Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

L’image de l’empire byzantin dans l’historiographie arménienne médiévale (xe-xie s.)1

Viada Arutjunova-Fidanjan

Texte intégral

  • 1 La communication faite en anglais par V. Arutjunova-Fidanjan a été traduite par B. Martin-Hisard. (...)
  • 1 La byzantinologie au XVIe Congrès International des Sciences Historiques (en russe), VV 48, 1987 ; (...)

1Dans le cadre des études qui ont commencé à se développer chez les byzantinistes sur l’« image de l’autre »1, on considérera ici l’image de l’empire byzantin dans les sources médiévales arméniennes à l’époque de l’expansion byzantine et on envisagera successivement - car la notion d’image est complexe - le vocabulaire ethno-politique des auteurs, les relations officielles de sujétion et d’autorité entre l’Arménie et l’empire, les relations concrètes issues du passage de territoires arméniens sous l’administration byzantine, enfin l’image des empereurs, tout particulièrement celle de Basile II qui fut l’un des agents les plus actifs de l’expansion byzantine.

2C’est un lieu commun de dire que l’empire byzantin a, plus que tout autre État, exercé une grande influence sur les différents domaines de la vie arménienne et que les Arméniens ont tenu le second rôle dans la vie byzantine après les Grecs ; pourtant l’opposition de leurs intérêts nationaux et religieux a constitué un véritable « instrument d’aliénation » dans les relations de l’empire avec les Arméniens. Cette opposition se manifesta spécialement à l’époque considérée lorsque de nombreuses terres arméniennes devinrent des provinces-frontières de l’empire byzantin qui soutenait au même moment les Arméniens chalcédoniens.

  • 2 Le dernier ouvrage sur l’historiographie arménienne est une compilation descriptive qui réunit à l (...)
  • 3 H. G. Beck, Das literarische Schaffen. Wege zu seinem Verständnis, Sitzungsberichte der Österreich (...)
  • 4 Les idées de ces auteurs sont inégalement connues. On sait très peu de choses sur Asolik, Yakob Sa (...)

3Les études portant sur l’historiographie arménienne médiévale sont encore à bien des égards peu développées2. La manière dont les auteurs ont reflété leur temps, la transformation de leur vision du monde qui résulte de l’évolution de la société et exerce à son tour une influence sur elle, n’ont pratiquement jamais été étudiées encore3. Des auteurs des xe-xiie siècles, comme Movsēs Kalankatuacʽi, Yovhannēs Drasxanakertcʽi, Stepʽanos Tarōnacʽi, Tʽovmay Arcrani et son Continuateur Anonyme, Aristakēs Lastivertcʽi, Yakob Sanahnec’i, Mattʽēos Urhayecʽi ont été bien étudiés sur le plan événementiel, mais on n’a pratiquement pas essayé de traiter leurs œuvres, non comme une somme de faits, mais comme une somme d’idées reflétant les conceptions et tendances socio-politiques de leurs auteurs4. Ce sont parfois simplement une ou deux phrases de leurs œuvres qui nous les révèlent. Tous étaient des moines, et même des vardapets, ils appartenaient donc à l’élite intellectuelle de la société arménienne et étaient étroitement liés aux familles dominantes et au haut clergé de l’Arménie sur les ordres desquels ils ont écrit. Éclairer les différents aspects de la vision du monde des historiens arméniens permet donc de mieux connaître la société arménienne médiévale.

4On peut résumer à grands traits les xe-xiie siècles en disant que dans la seconde moitié du xe siècle, l’empire qui venait juste de repousser son principal adversaire en Orient, le califat, commença à pénétrer dans le territoire de ceux qui avaient été ses principaux alliés dans la guerre contre les Arabes, les Arméniens. La plus grande partie des terres arméniennes furent incorporées à l’empire. Mais, dès la fin du xie siècle, l’empire byzantin avait abandonné aux Seldjuqides les terres récemment conquises et la frontière politique de l’empire en Asie mineure s’était pratiquement déplacée sur le Bosphore. Comment les historiens arméniens contemporains ont-ils interprété ces événements et le rôle joué par l’empire ? Quelle idée se faisaient-ils de l’empire lui-même ?

5Les termes de Romanie, Romains, Seconde Rome ou Nouvelle Rome impliquent d’une part que l’empire est l’héritier direct de Rome et de son prestige, d’autre part que le royaume du ciel s’incarne sur terre dans l’empire, ce qui lui confère des droits supérieurs sur tous les peuples de l’oikoumènè chrétienne. La capitale du souverain de la Romanie n’était pas seulement la Nouvelle Rome, mais la cité de saint Constantin, fondée par lui sur une inspiration divine.

  • 5 Éd. p. 324 ; trad. p. 212.
  • 6 Éd. p. 260 ; trad. p. 167.
  • 7 Éd. p. 267, 269, 270, 311, 312, 316, 317, 318, 328, 330. Trad. p. 212 et 77, 87, 107, 124-125, etc

6L’œuvre de Movsēs Kalankatuac’i, qui vivait au xe siècle, présente, d’après les études récentes, un caractère compilatoire et même chrestomatique. Les chapitres qu’il a écrits ou compilés placent le récit de la fondation de Rome et de Constantinople à l’intérieur d’une large fresque historique qui commence à la chute de Troie : 441 ans plus tard et mille ans après la fondation de Rome, Constantin transporta « son royaume à Byzance qu’on appelle maintenant Constantinople »5. Lorsqu’il construisit Constantinople, Constantin reçut l’aide d’un ange de Dieu et l’empereur lui-même était si pieux que « par sa seule foi... il ruina tous ses ennemis »6. Selon la tradition reçue par Movsēs, « le peuple de Rome » correspondait d’une part aux descendants des Grecs qui avaient conquis Troie et des prisonnières qu’ils avaient enlevées à Troie, et qui furent ensemble poussés par la tempête sur la côte d’Italie (ce fut l’un des chefs de ce peuple, nommé Hṙomelos, qui construisit Rome plus tard) ; c’était aussi d’autre part les citoyens de l’empire romain oriental7.

