Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

L’empire byzantin dans l’œuvre de Łewond

Bernadette Martin-Hisard

Texte intégral

  • 1 La plupart de ces manuscrits sont à Érévan : 1902 (xiiie s), 3070 (1669-74), 4584 (1668), 1889 (16 (...)
  • 2 G. Chahnazarian, Arssawank‘ arabac‘ i Havastan (Les invasions arabes en Arménie), Paris 1857.
  • 3 K. Ezean, Patmut‘iwn Łewondeay Meci Vardapeti Hayoc‘ (Histoire de Łewond, grand vardapet des Armén (...)
  • 4 Ghevond, Histoire des guerres et des conquêtes des Arabes en Arménie, traduction par G. Chahnazari (...)
  • 5 Istorija halifov vardapeta Gevonda pisatelja VIII v. (Histoire des califes, du vardapet Levond, éc (...)
  • 6 A. Ter-Łevondean, Levond Patmut‘yun (Histoire de Levond), Érévan 1982.
  • 7 Z. Arzoumanian, History of Łewond, the eminent vardapet of the Armenians. Translation, introductio (...)

1L’œuvre du vardapet arménien Łewond, écrite à la fin du viiie siècle ou au début du ixe, est généralement connue en France sous le nom de « Histoire des guerres et des conquêtes des Arabes en Arménie ». Elle embrasse en 42 chapitres de longueur inégale une période qui s’étend de la mort de Mahomet à l’avènement du catholicos Etienne en 788. Le manuscrit le plus ancien que nous en ayons conservé date du xiiie siècle, les autres sont beaucoup plus tardifs1. Il n’en existe aucune édition critique et notre connaissance du texte repose sur les deux éditions du xixe siècle qui ont incomplètement exploité la tradition manuscrite, l’édition parisienne de G. Chahnazarian2 et l’édition russe de K. Ezean3 qui servira ici d’édition de référence. Plusieurs traductions ont rendu ce texte accessible, en français d’abord4, puis en russe5, plus récemment en arménien moderne6 et en anglais7 ; c’est à cette dernière traduction que nous renverrons en note le lecteur non arménisant.

  • 8 Sur ces événements : B. Martin-Hisard, Domination arabe et libertés arméniennes (viie-ixe siècles) (...)

2Le territoire de l’Arménie était partagé entre l’empire byzantin et l’empire perse sassanide lorsque des armées arabes arrivèrent presque incidemment jusqu’à Dvin en 640. Le mouvement de conquêtes se développa surtout à partir de 650 et aboutit assez rapidement à faire entrer dans le Dâr al-Islâm l’ensemble du monde arménien qui retrouva sous ses nouveaux maîtres une unité perdue depuis longtemps. Les catholicos arméniens en tirèrent profit pour mieux enraciner dans son particularisme grégorien leur Église qui s’affirma nettement comme non-chalcédonienne et anti-constantinopolitaine. Prudentes, attentistes ou révoltées, les familles de naxarars arméniens réagirent différemment aux inévitables modifications de leur statut que le changement de domination ne tarda pas à engendrer. La famille des Mamikonians, longtemps dominante et plutôt proche des Byzantins, dut finalement céder le pas à la jeune famille des Bagratides : c’est à la demande d’un prince bagratide que Łewond composa son œuvre aux lendemains de la grande révolte de 774-775 qui fut fatale aux Mamikonians8.

  • 9 Ces réflexions prolongent un travail qui fut mené avec J.-P. Mahé à l’I.N.A.L.C.O. entre 1981 et 1 (...)

3Constantinople était donc concernée à différents titres par le destin de l’Arménie dans la période qui fait l’objet du récit de Łewond puisqu’elle perdit des territoires et des alliés et qu’elle vit s’affirmer une Église considérée comme hérétique. Nous examinerons ici la place accordée à l’empire byzantin par Łewond dans son œuvre9.

  • 10 Les seuls qui ne soient pas mentionnés sont Héraclonas, Philippicus, Anastase II et Théodose III.
  • 11 Cette période fait l’objet des quatre premiers chapitres que scandent des indications chronologiqu (...)
  • 12 Chap. 5, éd. p. 17, trad. p. 55.
  • 13 Cela expliquerait le comportement surprenant des naxarars qui, en 703, après la victoire de Vardan (...)
  • 14 Léon III apparaît dans deux chapitres. Le chapitre 19 raconte une défaite infligée par Maslama en (...)
  • 15 Constantin V est l’empereur le plus souvent mentionné, en particulier pour sa politique favorable (...)
  • 16 Léon IV est mentionné pour deux victoires remportées sur les Arabes : chap. 37 et 38, éd. p. 155 e (...)
  • 17 Chap. 39, éd. p. 159, trad. p. 143 ; chap. 42, éd. p. 168-169, trad. p. 149.

4Le vardapet mentionne tous les empereurs byzantins qui se sont succédé durant la période qu’il étudie, à de très rares et insignifiantes exceptions10. Il donne toutefois peu d’informations sur chacun d’eux. La mort d’Héraclius marque pour lui le début de l’expansion arabe à laquelle s’opposent vainement son fils Constantin et son petit-fils Constant, que Łewond appelle aussi Constantin11. La chute de Justinien II en 685 et sa restauration avec l’aide des Bulgares après le triple intermède des règnes de Léonce, Apsimar-Tibère et Théodose, constituent le seul épisode de la vie politique intérieure de l’empire qui soit raconté12 ; la mutilation de Justinien II semble en effet avoir frappé les Arméniens13. Léon III14 et ses successeurs Constantin V15, Léon IV16, Constantin VI et sa mère17 apparaissent enfin dans des épisodes plus ou moins longs qui se rapportent tous à la guerre contre les Arabes. Le siège de Constantinople en 717 est en particulier longuement raconté.

