Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Une visite du roi d’Arménie Tiridate III à l’empereur Constantin à Rome ?

Marie-Louise Chaumont

Texte intégral

  • 1 Nous tiendrons compte dans cette étude des recensions suivantes : 1) « Agathange » arménien (Aa), (...)

1Les liens entre l’Empire romain et la Grande Arménie ne pouvaient que se resserrer après la conversion tant de Tiridate III que de Constantin. Or la plupart des recensions du Livre d’Agathange1 font état d’une visite de Tiridate III à l’empereur Constantin à Rome ainsi que d’un pacte auquel cette entrevue aurait donné lieu.

2Dans l’« Agathange » arménien et la version grecque qui lui est parallèle (« Agathange » grec), c’est Tiridate qui, à la nouvelle de la conversion de

  • 2 Aa, § 872, éd. de Tiflis, p. 440 ; Ag, § 165-166, éd. Lagarde, p. 83, éd. Lafontaine, p. 335 = tra (...)
  • 3 Aa, § 873-874, éd. de Tiflis, p. 440-441 = trad. Langlois, p. 187-188. La mention du « pays des Da (...)

3Constantin, décide de sa propre initiative de se rendre à Rome2. Il se met donc en route en compagnie de saint Grégoire, du fils de ce dernier, Aristakès, de l’évêque Albianos (ou Albios), d’une escorte de hauts dignitaires, au premier rang desquels figurent les quatre vitaxes (bdeasxk’), l’aspet ou « chef de la cavalerie », et le sparapet, « général en chef de l’armée », ainsi que d’une troupe de 70 000 hommes en armes. Après avoir voyagé par terre et par mer, l’imposant cortège pénètre en Italie et, précise le texte arménien, arrive au « pays des Dalmates » (yerkirn Dalmatac’oc’), puis « à la ville royale des Romains3 » :

  • 4 Dans Ag, § 165 (éd. Lagarde, p. 83, éd. Lafontaine, p. 336), l’évêque de Rome est appelé Eusèbe.
  • 5 Aa, § 875-883, éd. de Tiflis, p. 440-444 ; Ag, § 165-167 (éd. Lagarde. p. 83, éd. Lafontaine, p. 3 (...)

« Aussitôt l’avis en fut donné au palais royal. Dès qu’il eût appris cette nouvelle, le roi sacré par Dieu et le digne possesseur de ce trône, avec le pontife, grand archevêque de la ville royale, Sylvestre4, les honorant d’une grande estime, et avec toutes les marques de l’allégresse, le firent reposer quelque temps dans la ville universelle. Puis le pieux roi Constantin, rempli d’admiration, demanda au roi Tiridate, de quelle manière il lui était arrivé le miracle de Dieu. Et Tiridate raconta devant l’empereur tous les biens qu’il avait reçus de Dieu, et n’eut pas honte de rappeler le châtiment qui l’avait changé en bête sauvage, la pieuse résignation des saintes martyres...
« L’empereur Constantin, dans l’admiration, se prosterna et s’agenouilla devant Grégoire pour recevoir sa bénédiction et lui rendit les honneurs comme au confesseur du Christ, autant qu’il le méritait. Il montra aussi au roi Tiridate de l’affection comme à un frère bien-aimé... Il fit alliance avec lui, ayant pour médiatrice la foi dans le seigneur Christ, pour que l’on observât entre les deux royaumes une amitié durable...
« Puis on leur fit de grands honneurs, on leur donna des subsistances, et on les entoura de la glorieuse pompe en usage à la cour, de prêtres et de nobles de la ville. On leur fit des présents et des cadeaux précieux, comme marque de respect et d’affection. Puis, prenant congé des Augustes, et étant salués par le saint catholicos, par le clergé et les illustres seigneurs de la ville, et étant montés sur un char comblés des souhaits de l’empereur, ils s’en allèrent avec une grande pompe et un grand cortège, pour commencer leur royal voyage [de retour]5. »

  • 6 Vg, § 174, p. 106 : «...ἔσπευδεν πρέσβεις ἐξαποστεῖλαι, ἀμφότερα ἐφιέμενος καὶ τòν μάρτυρα καὶ ἀρχ (...)
  • 7 Vg, § 175, ibid. Cf. Va, § 168, ibid. : « ab omnipotente Caesare Augusto fide victorioso Constanti (...)

4La recension de l’Agathange, représentée par la Vie grecque et la Vie arabe, accorde au voyage de Tiridate à Rome une importance tout à fait exceptionnelle et en donne une description très suggestive avec certains détails qui ne manquent pas d’intérêt. Selon cette recension, c’est Constantin lui-même qui, ayant été instruit de la conversion de Tiridate, prend l’initiative de l’inviter à venir le voir à Rome en compagnie de Grégoire. Son intention est de conclure un traité avec le roi d’Arménie6. La suscription de la lettre, adressée par Constantin à Tiridate, est la suivante dans le texte grec : « Αὐτοκράτωρ καῖσαρ εὐσεβὴς Κωνσταντῖνος Τιρεδάτη βασιλεῖ τῆς Μεγάλης ‘Αρμενίας ἐν Κυρίω χαίρειν7. »

  • 8 Vg, § 178-180, Va, § 171-173, p. 108-109.

5Ayant pris connaissance du message de l’empereur, le roi prépare son voyage et commande à ses vassaux de venir à Rome avec lui. Ayant laissé le pays d’Arménie à la garde de l’asparapet (« général en chef »), Tiridate se dirige vers le Daranali où Grégoire vit en reclus ; il réussit à le persuader de l’accompagner à Rome. Puis, à la tête de dix mille cavaliers, avec ses toparques et ses grands, Tiridate, accompagné de Grégoire, se dirige vers la Cappadoce. Au cours d’un arrêt de trois jours à Césarée, ils sont reçus par le « patriarche » Léonce8. Après quoi le cortège reprend sa marche vers l’Italie :

  • 9 Vg, § 181-183, Va, § 174-176, p. 109-110.

« À leur arrivée en Italie, les patriciens de Rome et les consuls, étant venus à leur rencontre, les introduisirent dans la ville. De même l’empereur Constantin reçut avec empressement saint Grégoire et le roi Tiridate et les invita à monter l’un et l’autre dans son char royal.
Tout d’abord, ils allèrent prier dans la sainte église de l’Apôtre Pierre, guidés par Eusèbe, le patriarche de Rome. Ensuite ils se rendirent au palais. Ayant fêté ce jour-là, le lendemain, Grégoire et Tiridate offrirent à l’empereur les présents qu’ils avaient : un grand nombre de chevaux royaux, des perles, des vases, des pierres précieuses, de nombreux vêtements de soie tissés ; ils firent des dons non seulement à l’empereur, mais aussi aux patrices et aux grands magistrats, en honorant chacun de ceux qui étaient les plus honorés dans leur pays respectif.
Enfin l’empereur s’informa [auprès de Tiridate] de ce qui s’était passé. Alors le roi Tiridate, en langue latine et en langue grecque, lui en fit le récit en commençant par l’éducation que lui avait donnée le général Lucinius ; [puis il dit] comment, ayant reçu des Romains sa royauté paternelle, il était rentré en possession de ce qui lui appartenait, et comment il avait chassé le roi de Perse grâce à l’alliance des Romains ; comment, une fois devenu maître de la Grande Arménie, il avait sacrifié aux faux dieux9. »

  • 10 Vg, § 183-185, Va, § 176-178, p. 110-112.
  • 11 Vg, § 188, Va, § 181, p. 112.

