Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Les princes Arméniens de l’Euphratèse et l’Empire byzantin (fin xie - milieu xiie s.)1

Gérard Dédéyan

Texte intégral

  • 1 Nous avons repris ce problème dans notre thèse de Doctorat d’État Les pouvoirs arméniens dans le P (...)
  • 1 Sur ces dénominations, cf. R. Grousset, Histoire des Croisades, 1, Paris 1934, rééd. (J. Richard) (...)

1Parmi les flux migratoires chroniques en provenance de la Grande Arménie, certains affectèrent le peuplement de la Cappadoce (et au-delà, des confins ciliciens), où les Grecs étaient nombreux, d’autres, vers le sud, celui des anciennes provinces du coude de l’Euphrate, à dominante syriaque. Ces provinces euphratiques, en allant du nord au sud, tirent de la tradition géographique classique les dénominations suivantes : la Mélitène, dont le nom est emprunté à la ville homonyme ; la Commagène (régions de Maras et de Samosate) ; l’Osrhoène (région d’Édesse) ; la Cyrrhestique, ainsi appelée d’après la ville de Cyrrhus (et incluant également ‘Ayntāb et Tell-Bashīr)1. L’ensemble correspond partiellement au thème des Villes Euphratiques, tel qu’il apparaît au début du xie s., et a parfois reçu le nom d’Euphratèse.

I.- LES DIVISIONS GÉOGRAPHIQUES

I. La Mélitène

  • 2 Τ’. Hakobyan, Malat’ya Encyclopédie Arménienne Soviétique (= EAS) 7, Erévan 1981, p. 145.
  • 3 Michel le Syrien, Chronique, trad. J. B. Chabot, 3 vol., Paris 1899-1910, 1, p. 482.
  • 4 Cf. notre article, Mleh le Grand, stratège de Lykandos, REArm. N. S. 15, 1981, p. 95.
  • 5 G. Dagron, Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe et au xie s. : (...)
  • 6 N. Oikonomidès, L’organisation de la frontière orientale de Byzance aux xe-xie s. et le Taktikon d (...)
  • 7 Dagron, Minorités, cité supra n. 5, p. 193.

2La région de Mélitène (la ville ayant été, de longue date, le siège d’un évêché arménien) avait formé, après la réforme administrative de Justinien, la province byzantine de ive Arménie2. Au début du viiie s., des Arméniens, persécutés religieusement par les Grecs, s’étaient réfugiés dans la ville, alors sous la domination des Arabes3. L’Arménien Mélias, stratège de Lykandos, avait fait une entrée triomphale dans la ville en 934, aux côtés du domestique des Scholes Jean Kourkouas4. À partir de 965, à l’initiative de l’empereur Nicéphore Phokas, Mélitène avait été le foyer d’une importante colonisation syriaque5. Dans les années soixante-dix du xe s., la ville, résidence d’un stratège, est mentionnée parmi les armenika themata6. À la faveur de la désorganisation consécutive à l’invasion turque, le banditisme et l’influence des Arméniens s’y font sentir vers 10657.

2. La Commagène

  • 8 G. Tirac’Yan, Commagène, EAS 5, 1979, p. 543.
  • 9 Ibid., p. 544.
  • 10 Oikonomidès, Frontière orientale (cité supra n. 6), p. 289.
  • 11 Ibid., p. 289, n. 28 et H. Hellenkemper, Burgen der Kreuzritterzeit in der Grafschaft Edessa und i (...)
  • 12 Yahyā d’Antioche, dans P.O., t. xxiii, fasc. 3, II, p. 405-406.

3La Commagène, dont la ville principale était Samosate, avait fait partie de l’État arménien des Orontides, puis, au iiie s. avant J.-C, du royaume arménien uni - sous l’autorité des Orontides également - de Sophène (de part et d’autre de l’Euphrate oriental, avec Arsamosate pour capitale) et de Commagène, enfin, au ier s. avant J.-C, de l’Empire de Tigrane le Grand8. Ce fut ensuite (en raison, sans doute, de la prédominance de l’élément araméen) l’un des foyers de la culture syriaque9. Perdue par les Byzantins dans la deuxième moitié du viie s., Samosate est reprise aux Arabes en 95810. Elle est mentionnée en 1030 comme siège du katépanô des Villes Euphratiques, Georges Maniakès11. Dans cette province, la présence arménienne est attestée à Ra’bān (à mi-chemin entre Maraš et Samosate, vers le sud), à la fin du xe s., puisque la ville est livrée aux Grecs par des Arméniens en 98112.

3. L’Osrhoène

  • 13 Osrhoène, EAS 12, 1986, p. 570.
  • 14 W. FELIX, Byzanz und die islamische Welt im früheren II. Jahrhundert, Vienne 1981 (Byzantina Vindo (...)
  • 15 G. Ostrogorsky, Histoire de l’État byzantin2, Paris 1976, p. 346.
  • 16 H. Bart’ikyan, Edesse, EAS 3, 1977, p. 484.
  • 17 Ibid.