  • 18 Ainsi chap. 12, éd. p. 41, trad. p. 69, dans la célèbre inscription trouvée par les Arabes à Derbe (...)
  • 19 Comme basileus, ce mot est employé aussi pour le Christ t‘agawor t‘agaworac‘ (chap. 20, éd. p. 107 (...)
  • 20 Il peut employer l’une et l’autre à l’intérieur du même chapitre (ainsi dans le chapitre 1).
  • 21 Ciliciens et Syriens (éd. p. 13, trad. p. 53) ; Bithyniens (éd. p. 103, trad. p. 108) ; Galates (é (...)

5Łewond use de différents termes pour désigner l’empereur de Constantinople. Le maître de Constantinople est parfois désigné comme « césar » et même « césar autocrator »18. Plus fréquemment il est appelé ark‘ay, « roi », ou t‘agawor qui est le plus proche équivalent de basileus19. Toutefois, à l’exception de « césar », aucun de ces termes n’est propre à l’empereur de Constantinople : les chefs des Perses, des Khazars et des Chinois sont aussi des ark‘ayk‘, et le titre de t‘agawor appartient aussi au Sassanide. Łewond est donc conduit à préciser de quel roi ou de quel empereur il parle, en spécifiant par exemple ark‘ay ou t‘agawor « des Grecs » ou « des Romains », expressions qui semblent équivalentes pour lui20. Pourtant lorsqu’il est question non plus des sujets de l’empereur, mais du territoire ou de l’armée, il préfère manifestement la référence aux Grecs, pour mieux marquer probablement la différence avec le territoire ou l’armée « des Arméniens ». Il n’ignore cependant pas l’hétérogénéité du « pays des Grecs » qui comprend aussi bien des Ciliciens, que des Bithyniens, des Galates, des Thraces ou des Syriens21.

  • 22 Le fils d’Héraclius, Constantin, donne des directives aux armées de Syrie (éd. p. 5, trad. p. 48). (...)
  • 23 Ainsi attendre dans les forteresses et les camps sans engager le combat (éd. p. 103 ; trad. p. 108 (...)
  • 24 En échange du butin envoyé par les Arméniens après la victoire de Vardanakert, l’empereur accorde (...)
  • 25 Éd. p. 32, trad. p. 64 : lettre pour demander à l’empereur une armée ; éd. p. 103, trad. p. 108 : (...)
  • 26 Sur les exilés, infra, n. 68.
  • 27 Ainsi, éd. p. 5, trad. p. 48-49 : le zōravar de Judée qui commande les zōragluxk‘ de Syrie et de J (...)
  • 28 La conquête arabe signifie que la Judée et la Syrie ne paient plus le hark à l’empereur (éd. p. 6  (...)
  • 29 Par exemple, Héraclius est « couronné de Dieu et pieux » (éd. p. 3 ; trad. p. 48). Sur les manifes (...)
  • 30 Chap. 10, éd. p. 36, trad. p. 66.
  • 31 Chap. 20, éd. p. 106-107 et 109-110, trad. p. 110 et 112.

6L’activité de l’empereur, dans l’œuvre de Łewond, est parfaitement traditionnelle. Il décide les expéditions militaires et parfois les mène22 ; il définit contre les Arabes, dont la tactique lui est bientôt connue, une stratégie qui deviendra ensuite classique23 ; il reçoit le butin et alloue en échange dignités et récompenses24 ; il reçoit des lettres diplomatiques et y répond25 ; il accueille les requêtes des exilés26. Autour de lui apparaissent presque uniquement des chefs de l’armée byzantine dont Łewond donne parfois les noms et auxquels il donne les mêmes titres qu’à tout autre chef de guerre arménien ou arabe, zōravar ou zōraglux, « général en chef », « général »27. L’empereur est le seul et véritable maître de la politique extérieure d’un empire sur lequel il prélève l’impôt, marque de sa souveraineté28. Qualifié de « pieux » et de « couronné de Dieu »29, l’empereur détient aussi une certaine autorité sur l’Église. On le voit ainsi réunir en un concile « les chefs des prêtres, les métropolites et les archevêques » pour prononcer un anathème contre l’impie Smbat30 ; on le voit encore convier le patriarche de Constantinople, à côté du sénat et du peuple de la ville, à une cérémonie de prière dans Sainte-Sophie, puis à une solennelle procession pendant le siège de Constantinople par les Arabes31. Il n’est en revanche jamais question des moines.

  • 32 Ce passage occupe le très long chapitre 14, éd. p. 42-99, trad. p. 72-105. Léon III répond à une l (...)
  • 33 Les débats portent sur la date et l’auteur du texte grec, la date et l’auteur de la traduction arm (...)

7L’œuvre de Łewond, dans ses éditions actuelles, contient un long chapitre 14 qui reproduit le texte d’une lettre dans laquelle l’empereur Léon III répond à des questions du calife Umar, en lui exposant plusieurs points de la religion chrétienne et en attaquant certains aspects de l’Islâm32. Ce texte, long de plus de quarante pages et qui paraît être la traduction d’un original grec, a suscité et suscite toujours de nombreuses questions33.