6Puis Tiridate retrace les différentes étapes du martyre de Grégoire, son séjour dans la fosse, le supplice de Rhipsimé et de Gaïné et comment il perdit lui-même la forme humaine10 : en un mot, nous avons là un récit amplifié des événements exposés dans la recension arméno-grecque. Selon Vg et Va, ce récit suscita l’admiration « du grand roi Constantin et de tous les sénateurs de la grande Rome »11.

  • 12 Vg, § 189, Va, § 182, p. 113.

7Ensuite Constantin parle de sa propre conversion. Il gardera Tiridate et Grégoire encore bien des jours auprès de lui et leur offrira des présents de grand prix : « Δῶρα δὲ πλεῖστα παρεσχηκὼς αὐτοῖς, τῷ μὲν βασιλεῖ σκεύη χρυσέα καὶ ἐνθῆτα καὶ βασιλικὴν ἀλουγρίδα διὰ χρυσῶν ἱματίων, τῷ δὲ ἀγίω Γρηγορίω χρυσέα καὶ ἀργύρεα κειμήλια ἐκκλησιῶν τε καὶ μαρτύρων, ὁμοίως δέ καὶ τοῖς μεγιστάνοις ἀργυρέα σκεύη καὶ σηρικὴν κατασκευασμένην12. »

  • 13 Vg, § 190, p. 113 : « Βεβαιώσας δὲ καὶ τὰ πρώην γινόμενα ἐπί πλείω πάκτα... » ; Va, § 183, ibid. : (...)
  • 14 Vg, § 190, Va, § 183, p. 113.

8Après quoi, l’ancien pacte est confirmé, pacte qui, selon la version arabe, oblige Tiridate à payer tribut13. Le trajet de retour vers la Grande Arménie s’effectue par « la grande mer » et le Pont. Une fois rentré, Tiridate fera inscrire aux diptyques les noms de Constantin et de sa mère Hélène14.

***

  • 15 « Agathange » syriaque, § 219-240, An. Boll. 95, 1977, p. 339-344 = Vk § 219-240, REArm. N. S. 8, (...)
  • 16 Cf. infra, p. 61-62.

9Dans la recension syriaque de l’Agathange, c’est Grégoire qui fait le voyage seul vers Rome où il sera intronisé par le « patriarche » Léonce15. Mais plus tard, Tiridate se rendra à Constantinople en sa compagnie pour y rencontrer Constantin et y signer avec lui un traité. Cette version sera examinée de près plus bas16.

  • 17 Faustus De Byzance, III, 21. Cf. infra, p. 64.
  • 18 Moïse De Khoren, II, 84 ; éd. de Venise, 1881, p. 351 = trad. Langlois, Historiens, II, p. 124.
  • 19 Ibid., III, 5. Cf. infra, p. 64.
  • 20 Cf. infra, p. 64-65.

10Faustus de Byzance, s’il ne parle pas d’un voyage à Rome, fait mention d’un pacte conclu entre le roi Tiridate et l’empereur Constantin17. Quant à Moïse de Khoren, il se contente de rappeler, sans entrer dans les détails, que Tiridate était allé à Rome pour voir Constantin (au temps du Sassanide Shapur II)18. Dans un autre contexte historique, il fait, lui aussi, allusion au pacte d’alliance de Constantin et de Tiridate19. Nous reviendrons plus loin sur cette question20.

  • 21 Zénob De Glak, Histoire de Taron, éd. de Venise, 1832, p. 40 s. = trad. Langlois, Historiens, I, p (...)
  • 22 Ibid., p. 43 = trad. Langlois, Historiens, I, p. 352.

11Zénob de Glak, s’inspirant sans doute de la tradition courante du Livre d’Agathange, rapporte comment, à la nouvelle que Constantin était devenu chrétien, Tiridate et Grégoire décident de se rendre à la porte de l’empereur pour conclure un traité. Mais, arrivé dans le canton d’Apahunik’, à la ville de Manazkert, le roi doit envoyer des troupes à l’aide du prince des Ibères, qui est attaqué par le « roi du Nord »21. Ce n’est qu’après un arrêt prolongé que Tiridate et Grégoire pourront poursuivre leur voyage. « Ayant parcouru un petit nombre d’étapes, ils atteignirent la ville de Rome ; ils n’y séjournèrent que peu de jours et s’en revinrent comblés des plus grands honneurs22. »

12Il est à souligner que, parmi les écrivains ecclésiastiques, il n’en est aucun qui semble avoir eu connaissance d’une visite de Tiridate à Constantin à Rome. Il en est de même des sources occidentales (byzantines) en général.

  • 23 Nicéphore Kalliste, Histoire Ecclésiastique, VIII, 35 (PG 146, col. 134-135) : « Καινοῖς δέ θαύμασ (...)

13Sans doute le Byzantin Nicéphore Kalliste, qui écrivait vers la fin du xiiie siècle et le début du siècle suivant, résumant en quelques phrases la conversion de l’Arménie, ne manque pas de faire état de la visite de Grégoire et de Tiridate à Constantin : «.....On rapporte qu’après avoir chassé les démons du pays, Grégoire, en compagnie de Tiridate, se rendit auprès du grand empereur Constantin et que celui-ci se réjouissait en entendant raconter ces “événements extraordinaires” »23.

14Notons que le témoignage de Nicéphore n’a rien d’original : il repose tout simplement sur une rédaction de la Vie de saint Grégoire. D’ailleurs, l’écrivain byzantin ne dit pas où eut lieu la rencontre.

***

  • 24 Cl. Galanus, Historia Armena, 1686, p. 30 ; M. Tchamtchean (Chamich), Hislory of Armenia, trad. J. (...)
  • 25 J. Stiltingh, in AASS sept., VIII, 1762, p. 35.
  • 26 Langlois, Historiens, II, 1869, p. 124, n. 2.
  • 27 Histoire universelle par Etienne Açogh’ig de Daron, trad. e. dulaurier, Paris 1883, p. 194.
  • 28 A. Von Gutschmid, Kleine Schriften, III, Leipzig 1893, p. 419.
  • 29 A. Ter Mikelian, Die armenische Kirche in ihren Beziehungen mit den byzantinischen, Leipzig 1892, (...)
  • 30 Asdourian, Beziehungen, p. 140 et 141 n. 4.
  • 31 Tournebize, Histoire, p. 54-55.
  • 32 A. Von Gutschmid, cité supra n. 28. Sur le voyage de Tiridate Ier à Rome cf. infra, p. 65-66.
  • 33 Asdourian, Beziehungen, p. 141-142.
  • 34 W. Ensslin, Re, VI A/2, 1937, col. 2249, s.v. Trdat : « Im Jahr 314 schloss Trdat mit Constantin I (...)

