Version classiqueVersion mobile

L’idée de révolution : quelle place lui faire au XXIe siècle ?

 | 
Olivier Bloch

Troisième partie. Le concept et la réalité présent et avenir

Idée de révolution et théories économiques

Suzanne de Brunhoff

Texte intégral

1. ORIENTATION DE L’ÉTUDE

1Sur l’idée de révolution politique et sociale, on interroge ici quelques théoriciens d’écoles différentes : économie politique classique (Adam Smith), néoclassique (Walras), Marx et Keynes, dont le seul trait commun est d’introduire une rupture dans la conception des rapports entre agents économiques et société. Tous sont contemporains du capitalisme en ses différentes époques, du xviiie siècle au xxe siècle. Leurs idées animent encore des discussions en ce début de xxie siècle. Ce retour sur l’histoire des idées tient à la particularité de la théorie économique du capitalisme par rapport aux « sciences de la nature » qui lui servent souvent de référence.

2L’avènement d’un état économique spécifique des sociétés modernes a été conçu, par les économistes classiques, comme le couronnement d’une évolution des sociétés humaines : de la tribu barbare à l’esclavage, puis au servage, et enfin au travail salarié d’hommes devenus libres de se louer au capital dans l’économie des nations les plus civilisées et les plus riches. C’est avec An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations qu’en 1776 Adam Smith inaugure l’étude de ce qui sera plus tard, vers le milieu du xixe siècle, appelé par quelques auteurs le capitalisme. L’émergence de l’économie politique comme science va alors coïncider avec l’idée qu’il y a des lois économiques quantifiables, et désormais intangibles. Pour les économistes, disait Marx, « il y a eu de l’histoire, mais il n’y en a plus ».

3Cependant la société économique « civilisée » occupe un espace singulier, même si les lois de son fonctionnement sont abstraites, elle est ancrée sur des territoires de nations/États. Les économistes classiques se préoccupent du rôle du politique par rapport à celui des agents économiques. Le premier néoclassique, Walras, distingue, en 1874, « l’économie pure », science mathématisée universelle, de « l’économie appliquée », qui concerne les rapports des hommes entre eux dans le cadre d’un État. Le noyau rationnel de l’action économique prend ainsi un double caractère : aussi naturel que la loi de la pesanteur, et normatif par rapport à toute action politique dont il faut préciser les enjeux et les règles spécifiques par rapport aux contraintes de l’économie. Car « on ne commande à la nature qu’en lui obéissant ».

4Les théories économiques qui ont revendiqué un statut semblable à celui des sciences de la nature se conçoivent elles-mêmes comme différentes des autres « sciences de la société ». Dans leur perspective naturaliste, l’idée d’une révolution politique et sociale qui changerait les règles du jeu est incongrue. Elle ne peut signifier que la rupture contingente et illégitime d’un système économique autorégulé qui a ses propres normes de fonctionnement. C’est un ordre naturel auquel doit être adapté l’ordre politique. L’inverse, modeler l’économie selon un plan ou un programme, est impensable. Une révolution de la formation et de la distribution des richesses et des revenus ne ferait qu’introduire de l’arbitraire et du désordre, qui seraient sanctionnés par la ruine de l’économie et de la société.

5Le libéralisme économique a partie liée avec l’idée d’un « état de nature » économique, quelle que soit la définition de celui-ci. C’est pourquoi, aujourd’hui encore, la « main invisible », qui selon Adam Smith coordonne les activités économiques, est restée une référence pour apprécier les interventions de l’État selon leurs coûts pour l’économie privée. Mais il en résulte des modifications institutionnelles, des réformes, des discussions, toute une « agitation » au sens où Raymond Aron disait que les sociétés modernes sont « agitées ». L’histoire de la fiscalité, ou celle de l’« État-providence » (Welfare State) en sont une illustration. Comment concilier l’idée des économistes dominants, selon laquelle la répartition de la richesse et des revenus est une donnée naturelle, avec celle de la redistribution opérée par les impôts et les dépenses publiques ? Et comment légitimer le rôle de l’État tout en restant au plus près des normes de fonctionnement d’une économie où seuls la liberté d’entreprendre, la propriété privée et le droit des contrats sont inhérents à la société civile ? Pour l’exécution de ses lois, l’État prélève des ressources économiques et s’approprie une partie des biens disponibles. Il émet des réglementations contraignantes qui limitent les libertés individuelles. Ses employés sont rémunérés alors qu’ils ne font pas un travail dont les résultats puissent être quantifiés par des prix de marché. L’arbitraire public risque de fausser le jeu naturel de la « main invisible » qui règle l’ordre économique. Pour le tempérer, il faut l’identifier, et distinguer le rôle indispensable de l’État de ses interventions nuisibles pour l’économie.

6C’est en ce sens qu’un réformisme politique, qui inclut les contre-réformes, accompagne le naturalisme dans les conceptions des économistes dominants : étant donné un système économique autorégulé, quelles sont les règles qui légitiment le rôle de l’État ? Les économistes libéraux aux xviiie et xixe siècles se sont vus comme des conseillers scientifiques des princes avant qu’on ne parle au xxe siècle de politique économique ou monétaire fondée sur l’expertise de corps spécialisés. L’histoire des réformes/contre-réformes échappe à la logique naturaliste attribuée aux agents économiques, tout en coexistant avec elle. On verra en quoi Marx et Keynes, chacun de façon très différente, ont introduit une autre idée du rapport entre économie et politique, ou « nature » et institutions.

7Cet examen est limité aux effets du naturalisme de quelques économistes sur leurs conceptions politiques, et leur idée de la révolution. Il diffère d’autres recherches sur le même sujet, notamment celles de Philip Mirowski (2001) dont le propos est beaucoup plus vaste. Son étude traque impitoyablement les métaphores empruntées par toutes les théories économiques à la physique, leur modèle de rationalité scientifique. Il en montre les impasses théoriques. Mais il ne tient pas compte de ce qui fait aussi problème, la formation des concepts de l’économie théorique comme savoir spécialisé d’une activité particulière, qui a émergé et grandi avec le capitalisme. Commercer, comptabiliser, produire, consommer, s’enrichir ou faire faillite, ces pratiques ont changé de signification en devenant l’objet d’analyses de leur complémentarité dans un ensemble de relations ayant une structure spécifique : la production et la circulation des richesses dans un espace politique perçu comme le territoire national d’un État souverain.