  • 34 Parmi les prises de position les plus récentes, signalons celle de J. Meyendorff, Byzantine Views (...)
  • 35 Supra, n. 25.
  • 36 Theophanes 6210 fait allusion à une lettre d’Umar à Léon.
  • 37 Si la lettre était authentique, elle serait le premier témoin de la polémique chrétienne contre l’ (...)
  • 38 C’est le cas de l’iconoclaste Yazid (chap. 16, éd. p. 100, trad. p. 106) ou de Maslama qui déclare (...)
  • 39 Łewond explique en ces termes les guerres civiles au cours desquelles sombre le régime umayyade : (...)

8La tendance actuelle des historiens est de faire de ce chapitre la traduction arménienne d’un texte grec non authentique, tardivement interpolée dans l’œuvre de Łewond, ce qui paraît raisonnable34. En premier lieu, il faut en effet noter que la connaissance assez fine de l’Islâm et de ses sectes, dont l’auteur du texte fait preuve, parle en faveur d’un original postérieur au viiie et même au ixe siècle. D’autre part cette lettre diffère beaucoup des autres missives officielles citées par Łewond et qui s’inscrivent bien par leur contenu et leur ton dans les pratiques diplomatiques des premiers siècles de l’Islam, pratiques en fonction desquelles la guerre ne devient effective qu’après que le calife a invité l’empereur byzantin à la soumission et en a reçu une réponse négative35. A ce titre Umar et Léon ont dû échanger des lettres36. Mais la correspondance d’Umar et de Léon, contenue dans l’œuvre de Łewond, relève d’un genre littéraire précis, le dialogue islamo-chrétien, polémique ou apologétique, dont les témoins sont beaucoup plus tardifs37. La lettre de Léon, enfin, par sa longueur et son caractère théorique, rompt un récit qui n’est jamais discursif ; ses préoccupations cadrent mal avec l’attitude adoptée par Łewond en face de l’Islam : les fils d’Agar et descendants d’Ismaël, adversaires acharnés de la croix du Christ38, qui voient en Dieu la source même du mal39, ne sauraient se prêter à la moindre discussion.

9Nous n’utiliserons donc pas la lettre de Léon III à Umar dans cette brève présentation des informations que Łewond livre sur l’empire byzantin et nous terminerons cette présentation par quelques observations générales.

10Il serait vain de chercher dans l’œuvre du vardapet arménien quelques traces de la polémique chalcédonienne et, par contraste, une quelconque exaltation de l’Église grégorienne. Le lourd contentieux laissé par la politique ecclésiastique des Byzantins en Arménie n’affleure jamais. Non seulement le texte ne suggère aucune opposition de nature religieuse entre les Grecs et les Arméniens mais encore, comme nous l’avons vu, il souligne la piété des empereurs.

  • 40 Chap. 1, éd. p. 5, trad. p. 49.
  • 41 Chap. 2, éd. p. 7 et 8, trad. p. 50.
  • 42 Chap. 19, éd. p. 103, trad. p. 108.
  • 43 Chap. 4, éd. p. 12-14, trad. p. 53-54.
  • 44 Chap. 10, éd. p. 36, trad. p. 66.
  • 45 Chap. 39, éd. p. 159, trad. p. 142-143.

11Łewond ne porte aucun jugement critique contre l’empire. Les quelques reproches qu’il lui arrive de faire concernent le comportement de certains officiers de l’empereur : inexpérience des chefs de l’armée de Palestine dans la guerre au désert40, passivité, jalousie ou caractère colérique de Procope41, désobéissance de tel autre officier à l’égard des consignes impériales42. Mais la médiocrité du commandement byzantin n’est pas toujours la seule cause de la défaite des armées. Des actes de trahison sont également imputables à des Arméniens, Łewond ne le cache pas43 ; ainsi reconnaît-il le bien-fondé de l’anathème fulminé à Constantinople contre Smbat Bagratuni qui a pillé le jour même de Pâques la ville byzantine dans laquelle il avait été accueilli44. Quant à Tačat Anjewac‘i, tenu à l’écart par l’impératrice Irène, il n’est pas présenté comme un personnage très recommandable45.

  • 46 Ainsi chap. 5, éd. p. 17, trad. p. 55.
  • 47 J. Laurent, L’Arménie entre Byzance et l’Islam depuis la conquête arabe jusqu’en 886, nouvelle édi (...)
  • 48 Supra, n. 23.
  • 49 Chap. 34, éd. p. 143-144, trad. p. 132-133. S. Gero, Byzantine iconoclasm during the reign of Cons (...)

12On notera enfin que Łewond parle fort peu des interventions byzantines en territoire arménien. Lorsqu’il y en a, parfois à la demande même des Arméniens, elles sont réduites à des opérations ponctuelles de représailles ou à des actes de pillages ou de destruction46. L’auteur paraît ignorer l’expédition de Constant II ou la grande campagne de Justinien II qui sont des faits bien réels et importants47. À lire Łewond, il semblerait que les Byzantins aient surtout pratiqué en face des Arabes, à leurs frontières et sur leur propre territoire, une politique attentiste et le refus de l’engagement militaire48. Historiquement cela n’a pas toujours été faux, du moins jusqu’à Léon III ; ce ne l’est plus vraiment ensuite. Or Łewond, tout en faisant état de l’action de Constantin V contre Karin-Théodosioupolis, fait de lui le type même de l’empereur réduit à l’impuissance lorsqu’il prête à Asot Bagratuni ce jugement sur lui : « Vous n’ignorez pas la grande puissance du roi des Grecs, son courage personnel, l’importance de ses armées et leur équipement ; pourtant, pas une seule fois, il ne s’est laissé aller, d’une manière ou d’une autre, à envisager de délivrer le pays des Arméniens des mains [de ce dragon] ; c’est pourtant lui, Constantin, fils de Léon, qui, une fois, dans un combat singulier contre des bêtes sauvages a tué un lion comme on tue les petits d’une chèvre. Ainsi donc, celui qui est nanti d’une telle puissance est écrasé par la peur devant cette bête méchante qui ravage l’univers49 ! »

  • 50 Chap. 1, éd. p. 4 : « À partir du moment où le fils d’Héraclius régna à la place de son père, le S (...)