15Devant le silence unanime des sources occidentales, il n’est pas étonnant qu’à part quelques exceptions24, la plupart des critiques aient rejeté l’authenticité d’une visite de Tiridate à Constantin à Rome. Ainsi en est-il de J. Stiltingh25, V. Langlois26, E. Dulaurier27, A. von Gutschmid28, A. Ter-Mikelian29, P. Asdourian30, F. Tournebize31. Gutschmid, auquel nous devons une très pénétrante étude de l’œuvre d’Agathange, tient pour « durchaus fabelhaft » le voyage de Rome tout comme le traité qui en aurait résulté ; à l’en croire, nous aurions là une réminiscence de la visite de Tiridate 1er à Néron en 66 ap. J. C.32. Asdourian estime, pour sa part, que ce voyage, généralement daté de 312 environ, était pratiquement irréalisable à une époque où Constantin fourbissait ses armes contre Maxence et où la pars Orientis, contrôlée par Maximin et Licinius, échappait complètement à son autorité. Si Tiridate s’était lancé dans une telle entreprise, il se serait gravement compromis aux yeux des deux Augustes d’Orient. Toutefois, à l’inverse de Gutschmid, le savant arménien admet la conclusion d’un traité qui, à son avis, aurait eu lieu en 324 et peut-être en Orient33. W. Ensslin, tout en rejetant catégoriquement l’existence d’un voyage à Rome de Tiridate et de Grégoire, ne doute pas qu’un accord ait été passé, événement qu’il place en 31434.

  • 35 Gelzer, Anfänge, p. 167-171..
  • 36 Eusèbe, Histoire Ecclésiastique, IX, 8, 2.
  • 37 Faustus De Byzance, III, 21. Cf. infra, p. 64.
  • 38 Codex Theodosianus, XI, 1. De Annona et tributis, ed. Th. Mommsen et P. M. Meyer, Berlin 1954, I, (...)
  • 39 Cf. Gelzer, Anfänge, p. 168.
  • 40 Cf. O. Seeck, Die Zeitfolge der Gesetzen des Constantius, Zeitschrift für Rechtgeschichte 23, 1889 (...)
  • 41 Gelzer, Anfänge, p. 169. Cf. aussi infra, p. 63-64.

16Dans ce débat, la part de H. Gelzer mérite quelque attention35. S’inscrivant contre le jugement négatif de Gutschmid, cet auteur affirme que nous avons affaire à un document authentique. Il fait état non seulement du passage d’Eusèbe où, à propos de l’expédition de Maximin Daïa contre les Arméniens, ceux-ci sont qualifiés d’« amis et alliés des Romains »36 et d’une notice de Faustus de Byzance - citée plus bas37 -, mais encore et surtout d’une constitution portant la date du 17 janvier 315 et par laquelle sont exonérés de toute charge fiscale, outre l’ancien consul et magister equitum Eusèbe, « Arsace, roi d’Arménie »38, qui ne serait autre que notre Tiridate39. En fait, pour ce qui est de cette constitution, il n’est plus à démontrer qu’elle fut promulguée non pas par Constantin mais par son fils Constance II, le 1er janvier 360 (la date du 1er janvier 315 indiquée dans la suscription étant fausse), en faveur du roi d’Arménie Arsace (Arshak II) qui venait d’épouser la fille d’Ablabius40. Au reste, à l’idée de Gelzer, ce n’est pas à Rome mais à Sardique que Tiridate III aurait rencontré Constantin et signé avec lui un traité en 31441.

  • 42 Selon la juste remarque de G. Garitte (Documents, p. 233), Eusèbe de Rome qui fut pape en 309, n’a (...)
  • 43 Cf. Seeck, Regesten, p. 160. En janvier 313, Constantin quitte Rome pour se rendre à Mediolanum (M (...)
  • 44 Cf. Seeck, Regesten, p. 163-164 ; L. Brêhier, Constantin et la fondation de Constantinople, RH 119 (...)
  • 45 Seeck, Regesten, p. 177. Cf. Brêhier, cité supra n. 42a, p. 244, 267 ; dagron, Constantinople, p.  (...)

17À la vérité, il est bien difficile d’accorder le moindre crédit à la tradition arménienne sur cette visite de Tiridate à Constantin à Rome même, visite au cours de laquelle le roi d’Arménie et l’Illuminateur auraient été reçus non seulement par l’empereur mais par le pape, appelé Sylvestre dans l’« Agathange » arménien, Eusèbe dans les autres versions du Livre d’Agathange42. Au demeurant, Constantin n’est entré à Rome que le 29 octobre 312, après sa victoire décisive sur Maxence au Pont Mulvius ; il devait y séjourner moins de trois mois43. Dès lors, il ne reviendra à Rome que deux fois : d’abord, du 18 juillet au 27 septembre 315 pour la célébration de ses Decennalia44 ; puis du 18 juillet au 25 (environ) septembre 326 pour ses Vicennalia (25 juillet)45. Dans l’hypothèse où Tiridate se serait rendu à Rome pendant le séjour de Constantin en 315, ce voyage aurait assurément laissé quelques traces dans les sources occidentales.

***

  • 46 Cf. supra, p. 60 et n. 40.
  • 47 Tournebize, Histoire, p. 55.
  • 48 Ter mikelian, Kirche, cité supra n. 29, p. 19-20.
  • 49 N. Sarkissian, Agathange et ses secrets (en arm.), Venise 1890, p. 259.

18Tout en se refusant à admettre que Tiridate s’était rendu à Rome, certains auteurs n’ont pas cru nécessaire de révoquer en doute l’entrevue elle-même qu’ils se sont ingéniés à localiser dans telle ou telle ville de l’Empire. Nous avons déjà signalé que Gelzer la situe en Sardique46. Sans écarter cette hypothèse, F. Tournebize penche pour Constantinople ou quelque autre cité de l’Orient romain47. Pour A. Ter-Mikelian, la rencontre aurait eu lieu à Nicomédie au cours du séjour qu’y fit Constantin à l’issue de sa victoire sur Licinius (donc à la fin de 324)48, tandis que N. Sarkissian hésite entre Constantinople et Nicomédie49.

***

19Voyons tout d’abord s’il est permis d’envisager une rencontre de l’empereur et du roi d’Arménie à Constantinople, la « seconde Rome », dont Constantin est précisément le fondateur ?