8Ici l’on considère que les métaphores naturalistes utilisées par les économistes se situent dans « l’esprit du temps » : l’importance de l’essor des « sciences naturelles » depuis le xvie siècle, mais aussi la recherche d’un nouveau statut des individus (liberté, propriété privée) conçus comme acteurs économiques ayant des rôles à la fois différents et complémentaires. L’économie émerge comme objet d’un savoir particulier dans une société qui est perçue comme créatrice de science et de richesse selon sa propre finalité et par ses propres moyens. C’est cette idée qui va nourrir le naturalisme des économistes classiques et néoclassiques, et qui sera transformée par Marx et Keynes.

2. ANALYSES ÉCONOMIQUES ET CONSEILS AUX GOUVERNEMENTS CHEZ LES ÉCONOMISTES CLASSIQUES

9Beaucoup d’économistes qui, aux xixe et xxe siècles, se réfèrent à la « main invisible », qui selon A. Smith règle l’activité économique des hommes, négligent sa théorie du travail créateur de la valeur d’échange des biens. Les théoriciens néoclassiques comme Walras louent sa conception du marché qui coordonne les activités économiques individuelles. On se limite ici à l’examen de ce qui relève, chez cet économiste classique anglais, de la relation entre naturalisme et réformisme.

10L’État, selon Adam Smith, doit agir au plus près de l’ordre naturel de la production et des échanges, ainsi que de celui de la distribution des richesses de la nation entre les différents groupes de la société. Ses dépenses et ses recettes sont examinées longuement dans son livre de 1776. Il en va de même dans le principal ouvrage de David Ricardo qui a pour titre The Principles of Political Economy and Taxation (lre éd. 1817).

11Pour A. Smith le travail (labour) est la source des richesses, et la plus grande amélioration de (s)a « puissance productive » tient à la division du travail entre les individus qui produisent et échangent toutes les marchandises « nécessaires et commodes » consommées annuellement dans la nation. Du fait de cette division, « chaque homme devient en quelque sorte un marchand », y compris le travailleur salarié qui vend son travail à un employeur. Alors que chacun produit et échange dans son propre intérêt, la coordination de tous n’est pas organisée par quelque sage projet de la volonté humaine : elle se fait par le marché, qui réalise la complémentarité des intérêts individuels.

12Chacun étant naturellement possesseur d’un bien – le travail, la terre, le capital-, la distribution des revenus entre les classes sociales en découle : salaires des ouvriers, rente des propriétaires fonciers, profits des capitalistes. Ces groupes économiques complémentaires ont des intérêts économiques différents, voire opposés, quand leurs revenus se modifient indûment. Ainsi quand les salaires augmentent par rapport aux profits sous l’effet d’une hausse des prix des biens de consommation, cela perturbe la distribution normale du revenu national et affecte l’augmentation de celui-ci en décourageant les capitalistes. Si ce sont les impôts qui ont provoqué la hausse des prix des biens-salaires indispensables (necessities), il convient de modifier la fiscalité.

  • 1 A. Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1re éd. 1776), trad. (...)

13Certains problèmes de la vie en société nécessitent l’autorité d’un État pour assurer la stabilité de l’ordre économique naturel. Les êtres humains ont tous des passions comme l’envie ou le désir de s’enrichir sans travailler, qui peuvent conduire certains à une mise en cause illégitime de la distribution normale des richesses et des revenus, et perturber l’augmentation du revenu de tous. L’État, dit Adam Smith, doit briser dans l’œuf toute contestation qui risque de dégénérer en rupture de l’ordre social. « Lorsqu’un léger tumulte est capable d’entraîner en peu d’instants une grande révolution, il faut alors mettre en mouvement le gouvernement pour étouffer et punir le moindre murmure, la moindre plainte qui s’élève contre lui. » L’armée sert de police1.

  • 2 Ibid., p. 329.

14C’est un État fort contre tout risque de révolution qui accompagne ici le libéralisme économique. Cela suppose, pour Adam Smith, que l’armée soit bien tenue en main par le souverain et les aristocrates, « c’est-à-dire par ceux qui ont le plus grand intérêt au maintien de l’autorité civile, dont ils détiennent la plus grande part2 ». Un coup d’État comme celui de Cromwell qui avait utilisé les troupes régulières pour chasser le Parlement anglais en 1640 est à exclure, et l’ère des révolutions violentes du xviie siècle doit être close. Outre l’armée, la marine de guerre est aussi indispensable pour assurer la protection de la nation anglaise, étendue aux territoires acquis par les différentes colonisations.

15Il faut cependant distinguer un autre corps de l’État, tout aussi indispensable, pour assurer l’ordre libéral : celui des juges, dont une partie doit être appointée sur fonds publics. Ils doivent faire respecter les lois qui protègent la liberté de chaque individu contre l’injustice et l’oppression, et la propriété privée de chacun contre tous les prédateurs, riches ou pauvres. Leur corps de fonctionnaires civils doit être indépendant du pouvoir exécutif.

16Ces tâches légitimes de l’État moderne mobilisent du travail improductif (militaires, fonctionnaires), qui absorbe des richesses – les marchandises produites par le travail productif –, au lieu d’en créer. Il faut réduire les dépenses étatiques à celles qui sont indispensables (armée, flotte de guerre, juges) ; confier à des compagnies privées certaines tâches d’intérêt commun (entretien des routes ou des ports). L’instruction populaire est, selon A. Smith, un bien public au même titre que la sécurité extérieure et intérieure, et la justice. Savoir lire, écrire, compter, fait partie des biens indispensables qui ne relèvent pas de la main invisible des marchés. L’État doit rendre l’instruction obligatoire, et en assurer la gratuité pour ceux qui ne peuvent accéder aux écoles privées payantes.

  • 3 Ibid., t. 1, p. 86-89.

