Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Médecine et médecins arméniens entre le xie et le xve siècle

Paul Bellier

Texte intégral

1Après la chute de l’empire romain d’Occident, Constantinople devint le principal centre d’enseignement, de documentation et de culture médicale, dont elle assura la continuité, tout en complétant de manière heureuse le savoir antérieur, donnant ainsi à l’art médical une orientation nouvelle. En outre, sous l’influence de la morale chrétienne, on vit apparaître les premières institutions « d’aide sociale » et les premiers hôpitaux.

2On retrouve une évolution analogue en Arménie où, pendant la période du xie au xve siècle, naquirent une médecine originale et de haut niveau et une législation médico-sociale de grande valeur. Dans notre propos, il ne saurait être question de présenter tous les médecins qui, à cette époque, ont illustré la science arménienne. Nous avons donc été amené à nous limiter à ceux que la commune renommée a particulièrement distingués : Grégoire Magistros, Mexitar Herac’i, Krikoris et Amirdovlat Amasiac’i. Nous complèterons cette présentation par un bref tableau de l’art médical, des œuvres hospitalières et de la législation médico-sociale de l’Arménie à ce moment de l’histoire humaine.

***

3L’une des plus fortes personnalités qui ait marqué l’aube du xie siècle est certainement Grégoire Magistros, grand seigneur arménien et général byzantin, encyclopédiste dans les deux langues. Né vers 990, il appartenait à l’illustre famille arménienne des Pahlavuni ; en 1021, il succéda à son père, Vasak le Martyr, comme seigneur du domaine familial (situé dans la province d’Ararat). Mais à la suite de diverses intrigues de cour, il fut privé de ses charges et contraint à venir s’installer dans le canton de Daron, au cœur de ses domaines. Pour adoucir les rigueurs de l’exil, il se livra aux saines joies de l’étude, apprenant tout à la fois l’histoire sainte et profane, la mythologie, la grammaire, la philosophie, les mathématiques, la médecine et l’histoire naturelle. Dans le même temps, il fondait des académies et donnait des cours d’anatomie à l’École de Sanahin. Malheureusement pour lui, à la suite de nouvelles intrigues, il fut obligé de quitter son pays. Il prit alors la route de Constantinople où, en 1044, il fut accueilli avec faveur car sa réputation d’homme de guerre, de diplomate et de savant philosophe l’y avait précédé. Il se trouva ainsi rapidement en contact avec les plus hautes personnalités de la cour impériale, jusqu’à l’empereur Constantin IX Monomaque lui-même. Ce dernier, séduit par la forte personnalité de Grégoire - et peut-être aussi par les accords secrets conclus en vue du rattachement de l’Arménie à l’empire - lui accorda la dignité de Magistros, puis, plus tard, lui ayant confié le gouvernement général des provinces sud-orientales d’Arménie, il lui conféra le titre de duc de Mésopotamie. La longue carrière de Grégoire s’acheva en 1058 ; il fut inhumé au couvent de la Vierge, près de Karin (Erzeroum). L’œuvre de Grégoire Magistros comprend quelques poèmes, des traductions de Platon et d’Euclide et surtout une volumineuse correspondance (89 lettres environ) dans laquelle il aborde les sujets les plus divers : en ce qui nous concerne, une quinzaine de lettres traitent de biologie, d’histoire naturelle ou de médecine. Grégoire n’était très probablement pas un médecin, au sens où nous l’entendons d’ordinaire, mais il montre dans ses lettres une grande érudition en matière médicale, comme le prouve sa polémique avec le physiologue grec Kyriakos au sujet de la digestion qui, à juste titre, est restée célèbre.

