Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Les relations économiques entre Chypre et le royaume arménien de Cilicie d’après les actes notariés (1270-1320)1

Catherine Otten-Froux

Texte intégral

  • 1 Liste des abréviations :
    Armeno-Veneto : L’Armeno-Veneto ; compendio storico e document ! delle rel (...)
  • 1 Pour une vue d’ensemble et une bibliographie plus complète, on consultera les chapitres concernés (...)

1La proximité géographique de Chypre et de la côte sud de l’Asie Mineure a de longue date favorisé les contacts par voie maritime entre les deux terres, longtemps parties intégrantes de l’empire byzantin. L’émigration arménienne en Cilicie aboutissant à la création à la fin du xiie siècle d’un royaume arménien indépendant, et d’autre part la pénétration en grand nombre des Francs dans le bassin oriental de la Méditerranée à la faveur des croisades, et plus particulièrement la conquête de l’île de Chypre par Richard Cœur de Lion et l’installation de la dynastie française des Lusignan, ne bousculent pas cette tendance. Les relations politiques entre les deux États sont fréquentes, renforcées par des liens familiaux tissés entre les noblesses des deux États par des mariages mixtes assez nombreux. C’est en Cilicie arménienne qu’Henri II est exilé et c’est un Lusignan qui sera le dernier roi de Petite Arménie. Les Roupéniens comme les Héthoumides se sont souvent tournés vers leurs parents de Chypre pour obtenir de l’aide contre les Musulmans. En effet, Chypre et le royaume arménien de Cilicie sont, avec Rhodes, les derniers bastions de la Chrétienté dans la partie méridionale du bassin oriental de la Méditerranée, et à ce titre unis dans les projets de croisade de la papauté, mais plus souvent contraints à se défendre eux-mêmes1.

  • 2 Sur ces différentes places, voir L. Alishan, Sissouan, cité note précédente ; H. Hellenkemper, Bur (...)

2Le premier roi de la dynastie des Roupéniens, Léon le Magnifique, ouvre économiquement son pays aux marchands italiens qui s’établissent d’abord à Tarse, Sis et Mamistra. Mais à partir des années 1260, un nouveau port, l’Aïas, se développe au fond du golfe d’Alexandrette, et devient à la fin du xiiie siècle un des grands entrepôts de la Méditerranée orientale2.

  • 3 Sur Famagouste, voir D. Jacoby, The rise of a new emporium in the eastern Mediterranean: Famagusta (...)

3En Chypre, le commerce maritime encouragé par les privilèges accordés aux Italiens par les premiers Lusignan, se concentre d’abord dans les ports de Paphos et surtout de Limassol, supplantés à l’extrême fin du xiiie siècle par Famagouste dont la population s’accroît rapidement grâce aux émigrants venus de Terre Sainte au moment des campagnes de Baïbars et de la chute d’Acre3. C’est pendant le règne d’Henri II que Chypre prend sa place dans le grand commerce international.

  • 4 L. de Mas Latrie, Des relations politiques et commerciales de l’Asie Mineure avec l’île de Chypre (...)
  • 5 L. Balletto, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Laiazzo da Federico di Piazzalunga (1274) (...)
  • 6 M. Balard, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (11 ottobre 1 (...)
  • 7 A. Bondi Sebellico, Felice de Merlis, prete e notaio in Venezia ed Ayas, 1315-1348, 2 vol., Venise (...)
  • 8 Nous avons dépouillé toutes les publications des actes des notaires vénitiens de Candie ; seul, Be (...)
  • 9 F. Balducci Pegolotti, Pratica della mercatura, ed. A. Evans, Cambridge Mass. 1936; R. Lopez, G. A (...)

4Depuis l’article de L. de Mas Latrie, « Des relations politiques et commerciales de l’Asie Mineure avec l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan »4, bien des recherches ont été entreprises et des documents publiés, parmi lesquels les registres de notaires fournissent un témoignage de premier ordre sur la vie économique et sociale dans les deux territoires considérés. Pour faire notre travail, nous nous appuyons sur trois groupes de documents notariés qui tracent le cadre chronologique de notre étude. Un premier groupe est formé de 253 actes instrumentés à l’Aïas en 1274, 1277, 1279 par les deux notaires génois Federico di Piazzalunga et Pietro di Bargone5. Le second groupe de documents comprend la masse énorme des 1 628 actes rédigés par Lamberto di Sambuceto et des 80 actes de Giovanni de Rocha, deux notaires génois ayant instrumenté à Famagouste de 1296 à 1310 ; tous ces actes ont été récemment édités ou réédités par une équipe de chercheurs italiens et français6. Enfin le troisième groupe est constitué par 56 actes passés à l’Aïas entre octobre 1316 et juillet 1318 par le notaire vénitien Felice de Merlis7. À ces actes on ajoutera quelques renseignements fournis par un notaire vénitien ayant instrumenté à Candie8 et par les livres de marchands comme la Pratica della Mercatura de Pegolotti et le manuel de commerce pisan9.

5Cette documentation est loin d’être homogène. Dans les registres instrumentés à l’Aïas il y a très peu d’actes concernant les rapports bilatéraux entre Chypre et la Petite Arménie : 11 documents dans les actes génois de 1274, 1277, 1279, soit 4,3 % de ce groupe et 13 dans les actes du vénitien Felice de Merlis, soit 23,2 % du total des actes de l’Aïas de ce dernier. Au contraire, parmi les actes passés à Famagouste, 216 enregistrent un trafic commercial avec l’Arménie ciliciennne, soit 12,6 % du total des actes de Lamberto di Sambuceto et de Giovanni de Rocha. Si les différences sont frappantes en chiffres absolus, par contre en pourcentage on remarque une augmentation croissante des actes concernant notre sujet après la perte de la Terre Sainte par les Chrétiens et dans les premières décennies du xive siècle.

6Il ne faut pas oublier que ces documents émanent de notaires italiens et mettent en lumière avant tout une population italienne, et d’autre part que nous avons une disproportion flagrante entre la documentation provenant de Chypre, beaucoup plus abondante, étalée sur une quinzaine d’années, et celle provenant de l’Aïas, moins nombreuse et répartie sur quelques années non consécutives, encadrant le groupe des actes chypriotes. Nous allons donc avoir une image fragmentaire du commerce entre Chypre et l’Arménie cilicienne, centrée sur le rôle des Italiens, et une vision provenant soit de la Petite Arménie soit de Chypre, mais jamais totale puisque les documents ne se recoupent pas chronologiquement. Ceci interdit toute étude comparative et même évolutive de la situation commerciale entre les deux territoires et incite à une grande prudence dans l’énoncé des conclusions.

7Une fois ces remarques faites, et sachant que nous n’avons pris en considération que les actes d’intérêt commercial et tout à fait clairs (ont été exclus les actes où seule la monnaie de l’autre pays était indiquée sans que l’on fasse assurément mention d’une relation économique quelconque), nous essaierons cependant de caractériser le trafic entre les deux pays, d’examiner les investissements, les marchandises transportées et enfin les hommes qui s’adonnent à ce commerce dans la période couverte par les actes notariés dont nous disposons, c’est-à-dire de 1270 à 1320.

I.- LES CARACTÈRES GÉNÉRAUX DU TRAFIC ENTRE CHYPRE ET LA PETITE ARMÉNIE

  • 10 En 1292-1293, des combats ont lieu entre Génois et Vénitiens à Limassol et à l’Aïas (Chronique d’A (...)

8Le trafic commercial entre les deux pays repose sur des conditions locales qu’il faut rappeler brièvement. S’il n’est pas de notre propos d’évoquer les questions politiques, il faut pourtant se souvenir du climat constant d’insécurité qui règne à cause des querelles internes aussi bien dans le royaume arménien qu’en Chypre où, à cause de sa maladie, Henri II fut éloigné des affaires et une régence instaurée, mais surtout à cause de l’omniprésence des Musulmans qui entourent le royaume arméno-cilicien, les Mameluks à l’est, les Turcs au nord et à l’ouest. Les raids sont fréquents ; on en connaît en 1266, 1275, 1281-1282, 1305, 1335, etc. L’Aïas est détruite en 1322, reprise et reconstruite, la ville tombe définitivement en 1347 et avec elle le principal port du royaume, du moins pour le grand commerce international. Sur mer, les pirates de toute nationalité sont redoutés : les flottes des Républiques maritimes italiennes n’hésitent pas à attaquer des représentants de la ville rivale, poussant même parfois l’attaque sur le territoire arménien10.

  • 11 Les privilèges émanant des rois arméniens se trouvent, sauf exception, dans Langlois, Cartulaire, (...)
  • 12 Les documents vénitiens concernant la Petite Arménie sont également édités dans L’Armeno-Veneto ; (...)
  • 13 L’ancienne édition de G. M. Thomas, Ein Bericht über die ältesten Besitzungen der Venezianer auf C (...)
  • 14 Mas Latrie, Histoire, 2, p. 102-108 = Thomas, Diplomatarium, 1, p. 42-45.
  • 15 G. Müller, Documenti sulle relazioni delle città toscane coll’Oriente cristiano e coi Turchi fino (...)
  • 16 A. de Capmany y de Montpalau, Memorias historicas sobre la marina, comercio y artes de la antiqua (...)
  • 17 Privilège chypriote de 1236 pour les gens de Marseille, Montpellier et les Provençaux, Mas Latrie, (...)

9Les marchands occidentaux ont cependant su créer des conditions de commerce favorables dans les deux territoires. Les privilèges concédés sont de trois ordres : fiscaux, avec une réduction ou une abolition des taxes sur l’importation, l’exportation et l’échange des marchandises ; territoriaux, avec l’octroi de terrains ou de bâtiments pour des maisons et une église ; et juridiques, avec la reconnaissance à la tête de la colonie d’un chef (consul ou bayle) ayant juridiction sur ses concitoyens. Pendant la période qui nous intéresse, les Génois ont ainsi obtenu des privilèges en Petite Arménie en 1201, 1215, 1288, et en Chypre en 1218, 1232, 132911. Les rois arméniens ont accordé des faveurs aux Vénitiens en 1201, 1245, 1261, 1271, 1307, 1321, 133312 ; en Chypre, les premiers privilèges vénitiens, de même que pisans, ont été perdus, mais il existe une liste des possessions vénitiennes en Chypre au milieu du xiiie siècle qui atteste la vigueur de la colonie13. Le plus ancien privilège qui nous soit parvenu pour les Vénitiens date de 130614, pour les Pisans de 129115, pour les Catalans de 129116 ; il y a aussi des privilèges pour les Marseillais et les gens de Montpellier17. Munis de ces privilèges, les marchands se sont surtout installés à Famagouste et à l’Aïas ; d’autres villes sont quelquefois nommées comme Limassol en Chypre, Tarse et Portus de Pallibus en Cilicie, mais l’activité commerciale y est moindre.

  • 18 F. Balducci Pegolotti, Pratica, cité supra n. 9, p. 83-84.
  • 19 Ibid., p. 60.