17Le traitement de la pauvreté populaire par l’assistance publique selon les Poor Laws se pratique depuis le xviie siècle en Angleterre. Ces lois ont sans cesse été discutées et réformées jusqu’à leur abolition dans la seconde moitié du xixe siècle. La conception de la pauvreté et de ses causes n’a jamais disparu de l’idéologie libérale. « Les pauvres » sont pour l’économie une charge sans contrepartie. La distribution de la richesse et des revenus est une donnée qui ne doit pas être altérée de façon artificielle par l’assistance publique aux pauvres qui ne travaillent pas. Selon A. Smith, « dans les nations civilisées et en progrès, le produit du travail est si abondant que l’ouvrier, même de la classe la plus basse et la plus pauvre, s’il est sobre et laborieux, peut jouir, en choses propres aux besoins et aux aisances de la vie, d’une part bien plus grande que celle qu’aucun sauvage ne pourrait jamais se procurer3 ». Le risque de chômage est régulé par la loi de l’offre et de la demande de travail. Mais les travailleurs sont individuellement responsables du bon usage de leur capacité de travailler. Ils ne doivent pas s’associer pour obtenir quelque avantage artificiel.

  • 4 Ibid., p. 91.

18Les trois classes productives forment la société civile où les rapports entre individus relèvent du seul droit des contrats. Ainsi Ricardo insiste sur l’idée qu’il ne doit pas y avoir de régulation des salaires par la loi : « Comme tous les autres contrats, les salaires devraient être laissés à la franche et libre concurrence du marché et ils ne devraient jamais être contrôlés par l’intervention de la législation4. » Quant à l’assistance légale, Ricardo, comme Malthus, s’élève contre le principe même des Poor Laws et il demande leur abrogation progressive. L’assistance aux indigents relève d’une mauvaise politique. Elle coûte très cher au pays, même si elle est heureusement confiée aux paroisses qui veillent de près à leurs dépenses. Les Poor Laws ont un effet intrinsèquement pervers sur l’économie de la nation : « Le principe de la gravitation n’est pas plus certain que la tendance de ces lois à changer puissance et richesse en pauvreté et faiblesse. » Au lieu de diminuer le nombre des pauvres, l’assistance l’augmente en maintenant les individus dans la dépendance de la charité et la passivité. C’est le nombre des pauvres restant hors du marché du travail que l’État devrait réduire par une loi contre « leurs mariages prématurés er imprévoyants ».

19La répartition de la charge fiscale entre les trois grandes classes d’agents économiques est longuement discutée, par A. Smith et D. Ricardo, dans leurs textes théoriques fondamentaux. Elle doit respecter les conditions de l’enrichissement des nations. Ainsi il ne devrait pas y avoir d’impôt direct sur les salaires, ou sur le travail, précise Ricardo après Smith, car cet impôt ferait monter le coût du travail, et serait payé sur le profit du capital. Adam Smith propose de lui substituer l’impôt indirect sur les biens de consommation, mais en distinguant les dépenses en biens-salaires incompressibles, qui devraient être détaxées, de celles en biens de « luxe » par rapport à la condition ouvrière, comme le tabac ou la bière, qui sont à taxer. Pour Ricardo, tout impôt altère l’accumulation du capital et doit être réduit autant que possible.

20Au plan des relations économiques entre nations « civilisées », Ricardo raisonne en termes de troc quand il préconise de fonder les échanges commerciaux sur les « avantages comparatifs », ou réduction des coûts en travail de la production des marchandises dans chaque pays. L’Écosse ou l’Angleterre ne devraient pas produire à grands frais du vin, mais se spécialiser dans la fabrication et l’exportation de drap. Ce serait l’inverse pour leur partenaire commercial, ici le Portugal, qui exporterait son vin en Grande-Bretagne et en importerait du drap anglais. Cette doctrine libérale, issue de l’idée de la « main invisible » qui coordonne au mieux la division du travail, s’applique d’une autre façon à la question des colonies dans des pays encore « sauvages », sans États ni droit de propriété de la terre, devenus territoires anglais grâce à la maîtrise des mers par la flotte anglaise et à la civilisation promue par les colons. L’expansion impériale, quoique coûteuse, est un aspect de la légitimation de l’État telle que la conçoit le libéralisme économique.

21Marx a crédité les économistes classiques de la découverte de la valeur-travail, et du rapport entre salaire et profit capitalistes. Cependant ceux-ci, notamment Adam Smith, ont aussi été l’objet d’une lecture différente qui critique leur conception d’un ordre économique « naturel » et leur réformisme libéral, tout en transformant la notion de valeur et celle d’agent économique.

3. CHANGEMENTS DU CAPITALISME ET DE L’ANALYSE ÉCONOMIQUE DOMINANTE DANS LA SECONDE MOITIÉ DU XIXe SIECLE. WALRAS ET LES NEOCLASSIQUES

22Après 1850, et l’échec des révolutions européennes de 1848, dans les pays capitalistes, la situation sociale et politique s’est modifiée par rapport à la fin du xviiie siècle et à la première moitié du xixe siècle. Des réformes de la condition ouvrière se développent dans plusieurs pays industrialisés. Droit de s’associer pour les ouvriers, droit de grève, droit de vote. Premières mesures de sécurité sociale. Peu à peu le principe de l’assurance des travailleurs se substitue à celui de l’assistance aux pauvres. Cependant les idées socialistes se diffusent chez les ouvriers, en Angleterre sous la forme particulière du travaillisme, en Allemagne avec la formation d’un parti social-démocrate.

  • 5 É. Hobsbawm, L’ère du Capital, 1848-1875, trad. É. Diacon, Paris, Fayard, 1978, p. 55.

23De façon paradoxale, c’est au cours de cette période où la classe ouvrière s’organise et acquiert de nouveaux droits, que la théorie classique de la valeur-travail disparaît des théories dominantes, à l’exception de l’important courant marxiste. Selon Hobsbawm5, dans le nouveau contexte du capitalisme européen entre 1848 et 1875, et malgré la création de la Première Internationale avec le soutien de Marx et d’Engels, le projet d’une révolution sociale a disparu, même dans les programmes socialistes européens. « En bref, la politique se réveilla durant une période d’expansion, mais ce n’était plus désormais une politique orientée vers la révolution. »

24Pendant toute la période 1870-1913, dans les pays capitalistes développés, les politiques économiques libérales sont dominantes, et favorisent les mouvements internationaux de capital ainsi que la concentration financière. Elles s’accompagnent de tensions croissantes entre expansionnismes impériaux concurrents. Cependant les ouvriers qui accèdent à de nouveaux droits sont davantage intégrés dans la nation, même si l’on redoute encore les « classes dangereuses ». L’essor des statistiques et des comptabilités nationales permet de classer les agents économiques en catégories différentes, selon leurs activités et leurs revenus. Cela représente un nouveau mode d’insertion administrative des travailleurs salariés dans l’État comme élément d’un ensemble économique national. L’espace du réformisme est celui de l’État-nation, ce qui affecte les idées et les objectifs des organisions ouvrières. Réformes sans révolution : le débat traverse en particulier le parti social-démocrate allemand et les syndicats français.

