Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

L’intégration des Arméniens dans l’aristocratie byzantine au ixe siècle

Isabelle Brousselle

Texte intégral

  • 1 Notre communication ne prendra pas en considération les souverains et les princes arméniens alliés (...)
  • 2 La bibliographie est importante sur cette question ; cf. en particulier N. Adontz, Études arméno-b (...)
  • 3 Pour le ixe siècle, voir notamment la Vie de saint Antoine le Nouveau, exilé palestinien promu str (...)
  • 4 D. Turner, The Origins and Accession of Leo V (813-820), JÖB 40, 1990, p. 171-203 et l’étude de N. (...)

1Officiers placés à la tête d’un thème ou d’un tagma, proches conseillers de l’empereur, agents plus modestes de l’administration de l’empire, nombreux sont les archontes d’origine arménienne mentionnés dans les sources byzantines du ixe siècle1. Leur présence au sein des élites dirigeantes de l’empire n’est pas nouvelle : au vie siècle déjà, l’empereur Justinien avait confié de hautes charges militaires à des généraux d’origine arménienne, dont l’illustre Narsès. Ce phénomène se poursuivit pendant les « siècles obscurs » et fut appelé à s’amplifier encore pendant la seconde moitié du xe siècle et au xie siècle, avec la reconquête byzantine à l’est, puis l’annexion de l’Arménie2. L’intégration d’éléments non grecs à l’aristocratie byzantine est par ailleurs courante : des membres d’autres communautés nationales que les Arméniens - des Bulgares, des Slaves, des Géorgiens, des Palestiniens et même des Arabes convertis - s’élevèrent, au ixe siècle, à un rang important de la hiérarchie aulique. Par la suite, des Russes, des Normands ou des Turcs se firent conférer hautes fonctions et dignités prestigieuses3. Mais, au ixe siècle, les archontes d’origine arménienne occupent dans les milieux dirigeants byzantins une place originale par leur nombre - ils constituent la plus nombreuse des communautés non grecques représentées dans l’aristocratie -, mais surtout par l’importance des fonctions qu’ils exercèrent. La charge impériale elle-même ne fut-elle pas détenue à deux reprises par des empereurs de souche arménienne, Léon V l’Arménien (813-820) et Basile Ier le Macédonien (867-886), qui, tous deux, prétendaient descendre des souverains arsacides4 ? Nous nous proposons d’examiner les facteurs qui ont permis l’insertion puis l’assimilation de ces éléments arméniens dans l’aristocratie byzantine du ixe siècle, à travers l’étude des sources grecques, notamment des chroniques rédigées aux ixe et xe siècles, en mettant l’accent sur trois points. Le premier portera sur les éléments d’identification utilisés dans les sources pour mentionner ou souligner une ascendance arménienne. Puis nous nous attacherons à définir comment, par l’exercice de commandements militaires, des Arméniens se sont insérés dans les élites dirigeantes de l’empire. Enfin nous tenterons de faire le point, dans l’obscur domaine des sphères de la vie privée, sur la question des solidarités et des particularismes religieux et culturels propres aux archontes d’origine arménienne.

  • 5 Théophane, éd. C. de Boor, Leipzig 1883, p. 698. Cf. N. Adontz, L’âge et l’origine, op. cit., p. 9 (...)
  • 6 J.-Cl. Cheynet, Du prénom au patronyme : Les étrangers à Byzance (xie-xiie siècles), Studies in By (...)
  • 7 Iosephi Genesii regum libri quattuor, éd. A. Lesmueller-Werner, I. Thurn, Berlin -New York 1978 (C (...)
  • 8 Georges le Moine cont., p. 769.

2Les sources des ixe-xe siècles, en particulier les chroniques, ne mentionnent pas de façon systématique l’origine étrangère des archontes, des représentants de l’autorité impériale : les racines arméniennes de certaines grandes familles aristocratiques des ixe-xe siècles - Mousélé, Sklèros, Kourkouas, Lécapène -ne sont pas explicitement précisées, alors même que ces origines, au vu de critères onomastiques, sont hautement probables. Ne mentionnons qu’un exemple : le chroniqueur Théophane, rapportant la campagne de 778 contre les Arabes en Cilicie et dans le Taurus, énumère les stratèges qui participèrent à cette expédition ; il désigne l’un d’eux, Artavasdos, stratège des Anatoliques, par son surnom, « l’Arménien », n’indiquant que le nom et la fonction des autres. Or, parmi eux, figurent Tatzatès, prince arménien de la famille des Andzevatzis et Καριστερότζης, le prince bagratide Varaz-Tirots, deux exilés arméniens dont le passage dans l’empire est clairement mentionné dans les sources arméniennes5. Un autre de ces stratèges, Grégoire ὁ τοῦ Μουσουλακίου, pourrait lui aussi être d’origine arménienne si, comme la vraisemblance l’y autorise, l’on admet que le prénom de son père, Mousoulakios, est un diminutif de l’arménien Moušel6. Les noms portés par ces stratèges évoquent donc tous une origine arménienne ; or le seul Artavasdos est appelé l’Arménien, ce qui invite à s’interroger sur la fonction de cet ethnique dans les sources. Si son rôle est avant tout de souligner une origine étrangère, dans certains cas, il pourrait, sous la plume des chroniqueurs, servir d’élément d’identification supplémentaire, destiné à éclairer le lecteur en cas d’homonymie, à une époque où l’usage des noms patronymiques n’est pas encore courant. Un certain nombre d’archontes présentés comme ἀρμένιοι portent en effet des prénoms courants comme Léon, Manuel ou Constantin7. Cet ethnique enfin, comme les surnoms à caractère géographique, « le Cappadocien », « le Macédonien », a une valeur neutre et ne s’accompagne qu’exceptionnellement de connotations péjoratives dans les chroniques. Le Continuateur de Georges le Moine attribue certes le caractère difficile de l’empereur Léon V à ses origines arméniennes, reprenant les préjugés tenaces qui circulent sur les Arméniens mais la mention de tels a priori, unique dans les chroniques, concerne un empereur particulièrement haï pour sa politique religieuse, envers qui toutes les accusations deviennent licites8.