4L’Osrhoène (région d’Édesse) avait formé, de 132 avant J.-C. à 210 après J.-C, un royaume qui fut, un temps, intégré à l’Empire de Tigrane le Grand13. Sa capitale, Édesse, enlevée à Byzance par les Arabes en 640, ne fut récupérée, par le général Georges Maniakès, qu’en 103114 (l’Image du Christ, palladium de la ville, avait déjà été emportée par les Grecs en 94415). Depuis le ve s., l’opinion s’est enracinée chez les Arméniens que cette ville, foyer de la culture syriaque, avait été la capitale d’un royaume arménien, et que sa fondation remontait à Tigrane le Grand16. En réalité, la population arménienne n’est prépondérante qu’à partir du xie siècle17.

4. La Cyrrhestique

  • 18 M. Canard, Histoire de la dynastie des H’amdanides de Jazîra et de Syrie, Alger 1951, p. 231.
  • 19 Felix, Byzanz, p. 87, n. 136.

5La Cyrrhestique, dont la capitale était Cyrrhus, était une vaste province qui, chez Ptolémée, s’étendait jusqu’à l’Euphrate18. Longtemps annexée aux provinces-frontières arabes, Cyrrhus paraît être le siège d’un stratège, puisque, après sa défaite de 1030, en Syrie, l’empereur Romain III aurait confié le commandement de la ville et de son territoire à un habitant qui l’avait sauvé19.

II- LA PRINCIPAUTÉ DE PHILARÈTE

1. Formation territoriale

  • 20 J.-Cl. Cheynet, J.-Fr. Vannier, Études prosopographiques, Paris 1986 (Byzantina Sorbonensia 5), p. (...)
  • 21 Grousset, Croisades, 1, p. XLI.
  • 22 Hellenkemper, Burgen, p. 66.
  • 23 Ibid., p. 68.
  • 24 E. Honigmann, Die Ostgrenze des byzantinischen Reiches von 363 bis 1071, Bruxelles 1935, p. 143.
  • 25 J. Laurent, Études d’histoire arménienne, Louvain 1971 (Bibliothèque Arménienne de la Fondation Ca (...)
  • 26 Ibid., p. 82.
  • 27 Ibid., p. 86-87.
  • 28 Ibid., p. 89.
  • 29 Ibid.

6Après le désastre byzantin de Manazkert (1071), la région du coude de l’Euphrate (anciens thèmes des Villes Euphratiques, duchés de Mélitène et d’Édesse), avec sa population de Syriens jacobites, d’Arméniens, mais aussi de Grecs (du moins de Melkites), se trouve coupée de Constantinople. Une grande partie des Arméniens au service de Byzance, partisans de l’empereur déchu Romain Diogène, sont hostiles à l’usurpateur Michel VII Doukas, comme l’atteste l’émancipation de la région sous Philarète Brachamios (1072-vers 1090). Toutes les régions du coude de l’Euphrate, Mélitène, Commagène, Osrhoène, Cyrrhestique, où le peuplement jacobite était encore prédominant au milieu du xie s. (les listes épiscopales en font foi) font partie, avec, en outre, la Cilicie, Antioche et Xarberd, de la principauté de Philarète. Ce dernier, stratège autokratôr (de l’armée d’Orient) sous l’empereur Romain Diogène (1068-1071)20 s’était avéré le seul chef capable d’assurer la protection des populations sur la frontière sud-orientale de Byzance, après le désastre de Manazkert. Ayant à Maraš, en Commagène, son principal point d’appui, Philarète étendit son autorité à Mélitène, dont il avait été stratège21, à Ra’bān22, à K’esun23, à Samosate24, certainement aussi à la Cyrrhestique (qui reliait l’Antiochène à la Commagène), avec les villes de Cyrrhus et de Hiérapolis/Manbidj25. Enfin, Philarète, en 1077, fit enlever Édesse, l’ancienne capitale de l’Osrhoène, au gouverneur byzantin Léon, frère de Tavadanos, par Vasil, fils d’Apuk’ap (un Ibère ou un Arménien chalcédonien)26. L’assassinat de ce dernier, en 1083, suscita des luttes entre les factions arméniennes de la ville27. La situation était encore incertaine en 1086/1087 puisqu’un certain Barsaumā, en l’absence de Philarète (parti solliciter la bienveillance de Malikshāh, sultan saldjûkide de Perse), prit la place du gouverneur installlé par ce dernier28, en attendant que l’émir Būzān, représentant du sultan, en prît possession, au début de 108729, trois ans après que les Saldjūkides de Rūm eussent occupé Antioche. Retiré dans son bastion de Maraš, en Commagène, Philarète mourut peut-être vers 1090.

2. L’immigration arménienne

  • 30 Éd. de Vałaršapat, 1898, p. 217, trad. E. Dulaurier, Chronique de Matthieu d’Edesse, Paris 1858, p (...)
  • 31 Ibid.
  • 32 F. Tournebize, Histoire politique et religieuse de l’Arménie, Paris 1910, p. 166.
  • 33 Felix, Byzanz, Carte. Sur la division, chez les chefs arméniens au service de Byzance, entre parti (...)