  • 8 Pour les occurences du mot « Constantinople », on se reportera aux indices.
  • 9 Éd. p. 50. Trad. p. 85.
  • 10 Se reporter aux indices.

7Yovhannēs Drasxanakertc’i qui écrit également au xe siècle sait que la capitale des Romains était Constantinople8. Il emploie le mot de « Byzance » une seule fois9. Les « Romains » de Yovhannēs sont les Grecs ethniques10.

  • 11 Éd. p. 142-143, 256. Trad. p. 156.
  • 12 Constantinople est citée cinq fois, l’« auguste cité de Constantin » une fois.
  • 13 Ainsi : éd. p. 476-477 ; trad. p. 370 ; et passim. Les traducteurs en arménien moderne ont partout (...)
  • 14 Voir l’index de l’édition. Il y a deux mentions des « Grecs » : p. 58, 96.

8Les xe-xie siècles sont marqués par des œuvres dont les auteurs étaient plus ou moins liés à la famille qui tenait le Vaspurakan ; c’est le cas de Tʽovmay Arcruni (Xe), du Continuateur Anonyme (XIe), du Pseudo-Sapuh Bagratuni. Tʽovmay mentionne à la fois Rome et Byzance11, mais il appelle en général la capitale de l’empire romain oriental Constantinople12. La plupart du temps Tʽovmay et surtout le Continuateur Anonyme mentionnent non l’empereur des Romains, mais le « roi » (arkʽay) ou l’« empereur » (tʽagawor) des « Grecs », dans la cité de Constantinople protégée de Dieu, la capitale du « pays » ou de la « région » des Grecs13. Chez le Pseudo-Sapuh qui est plus tardif, on ne trouve ni Byzance ni Byzantins. La capitale de l’empire est définitivement appelée Constantinople, tandis que « Romains » se répand à la place de « Grecs » pour désigner la population de l’empire14.

  • 15 Voir les indices des deux œuvres.

9On peut tirer pratiquement les mêmes conclusions des textes écrits aux xie-xiie siècles par Aristakēs et Mattʽēos Uṙhayecʽi, lequel utilise parfois dans la même ligne les mots « Grecs » et « Romains »15.

10L’impression d’une continuité de l’État romain, fondée sur un substrat ethnique grec, que peut donner ce survol de la littérature arménienne médiévale repose sur la continuité de l’historiographie arménienne qui reste étroitement liée aux sources anciennes. Pour les auteurs arméniens, les Grecs étaient les Romains non pas parce que ces auteurs partageaient ou reconnaissaient les ambitions œcuméniques des Romains mais simplement parce que l’empire oriental avait fait partie de l’ancien empire romain, et l’on est fondé à dire que l’ethnonyme « Romains » était lié à la Première Rome et n’avait rien à voir avec la Seconde. D’une manière générale, l’historiographie arménienne offre peu d’exemples de la désignation de Constantinople comme Seconde Rome, du moins avant le xe siècle : à côté du terme « Constantinople », on emploie celui de « Byzance » qui, dans les sources littéraires anciennes, pouvait parfois désigner aussi l’ensemble de l’empire. C’est seulement au xie siècle, lorsque presque toutes les terres arméniennes eurent été annexées, que « Constantinople » éclipsa finalement le mot ancien et traditionnel de « Byzance » dans l’historiographie arménienne.

  • 16 V. A. Arutjunova-Fidanjan, « The Second Rome » in the Armenian Medieval Literature, International (...)

11Cette évolution de la perception que les Arméniens ont eue de l’idéologie politique byzantine est étroitement liée à leur pratique politique, à l’extérieur comme à l’intérieur. Ce n’est pas pour rien que Constantinople fut reconnue comme Rome, « la capitale auguste », seulement au viie siècle à l’époque où l’État arménien n’existait pas, et que le mot remplaça complètement Byzance à l’époque de l’effondrement complet de la puissance des Bagratides16.

  • 17 Voir livre II, chap. 19 et 20.
  • 18 Éd. p. 267, 311-312, 328. Trad. p. 172-173.
  • 19 Éd. p. 272. Trad. p. 175.
  • 20 Livre II, chap. 47-49.

12L’oeuvre de Movsēs Kalankatuac’i ne contient pas la moindre allusion à une quelconque visée expansionniste de l’empire byzantin, mais elle souligne de manière répétitive la légitimité de la subordination vassalique des terres arméniennes à l’empire byzantin17. Alors qu’il avait critiqué la soumission de l’Église arménienne au patriarche des Romains avant le concile de Chalcédoine et l’« hérésie romaine », c’est-à-dire le chalcédonisme18, il affirme qu’aux conciles de Constantinople et de Théodosioupolis, les théologiens arméniens ont triomphé des Grecs parce que, dit-il, « la foi de l’Église arménienne était la bonne et que la plupart d’entre eux connaissaient bien le grec »19. Cette phrase est pleine d’une confiance sereine dans la force de l’Église arménienne sur le plan international. Et pourtant l’Arménie en général et l’Aluank’ en particulier étaient déchirés par la lutte entre l’Église nationale et le chalcédonisme, avec chantage politique, querelles sanglantes, destructions de livres par le feu, etc.20

  • 21 Éd. p. 85, 89, 97, 123. Trad. p. 91, 92, 93, 99. Le catholicos écrit à l’empereur qu’il est très d (...)
  • 22 Éd. p. 66, 70-71, 89, 91, 115, 118, 273. Trad. p. 100-101.
  • 23 Éd. p. 128, 151-152. Trad. p. 137-138.
  • 24 Éd. p. 201. Trad. p. 197.
  • 25 Éd. p. 187-188. Trad. p. 189-191.
  • 26 Éd. p. 190-191. Trad. p. 192.

