Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Les Gaurades à travers les sources arméniennes

Hratch Bartikian

Texte intégral

  • 1 D. M. Nicol, The Byzantine family of Kantakouzenos, Washington 1963 (Dumbarton Oaks Studies 11).
  • 2 D. Polemis, The Doukai. A contribution to Byzantine prosopography, Londres 1968.
  • 3 St. Fassoulakis, The Byzantine family of Raoul (Ral(l)es), Athènes 1973.
  • 4 D. M. Nicol, The Byzantine family of Dermokaites, circa 940-1453, BSl. 35/1, 1974, p. 1-11.
  • 5 J. F. Vannier, Familles byzantines. Les Argyroi (ιχe-xie siècles), Paris 1975 (Byzantina Sorbonens (...)
  • 6 W. Seibt, Die Skleroi. Eine prosopographisch-sigillographische Studie, Vienne 1976 (Byzantina Vind (...)
  • 7 K. Barzos, Ή γενεαλογία τῶν Κομνηνῶν, Thessalonique 1984 (Βυζαντινά Κείμενα καἰ Μελέται 20Α-20Β).
  • 8 Α. G. C. Savvides, The Byzantine family of Kekaumenos (Cecaumenus) (late 10th-early 12th century), (...)
  • 9 Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, ed. E. trapp, Vienne 1976 s. Pour les Gaurades de (...)
  • 10 P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Lisbonne 1963; A. P. Každan, Armjane ν sostave (...)
  • 11 A. Bryer, A Byzantine family: the Gabrades, c. 979-c. 1653, University of Birmingham Historical Jo (...)

1Au cours des vingt-cinq dernières années, nombre d’études prosopographiques - concernant les Cantacuzènes1, les Doukai2, les Raoul3, les Dermokaïtai4, les Argyroi5, les Skléroi6, les Comnènes7 et les Kekauménoi8 - ont vu le jour, alors que la publication du dictionnaire prosopographique de l’époque des Paléologues se poursuit encore9. Par ailleurs, des monographies et des articles sur les aristocrates arméniens au service de l’Empire byzantin ont également été publiés10. Ainsi sont parues une série d’études consacrées à la famille aristocratique des Gaurades11, qui, pendant sept siècles, a joué un rôle très important à Byzance et ailleurs.

2Une des principales préoccupations des chercheurs concernait l’origine ethnique de cette famille. Les spécialistes ont d’abord tenté de comprendre le sens du nom de famille « Gauras », pensant résoudre par là la question de leur origine. La prononciation correcte du nom en question aurait pu contribuer à la solution de ce problème ; la difficulté vient de ce que ce nom figure dans les sources sous deux formes différentes, Gauras et Gabras. Or, à cause de leur prononciation érasmienne, certains chercheurs européens se trompent doublement. Premièrement, ils ne disposent pas d’un son équivalent à celui de γ, deuxièmement, ils prononcent le β comme b. Le problème de la prononciation correcte de ce nom, qui apparaît à première vue secondaire, aurait pu nous conduire, avec l’aide d’autres données, à l’interprétation correcte du nom de famille « Gauras ».

  • 12 Sur les diverses propositions de sens et de provenance du nom de famille Gauras, voir Bryer.
  • 13 Každan, Armjane, p. 88-89.
  • 14 A. A. Vasil’ev, Goty ν Krymu, Saint-Pétersbourg 1925, p. 278. Dans l’édition anglaise de l’ouvrage (...)
  • 15 Bryer, Gabrades, p. 165, n. 9.
  • 16 j. p. Fallmerayer, Geschichte des Kaisertums von Trapezunt, Munich 1827 (rééd. Hildesheim 1964), p (...)
  • 17 A. Bausani, EI2, s.v. « Gabr ».

3Les chercheurs s’accordent à réfuter l’origine grecque du nom « Gauras ». Certains voudraient rattacher ce nom à un toponyme : Golubovich le relie à Kabeira du Pont12, et Eremian à Gavrēk en Arménie occidentale13. Mais la désinence -ας ne peut avoir aucune relation avec un toponyme. Prenant en considération les liens de parenté existant entre les Gaurades et les Tarônites, A. Vasiliev estimait que le nom « Gauras » serait de provenance arménienne14. A. Bryer ne suit pas l’opinion de Vasiliev surtout parce qu’il n’a pas trouvé ce nom dans le dictionnaire des noms propres arméniens de H. Ačarian15. En échange, il propose deux solutions possibles. La première est celle que le grand Fallmerayer avait exprimée autrefois, selon laquelle le nom « Gauras » est de provenance araméenne-syrienne - « g-b-r » - et signifie « héros » ou « homme »16 ; et la seconde solution, que Bryer considère comme la plus plausible, le mot arabe kāfir (l’étranger qui vit dans un milieu musulman, Arménien ou chrétien orthodoxe ou archonte de la frontière), qui a donné ultérieurement le turc giaour (infidèle chrétien)17.

  • 18 Každan, Armjane, p. 88 et index. Dans une autre étude concernant les Gaurades et les Dalassènes, A (...)

4A. Každan laisse de côté la signification du nom de famille « Gauras » dans sa monographie consacrée aux Arméniens au service de l’Empire byzantin, mais il suppose que la famille est d’origine arménienne18.

5Ainsi, selon les chercheurs précédents, nous ne disposons pas de données précises sur l’origine ethnique de la famille des Gaurades, au moins pour la première période, celle de leur apparition. Ce qui est certain, c’est que le nom Gauras n’est pas de provenance grecque, mais orientale, quoiqu’on ignore laquelle précisément. On peut aussi indiquer leur région d’origine, les territoires appartenant au thème des Arméniaques.

  • 19 H. Ačaṙyan, Hayoc’ anjnanunneri barman, II, Erévan 1944, p. 503 (en arménien).
  • 20 Plutarque, Lucullus, 32, 4 ;
  • 21 Samouel d’Ani, Tables chronologiques, dans Collection d’historiens arméniens, trad. M. Brosset, II (...)
  • 22 Chronique de Matthieu d’Édesse (962-1136) avec la Continuation de Grégoire le Prêtre jusqu’en 1162(...)

