Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Affinités architecturales arméno-byzantines au haut moyen âge

L’exemple des basiliques mononefs

Mourad Hasrat‘yan

Texte intégral

1Les relations architecturales de l’Arménie avec les pays voisins et surtout Byzance ne constituent pas un sujet nouveau. Cette question complexe et importante a souvent été abordée dans les ouvrages d’ordre général consacrés à l’architecture byzantine ou arménienne. Toutefois, en examinant cette question, les spécialistes se sont habituellement attardés sur les monuments à coupole et, dans une certaine mesure, sur les basiliques à trois nefs, tandis qu’un type d’édifices du culte aussi intéressant que les basiliques mononefs est resté hors du cadre de leur intérêt ; il n’a été que parfois superficiellement évoqué, alors que les basiliques mononefs constituent le type sinon le plus ancien, du moins l’un des plus anciens des édifices du culte chrétien. Grâce à sa simplicité et à l’accessibilité de sa construction, ce type s’avéra le plus durable parmi les types d’églises : en Arménie, par exemple, il fut employé du ive au xxe s. Bien que n’ayant pas eu une influence essentielle sur le développement général de l’architecture, les églises mononefs arméniennes du haut Moyen Age se distinguent néanmoins des édifices à coupole et des basiliques à trois nefs par l’indépendance de leur image architecturale et artistique.

2Les basiliques mononefs d’Arménie se divisent en trois sous-types : à abside inscrite dans le pourtour rectangulaire des murs, à abside saillante et à portique extérieur. Ces variantes dans la composition, peu nombreuses, sont fréquentes dans l’architecture paléochrétienne en général, aussi bien en Arménie que dans les pays voisins, particulièrement en Syrie, en Cappadoce et en Géorgie.

3L’architecture des églises mononefs d’Arménie est étroitement en rapport avec les édifices du même type des ive-ve s. de Syrie. Jusqu’au vie s., on observe dans l’art du bâtiment arménien l’influence de certaines formes architecturales et artistiques syriennes, ce qui s’exprime surtout dans l’architecture des églises mononefs, des basiliques à trois nefs et, particulièrement, dans celle d’Ererukʽ. Ce phénomène a une série de raisons, dont la première, selon les scientifiques ayant étudié cette question (N. Marr, H. Orbeli, A. Jakobson, A. Khatchatrian, etc.), est le fait que le christianisme pénétra en Arménie depuis la Syrie et que les relations religieuses arméno-syriennes furent fort étroites jusqu’au vie s., bien qu’au concile d’Éphèse l’Église arménienne rompît avec le nestorianisme. Les relations architecturales arméno-syriennes étaient également favorisées par les conditions naturelles et le matériau de construction communs aux deux pays, les formes identiques de la maçonnerie et des autres constructions, ainsi que l’existence d’ateliers itinérants de tailleurs de pierres (A. Jakobson). On suppose, par exemple, la participation d’un atelier de ce genre à la construction de la basilique d’Ererukʽ. On observe une communauté évidente entre le décor des plus anciennes églises arméniennes et syriennes (corniches, chambranles de fenêtres, entrées, etc.). Toutefois, à notre avis, on doit considérer comme toute première cause des affinités architecturales arméno-syriennes, la base commune de ces deux écoles : l’art hellénistique.

4La situation géographique de l’Arménie a toujours joué un rôle important dans l’histoire de la culture du pays. Cette situation, entre l’Orient et l’Occident, a d’autre part favorisé l’active participation de l’Arménie au commerce international. Les étroites relations économiques et politiques existant avec les pays du monde ancien, puis avec les États hellénistiques se sont accompagnées d’affinités dans le domaine culturel, ce qui a sensiblement enrichi l’art arménien. Il n’est donc pas juste d’essayer de nier le rôle de l’hellénisme dans le but de souligner l’indépendance de l’architecture et de l’art arméniens. Le fait même que la culture arménienne, ayant traversé « l’étape hellénistique », ait réussi ensuite, aux vie-viie s., à découvrir ses propres voies d’évolution témoigne en faveur de sa véritable originalité (N. Tokarskij).