4Si Grégoire Magistros est sans doute l’une des plus hautes figures de la première moitié du xie siècle, Mexitar Herac’i peut, quant à lui, être considéré comme le chef de file de l’école médicale arménienne du xiie siècle. Né à Her (aujourd’hui Khoy, en Iran) vers 1110-1118, il apprit très jeune le grec, le persan et l’arabe et, selon toute vraisemblance étudia la médecine en Perse ; pour des raisons inconnues, il se fixa ensuite en Arménie-Cilicie, où il s’établit dans la capitale (Sis) : il y pratiqua son art et enseigna la médecine à l’hôpital et à l’université. Lorsqu’il mourut, en 1200, à Hṙomkla sur l’Euphrate, il s’était acquis une brillante réputation en médecine comme en chirurgie, et, dans ces deux disciplines, était considéré comme un maître éminent. Mexitar a laissé près d’une dizaine d’ouvrages de sciences naturelles et d’anatomie. Cependant, malgré la qualité de ces textes, son œuvre majeure reste « La consolation des fièvres », écrite en 1184 et rédigée en langue populaire, afin d’être à la portée d’un large public. Mexitar explique lui-même le titre de son traité en disant « qu’il console le médecin en augmentant ses connaissances, ainsi que le malade en le guérissant, avec l’aide de Dieu ». Établi à partir de textes grecs, arabes et persans, l’ouvrage est complété par le fruit des observations personnelles de l’auteur, qui vont souvent à l’encontre des opinions généralement admises à l’époque : par exemple, il déconseille l’usage systématique de la saignée, invite le médecin à poser un diagnostic précis avant d’instituer un traitement, met en relief le rôle du facteur moral dans l’évolution de la maladie, etc. Mais surtout, son mérite principal est d’avoir attribué l’origine de certaines des fièvres qu’il avait étudiées à un agent extérieur à l’individu, qu’il nomme une « moisissure », ce qui constitue une remarquable approche des phénomènes infectieux. Toutefois, de là à considérer Mexitar comme « le père de la bactériologie », il y a un grand pas que, pour notre part, nous n’estimons pas pouvoir franchir, quels qu’aient été, par ailleurs, les mérites de ce très éminent médecin.

5Quant à la période des xiiie-xve siècles, elle est dominée par le médecin Krikoris - qui a d’ailleurs été découvert récemment, grâce à la publication, à Erévan en 1962, de son manuscrit intitulé « l’Observation de la nature de l’homme et de ses maux ». Nous ne possédons malheureusement que des renseignements décousus sur la biographie de Krikoris : même les lieux et les dates de sa naissance et de sa mort nous sont encore inconnus ; on peut cependant estimer avec quelque vraisemblance qu’il serait né vers la fin du xiiie siècle. L’unique ouvrage que nous connaissons actuellement de lui débute par une série de « recettes » (330) contre diverses maladies. La seconde partie - la plus importante - est consacrée à la pathologie ; Krikoris y défend notamment la théorie de l’unité, de la cohésion de l’organisme : l’atteinte par la maladie de n’importe quel appareil (respiratoire, digestif, nerveux) se répercute sur tous les autres. Il estime aussi que l’organe qui régit tout le corps est le cerveau, qu’il considère comme « le roi de l’organisme humain ». D’une manière générale, Krikoris fait montre dans son ouvrage de connaissances - avancées pour l’époque - sur l’anatomie, la neurologie, la pneumologie ainsi que sur l’approche de ces lésions tumorales que nous appelons aujourd’hui des cancers. Il est cependant fort regrettable que ce grand médecin nous soit si peu et si mal connu.