6Retournons maintenant au dictionnaire des noms propres de H. Acarian, où Bryer n’a pas trouvé le nom Γαυρᾶς. Selon nous, la prononciation érasmienne a dû le conduire à chercher Gabras, qu’il n’a évidemment pas pu trouver. Mais si Bryer avait prononcé ce nom comme le faisaient les Grecs (et les Arméniens) au moyen âge, il l’aurait sans doute trouvé. Quant à Ačarian qui ignorait l’existence de la famille byzantine des Gaurades, il inclinait à croire que le nom « Hauras », qu’on trouve dans les sources arméniennes du xiiie siècle, dérivait du perse xurūs (« coq »), parvenu aux Arméniens par l’intermédiaire du turc xorōz19. L’étymologie d’Ačarian est erronée, puisque les Gaurades sont déjà connus au xe siècle et qu’il est alors beaucoup trop tôt pour parler d’une influence turque ; d’autre part, la forme correcte est « Gauras » et non « Hauras ». Par ailleurs, Bryer n’est guère convaincant quant il considère le mot « Gauras » comme dérivant de l’arabe kāfir. Il est peu probable qu’un chrétien au service de l’Empire byzantin ait pu se nommer kāfir. Il est plus vraisemblable que le nom de famille Gauras provient de l’adjectif arménien devenu nom, Gor/Goroz, qui signifie « fier », « terrible », « brave ». Déjà Plutarque mentionne le frère du roi Tigrane II le Grand sous le nom de « Gouras »20. L’historien arménien du xie siècle Samuel d’Ani témoigne que ce nom était répandu parmi les Arméniens également beaucoup plus tard, justement dans les années où apparaît sur la scène historique le premier Gauras byzantin connu de nous : il appelle le général en chef du roi arménien Ašot III le Bagratide (953-977) Gor21. Sans le mentionner par son nom, le contemporain de Samuel d’Ani, Matthieu d’Édesse, précise que ce dernier, prêt à combattre Jean Tzimiskès, avait campé avec l’armée arménienne dans la province arménienne de Hark’22.

  • 23 Décent, majestueux, Hésychius d’Alexandrie, Lexikon, s.v. « γαῦρος ». Dans les inscriptions antiqu (...)

7L’hypothèse que le nom Goṙ/Goṙoz s’identifie avec le nom « Gauras » des sources byzantines n’est pas uniquement fondée sur leur consonance. Gor/Goroz et « Gauras » s’identifient par le sens, puisque le grec Gauras est étroitement lié à l’adjectif γαῦρος qui signifie, comme le mot arménien goṙ/goṙoz, « fier », « décent », « majestueux » (selon Hésychius)23. Comme on le verra plus bas, dans les sources arméniennes figure un personnage qui porte le nom de Gauros (plutôt Hauros), ce qui constitue la principale forme grecque du nom de famille Gauras. Puis, à l’instar du prénom Γρηγόριος qui, comme éponyme, prit la forme Γρηγορᾶς, l’adjectif γαῦρος a donné Γαυρᾶς.

8C’est ainsi que nous avons la traduction grecque de l’adjectif arménien, réalisée par un Arménien connaissant la signification du mot arménien goṙ/ goroz. Et du fait que le grec Gauras est lié au mot grec γαῦρος, on doit considérer que la forme principale du nom est Γαυρῦς (avec υ) et non Γαβρᾶς (avec β). Ce n’est pas par hasard que l’orthographe Γαυρᾶς (deux fois Γαυρᾶς et une fois Γαβρᾶς) l’emporte dans le manuscrit le plus ancien de la Chronique de Skylitzès (Coisl. 136, xiie siècle).

  • 24 Ioannis Scylitzae Synopsis historiarum, ed. I. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB 5), p. 321-322 (c (...)
  • 25 Étienne Asolik de Taron, Histoire Universelle, trad. Fr. Macler, Paris 1917, p. 56-57.
  • 26 Ibid.
  • 27 Skylitzès, p. 318.
  • 28 Ibid., p. 319, 321.
  • 29 Ibid., p. 322.
  • 30 Ibid, p. 320.
  • 31 Ibid., p. 316, 321.
  • 32 C. Prokić, Zusätze in der Handschrift des Johannes Skylitzès. Codex Vindobonensis hist, graec. LXX (...)
  • 33 Skylitzès, p. 364.

9Le premier personnage connu de cette famille dans les sources est Constantin Gauras24, qui participa à la révolte de l’Arménien Bardas Sklèros. D’après les sources arméniennes et byzantines, tous les officiers de ce rebelle étaient des Arméniens. Parmi eux on compte les archontes de l’ex-principauté de Tarôn, Grégoire et Pangratios25, le seigneur de Môxenè Zafranik26, Sahakios Brahamios27, Michel Bourtzès en compagnie de ses soldats arméniens28, l’amiral Michel Kourtikios29, Romain Tarônitès30. Ce n’est pas un hasard si, après la première défaite de Sklèros, les soldats byzantins (qui venaient tous de Constantinople, de Thrace, de Macédoine, et aucun d’Asie Mineure) ont massacré les prisonniers arméniens, parce qu’ils avaient adhéré au rebelle en l’acclamant empereur31. En outre, la révolte commença dans des provinces arméniennes : Xarberd, Quatrième Arménie, Tarôn, Sasun, Angilène, Anzitène, Lykandos, Tzamandos. Notons que Sklèros se proclama empereur à Mélitène en Troisième Arménie. Tout cela ne semble-t-il pas prouver qu’au moins au début de la révolte les officiers de Sklèros étaient des Arméniens ? Ne peut-on par conséquent considérer Constantin Gauras comme Arménien ? En outre, nous disposons d’autres témoignages sur l’origine arménienne des Gaurades. Jean Skylitzès mentionnant la guerre byzantino-bulgare sous Basile II, qui entraîna en 1018 la décomposition de l’État bulgare, précise que cette année-là eut lieu une tentative pour secouer le joug byzantin. A la tête de la révolte des Bulgares se trouvaient les porteurs du titre byzantin de patrice, un certain Élémagos (Élinagos Phrantzès d’après Michel de Déabolis)32 et Gauras33. La révolte fut réprimée et Gauras fait prisonnier par les Byzantins qui, par la suite, l’aveuglèrent à Thessalonique.

  • 34 V. Zlatarski, Istorija na b’lgarskata d’ržava prez srednite vekove, i, 2, Sofia 1971, p. 742 ; P. (...)
  • 35 Bryer, Fassoulakis, Nicol, Gabrades, cité supra n. 11, p. 39.

10Dans la liste de Bryer, ce Gauras n’a pas été inclus : ce chercheur ainsi que les historiens bulgares34 l’ont considéré comme un « archonte bulgare », qui par simple coïncidence portait le même nom. Pourtant, dans l’article de Bryer écrit en collaboration avec Fassoulakis et Nicol35, Gauras est considéré comme un Byzantin qui déserta chez les Bulgares en 1018. On a du mal à croire qu’en 1018 un patrice byzantin ait déserté chez les Bulgares, comme il est invraisemblable qu’en ce temps-là un archonte bulgare se soit trouvé au service de l’armée byzantine. Enfin, il est impensable qu’en 1018 les Bulgares aient suivi un stratège byzantin contre Byzance.

  • 36 L’eunuque est Romain, fils du roi bulgare Pierre.