5L’analyse comparative des églises mononefs arméniennes et syriennes met en relief leurs points communs surtout dans les églises à portique extérieur. Des basiliques mononefs à portique extérieur furent construites en Arménie dès le ive s. et jusqu’au dernier quart du vie s. Après le vie s., on ne rencontre plus d’églises à portique en Arménie. Les portiques des églises arméniennes qui possèdent tous une absidiole à part, ont eu plusieurs destinations. Lors de grandes fêtes et de cérémonies importantes, ils servaient d’espaces supplémentaires, auxiliaires pour la grande foule rassemblée. On suppose que, de même que dans les églises syriennes, en Arménie les rites des jours ordinaires étaient célébrés seulement dans les portiques. Les portiques à colonnes étaient également prévus au haut Moyen Age pour les pénitents. Parmi les plus anciennes églises mononefs d’Arménie (ive-ve s.), les plus connues sont celles d’Ejmiacin, de Garni, de Kaṙnut, d’Ełuard et de Tʽanahat. Au vie s., les basiliques mononefs furent particulièrement fréquentes dans la région du Tašir de la province historique de Gugarkʽ. Là, nous sommes en présence d’une intéressante école locale d’architecture remontant à l’époque du haut Moyen Age, dont les œuvres (Kurtʽan, ǰgrašēn, Ōjun, Gulagarak, Kołb, Hobarcʽi, etc.), leurs formes et leur décor, constituent un chaînon intermédiaire entre l’art des ive-ve s. et l’architecture classique du viie s.

6Les églises mononefs à portique, à abside saillante et à abside inscrite d’Arménie ont leurs parallèles en Syrie septentrionale. Là, les ive-ve s. virent fréquemment construire toutes les variantes de basiliques mononefs connues en Arménie : mononefs à abside inscrite dans le pourtour extérieur des murs (Bāʽudē, ive s., Bardẖān, vie s.), à abside saillante (Ḫarāb Šams, vie s.), à portique et à chevet droit (Qirqbīze, ive s.), à chevet droit et pièces annexes au chevet (Rbeiʽa), à portique des deux côtés (Deir Simʽān, vie s.), à portique enveloppant (Kefer Finše, vie s.), etc.

7Les églises syriennes et arméniennes présentent des points communs aussi bien dans leurs solutions planimétriques et volumétriques que dans leur décor, leurs moyens d’expression et leurs proportions. Ainsi, par exemple, les proportions (rapport de la largeur à la longueur) des églises mononefs arméniennes varient dans les mêmes limites que celles des églises syriennes (de 1 :1,15 à 1 : 2,3).

8Toutefois, le développement de l’architecture des églises mononefs en Arménie et en Syrie présente des particularités locales essentielles. Ces deux pays voisins ayant d’étroites relations religieuses et architecturales, donnèrent la préférence à différents sous-types et variantes d’églises mononefs. Ainsi, on construisit fréquemment en Syrie des églises mononefs à chevet sur plan rectangulaire aussi bien à abside inscrite dans le pourtour rectangulaire des murs (Qasr Iblīsū, vie s.) qu’à abside saillante (Sitt er Rūm, vie s.). Les chevets sur plan rectangulaire furent utilisés dans les églises à portique (Banaqfūr, ve s., Sergible, vie s., etc.). En Syrie, on construisait aussi des églises mononefs à portique et abside saillante. On ne rencontre aucune de ces variantes dans l’architecture arménienne. Les églises mononefs de Syrie présentent certains éléments absolument inconnus en Arménie : iconostase, bêma (petite estrade semi-circulaire à degrés, placée au centre de la salle), martyrion et baptistère communiquant avec l’abside, couverture à colonnes de l’abside. En même temps, les portiques à abside, les absides saillantes polygonales, les absides semi-circulaires dans les pastoforias, propres, au contraire, aux monuments arméniens du même type, ne sont pas caractéristiques des églises mononefs syriennes. On observe aussi une différence dans l’emplacement des basiliques mononefs médiévales en Syrie et en Arménie. Si les églises mononefs de la Syrie septentrionale sont partie intégrante des édifices d’habitation (elles n’acquièreront que plus tard un caractère monumental), en Arménie, ces églises sont placées librement. L’accès aux basiliques mononefs à portique de Syrie est ménagé au sud, côté où le portique est habituellement accolé. Elles n’ont d’entrées ni au nord, ni même à l’ouest et leurs portes s’ouvrent uniquement du côté sud. Le passage du type de composition transversal au type longitudinal eut lieu en Syrie après le ve s., tandis que les édifices arméniens du même type présentaient dès le début une composition longitudinale, c’est-à-dire qu’ils appartenaient au type hellénistique (J. Strzygowski), avec axe accentué est-ouest et entrée principale à l’ouest.