3Les chroniques des ixe-xe siècles font donc apparaître un paradoxe : en un siècle où des archontes d’origine arménienne exercèrent les plus hautes charges de l’empire, elles n’accordent - si l’on excepte le cas des empereurs -qu’une importance relative à leurs racines étrangères, rarement précisées de façon explicite par l’ethnique ό ’Αρμένιος, ό Άρμένης, ἐξ ’Αρμενίων. Cette discrétion n’est sans doute pas sans signification politique, dans la mesure où il s’agit de représentants de l’autorité impériale.

  • 9 Michel Attaliate attribue, rappelons-le, des origines ibères à la famille Phokas où se transmet le (...)

4Les indications prosopographiques suggérant la probabilité ou la possibilité d’une ascendance arménienne, nombreuses dans les sources, sont d’une interprétation parfois difficile. Nous commencerons par les indications onomastiques : prénom, surnom personnel ou nom patronymique. Les sources, tant littéraires que sigillographiques, mentionnent en effet un nombre conséquent d’archontes portant des prénoms traditionnellement donnés en Arménie, comme Arsaber, Artavasdos, Bardas, Pankratios, Symbatios, Vaanès, pour ne citer ici que les plus courants. Rappelons que certains de ces prénoms sont également en usage en Géorgie et qu’ils peuvent aussi être portés par des Arabes fixés en Arménie9.

  • 10 Evelyne Patlagean, Les débuts d’une aristocratie byzantine et le témoignage de l’historiographie : (...)
  • 11 Cheynet, Prénom, p. 57-66.
  • 12 DAI, 46,11 et 22 (Kourkouas).
  • 13 Cheynet, Prénom, p. 62-63, montre qu’un archonte d’origine étrangère ne prendra pas comme nom patr (...)
  • 14 Cf. les patronymes ou surnoms du type Hagiopolitès, Dekapolitès, Amniatès (saint Philarète le Misé (...)
  • 15 Sur le nom Krinitès : Adontz, Études, p. 228-229 ; sur Lécapène : H. Grégoire, Notules III. Le lie (...)
  • 16 La question peut se poser pour le nom de Georges Pèganès qui suivit Symbatios dans sa révolte cont (...)
  • 17 Théophane cont., p. 18,9-10 (Manuel l’Amalécite) ; Georges le Moine cont., p. 838,1 (Artavasdos le (...)
  • 18 Sur le nom même du thème des Arméniaques : Constantin VII Porphyrogénète, De thematibus, éd. A. Pe (...)
  • 19 Cf., par exemple, W. Seibt, Die Skleroi. Eine prosopographisch-sigillographische Studie, Vienne 19 (...)

5Plus qu’une ethnie au sens strict du terme, ils évoquent une aire géographique, les régions caucasiennes. De même, certains surnoms ou noms patronymiques semblent dériver étymologiquement d’un prénom, d’une localité, voire d’un terme arménien. Les noms patronymiques commencent à se diffuser dans l’aristocratie au ixe siècle et, si les règles de formation de ces noms lignagers ne sont pas encore nettement fixées, des lignes directrices peuvent toutefois être définies dès cette époque10. Certains noms patronymiques grecs se forment en effet à partir de prénoms, celui du « fondateur » de la famille - ou de son père -, c’est-à-dire du premier de ses membres qui s’est illustré au service de l’empereur. L’étude menée par J.-Cl. Cheynet sur les sceaux des xe-xiie siècles a montré que les familles d’origine étrangère prenaient usuellement un nom patronymique formé sur le prénom grécisé de leur « fondateur »11. Aussi peut-on attribuer des origines arméniennes à quelques familles aristocratiques du ixe siècle, dont le nom évoque un prénom arménien. Le patronyme Mousélé serait forgé sur le prénom Mousel, Kourkouas sur Gurgen, Zaoutzès sur Tzantès ou sa variante Tatzatès12. Il est également probable que le patronyme Mousoulakios ou Mousalon dérive de Mousel, mais l’Arménien fondateur de cette famille ne pourrait être identifié à l’éponyme de la famille Mousélé13. Les patronymes grecs peuvent également être forgés sur un nom de lieu, la région, la ville ou le village de la personnalité éponyme, suivi d’un suffixe en -itès ou en -ènos14. On peut admettre que quelques familles d’origine arménienne ont suivi cet usage pour la formation de leur nom patronymique : la place-forte arménienne de Krni pourrait être le berceau de la famille Krinitès, tout comme la cité de Lakapè, celui des Lécapènes15. Quant aux noms dont l’étymologie laisserait transparaître un terme du vocabulaire arménien, ils n’apparaissent qu’exceptionnellement dans les sources de cette période16. Certaines indications prosopographiques enfin ne font que suggérer une possible origine arménienne. C’est le cas des surnoms évoquant de façon imprécise ou archaïsante l’Orient, comme « l’Amalécite », « le Perse », « l’Assyrien », « le Turc »17. La question se pose également lorsqu’un archonte est dit originaire des régions orientales de l’empire, où vivent des Arméniens, mêlés aux populations grecques : Petite-Arménie qui, en deçà de l’Euphrate, fut, pendant des siècles, le refuge traditionnel des Arméniens en butte aux persécutions, Cappadoce, au sens large du terme ou, pour reprendre les divisions administratives byzantines, thèmes des Arméniaques, de Paphlagonie, de Chaldie, de Charsianon18. Seul le rapprochement de plusieurs données telles que prénoms familiaux, nom patronymique, berceau de la famille, alliances matrimoniales, possession de biens fonciers dans les thèmes de la frontière orientale, exercice de charges dans ces mêmes régions, permet alors d’étayer l’hypothèse d’une origine arménienne19.

  • 20 Vita Euthymii patriarchae constantinopolilae († 917). Text, translation and commentary by Patricia (...)
  • 21 De thematibus, p. 75.
  • 22 Théophane cont., p. 107,14.
  • 23 Analyse de l’ascension de Basile dans H. G. Beck, Byzantinisches Gefolgschaftswesen, Bayer. Akadem (...)

