Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

L’art du livre en Cilicie et les traditions byzantines1

Seiranouche S. Manoukian

Texte intégral

  • 1 La communication de S. Manoukian était illustrée par de nombreux exemples, qu’il n’était malheureu (...)
  • 1 V. N. Lazarev, Histoire de la peinture byzantine, Moscou 1986, p. 147 (en russe) ; S. Der Nersessi (...)
  • 2 Par sa position géographique et politique, la Cilicie se trouvait au croisement de trois cultures (...)
  • 3 Nous n’aborderons pas ici l’iconographie ou le style des miniatures, qui ont fait l’objet de nombr (...)

1L’art du livre en Cilicie, caractérisé par une rare maîtrise de la calligraphie et de la peinture, un haut niveau technique, un élégant système de présentation et un décor d’une richesse frappant l’imagination, est considéré comme l’un des sommets de la culture médiévale1. Le livre manuscrit cilicien constitue une entité artistique dont tous les éléments sont organiquement liés entre eux. Le contenu du texte, la calligraphie, les illustrations, le décor et le format sont en parfaite harmonie sémantique et visuelle. L’aspiration à l’élégance et au raffinement -l’écriture - comme à la variété - les caractères, grands et petits -, caractérisent aussi l’art des illustrations. L’or, l’harmonie des couleurs, les éléments décoratifs stables des miniatures et de leurs encadrements, se retrouvent dans les initiales, les ornements marginaux décoratifs entourant les lettres-titres, la décoration des rubriques et des pages de titre, et se font écho. Cette conception du livre cilicien se distingue fondamentalement de celle du livre précilicien. Elle détermine une nouvelle étape qualitative dans le développement du livre arménien qui possédait déjà à cette époque de riches traditions. Cette évolution fut favorisée notamment par des contacts étroits avec d’autres cultures2, en particulier celle de Constantinople. Nous avons pu étudier les manuscrits ciliciens illustrés du Maténadaran M. Machtots et les codex grecs de la bibliothèque Saltykov-Chédrine de Léningrad et nous souhaitons montrer ici d’après ce matériel, dans certains cas encore inédit, les impulsions données par l’art byzantin au livre cilicien, les résultats parfois inattendus obtenus et la transformation de cet art3.

  • 4 A. G. Abrahamian, L’alphabet et l’écriture arméniens, Érévan 1973, p. 71-72 (en arménien).
  • 5 La théorie et la pratique de l’écriture cilicienne furent élaborées dès le xiie s. (Nersès Chnorha (...)
  • 6 E. E. Granstrem, Sur la question de la minuscule byzantine, VV 13, 1958, p. 222-245 (en russe).
  • 7 En ce qui concerne la liaison entre les lettres, le bolorgir est inférieur à la minuscule byzantin (...)

2La base visuelle de tout codex, l’écriture, est porteuse aussi bien du contenu que de la première impression artistique et visuelle sur le lecteur-spectateur. La calligraphie des manuscrits ciliciens, surtout ceux illustrés, est d’une perfection exceptionnelle. Dès la fin du xiie siècle, la majorité d’entre eux est écrite en bolorgir - écriture minuscule arménienne -, mais en bolorgir cilicien, qui au début différait considérablement du bolorgir oriental (celui des manuscrits de la Grande Arménie)4. Le bolorgir cilicien s’est formé au xiie siècle ; mêlé au yerkatagir droit (ուղղագիճ), on le rencontre déjà dans le célèbre Livre des Cantiques douloureux de 1173 (Mat. 1568). Le passage au bolorgir fut préparé par le yerkatagir droit où, de même que dans le bolorgir, les principaux traits verticaux sont penchés vers la ligne sous différents angles aigus, tandis que les caractères sont constitués d’éléments droits unis entre eux sous un certain angle, et non pas par un harmonieux passage arrondi comme dans le yerkatagir arrondi (բոլորագիճ). Toutefois, le système et le caractère graphique cursif du bolorgir diffèrent essentiellement du yerkatagir, aussi bien arrondi que droit. Il nous semble que, lors de la formation du bolorgir cilicien, c’est la minuscule byzantine utilisée dès le ixe siècle qui servit de point de départ pour les calligraphes et les théoriciens de l’écriture5 ciliciens (fig. 7, 9, 11). De même que la minuscule byzantine, le bolorgir cilicien fut conçu comme une écriture destinée aux livres à caractère spécifique de graphie : plus commode, rapide et élégante. Il est fondé sur le « système quadriligne » de l’écriture, comme la minuscule byzantine6. Le « corps » de la lettre se trouve au-dessus de la ligne, comme entre deux lignes parallèles imaginaires, hors des limites desquelles, à une distance limitée par une seconde paire de lignes imaginaires, on fait monter ou descendre les éléments sortants : queues, zigzags, courbes, arcs, etc. De même que dans la minuscule byzantine et contrairement au yerkatagir, écriture majuscule arménienne, les épaisseurs des traits principaux et des joints contrastent peu. Par comparaison avec le yerkatagir, le bolorgir, de même que la minuscule byzantine, se distingue par une grande cohérence de la graphie7, par des formes nouvelles et modifiées des caractères (plus compacts, aux dimensions plus petites) et par l’usage régulier d’abréviations (fig. 8, 10).