11Dans ce cas, si ce Gauras n’est ni Bulgare, ni Byzantin que peut-il être ? Comment peut-on expliquer que celui qui se trouvait au service de l’empire et avait reçu le titre élevé de patrice, ait tout à coup fait son apparition en Bulgarie, luttant contre l’empire l’année même de l’abolition de l’État bulgare et de la toute-puissance de Byzance ? Cette énigme ne peut trouver sa solution qu’à l’aide des données de l’historien arménien, contemporain des faits, Etienne Asolik de Tarōn. Dans sa narration sur les deux komètopouloi, Étienne Asolik de Tarōn signale : « L’aîné se nommait Samuel ; [ils étaient] Arméniens, de la province de Derzenē. L’empereur Basile [II] les envoya tous les deux en Macédoine avec leurs troupes pour combattre les Bulgares. Ils saisirent l’occasion pour déserter le camp de l’empereur romain et passer au roi eunuque des Bulgares et ils reçurent pour leur bravoure de grands honneurs36. »

  • 37 V. Beševliev, P’rvob’lgarski nadpisi, Sofia 1979, p. 173-174.
  • 38 Ibid., p. 221-222. À ce sujet, voir R. M. Bartikjan, Ο protobolgarskih nadpisjah hanov Kruma (803- (...)

12Le fait que des officiers arméniens aient déserté en compagnie de leurs troupes nous conduit à supposer que le Gauras en question doit être un allié du komètopoulos Samuel, qui, après la mort de ce dernier en 1014, poursuivit la lutte des Bulgares contre Byzance. Cela signifie que Gauras ne déserta pas en 1018, mais beaucoup plus tôt. Le cas de Gauras et d’Elinagos (ainsi que celui des komètopouloi) n’est pas unique. La désertion chez les Bulgares d’officiers arméniens au service de Byzance nous est connue aussi par les inscriptions protobulgares des khans Kroum et Omourtag37. On retiendra parmi d’autres les noms des officiers Bardanès et Kordylès, du candidat Tourdatzès (Tiridate)38.

  • 39 G. Tsaras, Σφραντζῆς, Φιαλίτης ἢ Φραντζῆς ;, Βυζαντινά 9, 1977, ρ. 126.
  • 40 Vita S. Mariae Iunioris, Acta SS Novembris, IV, Bruxelles 1925, p. 692.
  • 41 H. M. Bartikian, Ο Βάρδας ό Βρατζῆς Žitija sv. Marii Novoj, Istoriko-filologičeskij žurnal AN Arm. (...)
  • 42 Κ. N. Juzbašjan, « Varjagi » i « pronija » ν sočinenii Aristakèsa Lastivertci, VV 16, 1959, p. 14- (...)

13Le nom du compagnon de Gauras, Elinagos Phrantzès, mérite aussi que l’on s’y arrête. Ce nom hors du commun, qui ne peut que provoquer l’étonnement du fait qu’il combine un prénom étranger avec un nom byzantin, inconnu même à la fin du xe et au début du xie siècle39, pourrait s’expliquer de la manière suivante. Dans la Vie de sainte Marie la Jeune († 903), il est question d’un Arménien, drongaire byzantin et propriétaire en Thrace appelé Bardas Bratzès40. Le nom arménien de ce personnage, la forme arménienne de son nom de famille, qui signifie Ibère, certifient que ce Bardas était un Arménien chalcédonien41. Par conséquent, n’est-t-il pas logique de supposer qu’au départ Elinagos le Phrantzès était Elinagos le Bratzès ? Pour le copiste grec du manuscrit le nom de « Bratzès » ne signifiait rien et il aurait pu facilement le corriger en « Phrantzès », nom très connu à l’époque. Cet Élinagos était donc un des officiers que Basile II avait envoyés avec Samuel originaire de Derzenē (et avec Gauras) en Occident pour combattre les Bulgares. De même, on trouve souvent dans les manuscrits byzantins et arméniens des fautes d’orthographe. Par exemple, l’ethnique « Βράγγος-Βάραγγος » a été corrigé tant dans les manuscrits de l’Histoire d’Aristakès de Lastivert que chez le Continuateur de Théophane d’après le nom plus connu de « Φράγγος »42.

14En bref, les Gaurades étaient une famille aristocratique byzantine d’origine arménienne. Si le premier Gauras connu par les sources est le compagnon d’armes de Sklèros, Constantin Gauras, le deuxième doit être le Gauras « Bulgare » aveuglé par les Byzantins à Thessalonique.

  • 43 Cl. Cahen, Famille byzantine, cité supra n. 11.
  • 44 Kinnamos, éd. Bonn, p. 56.
  • 45 Nicetae Choniatae Historia, éd. I. A. Van Dieten, Berlin-New York 1975 (CFHB 11), p. 189.
  • 46 Imād ed-Dīn el-Kātib el-Isfahāni, Conquête de la Syrie et de la Palestine de Salêh ed-Dîn, éd. C. (...)

15La présente étude n’a pas l’intention de prendre en considération tous les Gaurades d’Asie Mineure connus pour la période qui nous concerne. Ce travail a été déjà fait par Bryer et ses collaborateurs, ainsi que par Cl. Cahen. Il faut toutefois préciser qu’à partir du milieu du xiie siècle on trouve des Gaurades au service des Seldjoukides d’Asie Mineure43, dont le premier en rapport avec les événements de 1146. Selon Kinnamos, ce Gauras « était chez eux [chez les Seldjoukides] le gouverneur d’une satrapie »44. Par « satrapie » Kinnamos entend le mot « émirat » ; ce Gauras-là était donc un émir au service des Seldjoukides de Rum. Compte tenu du fait que les Byzantins, après avoir capturé Gauras, le décapitèrent, on incline à croire que c’était un renégat. Un autre émir Gauras, selon Chôniatès, était « celui qui avait reçu les plus grands honneurs de la part de celui [le sultan Ḳιlιḏj Arslan II] dont il était le familier45 ». Ce personnage est considéré dans les sources orientales comme amir-i-hadjib et porte le nom d’Iḵẖtiyār al-Dīn Hasan ben Gauras46. Ses terres étaient situées près d’Erzincan.

16Un autre Gauras, Jean, se trouvait au service du sultan seldjoukide ’Alā’ al-Dīn Ḳayḳubād Ier, qui l’envoya comme ambassadeur en Europe en 1234. Ce Jean Gauras est considéré par les chercheurs comme le dernier Gauras connu au service des Seldjoukides.

  • 47 Deux historiens arméniens. Histoire d’Arménie par le vartabied Kirakos de Gantzac ; Oukhtanès d’Ou (...)
  • 48 Opisanie grečeskih rukopisej monastyrja Svjatoj Ekateriny na Sinae, i, éd. V. N. Beneševič, Saint- (...)
  • 49 Un village du même nom existe encore aujourd’hui dans la province Toumanian d’Arménie ; il apparaî (...)