10Un témoignage de la situation existant au début du xive siècle est fourni par Pegolotti qui énumère les droits payés par les différentes nations occidentales sur chacune des places : à Famagouste, Vénitiens et Génois et bourgeois de Famagouste sont exemptés de taxes pour eux-mêmes et leurs marchandises ; Pisans, Catalans, Provençaux, Anconitains, gens de Narbonne paient 2 % à l’entrée et 2 % à la sortie ; les Florentins paient 4 % sauf les représentants des compagnies des Bardi et des Peruzzi, mais ce taux est bientôt ramené à 2 %, aligné sur celui exigé des Pisans ; les autres marchands paient normalement 4 %18. À l’Aïas, la situation est presque identique : Génois, Vénitiens et Siciliens sont exemptés de taxes à l’entrée et à la sortie, sauf pour les marchandises qui se pèsent pour lesquelles ils paient un droit de 1 %. La compagnie florentine des Bardi est exemptée de taxe à l’importation et à l’exportation. Les Pisans, les Catalans, les Provençaux et l’autre grande compagnie florentine des Peruzzi paient 2 %, les autres marchands 4 %19. Il apparaît donc que dans les deux royaumes, les représentants de Gênes et de Venise sont les plus favorisés, de même que les grandes compagnies florentines des Bardi et des Peruzzi qui représentent un poids économique certain.

  • 20 Balletto, A 42 et 42a.
  • 21 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 155.
  • 22 F. Thiriet, Délibérations des Assemblées vénitiennes concernant la Romanie, 1, Paris-La Haye 1966, (...)
  • 23 Polonio, 332.
  • 24 Balard, I, 159.

11Ainsi favorisés, comment les marchands considéraient-ils les deux marchés qui s’offraient à eux ? Vues d’Occident et particulièrement d’Italie à travers le peu de documents disponibles, les deux places de Famagouste et de l’Aïas ou en général Chypre et la Petite Arménie apparaissent comme complémentaires. On laisse au marchand la liberté du choix. On peut ici citer plusieurs exemples : un acte de 1274 qui reprend un acte du 6 octobre 1271 passé à Gênes par lequel Symona, femme d’Enrico Cragia, a reçu en prêt de Gabriele Pinello 10 livres de Gênes pour lesquelles elle promet un remboursement en Syrie, Chypre ou Arménie20 ; un acte du 9 novembre 1320 passé à Venise signale que la galère de Matteo Stornello doit aller en Chypre et en Arménie21. Les délibérations des Assemblées ou du Sénat de Venise vont dans le même sens ; on y lit les décisions concernant le moment du départ et le nombre des navires à destination de Chypre et de l’Arménie pour les années 1279, 1287, 1292, 1301, 1302, 1307, 1312, 1322, 1329, 133222. Cette même complémentarité se fait jour aussi dans les clauses de certains contrats comme celui d’une vente d’esclave où il est stipulé que si l’esclave est enlevée violemment en Chypre ou en Arménie, l’acheteur sera remboursé23. Par ailleurs, pour les nations d’importance moindre, qui envoient un plus petit nombre de marchands dans ces régions, un seul homme peut faire office de consul dans les deux territoires, par exemple Pietro de Podio, consul des gens de Montpellier en Chypre et Arménie24. Vus d’Occident, les deux territoires ne se posent pas en rivaux, mais apparaissent comme parties d’un même espace commercial.

  • 25 R. Morozzo della Rocca, Benvenuto de Brixano, notaio in Candia, 1301-1302, Venise 1950, 134.
  • 26 Balard, II C 28.
  • 27 Pavoni, II 163 et Balard, II B 19.
  • 28 Desimoni, 109.

12Dans les eaux orientales, les deux territoires sont également liés comme escales dans un trafic de cabotage entre les différentes places du bassin oriental de la Méditerranée, par exemple pour les navires venant de Péra ou de Crète ; ainsi le 24 mai 1301, Nicolo Bonomo, habitant de Candie, reçoit du notaire Pietro Picolo 50 hyperpères pour faire des affaires pendant 6 mois dans un voyage en Chypre et en Petite Arménie25 ; le 19 novembre 1309, des marchandises sont transportées de Péra à Famagouste pour être vendues à l’Aïas26. Les actes de Lamberto di Sambuceto laissent aussi entrevoir deux cas où un navire fait un aller-retour Famagouste-l’Aïas pour charger des marchandises avant d’aller à Marseille ou à Gênes27, et le cas d’un marchand transportant des céréales, qui, arrivé à Famagouste, pourra choisir soit de décharger sa cargaison sur place, soit de la transporter en Arménie28. Chypre semble alors prendre le pas sur la Petite Arménie et être devenue la plaque tournante pour le grand commerce. Cependant la grande majorité des actes qui nous intéressent n’enregistrent qu’un voyage simple entre les deux côtes. Le voyage est de courte durée ; les comptes sont généralement apurés en moins de deux mois. Il a lieu à n’importe quel moment de l’année, même en plein hiver. On connaît des voyages entre Famagouste et l’Aïas en décembre, janvier, février ; les voyages ne sont vraiment rythmés par les saisons que lorsque le marchand a en vue un voyage en Occident immédiatement après.

13Tous les types de navires sont concernés par le trafic entre les deux territoires : les gros bateaux qui touchent l’Aïas avant de repartir vers un des ports de la Méditerranée occidentale ; ce sont les naves comme le Sanctus Anthonius de Gabriele de Vivaldi, la nave des Lomellini, celle de Branca de Castro qui transporte des céréales, celle de Vivaldo Bello, de Guglielmo Caffaraino, la nave Monioia qui transporte vers Marseille du coton, la nave de Maxorani d’Ancône qui va de Péra à Famagouste. On trouve aussi des galères comme celle de Leonardo de Ripparolia venant de l’Aïas avec du coton égrené, celle de Bindo de Capsio et Berthogio Pisani avec du froment, de Martino Doria, de Blancardo Fallamonica, de Giacomo de Valenza qui transporte des draps. On rencontre aussi des navires plus petits, les linhs, comme le Sanctus Anthonius d’Ansermo Guidonis, celui de Guido Butegarius, de Ianoto Occello, de Teodoro Baratus qui transporte de l’huile. Des barques plus petites sont également employées. La nature du chargement et la destination du voyage jouent un rôle dans le choix du navire, les gros bateaux étant plus volontiers utilisés pour le transport sur de longues distances de marchandises pondéreuses.

14Ainsi le trafic entre Chypre et la côte cilicienne apparaît organisé dans un cadre favorable aux Occidentaux, pour qui les deux places de Famagouste et de l’Aïas ne sont pas rivales mais au contraire complémentaires dans un même espace économique. Les deux terres étant proches, les relations maritimes sont fréquentes tout au long de l’année et ne sont pas soumises au rythme saisonnier ; elles peuvent aussi s’effectuer à l’aide de petits vaisseaux ce qui permet aux marchands de toutes catégories de participer au commerce. Il faut maintenant interroger les actes notariés en notre possession pour voir quel est le poids économique de ce trafic.

II.- LES INVESTISSEMENTS

  • 29 Les équivalences utilisées ici sont : 1 besant blanc = 3 dirhems d’Arménie et demi = 4 sous de Gên (...)

15La documentation plus fournie à partir de Famagouste laisse entrevoir des investissements importants à destination de la Petite Arménie, plus importants qu’en sens inverse, mais l’hypothèse que cette image soit due à l’état de la documentation n’est pas à exclure. Nous nous sommes efforcée pour des raisons de commodité de réduire en besants blancs, monnaie chypriote, les sommes investies en autres monnaies, faisant reposer les équivalences sur des taux de change constatés dans les actes notariés ; toutefois il a été impossible d’appliquer ce traitement lorsque seule la marchandise était citée ou bien lorsqu’on a utilisé une monnaie plus rare pour laquelle il n’y a pas de contrat de change29. On peut saisir les investissements grâce à l’étude des différents types de contrats, commende, prêt et change maritime et, plus rarement, nolisement, que nous étudierons successivement.

  • 30 Parmi les nombreux travaux, on peut citer M. Chiaudano, Contratti commerciali genovesi del secolo (...)
  • 31 J. Pryor, The origin of the commenda contract, Speculum 52, 1977, p. 5-37.
  • 32 Desimoni, 48, 275 ; Polonio, 56.

16Le type de contrat le plus utilisé dans les affaires entre Chypre et la Petite Arménie est le contrat de commende (accomendacio) bien connu grâce : à de nombreuses études30. Un bailleur de fonds (socius stans) fournit une somme d’argent - parfois il indique dans quelle marchandise elle est investie - à un marchand (socius tracions), qui se rend en Cilicie arménienne pour s’y livrer au commerce ; au retour les bénéfices sont partagés à raison de 3/4 pour le bailleur de fonds, 1/4 pour le marchand actif (parfois le rapport est de 1/2 -1/2, ou 2/3 - 1/3 ; parfois également le contrat est silencieux sur le partage des bénéfices). Une variante de ce type de contrat est le contrat de société où les deux partenaires contribuent chacun à l’apport initial. Le partage des bénéfices est alors différent, mais J. Pryor a bien montré qu’on ne pouvait pas séparer les deux sortes de contrats31. Nous avons dans nos actes quelques exemples de sociétés, mais ils sont peu nombreux32.

  • 33 Pavoni, I 10, 65 ; Pavoni, II 110, 165.
  • 34 Balletto, A 38. Ce contrat ne concerne pas le commerce avec Chypre mais avec Acre ou Tyr.

17Il existe aussi dans les actes de Lamberto di Sambuceto un autre type de contrat où le bailleur de fonds confie une somme in zaterio ; le nom est différent, mais le contrat ressemble beaucoup au contrat de commende33. À l’Aïas, on trouve un contrat qualifié de ad iatenum et on précise ad modum Syrie34. Cette appellation est assez rare et semble réservée au commerce dans le Levant. Faut-il y voir une influence arabe ?

  • 35 Pro una parte : Polonio, 398 ; Pavoni, I 10 ; Desimoni, 276. Pro duobus partibus : Polonio, 139. P (...)
  • 36 Pavoni,I 10 : confiteor...me habuisse et recepisse... in zaterio, pro parte una, bisancios albos q (...)

18Enfin il est parfois précisé, sans qu’aucun nom de contrat ne soit utilisé, que le socius tractans reçoit une certaine somme pro parte una, pro partibus duobus, pro quatuor partibus, pro quinqué partibus35. En analysant ces contrats et notamment les sommes d’argent en cause, on comprend qu’il s’agit respectivement d’une part, deux parts, quatre parts, cinq parts, la part valant 50 besants blancs. Est-ce le début d’une sorte de société par actions ? Dans ce cas il n’est jamais question de la répartition du profit, qui est probablement claire pour les participants, toujours la même dans ce type de contrat. On trouve aussi dans certains documents ces deux derniers types de contrats à la fois36. Pour la facilité de notre étude, nous avons regroupé ces variantes avec le contrat de commende classique.

  • 37 Balard, II B 135.
  • 38 Desimoni, 269.