  • 8 Notons que l’écriture droite, semblable à la minuscule byzantine, se rencontre souvent dans le bol (...)
  • 9 Cette école fut distinguée pour la première fois par L. Azarian (Miniature cilicienne des xiie-xii (...)

3Toutefois, si la calligraphie cilicienne se fondait sur la minuscule byzantine comme système d’écriture, elle en différait par l’esthétique des caractères, et cela s’accentua au fur et à mesure de son développement. Les différences dans l’esthétique et le système imagé des caractères sautent aux yeux lors de la comparaison. Dans la minuscule byzantine, ce sont les formes arrondies du « corps » des signes qui dominent, et dans le bolorgir cilicien, les formes angulaires. Dans la minuscule byzantine, les lettres sont disposées à angle droit par rapport à la ligne, et dans le bolorgir cilicien, elles sont toujours penchées8. La minuscule byzantine se distingue par une plus grande liberté de l’écriture, qui conduit peu à peu à l’irrégularité et à la cursive. Le bolorgir cilicien frappe presque toujours par sa régularité et par son caractère graphique qui s’accentue à partir de la seconde moitié du xiiie siècle en particulier dans l’école de l’archevêque Hovhannès9. Là, le bolorgir cilicien devient sensiblement plus petit, car on s’en sert pour écrire de grands recueils et des bibles dont le texte doit s’insérer dans un livre de petit format. Il acquiert un graphisme encore plus grand, sans perdre cependant son élégance, sa netteté et sa lisibilité. Aussi peut-on légitimement qualifier de fine l’écriture des manuscrits de cette école. Nous nous risquons même à dire que si, dans la plupart des cas, à Byzance les calligraphes le cédaient en maîtrise aux enlumineurs, il n’en fut jamais de même pour les scribes ciliciens. Comme les minaturistes, ils appartenaient à différentes écoles qui émerveillent toutes par le raffinement et l’élégance de leur art. De plus, il y avait des différences d’ordre « technique » (notamment la division en lignes de la page, la disposition des lettres par rapport à la ligne, l’espacement entre les lignes) liées à la diversité des traditions culturelles des scribes.

  • 10 G. G. Mikaelian, Histoire de l’État arménien de Cilicie, Erévan 1952, p. 137-138 (en russe).
  • 11 On connaît deux cas certains (qui ne sont pas les seuls évidemment) de codex grecs à la dispositio (...)
  • 12 V. N. Lazarev, Histoire, cité supra n. 1, p. 88 ; V. D. Likhatcheva, L’Art du livre. Constantinopl (...)