17Les sources arméniennes nous offrent toutefois la possibilité de compléter la liste des Gaurades, dont l’activité se situe en Arménie, ainsi que de délimiter la région sur laquelle s’étendait leur autorité. Plus précisément, nous devons souligner que nos renseignements concernant les Gaurades exerçant quelque autorité en Arménie occidentale sont dus aux notices des copistes des manuscrits arméniens écrits par des Arméniens chalcédoniens dans les monastères dyophysites arméniens du xiiie siècle. Connus sous l’appelation de Tzatoi à travers les sources byzantines et arméniennes, ces Arméniens chalcédoniens font leur apparition dès le xe siècle47. Nikôn de la Montagne Noire les situe en Mésopotamie48, c’est-à-dire dans le thème byzantin de Mésopotamie (et non en Syrie, comme le font les savants Arméniens). Le thème byzantin de Mésopotamie embrassait les territoires de la Première et de la Deuxième Arménie, et une partie de la Quatrième. Au nord, il s’étendait jusqu’à Kamach et avoisinait les thèmes de Colonée et de Chaldia. Autrement dit, il comportait les territoires d’où venaient et où étaient actifs les Gaurades depuis le xe siècle. Par conséquent, il est logique de considérer les Gaurades, au moins pour l’époque qui nous concerne, comme des Arméniens chalcédoniens, c’est-à-dire des Tzatoi. Il n’est pas sans intérêt de remarquer que les Arméniens chalcédoniens copistes de manuscrits qualifient, dans leurs notices, ces émirs et gouverneurs Gaurades d’archontes « pieux et amis du Christ », nous laissant ainsi entendre qu’eux-mêmes n’étaient pas des renégats à l’instar du Gauras du milieu du xiie siècle. C’est justement en Mésopotamie proprement dite que nous rencontrons les Tzatoi des notices des manuscrits arméniens et plus précisément dans la région d’Erzincan où, nous l’avons vu plus haut, l’amir-i-hadjib du sultan Ḳiliḏj Arslan II, Iḵẖtiyār al-Dīn Ḥasan ben Gauras, possédait des biens. Il est très intéressant de noter ici que jusqu’aux massacres arméniens de 1915, c’est justement dans cette région qu’habitaient les Arméniens chalcédoniens, connus comme haï-horoum (Arméno-Romains), c’est-à-dire Arméniens d’origine ethnique et Romains de confession (Grecs orthodoxes). Jusqu’alors, il existait près d’Erzincan un village d’Arméniens chalcédoniens connus sous le nom de « Tzatoi »49.

18Nous avons fait mention plus haut des monastères arméniens chalcédoniens où furent copiés des livres arméniens contenant des notices si intéressantes pour nous. Dans ces notices sont mentionnées les régions où se trouvaient les monastères. Situer ces monastères n’est pas difficile. Ils étaient proches de la ville d’Akn (en turc Eğin, aujourd’hui Kemālye) aux confins de la Petite et de la Grande Arménie et de Tsimiskatzak. Soulignons ici qu’au début de notre siècle les villages arméno-romains de la région d’Akn portaient les noms des villages où furent copiés les manuscrits et rédigées les notices du xiiie siècle.

19À travers les données des notices des manuscrits arméniens, nous apprenons que les Gaurades qui y sont mentionnés étaient des gouverneurs d’un émirat relevant de l’État Seldjoukide d’Asie Mineure et qu’ils y exercèrent des fonctions du milieu du xiie siècle jusqu’à la fin du xiiie siècle, au moment où se dissout le sultanat de Rum.

20Dans la collection des manuscrits arméniens du monastère des Saints-Jacques à Jérusalem, le manuscrit sur parchemin n° 336 contient des Questions et Réponses de saint Basile et des Vies de saints copiées par deux copistes dans un monastère arménien chalcédonien. Une miniature de saint Basile figure au deuxième folio du manuscrit avec l’inscription grecque Ό ἄγηων Βασίληως. En regard de l’image du saint se trouvent les figures des deux moines en prière qui, selon toute vraisemblance, sont les copistes des deux ouvrages. La marge inférieure du folio porte deux notices en grec :

  • 50 « Souviens-toi, Seigneur, de l’âme de ton serviteur... » ; « souviens-toi, Seigneur, de l’âme de t (...)

μνήσθητι ̅κε τήν

μνήσθητι ̅κε

ψυχήν του δοῦλλου σου

τήν ψυχήν τοῦ

………………………..

δούλλου σου Α...

.....μωναχωῦ50

21Les noms des deux moines en prière sont effacés. En dehors de deux notices principales concernant notre sujet et dont on fera mention plus bas, on trouve dans le manuscrit d’autres notices plus brèves, qui présentent de l’intérêt pour les noms des moines de ce monastère. Il s’agit du « prêtre Charitôn Hamartôlos » et du moine Eutaxès qui transforma son nom en Euthyme, noms qui soulignent une fois de plus que le monastère était arméno-chalcédonien. Dans la première mention principale de l’œuvre de saint Basile on lit :

«... et a été copié dans la région de Salik, sous la domination de Kyr Léon Gauras, que le Seigneur le garde. Copié dans le monastère dit le Nouveau monastère, sous la protection de la Sainte Mère de Dieu l’an du monde 6722. A pris fin le mardi 15 avril. Copié de la main de l’humble diacre Serge... »

22À la fin du deuxième texte du manuscrit, on trouve une notice rédigée quatre mois plus tard :

« Ce livre a été copié en 6722 et a été terminé le mercredi 13 août, dans le monastère dit le Nouveau monastère, [dit aussi] Lykou, près du bourg appelé Atma, sous la domination de Kyr Léon Gauras, le pieux archonte, que le Seigneur le garde de toute tentation. »

  • 51 Theoriani Orthodoxi Disputatio cum Armeniorum Catholico, PG 133, col. 120.
  • 52 H. M. Bartikian, Roi’ igumena Filippopol’skogo armjanskogo monastyrja Ioanna Atmana ν armjano-viza (...)

23La région de Salik s’identifie avec Tsimiskatzak, mais l’expression « près du bourg appelé Atma » nous permet de situer avec précision le monastère dit le Nouveau ou Lykou. Près de la ville d’Akn (Egin), sur la rive gauche de l’Euphrate existaient jusqu’en 1915 des villages haï-horoum (arméno-romains) portant les noms suivants : Vank (qui signifie monastère), Šrzou (c’est-à-dire « de Serge »), champ de Srzou, Atma, Tzorak et de Mousoulakios. De plus, le bourg d’Atma, près duquel se trouvait le Nouveau monastère ou Lykou, était situé dans la région de la ville d’Akn. Entre parenthèses, nous devons souligner que Jean Atmanos, l’higoumène arménien chalcédonien, sous l’empereur Manuel Ier Comnène, du « monastère arménien de Philippoupolis »51, c’est-à-dire du monastère de Pakourianos à Bačkovo52, était originaire du bourg des Arméno-Romains Atma. Ces données témoignent une fois de plus que le monastère de Pakourianos était arménien chalcédonien.