13L’œuvre du catholicos Yovhannēs Drasxanakertcʽi (897-925) représente une étape majeure dans la formation de l’image de l’empire byzantin dans l’historiographie arménienne ; il fut le témoin des raids punitifs des Arabes en Transcaucasie, des divisions féodales et de la fondation du royaume des Bagratides. C’était à la fois un fin politique et un écrivain de qualité. Partisan du pouvoir absolu et indiscutable du roi bagratide, il voit dans l’empire byzantin la seule protection réelle contre les Arabes, malgré le caractère manifestement antichalcédonien de son livre21. Yovhannēs admet la vieille dépendance vassalique à l’égard de l’empire22 que le roi Smbat Ier (890-913)23 et son fils Ašotʽ II Erkatʽ (914-929)24 reconnaissent et il cite une lettre du patriarche Nicolas le Mystique dans laquelle celui-ci lui exprime sa compassion pour ses ouailles25. Dans une lettre à Constantin VII, Yovhannēs l’appelle : « Pieux, autocrator et empereur Constantin, couronné par Dieu et glorieux, grand et victorieux roi de l’univers, croyant et pieux, protecteur de l’illumination du peuple et vrai conciliateur de ce qui existe26. »

  • 27 Éd. p. 30. Trad. p. 103.
  • 28 Sur cet épisode : A. Ter-Lewondyan, The Arab Emirates in Bagratid Armenia, Lisbonne 1976, p. 75-76

14L’image de l’empereur romain est particulièrement lumineuse en comparaison de celle des guerriers arabes dont « le souffle de mort a versé la mort sur chacun »27. En tant que compilateur, Yovhannēs a enlevé de ses sources tout ce qui concerne les campagnes anciennes menées par les empereurs byzantins en Arménie et les actes de cruauté des troupes romaines. Le plus significatif est qu’il n’a retenu aucune information sur le siège de Dvin par les Romains en 922, dont il a pourtant été le témoin oculaire, alors que l’émir Subuk, assiégé dans la ville, était l’allié du roi Ašot Erkatʽ en personne28.

  • 29 Éd. p. 195. Trad. p. 197.
  • 30 Éd. p. 199.

15Dans des conditions incontestablement désespérées, Yovhannēs promet à Constantin VII, en contrepartie d’une aide militaire que « nos ouailles se joindront... à votre troupeau et poursuivront leur existence sous l’égide de l’autorité des Romains, tout comme le peuple d’Italie ou toute l’Asie. Et ceux qui ne viendront pas et s’écarteront du bercail du Seigneur, ceux-là, quels qu’ils soient, subiront votre châtiment29. » Il est clair que le catholicos soumettait son troupeau, c’est-à-dire son pays, à une dépendance à l’empire byzantin encore plus étroite qu’auparavant puisqu’il avait déjà mentionné dans sa lettre que l’Arménie avait été « un domaine héréditaire » de l’empereur des Romains30.

  • 31 D’après celui-ci, Basile II qui régnait « dans la cité de Constantinople protégée de Dieu », « pie (...)
  • 32 V. A. Arutjunova-Fidanjan, Les Arméniens chalcédoniens sur les frontières orientales de l’empire ( (...)

16L’image de l’empire dessinée par Yovhannēs se trouve encore renforcée dans les œuvres du Continuateur de Tʽovmay Arcruni31 et d’Asohk. Le vardapet Stepʽanos Tarōnacʽi, également appelé Asolik, auteur d’une Histoire Universelle, a intitulé la troisième partie de son œuvre « Histoire des époques racontées indépendamment ». Elle commence avec le règne du roi Abas (929) et va jusqu’en 1004. C’est l’époque de l’apogée politique et économique de l’Arménie que l’historiographie décrit comme une époque de construction paisible, malgré les heurts fréquents avec les Arabes et les conflits féodaux. L’expansion de l’empire vers l’Orient progresse alors décisivement : l’empire annexe le Taron et reprend Mantzikert, Antioche et les domaines du curopalate David. Asolik exalte les victoires des empereurs byzantins et des chefs de guerre contre les Arabes et blâme les féodaux d’Asie Mineure et même d’Arménie pour leurs rebellions contre l’empire32.

  • 33 Éd. p. 279.
  • 34 Éd. p. 277-281.
  • 35 Éd. p. 281.

17Asolik rend le roi Gurgen, « personne à l’esprit étroit », responsable des tensions avec Basile II à propos de l’héritage du curopalate David et il attribue l’issue pacifique du conflit à la tolérance et au caractère pacifique de Basile II « qui réalisa les vœux de Gurgen »33. Asolik continue son récit en énumérant les honneurs et les dons généreux accordés par l’empereur aux seigneurs arméniens quand ils se présentèrent à son palais. L’empereur envoya même des messages aux émirs arabes des environs pour leur demander de laisser en paix le Vaspurakan34. Il est favorablement disposé à l’égard de la politique intérieure suivie par l’empire : Basile II « a mis fin aux invasions, diminué de lourds impôts, mis fin aux pillages et à la captivité »35.

  • 36 Éd. p. 23. Trad. p. 4-6.