4Dès le milieu du xiie siècle, la question de l’union de l’Église monophysite arménienne avec l’Église dyophysite byzantine se posa en Cilicie10. Les initiateurs du mouvement pour l’union des Églises furent, du côté grec, l’empereur Manuel Comnène et l’archevêque Michel, et, du côté arménien, les catholicos Nersès Chnorhali (le Gracieux) et Grigor Tgha (le Jeune). Si la fusion entre les Églises n’eut pas lieu, ce mouvement eut cependant comme résultat un rapprochement avec Byzance et une initiation à la culture byzantine dans sa variante constantinopolitaine11. Le livre byzantin et en particulier le livre de Constantinople de la seconde moitié du xie siècle, qui représentait le sommet du développpement de l’art du livre en terre byzantine12, attira l’attention des artistes ciliciens par sa conception même : un joyau esthétiquement parfait dans lequel tout est raffiné et lié. Les petites dimensions du livre, le parchemin fin et lustré, l’écriture fine et calligraphique, la juxtaposition d’écritures et d’encres différentes dans le texte, l’abondance et l’éclat de l’or, l’élégance du coloris, le lien réfléchi entre le texte et les images, le caractère particulièrement livresque des miniatures introduites avec savoir-faire dans la structure du livre et notamment la variété des miniatures disposées aussi bien en pleine page qu’entre les lignes du texte (remplaçant partiellement une colonne) ou que dans les marges - tout cela correspondait aux aspirations, aux tendances et aux buts apparus dans l’art cilicien au début du xiie siècle et qui se développèrent jusqu’au xive siècle. La fondation d’un État arménien sur un territoire nouveau, le souci de conserver l’indépendance nationale et confessionnelle, ces circonstances créèrent, à la cour et parmi le clergé et les milieux dirigeants de la Cilicie, une attitude particulièrement attentive envers le livre, gardien de la langue et de la culture. La production des livres connut un essor sans précédent et le rang élevé des commanditaires en déterminait la qualité. L’art du livre se perfectionnait et chacune de ses composantes était aussi travaillée que possible. La qualité du parchemin s’améliora et elle surpassa souvent celle du parchemin byzantin. Parallèlement à l’enrichissement et au perfectionnement du décor intérieur, l’aspect extérieur du livre fit l’objet d’un intérêt particulier : on commença à colorier ou à dorer la tranche et à enfermer le livre dans des reliures précieuses. Dans ces conditions, le livre prit une signification nouvelle : il devint une entité artistique à part entière, un objet précieux. Les traditions byzantines - les plus proches -, transférées sur le terrain cilicien, modifiées conformément aux exigences et aux goûts de cette région, jouèrent un rôle de catalyseur, en y accélérant l’évolution de l’art du livre et en firent l’un des phénomènes les plus brillants de son époque.

  • 13 L’école royale réunit un groupe de somptueux manuscrits du xiiie s., exécutés pour les membres de (...)
  • 14 Ces traditions parvenaient aussi bien directement de Constantinople qu’interprétées par l’interméd (...)

5Le rôle de l’or s’accrut (fig. 2, 4, 6, 8). L’or était poli, on en utilisait de différentes nuances, on s’en servait, de même qu’à Byzance, pour couvrir le fond et les contours des représentations, des initiales et du décor. Il faisait office d’assise et de couleur. En doublant les plaques d’or d’un mastic, on leur donnait du relief d’après le dessin souhaité et l’on obtenait ainsi un effet d’or ciselé. Les lignes ténues et les dessins repoussés sur or contribuaient également à créer un effet de ciselure, ce qui conférait aux manuscrits ciliciens, en particulier à ceux de l’école royale13, les propriétés de la joaillerie. Les traditions byzantines eurent une influence essentielle et bénéfique sur le caractère des illustrations et l’aspect plus étroit de leur lien avec le texte14. L’enluminure, de même que l’écriture, acquit un caractère livresque particulier. Les illustrations à thème devinrent plus fréquentes et leur nombre augmenta dans les miniatures. Les représentations d’êtres humains devinrent plus libres et mieux proportionnées au caractère et au format du livre, à la disposition du texte. Les miniatures étaient placées aussi bien en pleine page, comme auparavant (habituellement dans le premier cahier) que sur les pages du texte (fig. 7, 9, 10). On rencontre dans les codex ciliciens tous les genres possibles de miniatures thématiques :