9Cette différence typologique essentielle a des racines étymologiques. La grande ressemblance entre les formes des basiliques mononefs de la Syrie septentrionale et celles des habitations a donné jour à une opinion, selon laquelle ce type d’église fut créé sous l’influence de l’architecture de l’andron (salle de réunion) et de l’habitat (G. Tchalenko). Les églises mononefs arméniennes du haut Moyen Age, elles, sont étroitement liées aux compositions des édifices du culte de l’Arménie préchrétienne. Nous parlerons ci-dessous des traits caractéristiques de ces derniers.

10En examinant les relations architecturales arméno-byzantines, les spécialistes ont surtout étudié, outre les parallèles syriens, les affinités existant avec l’école de Constantinople, ne prêtant aucune attention à l’architecture paléochrétienne de la Cappadoce, alors qu’à notre avis, il eût fallu étudier en premier lieu les liens existant entre l’art du bâtiment arménien et l’art et l’architecture de ce pays immédiatement limitrophe de l’Arménie à l’ouest, liens ayant des racines religieuses et historiques beaucoup plus profondes même que les affinités culturelles arméno-syriennes.

11L’archevêque Malak’ia Ormanean, auteur de l’histoire de l’Église arménienne, note que l’école de Césarée eut une grande influence au iiie s. sur le christianisme arménien et concurrença Édesse dans ce domaine.

12La vie et les activités du roi Tiridate III, qui proclama le christianisme religion d’État de l’Arménie dès les premières années du ive s., et celles de Grigor Part’ew (Grégoire l’Illuminateur), premier catholicos-patriarche d’Arménie, étaient liées en premier lieu à Rome et à sa province orientale, la Cappadoce. Après l’assassinat de son père Xosrov, Tiridate se réfugia en Grèce, puis il passa sa jeunesse chez les Romains et servit même dans l’armée romaine. Grégoire l’Illuminateur, lui, fut emmené dans son enfance à Césarée où il fut baptisé, puis, après avoir évangélisé l’Arménie, il y fut ordonné évêque et partit pour Sébaste. Élevé et instruit à Césarée, Grégoire choisit également la plupart de ses aides à Césarée ou à Sébaste et les emmena en Arménie. Il est donc naturel que le culte et le rituel de l’Église arménienne fussent basés sur les rites de l’Église de Cappadoce (M. Ōrmanean). Tout cela s’est sans nul doute reflété dans l’architecture des premières églises arméniennes, fondées par Grégoire l’Illuminateur dès son retour de Cappadoce. Selon Agathange, Grégoire fit aussi office d’architecte à cette époque, ce qui était parfaitement logique, car lors de la fondation des premières églises chrétiennes, « ...aucun des architectes arméniens ne connaissait ni l’organisation des églises du nouveau culte par rapport aux quatre points cardinaux, ni leur division conformément au nouvel ordre rituel, ni leur aspect général et il est naturel qu’il dût régler minutieusement tous les détails et diriger personnellement la construction, car cet édifice devait servir d’exemple pour tous les bâtiments futurs » (S. Barxudaryan).