18L’œuvre d’Aristakēs, écrite entre 1072 et 1079, couvre la période 1000-1072. L’auteur fut le témoin de la conquête par Byzance de vastes territoires d’Asie Mineure, y compris des terres arméniennes, et de l’invasion seldjuqide. Il ne doute aucunement de la légitimité des droits souverains de l’empire byzantin. Basile II avait obtenu les terres du curopalate David conformément au testament fait par ce dernier de son plein gré. Tout comme dans l’œuvre d’Asolik, rien n’est dit des pressions exercées par l’empire sur David. Le Récit contient seulement une vague allusion au fait que le meurtre de David a pu être inspiré par l’empire. En revanche la manière dont l’empereur châtia les azat du Taykʽ qui en étaient responsables est très clairement racontée36.

  • 37 Éd. p. 55-56. Trad. p. 43-55.
  • 38 Éd. p. 20-25, 36-37. Trad. p. 7, 11-15, 21-24.
  • 39 Éd. p. 38. Trad. p. 15.

19Le chapitre 10 du récit comporte une élégie sur la chute de « notre pays arménien », sur la ruine d’une terre autrefois riche et florissante. À quatre reprises les armées romaines ont envahi le Širak ; Ani fut prise « non pas « selon la loi de la guerre, mais par un discours plein d’artifice ». Constantin IX Monomaque a violé un serment sacré. Il semble donc qu’il y ait une condamnation totale et sans réserves de la politique de l’empire. Mais même là l’empire n’est pas le seul à être blâmé. Les Romains partagent la responsabilité de la chute d’Ani avec les partisans de Sargis Haikazn, le catholicos Pierre Getadarj, un certain prêtre Kyrakos qui a caché, puis vendu la charte de Constantin VIII accordant l’autonomie à l’Arménie, Gagik II qui a quitté l’Arménie en raison « d’un manque de maturité d’esprit ou de la timidité », etc.37 On pourrait allonger la liste d’observations de ce genre. Ainsi le responsable de la guerre menée pour la récupération de l’héritage de David est le roi géorgien Georges - sur ce point Aristakēs partage le point de vue d’Asolik38. Et il excuse la cruauté des troupes romaines en soulignant qu’elles punissent leurs ennemis de leurs péchés39.

  • 40 Éd. p. 32. Trad. p. 16.
  • 41 Éd. p. 28. Trad. p. 10-11 : Ašot vint à Constantinople, fut aimablement accueilli par l’empereur, (...)
  • 42 Éd. p. 33. Trad. p. 18 : « Je ne sais pas si ce fut là l’effet de la justice divine conformément à (...)

20Aristakēs traite le testament de Yovhannēs Smbat d’Ani qui a légué ses biens à l’empire de « document qui fut la cause de la ruine de l’Arménie », mais il souligne en même temps qu’il a fait ce testament parce qu’il n’avait pas d’héritier40. Basile II aide Ašot Bagratuni « harassé par ses puissants voisins »41. L’historien a noté entre autres choses que tous ceux qui se sont révoltés contre l’empereur avaient fini leur vie lamentablement42.

21Quelle image les observations d’Aristakēs donnent-elles de la politique intérieure de l’empire dans les terres conquises ? L’Arménie devint vide ; les princes, les rois et les azatkʽ furent dispersés dans les pays étrangers. Mais Aristakēs souligne en même temps qu’ils n’ont pas été contraints de partir dans l’empire où ils ont reçu de nouveaux biens, mais qu’ils se sont laissés convaincre, même si ce fut « par un discours plein d’artifice ».

  • 43 Arutjunova-Fidanjan, Arméniens chalcédoniens, p. 21-22.

22Quand Aristakēs parle des horreurs de l’invasion seldjuqide en Arménie et dans les régions voisines et des défaites romaines, il donne en même temps des informations sur les efforts faits par l’empire pour renforcer la défense de la frontière orientale43.

  • 44 Trad. p. 47, 56. Sur Yakob dont l’œuvre est utilisée dans la première partie de Matt’ēos Uṙhayec’i (...)
  • 45 Arutjunova-Fidanjan, Arméniens chalcédoniens, p. 23-26.

23L’attitude de Yakob Sanahnecʽi à l’égard de l’expansion byzantine est analogue à celle d’Aristakēs. Il parle d’union d’« amour et de concorde » entre Basile II et le roi du Vaspurakan, Senek’erim, qui, vingt ans après la signature du traité, céda sous la pression de tribus turcomanes 72 régions et 4 000 villages à Basile II. Non seulement celui-ci donna aux Arcrunis Sébastée et de nombreux gawaṙkʽ, mais il adopta le fils aîné de Senekerim, David, à Sainte-Sophie44. L’auteur souligne de manière répétitive que David s’est comporté envers Basile II comme un fils envers son père, c’est-à-dire comme un fidèle vassal. Pas plus qu’Asolik et Aristakēs, il n’approuve les révoltes contre les empereurs légitimes des Romains. Les Romains qui ont annexé Ani et Kars lui semblent moins coupables que le traître parti pro-byzantin en Arménie. Constantin IX, responsable de la chute du royaume des Bagratides et des premières incursions turques, est naturellement sévèrement critiqué ; mais en général Yakob fait plutôt peu de remarques négatives sur l’empire byzantin et son personnel politique. Il blâme les Byzantins sur le plan moral plus que sur le plan politique45.

  • 46 Aristakēs, éd. p. 20-25; trad. p. 21. Mattʽēos, éd. p. 38.
  • 47 Ibid. p. 49.

24D’après Aristakēs et Yakob, les rois et les princes ont fait un grand nombre de testaments en faveur de l’empire tandis que de nombreux seigneurs féodaux arméniens tendaient à échanger leurs terres patrimoniales contre des possessions à l’intérieur de l’empire. En d’autres termes, ils ne se contentent pas de montrer simplement que les terres arméniennes étaient depuis longtemps soumises à la puissance byzantine (ce dont leurs prédécesseurs étaient déjà certains), mais ils ne cessent de chercher les raisons de cette sujétion pour les indiquer au lecteur, et celui-ci acquiert l’impression que le pays d’Arménie a été fréquemment cédé à l’empire en tout ou en partie. De fait le curopalate David a légué ses biens à l’empire46, Jean Senek’erim a échangé le Vaspurakan contre Sébastée47 et l’on sait comment le royaume d’Ani a été cédé !