7Sous Philarète, toute la région du coude de l’Euphrate se remplit d’Arméniens : Matt’ēos Urhayec’i (Matthieu d’Édesse), chroniqueur édessénien de la première moitié du xiie s., nous montre, vers 1079, un vaste mouvement migratoire parti de la Grande Arménie dévastée par les Turcs et frappée par la famine, aboutissant, pour y chercher sécurité et subsistance, dans la principauté de Philarète et (en dehors de la plaine cilicienne) particulièrement vers le coude de l’Euphrate : à Maras et Dolichè/Tluk’30, en Commagène ; à Édesse, en Osrhoène31. L’existence de cette dense immigration arménienne poussa Philarète à faire reconnaître sa légitimité, face à ses compatriotes, en installant dans sa principauté le catholicossat arménien, quoique lui-même, comme un certain nombre de ses compatriotes au service de l’Empire, fût chalcédonien. Après le refus de Grigor II Pahlawuni (1065-1105), dont la famille avait pris parti pour Michel VII, à la différence de Philarète qui se réclamait de Romain Diogène, c’est le patriarche Sargis qui fut appelé, élisant domicile à Hōni (Chônion)32, en Cappadoce, au nord-ouest de Lykandos33.

  • 34 Tournebize, Histoire, cité supra n. 32, p. 166-167.
  • 35 Ibid.
  • 36 Cheynet, Vannier, Études, cité supra n. 20, p. 70.

8En 1075, T’ēodoros Alaxōsik lui succéda34 ; mais, en 1085, malgré l’occupation turque, il refusa d’aller résider à Maraš où l’anti-catholicos Pōłos ne siégea que quelques mois35. Indépendant de 1072 à 1078, Philarète Brachamios se rallia à Nicéphore Botaniate (1078-1081), obtenant la légitimation de son pouvoir au regard de l’Empire ; il fut, en effet, nommé domestique des Scholes d’Orient et titré protocuropalate36.

3. Les épigones de Philarète

  • 37 Ibid., p. 72.

9Nous ignorons quels furent les rapports exacts de Philarète avec Alexis Ier Comnène (1081-1118), du moins s’il y en eut, étant donné que dans la période 1080-1091, Alexis était sollicité par les problèmes de l’Occident byzantin et Philarète pressé par les Turcs. Malgré l’annexion des États de Philarète par les Saldjûkides de Rūm et de Perse, ses lieutenants, à une échelle beaucoup plus modeste, poursuivirent son œuvre sous le règne d’Alexis Comnène, entre autres dans la région du coude de l’Euphrate ; à la veille de l’arrivée de la Première Croisade, ses fils occupaient Maraš37 ; le chalcédonien Gabriel commandait à Mélitène ; T’oros le Curopalate, beau-frère du précédent et chalcédonien également, gouvernait Édesse ; les uns et les autres avaient plus ou moins composé avec l’occupant turc, tout en se proclamant les représentants du Basileus. Un autre clan dispute, semble-t-il, la Commagène aux épigones de Philarète ; le groupe formé par Goł Vasil (Basile le Voleur), maître de K’esun et de Ra’bān, et les princes Pahlawuni, qui lui paraissent liés et sont à la tête de Kaṙkaṙ, al-Bīra, sur l’Euphrate (respectivement en amont et en aval de Samosate) et de Tell-Bashīr (au sud-ouest d’al-Bīra).

10Les liens avec Constantinople, rétablis depuis l’avènement de Nicéphore Botaniate (1078-1081), ne sont pas abolis en principe sous le règne d’Alexis Comnène (1081-1118), même si les circonstances ont contraint les chefs arméniens à reconnaître, en même temps, l’autorité du sultan saldjūkide de Perse.

III.- ISOLEMENT DES CHEFS ARMÉNIENS DE L’EUPHRATÈSE (1090-1098)

1. Un pouvoir de référence impériale

  • 38 V. Arutjunova-Fidanjan, Sur le problème des provinces byzantines orientales, REArm. N. S. 14, 1980 (...)
  • 39 Cheynet, Pouvoir et contestations, cité supra n. 33, p. 399 et n. 104.
  • 40 A. P. Každan, Les Arméniens dans l’aristocratie byzantine aux xie-xiie s. (en russe). Erévan 1975, (...)
  • 41 Ibid., p. 42-43.

11Une partie de ces chefs, comme nous l’avons vu (Gabriel à Mélitène, T’oros à Édesse) sont de confession chalcédonienne. Cette catégorie, qui ne trouve sa place ni parmi les Arméniens apostoliques, pour des raisons confessionnelles, ni parmi les Grecs, pour des raisons culturelles, sinon ethniques, a été judicieusement utilisée par les empereurs de la dynastie macédonienne (voire par leurs successeurs) comme relais du pouvoir dans les provinces orientales enlevées principalement aux Arabes ; on a pu montrer que le développement du réseau des éparchies arméniennes chalcédoniennes avait épousé le rythme de la Reconquête byzantine38. Les autres chefs arméniens (les Pahlawuni et leurs alliés) appartiennent à l’Église arménienne apostolique, mais sans manifester de fanatisme (à l’exemple du catholicos Grigor Vkayasēr, traducteur d’œuvres grecques). Les fonctions et dignités sont byzantines (avec parfois des interférences musulmanes) : Gabriel, à Mélitène, est curopalate, émir et duc (vers 1085)39 ; T’oros, à Édesse, vers 1095, est duc et curopalate40 ; Goł Vasil, exerçant à K’esun une charge de caractère ducal, est sébastè41. Ces références sont moins apparentes dans le clan Pahlawuni, actif surtout au lendemain de l’établissement des Croisés, mais se réclamant constamment de Grigor Magistros (mort en 1059), haut fonctionnaire impérial.