  • 6 L. Walras, Éléments d’économie politique pure (1900, 4e éd), Paris, LGDJ, 1952, p. 3-12 (préface).

25C’est dans ce nouveau contexte que Léon Walras est apparu comme un des premiers théoriciens néoclassiques, en rupture avec les économistes classiques. Dans ses Éléments d’économie politique pure ou théorie de la richesse sociale (1874), Walras s’est attaché, dit-il plus tard6, à fonder scientifiquement l’action de la « main invisible » à laquelle se référait Adam Smith. Il a aussi voulu donner une nouvelle légitimité théorique au libéralisme économique que les économistes de son temps opposent sans discussion aux socialistes, notamment à Proudhon. Lui-même se dit « socialiste scientifique » : la théorie pure doit être développée pour elle-même, mais les réformes qui concernent l'équité de la répartition des revenus doivent être l’objet de l’économie appliquée.

  • 7 Ibid., p. 21-23.

26Les définitions de la richesse sociale et de l’agent économique se modifient profondément. Pourtant, comme chez Adam Smith et Ricardo, selon Walras chaque individu agit dans son propre intérêt. Mais l’objet de l’économie scientifique n’est plus le même : il ne s’agit pas de déterminer les conditions de la croissance du produit national des pays riches, ni celles de la répartition des revenus entre catégories sociales ayant des fonctions et des intérêts économiques différents. Ces questions relèvent de la science appliquée, soit à l'industrie, soit à l’éthique. En revanche, l’analyse théorique « pure », mathématique (équations différentielles), a pour objet les relations d’équilibre des marchés où les prix relatifs (non monétaires) des biens expriment les choix opérés par les échanges entre agents économiques individuels. Ces agents sont rationnels, c’est-à-dire parfaitement informés, et en concurrence parfaite les uns avec les autres. Les prix de marché sont le cœur des relations économiques générales, interindividuelles, les meilleures possible. Selon la « révolution marginaliste » opérée par plusieurs économistes dans les années 1870, c’est la rareté relative des biens dont futilité diminue quand leur quantité augmente qui en fait la valeur d’échange. Pour Walras, cela conditionne l’action économique normale des individus : « Chacun s’approprie les choses utiles limitées en quantité adéquate7. » Ainsi est fondé un « état de nature » des relations économiques d’échange. Et le caractère rationnel de l’échange des biens selon leurs prix relatifs, qui constitue la trame d’un équilibre général de marché. L’appareil mathématique, déjà appliqué avant Walras aux relations de l’offre et de la demande, devient le gage du caractère rationnel de la nouvelle théorie économique pure, qui se donne le même statut que les « sciences de la nature ».

27Ces idées se sont développées après 1850, et différentes versions de la théorie néoclassique sont devenues dominantes jusqu’à la fin du xxe siècle. Elles reposent sur un nouveau naturalisme qui a pour objet principal les choix rationnels des individus ayant à gérer au mieux, sous la contrainte initiale de leur budget, la rareté relative (utilité) des biens offerts et demandés sur les marchés. L’équilibre général des prix relatifs des biens, dans cet « état de nature », ne peut jamais être l’effet d’un projet global, ni de l’activisme de groupes sociaux. L’analyse « scientifique » a ici pour seul objet les règles de l’ajustement des choix économiques individuels par le mécanisme des marchés.

  • 8 Ibid., p. 419-420.

28La création de la valeur économique des biens cesse d’être attribuée au travail productif. Walras critique l’« école anglaise » : « Le travail n’est pas spécifique par rapport aux autres services de production » rendus par la terre et par le capital. Et le salaire est un prix du même ordre que les fermages, et que l’intérêt du capital, substitué au profit par Walras8. Tous les individus ont à faire des choix, selon un calcul de coût par rapport au rendement escompté. La spécificité du travail salarié et celle de la « classe laborieuse » sortent de la théorie économique dominante et n'y reviendront pas dans les modèles néoclassiques ultérieurs.

29Selon ce nouveau naturalisme, les agents économiques ont tous une dotation initiale (endowment) en capacité de travail ou en autres biens (argent, équipements productifs) et ils en calculent l’utilité marginale par rapport au coût marginal de leur activité d’échangistes. Le salaire n’est qu’un des moyens d’accès à l’acquisition de biens. Ceci a introduit l’idée du « chômage volontaire », qui s’est développée ultérieurement, avec les premières assurances chômage. L’individu en possession d’une capacité de travailler pourrait en choisir l’usage et arbitrer entre loisir et emploi. Il y est d’autant plus incité que l’assurance chômage lui permet d’accéder à la consommation. Les chômeurs sont ainsi individuellement responsables de leur propre chômage. La catégorie du « chômage » est aussi difficile à intégrer dans les conceptions économiques néoclassiques que chez les économistes classiques, quand elle ne peut pas indiquer un déséquilibre ou une crise de la coordination naturelle des activités économiques. L’individu est responsable de son propre chômage soit quand il est paresseux ou dissipé (conception classique), soit parce qu’il choisit le loisir plutôt que le travail (néoclassiques).

30L’abstraction du choix économique individuel est aussi ce qui donne un caractère universel à la nouvelle théorie, applicable à tous les agents et à tout système vraiment économique, c’est-à-dire « performant ». Et à toutes les nations qui sont modernes ou peuvent l’être. Les tensions impériales ne sont pas objet de science, mais l’idéologie néolibérale peut fonder une mission civilisatrice mondiale soutenue, si c’est nécessaire, par des actions militaires. L’allocation rationnelle des ressources opérée par les marchés, ou les prix, devrait s’imposer partout. « La science des prix est physico-mathématique. » Pourquoi ne serait-elle pas applicable à l’échelle du monde, comme les lois de la gravitation ?