  • 50 Pour l’« Agathange » syriaque et sa version arabe (Vie karshûni) cf. supra, n. 1.

20Il pourra paraître surprenant que la recension syriaque du Livre d’Agathange - de même que la version arabe de ce texte -, s’écartant de la tradition enregistrée par les autres recensions, non seulement situe à Rome la consécration de Grégoire, comme on l’a déjà dit50, mais encore fasse aller, par la suite, Tiridate et Grégoire à Constantinople et non plus à Rome pour y rencontrer Constantin, et cela à une époque plus ou moins antérieure au Concile de Nicée (325). Voici le passage qui intéresse notre propos selon la version syriaque originale :

  • 51 « Agathange » syriaque, § 275-284, An. Boll. 95, 1977, p. 352-354 = Vk § 275-284, REArm. N. S. 8, (...)

« En ce temps-là, Constantin le roi juste crut en Dieu, et il tua ces douze tyrans rebelles, et il fit périr les adorateurs des idoles. Quant le roi Tiridate apprit cela, il se réjouit fort et prit avec lui Grégoire, le chef des prêtres et soixante-dix mille nobles avec leurs troupes, et il alla chez les Romains, et ils habitèrent les villes et les villages. Quand ils entendaient leur conversion, les évêques et les prêtres des villes, les consuls, les chefs et les puissants sortaient à leur rencontre, et se réjouissaient à leur sujet avec le reste des gens. Ils recevaient la bénédiction du martyr du Christ, l’athlète Mar Grégoire le catholicos, bénissaient le roi Tiridate et louaient Dieu qui les dirigea sur le chemin de la vérité. Quand ils arrivèrent à Constantinople, le roi Constantin sortit à leur rencontre, et avec lui des myriades de gens. Il se réjouit à leur sujet, et ils entrèrent dans la ville, et ils se réjouissaient les uns les autres comme de la joie des anges. Tiridate raconta à Constantin toute l’histoire de Grégoire... Le roi Constantin se leva et adora Grégoire et loua Dieu qui lui avait permis de le voir. Et ils restèrent quarante jours auprès de lui dans une immense joie. Et ils scellèrent un pacte d’entraide mutuelle contre leurs ennemis. Et ainsi ils léguèrent à leurs enfants l’idée de se promettre mutuellement aide contre leurs ennemis, et que leurs enfants la légueraient aux enfants de leurs enfants de génération en génération, et qu’ils se donnent mutuellement appui. Et le roi Constantin les reconduisit et ils rentrèrent dans leur pays51. »

  • 52 M. Van Esbroeck, ibid., p. 202 : « Rappelons brièvement que divers détails de cette forme de l’Aga (...)
  • 53 L. Bréhier, cité supra n. 42a, p. 267-268 ; E. Gerland, BNJ 10, 1934, p. 102· 103 ; E. Stein, Hist (...)

21Cette version syriaque aurait vu le jour au début du viie siècle52. De toute manière, elle repose sur une tradition qui se sera formée à une époque assez tardive. On remarquera tout d’abord qu’un voyage à Constantinople à une date antérieure à Nicée constitue un anachronisme flagrant puisque les fondements de la ville ne seront jetés qu’après la défaite de Licinius à Chrysopolis (septembre 324) et ce n’est qu’en 327-328 que Constantin fera un long séjour dans sa nouvelle capitale qui sera solennellement inaugurée le 11 mai 33053.

  • 54 Dans la Vita Constantini (IV, 7), Eusèbe de Césarée affirme avoir vu de ses propres yeux, attendan (...)
  • 55 Asdourian, Beziehungen, p. 195, descend même jusqu’à 336/337.
  • 56 Gelzer, Anfänge, p. 167.
  • 57 J. B. Bury apud E. Gibbon, History of the decline and the fall of Roman Empire, II, 1897, p. 564.
  • 58 A. Von Harnack, Mission und Ausbreitung, II4, 1924, p. 752.
  • 59 W. Ensslin, RE, VI A/2, 1937, col. 2249, s. v. Trdat Nr 1.
  • 60 P. Peeters, L’intervention de Constance II en Grande Arménie en 338, Bulletin de la Classe des Let (...)
  • 61 J. Saint-Martin, éd. Lebeau, Histoire du Bas-Empire, I, p. 406 ; Id., Mémoires historiques et géog (...)

22Certes Tiridate aurait pu se rendre à Constantinople bien des années plus tard, alors que Constantin passait la plus grande partie de son temps dans sa nouvelle capitale54. Mais si les données des sources arméniennes donnent à croire que Tiridate régnait encore au moment où s’est réuni le Concile de Nicée et même qu’il n’est pas mort avant 330 ou beaucoup plus tard55, un examen plus attentif de cette question chronologique a conduit bon nombre d’historiens à adopter, pour la fin de ce règne, une date beaucoup plus haute : 317 avec H. Gelzer56, J. B. Bury57, A. von Harnack58, W. Ensslin59 ; 320 environ avec P. Peeters60, tandis que Saint-Martin et V. Langlois remontent jusqu’à 31461. Bien que ces hypothèses chronologiques ne puissent être vérifiées, on hésitera à placer la mort de Tiridate longtemps après 320. Dans cette perspective, un voyage de ce roi à Constantinople ne peut guère être envisagé.

  • 62 Cf. Seeck, Regesten, p. 174-175.

23Que penser d’une entrevue à Nicomédie ? Sans doute une route directe reliait-elle la Grande Arménie à cette ville de Bithynie et Tiridate III aurait pu s’y rendre sans trop de difficulté. Mais il ne faudrait pas oublier que Constantin n’est entré en possession de Nicomédie qu’à l’issue de la victoire de Chrysopolis (18 septembre 324). Il y fera de longs séjours dans les derniers mois de 324 et en 325 (avant et après le Concile de Nicée)62. Mais ce serait, semble-t-il, une date trop tardive pour un voyage de Tiridate III dans l’Empire romain.

***

  • 63 Sur Sirmium, cf. Fluss, RE, III A/1, 1927, col. 351-353, s. v. Sirmium ; J. Szilâgyi, Kl. Pauly, V (...)
  • 64 Sur Sardique, cf. RE, II A/2, 1923, col. 1669-1671. s.v. Serdica ; Chr. Danoff, Kl. Pauly, V, 1927 (...)

24De 316 à 322, Constantin résida le plus souvent dans les provinces danubiennes, tout spécialement à Sirmium en Pannonie63 et à Sardique (Serdica, l’actuelle Sofia) en Illyricum64.

  • 65 Cf. Seeck, Regesten, p. 165.
  • 66 Fragmenta Historicorum Graecorum éd. C. Müller, Paris 1928, IV, p. 199 :» Ότι Κωνσταντῖνος ἐβουλεύ (...)