6Concluons sur ce point. Pour donner ce qui n’est qu’un ordre de grandeur, les seules sources littéraires font apparaître, pour le ixe siècle, une soixantaine d’archontes dont l’origine arménienne est avérée ou hautement probable, suivant les critères réunis ci-dessus ; les sources sigillographiques, d’une interprétation délicate, n’ont pas été prises en considération dans cette estimation. Ce nombre modeste, qui inclut Arméniens récemment installés dans l’empire et descendants d’Arméniens, n’en est pas moins significatif, en raison des très hautes charges exercées par certains de ces archontes. Ne rappelons que quelques noms : les empereurs Léon V et Basile Ier, le césar Bardas, régent sous Michel III et Stylianos Zaoutzès, basiléopatôr sous Léon VI20, qui, tous d’origine arménienne, ont gouverné l’empire. Ces archontes de souche arménienne ne forment pas un groupe social homogène. L’ancienneté de l’implantation de ces hommes ou de leur famille dans l’empire, leurs origines géographiques et sociales jouent ici un rôle capital. Trois grands types de « profil » peuvent ainsi être établis : celui des princes ou des seigneurs arméniens, s’exilant seuls ou avec leurs « hommes » dans l’empire, pour, comme Asot et son serviteur Mélias, se mettre au service de l’empereur21 ; celui des descendants de ces exilés, intégrés dans l’aristocratie byzantine, comme Alexis Mousélé, choisi pour gendre et successeur par l’empereur Théophile22 ; celui enfin d’aventuriers comme le futur empereur Basile Ier, paysan issu de la communauté gréco-arménienne de Thrace-Macédoine, archonte à l’itinéraire atypique mais représentatif de la mobilité sociale byzantine23. La question de leur insertion dans les élites dirigeantes de l’empire se pose en des termes très différents.

  • 24 P. Charanis, The Transfer of Population as a Policy in the Byzantine Empire, Comparative Studies i (...)
  • 25 Vie de sainte Marie la Jeune, éd. Kourilas, Θρακικà 26, 1957, § 2.
  • 26 Un cas fait problème sous le règne de Romain Lécapène : en 923, un certain Tatzatès, présenté comm (...)

7Examinons tout d’abord le cas des aristocrates arméniens exilés dans l’empire. Selon les aléas politiques, ils se fixèrent définitivement ou temporairement dans l’empire, seuls ou avec leurs « vassaux », accueillis non sans quelque méfiance par les souverains byzantins24. Les négociations qui ont précédé l’arrivée de ces exilés, leur réception à la cour impériale sont mal connues. Un point est sûr : les sources ne prennent en considération que les exilés officiellement reçus au palais et investis de titres de dignité et de fonctions par l’empereur, comme le père de sainte Marie la Jeune et ses compagnons, grands seigneurs arméniens, qui reçurent de l’empereur Basile Ier des présents, des titres (ἀξιώμασις) et des charges importantes (ταῖς πρώταις τιμαῖς)25. À notre connaissance, les sources du ixe siècle ne mentionnent pas d’exemple d’aristocrate arménien exilé vivant en simple particulier dans l’empire, sans relation avec le palais impérial26.

  • 27 L’Arménien Manuel, oncle de l’impératrice Théodora, commença cependant sa carrière comme prôtostra (...)
  • 28 P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, BSl 22, 1961, p. 196-240 (= Studies on the dem (...)
  • 29 Le père de sainte Marie la Jeune fut vraisemblablement établi par l’empereur en Thrace, ses deux f (...)
  • 30 DAI, 50,142-146 ; De thematibus, p. 75 ; Théophane cont., p. 268 et 358. Voir G. Dédéyan, Mleh, st (...)

8En recevant titres et fonctions, par la volonté impériale, des Arméniens prenaient rang dans l’aristocratie byzantine, une aristocratie de fonction, comme nous le rappellerons plus bas. Les charges qui leur sont confiées sont, si l’on se réfère à quelques trop rares mentions, essentiellement des commandements militaires27. Leur rôle dans la défense de l’empire, le sursaut militaire puis la vaste entreprise de reconquête menée par Byzance - tant sur la frontière occidentale qu’orientale - a été suffisamment étudié pour que nous ne revenions pas sur ce point28. Soulignons toutefois le fait que les empereurs byzantins leur attribuèrent des commandements dans divers thèmes de l’empire et qu’ils n’exercèrent pas leurs fonctions de manière privilégiée dans les régions orientales29. L’empereur Léon VI confia quelque temps les confins frontaliers du futur thème de Lykandos à des chefs arméniens mais leur retira rapidement toute autorité, à l’exception de Mélias30.

  • 31 Théophane, p. 456 (Tatzatès) ; Théophane cont., p. 110,1-2 (Manuel). Selon le chroniqueur arménien (...)
  • 32 Théophane cont., p. 372,17.

9L’engagement de ces officiers arméniens dans les luttes politiques qui se jouèrent autour du pouvoir est également remarquable : les dissensions qui l’opposèrent à l’impératrice Irène, vraisemblablement sur la question du rétablissement du culte des images, contraignirent le stratège Tatzatès à s’enfuir chez les Arabes ; l’Arménien Manuel, prôtostratôr de Michel Ier, soutint son maître menacé ; par la suite, devenu l’un des premiers personnages de l’État, il se heurta à l’empereur Michel II et dut également s’exiler chez les Arabes ; le stratège Bardanès le Turc entra en rebellion contre l’empereur Léon V et se fit proclamer empereur par ses troupes31. La participation à des révoltes ou le choix de l’exil chez les Arabes ne peuvent être qualifiés de manque de loyauté envers l’empire qui les a accueillis : les archontes d’origine grecque, tel Andronic Doukas sous Léon VI, s’opposent de la même manière au pouvoir impérial32. Bien au contraire, le rôle actif des officiers arméniens dans les luttes internes de l’empire témoigne de la réalité de leur insertion dans les élites dirigeantes byzantines.

  • 33 Cf. N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, Paris 1972, p. 21-24
  • 34 L’élévation de Basile le Macédonien au trône impérial est l’illustration la plus éclatante de cett (...)
  • 35 Courte synthèse récente dans Dédéyan, Histoire, p. 258-259.
  • 36 J. Laurent, Un féodal arménien au ixe siècle : Gourguen Ardzrouni, fils d’Abou Beldj, REArm. 2, 19 (...)
  • 37 Théophane cont., p. 268,4 (Kourtikios de Lokana) ; DAI, 50,115-126 (Manuel de Tekis).