19On compte en tout 77 contrats de commende de tout type passés à Famagouste pour la Petite Arménie. Ils représentent un investissement total de 133 444 besants blancs et 748 livres de coronati, pour les années 1296-1310. Sur ce total, 72 573 besants blancs, soit 54,38 %, sont confiés sans que la marchandise dans laquelle ils sont investis soit précisée, 39 402 besants blancs, soit 29,5 % des sommes concernées, sont investis en grains (froment, orge, etc.) et 11 348, soit 8,5 %, en draps. L’investissement moyen se situe aux alentours de 1 000 besants blancs, avec un investissement maximum de 10 300 besants dus à Bonifacio de Grimaldis37, et un investissement minimum de 25 besants blancs38 ; seuls 12 contrats atteignent ou dépassent 3 000 besants blancs, 12 se situent entre 3 000 et 2 000 besants blancs, 15 entre 2 000 et 1 000 besants blancs, mais 46 sont inférieurs à 1 000 besants blancs ; parmi ces derniers, 30 sont inférieurs à 500 besants blancs. On constate ici l’importance du rôle joué par les petits investisseurs. Les remboursements sont rarement signalés, 18 cas sur les 77 contrats de commende. La durée moyenne du contrat est d’environ un mois et demi. La destination des commendes est généralement indiquée par l’expression assez vague d’Arménie (39 cas) ; parfois le lieu d’arrivée est cité : l’Aïas 16 fois, Korighos 2 fois, Tarse 7 fois. Dans 4 cas, le bateau ira en Arménie puis poursuivra son voyage soit vers l’Occident (Provence, Marseille), soit vers une destination inconnue. Les hommes qui participent à ces commendes seront étudiés plus loin. On peut cependant noter une grande variété de nationalités ainsi que l’association fréquente de marchands de villes différentes. Dans les actes instrumentés à l’Aïas qui ont été conservés, on ne trouve aucun contrat de commende à destination de Chypre.

  • 39 Sur ce type de contrat, voir R. de Roover, The “cambium maritimum” contract according to the Genoe (...)
  • 40 Pavoni, II 169, 170, 171, 181.

20Les investisements se font aussi à l’aide de contrats de change maritime39. À partir de Famagouste, on compte 20 contrats pour toute la période couverte par les actes de Lamberto di Sambuceto et de Giovanni de Rocha (nous n’avons pris en compte que les actes spécifiant clairement que le change serait effectué en Arménie, laissant de côté les actes libellés en monnaie d’Arménie, mais où aucun lieu de remboursement n’était indiqué). Le total des sommes se monte à 15 719 besants blancs. On constate tout de suite une grande différence avec le contrat de commende : les contrats de change maritime sont moins nombreux et le montant des investissements inférieur. Les sommes engagées sont en général assez faibles, 500 besants blancs en moyenne, avec un maximum de 2 250 besants blancs et un minimum de 47 besants blancs et demi. Parmi les marchands les plus actifs qui interviennent dans ces contrats, on remarque Anselmo Guidonis, Génois, habitant de Famagouste, qui change en 4 opérations une valeur de 1 148 besants blancs40. Peu de grands noms génois émergent de ces actes, mais des noms de Génois, habitant Famagouste, repérés dans d’autres types de contrats non commerciaux.

  • 41 Balletto, A 55, 68.
  • 42 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 82, 86, 87, 89, 97.
  • 43 Ibid., 86.
  • 44 Ibid., 81.

21Les actes provenant de l’Aïas fournissent quelques contrats de change maritime sur Chypre. Deux opérations sont conclues en 127441, année où ces contrats sont assez nombreux, mais concernent le trafic avec l’Égypte, souvent pratiqué par des Pisans. En 1277, ce type de contrat a disparu pour toutes les directions et il est rare en 1279. En 1317-1318, 5 contrats de change maritime sur Chypre sont passés à l’Aïas pour un total de 8 983 dirhems d’Arménie soit 2 566 besants blancs42. Le taux de change, toujours indiqué, varie de 26 à 28 besants blancs pour 100 dirhems d’Arménie. Dans un cas, la somme finale qui sera payée est indiquée à côté du taux de change ; elle est inférieure de 5,9 %, soit 65 besants blancs, à ce qu’elle aurait dû être en appliquant le taux indiqué dans l’acte ; quelle somme sera finalement payée ? La différence représente-t-elle une remise par rapport au cours normalement pratiqué, ou bien au contraire l’emprunteur remboursera-t-il le prix fort, la différence représentant la commission du changeur43 ? Il faut y ajouter un autre acte qui se présente comme une reconnaissance de dettes, mais l’argent à payer est celui d’un change : Filipo venetus, habitant de Famagouste, fils de feu Giorgio de Tripoli, s’engage à l’Aïas à payer 60 besants blancs de Chypre à Giovanni, fils de feu Salomone de Tripoli, en échange de 200 dirhems nouveaux d’Arménie donnés à l’Aïas44. Au total, c’est une somme modeste qui sera payée en Chypre. Si les contrats de commende et de change maritime sont les principaux moyens d’investissement pour le commerce entre Chypre et les côtes ciliciennes, il existe d’autres types de contrats qui attestent des relations entre les deux territoires et indirectement renseignent sur des investissements commerciaux, ce sont les procurations et les quittances.

  • 45 Balletto, A 57.
  • 46 Balletto, A 90.
  • 47 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 1305.
  • 48 Ibid., 1307.

22À partir de l’Aïas des procurations sont données pour récupérer argent ou marchandises en Chypre. En 1274, le Génois Giovanni Lercari, fils de feu Belmusto, doit recevoir ce qui lui est dû45. Un cas intéressant est celui des deux procureurs de Porcella, veuve de Pietro Fallamonica, qui, le 19 mai 1274, nomment un autre procureur pour recevoir du chevalier de Chypre Guglielmo de Vermi les revenus d’un casal appelé Sclavadia, loué à ce dernier46. Parmi les actes de 1317, se trouvent également deux procurations : l’une générale donnée par Tommaso de la Beia, burgensis veneciarum in Ayacio, à Beliano, specialis, burgensis Famaguste47, l’autre donnée par Andreas Bancono à Giacomo Lanbardo, habitant de Famagouste, pour acheter 23 cantares de cuivre et 6 cantares d’étain et pour les envoyer par galères à l’Aïas48. Ici encore, les actes instrumentés à l’Aïas sont très peu nombreux.

  • 49 Desimoni, 71, 155 ; Polonio, 265 ; Pavoni, I 28.
  • 50 Balard, I 144.
  • 51 Balard, I 146 ; Balard, II C 11, 14, 42.
  • 52 Desimoni, 45 ; Pavoni, I, 28 ; Pavoni, II 22, 183.
  • 53 Balard, II C 5, 6 ; Pavoni, II 164.
  • 54 Polonio, 5.
  • 55 Pavoni, II 86.
  • 56 Polonio, 389.

23À Famagouste au contraire, on compte 22 procurations qui font allusion à toutes sortes d’affaires : parmi celles-ci, 4 actes concernent le commerce du froment vers l’Arménie49, un acte la vente d’une pièce de drap50, 4 sont des procurations générales51, 4 sont destinées à recevoir capital et profit de commendes52, 2 procurations sont passées pour recevoir des draps, une autre des noisettes53, une autre pour récupérer 30 sacs de coton égrené qui avaient été transférés sur d’autres navires54, une autre pour noliser une galère55, une autre enfin pour recevoir 2 797 dirhems d’Arménie dûs par le roi d’Arménie à feu Bernard Faxit de Narbonne56. Les procurations montrent bien la variété des affaires traitées ; malheureusement là encore, le déséquilibre de la documentation est flagrant.

  • 57 Balletto, A 51, 69.

24Les quittances aussi participent à la connaissance des investissements réalisés entre les deux pays. Il n’y a que deux actes instrumentés à l’Aïas en 1274 : ils attestent d’une part la réception d’argent pour 2 pièces de drap lombard vendues, et d’autre part le paiement du solde d’affaires antérieures57. Par contre, les quittances passées à Famagouste sont au nombre de 45. Elles répertorient toutes sortes d’investissements, commendes, changes, achats, etc., et représentent une somme d’environ 46 771 besants blancs.

  • 58 Polonio, 89, 237 ; Pavoni, I 18 ; Balard, II C 30.
  • 59 Polonio, 237.
  • 60 Ibid., 207.

25Peu d’actes concernent la location de navires pour le trafic entre les deux terres. Il n’y a pas de contrat de nolisement instrumenté à l’Aïas intéressant le transport vers Chypre. Sur les 5 contrats de ce type passés à Famagouste, 4 mentionnent l’Arménie comme une escale où l’on va charger de la marchandise, du coton par exemple ou toute sorte d’épices (brésil, cannelle, gingembre, laque, encens, indigo) à destination de Gênes, Venise ou la Provence avec un nolis différent selon la marchandise58. Le contrat de nolisement du 21 février 1301 amène une intéressante précision : le montant du nolis pour un transport de coton à destination de Gênes après chargement en Arménie sera de 2 besants saracénats par cantare, mais de 6 besants saracénats soit trois fois plus, si le voyage est direct59. Un contrat a pour seule destination l’Arménie : il s’agit de transporter 800 à 1 000 modii de froment au prix de 12 besants blancs pour 100 modii60. Chypre semble bien jouer ici le rôle de centre de décision des affaires et de centre redistributeur de marchandises, ainsi que nous le verrons encore plus loin.

  • 61 Desimoni, 82 ; Polonio, 46, 100, 225. Parmi ces actes, le plus intéressant est le premier cité, co (...)

26Rares sont les contrats de prêt dans lesquels le lieu de remboursement est indiqué. Sur 12 actes stipulés en dirhems d’Arménie, seuls 4 indiquent un remboursement en Arménie et ce sont les seuls dont on puisse sérieusement tenir compte pour analyser les rapports entre les deux pays. Les sommes engagées forment un total de 1 227 besants blancs61.

  • 62 Desimoni, 21.
  • 63 Ibid., 38, 56.
  • 64 Polonio, 223.
  • 65 Ibid., 386.
  • 66 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 81.

27Cinq autres actes passés à Famagouste sont des reconnaissances de dettes ; ils concernent des choses aussi diverses que l’apurement des comptes d’une société pour l’exploitation de deux galères62, le paiement du restant du prix de vente de respectivement 50 et 100 salmes de froment63, le paiement du reste d’un nolis64, enfin la moitié du prix de vente de deux esclaves de sexe féminin amenées de Tarse65. Une seule reconnaissance de dette a été passée à l’Aïas en 1317, elle porte sur 60 besants blancs66.

  • 67 Balletto, Β 46.
  • 68 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 72, 1294.
  • 69 Desimoni, 37, 62, 64, 69.
  • 70 Ibid., 177.
  • 71 Balard, II Β 19.

28Les contrats d’achat à crédit et de vente sont peu nombreux. À l’Aïas, le 11 novembre 1277, Ricio de Noli vend à Giovanni Camarlengo de la ruda coperta de Nicosie 30 à 40 cantares de fer qu’il portera en Chypre et livrera à Giovanni à Nicosie pour 200 besants blancs et 80 dirhems nouveaux d’Arménie qui sont en plus du prix du fer et représentent peut-être le montant d’une assurance67. Le 22 octobre 1316, Picardus de la Magdalena, fils de feu Lanfranco, de Famagouste, vend à Tommaso de la Baia, bourgeois vénitien à l’Aïas, un linh, le Sanctus Iulianus, pour 3 000 dirhems soit 857 besants blancs68. A Famagouste, 6 contrats de vente sont conclus, 4 concernent des ventes de blé exécutées en janvier-février 1300 pour 41 030 dirhems nouveaux d’Arménie soit environ 1 1 730 besants blancs, pour 400 salmes de froment69. Un autre contrat du 14 juillet 1300 enregistre la vente de 15 cantares d’amandes émondées pour 570 besants blancs payables à l’Aïas dans les trois mois70. Enfin, le 13 janvier 1307, Leonello Maraboto, Génois, vend à Vivaldo Bello pour 1 613 livres 6 sous 8 deniers de Gênes de marchandises ; il va avec sa nave de Famagouste à Portus de Pallibus puis à Famagouste et ensuite à Gênes71.