25C’est à Sardique que le 1er mars 317, Constantin élèvera à la dignité de César ses fils Crispus et Constantin et le fils de Licinius65. Quelques années plus tard, quand il projettera de se donner une nouvelle capitale, il aurait d’abord pensé à Sardique. L’auteur anonyme, qui nous instruit de ce projet, fait dire à l’empereur : « Ma Rome est Sardique66. »

  • 67 Gelzer, Anfänge, p. 171.
  • 68 Cf. supra, p. 60.
  • 69 Gelzer, Anfänge, p. 169.
  • 70 Cf. Langlois, Historiens, I, p. 188, n. 1 ; Weber, Kirche, p. 192.
  • 71 Cf. Seeck, Regesten, p. 166.

26H. Gelzer ne doutait pas que l’entrevue ait eu lieu dans cette ville et après avoir produit des arguments qu’il croyait inattaquables, concluait : « Als Resultat, können wir dennach hinstellen. Der Bericht über die Reise Trdats und Gregors an den Hof Konstantins ist völlig authentisch und ebenso hat Armenien 314 wohl in Serdica mit Rom einen feierlichen Allianztraktat geschlossen, der bis 363 Bestand hatte67. » Mais nous avons déjà constaté que la promulgation de la constitution dont ce savant tirait parti en faveur de sa thèse est en réalité de beaucoup postérieure à Constantin68. D’autre part, dans l’« Agathange » arménien, l’expression « pays des Dalmates » n’a nullement la portée que lui attribuait Gelzer (« praefectura per Illyricum »)69, car les historiographes arméniens usent le plus souvent du nom de « Dalmates » pour désigner les Latins70. Ajoutons encore qu’il n’apparaît pas que Constantin ait résidé à Sardique avant l’année 31671.

27En résumé, si l’on examine objectivement la question, on ne voit pas quand et comment Tiridate aurait pu être reçu par Constantin à Sardique ou dans toute autre résidence impériale des provinces danubiennes.

***

28Si une entrevue de Constantin et de Tiridate III reste des plus problématiques, sinon tout à fait invraisemblable, il en va différemment d’un traité qui aurait été conclu entre l’empereur et le roi d’Arménie.

  • 72 La conversion du roi d’Arménie est l’œuvre de Grégoire, un apôtre venu de Cappadoce - et non pas u (...)

29Constantin n’a pu ignorer la conversion de Tiridate et de son royaume au christianisme, conversion qui, nous en sommes persuadée, est de plusieurs années antérieure à celle de l’empereur72. Cette communauté de religion était de nature à affermir des liens que la restauration de Tiridate par Dioclétien (vers 288 ?) avaient rendus particulièrement étroits. Il était naturel que Constantin et Tiridate entrent en contact, à tout le moins par l’intermédiaire d’une ambassade.

  • 73 Faustus De Byzance, III, 21 ; éd. de Venise, 1933, p. 65 = trad. Langlois, Historiens, I, p. 232.
  • 74 Moïse De Khoren, III, 5 ; éd. de Venise, 1881, p. 405 = trad. Langlois, Historiens, II, p. 135.

30A propos d’un événement nettement postérieur, la réception d’une ambassade arménienne par Constance II (fils de Constantin), Faustus de Byzance rapporte que l’empereur, après avoir écouté les ambassadeurs, s’était montré d’autant mieux disposé à leur égard qu’il « avait bonne mémoire du pacte d’alliance que le grand empereur Constantin et le roi Tiridate avait scellé avec prestation de serments »73. De son côté, Moïse de Khoren, donnant copie d’une lettre adressée à Constance II par le catholicos Vrtanes fait dire à celui-ci : «...Souviens-toi du pacte de ton père Constantin avec notre roi Tiridate74. »

  • 75 Asdourian, Beziehungen, p. 140 : « So wenig die Reise môglich ist, desto beglaubigter ist hingegen (...)
  • 76 E. Stein, Studien zur Geschichte des byzantinischen Reiches, Stuttgart 1919, p. 24.
  • 77 Voir supra, p. 60 et n. 34.

31L’authenticité de la tradition concernant ce traité a été admise non seulement par P. Asdourian75, mais par des spécialistes comme E. Stein76 et W. Ensslin77 qui, l’un et l’autre, placent cet événement en 314.

  • 78 Seeck, Regesten, p. 162-163.

32Mais comment justifier cette date de 314 ? Constantin passa à Trèves la plus grande partie de cette année-là et c’est seulement en automne qu’il se manifeste en Pannonie où il remporte une première victoire sur Licinius près de Cibalae78. De toute évidence, l’année 314 ne paraît guère avoir été propice à des transactions diplomatiques entre l’empereur et le roi d’Arménie.

  • 79 Pour le voyage de saint Grégoire à Césarée et son sacre par l’archevêque Léonce : Aa, § 791-808, é (...)
  • 80 Cf. supra, p. 60.

33C’est pourtant en 314 qu’eut lieu un événement d’une grande portée pour la christianisation de l’Arménie : la consécration de Grégoire l’Illuminateur comme catholicos d’Arménie par l’archevêque Léonce à Césarée de Cappadoce où était réuni un concile local79. Dans l’imposant cortège qui accompagnait Grégoire vers la capitale de la Cappadoce, ne se serait-il pas trouvé des messagers de Tiridate, lesquels, après l’arrêt à Césarée, auraient poursuivi leur route vers l’Occident et peut-être jusqu’à Rome, où, très exceptionnellement l’empereur séjourna trois mois en 31580. Serait-ce donc à Rome en 315 que l’acte aurait été contracté ? Un séjour à Rome d’envoyés du roi d’Arménie, porteurs de magnifiques présents, n’aurait-il pas contribué plus ou moins à la formation de la tradition d’une visite de Tiridate à Constantin à Rome ?

34Certains détails très suggestifs, donnés par la Vie grecque et la Vie arabe, ne seraient-ils pas un écho de la réception qui aura été réservée aux ambassadeurs arméniens à la cour impériale ? La question est posée. Du reste, il n’est pas exclu que l’accord ait été souscrit, au cours des années suivantes, dans les provinces danubiennes, à Sirmium ou à Sardique ou bien ailleurs.

  • 81 Cf. supra, p. 62-63.

35Quoiqu’il en soit, étant donné les problèmes chronologiques que pose le règne de Tiridate III81, nous éviterons de descendre jusqu’en 324 ou en 325, date du Concile de Nicée qui fut présidé par Constantin lui-même et qui aurait pu fournir l’occasion de contacts diplomatiques avec les représentants du roi d’Arménie.

  • 82 Sur le voyage de Tiridate Ier à Rome et ses conséquences politiques, cf. F. cumont, L’iniziazione (...)
  • 83 Ainsi les prouesses attribuées par Moïse de Khoren (II, 85) à Tiridate III contre les Aghuank’ et (...)