10La rapidité de leur intégration dans les cadres politiques byzantins résulte d’une conjonction de facteurs, au premier rang desquels se trouve la nature même de l’aristocratie byzantine. Celle-ci est avant tout une aristocratie de fonction, fondée, non pas tant sur la naissance, la richesse et l’influence sociale, même si ces éléments jouent un rôle essentiel, que sur la détention d’un titre de dignité ou d’une charge conférée par l’empereur33. De fait, l’aristocratie byzantine se caractérise par son ouverture, remarquable au ixe siècle : ouverture aux soldats sortis du rang, aux serviteurs distingués par l’empereur, aux étrangers de toute origine34. Périodiquement renouvelée par de nouveaux éléments, l’aristocratie byzantine se compose donc de strates d’ancienneté et d’origines diverses. Les structures originales de la société arménienne ont également contribué à faciliter cette intégration35. L’aristocrate arménien est un guerrier. Les valeurs inculquées aux nobles, leur éducation militaire, leur connaissance de la guerre contre les Arabes leur donnent une aptitude aux commandements militaires appréciée des souverains byzantins. Les liens qui les unissent à leurs « vassaux », cavaliers ou fantassins, font d’eux des recrues précieuses pour l’armée byzantine. Or, plus que jamais au ixe siècle, l’empire byzantin a besoin de généraux et de soldats. Aussi, non seulement les empereurs byzantins accueillent-ils favorablement les aristocrates arméniens en exil mais, à différentes reprises, les invitent-ils à se mettre à leur service36. Les guerres pauliciennes menées par l’empereur Basile Ier vont marquer un tournant dans les relations entre Byzance et les grands d’Arménie : l’empereur et ses successeurs s’efforceront de vassaliser les maîtres des places-fortes de la région frontalière, comme Kourtikios de Lokana ou Manuel de Tekis, en leur promettant titres, fonctions et richesses. Manuel fut élevé au rang de protospathaire impérial, ses deux fils aînés furent nommés stratèges, les deux cadets recevant des terres appartenant au fisc37.

  • 38 Traduction de G. Dédéyan, dans Dédéyan, Histoire, p. 274.
  • 39 Cf. note 36.
  • 40 K. Krumbacher, Kasia, Sitzungsberichte der philos-philolog. und der historischen Klasse der kayser (...)
  • 41 Théodore Studite, PG 99, col. 1377. Peut-être faut-il rapprocher des jugements sévères de Kassia l (...)

11Les vicissitudes politiques en Arménie et la volonté des basileis ont donc fait d’un certain nombre d’aristocrates arméniens des archontes. L’émouvant discours prêté par le chroniqueur arménien Levond au prince Ašot Bagratouni, lors de la grande révolte anti-arabe de 772, permet d’imaginer l’état d’esprit de ces exilés. Haranguant ses troupes à la veille d’un combat décisif, il leur déclare : « Vous serez réduits à vous enfuir dans l’empire grec, en emmenant toutes vos familles pour y passer votre vie comme des étrangers, en abandonnant les biens, les forêts, les champs que vous avez reçus de vos ancêtres, ainsi que leurs tombeaux38. » D’autres, tel Gourguen Ardzrouni, fils d’Abou Beldj, choisirent de servir l’empire byzantin par ambition personnelle39. Du côté byzantin, les maigres sources évoquant l’accueil reçu par ces transfuges sont d’une interprétation délicate. Les archontes d’origine arménienne ne sort pas la cible des préjugés traditionnels qui circulent sur les Arméniens. Le jugement sévère porté sur le caractère de l’empereur Léon V, cité plus haut, est tout à fait exceptionnel dans les chroniques qui expriment la version officielle de l’histoire de l’empire. Plus intéressants sont les propos acides de la poétesse Kassia, jeune fille issue d’une famille de rang sénatorial qui faillit épouser l’empereur Théophile. Dans une épigramme consacrée aux Arméniens, elle stigmatise leur comportement, fustigeant particulièrement ceux qui s’enorgueillissent de titres de dignité et de richesses40. Kassia exprime-t-elle là des rancœurs personnelles, liées à l’échec de son mariage avec Théophile qui lui préféra Théodora, nièce de l’Arménien Manuel ? Ses blâmes traduisent-ils l’irritation d’une aristocratie constantinopolitaine « de vieille souche » devant la place nouvelle qu’occupent les archontes d’origine arménienne en cette première moitié du ixe siècle ? Les sources manquent pour trancher sur ce point. Nous noierons que, dans le premier quart du ixe siècle, Théodore Studite, issu du même milieu social que Kassia, ne partageait pas ses a priori : louant l’époux d’une de ses correspondantes, d’origine arménienne, il écrit : εἴπερ ἡ ’Αρμενία, ὅθεν καὶ ἡ ἀρετή41.

  • 42 Cheynet, Prénom, p. 60, note qu’en deux générations, le surnom faisant référence au prénom du père (...)
  • 43 Ibid., p. 426,18-20.
  • 44 Cf. Théophane, p. 483,25 (le patrice Arsaber, homme pieux et instruit) ; voir également les sceaux (...)
  • 45 Théophane cont., p. 229,10-12. Sur la parenté de ce Constantin et de l’historien Joseph Génésios, (...)
  • 46 Théophane cont., p. 6-7.

12Qu’en est-il des descendants de ces transfuges ? Le processus d’insertion dans la haute société byzantine des familles de ces archontes de souche arménienne semble s’établir sur deux ou, exceptionnellement trois générations42. Les sources ne mentionnent alors plus leur ascendance nationale. Ainsi Jean Kourkouas, le grand domestique des scholes de l’empereur Romain Lécapène apparaît, dans le court résumé biographique que présente la Continuation de Théophane, comme un archonte originaire du thème des Arméniaques, le fils d’un dignitaire du palais et le petit-fils du domestique des hicanates de Basile Ier, son homonyme43. Ces archontes ne se distinguent de leurs pairs d’origine grecque ni par le type de fonction exercée - commandements militaires, charges civiles, service personnel de l’empereur44 -, ni par le niveau de culture. Thomas, fils de Constantin l’Arménien, était un dignitaire lettré, correspondant d’un des plus brillants esprits de son temps, Aréthas de Césarée45. L’éducation suivie dans les écoles de la capitale, la formation reçue à la cour impériale ou, comme pour le futur Léon V, dans l’entourage d’un stratège, ont sans doute joué un rôle capital dans cette insertion, même s’il reste difficile à apprécier46.