13La Cappadoce joua un rôle important dans l’histoire de l’Église arménienne même après Grégoire l’Illuminateur. Les deux catholicos-patriarches suivants, Aristakēs et Vrt’anēs (fils de Grégoire) naquirent et furent élevés à Césarée et y furent ensuite ordonnés ; Aristakēs y fut déjà prêtre avant de venir en Arménie. Parmi les catholicos arméniens du ive s., Yusik naquit et grandit à Césarée, puis y fut ordonné. Nersēs Part’ew étudia à Césarée et y fut ordonné évêque d’Arménie (l’Église arménienne devint autocéphale en 372, date après laquelle les catholicos furent ordonnés à Ēǰmiacin).

14Les affinités architecturales arméno-cappadociennes s’expriment en premier lieu dans les basiliques mononefs à abside saillante et les édifices à coupole du type « croix libre ». L’analyse comparative des églises arméniennes et cappadociennes de ce deuxième type peut faire l’objet d’une étude à part et sort du cadre du présent exposé.

15La composition à abside saillante ou inscrite dans le périmètre rectangulaire des murs, est caractéristique seulement pour les monuments du haut Moyen Age (basiliques ou édifices à coupole). Les absides de la majorité des églises mononefs à abside saillante d’Arménie sont polygonales à l’extérieur. Les églises à abside circulaire à l’extérieur de Batikyan et de Verišēn ont été largement reconstruites au bas Moyen Age et la forme initiale de leurs absides - polygonale ou circulaire - n’est pas facile à établir. Seule l’église mononef du ive s. de Lusakert eut une abside circulaire à l’extérieur, sur les assises inférieures de laquelle on éleva, au ve s., les murs d’une abside heptagonale. Les absides de tous les autres monuments arméniens du même type sont pentagonales à l’extérieur (Ēǰmiacin, ǰarǰaris, Pemzašēn, Jrvež, Šołagavankʽ, Vanstan, etc.). Certaines églises eurent au début une couverture de bois, remplacée dès les ve-vie s. par une voûte (Lusakert, Oskevaz, Pʽarpi). Toutes les autres églises furent voûtées dès le début.

Ererukʽ (ve s.) : a) Façade ouest. b) Portiques

Ererukʽ (ve s.) : a) Façade ouest. b) Portiques

Ererukʽ (ve s.) : a) Façade sud. b et c) Coupes. d) Plan. e) Façade est. f) Chapiteaux

Ererukʽ (ve s.) : a) Façade sud. b et c) Coupes. d) Plan. e) Façade est. f) Chapiteaux

Tʽanahat (ve s.) : a et b) Coupes. c) Chapiteaux. d) Plan

Tʽanahat (ve s.) : a et b) Coupes. c) Chapiteaux. d) Plan

Kurtʽan (vie s.) : a et b) Façades. c et d) Coupes. e) Plan. f) Éléments décoratifs

Kurtʽan (vie s.) : a et b) Façades. c et d) Coupes. e) Plan. f) Éléments décoratifs

Jgrašēn (vie s.) : a et b) Façades. c et d) Coupes. e) Plan. f) Éléments décoratifs

Jgrašēn (vie s.) : a et b) Façades. c et d) Coupes. e) Plan. f) Éléments décoratifs

Jrvež (ive-ve s.) : a et b) Façades. c et d) Coupes. e) Plan. f) Corniche (reconstitution d’après N. Tokarskij)

Jrvež (ive-ve s.) : a et b) Façades. c et d) Coupes. e) Plan. f) Corniche (reconstitution d’après N. Tokarskij)

P’arpi (ve s., reconstructions des viie et xie s.) a et c) Coupes. b) Plan. d) Chapiteaux

P’arpi (ve s., reconstructions des viie et xie s.) a et c) Coupes. b) Plan. d) Chapiteaux

Bayburt (ve s.) : a) Coupe. b) Plan

Bayburt (ve s.) : a) Coupe. b) Plan

Lusakert (ive s.) : a) Façade sud. b) Coupe. c) Plan. d) Façade ouest. e) Éléments décoratifs

Lusakert (ive s.) : a) Façade sud. b) Coupe. c) Plan. d) Façade ouest. e) Éléments décoratifs

Awan (ve s.) : a et b) Coupes. c) Plan. d) Chapiteaux

Awan (ve s.) : a et b) Coupes. c) Plan. d) Chapiteaux

16C’est précisément ce sous-type des basiliques mononefs arméniennes qui est étroitement lié aux églises du même type de Cappadoce, qui, à la différence des édifices mononefs syriens à abside extérieurement circulaire et à couverture de bois, sont voûtées et présentent des absides polygonales (Anatepe, Sarıgöl, Edikapalı, Viranşehir, etc.). On observe la communauté aussi bien des proportions planimétriques et volumétriques, de la technique de construction que des principes décoratifs.