  • 48 Aristakēs, éd. p. 57. Trad. p. 43-46.

25Yovhannēs Smbat avait fait son testament en faveur de l’empire, puis le royaume d’Ani fut donné par les Romains à Sargis Haikazn, puis au catholicos Pierre Getadarj ; et finalement, en attirant par ruse Gagik II à Constantinople et en obtenant les clés d’Ani, l’empire s’arrangea pour s’introduire au Sirak. D’après Aristakēs, la situation pouvait encore changer et elle le fut par une charte de Constantin VIII : l’empereur mourant remit au prêtre Kyrakos la charte qui conférait les droits de souveraineté sur Ani, mais celui-ci, au lieu de l’emporter en Arménie, préféra la vendre à l’empereur Michel48.

  • 49 Arutjunova-Fidanjan, Arméniens chalcédoniens, p. 106-151.

26Aristakēs et Yakob nous mettent en présence d’un nombreux personnel administratif dans l’empire : ici et là on rencontre des domestiques d’Orient, des toparques semi-indépendants, des responsables de grandes et de petites circonscriptions administratives militaires (comme les commandants en chef de la cavalerie qui, d’après Aristakēs, assurent la défense de tout l’Orient), des chefs de forteresse, des commandants de garnison, des juges, des inspecteurs et autres fonctionnaires civils, un envoyé extraordinaire de l’empereur, etc. Arméniens, Grecs, Bulgares, Turcs : leur origine ethnique est aussi variée que leurs options religieuses (chalcédoniens, monophysites). L’historiographie arménienne est une mine d’informations sur l’administration byzantine49, et il est remarquable que les historiens arméniens n’aient en général rien vu d’étrange dans le fait que l’Arménie soit non seulement divisée en royaumes et principautés héréditaires, mais aussi en thèmes byzantins, commandés par des chefs byzantins.

  • 50 Matt’ēos, p. 76.
  • 51 Ibid.
  • 52 Ibid. p. 64, 93.
  • 53 Ibid. p. 119. Aristakēs, éd. p. 92-93; trad. p. 82-86.
  • 54 Aristakēs, éd. p. 96-97. Trad. p. 89-90.
  • 55 Ibid. p. 116, 118. Trad. p. 104-108.

27Ainsi Yakob raconte que, après que le catholicos Pierre Getadarj eut quitté le Vaspurakan, « le roi Yovhannēs et tous les naxarars arméniens [lui] écrivirent une lettre trompeuse [en lui promettant] d’obéir à toutes ses injonctions et d’écouter toutes ses homélies. La lettre fut également écrite et ratifiée avec de grands serments par les princes romains qui vinrent comme chefs de districts (kolmnapalkʽ) et servirent de médiateurs »50. Des administrateurs byzantins servant de médiateurs entre le patriarche monophysite d’une part, le roi et les naxarars de l’autre : il semblerait que ces Romains aient fait partie d’une certaine manière du milieu des naxarars. Ils pouvaient en tout cas garantir un serment, même si celui-ci fut immédiatement violé par les autorités laïques51. Les historiens arméniens ne perdent pas de vue les aristocrates arméniens qui se sont intégrés à la classe dirigeante byzantine. Ils mentionnent des représentants de l’administration byzantine, en général à l’occasion de quelque événement important pour l’Arménie : siège ou prise de ville, perte d’une région, guerre avec les Arabes ou les Seldjuqides, révolte contre l’empire, etc. Et on peut noter que les traits généraux caractéristiques des Romains (Grecs, Bulgares, Arméniens chalcédoniens) qui ont ruiné le pays contrastent avec les panégyriques dont sont l’objet certains individus comme Georges Maniakès52, Basile Apokapès qui repoussa le sultan Toghril-beg53, Théodore fils du bulgare Aharon54, ou encore les récits de batailles contre les Seldjuqides où sont exaltées les garnisons romaines de Mélitène et Xorjean55.

  • 56 Aristakës blâme Romain III Argyre pour son adhésion au chalcédonisme, son immaturité et son caract (...)
  • 57 Éd. p. 25, 40. Trad. p. 4, 12.
  • 58 Matt’ēos, p. 30. Trad. p. 34.
  • 59 Ibid. p. 55. Trad. p. 65.

28Aristakēs et Yakob donnent des empereurs byzantins une image complexe56. Mais le sommet est atteint dans le portrait plein de contrastes qu’ils tracent de Basile II, ambitieux, cruel et agressif mais pas uniquement : Aristakēs ne porte pas d’appréciation directe sur Basile II, mais il donne des exemples probants de sa générosité, de sa sagesse, de son courage, de son abnégation57. Yakob écrit : « [Basile II] prit le trône royal des Grecs, vainquit de nombreux rebelles et acquit un grand renom parmi les créatures de Dieu : bienveillant envers les veuves et les prisonniers, rendant justice aux opprimés58. » Dans cette définition qui s’applique en général au chef arménien idéal, Yakob omet le qualificatif de « pieux ». Mais il le remplace en transformant l’image religieuse de Basile et en se faisant l’écho de ceux qui disent que Basile aurait secrètement adhéré au monophysisme et qu’il fut ensuite reconnu comme un « père de notre pays arménien », qu’il « vécut saintement et chastement » et laissa une heureuse mémoire59.

  • 60 V. Arutjunova-Fidanjan, Basile le Bulgaroctone dans l’historiographie arménienne médiévale (en rus (...)

