Version classiqueVersion mobile

L’idée de révolution : quelle place lui faire au XXIe siècle ?

 | 
Olivier Bloch

Troisième partie. Le concept et la réalité présent et avenir

Le mot et le thème de Révolution dans les débats politiques français

Maurice Agulhon

Texte intégral

  • 1 Pour combattre la droite lors des élections législatives de mai-juin 1936 (Front populaire), les é (...)

1L’auteur de cette esquisse n’est pas philosophe, ni historien des idées. Il est historien de la France et singulièrement de la politique française au cours des deux derniers siècles. En tant que spécialiste de la politique, il lui paraît qu’il faut s’intéresser aux instruments avec lesquels se fait la politique (les institutions, les partis et autres organisations, etc.) et il lui semble que le vocabulaire politique fait partie de ces instruments. On ne comprend pas les débats d’idées ou les campagnes électorales si l’on n’a pas une idée fine du langage – et parfois des langages – qui y sont mis en œuvre, fût-ce avec des erreurs, des simplismes ou des approximations1.

  • 2 De même le Consulat (1799-1804) qui fait encore partie de la République, formellement, est toujour (...)

2De la Révolution française, le camp qui lui était favorable et qui allait peu à peu devenir majoritaire en France a tiré une définition plus empirique que philosophique, je veux dire sans s’occuper ni de l’étymologie du mot de Révolution, ni de son emploi dans d’autres domaines du savoir. Il a très tôt été admis qu’une décennie de bouleversements allant de l’ouverture des États Généraux (5 mai 1789) à la prise du pouvoir par Bonaparte (18 Brumaire An VIII : 9 novembre 1799) avait son unité : il y eut certes d’abord la transformation de l’ancienne Monarchie en monarchie constitutionnelle (1789-1791), puis le fonctionnement de cette Monarchie nouvelle en 1791-1792, puis son renversement par une République « révolutionnaire » (entendons, provisoire, non encore fixée institutionnellement : la Convention, laTerreur-1792-1795), l’avènement enfin d’une République constituée, dite « le Directoire », 1795-1799, mais une évidence s’imposait : tout cela devait se raconter et se percevoir comme on l’avait vécu, en une seule aventure historique. Très tôt, les historiens de ces événements les ont racontés en bloc sous le nom de « la Révolution française ». À la suite de cet amalgame d’expériences diverses mais constituant toutes des tâtonnements au sein d’une période de changements rendue homogène par le seul tourbillon du changement, la notion de Révolution française s’est imposée comme désignation globale, aux dépens des termes juridiques que l’on aurait pu tirer du vocabulaire politique usuel. A-t-on jamais vu un historien écrire un « règne de Louis XVI, 1774-1792 », ou une « histoire de la Ire République, 1792-18042 » ? Ici ou là, bien sûr, mais rarement ! L’unité de la période s’est imposée sous le nom de Révolution française et a imposé du même coup une certaine idée générale de la Révolution.

3Quelle idée ? Trois caractères, nous semble-t-il.

  • 3 Propos attribué au duc de Liancourt s’adressant au roi Louis XVI le 15 juillet 1789, formule toujo (...)

4« La Révolution » a été un changement très important (« Non, Sire, ce n’est pas une révolte, c’est une révolution3 »...) – un changement pour le bien, heureux, progressiste (l’État et la société du xixe siècle sont censés avoir moins de tares que l’Ancien Régime) – mais un changement incluant de la violence (pour diverses raisons, dont la principale est sans doute celle des résistances rencontrées).

5Changement majeur, changement positif, changement en partie décidé par la force – c’est parce que l’on y retrouve ces trois caractères conjugués que les tournants ultérieurs de 1830 et de 1848 ont été très tôt et très usuellement désignés comme « Révolution de 1830 » et « Révolution de 1848 ».

6De cette idée globalement favorable à la Révolution, les partisans, amis et successeurs de la Révolution française, en un mot les Républicains du xixe siècle, ont tiré une intéressante théorie de la violence. Elle est complexe parce qu'elle repose sur deux idées : pour raison humaniste générale, il vaut mieux n’être pas violent, toutefois il faut bien l’être quand on n’a pas d’autre moyen de promouvoir ou de défendre le Bien.

  • 4 Détails dans notre chapitre sur la République du Dictionnaire Michelet de Vivian Kogan dir., L’Esp (...)