  • 53 S. A. Muratean, N. P. Martirosean, Cʽucʽak jeṙagracʽ Mšoy S. Aṙakʽelocʽ-Targmančʽacʽ vankʽi ew šrj (...)

24Dater les notices se heurte à des difficultés. Toutes deux, nous l’avons vu, portent la date de l’an 6722 de la fondation du monde. Néanmoins, cette ère n’est pas celle de Constantinople, où l’année 5508 correspond à l’an 1. Or un autre manuscrit, dont nous parlerons ci-dessous, porte à la fois la date, en année de la fondation du monde, 6751, et la date, en ère arménienne, 721. Puisque l’ère arménienne commence en 551, l’année 6751 de la fondation du monde correspond à l’an 1272 (= 551 + 721). On peut donc en déduire que l’an 1 de l’ère utilisée est 5479 et non 5508. Si les moines qui ont effectué, en 6722, la copie de ce manuscrit dans le Nouveau Monastère près du bourg d’Atma, suivent bien le même calendrier, ce manuscrit aura été copié en 124353.

25Le représentant suivant de la famille des Gaurades, Constantin Gauras, est mentionné dans la notice laissée par le copiste d’un autre manuscrit, également rédigée dans un monastère arménien chalcédonien. Ledit manuscrit se trouvait dans le monastère de Saint Jean à Muš de Tarōn jusqu’aux massacres de 1915 ; il est maintenant disparu et l’on connaît son existence grâce à un catalogue de manuscrits remontant à 1912. Dans la notice du manuscrit on lit :

« Ce superbe évangile daté en 6751 de la fondation du monde et en 721 de la chronologie arménienne a été copié dans la région de Šerziou [Sergiou] et dans le monastère des glorieux martyrs Serge et Bacchus, au bord de l’Euphrate, sous la protection de la Très Sainte Mère de Dieu, sous la domination de l’émir Kyr Constantin Gauras, que le Christ accorde de longues années de vie à lui, à sa famille et à ses enfants. Amen ».

26Il nous faut rappeler ici que nous avons rencontré plus haut le nom de la région de Šerziou (Sergiou) à propos des villages de haï-horoum, d’Arméniens chalcédoniens, autour de la ville d’Akn-Eğin. Deux de ces villages, qui ont existé jusqu’en 1915, portaient le nom de Šrzou et Champ de Šrzou.

27Ainsi, en ce temps-là, le gouverneur-émir de la région d’Akn était Constantin Gauras qui portait l’épithète grecque de Kyr et le titre arabe d’amiras.

28Comme on le constate, les données sur lesquelles est fondée notre hypothèse quant à la copie des manuscrits dans des monastères arméniens chalcédoniens, suffiraient. Mais l’évangile, dont nous parlerons maintenant, nous offre un témoignage direct. Cet évangile se trouve actuellement dans la bibliothèque du catholicossat arménien de Cilicie, à Antelias (Liban), sous le numéro 223. Outre l’évangile, le manuscrit contient un canon rédigé « à la manière des Grecs ». Le miniaturiste est le moine Métrophane ; le copiste est Théophile Tzatos, qui effectua la copie à l’exhortation du « papas Paul » et à la prière du grand anachorète, « le papas Nicolas ». Le prix de l’encre a été couvert par la « soeur spirituelle » de Théophile, Thomaïs. Enfin, l’higoumène du monastère porte le nom d’Onuphre. Une telle pléthore de noms grecs face à l’absence totale de noms arméniens, constitue la meilleure preuve de ce que le manuscrit a été exécuté dans un monastère arménien chalcédonien.

29Dans la notice du manuscrit on lit :

  • 54 A. Daniēlean, Mayr cʽucʽak hayerēn jeragracʽ meci tann Kilikioy katʽolikosutʽean, Amelias, Liban, (...)

«...ce saint et superbe Évangile a été copié dans la localité de Salik dans l’ermitage connu sous le nom de Žllyk, sous la protection du grand anachorète Onuphre, sous la domination de notre seigneur pieux et ami du Christ Šahinšah [archonte des archontes] Basile Gauras, que lui, son épouse couronnée par le Christ, leurs enfants donnés par Dieu, et ses frères, Christ Dieu les garde en paix et en dehors de la tentation. Amen. A été écrit l’an 6784 ; a été achevé le premier du mois de septembre et a été commencé le trois juillet...54 »

30Ainsi, cet évangile comme celui contenant les œuvres de Basile de Césarée ont été copiés dans le même monastère de la ville de Salik (Tsimiskatzak) le premier dans le monastère de Lykou, le deuxième au monastère de Žłlik.

  • 55 N. Połarean, Mayr cʽucʽak jeṙagracʽ Srbocʽ Yakobeancʽ, t. 4, Jérusalem 1969, p. 33-34.

31Selon la notice de 6784 (= 1305), dans la région de Salik, le gouverneur-émir était Basile Gauras. Il est commémoré, mais sans son nom de famille (Gauras), dans un autre manuscrit arménien (le n° 1273 du monastère des Saints-Jacques) où son titre principal de šahinšah est transmis sous le titre identique en arménien de išxanatz išxan, c’est-à-dire « archonte des archontes ». Enfin, ce Basile est commémoré sous son nom de famille dans quatre notices du manuscrit n° 1722 de la collection du même monastère des Saints-Jacques55.

  • 56 Ł Ałisan, Hayaoatym, Venise, 1901, I, p. 552.

32En résumant ce qui précède, nous constatons que tous les Gaurades connus à travers les manuscrits arméniens étaient gouverneurs de la région d’Akn-Tsimiskatzak dans la province de Théodosioupolis, sur les confins de laquelle se trouvait Erzincan, où en 1410 encore l’auteur arménien Mxit’ar Aparanc’i situait les Tzatoi56.

33Plus haut il a été fait mention de l’origine ethnique des Gaurades, de leur activité en Asie Mineure et en Arménie occidentale. Toutefois, on trouve les Gaurades (Haurades) dans le nord-est de l’Arménie, précisément durant les xiie et xiiie siècles. Ceci est très paradoxal, puisque ni les sources arméniennes ni les souces byzantines ne font la moindre allusion à une éventuelle émigration des Gaurades. La question qui se pose alors est la suivante : quelle relation ont les Haurades du nord-est de l’Arménie avec les Gaurades d’Asie Mineure et d’Arménie occidentale ? Font-ils partie de la même famille, où sont-ils apparentés par alliance ?