36En conclusion, à l’origine de la tradition dont nous avons passé en revue les différentes versions, il y a un fait indiscutablement véridique : l’alliance conclue entre le roi d’Arménie Tiridate III et l’empereur Constantin par l’intermédiaire d’une ambassade, soit à Rome soit dans une autre résidence impériale momentanée, alliance qui n’avait d’autre but que de confirmer l’ancien foedus qui, aux termes de l’accord de Rhandeia (63 ap. J.C.) faisait de la Grande Arménie un État client ou, si l’on préfère, un protectorat de Rome. Sur ce fond authentique est venu se greffer par la suite une réminiscence du voyage de Tiridate 1er à Rome, événement qui, en dépit du silence observé par les chroniqueurs arméniens, avait dû laisser quelques traces dans les traditions nationales82 ; au reste, ce ne serait pas le seul exemple où Tiridate a été confondu avec son prédécesseur et homonyme83.

  • 84 Aa, § 36, éd. de Tiflis, p. 29-30 ; Ag, § 16, éd. Lagarde, p. 11-12, éd. Lafontaine. p. 184-185 = (...)

37Mais cet authentique voyage de Tiridate Ier à Rome suffit-il à expliquer à lui seul la formation d’une tradition qui attribuait une démarche analogue - et postérieure de plus de deux siècles - à Tiridate III ? Cette tradition ne cacherait-elle pas, de surcroît, le séjour que ce même Tiridate avait dû faire à Rome avant son avènement ? C’est en effet l’invasion de la Grande Arménie par le Sassanide Shapur Ier et la défaite de son père Khosrov, qui avaient contraint Tiridate encore enfant à chercher refuge, avec l’aide de ses gouverneurs, dans l’Empire romain (en 252 ?)84. En tout état de cause, il est peu douteux que l’héritier du trône d’Arménie a passé une grande partie de son long exil dans la ville de Rome, là où les rois et princes étrangers, qu’ils fussent otages ou fugitifs, étaient appelés à résider.

Annexes

* Liste des abréviations :

Asdourian, Beziehungen : P. Asdourian, Die polilischen Beziehungen zwischen Armenien und Rom von 190 v. Chr. bis 428 n. Chr., Venise 1911.

Dagron, Constantinople : G. Dagron, Naissance d’une capitale : Constantinople et ses institutions de 430 à 451, Paris 1974.

Gelzer, Anfänge : H. Gelzer, Die Anfänge der armenischen Kirche, Berichte über Verhandlungen der königl. sächs. Gesell. der Wiss. zu Leipzig, Philologische-historische Klasse, 1895, p. 109-174.

Langlois, Historiens : V. Langlois, Collection des historiens anciens et modernes de l’Arménie, 2 vol., Paris 1867-1869.

Seeck, Regesten : O. Seeck, Regesten der Kaiser und Päpste für die Jahre 311 bis 476 n. Chr., Stuttgart 1919, réimpr. Francfort 1964.

Tournebize, Histoire : F. Tournebize, Histoire politique et religieuse de l’Arménie, Paris 1910.

Weber, Kirche : S. Weber, Die katholische Kirche in Armenien, Fribourg en Brisgau 1903.

Notes

1 Nous tiendrons compte dans cette étude des recensions suivantes : 1) « Agathange » arménien (Aa), éd. de Tiflis, 1914 ; trad. Langlois, Historiens, I, p. 105-194. 2) « Agathange » grec (Ag), éd. P. DE LAGARDE, Agathangelos und die Akten Gregors von Armenien, 1888 (Abhandlungen der königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen 35) ; éd. G. Lafontaine, La version grecque ancienne du livre arménien d’Agathange, Louvain 1973 (Publications de l’Institut orientaliste de Louvain 7) ; 3) Vie grecque ( Vg), éd. G. Garitte, dans Documents pour servir à l’étude du Livre d’Agathange, Città del Vaticano 1946, p. 25-116 (Studi e Testi 127) ; 4) Vie arabe (Va), éd. G. Garitte, ibid., p. 27-116 ; 5) « Agathange » syriaque, éd. M. Van Esbroeck, Le résumé syriaque de l’athange, An. Boll. 95, 1977, p. 291-358 = Vie karshûni (Vk), éd. M. Van Esbroeck, Un nouveau témoin du livre d’Agathange, REArm. N. S. 8, 1971, p. 13-167. Il n’est pas fait mention du voyage de Tiridate à Rome dans la Vie d’Ochrida (Vo), éd. G. Garitte, La Vie grecque inédite de saint Grégoire d’Arménie, An. Boll. 83, 1965, p. 233-320.

2 Aa, § 872, éd. de Tiflis, p. 440 ; Ag, § 165-166, éd. Lagarde, p. 83, éd. Lafontaine, p. 335 = trad. Langlois, p. 187.

3 Aa, § 873-874, éd. de Tiflis, p. 440-441 = trad. Langlois, p. 187-188. La mention du « pays des Dalmates » est absente de Ag.

4 Dans Ag, § 165 (éd. Lagarde, p. 83, éd. Lafontaine, p. 336), l’évêque de Rome est appelé Eusèbe.

5 Aa, § 875-883, éd. de Tiflis, p. 440-444 ; Ag, § 165-167 (éd. Lagarde. p. 83, éd. Lafontaine, p. 335-338) = trad. Langlois, p. 188-190.

6 Vg, § 174, p. 106 : «...ἔσπευδεν πρέσβεις ἐξαποστεῖλαι, ἀμφότερα ἐφιέμενος καὶ τòν μάρτυρα καὶ ἀρχιερέα δέξασθαι καὶ τòν βασιλέα ‘Αρμενίας εἰς πάκτα καὶ φιλίαν προτοέψασθαι. » Selon Va, § 167, ibid., l’intention de Constantin était d’imposer tribut à Tiridate. Cf. infra. p. 58.

7 Vg, § 175, ibid. Cf. Va, § 168, ibid. : « ab omnipotente Caesare Augusto fide victorioso Constantino, Tiridate regi magnae Armeniae : pax tibi. »

8 Vg, § 178-180, Va, § 171-173, p. 108-109.

9 Vg, § 181-183, Va, § 174-176, p. 109-110.

10 Vg, § 183-185, Va, § 176-178, p. 110-112.

11 Vg, § 188, Va, § 181, p. 112.

12 Vg, § 189, Va, § 182, p. 113.

13 Vg, § 190, p. 113 : « Βεβαιώσας δὲ καὶ τὰ πρώην γινόμενα ἐπί πλείω πάκτα... » ; Va, § 183, ibid. : « et coegit illos tributum solvere. »

14 Vg, § 190, Va, § 183, p. 113.

15 « Agathange » syriaque, § 219-240, An. Boll. 95, 1977, p. 339-344 = Vk § 219-240, REArm. N. S. 8, 1971, p. 74-80.