29Le choix des événements survenus pendant le règne de Basile, les appréciations différentes portées sur le même fait, la présence ou l’absence de telle ou telle caractéristique font évoluer l’image de Basile. Si l’on analyse les œuvres d’Asolik, Aristakēs et Yakob, on peut trouver au moins trois niveaux d’appréciation. Basile est d’abord un empereur qui règne légitimement à Constantinople (et donc les révoltes contre lui sont blâmables) ; c’est le suzerain bienveillant et légitime des royaumes et principautés arméniens. En second lieu apparaissent les traits caractériels d’un empereur actif, austère, cruel, traits qui se révèlent dans des situations conflictuelles et qui, d’une certaine manière, se retrouvent dans des sources byzantines comme Michel Psellos. Enfin des traits négatifs du caractère de l’empereur sont contrebalancés par des proclamations positives, et les auteurs vont jusqu’à établir une étroite affinité, culturelle et confessionnelle, entre lui et le monde arménien. Cela ne rend pas compte de l’image réelle de Basile II mais de l’impression qu’en eurent les historiens arméniens, au fur et à mesure que se forma la culture arménienne60.

  • 61 Matt’ēos, éd. p. 135-136. Trad. p. 131-132.

30La première partie de la « Chronographie » de Mattʽēos Uṙhayecʽi est basée sur l’œuvre de Yakob Sanahnec’i. Elle contraste fortement avec la seconde partie écrite indépendamment par Mattʽēos d’après les récits de ceux qui avaient vu « nos pères » et d’après ses propres impressions jusqu’au début du xiie siècle (1113-1121). Dès les premières lignes de cette partie, les Romains sont assimilés aux « Turcs impies » à cause des maux qu’ils infligèrent au peuple arménien. Les guerres intérieures des prétendants au trône byzantin apportèrent de nombreuses calamités aux chrétiens et laissèrent les Byzantins incapables de résister aux envahisseurs. Des Romains traîtres « ont détruit les murs de la forteresse de la patrie arménienne et l’ont laissée ouverte aux armes turques »61.

  • 62 Arutjunova-Fidanjan, Arméniens chalcédoniens, p. 29.
  • 63 Ibid.

31Mattʽēos est loin de partager la sympathie d’Aristakēs pour le courageux et infortuné Romain Diogène : Romain a ajouté foi à des calomnies et a décidé de détruire la confession arménienne ; c’est pourquoi il fut damné par les vardapets arméniens ; c’est pourquoi il ne revint pas du champ de bataille. Mattʽēos met dans la bouche d’Alp Arslan cette formule : « Les Romains sont un peuple qui ne connaît pas Dieu » et qui doit donc être détruit. Il parle avec haine des chalcédoniens arméniens qui ont embrassé la foi des Romains62. Tandis que ses prédécesseurs avaient essayé de justifier l’évolution politique de l’empire, Mattʽēos ne peut plus parler de l’empire qu’avec des paroles de condamnation63. Il affirme tout simplement qu’après s’être emparé de l’Orient, terres arméniennes comprises, l’empire a enlevé les troupes arméniennes de leur pays et a remplacé les courageux combattants arméniens par des couards incompétents En conséquence de quoi, les possessions orientales de l’empire restèrent démunies devant les Seldjuqides qui les conquirent toutes progressivement.

32On trouve la même tendance dans les écrits de Grégoire le Prêtre qui continua l’œuvre de Mattʽēos jusqu’aux années 1162-1163. Il voit dans les Romains les pires ennemis des Arméniens. Dans sa « Chronique », le connétable Smbat qui écrit au xiiie siècle et dont la principale source pour la période 951-1156 est la « Chronographie » de Mattʽēos, répète presque mot pout mot ses cinglants commentaires sur les Romains.

33Ce simple survol des sources arméniennes du point de vue de leur attitude envers l’empire byzantin montre que l’image du « monde extérieur » qui apparut en terre nationale étrangère repose non seulement sur les liens culturels réels entre les deux cultures, mais sur des traditions littéraires, avec une interaction complexe entre les uns et les autres. L’intensité des liens réels conditionnant à son tour l’émergence de concepts et d’idées qui débouchent sur une tradition littéraire « extérieure ».

34Une image brillante de l’empire byzantin qui fut le seul allié des Arméniens contre le monde musulman s’est donc formée dans la réalité d’une résistance commune aux Arabes. Elle imposait le silence sur certains sujets et déformait donc la réalité. Cette image servit l’idée maîtresse de l’œuvre de Yovhannēs Drasxanakertc’i (création d’un État arménien fort et indépendant et rejet du joug califal). Mais cette image restée traditionnelle chez les successeurs du catholicos entra en contradiction avec l’expansion byzantine en Arménie, ce qui compliqua à l’extrême l’image de l’empire chez Aristakēs et Yakob. Finalement l’image des « traîtres romains » qui était peu à peu apparue chez ces auteurs se développa jusqu’à entraîner la condamnation de ceux qui avaient démoli « le mur de la maison arménienne », l’ouvrant ainsi aux outrages seldjuqides. Cette dernière image domine sans partage chez Mattʽēos. Elle a survécu pendant près de huit siècles dans l’historiographie arménienne et elle a permis de justifier et d’idéaliser la politique des seigneurs arméniens qui avaient quitté le sol ancestral pour s’établir dans l’empire au moment de l’invasion seldjuqide.

Annexes

Sigles des sources arméniennes utilisées :

Aristakēs Lastivertcʽi :

- éd. : Patmutʽiwn Aristakisi Lastivertcʽwoy, éd. K. Yuzbašyan, Erévan 1963.