29À la suite de cette énumération peut-on dresser un bilan des investissements en direction de chacun des deux territoires ? À partir de Famagouste, on constate que le contrat de commende est le moyen privilégié d’investissement pour le commerce avec l’Arménie cilicienne, les sommes engagées sont 8 fois supérieures à celles impliquées dans les contrats de change maritime. Si l’on prend en compte tous les types de contrats y compris les mentions trouvées dans les quittances et les procurations, les investissements effectués entre 1296 et 1310 en direction de la Petite Arménie se montent à 204 361 besants blancs, plus que pour toute autre destination. Les investissements pour Gênes ne se montent qu’à 135 799 besants blancs, ceux pour Venise à 50 657 et ceux pour Marseille et la Provence à 36 149 besants blancs. Ces chiffres ne représentent pas le montant exact des investissements dans ces directions car il y a des contrats où seule la marchandise est mentionnée sans indication de prix, et il ne faut pas oublier que nous avons affaire aux actes d’un seul notaire à la fois. Cependant il résulte des actes de Lamberto di Sambuceto et de Giovanni de Rocha que la Petite Arménie représente le premier partenaire commercial de Chypre.

30Qu’en est-il à partir de l’Aïas ? Les documents sont malheureusement trop peu nombreux et ne concernent pas la même période. Le premier groupe de documents se situe à une époque où Chypre n’avait pas encore l’importance commerciale internationale qu’elle acquiert après la perte des États latins de Syrie-Palestine. Elle ne compte alors que pour son propre marché intérieur. Quant au second groupe de documents, il se situe au contraire à un moment où le rôle de l’Aïas commence déjà à décliner et les actes émanent d’un notaire vénitien qui a une tout autre clientèle. Il n’est donc pas possible de faire de comparaison valable. On ne peut notamment pas savoir si la balance commerciale entre les deux pays est en équilibre. L’état des sources qui éclairent le commerce des grains inclinerait à croire que la balance était favorable à Chypre ; mais qu’en est-il du coton, des épices sur le trafic desquelles nous n’avons guère de données chiffrées ?

III.- LES MARCHANDISES TRANSPORTEES

31Les contrats de commende ou de nolis, plus rarement les quittances ou les procurations fournissent parfois des renseignements sur Jes marchandises transportées ; par ailleurs les livres de marchands comme le manuel pisan de 1278, récemment édité par R. S. Lopez et G. Airaldi, ou la Pratica della mercatura de Pegolotti indiquent aussi les marchandises qui se trouvent sur une place donnée.

Sur le trajet Petite Arménie - Chypre

  • 72 Balletto, Β 46.
  • 73 Ibid., A 51.
  • 74 Ibid., Β 49, 50, 51.

32Les actes instrumentés à l’Aïas, que ce soit ceux des deux notaires génois ou ceux du notaire vénitien Felice de Merlis, citent très peu de marchandises, mentionnant davantage des sommes d’argent. Toutefois le 11 novembre 1277, un contrat est conclu à l’Aïas pour le transport de 35 à 40 cantares de fer et fait allusion à 10 caisses de fers à cheval également transportées en Chypre et livrées à Nicosie72. Si les navires arrivent directement d’Occident, ils y débarquent des draps, notamment des draps lombards73, qui peuvent être revendus sur place ou bien partir en direction de Siwas74 mais non de Chypre.

  • 75 Polonio, 237 : le 21 février 1301, un contrat est conclu pour charger 30 à 50 cantares de coton à (...)
  • 76 Ibid., 89 : le 4 novembre 1300, le Vénitien Marino Sanuto nolise sa nave à trois Pisans pour aller (...)
  • 77 Ibid., 211 : le 31 janvier 1301, 6 sacs de coton d’Arménie d’une valeur de 1 726 tournois d’argent (...)
  • 78 Ibid., 257 : le 1er mars 1301, Giacomo Sena, habitant de Barcelone, reconnaît avoir reçu en garde (...)
  • 79 Ibid., 149.
  • 80 Ibid., 331.

33Grâce aux actes de Lamberto di Sambuceto, on voit les marchands de Famagouste aller chercher d’autres marchandises en Arménie cilicienne, en premier lieu du coton. Le coton semble stocké à Famagouste, ou bien après une escale du navire à Famagouste, il part directement vers l’Occident, vers Gênes75, Venise76, Marseille77, Barcelone78. Il est très difficile de connaître le prix d’achat du coton en Arménie car la quantité ou bien le prix n’est pas indiqué. Le coton apparaît dans les actes notariés à notre disposition comme la principale denrée achetée en Petite Arménie. Toutefois d’autres marchandises sont aussi mentionnées comme la soie79. Il est fait mention d’un esclave de provenance grecque et turque, acheté à la curia de l’Aïas et revendu à Famagouste pour 55 besants blancs80.

  • 81 F. Balducci Pegolotti, Pratica, cité supra n. 9, p. 59 ; R. Lopez, G. Airaldi, Il più antico manua (...)
  • 82 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 83.

34D’après les livres de marchands, que pouvait-on se procurer à l’Aïas, le principal port de Petite Arménie ? Ces documents citent le coton que l’on retrouve effectivement en abondance dans les contrats, des perles, des épices venues d’Asie - poivre, camphre, noix muscade, laque, brésil, cannelle, indigo -, que l’on trouve dans un contrat passé à l’Aïas, pour être transportées en direction de l’Occident81, des tissus précieux venus d’Asie, comme ces draps d’or vendus le 6 septembre 131782.

Sur le trajet Chypre - Petite Arménie

35Lamberto di Sambuceto fournit des renseignements précieux sur les marchandises transportées de Chypre en Arménie cilicienne. Il s’agit en premier lieu de denrées alimentaires : des grains, de l’huile, des noisettes, du poisson, du fromage.

  • 83 Sur le commerce du blé en Chypre, voir S. Origone, Il commercio del grano a Cipro (1299-1301), Mis (...)
  • 84 Dedimoni, 48, 67, 70, 107, 206 ; Polonio, 56, 96, 112, 134, 139, 143, 217, 222, 368, 378 ; Pavoni, (...)
  • 85 Desimoni, 109.
  • 86 Polonio, 76.
  • 87 Balard, II C 28.
  • 88 M. Balard, Le commerce du blé en Mer Noire (xiiie-xve siècles), dans Aspetti della vita economica (...)
  • 89 Polonio, 56, 134.
  • 90 Ibid., 207.
  • 91 Le 31 janvier 1300 et le 4 février de la même année, 100 salmes de froment sont vendues pour 9 500 (...)

36On assiste à un commerce actif de blé surtout, et d’orge83, qui engage de grosses sommes : 39 402 besants blancs 6 sous rassemblés en 25 commendes, sont investis en froment, en orge seule dans deux cas, ou en orge et froment (sans que l’on sache la proportion de chaque céréale) ; parfois s’y ajoutent des fèves84. L’investissement moyen est de 1 000 besants blancs avec un minimum de 100 besants blancs et un maximum de 3 800 besants blancs par commende (dans un cas la possibilité d’investir 5 000 besants est offerte mais on ne sait si l’opération a été réalisée). Les plus gros investisseurs sont le Génois Oddo de Sexto (investisseur de 10 588 besants blancs), qui possède son propre navire et les frères Cosma et Damiano de Lezia avec un investissement de 9 402 besants blancs. Il est impossible de chiffrer les quantités transportées car les commendes sont silencieuses sur ce point, ne mentionnant qu’une valeur en argent. On peut se demander d’où vient tout ce grain ? Certes, Chypre a une production céréalière, mais il semble peu probable que la production locale suffise à la fois à la consommation sur place - il faut se rappeler que la population de l’île et surtout celle des villes a augmenté de façon sensible après le départ des Latins de Terre Sainte -, et à l’exportation d’aussi grandes quantités. Les sources permettent de fournir des éléments de réponse à cette question. Un contrat de nolisement est révélateur à ce sujet : le 22 avril 1300, Roberto Ginetus de Catalogne concède à un représentant de la société des Bardi et à Ianucio Bartholi de Florence sa nave, le Sanctus Salvator, alors à Famagouste, pour aller chercher à Barletta ou à Manfredonia 2 400 salmes de froment à la mesure d’Apulie et revenir en Chypre ; de là, le marchand devra dire dans les 8 jours si le blé doit être déchargé à Famagouste, en Arménie ou en Syrie (Acre, Tripoli, Tortose). Le prix d’achat ne doit pas dépasser 25 onces d’or par centenaio ; le nolis correspond à 40 % du prix d’achat s’il est débarqué en Arménie ou en Syrie85. Un autre exemple est fourni par ce navire chargé de blé évalué à la mesure de Barletta, arrêté et déchargé de force à Candie, qui repart avec une partie de sa cargaison pour vendre le reste du blé à l’Aïas86. Une partie du blé provient donc d’Italie du Sud et éventuellement de Sicile. La Romanie est une autre source d’approvisionnement comme le montre un intéressant contrat du 9 novembre 1309, dans lequel Simone Cevola reçoit à Famagouste de Francesco de Cremone des marchandises venant de Péra pour être portées à l’Aïas ; parmi ces marchandises on trouve de la soie, du cuir, des fourrures, 7 tapis, 206 modii et 2 cantares de froment ad modium Romanie87. La composition de cette liste semble indiquer que les marchandises proviennent des régions bordant la Mer Noire ; on connaît l’importance du trafic du blé effectué par les Génois dans cette région à cette époque88. Enfin deux contrats de commende passés par Oddo de Sexto montrent que du froment était acheté le long de la côte sud de Chypre à Limassol et jusqu’à Paphos89. S’agit-il de la production locale rassemblée là ou, au contraire, a-t-on établi le long de la côte sud de l’île, la plus hospitalière, des lieux de débarquement et de stockage pour le blé importé de façon à désengorger Famagouste ? Il est impossible de fournir une réponse, mais on sait que la plaine côtière dans la région de Paphos était plus favorable à la culture de la canne à sucre qu’à celle du blé. Il est également impossible de dire si les quantités de blé portées en Arménie sont destinées à la seule consommation locale ou, au contraire, redistribuées dans l’arrière-pays musulman. Le prix du transport de Famagouste à l’Aïas est de 12 besants blancs pour cent modii dans un contrat de nolis du 29 janvier 130190. Le prix de vente du blé en Arménie est rarement indiqué ; les quatre cas connus sont trop disparates pour pouvoir en tirer une information sérieuse91.

  • 92 Desimoni, 177.
  • 93 Pavoni, I 225.
  • 94 Polonio, 205.
  • 95 Pavoni, I 65.

37Parmi les autres denrées alimentaires on peut citer 15 cantares d’amandes émondées d’une valeur de 570 besants blancs92, de l’huile d’une valeur de 428 besants blancs, confiée en commende par Oddo de Sexto à Corrado de Chiavari93, tandis que 10 végètes d’huile appartenant au notaire Saporito de Curia et 2 appartenant à Facino Arditi seront transportées à l’Aïas selon un contrat du 24 janvier 130194. Vivianus de Ginembaldo investit 330 besants blancs en noisettes, poisson et fromage à destination de l’Aïas et de l’Arménie95.