13Mais Łewond ne se réjouit pas de cette peur ; il ne voit pas dans les échecs et retraits des Byzantins le châtiment de leurs péchés. Si péché il y a aux origines des raids arabes, c’est celui de tous les chrétiens, Arméniens compris50.

14On fera enfin une dernière constatation : l’empire byzantin dont il est question dans l’œuvre de Łewond n’a pas grand relief. Si l’on excepte les malheurs de Justinien II, aucun drame intérieur ne secoue l’empire, aucune tension religieuse ne le traverse ni ne le déchire, aucune transformation ne le modifie, aucun redressement ne s’y fait sentir. Après la mort de Mahomet datée de manière erronée par les années de règne d’Héraclius et après l’expédition arabe qui se termine par le sac de Dvin sous Constant II, plus rien ne s’accroche à l’histoire des empereurs. Aucun règne n’est assez marquant pour pouvoir servir de point de repère pour d’autres événements. On ne connaît au demeurant directement ni le début, ni la durée, ni la fin du règne des différents empereurs.

15Ainsi l’empire byzantin existe dans l’œuvre de Łewond ; ce qu’il en dit n’est pas faux, mais il semble ne pas avoir grand chose à en dire.

16Ces quelques remarques n’ont de sens que si on les replace dans l’ensemble de l’œuvre.

17Les éditeurs et les traducteurs la désignent souvent d’un titre court : Patmut‘iwn, c’est-à-dire « Histoire » ; en France, elle est souvent citée, ainsi qu’il a été dit plus haut, sous le nom que lui donna son premier traducteur au xixe siècle : « Histoire des guerres et des conquêtes des Arabes en Arménie ». Cependant le plus ancien manuscrit du texte lui donne un titre différent : « Histoire du grand vardapet Łewond concernant la manifestation de Mahomet et de ses successeurs, comment et de quelle manière ils ont dominé l’univers et notre peuple des Arméniens en particulier ». Ce titre, dont nous ne pouvons affirmer qu’il est celui que lui donna son auteur, semble placer l’œuvre dans une perspective assez particulière : l’auteur ne s’intéresse pas à la seule Arménie, ni spécifiquement à des guerres et des conquêtes.

  • 51 Ce terme apparaît dès la première ligne du texte : « Et tout d’abord ceux qu’on appelle émirs des (...)
  • 52 Seuls ne sont pas mentionnés Alî et quatre califes mineurs : Mu’âwiya II et Marwân Ier entre 683-6 (...)
  • 53 Par exemple, Mu’âwiya Ier qui a régné « 19 ans et 4 mois », ou son fils Yazîd « 2 ans et 5 mois » (...)
  • 54 Ainsi Sulaymân qui appartient « au même peuple [que Walîd Ier] et à la maison royale » (chap. 23, (...)
  • 55 Ainsi Abd al-Malik « un homme mauvais et un intrépide guerrier » (chap. 4, éd. p. 14, trad. p. 54) (...)

18Le texte montre bien de fait qu’il s’est d’abord agi de présenter une histoire de Mahomet et de ses successeurs, les émirs des croyants51. De 632 à 788, d’Abû-Bakr à Hârûn al-Rachîd, les califes sont tous là, leurs noms à peine déformés52. Mais à la différence de ce qu’il fait lorsqu’il s’agit des empereurs, Łewond précise avec exactitude la durée de leur gouvernement en années et en mois53, souvent leurs liens de parenté et parfois leur appartenance tribale54 ; quelques traits de caractère et de comportement ainsi que des éléments de leur politique complètent la présentation des califes55 ; ils sont donc relativement bien personnalisés et on ne saurait faire de confusion entre eux.

  • 56 Le martyre a lieu « aux jours de la sainte Épiphanie du Seigneur, en 223 du calendrier des Arménie (...)
  • 57 Le mois de hrotic‘ : chap. 34, éd. p. 64, trad. p. 135.
  • 58 L’hégire n’est pas mentionnée en tant que telle, mais Łewond en a peut-être une vague connnaissanc (...)
  • 59 Le début des chapitres coïncide presque toujours avec le début d’un califat.

19D’autre part, on doit encore noter que, à l’exception du martyre des frères Arcrunis daté selon l’ère arménienne56 et en dehors de la mention casuelle d’un mois arménien57, tous les faits datés (y compris la mort de deux empereurs) le sont par référence à l’année précise de gouvernement d’un calife. Łewond toutefois ne connaît pas vraiment l’hégire58. Son œuvre apparaît donc comme une chronographie qui serait composée, non pas année par année comme celle de son contemporain byzantin Théophanes, mais califat par califat59. On sait que Théophanes a inséré les archontes des Arabes dans la série des chefs politiques et religieux qui lui permettent de mesurer le temps ; mais le temps, pour lui qui continue la Chronique de Georges le Syncelle, a commencé avec la création du monde, a changé avec l’Incarnation et demeure celui des empereurs byzantins. Łewond, pour sa part, ne fait commencer son récit ni à la création du monde, ni à l’Incarnation, ni à la conversion de l’Arménie, ni à 552 ; l’histoire semble avoir commencé pour lui, comme le dit le titre, à « la manifestation de Mahomet ». Avec les émirs des croyants, une ère nouvelle a débuté : le seul et unique calendrier opératoire est celui que crée maintenant leur succession. Le temps est devenu arabe.