12C’est l’allégeance, même théorique, à l’Empire, qui légitime, aux yeux des populations, le pouvoir des chefs arméniens ; ceux-ci se sont d’ailleurs souvent maintenus dans leur charge au-delà de la durée légale, en raison de la cessation des contacts avec Constantinople. C’est particulièrement le cas pour T’oros le Curopalate dont toutes les sources s’accordent à souligner le grand âge lors de l’arrivée de la Première Croisade.

2. La pression des Turcs

  • 42 Cf. Laurent, Études, cité supra n. 25, p. 91-106.

13Elle relativise la référence à Byzance : Gabriel, à Mélitène, exposé aux attaques convergentes des Saldjūkides de Rūm et des Dānishmendides de Sivas, porte le titre d’émir ; T’oros a dû accepter dans la citadelle d’Édesse une garnison saldjūkide et, après l’expulsion de celle-ci, reste exposé aux attaques et soumis au tribut de l’émir turcoman de Samosate, de la dynastie des Artukides42 ; Gol Vasil, jusqu’à la chute de Mélitène (1102) n’est réellement exposé qu’à l’est, face aux Artukides.

  • 43 Anonymi Auctoris Chronicon ad A.C. 1234 pertinens, t. II, trad. A. Abouna, commentaire J. M. Fiey, (...)
  • 44 Michel le Syrien, 3, p. 180.

14Les chefs arméniens, T’oros à Édesse43, Gabriel à Mélitène44, restaurent les fortifications urbaines ou aménagent les forteresses isolées. Ces travaux, ainsi que l’entretien de troupes soldées, entraînent pour la population de lourdes charges fiscales.

  • 45 Cf. G. Dédéyan, Argent et pouvoir chez les princes arméniens de l’Euphratèse, à paraître dans Méla (...)

15La perception, sans ménagements, de l’impôt dû à Byzance, les exactions infligées à la communauté jacobite, confèrent aux chefs arméniens un réel pouvoir économique. Le cas est particulièrement flagrant pour T’oros le Curopalate dont les trésors excitèrent la convoitise de Baudouin de Boulogne. D’une manière générale, les princes arméniens de la région euphratésienne semblent avoir accumulé dans leurs citadelles ou dans leurs châteaux forts des réserves d’or et d’argent dont l’importance considérable venait du fait que rien, sur les taxes prélevées sur les habitants, et plus particulièrement sur les Syriens jacobites, n’était reversé à l’administration centrale de l’Empire ; à cela s’ajoutaient les trésors d’orfèvrerie constitués aux dépens des couvents jacobites45. Le surnom de Goł, « Voleur », donné au prince Vasil, n’est pas usurpé.

  • 46 Cf. C. J. Yarnley, Philaretos, Armenian Bandit or Byzantine General ?, REArm. N. S. 9, 1972, p. 33 (...)

16Fonctionnaires byzantins coupés de Constantinople, les Arméniens en poste sur la frontière orientale de l’Empire se muent souvent en seigneurs-brigands46.

3. La discontinuité des contacts avec Byzance

  • 47 Anonymi Auctoris, p. 40.
  • 48 J. B. Segal, Edessa, the blessed City, Oxford 1970, p. 22 et n. 2.

17T’oros attend la venue du Basileus pour lui remettre Édesse47 ; l’entente de Gabriel avec T’oros (son beau-frère) laisse à penser qu’il était dans les mêmes dispositions. Des inscriptions à Édesse, à la veille de la Croisade, évoquent la fin de la domination turque et mentionnent Alexis et Jean Commène (le père s’étant associé son fils)48.

18L’intervention du Basileus aux côtés du sultan de Nicée contre Malikshâh, sultan de Perse, après la victoire sur les Petchénègues (1091), a permis le rétablissement de certains contacts, mais de façon épisodique.

19Alors qu’on attendait le Basileus, ce sont les seigneurs francs qui interviennent en Orient.

IV.- LE « MIRAGE » OCCIDENTAL

1. La reconnaissance de l’autorité franque

20Les relations juridiques nouées avec les Francs de la Première Croisade, apparus aux yeux des chefs arméniens ou de leurs administrés comme les seuls sauveurs possibles, prennent diverses formes.

  • 49 Grousset, Croisades, 1, p. 54-61.
  • 50 Albert d’Aix, dans Recueil des Historiens des Croisades, Historiens occidentaux, 4, p. 526.
  • 51 Pseudo-Smbat, Chronique, éd. Akélian, Venise 1956, p. 122.