6Le xve siècle, enfin, est marqué par la haute figure d’Amirdovlat Amasiac’i. Il était né vers 1415 à Amasia (Haute Arménie) et aurait fait des études médicales en Perse, puis à Bagdad. Il a ensuite beaucoup voyagé, parcourant successivement la Macédoine, les îles de la Mer Egée et la Perse, avant de revenir en Macédoine et de s’installer, vers 1459, à Philippopolis où il resta une dizaine d’années. Puis, vers 1471, il vint s’établir définitivement à Constantinople ; il y devint très rapidement le médecin le plus considéré de la ville. Sa réputation ne tarda pas à lui ouvrir les portes du Palais du Sultan, où il eut la bonne fortune de mettre fin à la stérilité de l’une des épouses préférées de Mehemmed II. D’autres guérisons de malades illustres lui valurent une glorieuse renommée, assortie de l’attribution de titres prestigieux, tels que « chirurgien en chef », « médecin consultant du Sultan » et « gardien chef de la santé ». Après avoir soigné Mehemmed II pendant dix ans, il devint, après la mort de son patient (1481), le médecin attitré de son successeur Bāyazīd II ; il conserva ce poste pendant quinze ans, jusqu’à son propre décès, survenu à Brousse en décembre 1496. L’œuvre d’Amirdovlat est immense : parmi la dizaine d’ouvrages qu’il a écrits, nous retiendrons ses trois œuvres magistrales :

  1. « L’Utile à la médecine », rédigé de 1466 à 1469, qui constitue un traité très complet d’anatomie, d’hygiène, de sémiologie et de thérapeutique. Il contient en outre l’étude de plus de 200 maladies, ainsi que les prescriptions hygiéniques et thérapeutiques s’y rapportant. Par la suite, une version condensée de ce livre fut réalisée ; elle fut utilisée comme « vademecum » par les médecins arméniens jusqu’au xviiie siècle.
  2. « L’Inutile aux ignorants », ainsi intitulé parce que « un ignorant ne pourra pas s’en servir ». C’est une énorme pharmacopée, commencée en 1478 et achevée en 1482, qui étudie 3 754 médicaments ; pour que l’ouvrage puisse être compris de tous les lecteurs éclairés, chacun des produits est décrit en cinq, parfois en sept langues : arménien, grec, latin, arabe, persan, turc et franc. Notons au passage qu’Amirdovlat préconisait l’emploi de plantes pour faire bénéficier les malades d’anesthésies locales, voire générales.
  3. « La Pharmacopée », rédigée de 1480 à 1481 à partir de textes arabes et augmentée de 1 300 articles nouveaux, ce qui, au total, représente 3 700 monographies. On y trouve également une sorte de dictionnaire, présenté sous forme de tableaux, écrits là encore en cinq langues : arménien, grec, persan, arabe et franc ; toutes les propriétés des médicaments, leurs méthodes de préparation et leur action sur l’organisme y sont soigneusement décrites.

7Amirdovlat peut, à juste titre, être considéré comme un homme exceptionnel, dont l’œuvre constitue une sorte de trait d’union entre l’École gréco-romaine et l’École arménienne, en passant par l’École irano-arabe.

***

8Amirdovlat n’était pas seulement un grand médecin, c’était aussi un homme de devoir. Dans la préface de son livre « Utile à la médecine », il donne à ses lecteurs les grands principes de la déontologie médicale : les médecins doivent être désintéressés, dévoués et doux envers les malades ; ils doivent aussi se perfectionner en lisant les œuvres des maîtres, être attentifs dans leurs diagnostics comme dans leurs pronostics, bien comprendre la pathologie et la pharmacologie et enfin respecter scrupuleusement le secret professionnel.

9Mais, pour être bon médecin, il faut d’abord bien connaître l’anatomie. Or, en ce domaine, les médecins arméniens de l’époque bénéficiaient par rapport à leurs confrères occidentaux de la même période d’un sérieux avantage. En effet, la pratique des autopsies avait été longtemps empêchée par le respect dû aux morts ; mais cette notion ne s’imposait plus dès lors qu’il s’agissait d’individus condamnés à mort et exécutés ; la dissection de leurs cadavres fut donc autorisée en Arménie dès le xiiie siècle, alors qu’en Europe il fallut attendre le xvie siècle pour que de telles expériences fussent tolérées.