  • 57 G. Yovsēpʽean, Yišatakarankʽ Jeragracʽ, I, Antelias, Liban, 1951, p. 885-886.

34Des renseignement sur les Gaurades du nord-est de l’Arménie proviennent de notices de manuscrits arméniens, ainsi que d’inscriptions en pierre. Au Matenadaran (Institut des manuscrits) d’Erévan, l’Évangile en parchemin n° 1519 de 1232 comporte une notice de copiste, où celui-ci précise qu’il effectua sa copie à la demande de son « patrôn Hauras, fils de l’émir Sarkis [...] à la mémoire de son fils Sasna décédé jeune »57. Dans une autre notice du même copiste ce Hauras est qualifié d’ « archonte des archontes ». On sait que l’émir Sarkis était l’oncle maternel des célèbres Zak’arē et Ivané Zacharides, qui brillèrent surtout du temps de la reine de Géorgie Thamar.

35Il n’est pas difficile de remarquer que les titres honorifiques de Hauras coïncident avec ceux des Gaurades de l’Arménie occidentale. Patrôn correspond à Kyr ; quant à l’« archonte des archontes », nous l’avions déjà trouvé pour Basile Gauras, ainsi que le titre perse analogue de Šahinšah.

36Hauras fut marié deux fois. Sa première femme, la mère de Sasna, était d’origine turque et s’appelait Houtlou Hatoun. Sa deuxième femme s’appelait Zmrouht Hatoun (ce qui signifie « Émeraude » Hatoun) et, comme la première, était turque. Toutes deux avaient embrassé le christianisme. Zmrouht Hatoun était apparentée aux émirs Seldjoukides. On connaît le nom de la belle-fille de Hauras, l’épouse de Sasna. Elle s’appelait Taïk et sa tombe se trouve dans l’esônarthex du monastère d’Aghbat, au nord-est de l’Arménie.

  • 58 N. Sargisean, Telagrutʽiwnkʽ i Pʽokʽr ew i Mec Hays, Venise 1864, p. 188-189 ; K. Kostaneancʽ, Vim (...)
  • 59 K. Łafadaryan, Halbat. Čartarapetakan Kaṙucʽvackʽnerĕ ew vimakan azjanagrutʽyunnerĕ, Erévan 1963, (...)

37Nous connaissons aussi le nom du petit-fils de « Hauras le Grand »58, grâce à une inscription en pierre de 1262. Celui-ci portait le nom de son grand-père, Hauras. Dans le même ésônarthex du monastère d’Aghbat, où se trouve la tombe de Taïk, il en existe une autre, dont la pierre porte gravés les noms de Hauras et Hasan59. Dans la même tombe se trouve enterrée une personne qui porte les deux noms, à moins qu’il ne s’agisse de deux personnes distinctes - on ne peut trancher. Il faut pourtant noter que Gauras, qui décéda en 1192 et qui était actif à Iconium et à Erzincan, portait le nom de Hasan-Gauras. Le Hauras qui se trouve dans l’ésônarthex d’Aghbat est Hauras le Grand, ou son petit-fils homonyme, ou encore une troisième personne du même nom, que nous ne pouvons identifier.

  • 60 H. Ačaṙyan, Hayocʽ anjnanunneri baṙaran, IV, Erévan 1979, p. 399

38Nous retournerons maintenant à notre problème principal. Quelle relation existe-t-il entre les Haurades et les Gaurades ? Il semble que tant Hauras l’Ancien que ses descendants n’entretenaient pas de rapports directs avec l’Arménie occidentale et le sultanat des Seldjoukides. Le seul lien clair entre Hauras l’Ancien et les Seldjoukides se trouve chez ses épouses. Zmrouht Hatoun est descendante d’un émir seldjoukide. Quant au nom du fils de Hauras - Sasna -, il vient à l’appui de cette thèse, puisqu’il est en relation avec la province de Sasun, en Arménie occidentale60. Quel personnage alors établit les liens entre les Haurades, les Seldjoukides et l’Arménie occidentale ?

  • 61 L. Ałišan, Hayapatum, cité supra n. 56, p. 389-390.

39Mxit’ar Gōš, le juriste arménien, familier de la famille de Hauras, éclaire ce sujet. Il écrit qu’après la mort du roi de Géorgie David, son successeur Georges III (1156-1184) voulut capturer le gouverneur de Tiflis, l’Arménien Vasak. Aussi ce dernier chercha-t-il refuge à Théodosioupolis (Erzeroum) en compagnie de ses frères, Kourt et Sarkis ; il y fut accueilli chaleureusement par l’émir de la ville Saltouh dont il reçut de nombreux villages. Vasak, avant de mourir, légua à son frère Kourt « son drapeau, sa fortune et son pouvoir ». Après la mort du roi de Géorgie Georges III, en 1184, Kourt rentra en Géorgie61.

40En ce qui concerne le troisième frère, Sarkis, il n’est autre que l’émir Sarkis, le père de Hauras l’Ancien. Du fait que les sources témoignent du retour de Kourt sans rien mentionner au sujet de Sarkis, nous devons considérer que ce dernier resta à Théodosioupolis en tant qu’héritier du commandement de son frère Kourt. Il semble que l’émir Sarkis fonda une famille à Théodosioupolis, et s’il nomma son fils Hauras, nous sommes porté à croire que celui-ci s’allia par des liens de parenté aux Gaurades byzantins (chrétiens) au service des Seldjoukides, qui gouvernaient justement à cette époque-là des provinces voisines de Théodosioupolis. Le fils de l’émir Sarkis, Hauras, rentra en compagnie de son oncle Kourt dans l’Arménie du Nord-Est où il fut honoré de grandes dignités, sans pour autant interrompre ses relations avec les Seldjoukides. Cette hypothèse est renforcée par le fait que ses deux épouses étaient des Turques christianisées, dont l’une était la fille d’un émir.

41Pour terminer, nous aborderons encore une autre question, qui bien qu’elle dépasse notre spécialité et nos propres compétences, mérite au moins une mention. Le travail ci-dessus nous y pousse. C’est la question de « l’art seldjoukide » et plus précisément de ses origines.

  • 62 I. A. Orbeli, Problema sel’džukskogo iskusslva. Izbrannye trudy, Erévan 1963, p. 364 s. Voir aussi (...)