7La première raison explique que Michelet (par exemple) n’ait pas aimé la Terreur et que les républicains dans leur majorité n’aient commencé à idéaliser la République qu’après que la Révolution de 1848 eut défini, avec Lamartine, une République avec la Terreur en moins, une République sans la peine de mort en matière politique4.

8Mais la deuxième raison explique que les républicains, quoique libéraux et humanistes en principe, aient approuvé la violence et même par deux fois : d’une part, rétrospectivement, celle de 1789-1792, puisque l’Ancien Régime ne pouvait pas être aboli autrement, d’autre part, dans l’actualité de décembre 1851, celle des insurgés résistant au coup d’État de Louis Napoléon, puisque le coup d’État abolissait les procédures d’une légitime discussion et rétablissait un ordre autoritaire.

  • 5 Cavaignac était un bon républicain – mais oui ! Victor Hugo lui-même trouvera certes que Cavaignac (...)

9Mais, en revanche, les républicains étaient capables de désapprouver et de réprimer les violences populaires lorsqu’elles se dressaient (arbitrairement à leur façon) contre une légalité républicaine incontestable (affaire dite des journées de juin 18485).

10Tel est le legs principal du xixe siècle. Le camp républicain a fini par gagner ; devenu majoritaire, il a imposé puis consolidé une Troisième République qui est incontestablement une démocratie libérale, mais qui a conscience d’être fille de la Révolution. Une Révolution qu’on peut honorer et respecter parce qu'elle a procuré le Bien, et parce que, grâce à ce Bien (monarchistes et cléricaux marginalisés, peuple enfin assagi et éclairé par l’École publique, etc.), on n’aura plus besoin d’user de moyens violents pour les progrès à venir.

11On en était là lorsque, dans le dernier quart du xixe siècle, l’idée socialiste est apparue comme une présence politique durable et consistante.

12Qu’est-ce que le socialisme a à voir avec notre problème ? Voici.

13Pour en retenir l’essentiel : le régime dominant, le capitalisme, engendre des injustices sociales graves, qu’il conviendra d’abolir. Il faut donc pousser la lutte des classes jusqu’à l’établissement d’une société juste, le socialisme ; et, pour cela, procéder à une véritable « révolution sociale ». Telle est l’idée commune de toutes les tendances.

14Quel rapport avec l’idée devenue banale de Révolution, tout court ? Reprenons les caractères : dans révolution sociale on retrouve l’idée d’un changement important (évident) et celle d’un changement heureux (pour peu qu’on aime la justice). Mais quid de la violence ? C’est désormais dans ce domaine nouveau qu’est le débat principal.

15Pour les républicains devenus socialistes (mais restés républicains), pour un Jaurès par exemple, les procédures de la démocratie politique permettront demain de faire les changements heureux qui fonderont à son tour la démocratie sociale (législation sociale, nationalisations, fondation de coopératives, etc.). Pour d’autres, cette perspective est illusoire, le capitalisme ne se laissera pas faire, et il faudra bien envisager de faire contre le Capital une révolution aussi complète (violence incluse) que celle que la liberté avait dû faire jadis contre l’Ancien Régime. Du côté de Jaurès donc, on met l’espérance socialiste dans le prolongement de la République démocratique, dont on peut fustiger les défauts, mais dont on garde les principes. De l’autre côté, on met l’espérance dans le renversement de la République qualifiée de « bourgeoise » et d’hypocritement asservie au capitalisme.

16C’est le modèle du marxisme orthodoxe, que l’on pourra après octobre 1917 qualifier de léniniste.

17Le Congrès de Tours en décembre 1920 cristallisera cette opposition en un choix clair, allant – comme on sait – jusqu’à la scission.

18Du côté de « la minorité », qui restera socialiste (Léon Blum), l’option fondamentalement républicaine, donc optant pour le réformisme ; du côté de la majorité (futur Parti communiste), l’option révolutionnaire : bâtir le socialisme à partir d’une méthode politique radicalement nouvelle, et non républicaine, la dictature du prolétariat.

19On connaît la suite, nous n’y jetterons un coup d’œil qu’en le limitant au problème de vocabulaire qui est notre seul objet.

20Au xxe siècle, dans le monde politique français, devenu vaille que vaille presque entièrement républicain (d’une République d’autant plus acceptée qu'elle est un peu affadie – mais ceci est un autre problème), la Révolution de 1789 est tenue pour un acquis historique définitif, en même temps qu’un souvenir qui s’éloigne, et le mot de révolution va évoquer de plus en plus la Révolution bolchevique qui accomplit ses desseins en Russie et qui en menace bruyamment le reste du monde, France républicaine incluse.