  1. des miniatures en pleine page couvrant, comme à Constantinople, seulement une face du feuillet placé entre les pages du texte (fig. 12) ;
  2. des miniatures dans le texte s’intercalant entre les lignes a) sous forme de miniature en frise byzantine, b) dans un cadre, c) sans cadre, d) sur toute la largeur de la page, y compris les marges15 ;
  3. des miniatures dans le texte, disposées au-dessus ou au-dessous du texte qu’elles illustrent, occupant une ou plusieurs colonnes a) encadrées, b) sans cadre ;
  4. des miniatures dans le texte disposées en composition libre (fig. 10) ;
  5. des miniatures marginales a) encadrées, b) sans cadre (fig. 8), c) enfilées comme des perles, d) sous forme de scène rectangulaire, e) en composition libre ;
  6. des compositions unissant les miniatures marginales à celle du texte. Chaque type de miniature est représenté avec une grande variété, comme un « thème avec variations ». Grâce à l’abondance des miniatures dans le texte, on observe un rapprochement dans le système général d’illustration des livres de Cilicie et de Byzance, avec des solutions spécifiques pour chaque partie du livre. On assiste à d’étonnantes transformations : ce qui, dans les manuscrits grecs était caractéristique et stable pour un genre précis d’ouvrages, pour des pages particulières du livre ou pour un personnage donné, est utilisé par les artistes ciliciens pour différents ouvrages, pour d’autres partie du livre ou pour d’autres personnages ; ne se sentant pas liés, ils élargissent les possibilités de leur art et maintiennent son originalité. Ainsi, ils introduisent les ornements marginaux à sujet, fréquemment utilisés dans les psautiers grecs de rédaction monastique16, dans les tétraévangiles et d’autres livres (Évangiles de la Guérison (fig. 10), Lectionnaires). Métamorphosés par leur union avec un somptueux décor, ces ornements entourent et embellissent - comme « une splendide monture de joaillerie » - le texte écrit avec une telle perfection qu’il est comparable à des pierres précieuses merveilleusement taillées (fig. 8). En outre, les artistes ciliciens ne renoncent pas aux éléments ornementaux, végétaux et zoomorphes, préférés par les manuscrits arméniens préciliciens, tels les ornements marginaux décoratifs qui marquent le début des rubriques et encadrent la lettre-numéro du passage, mais les développent et les enrichissent.
  • 17 Parmi les manuscrits arméniens, on ne trouve que des tétraévangiles ; il n’y a pas de lectures éva (...)
  • 18 « Commentaire des khoranes » : traités arméniens médiévaux de différents auteurs expliquant le sym (...)
  • 19 Nous savons que H. Buchtal met en rapport ce fragment d’évangile avec le manuscrit Athos, Dionysio (...)
  • 20 B. Narkiss, Armenian Art Treasures of Jerusalem, Jérusalem 1979, p. 51.
  • 21 Les pages de titre de chacun des quatre évangiles des manuscrits ciliciens diffèrent des pages ini (...)

6Les limites et les objectifs de cette étude ne permettent pas d’analyser en détail les principes décoratifs de chaque partie structurale des codex : rubriques, pages de titre, pages du texte, sans parler des particularités de l’illustration des tétraévangiles ciliciens17 qui, tout en développant le système d’illustration formé en Grande Arménie au xiie siècle, diffèrent sensiblement des livres byzantins - spécialement dans l’organisation du décor, la structure et la composition des pages de titres et des nouvelles pages-dédicaces (ou miniatures-dédicaces) achevant le décor des colophons (Լիչատակարաճ). Notons seulement les traits proches ou communs avec les codex byzantins. Le contenu et la composition générale des pages de l’Épître d’Eusèbe et des canons de concordance coïncident. L’Épître est disposée sur deux pages, les canons sur huit, par paires. L’Épître de même que les canons et les pages-dédicaces s’inscrivent dans la composition des khoranes (fig. 2), alors qu’à Byzance leur décor présente aussi d’autres solutions. Les khoranes ciliciens (fig. 4) acquièrent une composition rectangu­laire précise, dans un cadre, avec autour un décor qui peut varier à l’infini grâce à des représentations de toutes sortes d’arbres, plantes, ornements, animaux, masques, nus et figures humaines, chacune possédant, d’après le « Commentaire des khoranes », sa signification symbolique18. Les khorances byzantins donnent des spécimens de diverses variations d’une composition donnée, dans le cadre de laquelle le décor est relativement sobre (fig. 3) -, à de rares exceptions près qui peuvent être liées aux influences arméniennes, spécialement ciliciennes (fig. 1, fragment du Tétraévangile, Leningr. gr. 296, f. lv-2r)19. Les lunettes des khoranes de l’Épître sont remplies des portraits en buste d’Eusèbe et de Carpianos (fig. 2), ce qui est nouveau pour l’époque, mais aurait pu être inspiré des portraits en médaillon sur des pages de livres grecs, ou des images de saints dans les vignettes byzantines, ou encore résulter de la modification de spécimens paléochrétiens20. Les petites scènes thématiques, les images du Christ et d’autres personnages sacrés, réservées dans un quatre-feuilles ou dans le champ rectangulaire intérieur des vignettes des pages initiales des évangiles grecs, apparaissent sur les pages de titre des livres arméniens (fig. 8), et pas uniquement dans les tétraévangiles. Sans déranger la composition stable de la page de titre21, elles sont placées au-dessus des vignettes, à la place des oiseaux et des animaux habituellement représentés ou avec eux, ou encore dans l’ornement marginal droit obligatoire de la page de titre, qui se termine habituellement par une croix et équilibre à droite l’initiale développpée du titre. Richement encadré de boucles, de pistils, de vrilles et de pointes, contribuant à l’élégance et au luxe du décor qui acquiert une nouvelle résonance, ce genre de représentations se transforme souvent en narration.