21T’oros qui voulait, conformément à l’habitude byzantine, seulement louer leurs services à titre de mercenaires (il y avait eu un tagma de Francs chez Philarète), est dramatiquement supplanté par le frère de Godefroy de Bouillon, Baudouin de Boulogne (qui le laisse assassiner en mars 1098, par une faction arménienne hostile)49, Gabriel prête hommage aux comtes d’Édesse selon les traditions juridiques des Francs50. Resté indépendant, Goł Vasil (comme T’oros pour Baudouin) adopte Bohémond d’Antioche en 1103, après avoir contribué à mettre fin à sa captivité chez les Dānishmendides51. Des mariages renforcent ces engagements.

2. L’alliance avec Bohémond, ennemi de l’Empire

  • 52 Anonymi Auctoris, p. 45.
  • 53 F. Chalandon, Alexis ier Commène, Paris 1900, p. 232-233 ; Grousset, Croisades, 1, p. 396-399.

22L’alliance avec les Normands, ennemis de Byzance en Italie du Sud comme en Syrie du Nord, consommait la rupture avec le Basileus : en 1100, Gabriel, promettant à Bohémond de Tarente, prince d’Antioche, la main de sa fille et la succession de Mélitène, l’appelle à son secours contre l’émir de Sivas52 ; en 1103, Goł Vasil fait agréer par son voisin dānishmendide pour la libération de Bohémond, nonobstant les propositions exorbitantes d’Alexis, la rançon levée chez les princes francs53, Bohémond est l’allié objectif des Arméniens de l’Euphratèse non seulement contre le Basileus, mais aussi contre le comte d’Édesse, Baudouin du Bourg.

3. Retour vers l’alliance byzantine

  • 54 Sur Aspiétès, cf. B. Skoulatos, Les personnages byzantins de l’Alexiade, Bruxelles 1980, p. 29-31.
  • 55 Matt’ēos Uṙhayec’i, texte, p. 308, trad., p. 266-267.

23Le cumul par Tancrède de Lecce, neveu de Bohémond, de la régence d’Antioche pendant le séjour du second en Occident (1104-1111) et de la régence d’Édesse (par l’intermédiaire de Richard du Principat) pendant la captivité de Baudouin du Bourg à Mossoul (1104-1108), représente une menace d’encerclement pour la principauté de Goł Vasil. Ce dernier obtient, en 1108, du stratopédarque Aspiétès (Aspet)54, installé en Cilicie, l’envoi d’un contingent de Petchénègues au service de Byzance, pour aider Baudouin à chasser les Antiochiens d’Édesse55.

  • 56 Id., texte, p. 318-320, trad., p. 276-279.

24À la différence de la dynastie concurrente, celle des Rubēniens, installés en Haute Cilicie et révoltés contre l’autorité byzantine dès 1111 (date de la prise du château byzantin de Kyzistra et du massacre des fils de Mandalès)56. Goł Vasil et ses successeurs vont voir dans le Basileus l’ultime recours, face aux usurpations des Francs.

V.- La désillusion (1108-1116)

1. L’irrédentisme byzantin

25Byzance considérait les territoires de l’Euphratèse (où Maraš était rentrée en sa possession, sous l’autorité du duc T’at’ul, un Arménien probablement chalcédonien, de 1097 à 1104), comme inaliénables.

26Le traité de Déabolis, imposé par Alexis Commène à Bohémond en 1108 et prévoyant, à mots couverts (menaces contre les Arméniens, concession à Bohémond de terres en Osrhoène), l’encerclement du territoire de Goł Vasil par l’intermédiaire des Francs devenus vassaux du Basileus, impliquait la récupération, directe ou indirecte, des principautés arméniennes.

  • 57 F. Chalandon, Jean II Commène et Manuel ier Commène, Paris 1912, p. 424-426.

27Le rachat par Manuel Commène de la partie occidentale du comté d’Édesse, en 1150 (même s’il ne resta qu’un an en possession des Grecs)57, témoigne des intentions politiques de l’Empire. Mieux valaient cependant les anciens maîtres, à nouveau puissants, dispensateurs de charges et d’honneurs, que les nouveaux, qui supprimaient sans compensations les pouvoirs arméniens.

2. L’annexion des principautés et seigneuries arméniennes par les Francs

  • 58 Albert d’Aix, p. 351.
  • 59 M. Canard, Bahram, EI2 1, Paris 1960.
  • 60 Id., Un vizir chrétien à l’époque fâtimite : l’Arménien Bahram, Annales de l’Institut d’Études Ori (...)
  • 61 Matt’eos, texte, p. 338, trad., p. 294.
  • 62 Id., ibid.
  • 63 Id., texte, p. 337, trad., p. 293.
  • 64 Grousset, Croisades, 1, p. 297.