42Notre professeur, l’académicien Joseph Orbeli, écrit à ce propos : « Il y a déjà longtemps que la science européenne a pris en considération les relations étroites existant entre l’architecture seldjoukide et l’architecture de l’Arménie et de la Géorgie [...] En étudiant les mausolées d’Ahlat, Erzerum, Vostan, nous remarquons la naissance d’un nouveau style architectural à l’état de greffe, coupé de l’église chrétienne, arménienne ou géorgienne, qui s’est développé au cours des siècles [...] Il n’y a rien qui nous autorise à considérer les monuments seldjoukides du Caucase et des anciennes provinces arméniennes de l’Asie Mineure comme le fruit de maîtres venus du dehors et porteurs d’une nouvelle forme d’art. En tant que porteurs de leur culture nomade, ces nouveaux venus n’avaient la possibilité de transporter avec eux ni l’architecture en pierre, ni la force créatrice qui sont indispensables à l’accomplissement de nouvelles formes d’art, architectural et décoratif, sur pierre62. »

  • 63 G. Migeon, Manuel d’art musulman, II, Paris 1927, p. 120.
  • 64 H. Saladin, Manuel d’art musulman, I, Paris 1907, p. 456.

43La naissance de cet art-là coïncide chronologiquement avec la période où la famille aristocratique des Gaurades, porteurs de l’art arménien comme de l’art byzantin, occupait de hautes fonctions à la cour des Seldjoukides de Rum. Si l’on se réfère seulement à l’architecture, nous pouvons signaler que le fameux sanctuaire d’Ala ed-Din à Iconium a été bâti par un architecte arménien en 115863 ; quant au monument dit Ince Minare Medrese, dans la même ville, il a été bâti par l’architecte Galoust en 125164.

44Ce que nous avons dit ne nous donne-t-il pas le droit de soutenir que jouèrent un rôle dans la naissance de « l’art Seldjoukide », et les Gaurades - au service de la cour des Seldjoukides dès la première moitié du xiie siècle -, et - pourquoi pas ?- les frères Vasak, Kourt, Sarkis et leur entourage, originaires de l’Arménie du Nord-Est ?

Notes

1 D. M. Nicol, The Byzantine family of Kantakouzenos, Washington 1963 (Dumbarton Oaks Studies 11).

2 D. Polemis, The Doukai. A contribution to Byzantine prosopography, Londres 1968.

3 St. Fassoulakis, The Byzantine family of Raoul (Ral(l)es), Athènes 1973.

4 D. M. Nicol, The Byzantine family of Dermokaites, circa 940-1453, BSl. 35/1, 1974, p. 1-11.

5 J. F. Vannier, Familles byzantines. Les Argyroi (ιχe-xie siècles), Paris 1975 (Byzantina Sorbonensia 1).

6 W. Seibt, Die Skleroi. Eine prosopographisch-sigillographische Studie, Vienne 1976 (Byzantina Vindobonensia 9).

7 K. Barzos, Ή γενεαλογία τῶν Κομνηνῶν, Thessalonique 1984 (Βυζαντινά Κείμενα καἰ Μελέται 20Α-20Β).

8 Α. G. C. Savvides, The Byzantine family of Kekaumenos (Cecaumenus) (late 10th-early 12th century), Δίπτυχα 4, Athènes 1986-1987, p. 12-27.

9 Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, ed. E. trapp, Vienne 1976 s. Pour les Gaurades de cette époque, voir le t. 2, Vienne 1977, p. 125-130, nos 3319-3373.

10 P. Charanis, The Armenians in the Byzantine Empire, Lisbonne 1963; A. P. Každan, Armjane ν sostave gospodstvujuščego klassa Vizantijskoj imperii ν XI-XII vv., Erévan 1975 (cité Každan, Armjane); ID., The Armenians in the Byzantine ruling class predominantly in the ninth through twelfth centuries, Medieval Armenian Culture, T. Samuelian and M. Stone ed., 1983 (University of Pennsylvania Texts and Studies 6).

11 A. Bryer, A Byzantine family: the Gabrades, c. 979-c. 1653, University of Birmingham Historical Journal 12, 1970, p. 164-187 (cité Bryer, Gabrades); A. Bryer, St. Fassoulakis, D. M. Nicol, A Byzantine family: the Gabrades. An additional note, BSl. 36-1, 1975, p. 38-45 ; Cl. Cahen, Une famille byzantine au service des Seldjuqides d’Asie Mineure, Polychronion (Festschrift Franz Dölger), Heidelberg 1966, p. 145-149.

12 Sur les diverses propositions de sens et de provenance du nom de famille Gauras, voir Bryer.

13 Každan, Armjane, p. 88-89.

14 A. A. Vasil’ev, Goty ν Krymu, Saint-Pétersbourg 1925, p. 278. Dans l’édition anglaise de l’ouvrage (A. A. Vasiliev, The Goths in the Crimea, Cambridge, Mass., 1935, p. 156), une telle assertion ne figure pas. Voir Každan, Armjane, p. 88.

15 Bryer, Gabrades, p. 165, n. 9.

16 j. p. Fallmerayer, Geschichte des Kaisertums von Trapezunt, Munich 1827 (rééd. Hildesheim 1964), p. 19.

17 A. Bausani, EI2, s.v. « Gabr ».

18 Každan, Armjane, p. 88 et index. Dans une autre étude concernant les Gaurades et les Dalassènes, A. Každan écrit : « Sont-ils Arméniens ? » (Social’nyj sostav gospodstvujuščego klassa Vizantii XI-XII vv., Moscou 1974, p. 200). Mais à la p. 212, il considère que les Gaurades sont « d’origine caucasienne ou micrasiatique ».

19 H. Ačaṙyan, Hayoc’ anjnanunneri barman, II, Erévan 1944, p. 503 (en arménien).

20 Plutarque, Lucullus, 32, 4 ;

21 Samouel d’Ani, Tables chronologiques, dans Collection d’historiens arméniens, trad. M. Brosset, II, Saint-Pétersbourg 1876, p. 437.

22 Chronique de Matthieu d’Édesse (962-1136) avec la Continuation de Grégoire le Prêtre jusqu’en 1162, par E. Dulaurier, Paris 1858, p. 14.

23 Décent, majestueux, Hésychius d’Alexandrie, Lexikon, s.v. « γαῦρος ». Dans les inscriptions antiques d’Érétrie et de Tanagra γαῦρος est une épithète laudative. Cf. L. Robert, Hellenica I, Amsterdam 1977, p. 127-131. Dans les inscriptions de l’époque de Trajan découvertes à Ihsaniye, on retrouve des noms de λειτουργός parmi lesquels les Γαυριανοί. Cf. Fr. K. Dörner, Inschriften und Denkmaler aus Bithynien, Istanbuler Forschungen 14, Berlin 1941, p. 57, 59.

24 Ioannis Scylitzae Synopsis historiarum, ed. I. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB 5), p. 321-322 (cité Skylitzès).

25 Étienne Asolik de Taron, Histoire Universelle, trad. Fr. Macler, Paris 1917, p. 56-57.