  • 47 Sur le fossé qui sépare Chalcédoniens et non-Chalcédoniens, Laurent, Canard, Arménie, p. 239.
  • 48 R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Berlin-Amsterdam 1967, t. I, p. 40-42.
  • 49 Sur Irène, Théodore Studite, P.G. 99, col. 1377 ; P. Speck, Γραικία und ’Αρμενία. Das Tätigkeitsfe (...)
  • 50 Voir n. 25.

13Dans ces familles aristocratiques de souche arménienne, la permanence de traits de culture spécifiques ne serait pas incompatible avec une insertion profonde dans la société byzantine. Ces particularismes néanmoins se dégagent mal des sources, des chroniques notamment, très empreintes d’idéologie, qui expriment la vision officielle de l’histoire de l’empire et dans lesquelles les sphères de la vie privée des archontes ne sont qu’incidemment évoquées. Les Vies de deux saintes d’origine arménienne, l’impératrice Théodora et Marie la Jeune, n’apportent pas d’élément original sur ce point. Aussi le silence des sources est-il total ou presque total dans nombre de domaines. Aucune information, à notre connaissance, ne filtre sur la façon dont les archontes d’origine arménienne ont ressenti le différend religieux qui, tant sur le plan du dogme que sur celui des rites, oppose l’Église byzantine et l’Église arménienne47. Or cette question se posait nécessairement, la loi imposant aux archontes de professer l’orthodoxie48. Faut-il admettre que ces divergences dogmatiques et rituelles ne provoquèrent pas de problèmes de conscience majeurs ? Ce serait oublier que des Arméniens récemment implantés dans l’empire manifestèrent un engagement personnel courageux au moment des persécutions iconoclastes, comme la patricienne Irène, correspondante de Théodore Studite ou l’impératrice Théodora qui vénérait les icônes en secret dans le palais impérial49. La canonisation de Marie la Jeune, modèle dans sa vie familiale, témoigne de la profondeur de l’intériorisation des valeurs chrétiennes byzantines par la fille d’un aristocrate arménien50.

  • 51 DAI, I,43,137, et II (Commentary), p. 165.

14De même, le silence des sources ne permet pas de savoir si la langue arménienne s’est maintenue dans les familles de l’aristocratie. Une allusion unique dans les sources évoque cette question : un protospathaire nommé Krinitès servit d’interprète lors d’une ambassade en Arménie. Mais s’agit-il d’un membre de la famille Krinitès, établie dans l’empire dès le second quart du ixe siècle51 ?

  • 52 Le prénom Pothos se transmet ainsi dans la famille Argyros, celui de Tarasios dans celle du patria (...)
  • 53 Vie de sainte Marie la Jeune (voir supra n. 25), § 4, 5 et 6.
  • 54 Théophane cont., p. 41.

15Les origines arméniennes d’une famille apparaissent de façon tangible par la transmission de prénoms arméniens, sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit là de la volonté d’affirmer ses racines ou de l’usage, tant byzantin qu’arménien, de donner, à l’intérieur d’une famille, le nom d’un proche parent52. La Vie de sainte Marie la Jeune présente un exemple caractéristique de cette transmission dans une famille, gréco-arménienne il est vrai. L’Arménienne Marie a en effet épousé le tourmarque Nicéphore, sans doute un Grec. Le fils premier-né du couple a reçu le prénom d’Orestès, le second, celui de Bardanès ; les enfants suivants, des jumeaux, furent prénommés Vaanès et Stéphanos. Une telle symétrie ne peut être dictée que par la volonté de donner les noms en usage dans les familles, paternelle tout d’abord, puis maternelle53. On notera cependant que les prénoms arméniens typiques, à l’exception de celui de Bardas, cessent d’être donnés dans les familles aristocratiques, après deux ou trois générations. Si le futur Léon V, fils de Bardas, appelle encore, avant son accession au trône, son fils aîné Symbatios, les membres des familles Kourkouas-Tzimiskès, Mousélé, Lécapène, Génésios, ne portent plus ces prénoms rappelant leurs racines54.

  • 55 théophane, p. 483,25.
  • 56 Théophane cont., p. 156. Sur les origines de Constantin Baboutzikios, H. Grégoire, Nouvelles et in (...)
  • 57 Constantin VII Porphyrogénète, De Cerimoniis, p. 503 ; De thematibus, p. 32-33.

16La conscience de leurs origines apparaît peut-être le plus nettement dans la conclusion, entre certaines familles de souche arménienne, de mariages ou d’alliances politiques qui resserrèrent leurs liens. Ainsi, le futur Léon V a épousé la fille du questeur Arsaber55. La famille de l’impératrice Théodora, nièce de l’Arménien Manuel, a multiplié les alliances avec des familles issues des régions caucasiennes : l’un des beaux-frères de Théodora se prénomme Arsaber ; un second, Constantin Baboutzikios, est probablement d’origine géorgienne. Le gendre de son frère Bardas s’appelle Symbatios. L’empereur Théophile, mari de Théodora, a renforcé ces liens en choisissant comme gendre et successeur Alexis Mousélé, de la famille des Krinitai, qui, selon toute vraisemblance, descendait, par son père et par sa mère, de deux familles d’origine arménienne56. Quelques décennies plus tard, le transfuge connu sous le nom d’Asot épouse une femme de la famille Angourès, dont le représentant le plus célèbre, préposite sous Basile Ier, se prénomme Vaanès57. Ces maigres indications permettent toutefois de suggérer que des alliances ont été conclues entre familles d’origine arménienne bien insérées dans l’aristocratie byzantine et Arméniens installés plus récemment dans l’empire. Elles ont favorisé à la fois le maintien de liens de solidarité envers des compatriotes chez les premières et facilité l’intégration des seconds. Mais elles créent surtout des liens de solidarité entre deux familles ou deux groupes familiaux, qui renforcent leur poids politique.