31Sur le rôle économique de l’État, Walras reprend, dans sa théorie pure, le libéralisme des auteurs classiques : « L’État ne doit “rien produire, et rien tarifer”. » Il rend des services collectifs « vendus à perte ou gratuits » : maintien de l’ordre, sécurité, justice, défense nationale, qui sont indispensables mais ne relèvent pas des marchés. Leur financement par la fiscalité, inévitable, doit être examiné en relation avec son rôle spécifique : si l’État prélève des ressources rares pour rendre des services collectifs sans limites économiques rationnelles, il faut juger l’activité publique par rapport à ses coûts et son rendement escomptés. Mais l’activité publique n’est pas pour autant définissable en termes de rationalité économique naturelle des agents individuels. En revanche, la notion d’éthique est introduite pour discuter certaines formes de redistribution des revenus sous l’égide de l’État ou d’associations de la société civile, sans toucher au droit de la propriété privée. Le respect de ce droit, qui inclut la protection des biens et des individus, donne lieu à un considérable développement de l'assurance privée à la fin du xixe siècle, alors que se développaient les premières assurances sociales évoquées plus haut.

32Les services publics (eau, électricité, poste, transports) sont laissés hors du champ théorique de l’économie néoclassique. Ils ne sont pas échangeables entre individus selon des prix de marché ni définissables par des préférences collectives qui s’exprimeraient dans un vote politique majoritaire. Leur privatisation dépend de choix politiques concernant les responsabilités qui incombent à l’État. Il en va de même pour la recherche d’un optimum de la fiscalité comme prélèvement contraint pour financer les dépenses publiques, et du financement public des mesures concernant les assurances sociales. Le dispositif public et social est alors l’objet d’incessantes réformes et contre-réformes de caractère pragmatique, selon un rapport de force politique exprimant des intérêts différents, qui ne peuvent avoir une expression théorique.

33La théorie néoclassique a gardé un caractère normatif aussi important que celui qu’a eu l’économie politique classique. L’individualisme rationnel de l'homo œconomicus est à l’abri de la psychologie, de la sociologie, de la politique, de l’histoire. Le social et le politique doivent s’adapter aux exigences de la rationalité économique des choix individuels. L’initiative économique est le fait des individus libres, responsables d’eux-mêmes, tous propriétaires de dotations initiales inaliénables.

34Non seulement l’idée d’une révolution sociale et politique est impensable dans ce cadre de référence, mais celle de réformes publiques l’est aussi. En revanche, l’attribution du rôle économique central aux échanges de marché entre individus rationnels peut devenir un soutien idéologique pour des contre-réformes libérales, comme c’est le cas depuis les années 1980.

4. MARX ET KEYNES : RUPTURE AVEC LE NATURALISME DES ÉCONOMISTES

35Les conceptions de Marx et de Keynes diffèrent profondément de celles des économistes classiques et néoclassiques, en qui concerne le naturalisme économique. Ces deux auteurs sont certes radicalement différents l’un de l’autre, qu’il s’agisse de la théorie de la valeur, du profit, des classes sociales. Mais pour l’un et l’autre le capitalisme est instable, les groupes d’agents économiques ont des intérêts et des comportements différents, et les changements du système sont une question politique centrale.

361) Marx a crédité les grands théoriciens de l’économie politique classique, A. Smith et Ricardo, de leur mise en lumière du travail comme créateur de la valeur économique, tout en critiquant leur naturalisme : ils ont analysé la société capitaliste comme un état de nature, et non comme un mode de production historique ayant ses propres contradictions, et susceptible d’être remplacé par un autre, socialiste. Il ne s’agit plus de réformes conservatoires, mais de révolution sociale.

  • 9 Ph. Mirowski, Plus de chaleur que de lumière (1989), trad. F. Briozzo, P. Barreau et B. Maurin, Pa (...)

37On n’aborde pas ici les innombrables discussions du sens de la valeur-travail par rapport aux prix, qui se poursuivent aujourd’hui. Seul le contenu « naturaliste » attribué à cette notion est rapidement discuté. Selon Ph. Mirowski9, et de nombreux autres auteurs, la valeur-travail conservée et quantifiée s’exprimerait dans la métaphore, parfois utilisée par Marx, d’une substance physique, « cristallisée » dans les marchandises. Ce serait l’indice du naturalisme scientiste adopté par Marx après les économistes classiques. Pourtant cette métaphore ne se confond pas, chez Marx, avec l’importation d’un concept emprunté à la physique de la conservation de l’énergie dans la théorie de la marchandise et du capital. Le « règne de la marchandise » a des conditions sociales et une histoire : il suppose la monnaie, la propriété privée, et le droit des contrats. Le travail productif de valeur n'est pas une donnée naturelle, ni le marché du travail où se présentent comme libres et égaux en droit le capitaliste, « l’homme aux écus », et celui qui vend son temps de travail.

38La réalité institutionnelle de l’échange de marché entre ces deux propriétaires privés de marchandises complémentaires, l’argent et le travail, en recouvre une autre, celle des rapports sociaux de production entre le salarié qui vend l’usage de sa force de travail, et le capitaliste qui tire une plus-value du « surtravail ». Ces deux réalités sont conjointement à l’œuvre dans le processus de production capitaliste, et elles ont une histoire commune, celle de l’expropriation des travailleurs privés de leurs propres moyens de travail et de la concentration de richesses entre les mains des futurs capitalistes.

39L’ordre économique capitaliste qui a triomphé est cependant instable. Des crises le secouent périodiquement, qui entraînent la dévalorisation des marchandises devenues invendables et le chômage des travailleurs. Le paupérisme n’est pas un fait de nature, ni la surpopulation des pauvres. Contre Malthus, Marx en fait un élément de la dynamique capitaliste. Les pauvres sans travail forment « l’armée de réserve » où le capital puise des salariés quand reprend l’accumulation. Alors que le rapport des forces entre capitalistes et salariés est défavorable pour les travailleurs en cas de chômage, il se modifie en faveur des revendications salariales quand l’activité reprend. Ces fluctuations n’ont rien de naturel, elles sont propres aux relations économiques et sociales du mode capitaliste de production des marchandises. Même s’il affecte de façon différente les sous-groupes du prolétariat, le risque de chômage est conçu comme inhérent à la condition salariale.