Fig. 1. Évangile de 1204-1219, Leningr. gr. 296, f. 1v-2r : khoranes.

Fig. 3. Évangile de Karahissar de 1260-1280, Leningr. gr. 105, f. 8v-9r : khoranes des canons.

Fig. 4. Évangile arménien du xiiie siècle, Mat. 9422. f. 6r : khorane du canon 7.

Fig. 2. Évangile arménien de Malatia de 1267-1268, Mat. 10675. f. 3v : Épître avec portrait d’Eusèbe (peintre : Toros Roslin).

Fig. 6. Évangile arménien du xiiie siècle, Mal. 9422. f. 106v : l’évangéliste Marc avec Paul.

Fig. 5. Évangile du xiiie siècle. Leningr. gr. 101 (1). f. 76v : l’évangéliste Luc avec Paul.

Fig. 8. Évangile arménien du xiiie siècle, Mat. 9422, f. 20r : page de titre de l’Évangile de Matthieu avec Arbre de Jessé et Emmanuel.

Fig. 7. Psautier de 1080, Leningr. gr. 214, f. 308v, 311v, 313r avec initiales figurées et miniatures dans le texte de l’histoire de Jonas.

Fig. 9. Paroles de Grégoire de Nazianze du xie siècle, Leningr. gr. 334, f. 1r avec miniatures dans le texte : Apparition de l’ange à Joseph et Fuite en Egypte.

Fig. 10. « Évangile de la Guérison » arménien de 1353, Mat. 6795, f. 40v-41r : Guérison du Centenier, Pourceaux précipités. Fuite des gardiens.

Fig. 12. « Narek » de 1173, Mal. 1568. f. 55v : Grégoire pèlerin.

Fig. 11. Psautier de 1054, Leningr. gr. 266, f. 1r : minuscule byzantine et portrait d’Assaf.

7Les initiales figurées des pages initiales ou des rubriques des manuscrits byzantins sont célèbres (fig. 7). L’aspect des initiales des pages de titre et des rubriques des codex arméniens est extraordinairement varié (fig. 8) : lettres zoomorphes, fleuries, végétales, ornementales, se distinguant aussi bien par leur forme et leurs dimensions que par leur solution chromatique. L’importance de l’initiale dans la composition de la page est accrue par les ornements marginaux décoratifs - que nous avons mentionnés - qui voisinent dans la marge avec la lettre-titre et diffèrent du texte par la couleur de l’encre de la première ligne de la rubrique. Sous l’influence des initiales anthropomorphes byzantines, les artistes ciliciens représentent dans les initiales de certains livres des figures d’apôtres, de prophètes, d’évangélistes, de charmeurs de serpents, des nus, etc., et donnent une fois encore un exemple d’interprétation artistique du prototype.

  • 22 G. Galavaris, The Illustrations of the Prefaces in Byzantine Gospels, Vienne 1979, p. 65-67. Les t (...)
  • 23 G. Galavaris, Illustrations, cité note précédente, ibid.

