet exemple.

  • 3 Šat’berdis k’rebuli X sauk’unisa (Le recueil de Šat’berdi du xe siècle), éd. B. Gigineisvili et E. (...)

7L’énumération ci-dessus faite suffira à signaler la valeur du texte arménien pour l’édition critique - à faire - du texte grec original. Il faut ajouter qu’il existe une traduction géorgienne du commentaire de quatorze psaumes, faite sur l’arménien en Tao au xe siècle et récemment éditée3 à Tbilissi. Ce témoin est important, car nous n’avons pas encore retrouvé tout le texte arménien correspondant. Enfin, il y a une traduction slave ancienne, dont l’édition complète n’a pas encore vu le jour, MM. Lépissier et Vaillant étant morts avant d’avoir pu achever cette tâche. Il faudra tenir compte des accords arménien (géorgien) / slave contre le texte grec édité ; je ne signale que ceux-ci avant de clore cette parenthèse d’histoire du texte : géorgien et slave omettent, au début du Ps 2, la mention « Sans titre dans l’hébreu » ; ils s’accordent avec les manuscrits grecs 1 et 2 signalés en note pour le texte des versets 1 et 2 ; à la n. 87 de la PG, ils ont Δεσποτου, omis par le manuscrit 2 ; n. 88, ils ont προθεσπιζει, contre le manuscrit 1.

8J’ai dit que la traduction arménienne suivait en général le grec. Il convient maintenant de nuancer cette affirmation en examinant quelques-uns des cas divers que l’on rencontre :

91) traduction que l’on pourrait qualifier d’explicative, Ps 28, verset 9 :

  • grec : « Ils (les Apôtres) mirent en évidence la faiblesse des idoles. »

  • arménien : « Ils mirent en évidence la nature muette et faible des idoles el : des images. »

102) ce qui nous apparaît, en l’absence d’édition fiable du grec, comme des changements. Ainsi, la suite du passage signalé en 1) est en grec : « Il (le Seigneur) a réfuté la stérilité des philosophes par des illettrés et il a mis fin au règne tyrannique du diable par des pêcheurs. »

11L’arménien porte : « Il a réfuté la sagesse et le trouble de la philosophie par les apôtres innocents et ignorants et il a mis fin au règne tyrannique du diable par des enfants. » Encore : Ps. 26, verset 11

grec

arménien

« Toi, sois-moi et législateur et guide, me montrant la voie qui conduit à toi. »

« Toi, sois-moi chemin et connaissance et lumière, et sauve-moi de mes ennemis, et conduis-moi dans tes voies droites. »

12Un dernier exemple : Ps. 31, verset 6

grec

arménien

Pour cela, tout (homme) saint te priera au moment propice.

Pour cela, tous les saints te prieront au moment propice.

« Il appelle “moment propice” le régime de la nouvelle Alliance dans lequel sur toute la terre et la mer, les croyants honorent Dieu par les hymnes de David.

« Il appelle “moment propice” les ordonnances et les hymnes de la nouvelle grâce et de l’Église que chantent, sur mer et sur le sec, les chants de David, tous les saints et les croyants dans le Seigneur. »

Il prédit donc ici cela et dit au Seigneur : “Pour cela, pour ce péché, je ne suis pas seul à te supplier, mais aussi tous ceux qui, par l’univers, recevront (v.l. : ont reçu) la connaissance de Dieu, offriront cette prière pour moi.” Et en effet, en quelque sorte nous paraissons, en disant les paroles de David, nous approprier sa langue pour louer Dieu. »

Seulement dans le déluge des grandes eaux, elles ne l’approcheront pas. « Symmaque a ainsi traduit cela. »

Mais seulement des déluges des grandes eaux qui ne t’approcheront nullement. « Cela, Symmaque (l’)a traduit d’une manière encore plus élégante. »

13C’est ici le lieu de faire une remarque très importante. Si la traduction est parfois périphrastique ou introduit des éléments nouveaux, il ne semble pas y avoir eu, dans la tradition directe du texte, de transformations sensibles des formulations christologiques. Deux exemples : Ps. 108, verset 28 : au grec « “Serviteur” nomme donc la nature assumée », l’arménien ajoute : « qu’ayant prise de la Vierge, il a unie en lui même. » Ps. 108, verset 31

grec

arménien

« Car la nature divine ayant réalisé une union indivisible, était présente à la nature humaine. »

« La nature divine ayant réalisé une union indivisible avec la nature humaine. »

14Dans les deux cas, pour nature humaine comme pour nature divine, nous avons en arménien le mot բնութիւն ; de même, Ps 62, verset 3.