  • 60 Gero, Leo, p. 137-141.
  • 61 Chap. 24, 25 et surtout 27.
  • 62 Chap. 11.
  • 63 Chap. 12 et 18.
  • 64 Chap. 20.
  • 65 On se reportera par exemple à la fin du chapitre 5 ou du chapitre 10. Le chapitre 7 qui raconte le (...)
  • 66 Arzoumanian, History, p. 26.

20Par voie de conséquence, son horizon ne se restreint plus à la seule Arménie, comme ce fut le cas pour une première génération d’historiens arméniens et comme le laisse supposer le titre donné à l’œuvre par G. Chahnazarian. Le califat du démoniaque Yazid ou celui de Walîd II, ivrogne et débauché, sont présentés alors qu’ils n’ont aucune incidence sur le destin de l’Arménie ; pour cette raison, S. Gero a voulu voir dans ces passages des interpolations60. Mais l’histoire de l’Arménie n’est pas davantage concernée par les longues pages détaillées consacrées à la révolution abbaside61, à la grande campagne contre la Chine des T’ang62, aux expéditions contre les Khazars63, au siège de Constantinople64. Pourtant elles font vraiment partie intégrante et nécessaire du récit. Car, si Łewond qui écrit à la fin du viiie ou au début du ixe siècle a pris les califats arabes pour échelle du temps, c’est qu’il a probablement compris que l’Arménie représente un cas, exemplaire sans doute, mais particulier, d’une situation plus générale. Ce n’est pas seulement le temps qui est arabe pour Łewond, c’est l’espace tout entier qui est menacé de le devenir. De même que l’incarnation du Christ a changé le cours de l’histoire, de même la « manifestation de Mahomet et de ses successeurs » a commencé à faire basculer tout l’univers en général, et l’Arménie avec lui, dans un nouveau destin. C’est bien ce que signifie le titre de l’œuvre. Ce destin ne se caractérise pas par la seule domination militaire ; l’Histoire de Łewond n’est pas uniquement un « récit de guerres et de conquêtes » ; on ne saurait naturellement pas les exclure, mais l’auteur s’intéresse tout autant à caractériser les formes prises par cette domination pour mieux l’interpréter65. Lorsqu’on prend en compte l’ensemble de l’œuvre, on ne saurait donc affirmer, comme le fait Z. Arzoumanian, que pour les parties qui leur sont communes Łewond a purement démarqué le Pseudo-Sébéos66. Avec le recul du temps, Łewond ne peut plus voir dans Mahomet et les califes des conquérants classiques comme le furent les Byzantins ou les Perses.

  • 67 Chap. 34, éd. p. 144.

21La preuve en est l’alternative devant laquelle il place les Arméniens qui préparent l’insurrection de 775 : « Ou bien retournez et rentrez dans leur obéissance, tenez-vous tranquilles et vivez tranquillement dans votre pays, ou bien... fuyez de votre pays avec toute votre famille, abandonnez et laissez l’héritage de vos pères, vos demeures, vos forêts et vos champs ainsi que les tombes de vos pères ; vivez en exil sous le roi des Grecs ; autrement en un seul jour vous tomberez entre les mains de vos oppresseurs et vous mourrez d’une mort misérable67. »

  • 68 Chap. 10, éd. p. 35, trad. p. 66 ; chap. 32, éd. p. 133, trad. p. 126 ; chap. 42, éd. p. 168-169, (...)
  • 69 Chap. 37, éd. p. 155, trad. p. 140 ; chap. 39, éd. p. 158-159, trad. p. 142.
  • 70 Chap. 29, éd. p. 129, trad. p. 124.

22Ce texte nous ramène à l’empire byzantin. Peu importent les caractéristiques des empereurs, leur impuissance, leurs choix religieux. Ce qui compte, c’est qu’une partie de leur territoire ait résisté aux Arabes. A diverses reprises, Łewond montre ainsi des Arméniens solliciter pour eux, leurs familles et leurs troupeaux un asile qui leur est accordé, parfois même « dans des terres bonnes et de qualité »68. On peut même faire carrière honorable dans l’armée byzantine quand on est un naxarar émigré de fraîche date69. La politique de transplantation autoritaire qu’aurait pratiquée Constantin V pour les habitants de la région de Karin est présentée par Łewond comme résultant d’une supplique des habitants eux-mêmes désireux par cantons entiers de se soustraire « au carcan de l’esclavage des fils d’Ismaël » et heureux de partir « pleins de confiance en la puissance de la croix du Seigneur et en la gloire du roi »70.

23L’empire, quels que soient ses empereurs, remplit donc provisoirement une fonction d’accueil. On ne peut cependant réduire la pensée de Łewond à ce simple pragmatisme. Fuir dans l’empire signifie aussi que l’on a foi en son avenir ; et le récit du siège de Constantinople par les Arabes en 717 montre que Łewond a de l’empire une très haute conception.

  • 71 V. Grumel, Homélie de saint Germain sur la délivrance de Constantinople, REB 16, 1958, p. 183-205.