8On trouve d’intéressants parallèles dans l’interprétation des « portraits d’auteur ». Au xiiie siècle, les évangélistes sont souvent représentés à Byzance d’après les textes des hypothesis22 avec un maître ou un élève. Marc est habituellement représenté avec Pierre, Luc avec Paul (fig. 5). Dans l’évangile cilicien Mat. 9422, Marc n’est pas seul (fig. 6). L’iconographie du second personnage et sa place dans la composition ne permettent pas de l’identifier. Selon G. Galavaris, il s’agit probablement de Paul, car cette variante existe aussi dans le texte des hypothesis23. Certains portraits comportent des citations directes, tel celui d’Assaf de 1054 (fig. 11, Leningr. gr. 266, f. 1r) qui se répète presque exactement dans l’un des portraits de 1173 de Narekatsi (fig. 12, Mat. 1568, f. 55v). Mais la modification du genre de la miniature transforme même cette citation : le portrait d’Assaf se trouve dans le texte, celui de Narekatsi est une miniature en pleine page, accompagnée de la représentation du Christ dans une sphère et placée comme portrait d’auteur, à côté de la page de titre d’un chapitre. Le type du « portrait d’auteur » est varié aussi bien en Cilicie qu’à Byzance. Il va toujours de pair avec le début du livre (ou du texte), organisé non seulement comme page de titre (comme dans les tétraévangiles), mais souvent comme petite vignette, sous forme d’un rectangle étroit ou d’une bande emplie d’ornements. Ici, il n’y a pas d’analogies directes ; on est en présence de solutions et de variantes communes. Dans les codex ciliciens, on rencontre des « portraits d’auteur » en pleine page en regard du début du texte, tels les portraits des évangélistes dans les tétraévangiles ; dans la marge, près du début du texte avec différentes compositions ; à côté du début du texte dans la colonne voisine ; sous le début du texte dans la même colonne. Les portraits de Matthieu et de Marc d’un rouleau liturgique du xiie siècle (Leningr. gr. 672) sont comparables aux portraits des livres de l’école de Hovhannès (Mat. 4243 et 345). On peut aussi rapprocher de ces derniers le début de l’histoire de Paul et la page de titre de l’histoire de Jacob accompagnée de son portrait d’un exemplaire des « Actes des Apôtres » du xiiie siècle (Leningr. gr. 101/2). De même, la composition du portrait du roi David sous l’arc, placé sur la page en regard du début du psaume dans un Psautier du xiie siècle (Leningr. gr. 663, f. 2v-3r), peut être comparé aussi bien aux portraits du Livre des Cantiques douloureux (Mat. 1568, f. 120v) et du Lectionnaire Mat. 979 (f. 6v) qu’au portrait du prince Lévon de l’Évangile du xiiie siècle Mat. 8321.

9Pour résumer cette analyse comparative, on peut affirmer une fois de plus que les traditions byzantines étaient perçues par les scribes et les peintres ciliciens comme une impulsion à créer et à trouver de nouvelles solutions pour tel ou tel concept, à concevoir de nouvelles idées.

Notes

1 V. N. Lazarev, Histoire de la peinture byzantine, Moscou 1986, p. 147 (en russe) ; S. Der Nersessian, Études byzantines et arméniennes, Louvain 1973, p. 515.

2 Par sa position géographique et politique, la Cilicie se trouvait au croisement de trois cultures mondiales : chrétienne, musulmane et extrême-orientale. La culture chrétienne était représentée par l’Arménie proprement dite, Byzance, l’Orient chrétien et l’Occident ; la culture musulmane par les Arabes et les Seldjoucides. La culture d’Extrême-Orient était importée par l’intermédiaire d’un commerce actif et par des Mongols qui avaient conquis la Grande Arménie et conclu un accord avec la Cilicie.

3 Nous n’aborderons pas ici l’iconographie ou le style des miniatures, qui ont fait l’objet de nombreuses recherches et représentent un phénomène indépendant, d’un autre ordre. Nous traiterons de certains aspects qui caractérisent l’art du livre comme un organisme à part entière. Dans la partie consacrée aux manuscrits arméniens, nous nous fondons sur le texte du premier tome de Maténadaran : manuscrits arméniens du vie au xive siècle (avec la collaboration de V. Ghazarian), Moscou 1991.

4 A. G. Abrahamian, L’alphabet et l’écriture arméniens, Érévan 1973, p. 71-72 (en arménien).

5 La théorie et la pratique de l’écriture cilicienne furent élaborées dès le xiie s. (Nersès Chnorhali, Grigor Skevratsi, célèbre théoricien de l’écriture, Aristakès scribe, etc.) et atteignit son apogée dans les œuvres de Guévork Skevratsi durant la seconde moitié du xiiie s. Cf. L. Khatchrian, La théorie linguistique et grammaticale de « l’art de l’écriture » dans l’Arménie médiévale, Érévan 1962 (en arménien).