40Quelles que soient les réformes de la condition ouvrière qui se sont développées dans la seconde moitié du xixe siècle, Marx considère qu’elles n’ont pas aboli l’exploitation des travailleurs par le capital. L’État bourgeois reste dominé par les classes possédantes dont il garantit les droits, même quand il en limite certains par des aménagements de la condition salariale. La critique du réformisme par Marx est incessante, ainsi que l’affirmation que seule une révolution peut abolir les rapports de production capitalistes et instaurer le socialisme.

41Abolir le capitalisme, c’est abolir le salariat capitaliste. Celui-ci s’est normalisé après une phase de violence, période primitive d’expropriation des petits paysans (système anglais des enclosures) et d’accumulation de fonds privés par le crédit à l’État et autres activités financières. La normalisation d’un marché du travail par un contrat de travail entre deux propriétaires égaux selon le droit privé, le capitaliste qui avance les moyens de production, et l’ouvrier qui loue sa force de travail, exprime et dissimule le rapport d’exploitation propre au capitalisme. La liberté de contracter et l’égalité du droit de propriété masquent la différence de position sociale des agents économiques et la contradiction de leurs intérêts de classe. Quels que soient les bons sentiments, les mérites ou les compromis des uns et des autres, les relations de classe entre capitalistes et travailleurs salariés sont structurées par les rapports entre capital et travail, salaires et profits.

42Si les institutions capitalistes ont une histoire, après leur essor et leur domination elles peuvent elles-mêmes être abolies. Selon Marx et Engels, les agents d’une révolution socialiste sont principalement les prolétaires exploités par le capital, auquel leur travail salarié fournit la plus-value, source essentielle du profit capitaliste. Le dynamisme de l’accumulation capitaliste a créé un monde de richesses considérables, en même temps que l’exploitation des travailleurs, l’armée de réserve des chômeurs, la paupérisation de la petite bourgeoisie. Le capitalisme crée ses propres fossoyeurs. Mais son abolition dépend de l’organisation politique de la classe ouvrière en un parti révolutionnaire. Les syndicats sont utiles, comme ferments des luttes quotidiennes contre le capital, à condition qu’ils ne détournent pas les ouvriers de la révolution.

43Ces thèmes sont en rupture avec le naturalisme et le libéralisme des théories économiques dominantes dans la seconde moitié du xixe siècle. Marx ignore le marginalisme et la théorie néoclassique de Walras. Pour lui, après les grands classiques comme A. Smith et Ricardo, la théorie économique bourgeoise n’a fait que dégénérer en flagornerie conservatrice. Il ne développe pas non plus une étude théorique des réformes postérieures aux années 1850, alors qu’il s’oppose sans cesse aux orientations réformistes des ouvriers anglais les mieux payés ou des sociaux-démocrates allemands. L’optimisme révolutionnaire du Manifeste communiste de 1848 n’a pas suscité une analyse des conditions de la prise du pouvoir par les ouvriers, et de l’exercice de ce pouvoir dans une société socialiste. L’étude des pratiques politiques de classe se trouve dans les grands textes historiques, « Le 18 Brumaire de Louis Napoléon Bonaparte » (1859), ou « La guerre civile en France » (1871), mais elle est dissociée de l’analyse du capitalisme que fait Marx dans Le Capital, critique de l’économie politique.

44La « Critique du programme de Gotha » (1875) est un des textes où Marx s’exprime contre le réformisme d’État du nouveau parti social-démocrate allemand et suggère l’alternative socialiste au capitalisme, après la prise du pouvoir par les ouvriers et l’abolition de la propriété privée des moyens de production. L’enjeu politique est le suivant : révolution socialiste contre réformes bourgeoises, internationalisme prolétarien contre nationalismes étatiques. Dans ce texte bref et passionné, Marx montre que les réformes sociales et politiques demandées par les socialistes allemands sont déjà à l’œuvre dans d’autres grands pays capitalistes, où elles n’ont pas pour autant transformé la condition prolétarienne. Qu’il s’agisse de l’instruction primaire obligatoire financée par l’État, de la limitation de la journée de travail, du contrôle des conditions de travail par des inspecteurs publics, toutes ces réformes sont ici considérées comme conservatoires des rapports de production capitalistes. C’est une révolution sociale, et une transformation du rôle de l’État, qui sont les conditions de l’avènement du socialisme. Ici se trouvent l’idée fameuse de « dictature du prolétariat » et l’exposé des tâches collectives prioritaires de l’État dans le nouveau régime social. Un des points qui sera le plus discuté après la révolution de 1917 en Russie sera l’abolition de la monnaie, liée par Marx à l’abolition du salariat par la propriété collective des moyens de production.

45La nécessité et la possibilité d’une alternative sociale au « talon de fer » capitaliste sont restées des idées fortes malgré des éclipses plus ou moins longues. Mais la théorie du socialisme comme mode de production radicalement nouveau, où les travailleurs auraient le pouvoir politique, n’a pas progressé. Comment organiser une économie socialiste où la répartition se ferait selon une norme nouvelle, « à chacun selon son travail », disait Marx, alors que les conditions d’une comptabilité et d’une planification économiques auraient été abolies en même temps que la valeur-travail, le salariat et le marché du travail ? Le rôle planificateur du nouvel État prolétarien est particulièrement difficile à analyser.

46Ce sont les suites de la révolution de 1917 en Russie, et seulement en Russie, le pays capitaliste le moins développé, qui ont suscité le plus de discussions théoriques. On en évoque brièvement une ici. Elle concerne le rôle des prix de marché dans une économie planifiée par l’État. Ainsi dans les années 1930, années de grande crise capitaliste, une discussion a opposé O. Lange et von Mises : la fixation de prix rationnels pour l’allocation des ressources économiques peut-elle être le fait d’un bureau central ou non ? Cette discussion s’est développée chez les économistes soviétiques dans les années 1960. Après l’effondrement de l’URSS en 1991, elle a donné lieu à quelques articles sur ce que pourrait être un « socialisme de marché », sans grand écho.