38D’autres produits font également l’objet d’échanges :

  • des métaux : le 20 mars 1317, Andrea Banzono donne procuration à Giacomo Lanbardo, habitant de Famagouste, pour acheter en son nom et faire transporter à l’Aïas par galères 23 cantares de cuivre et 6 cantares d’étain96.
  • des draps : on trouve mention de camelots qui vont faire au xive siècle la réputation de l’industrie textile chypriote, et de draps français, pour lesquels Chypre n’a été qu’une étape. Le total des ventes vers l’Aïas représente 11 348 besants blancs97.
  • du savon : il représente un investissement de 1 330 besants blancs en deux commendes98.
  • deux autres produits qui ne sont pas proprement chypriotes mais ont été importés à Famagouste ; il s’agit de bois de brésil et de quatre caisses de corail99.

39De l’étude de l’échange des marchandises entre les deux territoires, il ressort que Famagouste apparaît bien comme une plaque tournante pour le commerce des Occidentaux dans les eaux levantines ; les marchands viennent s’informer des conditions du marché et, de là, décident des opérations suivantes. Famagouste est une escale et un lieu de dépôt pour les marchandises en attendant leur réexportation. On remarque sur cette liste l’absence presque totale des épices qui n’apparaissent que dans quelques contrats en direction de l’Occident. L’essentiel du trafic entre les deux pays repose sur le coton et les céréales.

IV.- LES AGENTS DU COMMERCE

  • 100 Balard, La popolazione di Famagosta all’inizio del secolo xiv, La Storia dei Genovesi, voi. 4, Att (...)
  • 101 Sur le problème de l’onomastique, voir B. Z. Kedar, Toponymie surnames as evidence of origin : som (...)

40Les actes notariés nous renseignent sur les marchands impliqués dans les relations commerciales entre Chypre et l’Arménie cilicienne. Des études ont été faites sur la population de l’Aïas et de Famagouste d’après les actes des notaires100 ; elles démontrent que les Italiens constituent la grande majorité des marchands actifs. Nous nous contenterons de donner quelques caractéristiques concernant les individus impliqués dans les échanges entre Chypre et la Petite Arménie. Il est possible de les distinguer selon leur lieu d’origine en utilisant avec prudence l’onomastique101.

Les Italiens

  • 102 C. Otten-Froux, L’Aïas dans le dernier tiers du xiiie siècle, cité supra n. 100, et S. Velle, I Ge (...)

41Les Ligures en général et plus particulièrement les habitants de Gênes sont les plus nombreux et les mieux connus, ce qui n’est pas pour nous surprendre car la très grande majorité des actes sont instrumentés par des notaires génois. Même si les actes instrumentés à l’Aïas en 1274, 1277 et 1279 ne fournissent que peu de renseignements sur les relations avec Chypre, on constate que des membres des grandes familles génoises y sont impliqués : Giovanni Lercari, fils de feu Belmusto, Ballano Tartaro, Andriolo della Volta, Ottobono et Baliano Cicada, Romino de Nigrono, Porcella, veuve de Pietro Fallamonica, sont actifs dans le commerce avec Chypre de même que des Ligures plus obscurs comme Lanfranco Rubeo, fils de Simone Rubeo, Ricio de Noli, Giovanni de Quarto102.

42Ces mêmes grandes familles de l’aristocratie du sang et de la fortune se retrouvent à Famagouste devant le banc de Lamberto di Sambuceto où ils passent des contrats concernant le commerce avec l’Aïas. Parmi ces familles, on peut citer la famille Salvago avec cinq membres (Manuel, Leo, Ambroggio, Lanfranco, Andalo), la famille Bestagno avec Matteo, Francesco et Salveto, mort subitement au cours d’un voyage en Arménie en janvier 1300, la famille Ghisolfi avec Baliano de Guisulfo, consul en 1296, la famille Doria avec trois membres (Cattaneo, Martino et Albaxio qui ont une galère et sont engagés dans le trafic du grain avec l’Arménie), Boccanigra avec Adalano, Occello avec Ianoto et Richobono, Génois et habitants de Famagouste, Anfossi avec Andrea, Signago avec Nicolino et Giacomo, Génois, bourgeois de Famagouste et recteur des Génois à Famagouste, engagé dans le trafic du grain, Pezagno avec Salveto, Spinola avec le chevalier Nicolo et Baldo, Lercari toujours dans les eaux levantines avec Percival, fils de Thedisio, della Volta avec Iuliano et Ottobono, de Nigrono avec Baliano, Guercio avec Bonavia, Panzano avec Palmerio déjà cité en 1277 comme exécuteur testamentaire de Baliano décédé à l’Aïas en 1277, Benedetto, Simone, Leonello, Gabriele. Parmi les Génois de nom moins illustre, on peut citer Nicolino Fromagius, Ottolino Rubeo et Pietro Rubeo, Simone Fatinanti, Giacomo de Gropo, Giacomo Pinello, Silvestrino Lavoraben. Dans les actes de Giovanni de Rocha apparaissent encore d’autres noms bien connus comme Ceba, Grillo, Neyrono, Cibo, de Grimaldi, à Famagouste en 1309-1310, et actifs dans le commerce avec la Petite Arménie. La grande majorité de ces familles avaient des représentants à l’Aïas en 1274, 1277 ou 1279, mais n’étaient pas à l’époque en relation avec Chypre.

  • 103 Polonio, 275.
  • 104 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 83.

43Les gens de la Ligurie ne sont pas absents. Ils sont surtout issus des deux Riviere : de Rapallo, Savone, Chiavari, Voltri, Porto Venere. Un bon nombre de Génois de moindre extraction se qualifient à la fois de Génois et d’habitator Famaguste, par exemple Guglielmo de Petra, Giorgio Cores et Giorgio de Savone, Giovanni Gazello. Filippo de Sancto Syro se dit genuensis et burgensis Famaguste. Pendant ces mêmes années, d’autres Génois de passage en Chypre sont qualifiés d’habitants de l’Aïas comme Stefano, drapier, autrefois habitant de l’Aïas, qui commerce avec Tabriz, David Ferro, Giovanni de Rappallo, Pietro Papiensis. Giovanni, merzarius qui rédige son testament en 1301, est qualifié de ianuensis, habitator Famaguste, qui morari consueverat in Ermenia103 ; ceci est un exemple illustrant l’internationalisme de ces marchands qui s’installent pour une assez longue période en Orient où ils changent même de lieu de résidence, tout en restant attachés à leur origine. Un cas analogue existe en septembre 1317, c’est celui de Giovanni de Noli, fils de feu Simone de Noli, Génois, autrefois bourgeois de Chypre, habitant de l’Aïas104.

44Les Toscans constituent le groupe le plus important après celui des Ligures. On rencontre d’abord des représentants des grandes compagnies florentines, des Bardi, des Perruzzi, des Mozzi installés à Famagouste. Ils trafiquent avec des sommes très importantes, ont parfois leur propres navires pour aller charger en Arménie coton et épices et les transporter en Occident, et aller chercher du grain en Pouilles pour l’amener à Famagouste. Leur poids économique est énorme et très peu sont en mesure de rivaliser avec eux ; seule une association de quelques uns des plus grands marchands génois peut le faire. Pour eux le trafic entre Chypre et la Petite Arménie s’inscrit dans le cadre du grand commerce international. À côté de ces colosses économiques, on rencontre à Famagouste quelques individus isolés originaires de Florence comme Bernardo Ginus, Bruneto Guiducio de Ficus, Venozio Latinus, Ianucio Bartholi. Francese est habitant de l’Aïas en 1302.

  • 105 Sur les Pisans, voir C. Otten-Froux, Les Pisans en Orient de la première croisade à 1406, thèse de (...)

45Plus nombreux que les Florentins à Famagouste, les Pisans ont cependant un volume d’affaires plus modeste. Les plus actifs se livrent au commerce du grain ou du coton. Parmi eux, on peut citer Andrioto de Guizardo, Zano de Lanfreduzi, Giorgio de Casa Orlando, issus de familles pisanes de premier plan ; Bindo Sechamerenda, à Famagouste à la fin du xiiie siècle, est consul des Pisans à l’Aïas en 1300-1302105. D’autres Pisans inconnus par ailleurs s’adonnent au commerce avec la Petite Arménie, comme Guido butegarius, Bacimeo de Gombo, Cele Mele et son frère Guido, Guirardino de Guarnerio, Belluco de Belluchis, Egidio Segerio de Stephani. En 1274 à l’Aïas, les Pisans s’étaient montrés très actifs dans le trafic avec l’Égypte, mais n’étaient pas partie prenante dans le commerce avec Chypre.

  • 106 Sur les Placentitis à l’Aïas, voir P. Racine, Marchands placentins à l’Aïas à la fin du xiiie sièc (...)

46Les Placentitis, peu nombreux, comprennent surtout des représentants des grandes compagnies placentines comme les Diani, Scotti, Borrini, déjà présents à l’Aïas dans les années 1274-1279, et les Guagnabene et Zaponis. Un Placentin, Ugezonio, est habitant de Tarse106.

  • 107 M. Balard, Les Vénitiens en Chypre dans les années 1300, Byzantinische Forschungen 12, 1987, p. 58 (...)
  • 108 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 72, 1294, 1305, 82, 86, 87.
  • 109 Ibid., respectivement 87, 97, 82, 72.
  • 110 Ibid., 97.

47La communauté des Vénitiens est mal connue aussi bien en Chypre qu’en Arménie ; leur présence active y est certaine, car attestée dans les délibérations des organes du gouvernement de Venise autorisant le départ des flottes. Dans les actes de l’Aïas du xiiie siècle, ils sont en très petit nombre et ne s’intéressent pas aux affaires avec Chypre. Bien sûr, les clients de Felice de Merlis, lui-même Vénitien, sont surtout des Vénitiens, mais les actes concernant Chypre sont en petit nombre. À Famagouste, les Vénitiens ne sont pas des clients habituels de Lamberto di Sambuceto107. On peut toutefois citer quelques noms : Marino Sanuto est engagé dans le commerce avec l’Arménie ; il nolise sa nave pour aller charger du coton en Arménie et le transporter à Venise. D’autres portent un nom moins connu comme Angelo Rubeo, Pietro Gabrielis, Bonacorso Rodulfi. En 1316-1318 à l’Aïas, on trouve Tommasino de la Beia, burgesio veneciarum in Ayacio, Marino speciarius, deux nobles, Bernardo Iustiniano et Marco Grimano108. Des Vénitiens de Candie comme Vittore Paulo, Andrea de Raynaldo interviennent également, de même que des Vénitiens de Famagouste comme Bernardo del Fosa, Picardo de la Magdalena, fils de feu Lanfranchi109. Michele Cornaro est à Famagouste impliqué dans un change maritime entre l’Aïas et Famagouste110. Il semble certain qu’en raison de l’origine de notre documentation les Vénitiens soient largement sous-représentés.