16 Cf. infra, p. 61-62.

17 Faustus De Byzance, III, 21. Cf. infra, p. 64.

18 Moïse De Khoren, II, 84 ; éd. de Venise, 1881, p. 351 = trad. Langlois, Historiens, II, p. 124.

19 Ibid., III, 5. Cf. infra, p. 64.

20 Cf. infra, p. 64-65.

21 Zénob De Glak, Histoire de Taron, éd. de Venise, 1832, p. 40 s. = trad. Langlois, Historiens, I, p. 351.

22 Ibid., p. 43 = trad. Langlois, Historiens, I, p. 352.

23 Nicéphore Kalliste, Histoire Ecclésiastique, VIII, 35 (PG 146, col. 134-135) : « Καινοῖς δέ θαύμασι τοὺς ἐνοίκους δαίμονας ἀπελάσας τῆς χώρας, αὐτόν τε Γρηγορίον σύναμα Τηριδάτῃ παρὰ τòν μέγαν βασιλέα Κωνσταντῖνον γενέσθαι· τòν δὲ συνήδεσθαι τὰ παράδοξα δαικούοντα. »

24 Cl. Galanus, Historia Armena, 1686, p. 30 ; M. Tchamtchean (Chamich), Hislory of Armenia, trad. J. Avdall, Calcutta 1827, I, p. 162 (voyage de Tiridate à Rome en 319) ; G. De Serpos, Compedio storico concernante la religione e la morale délia nazione armena, I, 1836, p. 200 s. ; J. Dashian, Agat’angelos ar Georgay Asori episkoposin (Agathange chez l’évêque syrien Georges), Vienne 1891, p. 143 s. ; L. Alishan, Ayrarat, Venise 1890, p. 388, n. 3. S. Weber lui-même (Kirche, p. 191 s.) n’écarte pas la possibilité d’une entrevue à Rome. Il se demande à ce propos si la mention d’un « equum Tiridatis regis Armeniae » dans la Descriptio urbis Romae (Regio VII, éd. Labbe = PL 18, col. 443) de Publius Victor ne serait pas à mettre en rapport avec un séjour de Tiridate III à Rome. 11 est peu douteux cependant que cette représentation d’un cheval de Tiridate est à mettre au dossier du roi d’Arménie homonyme contemporain de Néron : Tiridate Ier.

25 J. Stiltingh, in AASS sept., VIII, 1762, p. 35.

26 Langlois, Historiens, II, 1869, p. 124, n. 2.

27 Histoire universelle par Etienne Açogh’ig de Daron, trad. e. dulaurier, Paris 1883, p. 194.

28 A. Von Gutschmid, Kleine Schriften, III, Leipzig 1893, p. 419.

29 A. Ter Mikelian, Die armenische Kirche in ihren Beziehungen mit den byzantinischen, Leipzig 1892, p. 18-19.

30 Asdourian, Beziehungen, p. 140 et 141 n. 4.

31 Tournebize, Histoire, p. 54-55.

32 A. Von Gutschmid, cité supra n. 28. Sur le voyage de Tiridate Ier à Rome cf. infra, p. 65-66.

33 Asdourian, Beziehungen, p. 141-142.

34 W. Ensslin, Re, VI A/2, 1937, col. 2249, s.v. Trdat : « Im Jahr 314 schloss Trdat mit Constantin I. einen Vertrag, an dem ebenso festzuhalten ist, wie die Reise des Königs mit Gregor nach Rom oder an den Hof abgelehnt werden muss. » De même E. Stein (cf. infra, n. 74).

35 Gelzer, Anfänge, p. 167-171..

36 Eusèbe, Histoire Ecclésiastique, IX, 8, 2.

37 Faustus De Byzance, III, 21. Cf. infra, p. 64.

38 Codex Theodosianus, XI, 1. De Annona et tributis, ed. Th. Mommsen et P. M. Meyer, Berlin 1954, I, p. 571 : « IMP. Constantinus A. Ad Proclianum. Praeter privatas res nostras et ecclesias catholicas et domum clarissimae memoriae Eusebii exconsule et exmag(is)tro equitum et peditum et Arsacis regis Armeniorum nemo ex nostra iussione praecipuis emolumentis familiaris iuvetur substantiae. »

39 Cf. Gelzer, Anfänge, p. 168.

40 Cf. O. Seeck, Die Zeitfolge der Gesetzen des Constantius, Zeitschrift für Rechtgeschichte 23, 1889, p. 248. Cf. ASDOURIAN, Beziehungen, p. 151, n. 2.

41 Gelzer, Anfänge, p. 169. Cf. aussi infra, p. 63-64.

42 Selon la juste remarque de G. Garitte (Documents, p. 233), Eusèbe de Rome qui fut pape en 309, n’a pu assister à la visite de Tiridate à Constantin, lequel n’entra à Rome qu’en 312. Il y aurait donc eu confusion entre Eusèbe et Sylvestre, ou bien encore entre Eusèbe de Flome et Eusèbe de Nicomédie : cf. Gelzer, Anfänge, p. 171 ; Weber, Kirche, p. 192 ; Garitte, loc. cit.

43 Cf. Seeck, Regesten, p. 160. En janvier 313, Constantin quitte Rome pour se rendre à Mediolanum (Milan) où il allait rencontrer Licinius et épouser sa sœur Constantia.

44 Cf. Seeck, Regesten, p. 163-164 ; L. Brêhier, Constantin et la fondation de Constantinople, RH 119, 1915, p. 267.

45 Seeck, Regesten, p. 177. Cf. Brêhier, cité supra n. 42a, p. 244, 267 ; dagron, Constantinople, p. 33.

46 Cf. supra, p. 60 et n. 40.

47 Tournebize, Histoire, p. 55.

48 Ter mikelian, Kirche, cité supra n. 29, p. 19-20.

49 N. Sarkissian, Agathange et ses secrets (en arm.), Venise 1890, p. 259.

50 Pour l’« Agathange » syriaque et sa version arabe (Vie karshûni) cf. supra, n. 1.

51 « Agathange » syriaque, § 275-284, An. Boll. 95, 1977, p. 352-354 = Vk § 275-284, REArm. N. S. 8, 1971, p. 88-90.

52 M. Van Esbroeck, ibid., p. 202 : « Rappelons brièvement que divers détails de cette forme de l’Agathange rendent son éclosion probable entre les années 604 et 610. » Cf. aussi G. Winkler, Our Present Knowledge of the History of Agatangelos and its Oriental Versions, REArm. N. S. 14, 1980, p. 125-141.

53 L. Bréhier, cité supra n. 42a, p. 267-268 ; E. Gerland, BNJ 10, 1934, p. 102· 103 ; E. Stein, Histoire du Bas-Empire, I, 1959, p. 478 ; Dagron, Constantinople, p. 33.