28Vers 1100, Vahram Pahlawuni était chassé de Tell-Bashīr. C’est, sans doute, le même personnage que le nommé Fer que, selon les sources latines, Baudouin de Boulogne aurait chargé de commander à Tell-Bashīr58. Vahram alla se réfugier en Égypte, où son parent Grigor avait été consacré catholicos pour les Arméniens d’Égypte (en 1077 ou 1078), y fit une carrière militaire au service des califes fātimides et se vit confier, quoique chrétien, la charge de vizir qu’il exerça en 1135-113759. Lors de sa disgrâce, en 1137, une partie de sa famille regagna la région de l’Euphrate, où les Pahlawuni étaient toujours implantés60. Le signe précurseur de la catastrophe finale fut, en 1114, l’annexion de Kaṙkaṙ (sur l’Euphrate, à l’est de la principauté de Gol Vasil)61, dont le seigneur, Kostandin, avait jadis aidé Baudouin de Boulogne à s’emparer d’Édesse. À la même époque, Bagrat, frère de Gol Vasil, perdait ses terres, autour de Rāwandān, également occupées par Baudouin du Bourg62. En 1116, Vasil Tłay, fils adoptif et héritier de Gol Vasil, était emprisonné par le comte d’Édesse63. Vers 1112, Arda, nièce de Kostandin de Kaṙkaṙ, avait été répudiée par Baudouin Ier (Baudouin de Boulogne), roi de Jérusalem64 (qu’elle avait épousé dès 1098).

3. L’émigration nobiliaire à Constantinople

  • 65 Ibid., p. 298.
  • 66 Matt’ēos, texte, p. 337, trad., p. 293.
  • 67 Kinnamos, Chronique, Bonn, p. 199 ; trad. J. Rosenblum, Nice 1972 (Publications de la Faculté des (...)

29Arda, à la suite de ses parents, gagne la capitale de l’Empire65. Vasil Tłay, après un séjour en Cilicie, fait de même66. Les descendants de Gol Vasil (et de Vasil Tłay), sous le nom de Kokkovasileis, sont mentionnés parmi les princes arméniens de Cilicie vassaux de Manuel Commène auquel ils fournissent un contingent - contre les Turcs de Rūm - en 116067. Peut-être Vasil Tłay avait-il été installé en Cilicie en raison de son loyalisme après l’annexion de la principauté ubēnienne par Byzance en 1137.

  • 68 W. H. Rudt-Collenberg, The Rupenides, Hethumides and Lusignans, The structure of the armeno-cilici (...)
  • 69 Cf. Michel le Syrien, 3, p. 294. Kʽesun n’appartient pas à Mahuis qui est comte de Tluk’ (Cf. Pseu (...)
  • 70 Mattʽēos, texte, p. 396, trad., p. 331 ; Michel le Syrien, 3, p. 295.
  • 71 Michel le Syrien, 3, p. 294. Cf. aussi Mattʽēos, texte, p. 396, trad., p. 331.
  • 72 Voir en dernier lieu, sur ce personnage, L. G. Xacʽeryan, Grigor Magistros Pahlawuni (985-1058), s (...)
  • 73 Hellenkemper, Burgen, p. 51-52.

30Les Pahlawuni ont, quant à eux, plutôt émigré en terre d’Islam, comme Vahram de Tell-Bashīr ou Vasil de Karkar. Ce dernier bénéficie de la politique indigène de Josselin II de Courtenay, comte d’Édesse, surnommé Josselin « l’Arménien » dans les sources arabes (il avait pour mère Béatrice, sœur du prince ṙubēnien T’oros Ier)68, qui, après la perte définitive d’Édesse en 1146, revient fortement à la collaboration avec la noblesse arménienne dont les Pahlawuni sont alors les ultimes représentants dans la région du coude de l’Euphrate : Vasil, sur la rive occidentale, du fleuve, est maître, entre autres, des villes de Kʽesun et de Kaṙkaṙ69, et apparaît un peu comme l’héritier (vassal du comte d’Édesse) de Goł Vasil. Parti approvisionner Kaṙkaṙ assiégée par l’émir artukide Kara Arslān, dont l’autorité s’étendait sur la rive orientale de l’Euphrate, y compris la région arménienne de Xarberd, il dut se résigner à céder la place70. Il reçut en compensation, de son nouveau suzerain, et probablement sous la forme de l’iktā les places de Samahi et d’Abdahar71, dans le gawaṙ (canton) de Hanjitʽ On peut admirer ici la souplesse des Pahlawuni, déjà frottés au monde musulman en Grande Arménie par leur voisinage avec les émirs kurdes (de la dynastie des Shaddādides) de Dwin, maîtrisant parfaitement l’arabe et le grec, et capables de s’illustrer aussi bien au service de Byzance (Grigor Magistros, duc de Mésopotamie)72 que des puissances musulmanes (le vizir Bahrām). Le catholicos Grigor III Pahlawuni et son frère (et successeur) Nersēs Šnorhali, d’abord installés à Covkʽ, près de Tlukʽ, plus ou moins sous l’autorité flanque, vont acheter à la femme de Josselin II (captif à Alep) la place forte de HoromKlay (le « château des Romains ») située sur la rive occidentale de l’Euphrate, entre K ̒esun et al-Bīra73. Placés brièvement sous autorité byzantine lors de l’occupation des vestiges du comté d’Édesse par les Grecs, ils passent ensuite sous celle de la dynastie turque des Zengides. Ces princes-patriarches se maintiennent dans leur îlot chrétien, jusqu’à l’intervention des Mamlūks d’Égypte en 1292.