21Alors se produit le basculement sémantique sur lequel nous voulions attirer l’attention. Avant-hier, la Révolution faisait couple (couple antagoniste, contraste) avec... la Contre-Révolution, ou l’Ancien Régime, ou la Réaction. Aujourd’hui elle fait plus souvent couple avec la Réforme, parce que l’antagonisme de méthode réformisme-révolution caractérise bien l’antagonisme politique entre socialisme démocratique et bolchevisme.

22En 1989, année du Bicentenaire de... la Révolution, pour avoir activement participé à ses débats et à ses festivités, et y avoir beaucoup réfléchi, je me suis demandé pourquoi il était plus difficile de faire célébrer la Révolution par le Français républicain moyen en 1989 qu’il ne l’avait été en 1889.

  • 6 Le Bicentenaire a été célébré seulement par une partie de l’opinion de gauche et une petite frange (...)

23Mais c’est qu’en 1889 on ne pensait qu’à la Bastille, alors qu’en 1989 on pensait à la fois à la Bastille et à Staline6.

24D’autres contradictions, plus limitées à la France de gauche, peuvent aussi s’expliquer par ces phénomènes de langage, pour peu qu’on les considère (comme nous le voudrions) au niveau subliminal des mentalités plutôt qu’à celui – rigoureux – des dictionnaires. Il est dans la « tradition républicaine», spécialement entretenue à gauche, de respecter la Révolution et d’aimer le « révolutionnaire », pour de bonnes raisons sociales et sentimentales, d’ailleurs. Mais cela vient en contradiction avec l’option raisonnable qui a fait un jour de décembre 1920 préférer le réformisme social-démocrate à la révolution léniniste.

25Si, dans le Parti socialiste, en France, malgré Tours, malgré Léon Blum, malgré Jaurès, les véhéments classés à gauche ont invariablement tendance à parler plus haut que les réformistes classés à droite, aisément suspectés de modérantisme, c’est bien parce que la Révolution, comme survivance devenue mythique, a des attraits plus forts que la rationalité républicaine.

26Mais nous voici alors en train de passer de l’histoire du vocabulaire à celle des mentalités et des cultures.

27Retenons-en ce précepte : il faut savoir se retourner de façon critique sur l’usage qu’on fait des mots, des souvenirs qu’ils véhiculent, et des connotations qui en découlent.

Notes

1 Pour combattre la droite lors des élections législatives de mai-juin 1936 (Front populaire), les électeurs de gauche disaient « les fascistes » ou « les blancs » suivant leur âge ou leur niveau de culture.

2 De même le Consulat (1799-1804) qui fait encore partie de la République, formellement, est toujours associé à l’Empire (1804-1814) en vertu de cette même globalisation dont le bénéficiaire est cette fois Napoléon.

3 Propos attribué au duc de Liancourt s’adressant au roi Louis XVI le 15 juillet 1789, formule toujours répétée et devenue typique (voir en particulier Jules Michelet, Histoire de la Révolution française, livre II, chap. 1).

4 Détails dans notre chapitre sur la République du Dictionnaire Michelet de Vivian Kogan dir., L’Esprit créateur, 46 (3), Baltimore, The John Hopkins University Press, 2006.

5 Cavaignac était un bon républicain – mais oui ! Victor Hugo lui-même trouvera certes que Cavaignac frappait trop fort mais il n’allait pas jusqu’à donner raison aux ouvriers rebelles. Détails et analyses de ces drames et de ces contradictions dans notre 1848 et l’apprentissage de la République (Nouvelle histoire de la France contemporaine, Paris, Seuil, 1973).

6 Le Bicentenaire a été célébré seulement par une partie de l’opinion de gauche et une petite frange de la droite (démocrates chrétiens, gaullistes tendance Debré), il a été en revanche boudé ou combattu par une partie de la droite (de vieille tradition conservatrice) ainsi que par une partie non négligeable de la gauche, sensible à l’argumentation de François Furet, pour qui l’héritage de la Révolution est plutôt antilibéral. L’œuvre de Furet est bien connue. La contestation que nous avons essayé de lui opposer se trouve principalement dans le numéro « Liberté » de la revue Pouvoirs (1984), repris dans notre ouvrage Histoire et politique à gauche, Paris, Perrin, 2005, chap. 1.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search