- trad. : Aristakès de Lastivert, Récit des malheurs de la nation arménienne, éd. et trad. M. Canard et H. Berbérian, Bruxelles 1973.

Mattʽēos Urhayecʽi :

- éd. : Mattʽēos Uṙhayecʽi, Žamanakagrutʽiwn, éd. M. Melik-Adamyan - N. Ter-Mikʽayēlyan, Valaršapat 1898.

- trad.: The Chronicle of Matthew of Edessa, trad. A. E. Dostourian, Ann Arbor 1972.

Movsēs Kalankatuacʽi:

- éd.: Movsēs Kalankatuacʽi, Patmutʽiwn Aluanicʽ ašxarhi, éd. V. Aṙakʽelean, Erévan 1983.

- trad.: The History of the Caucasian Albanians by Movsēs Ḍasxurançi, trad. C. J. F. Dowsett, Londres - New-York 1961.

Pseudo-Šapuh:

- éd.: Patmutʽiwn Ananun Zrucʽagri, éd. et trad, russe M. Darbinyan-Melikʽyan, Erévan 1971.

Smbat le connétable :

- éd. : Venise 1956.

- trad. : La Chronique attribuée au connétable Smbat, trad. G. Dédéyan, Paris 1980.

Stepʽanos Tarōnacʽi :

- éd. : Patmutʽiwn Tiezerakan, éd. S. Malxaseancʽ, Saint-Pétersbourg 1885.

- trad. : Histoire Universelle par Étienne Açoghʽik de Daron, trad. Ε. Dulaurier, Paris 1883.

Tʽovmay Arcruni :

- éd. : Tʽovmay Arcruni, Patmutʽiwn tann Arcruneacʽ, éd. V. M. Vardanyan, Erévan 1985.

- trad.: Thomas Artsruni, History of the House of the Artsrunikʽ, transi. R. W. Thomson, Detroit 1985.

Yovhannēs Drasxanakertcʽi:

- éd.: Y. Drasxanakertcʽi, Patmutʽiwn Hayocʽ, éd. V. Tsagareišvili, Tbilisi 1965.

- trad.: Y. Drasxanakertcʽi, History of Armenia, transi. Κ. H. Maksoudian, Atlanta 1987.

Notes

1 La byzantinologie au XVIe Congrès International des Sciences Historiques (en russe), VV 48, 1987 ; H. Ahrweiler, L’image de l’autre et les mécanismes de l’altérité, XVIe C.I.S.H., Stuttgart 1985, p. 60-65.

2 Le dernier ouvrage sur l’historiographie arménienne est une compilation descriptive qui réunit à la fois les caractères positifs et négatifs des études antérieures : L. O. Babaian, Études sur l’historiographie de l’histoire de l’Arménie à l’époque du féodalisme avancé (en arménien), Erévan 1981, p. 114-175 et p. 365-373.

3 H. G. Beck, Das literarische Schaffen. Wege zu seinem Verständnis, Sitzungsberichte der Österreichichen Akad. der Wissenschaften, Phil.-hist. Kl., Vienne 1974, Bd 294/4, p. 14.

4 Les idées de ces auteurs sont inégalement connues. On sait très peu de choses sur Asolik, Yakob Sanahnecʽi et Mattʽēos Urhayecʽi. On en sait beaucoup plus sur Movsēs, Yovhannēs et Aristakēs à cause d’éditions critiques et de monographies récentes.

5 Éd. p. 324 ; trad. p. 212.

6 Éd. p. 260 ; trad. p. 167.

7 Éd. p. 267, 269, 270, 311, 312, 316, 317, 318, 328, 330. Trad. p. 212 et 77, 87, 107, 124-125, etc.

8 Pour les occurences du mot « Constantinople », on se reportera aux indices.

9 Éd. p. 50. Trad. p. 85.

10 Se reporter aux indices.

11 Éd. p. 142-143, 256. Trad. p. 156.

12 Constantinople est citée cinq fois, l’« auguste cité de Constantin » une fois.

13 Ainsi : éd. p. 476-477 ; trad. p. 370 ; et passim. Les traducteurs en arménien moderne ont partout remplacé « pays des Grecs » par « empire byzantin », ce qui ne se justifie pas.

14 Voir l’index de l’édition. Il y a deux mentions des « Grecs » : p. 58, 96.

15 Voir les indices des deux œuvres.

16 V. A. Arutjunova-Fidanjan, « The Second Rome » in the Armenian Medieval Literature, International Conference of Armenian Medieval Literature, Theses of Reports, Erévan 1986, p. 82-83.

17 Voir livre II, chap. 19 et 20.

18 Éd. p. 267, 311-312, 328. Trad. p. 172-173.

19 Éd. p. 272. Trad. p. 175.

20 Livre II, chap. 47-49.

21 Éd. p. 85, 89, 97, 123. Trad. p. 91, 92, 93, 99. Le catholicos écrit à l’empereur qu’il est très désireux de voir Constantinople ; mais lorsqu’il a la possibilité d’y aller, il ne le fait pas pour ne pas être accusé d’avoir des rapports avec les chalcédoniens (éd. p. 197, trad. p. 198).

22 Éd. p. 66, 70-71, 89, 91, 115, 118, 273. Trad. p. 100-101.

23 Éd. p. 128, 151-152. Trad. p. 137-138.

24 Éd. p. 201. Trad. p. 197.

25 Éd. p. 187-188. Trad. p. 189-191.

26 Éd. p. 190-191. Trad. p. 192.

27 Éd. p. 30. Trad. p. 103.

28 Sur cet épisode : A. Ter-Lewondyan, The Arab Emirates in Bagratid Armenia, Lisbonne 1976, p. 75-76.

29 Éd. p. 195. Trad. p. 197.

30 Éd. p. 199.