Les autres Occidentaux

  • 111 Pavoni, II 195 ; Balard, I 146 ; Desimoni, 232 ; Polonio, 389 ; Desimoni, 177 ; Pavoni, I 179. Sur (...)
  • 112 Respectivement Balard, I 159, 160 ; Pavoni, I 30.

48On compte sept marchands venant de Narbonne intéressés au commerce entre Chypre et la Petite Arménie : Bernard Pellegrinus, Pons de Trignaco, Bernard de Quilano, Bernard Isnardus, Durans Gitardus, Laurent Deusaiuda et Bernard Faxit qui semble, lui, avoir eu des affaires de quelque importance ; il était même en relation avec le roi d’Arménie111. Le consul des Narbonnais à Famagouste est Bernard de Capodolao. Le consul des marchands de Montpellier, Pierre de Podio, a juridiction sur ses compatriotes en Chypre et Petite Arménie. Deux marchands de Montpellier, Bernard Loberi et Bertrand de Orlacho, participent au commerce entre Chypre et la Petite Arménie112.

49Les marchands de Barcelone et de Messine sont également en très petit nombre ; il n’y a que quatre Barcelonais impliqués dans le trafic entre les deux territoires.

Les marchands venant des territoires latins de Méditerranée orientale

  • 113 D. Jacoby, The rise of a new emporium, cité supra note 3.
  • 114 Pavoni, II 18, 182, 135, 136, 147 ; Desimoni, 68 ; Pavoni, I 192, 193 ; Polonio, 30, 368. Cosma et (...)
  • 115 Polonio, 125.

50Une étude approfondie de cette partie de la population de Famagouste a été faite récemment par D. Jacoby113. En ce qui nous concerne, un certain nombre de ces marchands sont impliqués dans le commerce avec la Petite Arménie. Parmi les plus actifs, il y a un groupe de marchands syriens issus de Laodicée, Gregorio de Lezia, fils de feu Dimitri, Homodeo, et surtout les frères Cosma et Damiano, qui confient de l’argent en commende pour transporter du grain en Arménie, pour acheter du coton égrené et le transporter à Venise, Ancône et en Apulie114. D’Antioche viennent Dimitri Hachie, habitant de Nicosie, et Simone, tandis que Giorgio Manescalchus, Iacheto, fils de maître Guido, et les Pisans Giacomo Picardo, Belluchus de Belluchis sont originaires d’Acre. D’autres marchands viennent de Beyrouth, de Tripoli, de Gibelet, de Tortose, de Margat, de Bodrun. Il s’agit d’hommes familiers des eaux du bassin oriental de la Méditerranée, qui s’y livrent au commerce, grand ou petit, même après la perte de la Terre Sainte par les Chrétiens. À ceux-ci s’ajoute un petit groupe de Latins, habitants de Famagouste, qu’il est impossible de classer selon leur origine. Citons enfin un habitant d’Anea, Galeta de Bonito115.

  • 116 Desimoni, 280, 281, 282, 283, 284.
  • 117 Respectivement Desimoni, 45, Pavoni, II 253 ; Balletto, B 21, 22, 39 et Pavoni, II 281.

51Enfin on trouve un certain nombre d’habitants de l’Aïas ou en général de Petite Arménie à Famagouste. Parmi les principales personnalités, on note Nicolaus, archevêque de Tarse, qui meurt en 1300 à Famagouste116, deux amiraux d’Arménie : Giacomo Tornello qui donne au Génois Raymondino de Ugone de Malcrea sa fille en mariage avec une dot de 400 besants saracénats d’or de Syrie, et Giacomo Zervasio, qui était déjà à l’Aïas en 1277 et apparaît comme amiral dans un acte du 8 août 1301117. Le notaire Saporito de Curia semble être davantage attaché à l’Arménie qu’à Chypre où pourtant il est présent, Giacomo est médecin du roi d’Arménie. Galvano Manegeta, à Famagouste en 1296 et 1302, est le fils de feu Pasquale qui était cité dans les actes de l’Aïas de 1274, 1277 et 1279. On peut encore citer Philipono de l’Aïas, le Génois Stefano, drapier, Ugolino de Bologne, habitant Tarse, Pietro fils de feu Oberto, Nicolo de Balneo, habitant de l’Aïas, qui rédige son testament à Famagouste le 27 décembre 1296, David Ferrus, Génois habitant de l’Aïas, Guglielmo Xaidali, le Florentin Francese, merzarius, Pietro de Pavie qui était déjà à l’Aïas en 1279 (à moins qu’il ne s’agisse d’un homonyme), et le Génois Giovanni de Rapallo.

  • 118 Desimoni, 82.
  • 119 Balard, I 128.
  • 120 Pavoni, I 79.

52Parmi les non-Latins, habitants de l’Aïas mais présents à Famagouste, se trouvent Syronus, fils de Therecis, Carenus, fils de Varti, Megal, fils de Sextani118. Une femme arménienne, Flancha, est fiancée à Thebaldo de Alba119 ; une esclave de 12 ans, Margarita, est vendue à Famagouste à Ottobono de Volta120.

53Il apparaît donc que les marchands qui animent le commerce entre Chypre et la Petite Arménie sont d’origine très diversifiée, reflet de la bigarrure de la population de Famagouste à cette époque. Toutefois on remarque que les Italiens et particulièrement les Ligures dominent largement dans ce tableau, probablement en raison de la provenance de nos sources. On peut regretter la quasi-absence des Orientaux dans cette image ; cela correspond-il à la réalité ou encore une fois au caractère de nos sources ?

54On peut reprendre pour le commerce arméno-chypriote ce qui a déjà été dit pour le commerce chypriote ou celui de l’Aïas en général, à savoir que les marchands originaires de villes différentes, même parfois en guerre entre elles, comme les Génois et les Pisans, n’hésitent pas à s’associer ; les liens d’affaires prennent le pas sur les inimitiés politiques. Les Pisans s’associent aussi à des Vénitiens. Mais dans la majorité des cas on cherche quand même son partenaire parmi ses compatriotes.

55Les plus grosses affaires sont traitées par les Italiens, notamment par les représentants des grandes compagnies commerciales florentines ou placentines et par les Génois membres des plus grandes familles, qui tous animent le grand commerce international entre l’Orient et l’Occident. Mais de très nombreuses affaires de moindre ampleur qui ne concernent que le commerce bilatéral entre les deux territoires sont traitées par des marchands plus modestes, le plus souvent qualifiés d’habitants de Famagouste, donc des hommes qui connaissent bien les conditions locales du trafic. Ils entretiennent entre les deux territoires des contacts commerciaux réguliers nécessaires à l’approvisionnement des marchés.

CONCLUSION

  • 121 J. Laurent, Peregrinatores medii aevi quatuor, Leipzig 1873, ch. 27, p. 180.

56La proximité géographique de Chypre et de la Petite Arménie facilite les voyages et les échanges entre les deux territoires. Bien des voyageurs médiévaux touchent les deux terres sur leur route vers les Lieux Saints ; citons par exemple Willibrand d’Oldenbourg qui se rend à Korighos et de là prend le bateau pour aller en Chypre121.

57L’île de Chypre apparaît comme une plaque tournante du trafic dans les eaux orientales. C’est là que les marchands en provenance d’Occident abordent en premier et décident que faire de leurs marchandises, qui sont soit stockées sur place, soit immédiatement redistribuées. Et dans ce cadre, la Petite Arménie est le partenaire privilégié et non une rivale. Au départ de Famagouste les investissements pour l’Arménie cilicienne surpassent ceux pour toute autre destination, ce qui montre l’importance du trafic local en Méditerranée orientale, souvent passé sous silence au profit du grand commerce international. Les marchands apportent en Cilicie des produits alimentaires, grain et huile importés d’Italie du Sud et de Sicile ou de Romanie, et des draps occidentaux. Par ailleurs, l’Aïas au débouché d’une des grandes voies commerciales venant d’Asie par Siwas et Tabriz est un des lieux d’approvisionnement des marchands basés dans l’île de Chypre. Ces derniers s’y fournissent en épices, pierres et tissus précieux, venus du fond de l’Asie, et aussi en coton matière première locale, réexportée ensuite en Italie pour alimenter l’industrie textile occidentale. A l’inverse, l’Aïas est aussi une porte de pénétration des produits occidentaux en Asie.

58Le trafic est avant tout aux mains des Italiens, parmi lesquels notre documentation met en valeur les Génois et les Ligures en général. Mais les Vénitiens devaient aussi tenir une place importante si l’on en juge par l’envoi assez régulier de convois maritimes depuis Venise. Les grandes compagnies commerciales placentines et florentines sont présentes et animent le grand commerce international. Des marchands plus modestes participent largement au trafic local qui repose essentiellement sur l’échange blé-coton, et qui nécessite des capitaux moindres et un temps d’immobilisation de ce capital beaucoup plus court ; la plupart des contrats de commende passés à Famagouste pour l’Aïas sont soldés en moins de deux mois et le trafic se fait tout au long de l’année.

59Les liens entre Chypre et la Petite Arménie sont très étroits également du point de vue humain. Bon nombre de gens passent d’un territoire à l’autre, et c’est en Chypre que les gens de l’Aïas vont naturellement se réfugier lors des attaques musulmanes comme en 1335. Les liens politiques tissés par les Lusignan sont donc soutenus par des liens commerciaux très étroits, du moins tels qu’ils apparaissent à travers les actes des notaires. Les deux ports de Famagouste et de l’Aïas ne sont pas rivaux comme on le lit parfois, mais complémentaires.

Notes

1 Pour une vue d’ensemble et une bibliographie plus complète, on consultera les chapitres concernés dans A history of the Crusades, ed. K. M. Setton, 6 vol. , Philadelphie 1955-1989. W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, 2 vol. , Leipzig 1885-1886, réimpr. Amsterdam 1967, est toujours utile. Sur Chypre, G. Hill, A history of Cyprus, vol. 2, Cambridge 1948; P. W. Edbury, The Kingdom of Cyprus and the Crusades, 1191-1374, Cambridge 1991. Sur l’Arménie cilicienne, outre le chapitre de S. Der Nersessian dans l’ouvrage de K. M. Setton, A History of the Crusades, vol. 2, voir G. Dédéyan, Histoire des Arméniens, Toulouse 1982 ; The Cilician Kingdom of Armenia, ed. T. S. R. Boase, Edinbourg-Londres 1978 ; L. Alishan, Sissouan ou l’Arméno-Cilicie, trad. française, Venise 1899 ; C. Mutafian, Le royaume arménien de Cilicie xiie-xive siècle, Paris 1993.

2 Sur ces différentes places, voir L. Alishan, Sissouan, cité note précédente ; H. Hellenkemper, Burgen der Kreuzritterzeit in der Grafschaft Edessa und im Königreich Kleinarmenien, Bonn 1976, p. 154-164 ; F. Hild, H. Hellenkemper, Kilikien und Isaurien, Vienne 1990 (T.I.B. 5).

3 Sur Famagouste, voir D. Jacoby, The rise of a new emporium in the eastern Mediterranean: Famagusta in the late thirteenth century, Μελέται καὶ Yπομνήματα 1, Nicosie 1984, p. 145-179 (repris dans Studies on the Crusader States and on Venetian Expansion, Londres 1989).