24La version arménienne de cet événement qui occupe tout le chapitre 20 ne fait pas de Léon un grand stratège comme c’est le cas dans les récits qu’en donne Nicéphore ou Théophanes, elle ne le fait pas non plus disparaître comme Germain de Constantinople dans sa célèbre homélie71. En face de Maslama qui annonce qu’il va balayer l’empire et sa capitale, transformer Sainte-Sophie en bain pour ses chevaux et fracasser le Bois de la Croix sur la tête de l’empereur, Léon III, interdisant la moindre attaque contre l’ennemi et fermant les portes de la ville, attend la « manifestation d’en-haut » :

25« Il ordonna au patriarche, avec le sénat et toute la foule de la cité, de prendre, tel un palladium, l’invincible et lumineux signe de la croix du Christ... Et le roi lui-même prit sur ses épaules l’invincible Victoire... ; la porte de la cité fut ouverte, toute la foule sortit à l’extérieur et Léon brandit le signe de la croix au-dessus des eaux en disant : "Aide-nous, Christ, Fils de Dieu, Sauveur du monde" ; il répéta trois fois cette parole... et il frappa les eaux de la mer du signe de la croix en traçant à sa surface le signe du Seigneur. À l’instant même, les profondeurs de la mer bouillonnèrent et d’un mouvement impétueux se soulevèrent en vagues… et une grande partie des armées d’Ismaël furent englouties dans les profondeurs de la mer. » Le récit se termine par une sévère admonestation que Léon adresse à un Maslama, penaud et couvert de honte, et qui, pour le restant de ses jours, ne ceignit plus l’épée, se bornant à répéter : « Je ne pouvais pas combattre avec Dieu. »

26Sans faire un très long commentaire de ce texte, on peut souligner les définitions que Léon III donne de Constantinople (« la ville du Christ »), de Sainte-Sophie (« construite sur terre par la Sagesse d’en-haut comme temple de la gloire du nom du Christ »), du trône impérial (« trône reçu d’en-haut et qui appartient au Christ »), de lui-même enfin (« Je suis le gardien du trône du Christ »). La présence dans la ville du Bois de la Croix qui la sauve, le peuple fidèle échappé aux armées de Pharaon englouties dans la mer, son chef imitant à la fois Moïse et le Christ, autant de faits qui permettent, selon des thèmes bien connus, d’assimiler Constantinople à la Nouvelle Jérusalem, l’empire au Nouvel Israël, l’empereur à un nouveau Moïse. Łewond semble adhérer pleinement à cette idéologie.

27En se situant sur le plan de l’histoire universelle et dans la perspective du cycle historique nouveau inauguré par la « manifestation de Mahomet », on est tenté de se demander si Łewond en définitive ne voit pas dans le « pieux empereur couronné de Dieu » celui qui, le visage tourné vers le Christ, foulera un jour aux pieds « la bête méchante qui ravage l’univers » et introduira le peuple chrétien dans le royaume éternel.

28Dans cette perspective eschatologique qu’impose la découverte du visage de Satan chez les Arabes, l’empire byzantin se passe de toute épaisseur concrète. Il est la voie du salut.

Notes

1 La plupart de ces manuscrits sont à Érévan : 1902 (xiiie s), 3070 (1669-74), 4584 (1668), 1889 (1675), 5501 (1683-84), 3583 (xviiie s.), 3741 (1856). Le manuscrit Venise 218 (1836) est une copie d’Érévan 3070.

2 G. Chahnazarian, Arssawank‘ arabac‘ i Havastan (Les invasions arabes en Arménie), Paris 1857.

3 K. Ezean, Patmut‘iwn Łewondeay Meci Vardapeti Hayoc‘ (Histoire de Łewond, grand vardapet des Arméniens), Saint-Pétersbourg 1887. Il a utilisé l’édition précédente et deux autres manuscrits.

4 Ghevond, Histoire des guerres et des conquêtes des Arabes en Arménie, traduction par G. Chahnazarian, Paris 1856.

5 Istorija halifov vardapeta Gevonda pisatelja VIII v. (Histoire des califes, du vardapet Levond, écrivain du viiie siècle) traduit par K. Patkanian, Saint-Pétersbourg 1862.

6 A. Ter-Łevondean, Levond Patmut‘yun (Histoire de Levond), Érévan 1982.

7 Z. Arzoumanian, History of Łewond, the eminent vardapet of the Armenians. Translation, introduction and commentary, Philadelphie 1982 (cité désormais Arzoumanian, History).

8 Sur ces événements : B. Martin-Hisard, Domination arabe et libertés arméniennes (viie-ixe siècles). Histoire des Arméniens, sous la direction de G. Dédéyan, 2e éd., Toulouse 1982. p. 185-200.

9 Ces réflexions prolongent un travail qui fut mené avec J.-P. Mahé à l’I.N.A.L.C.O. entre 1981 et 1984.

10 Les seuls qui ne soient pas mentionnés sont Héraclonas, Philippicus, Anastase II et Théodose III.

11 Cette période fait l’objet des quatre premiers chapitres que scandent des indications chronologiques plus ou moins exactes. C’est ainsi que la onzième année d’Héraclius - soit 621 - est donnée comme correspondant à la date de la mort de Mahomet que Łewond semble confondre avec l’hégire ; c’est sans doute ce qui explique que l’auteur attribue ensuite une durée de 38 ans à la période qui s’étend de la mort de Mahomet à l’avènement de Mu’âwiya (622-661 au lieu de 632-661).

12 Chap. 5, éd. p. 17, trad. p. 55.

13 Cela expliquerait le comportement surprenant des naxarars qui, en 703, après la victoire de Vardanakert sur les Arabes, envoyèrent à Tibère II un butin de choix dans lequel figurait une impressionnante quantité de nez coupés sur les cadavres arabes (chap. 8, éd. p. 26, trad. p. 60).