15Il faut enfin relever quelques erreurs de traduction : πιστηκότων, « incroyants », Ps 108, verset 15, a été lu εφεστηκοτων, « ceux qui se tenaient là » : որք անդր կային. Il y a eu un problème avec ἱερος : Ps 108, verset 28, « dans les saints évangiles » est rendu par « dans les divers (դարսադան) évangiles » ; pour ce passage encore, le témoignage des deux manuscrits arméniens s’accorde.

16On trouve de nombreux doublets, voire triplets ; en voici une liste non exhaustive :

17Ps 18, verset 11, δικαιώματα : իրաւունք արդարութեան.

18PS 18, Verset 13, κετεύω : ադաչես եւ պադատաւ

19Ps 26, verset 10, ρκεῖς : չատ եւ բաւական եր.

20Ps 27, verset 1, συμφορας : դ՚իչտք եւ նեղութիւնք.

21Ps 27, verset 1, καρτερσαι : ԺուԺկալեալ համբերութեամբ.

22Ps 27, verset 1, κεκράξομαι : կարդալ եւ արարակել.

23Ps 27 verset 5, εἰς μνδίαν : ի նուադս աւրԼհնութան եւ գոկութեան.

24Ps 27, verset 6, προμηθείας : փրկութեան եւ աւգնութեան.

25Ps 28, verset 7, χορός : դասք եւ պարք.

26Ps 28, verset 9, καταφρονεῖν : կոխել եւ սատակել.

27PS 29, Verset 9, (rien) : եւ ապա այնոԼհետեւ.

28Ps 31, verset 5, παιδείαις : նեղութեամբք եւ կշտաւք.

29PS 109, verset 1, πλήν : բայց սակայն.

30Les doublets-triplets sont caractéristiques de certaines écoles et périodes de traduction. Il est particulièrement regrettable qu’aucune étude de détail ou d’ensemble n’ait encore été menée à bien sur ce sujet - à ma connaissance du moins.

31Dans la traduction arménienne, on ne remarque pas de volonté systématique de calquer les composés grecs, comme on l’a spécialement étudié pour les préfixes verbaux dans l’école hellénisante ou hellénophile. J’ai relevé un seul exemple : փոխաբերեաց pour μրτήνրγκրν, Ps 108, verset 15.

32Toutefois, cette traduction enrichira notre connaissance du lexique arménien classique de mots qui font encore défaut dans le Nor bafgirk’ haykazean lezui :

33անդեբծադելոււՏն : φυκτος ρκος : clôture d’où on ne peut s’échapper, Ps 141, verset 5.

34աւրինակաձեաւթիւն : κτυπώματα : figuration, Ps 108, verset 13. բնաջնջութիւն : πανωλεθρία : destruction générale, Ps 108, versets 14 et 15. ներիւորԼեալ յինքն երկրորդէ աո նոսա : πισυλλογίζεται : argumente, Ps 109, verset 1.

35Je regrette l’absence de mon collègue et ami Lévon Ter-Petrossian : il aurait pu confirmer si le tour « relatif non décliné + pronom de rappel » est bien caractéristique des traductions faites sur le syriaque. J’en ai trouvé un cas dans cette version, indubitablement faite sur un modèle grec : եւ տուեալ դթադթս իւր աո Եդեկիայ որ դրեալ է ի նա բանս ԼայԼոյութեան : et ayant envoyé Sa lettre à Ezéchias, qu’il est écrit en elle des paroles de blasphème : κα γράμματα τ Έζεκί πέμψαντος βλασφημίας... μεστά : et ayant envoyé une lettre à Ezechiel, remplie de blasphème, Ps 19, verset 1. Il doit s’agir ici d’un emprunt inconscient à un autre type de traduction.

36Si l’on prend en considération l’ensemble des traits énumérés jusqu’ici, il semble que l’on puisse proposer pour le commentaire des psaumes une date de traduction avoisinant le dernier quart du ve siècle, pas bien loin sans doute de la traduction de Grégoire de Nazianze.

***

  • 4 Un commentaire arménien d’Ezéchie ! faussement attribué à saint Cyrille d’Alexandrie, Revue Bibliqu (...)

37Je m’efforcerai d’être plus bref avec le Commentaire sur Ezéchiel. Dans les années 50, le R. P. Benoît l’identifiait en traduction arménienne dans un manuscrit du Patriarcat arménien de Jérusalem. Le P. Driessen étudia d’autres manuscrits du texte, sans avoir accès au manuscrit du Maténadaran, d’Erévan ; il publia son travail en 1961 dans la Revue Biblique4.

38J’ai étudié le texte d’après le manuscrit 208 de la Bibliothèque du Patriarcat Saint-Jacques de Jérusalem ; je remercie Mgr N. Bogharian de me l’avoir laissé photographier.