6 E. E. Granstrem, Sur la question de la minuscule byzantine, VV 13, 1958, p. 222-245 (en russe).

7 En ce qui concerne la liaison entre les lettres, le bolorgir est inférieur à la minuscule byzantine. L’écriture arménienne n’est que partiellement liée, même de nos jours.

8 Notons que l’écriture droite, semblable à la minuscule byzantine, se rencontre souvent dans le bolorgir oriental.

9 Cette école fut distinguée pour la première fois par L. Azarian (Miniature cilicienne des xiie-xiiie s., Érévan 1964 [en arménien]) qui la mit en rapport avec Hovhannès, frère du roi Hétoum Ier, archevêque et commanditaire d’un groupe de manuscrits. Les livres de cette école sont liés par le lieu de leur création dans les monastères d’Akner, de Gṙner et de Barjr Berd qui se trouvent à proximité l’un de l’autre et faisaient partie du diocèse de l’archevêque Hovhannès. Hovhannès fut lui-même un habile scribe et un professeur de calligraphie.

10 G. G. Mikaelian, Histoire de l’État arménien de Cilicie, Erévan 1952, p. 137-138 (en russe).

11 On connaît deux cas certains (qui ne sont pas les seuls évidemment) de codex grecs à la disposition de peintres ciliciens : le Tétraévangile grec du xiie s. Plut. VI 23 de la Bibliothèque Laurentienne de Florence (T. Velmans, Le Tétraévangile de la Laurentienne, Florence, Laur. VI.23, Paris 1971) qui a conservé la numérotation des cahiers en lettres-chiffres arméniennes et est partiellement copié dans le célèbre « Évangile des huit peintres » de Cilicie (R. Drampian, De l’histoire de la miniature arménienne des xiiie-xive s., Izvestia de l’Académie des Sciences d’Arménie 5, 1948 (en russe) ; S. Der Nersessian, Armenian Manuscripts in the Freer Gallery of Art, Washington 1963, p. 44 ; V. H. Ghazarian, Sarkis Pitsak, Érévan 1980, p. 125-129,131,136-138 (en arménien) ; Id., La miniature à sujet de Cilicie, Érévan 1984, p. 16-18 (en arménien) ; et le Psautier Vatopedi 761, étudié par K. Weitzmann et dont une partie se trouve à la Walters Art Gallery (f. III), daté de 1088 ou du xiie s., où l’on voit des inscriptions arméniennes postérieures et, sur la page de titre du Ier psaume à droite de la vignette, un ornement marginal décoratif ajouté par un peintre arménien, plus exactement cilicien, du xiie ou xiiie s. (K. Weitzmann, The Psalter Vatopedi 761. Its Place in the Aristocratic Recension, The Journal of the Walters Art Gallery 10, Baltimore 1947, p. 31).

12 V. N. Lazarev, Histoire, cité supra n. 1, p. 88 ; V. D. Likhatcheva, L’Art du livre. Constantinople, xie s., Moscou 1976, p. 5-6 (en russe) ; J. Beckwith, The Art of Constantinople, Londres 1961, p. 114.

13 L’école royale réunit un groupe de somptueux manuscrits du xiiie s., exécutés pour les membres de la famille royale : Évangile de Kérane, Évangile de Vassak, Évangile Mat. 9422, Lectionnaire du roi Hétoum II, Évangile des huit peintres. Le terme « royale » est dû à S. Der Nersessian, L’art arménien, Paris 1977, p. 144.

14 Ces traditions parvenaient aussi bien directement de Constantinople qu’interprétées par l’intermédiaire des manuscrits arméniens créés dans les régions limitrophes de la Cilicie, comme Édesse. Ainsi, les manuscrits nos 141 et 888 de Venise présentent déjà de petites miniatures dans le texte à côté des miniatures en pleine page.

15 Tous les genres d’illustrations dans le texte cités au point 2 sont largement représentés dans l’Évangile des huit peintres Mat. 7651 ; cf. bibliographie supra n. 13.

16 M. B. Chepkina, Les miniatures du Psautier Khloudov, Moscou 1977 (en russe) ; J. J. Tikkanen, Die Psalterillustration im Mittelalter, I, Byzantinische Psalterillustration, Helsingfors 1895 ; S. Der Nersessian, L’illustration des psautiers grecs du Moyen Age, II, Londres add. 19352, Paris 1970.