10L’enseignement médical théorique et pratique (dont celui de l’anatomie) était dispensé, en règle générale, dans des centres spécialisés telles les Écoles de Sanahin (où enseigna Grégoire Magistros) et de Sébastè ou encore l’Université de Tat’ew, où il fallait présenter une sorte de thèse pour recevoir le titre de « Vardapet » (docteur en théologie). Quant à l’enseignement de la sémiologie et de la thérapeutique, il était donné le plus souvent à l’hôpital voisin.

11La thérapeutique, comme la pharmacopée, étaient particulièrement riches ; ainsi, elles n’hésitaient pas à faire appel à l’organothérapie, par utilisation de certaines parties des animaux (glandes, foie, reins, etc.) ; toutefois la thérapeutique la plus couramment appliquée restait celle à base de plantes (dont l’Arménie était abondamment pourvue) comme, par exemple, l’aconit, l’ivraie, la rhubarbe, la coriandre, etc. ; elles étaient utilisées sous forme de tisanes, de décoctions, de sirops ou de cataplasmes ; on employait aussi des minéraux, seuls ou en association, tels que l’antimoine, l’argent, le bitume, le fer, l’argile, etc., présentés le plus souvent sous forme de pommades ; enfin, le cas échéant, et les sources étant nombreuses en Arménie, on recourait volontiers aux cures thermales.

12En ce qui concerne les hôpitaux arméniens, il semble que le premier d’entre eux ait été une léproserie, fondée près de Derčan entre 260 et 270, pour 35 malades. Puis, au ive siècle, le katholikos Nersēs le Grand (353-373 ?) posa les bases de la « bienfaisance charitable » en ordonnant de construire dans chaque district des léproseries et des asiles, pris en charge par les fermes et les villages voisins. Enfin au viie siècle, le concile de 645 fit obligation aux évêques de visiter régulièrement les hôpitaux et, par ailleurs, interdit de lever des impôts sur les personnes hébergées dans les asiles. Parmi les hôpitaux célèbres, citons ceux de Sébastè et de Césarée (ive siècle), d’Ani (xe siècle), de Sanahin (xie siècle) et surtout celui de Sis, en Cilicie, construit en 1241 par la reine Zabel. En règle générale, ces établissements étaient situés hors des villes, sur une colline ou au bord d’une rivière, ou parfois à proximité d’une source thermale ; quant aux léproseries, elles étaient complètement isolées, par crainte de la contagion.

13On peut enfin dire que la « législation sociale » arménienne fut instaurée au xiie siècle par Mexitar Goš (1130-1213), auteur du premier code de législation, où l’on peut relever d’intéressantes dispositions à caractère médicosocial, telles que celles relatives à l’interdiction du mariage prononcée à l’encontre des lépreux, des paraplégiques et des femmes aveugles ou muettes, ainsi que la possibilité de divorcer en cas de stérilité de l’un ou l’autre des époux. D’autre part, des peines sévères étaient prévues à l’égard de ceux qui viendraient à maltraiter les hospitalisés ; il était aussi interdit de faire payer des impôts aux hôpitaux et aux asiles. De leur côté, les médecins avaient l’obligation de se déplacer, sous peine de sanctions, pour répondre à l’appel des malades. En outre, si un patient venait à mourir par suite de l’ignorance, de la nonchalance ou de l’incompétence de son médecin, ce dernier encourait la peine capitale. Toutefois, si la faute avait été involontaire, le médecin était puni d’une amende ou de prison « afin que cela soit une leçon de prudence pour les autres ».

14La plupart des dispositions arrêtées par Mexitar Goš furent reprises au siècle suivant par Smbat le Connétable, qui les transcrivit en langue populaire. Ajoutons qu’une partie de ces mesures furent, par la suite, intégrées à la législation russe et restèrent en vigueur jusqu’à la fin du xixe siècle.

***

15En conclusion, nous pouvons dire que les médecins et la médecine arménienne du xie au xve siècle ont, pour leur part, largement contribué à assurer la transmission et la continuité du savoir antique. En outre - et surtout - ils l’ont enrichi et perfectionné grâce à leur esprit critique, leur expérience et leurs enseignements, aussi bien dans le domaine purement médical que dans celui des œuvres hospitalières et de la législation sanitaire et sociale.