14 Léon III apparaît dans deux chapitres. Le chapitre 19 raconte une défaite infligée par Maslama en Asie Mineure à l’empereur Léon, défaite qui n’a rien à voir avec un épisode de la campagne de 716 mentionné par Théophanes 6208. Le chapitre 20 raconte le siège de Constantinople en 717 et la victoire de Léon III.

15 Constantin V est l’empereur le plus souvent mentionné, en particulier pour sa politique favorable aux Arméniens (chap. 26, éd. p. 123, trad. p. 120 ; chap. 29, éd. p. 129-130, trad. p. 124 ; chap. 32, éd. p. 133, trad. p. 126), pour sa puissance et sa prudence (chap. 34, éd. p. 143, trad. p. 133). Ses liens familiaux sont bien connus (chap. 34, éd. p. 143, trad. p. 133) ainsi que la date de sa mort dont Łewond note qu’elle coincide avec celle d’al-Mansûr (chap. 37, éd. p. 155, trad. p. 140).

16 Léon IV est mentionné pour deux victoires remportées sur les Arabes : chap. 37 et 38, éd. p. 155 et 156-157, trad. p. 140 et 141.

17 Chap. 39, éd. p. 159, trad. p. 143 ; chap. 42, éd. p. 168-169, trad. p. 149.

18 Ainsi chap. 12, éd. p. 41, trad. p. 69, dans la célèbre inscription trouvée par les Arabes à Derbend, au début du viiie siècle, au nom de « Marcien césar autocrator ».

19 Comme basileus, ce mot est employé aussi pour le Christ t‘agawor t‘agaworac‘ (chap. 20, éd. p. 107, trad. p. 111). Au féminin, t‘aguhi désigne la basilissa Irène (chap. 39, éd. p. 159, trad. p. 143).

20 Il peut employer l’une et l’autre à l’intérieur du même chapitre (ainsi dans le chapitre 1).

21 Ciliciens et Syriens (éd. p. 13, trad. p. 53) ; Bithyniens (éd. p. 103, trad. p. 108) ; Galates (éd. p. 157, trad. p. 141) ; Thraces (éd. p. 110, trad. p. 112).

22 Le fils d’Héraclius, Constantin, donne des directives aux armées de Syrie (éd. p. 5, trad. p. 48). Justinien II décide l’envoi d’une armée en Arménie (éd. p. 17, trad. p. 55), de même Apsimar (éd. p. 19, 32, trad. p. 56, 64) ou Léon IV (éd. p. 155, trad. p. 140).

23 Ainsi attendre dans les forteresses et les camps sans engager le combat (éd. p. 103 ; trad. p. 108), ou se replier dans les forteresses (éd. p. 157 ; trad. p. 141).

24 En échange du butin envoyé par les Arméniens après la victoire de Vardanakert, l’empereur accorde à leur chef « selon l’usage des césars » la dignité de curopalate (éd. p. 26 ; trad. p. 60). Un butin de 150 000 captifs est envoyé par les Grecs à Léon IV qui leur donne des patiwk‘ (éd. p. 156, trad. p. 141).

25 Éd. p. 32, trad. p. 64 : lettre pour demander à l’empereur une armée ; éd. p. 103, trad. p. 108 : lettre d’insultes envoyée par le calife ; éd. p. 105-109, trad. p. 109-111 : lettre de Maslama à Léon III et réponse de celui-ci ; éd. p. 156-157, trad. p. 141 : échange de lettres entre le calife et Léon IV.

26 Sur les exilés, infra, n. 68.

27 Ainsi, éd. p. 5, trad. p. 48-49 : le zōravar de Judée qui commande les zōragluxk‘ de Syrie et de Judée.

28 La conquête arabe signifie que la Judée et la Syrie ne paient plus le hark à l’empereur (éd. p. 6 ; trad. p. 49).

29 Par exemple, Héraclius est « couronné de Dieu et pieux » (éd. p. 3 ; trad. p. 48). Sur les manifestations de la piété de l’empereur : chap. 8, éd. p. 26, trad. p. 60 (remerciement à Dieu après une victoire) ; chap. 29, éd. p. 129, trad. p. 124 (reprise d’une croix aux Arabes).

30 Chap. 10, éd. p. 36, trad. p. 66.

31 Chap. 20, éd. p. 106-107 et 109-110, trad. p. 110 et 112.

32 Ce passage occupe le très long chapitre 14, éd. p. 42-99, trad. p. 72-105. Léon III répond à une lettre du calife dont le texte figure à la fin du chapitre 13.

33 Les débats portent sur la date et l’auteur du texte grec, la date et l’auteur de la traduction arménienne.

34 Parmi les prises de position les plus récentes, signalons celle de J. Meyendorff, Byzantine Views of Islam, DOP 18, 1964, p. 125, pour qui ce texte reproduit un original authentique « with some minor additions », et celle de T. Khoury, Les Théologiens byzantins et l’Islam, Paris-Louvain 1969, p. 200-218, qui attend pour se prononcer la découverte de nouveaux documents. S. Gero, Byzantine iconoclasm during the reign of Leo III, Louvain 1977 (CSCO 346, Subsidia 41), p. 153-171, qui considère ce chapitre comme une interpolation, croit à l’existence d’un Pseudo-Łewond qui a révisé l’œuvre de Łewond au ixe ou au xiiie siècle en y faisant toute une série d’additions (cité Gero, Leo).