47La critique du totalitarisme stalinien s’est aussi greffée sur celle de la suppression du marché et de l’initiative individuelle, ces sources du dynamisme économique selon les théories dominantes. À l’idée de révolution s’est substituée la discussion sur les réformes qui amenderaient le capitalisme sans le détruire.

482) Keynes a été le grand initiateur d’un réformisme politique qui diffère profondément de celui qui a donné naissance à l’idée de l’« État-providence », sur lequel on revient avant d’aborder les propositions keynésiennes.

49Les premières assurances sociales instaurées entre 1880 et 1913, même quand elles sont critiquées par les conservateurs libéraux qui leur sont hostiles, ne mettent pas en cause la dynamique capitaliste. Sur ce point, Marx ne s’est pas trompé. Les assurances sociales, financées par des cotisations prélevées sur les salaires et les profits, concernent les risques individuels du travail salarié : accidents du travail, maladies, vieillesse, que l’épargne personnelle ne peut financer. Elles peuvent se justifier même dans une optique libérale, celle qui aujourd’hui admet l’existence d’un « filet de sécurité » pour tous.

50En revanche, si la « Sécurité sociale » converge avec des réglementations et des dépenses étatiques qui semblent gêner l’initiative individuelle capitaliste, ces deux formes d’intervention publique sont simultanément critiquées par les économistes libéraux. Ainsi, J. Schumpeter (1942) a admis les réformes institutionnelles (législation sociale) en faveur des masses, qui expriment une « rationalité laïque capitaliste » liée à l’« utilitarisme rationnel de la bourgeoisie ». Certes, « des charges et des gênes nouvelles, législation sociale etc., [lui] étaient progressivement imposées, mais nul ne soutiendra que ces facteurs aient joué un rôle important dans la vie économique d’avant 1914 ».

51Mais, selon Schumpeter, la liberté d’entreprendre a été gravement mise en cause par les réformes de F. D. Roosevelt, aux États-Unis, dans les années 1930, notamment par la protection excessive donnée aux salariés. Le marché du travail doit rester libre, hors de toute intervention politique affectant le contrat de travail. Le traitement du chômage par des mesures politiques, chantiers publics, allocations aux chômeurs, ou autres mesures, n’est pas du social, mais de l’économique, qui met en cause le fonctionnement du système. Il en va de même des réformes de la finance, comme la garantie étatique des dépôts en banque, ou la séparation autoritaire des banques commerciales et des banques d’affaires.

52Sur ces questions, J. M. Keynes innove : il constate que le système, livré à lui-même, fonctionne mal, au vu de la grande crise économique des années 1930 et du chômage massif qui en résulte en Grande-Bretagne et dans les autres pays capitalistes développés. Le problème de la sauvegarde du capitalisme devient une question politique autant qu’économique. En matière de théorie, Keynes admet la conception marginaliste de la valeur économique, mais il l’utilise peu ; la valeur-travail lui est étrangère. Pour lui, la catégorie significative est celle de la « valeur ajoutée » macro-économique, agrégat statistique des salaires et des profits qui constituent le revenu national annuel. Le problème de la création de valeur est ainsi déplacé vers celui des conditions de la croissance de ce revenu national. Le travail est appréhendé comme une catégorie « macro-économique », celle de l'emploi salarié, qui concerne la majorité de la population active.

53Keynes s’oppose à l’idée, soutenue par les économistes libéraux, du chômage volontaire, qui serait choisi par un arbitrage individuel entre loisir et travail, ou entre allocations aux chômeurs et salaires d’activité. Le chômage est subi : le manque d’emplois renvoie au manque d’incitation à investir des entrepreneurs, qui constituent, avec les salariés, la population active nationale. Celle-ci est à la base de la demande effective de biens qui soutient la croissance de l'offre. Contre les effets économiques régressifs du chômage de masse, une intervention politique est fondée.

54On a vu plus haut que la notion de chômage subi par les salariés ne figure pas chez les économistes classiques, sauf exception, et qu'elle ne peut pas non plus avoir de place dans les conceptions néoclassiques. On ne la trouve que chez des critiques du salariat capitaliste, comme Marx. Elle met en cause la rationalité économique naturelle du système autorégulé. À la différence des assurances sociales concernant des risques physiques individuels, l’assurance chômage concerne un risque propre à la condition salariale. Constamment discutée, elle a été instituée plus tard que les autres assurances sociales, en Grande-Bretagne (1911), en Allemagne (1927) et surtout en France (après la Seconde Guerre mondiale). Aux États-Unis, elle a fait partie d’un ensemble de mesures prises par F. D. Roosevelt dans les années 1930.

55Pour Keynes, l’économie de marché n’est pas naturellement autorégulatrice. Elle est non seulement instable, mais soumise à des crises qui peuvent être aussi longues et générales que celle des années 1930. Le traitement de ces crises, quand elles sont perçues comme des accidents d’un ordre économique naturel, se politise de la pire façon. Ce fut, dans les années 1930, le cas du recours à la concurrence monétaire entre États par le dumping des grandes monnaies, les dévaluations compétitives étant faites dans le but de sauvegarder des parts du marché international des biens. Les mesures nationales de contrôle des changes sont alors inefficaces, et font partie du désordre monétaire des années 1930.

56Selon Keynes, de tous les marchés celui de la finance est le plus instable. Alors que ce marché est devenu le cœur du financement des entreprises, il dépend des humeurs spéculatives d’une catégorie particulière d’agents économiques, celle des possesseurs de fonds à placer ou à garder liquides, selon leurs intérêts. C’est la fameuse catégorie des « rentiers », qui ne font pas partie de la population active créatrice de valeur ajoutée, mais qui ont une grande capacité de nuisance économique quand ils thésaurisent au lieu de participer au financement de l’économie. Cette critique a ouvert la voie à une mise en cause de la libre finance, qui surgit après chaque crise boursière succédant à une euphorie « irrationnelle » par rapport aux problèmes réels des entreprises de production. Keynes a remplacé la notion de « capital » par la propriété privée financière. C’est un écho de l’institutionnalisme de Th. Veblen, qui critiquait l’appropriation, par les financiers oisifs, des richesses que créent les agents économiques actifs.