Les « pouvoirs » arméniens en Euphratèse entre 1090 et 1150.
(Fond de carte établi par Jean Khatchikian).

***

31En conclusion, on peut dire que, après l’éclatement de la principauté de Philarète, des princes arméniens du coude de l’Euphrate, pressés par les Turcs et acculés à échanger une indépendance de fait (tirant sa légitimité de l’Empire) contre une vassalité (au sens occidental) qu’ils interprétaient dans un sens peu contraignant, ont, dans un premier temps, accepté l’autorité des Francs.

32Les usurpations de ceux-ci ont rejeté la plupart d’entre eux vers l’Empire byzantin, de nouveau puissant sous les Commènes et dont l’orientation aristocratique, sinon féodale, était plus conforme aux traditions arméniennes.

33Il est significatif des choix opérés antérieurement que, vers le milieu du xiie s., la dynastie des Rubēniens, alliée indispensable aux Francs, est à la tête d’une principauté indépendante en Cilicie, tandis que les descendants de : Goł Vasil, rejetés par les comtes d’Édesse, sont les fidèles serviteurs des Basileis, et que les Pahlawuni, fieffés en terre d’Islam, vont, au plan religieux au moins, entretenir des relations suivies avec Constantinople.

Notes

1 Sur ces dénominations, cf. R. Grousset, Histoire des Croisades, 1, Paris 1934, rééd. (J. Richard) 1991, p. 49 (cité Grousset, Croisades) et Cl. Mutafian, La Cilicie au carrefour des Empires, 1, Paris 1988, p. 18-19.

2 Τ’. Hakobyan, Malat’ya Encyclopédie Arménienne Soviétique (= EAS) 7, Erévan 1981, p. 145.

3 Michel le Syrien, Chronique, trad. J. B. Chabot, 3 vol., Paris 1899-1910, 1, p. 482.

4 Cf. notre article, Mleh le Grand, stratège de Lykandos, REArm. N. S. 15, 1981, p. 95.

5 G. Dagron, Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe et au xie s. : l’immigration syrienne, Tr. Mém. 6, Recherches sur le xie s., 1976, p. 187.

6 N. Oikonomidès, L’organisation de la frontière orientale de Byzance aux xe-xie s. et le Taktikon de l’Escorial, Actes du XIVe Congrès Intern. des Études Byzantines 1, Bucarest 1974, p. 290 (= Documents et études sur les institutions de Byzance (xiie-xve s), Londres 1976, XIV).

7 Dagron, Minorités, cité supra n. 5, p. 193.

8 G. Tirac’Yan, Commagène, EAS 5, 1979, p. 543.

9 Ibid., p. 544.

10 Oikonomidès, Frontière orientale (cité supra n. 6), p. 289.

11 Ibid., p. 289, n. 28 et H. Hellenkemper, Burgen der Kreuzritterzeit in der Grafschaft Edessa und im Königreich Kleinarmenien, Bonn 1976, p. 75 (cité Hellenkemper, Burgen).

12 Yahyā d’Antioche, dans P.O., t. xxiii, fasc. 3, II, p. 405-406.

13 Osrhoène, EAS 12, 1986, p. 570.

14 W. FELIX, Byzanz und die islamische Welt im früheren II. Jahrhundert, Vienne 1981 (Byzantina Vindobonensia 14), p. 128 (cité Felix, Byzanz).

15 G. Ostrogorsky, Histoire de l’État byzantin2, Paris 1976, p. 346.

16 H. Bart’ikyan, Edesse, EAS 3, 1977, p. 484.

17 Ibid.

18 M. Canard, Histoire de la dynastie des H’amdanides de Jazîra et de Syrie, Alger 1951, p. 231.

19 Felix, Byzanz, p. 87, n. 136.

20 J.-Cl. Cheynet, J.-Fr. Vannier, Études prosopographiques, Paris 1986 (Byzantina Sorbonensia 5), p. 67.

21 Grousset, Croisades, 1, p. XLI.

22 Hellenkemper, Burgen, p. 66.

23 Ibid., p. 68.

24 E. Honigmann, Die Ostgrenze des byzantinischen Reiches von 363 bis 1071, Bruxelles 1935, p. 143.

25 J. Laurent, Études d’histoire arménienne, Louvain 1971 (Bibliothèque Arménienne de la Fondation Calouste Gulbenkian), p. 81.

26 Ibid., p. 82.

27 Ibid., p. 86-87.

28 Ibid., p. 89.

29 Ibid.

30 Éd. de Vałaršapat, 1898, p. 217, trad. E. Dulaurier, Chronique de Matthieu d’Edesse, Paris 1858, p. 182.