54 Dans la Vita Constantini (IV, 7), Eusèbe de Césarée affirme avoir vu de ses propres yeux, attendant aux portes du palais impérial nombre d’ambassadeurs de peuples barbares, habillés et coiffés de toutes les façons. Ces délégués, d’où qu’ils fussent venus, étaient chargés de présents de prix ; les uns apportaient des couronnes d’or, les autres des diadèmes ornés de pierreries ou bien des vêtements « barbares » sertis d’or et brodés de fleurs ou bien encore des chevaux, des boucliers, des arcs et des flèches. Ils voulaient ainsi montrer à l’empereur qu’ils étaient disposés à lui offrir leur soumission et leur alliance. Parmi ces nations lointaines venues solliciter Constantin, le biographe impérial cite les Blemyes (peuple d’Éthiopie), les Indiens, les Éthiopiens. Eusèbe a pu être témoin de faits semblables à la faveur de ses séjours à Constantinople en 335 et 336.

55 Asdourian, Beziehungen, p. 195, descend même jusqu’à 336/337.

56 Gelzer, Anfänge, p. 167.

57 J. B. Bury apud E. Gibbon, History of the decline and the fall of Roman Empire, II, 1897, p. 564.

58 A. Von Harnack, Mission und Ausbreitung, II4, 1924, p. 752.

59 W. Ensslin, RE, VI A/2, 1937, col. 2249, s. v. Trdat Nr 1.

60 P. Peeters, L’intervention de Constance II en Grande Arménie en 338, Bulletin de la Classe des Lettres de l’Académie royale de Belgique 17, 1931, p. 17 : vers 320. Cf. ibid., p. 36-37 : « On admet généralement que Tiridate mourut en 317. Cette date manque d’attestation certaine et pourrait être remontée, mais de quelques années seulement. »

61 J. Saint-Martin, éd. Lebeau, Histoire du Bas-Empire, I, p. 406 ; Id., Mémoires historiques et géographiques sur l’Arménie, I, Paris 1818, p. 412-413 ; Langlois, Historiens, I, p. 122 ; II, p. 386.

62 Cf. Seeck, Regesten, p. 174-175.

63 Sur Sirmium, cf. Fluss, RE, III A/1, 1927, col. 351-353, s. v. Sirmium ; J. Szilâgyi, Kl. Pauly, V, 1975, col. 213, s.v. Sirmium.

64 Sur Sardique, cf. RE, II A/2, 1923, col. 1669-1671. s.v. Serdica ; Chr. Danoff, Kl. Pauly, V, 1927, col. 232, s.v. Serdica.

65 Cf. Seeck, Regesten, p. 165.

66 Fragmenta Historicorum Graecorum éd. C. Müller, Paris 1928, IV, p. 199 :» Ότι Κωνσταντῖνος ἐβουλεύσατο πρῶτον ἐν Σαρδικῇ μεταγαγεῖν τὰ δημόσια φιλῶν τε τὴν πόλιν ἐκείνην συνεχῶς ἒλεγεν "Ή ἐμὴ ‘Ρώμη Σαρδική ἐστιν." » Cf. J. Vogt, Constantin der Grosse und sein Jahrhundert, 1949, p. 189 ; Dagron, Constantinople, p. 27, 29 et p. 30 : « Sardique, nous venons de le voir, peut être considérée comme un premier pas vers la fondation de Constantinople... »

67 Gelzer, Anfänge, p. 171.

68 Cf. supra, p. 60.

69 Gelzer, Anfänge, p. 169.

70 Cf. Langlois, Historiens, I, p. 188, n. 1 ; Weber, Kirche, p. 192.

71 Cf. Seeck, Regesten, p. 166.

72 La conversion du roi d’Arménie est l’œuvre de Grégoire, un apôtre venu de Cappadoce - et non pas un prince arsacide, comme le veut une tradition sujette à caution -, peut-être au temps de la persécution de Dioclétien, peut-être auparavant. Contrairement à ce que l’on a pu croire, cette conversion n’a pas été suscitée par Constantin qui, même après son adhésion au christianisme, s’est montré très tolérant envers les doctrines païennes et leurs adeptes. Cf. notre article paru dans Le Muséon 102, 1989, surtout p. 125 s.

73 Faustus De Byzance, III, 21 ; éd. de Venise, 1933, p. 65 = trad. Langlois, Historiens, I, p. 232.

74 Moïse De Khoren, III, 5 ; éd. de Venise, 1881, p. 405 = trad. Langlois, Historiens, II, p. 135.

75 Asdourian, Beziehungen, p. 140 : « So wenig die Reise môglich ist, desto beglaubigter ist hingegen ein Bündniss zwischen Tiridates und Constantinus dem Grossen. »

76 E. Stein, Studien zur Geschichte des byzantinischen Reiches, Stuttgart 1919, p. 24.

77 Voir supra, p. 60 et n. 34.

78 Seeck, Regesten, p. 162-163.

79 Pour le voyage de saint Grégoire à Césarée et son sacre par l’archevêque Léonce : Aa, § 791-808, éd. de Tiflis, p. 402-408 ; Ag, § 135-139, éd. Lagarde, p. 68-71 et éd. Lafontaine, p. 304-310 = trad. Langlois, Historiens, p. 171-173 ; Vg, § 123-153 et Va, § 111-141 (Garitte, p. 83-95). Sur ce concile de Césarée, cf. J. Lebon, Sur un concile de Césarée, Le Muséon 51, 1938, p. 89-132 ; Garitte, Documents, p. 131 et 314.

80 Cf. supra, p. 60.

81 Cf. supra, p. 62-63.

82 Sur le voyage de Tiridate Ier à Rome et ses conséquences politiques, cf. F. cumont, L’iniziazione di Nerone da parte di Tiridate d’Armenia, Riv. di filol. 61, 1933, p. 145-154 ; J. gagé, L’empereur romain et les rois, RH 221, 1959, p. 241, 248, 255 ; M. Lemosse, dans Mélanges Gidel, 1961, p. 255-268 ; ID., Le régime des relations internationales dans le Haut-Empire romain, 1967, p. 105 s. et passim ; K. H. Ziegler, Die Beziehungen zwischen Rom und dem Partherreich, 1964, p. 73 s.

83 Ainsi les prouesses attribuées par Moïse de Khoren (II, 85) à Tiridate III contre les Aghuank’ et les Basilk’ reposent sur une interprétation anachronique et romancée de la lutte que Tiridate Ier eut à soutenir contre les Alains qui le mirent en fuite (Flavius Josèphe, Bell. Jud., VII, 7, 4).

84 Aa, § 36, éd. de Tiflis, p. 29-30 ; Ag, § 16, éd. Lagarde, p. 11-12, éd. Lafontaine. p. 184-185 = trad. Langlois, Historiens, I, p. 121-122 ; Vg, § 183, Va, § 176, p. 107, Moïse De Khoren, II, 76 = trad. Langlois, Historiens, II, p. 119 ; Elisée Vardapet, III, 48, éd. de Venise 1950, p. 138 = trad. Langlois, op. cit., p. 206.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540