57La critique du libéralisme financier et du rôle des « rentiers » s’est accompagnée, chez Keynes, de la légitimation du rôle économique de l’État au plan de la dépense publique. Il ne s’agit pas du choix des investissements, qui relève des investisseurs privés, mais de mesures budgétaires pour donner des emplois à la masse des chômeurs et réanimer la demande salariale de biens de consommation. Les travaux publics sont « sans qualité », comme l’homme de Musil. Quand Keynes dit qu’il peut s’agir de creuser des trous puis de les reboucher, il ne plaisante qu’à moitié. La dépense publique a ici pour seul objectif de créer des emplois rémunérés et de la demande effective. Cela n’a rien à voir avec la distinction des économistes classiques entre travail productif et travail improductif. Ni avec le rôle social attribué à l’État-providence. Ni avec les services publics. C’est le nombre, non la qualité, des emplois rémunérés créés, qui légitime l’intervention de l’État contre le chômage de masse, qui n’est pas résorbé par les mécanismes du marché du travail quand la crise succède à la croissance.

58Cette conception n’est pas seulement antilibérale. Elle modifie la notion de réforme. L’État est rendu responsable du « plein-emploi » qu’il doit favoriser par son budget (dépenses publiques et recettes fiscales), par sa politique monétaire en relation avec le coût du crédit, voire par des contrôles ou réaménagements des pratiques bancaires. Il faut aussi réguler les relations monétaires entre États capitalistes développés, par une institution internationale régulant les crédits et les emprunts temporaires en monnaie étrangère entre ces États ayant en principe les mêmes droits. Cela suppose le contrôle des mouvements de la finance.

59Le réformisme keynésien donne à l'État national une responsabilité politique nouvelle, concernant la croissance et l’emploi au plan national. Il légitime l’intervention économique de l’État. Cependant, la question des prix de marché qui dans les conceptions libérales assurent la coordination naturelle des activités individuelles, n’est pas traitée dans le cadre d’une économie « mixte » publique/privée. Ni la relation entre capital industriel et finance discutée par des marxistes. Le rapport entre mondialisation économique et politiques impériales, suggéré par Keynes, est à revoir. Les critiques des politiques néolibérales à l’œuvre depuis les années 1980 ont besoin de nouveaux éclaircissements théoriques.

SUGGESTIONS FINALES

60Le néolibéralisme des années 1980 et 1990 a mis en cause la légitimité des charges de l'État-providence et de la réglementation publique des marchés, mais non les dépenses de « souveraineté » (« ordre » intérieur et dépenses militaires). Les marchés ont de nouveau été perçus comme autorégulateurs. La liberté d’entreprendre exclut les « avantages acquis » et les « corporatismes ». La libéralisation du marché du travail a été, avec celle de la finance, l’un des axes principaux de ce qui a été appelé la « contre-révolution » politique inaugurée en 1979-1980 au Royaume-Uni et aux États-Unis, et mondialisée depuis. Un de ses objectifs est de favoriser la responsabilité individuelle et la mise au travail de tous ceux qui sont « employables », tout en entretenant la concurrence entre travailleurs. L’État est remis à sa place « naturelle » : ordre public, sécurité extérieure, alors que son territoire économique est ouvert à la compétition internationale.

61Les idées de révolution et de socialisme ont disparu des théories économiques et des programmes de tous les partis politiques. Mais les réformes proposées contre le néolibéralisme mobilisent peu ceux qui souffrent le plus de l’augmentation des inégalités sociales et de l’insécurité économique. Le capitalisme est conçu comme une donnée économique incontournable, que les réformes sociales antilibérales peuvent seulement infléchir si les partis politiques de gauche tiennent leurs promesses électorales. On suggère ici que, au vu des dégâts de la « main invisible », un nouveau radicalisme idéologique, égalitaire et anti-impérialiste, est indispensable pour légitimer un nouveau réformisme progressiste. Une nouvelle réflexion sur les rapports entre idée de révolution et propositions de réformes s’impose.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Dostaler G., Le libéralisme de Hayek, Paris, La Découverte, « Repères », 2001.

Hobsbawm É., L'ère du Capital, 1848-1875, trad. É. Diacon, Paris, Fayard, 1978.

Keynes J. M., The General Theory of Employment, Interest and Money (1936), New York and London, HBJ Book, 1964.

Marx K., éd. fr. J.-P. Lefebvre (1993), Capital, livre I (1867), préface de Engels à l’édition anglaise de 1886, Paris, PUF, « Quadrige ».

Marx K. et Engels F., Manifeste du Parti communiste (1848), trad. E. Botigelli et G. Raulet, Paris, Flammarion, 1998.

Mirowski Ph., Plus de chaleur que de Lumière (1989), trad. F. Briozzo, P. Barreau et B. Maurin, Paris, Economica, 2001.

Ricardo D., Principes de l’économie politique et de l’impôt (3e édition, 1820), trad. P. Dockès, Paris, Flammarion, 1981.

Schumpeter J., Capitalisme, socialisme et démocratie (1942), trad. G. Fain, Paris, Payot, « Petite bibliothèque », 1963.

Smith A., Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1re éd. 1776), trad. G. Garnier revue par A.-J. Blanqui, Paris, Flammarion, 1991.

Walras L., Éléments d’économie politique pure (1900, 4e édition), Paris, LGDJ, 1952.

Notes

1 A. Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1re éd. 1776), trad. G. Garnier revue par A.-J. Blanqui, Paris, Flammarion, 1991, t. 2, p. 330.

2 Ibid., p. 329.

3 Ibid., t. 1, p. 86-89.

4 Ibid., p. 91.

5 É. Hobsbawm, L’ère du Capital, 1848-1875, trad. É. Diacon, Paris, Fayard, 1978, p. 55.

6 L. Walras, Éléments d’économie politique pure (1900, 4e éd), Paris, LGDJ, 1952, p. 3-12 (préface).

7 Ibid., p. 21-23.

8 Ibid., p. 419-420.

9 Ph. Mirowski, Plus de chaleur que de lumière (1989), trad. F. Briozzo, P. Barreau et B. Maurin, Paris, Economica, 2001.

Auteur

Économiste, CNRS

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search