  • 58 Cf. supra n. 23.
  • 59 Théophane cont., p. 330, 1-3.
  • 60 Adontz, Études, p. 76-81.
  • 61 Théophane cont., p. 236-237 et 240.
  • 62 Syméon Magistros, p. 687,19 ; Georges le Moine cont., p. 839, 16-17 (Jean Chaldos) ; Syméon Magist (...)
  • 63 Laurent, Canard, Arménie, p. 309.

17Les archontes d’origine arménienne se sont en effet rapidement insérés dans les divers clans qui se disputent influence politique, honneurs et richesses à travers la faveur impériale. S’il n’existe pas de « lobby » arménien dans l’aristocratie byzantine, y compris sous le règne de Basile Ier, les archontes d’origine arménienne s’engagèrent dans les luttes internes de la vie politique et les querelles de coteries. L’étude du réseau que sut se constituer le futur Basile Ier met en lumière l’importance des solidarités ethniques qui pouvaient unir entre eux les descendants d’Arméniens, mais aussi la fragilité de ces liens. La pénétrante analyse de H. G. Beck nous permettra de ne mettre ici l’accent que sur certains points58. Basile, modeste paysan issu de la communauté arméno-grecque de Thrace-Macédoine, fut introduit au palais par un archonte, un certain Théophilitzès, parent de l’impératrice Théodora, qui l’avait distingué pour sa force physique. Il est possible que cet archonte ait été, comme l’impératrice, d’origine arménienne, mais ce n’est qu’une hypothèse. En revanche, comme le précise avec insistance le Continuateur de Théophane, ici l’empereur Constantin VII Porphyrogénète, c’est parce qu’il était comme lui d’origine arménienne qu’un autre dignitaire, Constantin, patrice et drongaire de la veille, prit Basile en amitié59. L’interprétation de cette donnée n’est d’ailleurs pas sans ambiguïté : Constantin était-il, comme Basile, issu d’une famille arménienne de Thrace-Macédoine ou venait-il de Grande-Arménie ? Partageait-il avec Basile l’usage de la langue arménienne ? Notre source ne nous permet pas de trancher. Quelques années plus tard, Basile avait renforcé sa position grâce à la faveur de l’empereur Michel III et était devenu lui-même un « puissant », rassemblant autour de lui une clientèle de fidèles, comme tout aristocrate byzantin de haut rang. Mais la composition du réseau de fidèles de Basile diffère de celle des autres clientèles aristocratiques : ses proches, qui interviennent lors du meurtre du césar Bardas puis de celui de l’empereur Michel III, sont presque tous d’origine étrangère. En dehors de ses frères et de son cousin, le réseau de Basile se compose de non-Grecs, comme Pierre le Bulgare, Iakobitzès l’apélate le Perse, Euloge le Perse, Artavasdos le Perse, et de deux archontes dont les origines sont délicates à déterminer, Jean Chaldos et Constantin Toxaras60. Sans suivre l’ensemble des hypothèses émises par N. Adontz, il est vraisemblable que certains de ces hommes aient avec Basile une commune ascendance arménienne mais leurs origines géographiques - Thrace-Macédoine, confins syro-arméniens, frontière orientale de l’empire - sont, soulignons-le, très diverses. Ils sont essentiellement unis par leur appartenance récente à l’aristocratie byzantine, peut-être - mais ce n’est qu’une conjecture - par leurs difficultés à s’insérer dans les clans existants. La fragilité des liens reposant sur des solidarités ethniques se révèle pleinement dans les luttes pour le pouvoir qui opposèrent, sous Michel III, le césar Bardas, son gendre Symbatios et le futur Basile Ier61. De même, deux proches de Basile comme Jean Chaldos et Jean Kourkouas, vraisemblablement tous deux d’origine arménienne, complotèrent contre lui62. Mais surtout, comme l’avait déjà souligné J. Laurent63, les origines de Basile Ier n’influencèrent pas de façon décisive sa politique, en particulier ses relations avec les princes arméniens. L’exaltation de ses prétendus ancêtres arsacides ne fut qu’une manifestation de prestige, mise au service de sa politique orientale où l’on ne remarque pas de changement d’orientation notable par rapport à celle de ses prédécesseurs.

  • 64 P. Charanis, The Armenians (cité supra n. 28), p. 239-240.

18La place des archontes d’origine arménienne dans les élites dirigeantes de l’empire fut essentielle au ixe siècle et P. Charanis évoque, en une formule frappante, « l’empire gréco-arménien » des ixe-xe siècles64. Mais, tout aussi remarquable que l’importance de l’apport arménien, nous semble être l’image de l’empire que les chroniques des ixe et xe siècles tendent à imposer : un empire pluri-ethnique, intégrant dans ses structures politiques et sociales des éléments étrangers, la cour impériale constituant un formidable creuset où se sont mêlées les différences tant nationales que régionales des représentants de l’autorité impériale, vision très réductrice sans doute, où les particularismes se trouvent effacés ou estompés pour mieux célébrer les valeurs proprement byzantines.

Notes

1 Notre communication ne prendra pas en considération les souverains et les princes arméniens alliés de l’empire et revêtus de titres de dignité honorifiques, qui ne peuvent être considérés, sinon fictivement, comme des représentants de l’autorité impériale.

2 La bibliographie est importante sur cette question ; cf. en particulier N. Adontz, Études arméno-byzantines, Lisbonne 1965 (cité Adontz, Études) ; P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Lisbonne 1963 ; J. Laurent, M. Canard, L’Arménie entre Byzance et l’Islam, depuis la conquête arabe jusqu’en 886, Lisbonne 1980 (cité Laurent, Canard, Arménie) ; la contribution de G. Dédéyan à l’Histoire des Arméniens (G. Dédéyan dir.), Toulouse 1982 (cité Dédéyan, Histoire), p. 268-296 ; A. Kazhdan. Armjane v sostave gospodstvujuščego klassa vizantijskoj imperii v XI-XII vv., Erévan 1975.

3 Pour le ixe siècle, voir notamment la Vie de saint Antoine le Nouveau, exilé palestinien promu stratège des Cibyrrhéotes par l’empereur Michel II, éd. Papadopoulos-Kérameus, Soc. Orthod. de Palestine LVII, 1907 ; cf. également, dans la Continuation de Théophane, p. 110, (Théophobe le Perse = Nasr le Khurramite) ; p. 284,9 (André le Scythe) ; p. 363,1 (l’Arabe Samônas). Sauf indication contraire, les sources sont citées dans l’édition de Bonn.