26 Ibid.

27 Skylitzès, p. 318.

28 Ibid., p. 319, 321.

29 Ibid., p. 322.

30 Ibid, p. 320.

31 Ibid., p. 316, 321.

32 C. Prokić, Zusätze in der Handschrift des Johannes Skylitzès. Codex Vindobonensis hist, graec. LXXVII. Ein Beitrag zur Geschichte des sog. westbulgarischen Reiches. Diss. München, 1906. Les interpolations de Michel de Déabolis ont été incluses par I. Thurn dans son édition critique de la Chronique de Skylitzès. On apprend par les écrits de Michel de Déabolis le nom arménien de la mère de Samuel, qui est Hṙip’simē.

33 Skylitzès, p. 364.

34 V. Zlatarski, Istorija na b’lgarskata d’ržava prez srednite vekove, i, 2, Sofia 1971, p. 742 ; P. Mutafciev, Bulgares et Roumains dans l’histoire des pays danubiens, Sofia 1932, p. 205.

35 Bryer, Fassoulakis, Nicol, Gabrades, cité supra n. 11, p. 39.

36 L’eunuque est Romain, fils du roi bulgare Pierre.

37 V. Beševliev, P’rvob’lgarski nadpisi, Sofia 1979, p. 173-174.

38 Ibid., p. 221-222. À ce sujet, voir R. M. Bartikjan, Ο protobolgarskih nadpisjah hanov Kruma (803-814) i Omurtaga (814-831) i nekotoryh voprosah organizacii rannebolgarskogo gosudarstva, Vestnik obščestvennyh nauk AN Armjanskoj SSR, 1981, n° 4, p. 67-77.

39 G. Tsaras, Σφραντζῆς, Φιαλίτης ἢ Φραντζῆς ;, Βυζαντινά 9, 1977, ρ. 126.

40 Vita S. Mariae Iunioris, Acta SS Novembris, IV, Bruxelles 1925, p. 692.

41 H. M. Bartikian, Ο Βάρδας ό Βρατζῆς Žitija sv. Marii Novoj, Istoriko-filologičeskij žurnal AN Arm. SSR, 1980, n° 3, p. 247.

42 Κ. N. Juzbašjan, « Varjagi » i « pronija » ν sočinenii Aristakèsa Lastivertci, VV 16, 1959, p. 14-28. Théophane Continué, éd. Bonn, p. 423.

43 Cl. Cahen, Famille byzantine, cité supra n. 11.

44 Kinnamos, éd. Bonn, p. 56.

45 Nicetae Choniatae Historia, éd. I. A. Van Dieten, Berlin-New York 1975 (CFHB 11), p. 189.

46 Imād ed-Dīn el-Kātib el-Isfahāni, Conquête de la Syrie et de la Palestine de Salêh ed-Dîn, éd. C. de Landberg, Leiden 1988, p. 451; Sp. Vryonis, The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Process of islamization from the eleventh through the fifteenth century, Berkeley 1971, p. 231. Dans l’article de Bryer, Fassoulakis et Nicol, cité supra n. 11, ils sont considérés comme des personnages différents (p. 39).

47 Deux historiens arméniens. Histoire d’Arménie par le vartabied Kirakos de Gantzac ; Oukhtanès d’Ourha, Histoire en trois parties, trad. M. Brosset, Saint-Pétersbourg 1871, p. X.

48 Opisanie grečeskih rukopisej monastyrja Svjatoj Ekateriny na Sinae, i, éd. V. N. Beneševič, Saint-Pétersbourg 1911, p. 588 ; N. Adontz, Ο proishoždenii armjan-catov, Žurnal Minis-terstva narodnogo prosveščenija, 1911, p. 242

49 Un village du même nom existe encore aujourd’hui dans la province Toumanian d’Arménie ; il apparaît pour la première fois dans une inscription lapidaire de 1221.

50 « Souviens-toi, Seigneur, de l’âme de ton serviteur... » ; « souviens-toi, Seigneur, de l’âme de ton serviteur A... moine. ». Voir N. Polarean, Mayr cʽucʽak jeṙagracʽ Srbocʽ Yakobeancʽ, t. 2, Jérusalem 1967, p. 220.

51 Theoriani Orthodoxi Disputatio cum Armeniorum Catholico, PG 133, col. 120.

52 H. M. Bartikian, Roi’ igumena Filippopol’skogo armjanskogo monastyrja Ioanna Atmana ν armjano-vizantijskih cerkovnyh peregovorah pri katolikose Nersese IV Blagodatnom (1166-1173), Vestnik obscestvennyh nauk AN Arm. SSR, 1984, n° 4, p. 86.

53 S. A. Muratean, N. P. Martirosean, Cʽucʽak jeṙagracʽ Mšoy S. Aṙakʽelocʽ-Targmančʽacʽ vankʽi ew šrjakayicʽ, Jérusalem 1967, p. 97-98.

54 A. Daniēlean, Mayr cʽucʽak hayerēn jeragracʽ meci tann Kilikioy katʽolikosutʽean, Amelias, Liban, 1984, p. 545-546.

55 N. Połarean, Mayr cʽucʽak jeṙagracʽ Srbocʽ Yakobeancʽ, t. 4, Jérusalem 1969, p. 33-34.

56 Ł Ałisan, Hayaoatym, Venise, 1901, I, p. 552.

57 G. Yovsēpʽean, Yišatakarankʽ Jeragracʽ, I, Antelias, Liban, 1951, p. 885-886.

58 N. Sargisean, Telagrutʽiwnkʽ i Pʽokʽr ew i Mec Hays, Venise 1864, p. 188-189 ; K. Kostaneancʽ, Vimakan taregir, Saint-Pétersbourg 1913, p. 104.

59 K. Łafadaryan, Halbat. Čartarapetakan Kaṙucʽvackʽnerĕ ew vimakan azjanagrutʽyunnerĕ, Erévan 1963, p. 188.

60 H. Ačaṙyan, Hayocʽ anjnanunneri baṙaran, IV, Erévan 1979, p. 399

61 L. Ałišan, Hayapatum, cité supra n. 56, p. 389-390.

62 I. A. Orbeli, Problema sel’džukskogo iskusslva. Izbrannye trudy, Erévan 1963, p. 364 s. Voir aussi: A. L. Jakobson, Sel’džukskie otkliki na temy armjanskoj srednevekovoj arhitektury, Istoriko-filologičeskij žurnal A.N. Arm. SSR, 1983, n° 4, p. 126-130; Karoj Gomboš, Maloazijskij kover ν sisteme vostočnyh kovrov, ibid., 1986, n° 4, p. 61.

63 G. Migeon, Manuel d’art musulman, II, Paris 1927, p. 120.

64 H. Saladin, Manuel d’art musulman, I, Paris 1907, p. 456.

Auteur

Académie des Sciences, Arménie

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540