17Mais il y a aussi des différences. Ainsi, par exemple, l’abside des églises mononefs arméniennes à abside saillante est habituellement creusée d’une seule fenêtre et l’intérieur en est rythmé par des pilastres et des arcs-doubleaux jetés entre eux, tandis que les absides des édifices du même type de Cappadoce sont éclairées par trois fenêtres et n’ont pas d’arcs-doubleaux (M. Restle).

18Les inscriptions grecques qu’on trouve sur les églises arméniennes constituent un témoignage indirect des relations et des influences architecturales arméno-byzantines. Elles ne sont pas nombreuses. On connaît les inscriptions grecques du ive s. de la façade nord d’Eǰmiacin, celles du ve s. de la basilique d’Ererukʽ et celles du viie s. de Mastara, d’Awan et de Zuartʽnocʽ. Ce n’est pas par hasard que l’inscription de la basilique d’Ererukʽ coïncide avec celle de l’église de Deir Simʽān aussi bien par son contenu (5e chant du 92e Psaume) que par l’ordre des lignes (F. Chélov-Kovédiaev). En effet, les célèbres parallèles architecturaux d’Ereruk’ et de Deir Simʽān sont également confirmés par l’épigraphie. Non moins intéressante est la présence d’inscriptions grecques à Zuartʽnocʽ et à Awan : leurs auteurs, les catholicos Nersēs et Ezr, étaient connus pour leur orientation byzantine et leurs tendances chalcédoniennes. La petite liste des inscriptions grecques du haut Moyen Age d’Arménie vient récemment de s’enrichir d’une nouvelle inscription. Le déblaiement des alentours de l’église mononef à abside saillante de Bayburt a fait découvrir un fragment de corniche mouluré, sur le boudin duquel les mots grecs YΓEIA et KHXAPIC (« santé » et « béatitude ») sont gravés. Notons que ces mots sont gravés en cryptogramme et peuvent être lus réfléchis par un miroir. On peut supposer que l’auteur de l’inscription eut l’intention de dissimuler son appartenance nationale ou, comme Ezr, son orientation religieuse pour avoir gravé en cryptogramme les mots grecs.

19L’église de Bayburt présente des particularités architecturales fort intéressantes. Elle se trouve dans la province Ostan Nayocʽ de l’Ayrarat historique (au sud-est de Garni, dans la réserve de Xosrov). L’église a entièrement conservé sa composition spatiale planimétrique ; elle est construite en blocs de basalte taillés, liés au mortier. Les joints des assises sont facetés à 45°, procédé caractéristique de la technique de construction du haut Moyen Age d’Arménie. La salle présente des proportions allongées (dimensions intérieures : 3,95m x 8,25m). Le linteau de l’unique entrée s’ouvrant au sud est sculpté d’une croix à bras égaux inscrite dans un cercle. L’arc de l’abside est fortement outrepassé et couvert de moulures compliquées. Il repose sur les chapiteaux à imposte des deux angles du bêma, décorés du même motif végétal assez profondément gravé. Leur dessin et leur exécution reprennent ceux des chapiteaux des piliers engagés des façades extérieures de l’église de Tekor (fin du ve s.). Mais les chapiteaux de Bayburt présentent un détail exceptionnel : des têtes humaines sont sculptées entre les feuilles. Un chapiteau antique semblable est conservé au musée d’Istanbul (nous tenons ce renseignement de M. J.-M. Thierry). Les moulures de la corniche diffèrent également de celles des monuments arméniens du haut Moyen Age. Ces dernières étaient traitées aux ive-ve s. en denticules, aux vie-viie s., en petits arcs outrepassés. À Bayburt, la corniche est à trois éléments : deux boudins de différentes dimensions et un filet. Nous rencontrons un autre exemple de corniche à boudins dans l’église mononef du monastère de Karenis (vie s.).