4 D. Turner, The Origins and Accession of Leo V (813-820), JÖB 40, 1990, p. 171-203 et l’étude de N. Adontz, L’âge et l’origine de l’empereur Basile Ier (867-886), dans Études, p. 47-109.

5 Théophane, éd. C. de Boor, Leipzig 1883, p. 698. Cf. N. Adontz, L’âge et l’origine, op. cit., p. 91.

6 J.-Cl. Cheynet, Du prénom au patronyme : Les étrangers à Byzance (xie-xiie siècles), Studies in Byzantine Sigillography, éd. N. Oikonomidès. Washington 1987, p. 59 (cité Cheynet, Prénom).

7 Iosephi Genesii regum libri quattuor, éd. A. Lesmueller-Werner, I. Thurn, Berlin -New York 1978 (CFHB 14), p. 58,3 (cité Génésios) ; Syméon Magistros, p. 667,20 (Constantin l’Arménien) ; Constantin VII Porphyrogénète, De administrando imperio, éd. G. Moravcsik, Washington 1967 (CFHB 1), 51,72 (Léon l’Arménien, homonyme de l’empereur) (cité DAI).

8 Georges le Moine cont., p. 769.

9 Michel Attaliate attribue, rappelons-le, des origines ibères à la famille Phokas où se transmet le prénom Bardas : Histoire, p. 220. Sur les prénoms arabes portés par des Arméniens, voir, par exemple, DAI, 50,140 : Ismaël l’Arménien, à qui l’empereur Léon VI confie un commandement.

10 Evelyne Patlagean, Les débuts d’une aristocratie byzantine et le témoignage de l’historiographie : système des noms et liens de parenté aux ixe-xe siècles, The Byzantine aristocracy. IX to XIII centuries, éd. M. Angold, Oxford 1984, p. 23-43.

11 Cheynet, Prénom, p. 57-66.

12 DAI, 46,11 et 22 (Kourkouas).

13 Cheynet, Prénom, p. 62-63, montre qu’un archonte d’origine étrangère ne prendra pas comme nom patronymique un nom forgé sur son prénom grécisé, s’il existe déjà dans l’empire une famille de ce nom.

14 Cf. les patronymes ou surnoms du type Hagiopolitès, Dekapolitès, Amniatès (saint Philarète le Miséricordieux, originaire du village d’Amnia).

15 Sur le nom Krinitès : Adontz, Études, p. 228-229 ; sur Lécapène : H. Grégoire, Notules III. Le lieu de naissance de Romain Lécapène et de Digenis Akritas, Byz. 8, 1933, p. 572-574.

16 La question peut se poser pour le nom de Georges Pèganès qui suivit Symbatios dans sa révolte contre le futur Basile Ier. Selon N. Adontz, ce nom pourrait venir de l’iranien paîgan, « le combattant à pied », « le fantassin ». Cette hypothèse reste invérifiable et l’on peut avancer une étymologie grecque pour ce nom : « la source ». N. Adontz propose encore de considérer comme arméniens le nom et le surnom d’un fidèle de Basile Ier, Constantin Toxaras, dit Tziphinaritès (Génésios, p. 75,41). Le nom Tziphinaritès évoquerait la forêt de hêtres et Toxaras désignerait le « puissant », le possesseur d’un riche domaine : Adontz, Études, p. 79. Notons qu’une étymologie grecque, « l’archer », semble plus vraisemblable pour le nom Toxaras.

17 Théophane cont., p. 18,9-10 (Manuel l’Amalécite) ; Georges le Moine cont., p. 838,1 (Artavasdos le Perse) ; Théophane, p. 480,18 (Bardanès le Turc).

18 Sur le nom même du thème des Arméniaques : Constantin VII Porphyrogénète, De thematibus, éd. A. Pertusi, Rome 1952 (Studi e Testi 160), p. 63 (cité De thematibus) ; sur la question, cf. P. Charanis, Armenians and Greeks in the Byzantine Empire, The Armenian Review 25, n° 1-97, Boston, 1972, p. 25-32 (= Social, Economic and Political Life in the Byzantine Empire, Londres 1973, VIII).

19 Cf., par exemple, W. Seibt, Die Skleroi. Eine prosopographisch-sigillographische Studie, Vienne 1976 (Byzantina Vindobonensia 9), p. 20-21.

20 Vita Euthymii patriarchae constantinopolilae († 917). Text, translation and commentary by Patricia Karlin-Hayter, Bruxelles 1970, p. 7,12.

21 De thematibus, p. 75.

22 Théophane cont., p. 107,14.

23 Analyse de l’ascension de Basile dans H. G. Beck, Byzantinisches Gefolgschaftswesen, Bayer. Akademie der Wissensch. Phil. - Hist. Kl. Sitzungsberichte, 1965, p. 1-32 (= Ideen und Realitaeten in Byzanz, Londres 1972, XI).

24 P. Charanis, The Transfer of Population as a Policy in the Byzantine Empire, Comparative Studies in Society and History, 111,2, La Haye 1961, p. 140-154 (= Studies on the Demography of the Byzantine Empire, Londres 1972, III).

25 Vie de sainte Marie la Jeune, éd. Kourilas, Θρακικà 26, 1957, § 2.

26 Un cas fait problème sous le règne de Romain Lécapène : en 923, un certain Tatzatès, présenté comme un riche Arménien du thème de Chaldie, se révolta contre l’empereur avec Adrien Chaldos et le stratège Bardas Boïlas (Théophane cont., p. 404,4).

27 L’Arménien Manuel, oncle de l’impératrice Théodora, commença cependant sa carrière comme prôtostratôr sous Michel Ier : Théophane cont., p. 18,9-10 et p. 110,4.

28 P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, BSl 22, 1961, p. 196-240 (= Studies on the demography of the Byzantine Empire, Londres 1972, V) et G. Dédéyan, Les Arméniens, soldats de Byzance (ive-xie siècles), Bazmarep 145, 1987, p. 162-193.