16En définitive, c’est sans nul doute par le labeur patient et éclairé de ceux qui, en Orient, s’étaient consacrés à l’art de guérir et l’avaient enrichi de nombreux apports originaux que la médecine occidentale a pu connaître ce rajeunissement, ce réveil que l’on appelle, à juste titre, la Renaissance.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

- Bariety M. et Coury Ch., Histoire de la Médecine, Paris 1963.

- Basmadjian Kj., Œuvres d’Amirdovlat, Bulletin de la Société Française d’Histoire de la Médecine, mars-avril 1929, Paris.

- Bridgman R. F., L’Hôpital et la Cité, Paris 1963.

- Dandiguian Α., Histoire de la médecine arménienne jusqu’à la fin du xviiie siècle, Thèse de la faculté de Médecine de l’Université de Paris, 1980.

- Dandiguian Α., Survol de la médecine arménienne, C. A. G. Informations n° 24, Grenoble 1983.

- Dechambre Α., Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris 1864-1889.

- Encyclopédie soviétique arménienne, Erévan 1976.

- Enezian G., Les connaissances médico-pharmaceutiques de l’Antiquité et du Moyen-Age à travers les manuscrits arméniens, Rheinfelden (Suisse) 1982.

- Guedzoian A. S., Étude de la médecine en Arménie du xie au xive siècle, Erévan 1968 (en arménien).

- Huard P. et Imbault-Huard M.J., André Vésale, Paris 1980.

- Karapetian G., Histoire de la pharmacie d’après les anciens manuscrits arméniens, Thèse de la Faculté de Pharmacie de l’Université de Paris, 1970.

- Karapetian G, Note sur le culte des plantes et l’art de guérir en Arménie ancienne, Revue d’Histoire de la Pharmacie, tome XX n° 208, Société d’Histoire de la Pharmacie, Paris 1971.

- Langlois V., Grégoire Magistros, Duc de Mésopotamie, Collection des historiens anciens et modernes de l’Arménie, Paris 1867-1869.

- Langlois V., Mémoire sur la vie et les écrits du Prince Grégoire Magistros, Duc de Mésopotamie, auteur arménien du xie siècle, Paris 1869.

- Magarian E., La dissection en Arménie, Paris, septembre-octobre 1957 (Hay Pouj).

- Mecerian J., S.J., Esquisse de l’histoire littéraire de la médecine en Arménie, Bulletin arménologique (1er cahier), Mélanges de l’Université Saint Joseph, tome XXVII, fasc. 10, Beyrouth, p. 1947-1948.

- Ohanessian L., Illustrations sur l’histoire de la médecine en Arménie, Erévan 1958 (en arménien).

- Torkomian V., Amirdovlat d’Amassie, médecin arménien du xve siècle, sa vie et ses ouvrages, Bulletin de la Société Française d’Histoire de la Médecine, Paris 1913.

- Torkomian V., Aperçu historique des anciens établissements hospitaliers de l’Arménie, Anvers 1921.

- Torkomian V., Les Arméniennes dans l’histoire de la médecine jusqu’au xiiie siècle, Bulletin de la Société Française d’Histoire de la Médecine, tome XVI, n° 1 et 2, Paris, janvier-février 1921.

- Torkomian V., La connaissance de l’anatomie chez les anciens Arméniens, Bulletin de la Société Française d’Histoire de la Médecine, tome XXVII, n° 7-8, Paris 1923.

- Torkomian V., Un coup d’œil sur l’histoire de la médecine en Arméno-Cilicie, communication faite à la Société des Études Arméniennes, Revue des Études Arméniennes, tome VI, Paris 1926.

- Torkomian V., La première léproserie en Arménie, Actes du VIIIe Congrès International de l’Histoire de la Médecine, Rome, septembre 1930, Pise 1931.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540