20L’église de Bayburt a été plus tard (mais également au haut Moyen Age) accolée au sud d’une seconde église du même type dont la partie inférieure des murs a été découverte après des fouilles. Cet exemple de deux basiliques mononefs accolées est unique en son genre pour l’architecture arménienne de cette époque.

21L’étude des églises mononefs du haut Moyen Age d’Arménie permet d’éclaircir, du moins dans le cadre d’un seul type de monuments, un phénomène aussi complexe de l’art paléochrétien que les influences réciproques des écoles architecturales de différents pays. L’architecture des basiliques mononefs d’Arménie présente des affinités avec différentes écoles artistiques : syrienne pour le sous-type à portique, cappadocienne pour celui à abside saillante, tandis que les églises mononefs à abside inscrite remontent directement à l’architecture préchrétienne d’Arménie. Cela est prouvé aussi bien par les données des sources écrites que par les particularités architecturales des basiliques paléochrétiennes. Les historiens arméniens du ve s. précisent qu’au début du ive s., tous les temples païens d’Arménie ne furent pas détruits, certains d’entre eux furent transformés en églises (Pseudo-P’awstos Buzand). Après la destruction de nombreux temples, on construisit sur leurs fondements des églises « de la même largeur et de la même longueur » (Pseudo-Zenob Glak). La composition rectangulaire longitudinale du plan du temple païen a été adoptée par l’église construite à son emplacement. La composition des plus anciennes églises arméniennes, découlant des formes de l’architecture païenne d’Arménie, était du type basilical, édifice rectangulaire allongé d’est en ouest, couvert d’un toit en bâtière, à abside inscrite dans le pourtour des murs du côté est, élevé sur un stylobate à degrés ou sur un socle. J. Strzygowski note avec raison que « les églises mononefs arméniennes à voûte cylindrique peuvent être les formes parvenues à nous des traditions locales. »

22L’originalité de l’architecture arménienne du haut Moyen Age est étroitement liée à l’originalité de l’Église arménienne. Autocéphale dès les années 370, l’Église arménienne refusa d’adopter les dogmes du concile de Chalcédoine Cette décision amena un schisme avec Byzance et son Église. Le caractère autochtone de l’Église arménienne ne conduisit évidemment pas aussitôt à ce même caractère dans l’architecture religieuse d’Arménie. Toutefois, le schisme des deux Églises eut une influence essentielle sur l’architecture arménienne, influence positive qui est peut-être à l’origine de l’important essor que connut, à la fin du vie et au cours de tout le viie s., le développement de l’architecture arménienne, essor inconnu de tout autre pays chrétien de la même époque (A. Jakobson).

Table des illustrations

Titre Ererukʽ (ve s.) : a) Façade ouest. b) Portiques
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Ererukʽ (ve s.) : a) Façade sud. b et c) Coupes. d) Plan. e) Façade est. f) Chapiteaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 825k
Titre Tʽanahat (ve s.) : a et b) Coupes. c) Chapiteaux. d) Plan
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Kurtʽan (vie s.) : a et b) Façades. c et d) Coupes. e) Plan. f) Éléments décoratifs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 934k
Titre Jgrašēn (vie s.) : a et b) Façades. c et d) Coupes. e) Plan. f) Éléments décoratifs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Titre Jrvež (ive-ve s.) : a et b) Façades. c et d) Coupes. e) Plan. f) Corniche (reconstitution d’après N. Tokarskij)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre P’arpi (ve s., reconstructions des viie et xie s.) a et c) Coupes. b) Plan. d) Chapiteaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Bayburt (ve s.) : a) Coupe. b) Plan
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Lusakert (ive s.) : a) Façade sud. b) Coupe. c) Plan. d) Façade ouest. e) Éléments décoratifs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Awan (ve s.) : a et b) Coupes. c) Plan. d) Chapiteaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1802/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 639k

Auteur

Institut d’art, Académie des Sciences, Arménie

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site