29 Le père de sainte Marie la Jeune fut vraisemblablement établi par l’empereur en Thrace, ses deux filles ayant épousé des officiers de cette région, Vie (voir supra n. 25), § 2. Cf. également le transfuge arménien Asot qui trouva la mort à Bulgarophygon : Théophane cont., p. 360.

30 DAI, 50,142-146 ; De thematibus, p. 75 ; Théophane cont., p. 268 et 358. Voir G. Dédéyan, Mleh, stratège de Lykandos, REArm. N. S. 15, 1981, p. 73-102.

31 Théophane, p. 456 (Tatzatès) ; Théophane cont., p. 110,1-2 (Manuel). Selon le chroniqueur arménien Vardan, Manuel Mamikonian serait passé chez les Arabes avec 150 hommes après l’assassinat de Léon V : J. Muyldermans, La domination arabe en Arménie. Extrait de l’histoire universelle de Vardan, Louvain-Paris 1927, p. 114 ; Théophane, p. 479-480 (Bardanès le Turc).

32 Théophane cont., p. 372,17.

33 Cf. N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, Paris 1972, p. 21-24.

34 L’élévation de Basile le Macédonien au trône impérial est l’illustration la plus éclatante de cette ouverture.

35 Courte synthèse récente dans Dédéyan, Histoire, p. 258-259.

36 J. Laurent, Un féodal arménien au ixe siècle : Gourguen Ardzrouni, fils d’Abou Beldj, REArm. 2, 1922, p. 157-188. Voir aussi la lettre écrite par Théodore Daphnopatès au nom de Romain Lécapène à un prince arménien ou à un émir arabe fixé en Arménie : Théodore Daphnopatès, Correspondance, éd. J. Darrouzès, L. G. Westerink, Paris 1978, n° 4 (commentaire, p. 14-15).

37 Théophane cont., p. 268,4 (Kourtikios de Lokana) ; DAI, 50,115-126 (Manuel de Tekis).

38 Traduction de G. Dédéyan, dans Dédéyan, Histoire, p. 274.

39 Cf. note 36.

40 K. Krumbacher, Kasia, Sitzungsberichte der philos-philolog. und der historischen Klasse der kayser. bayer. Akademie der Wissenschaft zu München 1897, p. 336-337.

41 Théodore Studite, PG 99, col. 1377. Peut-être faut-il rapprocher des jugements sévères de Kassia le nom ou le surnom de Barka donné par l’impératrice Procopia à l’épouse du futur Léon V, Théodosia, fille du questeur Arsaber. Selon l’hypothèse proposée par D. Turner, Leo V (cité supra n. 4), p. 195, ce nom viendrait du verbe βαρκάριζειν, déformation d’emploi assez rare de βαρβάριζειν, « parler comme un barbare ». Il est toutefois difficile d’imaginer que la fille d’un dignitaire suffisamment instruit pour exercer la charge de questeur ait pu mal maîtriser la langue grecque. D. Turner mentionne d’ailleurs d’autres possibilités pour l’étymologie du nom Barka : la barque (?) ou encore la truie.

42 Cheynet, Prénom, p. 60, note qu’en deux générations, le surnom faisant référence au prénom du père d’un archonte est devenu nom patronymique. Rares sont, dans les sources, les mentions de fils ou de descendants d’exilés arméniens ; nous noterons cependant que Thomas, fils de Constantin l’Arménien, n’est jamais, lui-même, désigné par cet ethnique : par exemple, Théophane cont., p. 229.

43 Ibid., p. 426,18-20.

44 Cf. Théophane, p. 483,25 (le patrice Arsaber, homme pieux et instruit) ; voir également les sceaux de Arsaber, prêteur et curateur (sceau n° 93, G. Zacos, Byzantine Lead Seals, II, Berne 1984), Artavasdos, stratôr impérial et épeiktès de Thessalonique (sceau n° 96, ibid).

45 Théophane cont., p. 229,10-12. Sur la parenté de ce Constantin et de l’historien Joseph Génésios, A. Markopoulos, Quelques remarques sur la famille des Génésioi aux ixe-xe siècles, ZRVI 24-25, 1986, p. 103-108.

46 Théophane cont., p. 6-7.

47 Sur le fossé qui sépare Chalcédoniens et non-Chalcédoniens, Laurent, Canard, Arménie, p. 239.

48 R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Berlin-Amsterdam 1967, t. I, p. 40-42.

49 Sur Irène, Théodore Studite, P.G. 99, col. 1377 ; P. Speck, Γραικία und ’Αρμενία. Das Tätigkeitsfeld eines nicht identifizierten Strategen im frühen 9. Jahrhundert, JÖB 16, 1967, p. 71-90 ; sur l’impératrice Théodora, Théophane cont., p. 91,16.

50 Voir n. 25.

51 DAI, I,43,137, et II (Commentary), p. 165.

52 Le prénom Pothos se transmet ainsi dans la famille Argyros, celui de Tarasios dans celle du patriarche Photios. Bardas, Nicéphore et Léon sont des prénoms donnés dans la famille Phokas.

53 Vie de sainte Marie la Jeune (voir supra n. 25), § 4, 5 et 6.

54 Théophane cont., p. 41.

55 théophane, p. 483,25.

56 Théophane cont., p. 156. Sur les origines de Constantin Baboutzikios, H. Grégoire, Nouvelles et informations diverses. À propos d’une communication de P. Peeters, Byz. 4, 1927-1928, p. 801. Sur Alexis Mousélé, Théophane cont., p. 107,19-21. Cette famille s’était illustrée dès le règne de Constantin V : Théophane, p. 466-468.

57 Constantin VII Porphyrogénète, De Cerimoniis, p. 503 ; De thematibus, p. 32-33.

58 Cf. supra n. 23.

59 Théophane cont., p. 330, 1-3.

60 Adontz, Études, p. 76-81.

61 Théophane cont., p. 236-237 et 240.

62 Syméon Magistros, p. 687,19 ; Georges le Moine cont., p. 839, 16-17 (Jean Chaldos) ; Syméon Magistros, p. 699, 9 ; Georges le Moine cont., p. 847, 15 (Jean Kourkouas).

63 Laurent, Canard, Arménie, p. 309.

64 P. Charanis, The Armenians (cité supra n. 28), p. 239-240.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540