39Ici encore, le texte arménien nous est parvenu incomplètement par rapport au grec : nous avons la traduction de l’introduction, des trois premiers livres et le fin du chapitre VIII, sans que l’on sache le pourquoi de cet état de choses.

40La traduction, effectuée sur le grec, suit le modèle de près, généralement même pour l’ordre des mots.

41Y a-t-il variante ou faute quand on trouve դարձեալ pour πάλαι, lu παλιν (col. 809 C), խոստմանցն pour παγγείλας, lu επαγγελιας (col. 809 D) ?

42Constatation surprenante, on retrouve ici, comme dans le commentaire sur les psaumes, un problème avec la traduction du mot ἱερός : col. 809 D, ἱερούς est traduit քահանայականացն soit ιερεων ; col. 812 Β, ἱερν n’est pas traduit.

43Enfin, je ne sais comment expliquer la traduction de τ πλείστον col. 812 Β par դԼոլոկս : peut-être faut-il corriger en գյոլոկս ?

44Ici encore, on peut placer l’arménien par rapport aux manuscrits utilisés pour l’édition du texte grec. En 812 C, Լրամայէ est au présent comme les manuscrits A et B, contre le texte de l’édition ; col. 812, par contre, l’addition du manuscrit A (note 25) est absente.

45Les doublets sont rares ; je n’ai noté que դայ ԼասանԷ pour φίκετο, col. 813 Α.

46Pas plus que dans la traduction du commentaire des psaumes, on ne trouve ici de calque systématique des composés grecs ; ναγινώσκοντες est encore traduit par րնրեոնուն, non par դերծանեն (col. 809 C).

47Il est intéressant de constater que la formule purement chalcédonienne de col. 901 D, κα τς δύο φσεις νί δείξας προσώπ, « (le Christ) ayant montré les deux natures en une seule personne », est rendue exactement : եւ զերկուս բնութիւն ի մի դէմս ցուցեալ.

48Concluons : la traduction du commentaire sur Ezéchiel est l’œuvre d’une personne différente de celle qui a traduit le commentaire sur les psaumes du même auteur, Théodoret de Cyr ; elle semble avoir été exécutée à une date très légèrement postérieure à celle du commentaire sur les psaumes.

  • 5 N. Polarean, Mayr c’uc’ak jeragrac’ Srboc’ Yakobeanc’ (N. Bogharian, Grand Catalogue of St. James m (...)

49La grande question qui se pose alors est évidemment la suivante : dans quel milieu, en quel endroit ces textes ont-ils pu être traduits ? Je n’ignore pas que les arguments de style, d’histoire de la langue arménienne de traduction, sont assez difficiles à manier. Il y en a un bon exemple dans notre cas : un connaisseur aussi expert que Mgr N. Bogharian, publiant un fragment de la traduction du commentaire des psaumes, pensait y voir une traduction de Eiznik, tant langue et style lui semblaient voisins5. Toutefois, il y a peu de vraisemblance qu’il faille changer de beaucoup les dates proposées pour ces traductions. La question qui se pose alors aux historiens est donc de savoir s’il ne faut pas revoir notre conception des rapports de l’Arménie et de Byzance, en particulier la projection d’une situation historique bien postérieure au sujet de la réception par l’Église arménienne du Concile de Chalcédoine. Les recherches entreprises par le Professeur Nina Garsoïan me semblent de nature à éclairer cette page obscure des relations littéraires et religieuses byzantino-arméniennes : la réception d’œuvres de Théodoret de Cyr en arménien.

Notes

1 Girk’ t’lt’oc’, Tiflis 1901 (Sahak Mesropean matenadaran 5).

2 B. Outtier, La version arménienne du commentaire des psaumes de Théodoret. Premier bilan, REArm N. S. 12, 1977, p. 169-180. Voir depuis : Id., Nouveaux témoins de la tradition directe, ibid. 17, 1983, p. 241-248.

3 Šat’berdis k’rebuli X sauk’unisa (Le recueil de Šat’berdi du xe siècle), éd. B. Gigineisvili et E. Giunasvili, Tbilisi 1979 (Monuments de la langue géorgienne ancienne 1).

4 Un commentaire arménien d’Ezéchie ! faussement attribué à saint Cyrille d’Alexandrie, Revue Biblique 68, 1961, p. 251-261.

5 N. Polarean, Mayr c’uc’ak jeragrac’ Srboc’ Yakobeanc’ (N. Bogharian, Grand Catalogue of St. James manuscripts), t. 6, Jérusalem 1972, p. 474.

Auteur

C.N.R.S

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540