4 L. de Mas Latrie, Des relations politiques et commerciales de l’Asie Mineure avec l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, B.E.C., 2e série, t. 1, 1844, p. 301-330, 485-521, t. 2, 1845-1846, p. 121-142. Cette étude a été reprise dans un chapitre du livre du même auteur, L’île de Chypre, sa situation présente et ses souvenirs du Moyen Age, Paris 1879.

5 L. Balletto, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Laiazzo da Federico di Piazzalunga (1274) e Pietro di Bargone (1277, 1279), Gênes 1989.

6 M. Balard, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (11 ottobre 1296-23 giugno 1299), Gênes 1983 ; C. Desimoni, Actes passés à Famagouste de 1299 à 1301 par devant le notaire génois Lamberto di Sambuceto, A.O.L. II, Paris 1884, 2e partie, p. 3-120 et R.O.L. 1, 1893, p. 58-108 ; les actes 310 et suivants de l’édition de C. Desimoni sont repris dans l’édition de V. Polonio, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (3 luglio 1300-3 agosto 1301), Gênes 1982. La collection se poursuit avec R. Pavoni, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (6 luglio-27 ottobre 1301), Gênes 1982 ; R. Pavoni, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (gennaio-agosto 1302), Gênes 1987 ; M. Balard, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (31 marzo 1304-19 luglio 1305, 4 gennaio-12 luglio 1307), Giovanni de Rocha (3 agosto 1308-14 marzo 1310), Gênes 1984

7 A. Bondi Sebellico, Felice de Merlis, prete e notaio in Venezia ed Ayas, 1315-1348, 2 vol., Venise 1973-1978.

8 Nous avons dépouillé toutes les publications des actes des notaires vénitiens de Candie ; seul, Benvenuto de Brixano, notaio in Candia, 1301-1302, ed. R. Morozzo della Rocca, Venise 1950, a fourni quelques renseignements pour notre étude.

9 F. Balducci Pegolotti, Pratica della mercatura, ed. A. Evans, Cambridge Mass. 1936; R. Lopez, G. Airaldi, Il più antico manuale italiano di pratica della mercatura, Miscellanea di Studi Storici, 2 (Fonti e Studi 38), Gênes 1983, p. 99-133.

10 En 1292-1293, des combats ont lieu entre Génois et Vénitiens à Limassol et à l’Aïas (Chronique d’Amadi, éd. R. de Mas Latrie, Paris 1891, p. 230-232). En 1295, les Vénitiens pillent au large de l’Aïas un bateau avec des marchandises appartenant à Pietro Quattrolingue de Marseille (T. T., 3, p. 374-376). En 1302-1303, la chronique d’Amadi note des attaques de corsaires génois sur Chypre (Chronique d’Amadi, p. 239). Vers la même époque, 4 galères vénitiennes attaquent le château de l’Aïas ; en juin 1304 des dédommagements sont versés notamment au consul des Pisans (Mas Latrie, Histoire, 3, p. 677-678, 684-687 ; Langlois, Cartulaire, p. 165-166 et 170-175 ; Thomas, Diplomatarium, 1, p.. 21-22). En 1324, 2 naves catalanes sont prises et brûlées par les Génois de l’expédition de Bernabo Cattaneo dans les eaux arméniennes (Giorgio Stella, Annales Genuenses, ed. G. Petti Balbi, Bologne 1975, p. 124). On pourrait encore multiplier les exemples.

11 Les privilèges émanant des rois arméniens se trouvent, sauf exception, dans Langlois, Cartulaire, ceux émanant des Lusignan de Chypre dans Mas Latrie, Histoire, et en plus dans les recueils propres à chacune des villes ; pour Gênes dans Liber Iurium I et II. Privilèges génois en Arménie en 1201 : Langlois, Cartulaire, p. 105-108 = Liber Iurium I, col. 468 s. ; privilège de 1215 : Langlois, Cartulaire, p. 126-127 = Liber Iurium I, col. 574 s. ; privilège de 1288 : Langlois , Cartulaire, p. 154-162 = Liber Iurium II, col. 183 s. Privilèges en Chypre en 1218 : Mas Latrie, Histoire, 2, p. 39 = Liber Iurium I, col. 625 ; en 1232 : Mas Latrie. Histoire, 2, p. 51-56 = Liber Iurium I, col. 899 s. ; en 1329 : Mas Latrie, Histoire, 2, p. 150-158 = Liber lurium II, col. 483 s.

12 Les documents vénitiens concernant la Petite Arménie sont également édités dans L’Armeno-Veneto ; compendio storico e documenti delle relazioni degli Armeni coi Veneziani, Venise 1893. Privilèges de 1201 : Langlois, Cartulaire, p. 109-112 = T. T. 1, p. 373-385 = Armeno-Veneto, n° 1, p. 1-4 ; privilège de 1245 : Langlois, Cartulaire, p. 143-145 = T. T. 2, p. 426-429 = Armeno-Veneto, n° 2, p. 4-7. Privilège de 1261 : Armeno-Veneto, n° 3, p. 7-10 ; privilège de 1271 : Langlois, Cartulaire, p. 151-153 = T. T. 3, p. 115-118 = Armeno-Veneto, n° 4, p. 10-12 ; privilège de 1307 : Langlois, Cartulaire, p. 166-169 = Mas Latrie, Histoire, 3, p. 687-690 = Thomas, Diplomatarium, 1, p. 72-73 = Armeno-Veneto ; n° 8, p. 18-21 ; privilège de 1321 : Langlois, Cartulaire, p. 182-184 = Thomas, Diplomatarium, 1, p. 178-181 ; privilège de 1333 : Langlois, Cartulaire, p. 193-194 = Thomas, Diplomatarium, 1, p. 237-238.

13 L’ancienne édition de G. M. Thomas, Ein Bericht über die ältesten Besitzungen der Venezianer auf Cypern, Sitzungsberichte des Philosophisch-Philologische Classe der K. bayer. Akad. der Wissenschaften, Munich 1878, p. 143-157, a été récemment reprise par E. Papadopoulou, Oἱ πρῶτε ἐγκαταστάσεις Βενετῶν στὴν Κύπρο, Σύμμεικτα 5, 1983, p. 303-332, puis par O. Berggötz, Der Bericht des Marsilio Zorzi. Codex Querini Stampalia IV, 3 (1064), Francfort 1990, particulièrement p. 184-191.

14 Mas Latrie, Histoire, 2, p. 102-108 = Thomas, Diplomatarium, 1, p. 42-45.

15 G. Müller, Documenti sulle relazioni delle città toscane coll’Oriente cristiano e coi Turchi fino all’anno MDXXXI, Florence 1879, p. 108-109. On ne connaît pas de privilège pisan en Arménie cilicienne.

16 A. de Capmany y de Montpalau, Memorias historicas sobre la marina, comercio y artes de la antiqua ciudad de Barcelona, rééd. par E. Giralt y Raventos, C. Batlle, t. 2, 1ère partie, n° 47, p. 71. Langlois, Cartulaire, p. 163, mentionne un privilège aux Catalans de 1293 environ, qui serait perdu.

17 Privilège chypriote de 1236 pour les gens de Marseille, Montpellier et les Provençaux, Mas Latrie, Histoire, 1, p. 315 ; cf. H. E. Mayer, Marseilles Levantehandel und ein akkonensisches Fälscheratelier des 13. Jahrhunderts, Tübingen 1972, p. 193-194. Privilège du 7 janvier 1314 pour les marchands de Montpellier, Langlois, Cartulaire, p. 178-179, et privilège de 1321 pour les mêmes, ibid., p. 185-186.

18 F. Balducci Pegolotti, Pratica, cité supra n. 9, p. 83-84.

19 Ibid., p. 60.

20 Balletto, A 42 et 42a.

21 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 155.

22 F. Thiriet, Délibérations des Assemblées vénitiennes concernant la Romanie, 1, Paris-La Haye 1966, XLVIII pour 1279, CXV pour 1287, CLXII pour 1292, 5 pour 1301, 59 pour 1302. Pour 1307, Armeno-Veneto, nos 123, 124, 125. Pour 1312, F. Thiriet, Délibérations des Assemblées, 1, 255. Pour 1322, Armeno-Veneto, nos 152-154. Pour 1329, ibid., nos 189, 192, 193. Pour 1332, F. Thiriet, Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, I, Paris-La Haye 1958, 12. Sur les galées vénitiennes, voir D. Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin du xiiie-milieu du xve siècle), thèse d’histoire, Université de Paris 1, 1992.

23 Polonio, 332.

24 Balard, I, 159.

25 R. Morozzo della Rocca, Benvenuto de Brixano, notaio in Candia, 1301-1302, Venise 1950, 134.

26 Balard, II C 28.

27 Pavoni, II 163 et Balard, II B 19.

28 Desimoni, 109.

29 Les équivalences utilisées ici sont : 1 besant blanc = 3 dirhems d’Arménie et demi = 4 sous de Gênes = 2 gros tournois et demi. 1 besant saracénat = 10 dirhems d’Arménie. Voir C. Desimoni, Actes passés en 1271, 1274 et 1279 à l’Aïas (Petite Arménie) et à Beyrouth par devant des notaires génois, A.O.L. I, Paris 1881, réimpr. 1964, p. 437-440, et du même auteur les commentaires des actes de Lamberto di Sambuceto dans R.O.L. 3, 1895, p. 1-25. Les chiffres obtenus n’ont qu’une valeur indicative, les taux de change étant très fluctuants.

30 Parmi les nombreux travaux, on peut citer M. Chiaudano, Contratti commerciali genovesi del secolo xii ; contributo alla storia dell’accomendalio e della societas, Turin 1925 ; R. Doehaerd, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l’Outremont d’après les archives notariales génoises aux xiiie et xive siècles, 1, Bruxelles-Rome 1941, p. 119 s. ; M. Balard, La Romanie génoise, 2, Rome 1978, p. 600-608, fournit une bibliographie commode sur le sujet. On y ajoutera J. Pryor, Mediterranean commerce in the Middle Ages: a voyage under contract of commenda, Viator 14, 1983, p. 133-194.

31 J. Pryor, The origin of the commenda contract, Speculum 52, 1977, p. 5-37.

32 Desimoni, 48, 275 ; Polonio, 56.

33 Pavoni, I 10, 65 ; Pavoni, II 110, 165.

34 Balletto, A 38. Ce contrat ne concerne pas le commerce avec Chypre mais avec Acre ou Tyr.

35 Pro una parte : Polonio, 398 ; Pavoni, I 10 ; Desimoni, 276. Pro duobus partibus : Polonio, 139. Pro quatuor partibus : Polonio, 391. Pro quinque partibus : Pavoni, II 110. Il existe aussi un investissement d’une demie part, pro media parte, qui est de 25 besants blancs (Polonio, 419).

36 Pavoni,I 10 : confiteor...me habuisse et recepisse... in zaterio, pro parte una, bisancios albos quinquaginta... ; Pavoni, II 110.

37 Balard, II B 135.

38 Desimoni, 269.

39 Sur ce type de contrat, voir R. de Roover, The “cambium maritimum” contract according to the Genoese notarial records of the XIIth and XIIIth centuries, Explorations in Economic History 7, 1969, p. 15-33; M. Balard, La Romanie génoise, 2, cité supra n. 30, p. 612-615.

40 Pavoni, II 169, 170, 171, 181.

41 Balletto, A 55, 68.

42 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 82, 86, 87, 89, 97.