35 Supra, n. 25.

36 Theophanes 6210 fait allusion à une lettre d’Umar à Léon.

37 Si la lettre était authentique, elle serait le premier témoin de la polémique chrétienne contre l’Islâm.

38 C’est le cas de l’iconoclaste Yazid (chap. 16, éd. p. 100, trad. p. 106) ou de Maslama qui déclare à Léon III : « Je briserai le bois de la croix que tu adores, je te le casserai sur la tête » (chap. 20, éd. p. 106, trad. p. 110).

39 Łewond explique en ces termes les guerres civiles au cours desquelles sombre le régime umayyade : « Non seulement ils ne mettaient pas leur espoir dans le secours de Dieu, mais Lui qui est la source de tout bien, ils Le tenaient pour la cause des maux qui se produisent. C’est précisément cette faute qui poussa dans un élan irrépressible la douce indulgence de Dieu à la colère contre leur impiété » (chap. 24, éd. p. 118, trad. p. 117). On relèvera aussi le récit de la vision du feu éternel auquel est condamné le calife al-Mansur (chap. 36, éd. p. 154, trad. p. 139-140). Plus généralement toute l’œuvre de Łewond tend à noter chez les Arabes tous les traits qui sont habituellement prêtés à Satan, jalousie, duplicité, rejet de Dieu, convoitise ; ils sont très tôt qualifiés de « semeurs d’ivraie ».

40 Chap. 1, éd. p. 5, trad. p. 49.

41 Chap. 2, éd. p. 7 et 8, trad. p. 50.

42 Chap. 19, éd. p. 103, trad. p. 108.

43 Chap. 4, éd. p. 12-14, trad. p. 53-54.

44 Chap. 10, éd. p. 36, trad. p. 66.

45 Chap. 39, éd. p. 159, trad. p. 142-143.

46 Ainsi chap. 5, éd. p. 17, trad. p. 55.

47 J. Laurent, L’Arménie entre Byzance et l’Islam depuis la conquête arabe jusqu’en 886, nouvelle édition revue et mise à jour par M. Canard, Lisbonne 1980, p. 236 et 242.

48 Supra, n. 23.

49 Chap. 34, éd. p. 143-144, trad. p. 132-133. S. Gero, Byzantine iconoclasm during the reign of Constantine V, Louvain 1977 (CSCO 384, Subsidia 52), p. 176-177, considère ce texte comme une interpolation du Pseudo-Łewond.

50 Chap. 1, éd. p. 4 : « À partir du moment où le fils d’Héraclius régna à la place de son père, le Seigneur excita l’esprit de ces hommes mauvais pour tirer vengeance par leur intermédiaire du peuple des chrétiens, car nous avions péché devant le Seigneur notre Dieu. »

51 Ce terme apparaît dès la première ligne du texte : « Et tout d’abord ceux qu’on appelle émirs des croyants. » Les califes sont aussi appelés išxank‘, ce qui correspond à « archontes ».

52 Seuls ne sont pas mentionnés Alî et quatre califes mineurs : Mu’âwiya II et Marwân Ier entre 683-685, Yazîd III et Ibrahîm en 744.

53 Par exemple, Mu’âwiya Ier qui a régné « 19 ans et 4 mois », ou son fils Yazîd « 2 ans et 5 mois » (chap. 4, éd. p. 9 et 14, trad. p. 52 et 54).

54 Ainsi Sulaymân qui appartient « au même peuple [que Walîd Ier] et à la maison royale » (chap. 23, éd. p. 115, trad. p. 115).

55 Ainsi Abd al-Malik « un homme mauvais et un intrépide guerrier » (chap. 4, éd. p. 14, trad. p. 54), ou Umar II « le plus noble de tous les gens de sa race » (chap. 13, éd. p. 42, trad. p. 70), ou encore Walîd II « un homme robuste d’une grande force qui s’adonnait aux combats singuliers » (chap. 23, éd. p. 115, trad. p. 115).

56 Le martyre a lieu « aux jours de la sainte Épiphanie du Seigneur, en 223 du calendrier des Arméniens » (chap. 40, éd. p. 165, trad. p. 147). C’est la première utilisation par un historien arménien de ce calendrier qui commence en 552.

57 Le mois de hrotic‘ : chap. 34, éd. p. 64, trad. p. 135.

58 L’hégire n’est pas mentionnée en tant que telle, mais Łewond en a peut-être une vague connnaissance (supra, n. 11).

59 Le début des chapitres coïncide presque toujours avec le début d’un califat.

60 Gero, Leo, p. 137-141.

61 Chap. 24, 25 et surtout 27.

62 Chap. 11.

63 Chap. 12 et 18.

64 Chap. 20.

65 On se reportera par exemple à la fin du chapitre 5 ou du chapitre 10. Le chapitre 7 qui raconte le pillage du monastère de Saint-Grégoire de Bagawan en 700 est toutefois le plus significatif, car les Arabes y sont pour la première fois identifiés aux « ouvriers de Satan ».

66 Arzoumanian, History, p. 26.

67 Chap. 34, éd. p. 144.

68 Chap. 10, éd. p. 35, trad. p. 66 ; chap. 32, éd. p. 133, trad. p. 126 ; chap. 42, éd. p. 168-169, trad. p. 149.

69 Chap. 37, éd. p. 155, trad. p. 140 ; chap. 39, éd. p. 158-159, trad. p. 142.

70 Chap. 29, éd. p. 129, trad. p. 124.

71 V. Grumel, Homélie de saint Germain sur la délivrance de Constantinople, REB 16, 1958, p. 183-205.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site