17 Parmi les manuscrits arméniens, on ne trouve que des tétraévangiles ; il n’y a pas de lectures évangéliques, celles-ci sont incluses dans les Lectionnaires.

18 « Commentaire des khoranes » : traités arméniens médiévaux de différents auteurs expliquant le symbolisme des éléments plastiques et de leur coloris dans les pages à arcs et colonnes où s’inscrivent les canons de concordance et analysant la signification de ces pages (khoranes).

19 Nous savons que H. Buchtal met en rapport ce fragment d’évangile avec le manuscrit Athos, Dionysiou 4, exécuté à Nicée en 1204-1219 ; H. Buchtal, Studies in Byzantine Illumination of the 13th c, Jahrbuch der Berliner Museen 1983, n° 25, p. 27-102. Malheureusement cet article nous fut inaccessible.

20 B. Narkiss, Armenian Art Treasures of Jerusalem, Jérusalem 1979, p. 51.

21 Les pages de titre de chacun des quatre évangiles des manuscrits ciliciens diffèrent des pages initiales byzantines par une structure plus développée, par d’autres formes et d’autres proportions de la vignette : en pylae ou rectangulaire, vignette à lunette, allongée horizontalement, surmontant à gauche une grosse initiale avec ou sans symbole de l’évangéliste (parfois un symbole formé de plusieurs autres) mais du point de vue décoratif, différent ; à droite du texte, l’ornement marginal à décor végétal se terminant en croix est obligatoire. Le titre était écrit dans la lunette de la vignette, en lettres plus grandes ou plus petites que celles du texte du début de l’évangile avec de l’encre d’une autre couleur. Mais le phénomène le plus merveilleux est le texte du titre, écrit en caractère en forme d’oiseaux (թըոչճագիր), zoomorphes (կեճդաճազիր) ou fleuris (ծաղկագիր) ou parfois en petits caractères constitués d’une mosaïque de différentes couleurs.

22 G. Galavaris, The Illustrations of the Prefaces in Byzantine Gospels, Vienne 1979, p. 65-67. Les textes des hypothesis et des prologues sont inscrits dans les manuscrits de Grande Arménie de la période précilicienne et en Cilicie, à partir de la seconde moitié du xiiie s. Ils exigent une étude spéciale, car jusqu’à présent, ils ne sont pas divisés en hypothesis et prologues.

23 G. Galavaris, Illustrations, cité note précédente, ibid.

Notes de fin

1 La communication de S. Manoukian était illustrée par de nombreux exemples, qu’il n’était malheureusement pas possible de reproduire dans le cadre de cette publication.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Évangile de 1204-1219, Leningr. gr. 296, f. 1v-2r : khoranes.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 3. Évangile de Karahissar de 1260-1280, Leningr. gr. 105, f. 8v-9r : khoranes des canons.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 4. Évangile arménien du xiiie siècle, Mat. 9422. f. 6r : khorane du canon 7.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 2. Évangile arménien de Malatia de 1267-1268, Mat. 10675. f. 3v : Épître avec portrait d’Eusèbe (peintre : Toros Roslin).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fig. 6. Évangile arménien du xiiie siècle, Mal. 9422. f. 106v : l’évangéliste Marc avec Paul.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 5. Évangile du xiiie siècle. Leningr. gr. 101 (1). f. 76v : l’évangéliste Luc avec Paul.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 798k
Légende Fig. 8. Évangile arménien du xiiie siècle, Mat. 9422, f. 20r : page de titre de l’Évangile de Matthieu avec Arbre de Jessé et Emmanuel.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Fig. 7. Psautier de 1080, Leningr. gr. 214, f. 308v, 311v, 313r avec initiales figurées et miniatures dans le texte de l’histoire de Jonas.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 9. Paroles de Grégoire de Nazianze du xie siècle, Leningr. gr. 334, f. 1r avec miniatures dans le texte : Apparition de l’ange à Joseph et Fuite en Egypte.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 10. « Évangile de la Guérison » arménien de 1353, Mat. 6795, f. 40v-41r : Guérison du Centenier, Pourceaux précipités. Fuite des gardiens.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 12. « Narek » de 1173, Mal. 1568. f. 55v : Grégoire pèlerin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 935k
Légende Fig. 11. Psautier de 1054, Leningr. gr. 266, f. 1r : minuscule byzantine et portrait d’Assaf.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1806/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

Maténadaran, Erévan

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site