43 Ibid., 86.

44 Ibid., 81.

45 Balletto, A 57.

46 Balletto, A 90.

47 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 1305.

48 Ibid., 1307.

49 Desimoni, 71, 155 ; Polonio, 265 ; Pavoni, I 28.

50 Balard, I 144.

51 Balard, I 146 ; Balard, II C 11, 14, 42.

52 Desimoni, 45 ; Pavoni, I, 28 ; Pavoni, II 22, 183.

53 Balard, II C 5, 6 ; Pavoni, II 164.

54 Polonio, 5.

55 Pavoni, II 86.

56 Polonio, 389.

57 Balletto, A 51, 69.

58 Polonio, 89, 237 ; Pavoni, I 18 ; Balard, II C 30.

59 Polonio, 237.

60 Ibid., 207.

61 Desimoni, 82 ; Polonio, 46, 100, 225. Parmi ces actes, le plus intéressant est le premier cité, conclu à Famagouste le 13 mars 1300 par trois habitants d’Arménie, Syronus, fils de Therecis, Carenus, fils de Varti, et Megal, fils de Sextani, qui empruntent à Pietro Vidalis de Messine, agissant au nom de Paolo Papalardo de Savone, 1 155 dirhems d’Arménie qu’ils rendront en Arménie avant la fin du mois.

62 Desimoni, 21.

63 Ibid., 38, 56.

64 Polonio, 223.

65 Ibid., 386.

66 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 81.

67 Balletto, Β 46.

68 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 72, 1294.

69 Desimoni, 37, 62, 64, 69.

70 Ibid., 177.

71 Balard, II Β 19.

72 Balletto, Β 46.

73 Ibid., A 51.

74 Ibid., Β 49, 50, 51.

75 Polonio, 237 : le 21 février 1301, un contrat est conclu pour charger 30 à 50 cantares de coton à Portus de Pallibus ; le bateau reviendra pour moins d’un mois à Famagouste avant de repartir pour Gênes.

76 Ibid., 89 : le 4 novembre 1300, le Vénitien Marino Sanuto nolise sa nave à trois Pisans pour aller charger du coton à Portus de Pallibus au mois de mars suivant et aller à Venise ; les Pisans pourront charger jusqu’à 150 cantares et paieront un nolis de 4 besants saracénats par cantare.

77 Ibid., 211 : le 31 janvier 1301, 6 sacs de coton d’Arménie d’une valeur de 1 726 tournois d’argent sont expédiés en commende à Marseille et ailleurs.

78 Ibid., 257 : le 1er mars 1301, Giacomo Sena, habitant de Barcelone, reconnaît avoir reçu en garde un sac de coton égrené d’Arménie, pour le transporter à Barcelone.

79 Ibid., 149.

80 Ibid., 331.

81 F. Balducci Pegolotti, Pratica, cité supra n. 9, p. 59 ; R. Lopez, G. Airaldi, Il più antico manuale, cité supra n. 9 p. 125-126.

82 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 83.

83 Sur le commerce du blé en Chypre, voir S. Origone, Il commercio del grano a Cipro (1299-1301), Miscellanea di Studi Storici, II, Gênes 1983, p. 151-162.

84 Dedimoni, 48, 67, 70, 107, 206 ; Polonio, 56, 96, 112, 134, 139, 143, 217, 222, 368, 378 ; Pavoni, I 229, 236 ; Pavoni, II 18, 120, 138, 147, 174, 182, 205 ; Balard, II A 22.

85 Desimoni, 109.

86 Polonio, 76.

87 Balard, II C 28.

88 M. Balard, Le commerce du blé en Mer Noire (xiiie-xve siècles), dans Aspetti della vita economica medievale, Florence 1985, p. 64-80.

89 Polonio, 56, 134.

90 Ibid., 207.

91 Le 31 janvier 1300 et le 4 février de la même année, 100 salmes de froment sont vendues pour 9 500 dirhems nouveaux (Desimoni, 37, 62) ; mais le 23 février 1300, la même quantité de froment est vendue pour 11 500 dirhems nouveaux (ibid., 69). Le 2 février 1300 une quittance est donnée attestant le paiement de 15 600 dirhems nouveaux pour 200 salmes de froment (ibid., 40) ; dans ce cas, les 100 salmes ne valent plus que 7 800 dirhems.

92 Desimoni, 177.

93 Pavoni, I 225.

94 Polonio, 205.

95 Pavoni, I 65.

96 Bondi Sebellico, Felice de Merits, 1307.

97 Balard, I 2, 23, 63; Polonio, 91, 238 ; Balard, II B 70, 73.

98 Polonio, 228 ; Pavoni, II 18.

99 Balard, II C 75 ; Pavoni, II 9.

100 Balard, La popolazione di Famagosta all’inizio del secolo xiv, La Storia dei Genovesi, voi. 4, Atti del convegno di Studi sui ceti dirigenti nelle istituzioni della Repubblica di Genova, Gênes 1983, p. 27-40 ; s. Velle, i Genovesi a Laiazzo sulla fine del Duecento, Saggi e Documenti III, Civico Istituto Colombiano, Studi e Testi, serie storica 4, Gênes 1984, p. 79-116 ; C. Oττεν-Froux, L’Aïas dans le dernier tiers du xiiie siècle d’après les notaires génois, The Medieval Levant. Studies in memory of Eliyahu Ashtor (1914-1984), ed. B. Z. Kedar, A. L. Udovitch (= Asian and African Studies 22, 1-3, 1988), p. 147-171.

101 Sur le problème de l’onomastique, voir B. Z. Kedar, Toponymie surnames as evidence of origin : some medieval views, Viator 4, 1973, p. 123-129 ; M. Balard, La Romanie génoise, 1, p. 230 s., cité supra n. 30.

102 C. Otten-Froux, L’Aïas dans le dernier tiers du xiiie siècle, cité supra n. 100, et S. Velle, I Genovesi a Laiazzo, cité supra n. 100. Sur les familles génoises voir aussi E. Grendi, Profilo storico degli alberghi genovesi, M.E.F.R. 87, 1975, p. 241-302.

103 Polonio, 275.

104 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 83.

105 Sur les Pisans, voir C. Otten-Froux, Les Pisans en Orient de la première croisade à 1406, thèse de 3e cycle, Université de Paris 1, 1982 ; Ead., Les Pisans en Chypre au Moyen Age, Πρακτικά τον Δευτέρου Διεθνούς Κυπριολογικοΰ Συνεδρίου, Nicosie 1986, ρ. 127-143. Sur Bindo Sechamerenda, voir Mas Latrie, Histoire, 3, p. 677, 684-687. Sur les principales familles pisanes à la fin du xiiie siècle, voir les notices à la fin du volume de E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel Comune di Pisa dalle origini del podestariato alla signoria dei Donoratico, Naples 1962.

106 Sur les Placentitis à l’Aïas, voir P. Racine, Marchands placentins à l’Aïas à la fin du xiiie siècle, Byzantinische Forschungen 4, 1972, p. 195-205.

107 M. Balard, Les Vénitiens en Chypre dans les années 1300, Byzantinische Forschungen 12, 1987, p. 589-603.

108 Bondi Sebellico, Felice de Merlis, 72, 1294, 1305, 82, 86, 87.

109 Ibid., respectivement 87, 97, 82, 72.

110 Ibid., 97.

111 Pavoni, II 195 ; Balard, I 146 ; Desimoni, 232 ; Polonio, 389 ; Desimoni, 177 ; Pavoni, I 179. Sur Narbonne, voir D. Abulafia, Narbonne, the lands of the crown of Aragon and the Levant trade, 1187-1400, Montpellier, la couronne d’Aragon et les Pays de langue d’Oc (1204-1349). Actes du XIIe congrès d’histoire de la Couronne d’Aragon (= Mémoires de la société archéologique de Montpellier 15, 1987), p. 189-207.

112 Respectivement Balard, I 159, 160 ; Pavoni, I 30.

113 D. Jacoby, The rise of a new emporium, cité supra note 3.

114 Pavoni, II 18, 182, 135, 136, 147 ; Desimoni, 68 ; Pavoni, I 192, 193 ; Polonio, 30, 368. Cosma et Damiano engagent des sommes très importantes dans le commerce du coton à destination d’Ancóne et de Venise : 9 329 besants blancs en octobre 1300, et 33 000 besants blancs en octobre 1301. L’origine du coton n’est pas précisée, mais on peut supposer qu’il vient, en grande partie du moins, d’Arménie.

115 Polonio, 125.

116 Desimoni, 280, 281, 282, 283, 284.

117 Respectivement Desimoni, 45, Pavoni, II 253 ; Balletto, B 21, 22, 39 et Pavoni, II 281.

118 Desimoni, 82.

119 Balard, I 128.

120 Pavoni, I 79.

121 J. Laurent, Peregrinatores medii aevi quatuor, Leipzig 1873, ch. 27, p. 180.

Notes de fin

1 Liste des abréviations :
Armeno-Veneto : L’Armeno-Veneto ; compendio storico e document ! delle relazioni degli Armeni coi Veneziani, Venise 1893.
Balard, I : M. Balard, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (11 ottobre 1296-23 giugno 1299), Gênes 1983.
Balard, II A/B/C: M. Balard, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (31 marzo 1304-19 luglio 1305, 4 gennaio-12 luglio 1307), Giovanni de Rocha (3 agosto 1308-14 marzo 1310), Gênes 1984 (A, B ou C selon le groupe d’actes concerné).
Balletto A/B: L. Balletto, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Laiazzo da Federico di Piazzalunga (1274) e Pietro di Bargone (1277, 1279), Gênes 1989 (A ou B selon le notaire concerné).
Bondi-Sebellico, Felice de Merlis : A. Bondi Sebellico , Felice de Merlis, prete e notaio in Venezia ed Ayas, 1315-1348, 2 vol. , Venise 1973-1978.
Desimoni : C. Desimoni, Actes passés à Famagouste de 1299 à 1301 par devant le notaire génois Lamberto di Sambuceto, A.O.L. II, Paris 1884, 2e partie, p. 3-120 et R.O.L. 1, 1893, p. 58-108.
Liber Iurium I: Historiae Patriae Monumenta, vol. VII, Turin 1854.
Liber Iurium II: Historiae Patriae Monumenta, vol. IX, Turin 1857.
Pavoni, I: R. Pavoni, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (6 luglio-27 ottobre 1301), Gênes 1982.
Pavoni, II : R. Pavoni, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (gennaio-agosto 1302), Gênes 1987.
Polonio : V. Polonio, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (3 luglio 1300-3 agosto 1301), Gênes 1982.
T. T. : T. L. F. Tafel, G. M. Thomas, Urkunden zur àlteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig mit besonderer Beziehungen auf Byzanz und die Levante, 3 vol. , Vienne 1856-1857, réimpr. Amsterdam 1964.
Mas Latrie : L. de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, Paris 1861.
Langlois, Cartulaire : V. Langlois, Trésor des chartes d’Arménie ou cartulaire de la chancellerie royale des Roupéniens, Venise 1863.
Thomas, Diplomatarium : G. M. Thomas, Diplomatarium Veneto-Levantinum, Venise 1880. Les références sont données aux numéros des actes notariés.

Auteur

Université de Strasbourg

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540