31 Ibid.

32 F. Tournebize, Histoire politique et religieuse de l’Arménie, Paris 1910, p. 166.

33 Felix, Byzanz, Carte. Sur la division, chez les chefs arméniens au service de Byzance, entre partisans du feu Romain IV Diogène et partisans de Michel VII Doukas, cf. J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris 1990 (Byzantina Sorbonensia 9), p. 396-402

34 Tournebize, Histoire, cité supra n. 32, p. 166-167.

35 Ibid.

36 Cheynet, Vannier, Études, cité supra n. 20, p. 70.

37 Ibid., p. 72.

38 V. Arutjunova-Fidanjan, Sur le problème des provinces byzantines orientales, REArm. N. S. 14, 1980, p. 157-170.

39 Cheynet, Pouvoir et contestations, cité supra n. 33, p. 399 et n. 104.

40 A. P. Každan, Les Arméniens dans l’aristocratie byzantine aux xie-xiie s. (en russe). Erévan 1975, p. 128-129.

41 Ibid., p. 42-43.

42 Cf. Laurent, Études, cité supra n. 25, p. 91-106.

43 Anonymi Auctoris Chronicon ad A.C. 1234 pertinens, t. II, trad. A. Abouna, commentaire J. M. Fiey, Louvain 1974 (CSCO), p. 38.

44 Michel le Syrien, 3, p. 180.

45 Cf. G. Dédéyan, Argent et pouvoir chez les princes arméniens de l’Euphratèse, à paraître dans Mélanges Hélène Ahrweiler.

46 Cf. C. J. Yarnley, Philaretos, Armenian Bandit or Byzantine General ?, REArm. N. S. 9, 1972, p. 331-353.

47 Anonymi Auctoris, p. 40.

48 J. B. Segal, Edessa, the blessed City, Oxford 1970, p. 22 et n. 2.

49 Grousset, Croisades, 1, p. 54-61.

50 Albert d’Aix, dans Recueil des Historiens des Croisades, Historiens occidentaux, 4, p. 526.

51 Pseudo-Smbat, Chronique, éd. Akélian, Venise 1956, p. 122.

52 Anonymi Auctoris, p. 45.

53 F. Chalandon, Alexis ier Commène, Paris 1900, p. 232-233 ; Grousset, Croisades, 1, p. 396-399.

54 Sur Aspiétès, cf. B. Skoulatos, Les personnages byzantins de l’Alexiade, Bruxelles 1980, p. 29-31.

55 Matt’ēos Uṙhayec’i, texte, p. 308, trad., p. 266-267.

56 Id., texte, p. 318-320, trad., p. 276-279.

57 F. Chalandon, Jean II Commène et Manuel ier Commène, Paris 1912, p. 424-426.

58 Albert d’Aix, p. 351.

59 M. Canard, Bahram, EI2 1, Paris 1960.

60 Id., Un vizir chrétien à l’époque fâtimite : l’Arménien Bahram, Annales de l’Institut d’Études Orientales de la Faculté des Lettres d’Alger 12, 1954, p. 109 (= Miscellanea Orientalia, Londres 1973, VI).

61 Matt’eos, texte, p. 338, trad., p. 294.

62 Id., ibid.

63 Id., texte, p. 337, trad., p. 293.

64 Grousset, Croisades, 1, p. 297.

65 Ibid., p. 298.

66 Matt’ēos, texte, p. 337, trad., p. 293.

67 Kinnamos, Chronique, Bonn, p. 199 ; trad. J. Rosenblum, Nice 1972 (Publications de la Faculté des Lettres et Sciences de Nice), p. 133.

68 W. H. Rudt-Collenberg, The Rupenides, Hethumides and Lusignans, The structure of the armeno-cilician dynasties, Paris 1963, (Bibliothèque Historique de la Fondation Calouste Gulbenkian), Tableau « The Rupenides ».

69 Cf. Michel le Syrien, 3, p. 294. Kʽesun n’appartient pas à Mahuis qui est comte de Tluk’ (Cf. Pseudo-Smbat, Venise, p. 154).

70 Mattʽēos, texte, p. 396, trad., p. 331 ; Michel le Syrien, 3, p. 295.

71 Michel le Syrien, 3, p. 294. Cf. aussi Mattʽēos, texte, p. 396, trad., p. 331.

72 Voir en dernier lieu, sur ce personnage, L. G. Xacʽeryan, Grigor Magistros Pahlawuni (985-1058), sa vie et son activité (en arménien), Los Angeles 1987.

73 Hellenkemper, Burgen, p. 51-52.

Notes de fin

1 Nous avons repris ce problème dans notre thèse de Doctorat d’État Les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1144), 4 vol. dactylographiés, Université de Paris I, 1990 (à paraître), vol. 4, Les princes arméniens de l’Euphratèse. Les aspects institutionnels et les données sigillographiques ont été principalement étudiés par J.-Cl. Cheynet dans l’ouvrage cité n. 39 et dans différents articles et études (en particulier celle de ce recueil).

Table des illustrations

Légende Les « pouvoirs » arméniens en Euphratèse entre 1090 et 1150.(Fond de carte établi par Jean Khatchikian).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540