31 D’après celui-ci, Basile II qui régnait « dans la cité de Constantinople protégée de Dieu », « pieux et dévot roi des Grecs », a répondu à l’appel de « ses enfants » qui ne pouvaient pas repousser les Seldjukides. Les Romains « les rassemblèrent de différents cantons et leur donnèrent des cadeaux, ils les établirent à la cour du roi et leur donnèrent à la place de leurs villes de grandes villes et à la place de leurs forteresses, des citadelles inexpugnables, des villages, des domaines et de saints monastères. C’est ainsi que Senek’erim Arcruni échangea son patrimoine héréditaire en l’an 470 de l’ère arménienne et gagna le pays des Grecs avec 14 000 hommes, sans compter les femmes et les enfants, et passa sous le joug de l’esclavage des Romains. De même Gagik le Bagratide, fils du roi Yovhannēs, échangea aussi ses terres héréditaires en 490 de la même ère et alla chez les Romains. Ils gouvernèrent la partie orientale de l’Arménie, la grande ville de Van, la province de Vaspurakan, la capitale Ani et le pays d’Arménie » (éd. p. 478, trad. p. 370-371). L’historien souligne que les seigneurs arméniens ont échangé librement leurs possessions héréditaires.

32 V. A. Arutjunova-Fidanjan, Les Arméniens chalcédoniens sur les frontières orientales de l’empire (en russe), Erévan 1980, p. 15-17 (cité Arutjunova-Fidanjan, Arméniens chalcédoniens).

33 Éd. p. 279.

34 Éd. p. 277-281.

35 Éd. p. 281.

36 Éd. p. 23. Trad. p. 4-6.

37 Éd. p. 55-56. Trad. p. 43-55.

38 Éd. p. 20-25, 36-37. Trad. p. 7, 11-15, 21-24.

39 Éd. p. 38. Trad. p. 15.

40 Éd. p. 32. Trad. p. 16.

41 Éd. p. 28. Trad. p. 10-11 : Ašot vint à Constantinople, fut aimablement accueilli par l’empereur, reçut une armée, retourna dans son pays et « recouvra de nombreux cantons et forteresses ». Aristakēs y voit une protection de Dieu et de l’empereur romain.

42 Éd. p. 33. Trad. p. 18 : « Je ne sais pas si ce fut là l’effet de la justice divine conformément à laquelle les esclaves ne doivent pas se révolter contre leurs maîtres ou si l’empereur jouit d’une grâce particulière. Je sais seulement de manière certaine, pour en avoir été témoin oculaire, que ceux qui s’étaient révoltés contre l’empereur finirent de la façon la plus honteuse. »

43 Arutjunova-Fidanjan, Arméniens chalcédoniens, p. 21-22.

44 Trad. p. 47, 56. Sur Yakob dont l’œuvre est utilisée dans la première partie de Matt’ēos Uṙhayec’i : L. Xac’ikyan, Yakob Sanahnec’i, historien du xie siècle (en arménien), Banber Erevani Hamalsarani 1971, n° 1, p. 22-48.

45 Arutjunova-Fidanjan, Arméniens chalcédoniens, p. 23-26.

46 Aristakēs, éd. p. 20-25; trad. p. 21. Mattʽēos, éd. p. 38.

47 Ibid. p. 49.

48 Aristakēs, éd. p. 57. Trad. p. 43-46.

49 Arutjunova-Fidanjan, Arméniens chalcédoniens, p. 106-151.

50 Matt’ēos, p. 76.

51 Ibid.

52 Ibid. p. 64, 93.

53 Ibid. p. 119. Aristakēs, éd. p. 92-93; trad. p. 82-86.

54 Aristakēs, éd. p. 96-97. Trad. p. 89-90.

55 Ibid. p. 116, 118. Trad. p. 104-108.

56 Aristakës blâme Romain III Argyre pour son adhésion au chalcédonisme, son immaturité et son caractère fruste (éd. p. 41-42 ; trad. p. 28-29) ; Michel IV pour l’assassinat de Romain III (éd. p. 46 ; trad. p. 33) ; Michel V pour son ingratitude (éd. p. 50 ; trad. p. 39) ; Constantin IX pour ses mœurs dissolues et son manque de réflexion dans la conduite des affaires (éd. p. 95 ; trad. p. 88) ; Michel VI pour sa cruauté et son incapacité à se rallier l’aristocratie, ce qui causa une guerre intérieure (éd. p. 103 ; trad. p. 95), etc. Ses principales critiques portent donc sur le comportement moral des empereurs plus que sur leur politique. Mais en même temps il loue Constantin VIII qui a signé le décret accordant l’autonomie aux Arméniens (éd. p. 57 ; trad, p. 45). Il apprécie la diplomatie de Théodora qui libéra le pays des empiétements du sultan (éd. p. 95-96 ; trad. p. 93). Il raconte le tragique destin de Romain IV avec sympathie (éd. p. 137 ; trad. p. 126-127). Yakob décrit Nicéphore Phocas qui conquit Tarse, Adana, Anazarbe comme un homme « bon, saint et pieux, plein de vertu et de justice » (p. 5) et il décrit l’union entre Jean Tzimiskès et le roi Asot Bagratuni comme un acte de coopération dans la lutte contre les Arabes, etc.

57 Éd. p. 25, 40. Trad. p. 4, 12.

58 Matt’ēos, p. 30. Trad. p. 34.

59 Ibid. p. 55. Trad. p. 65.

60 V. Arutjunova-Fidanjan, Basile le Bulgaroctone dans l’historiographie arménienne médiévale (en russe), XII Vsesojuznaja Sessija Vizantinistov, Kiev, 11-16/05/1987 (sous presse).

61 Matt’ēos, éd. p. 135-136. Trad. p. 131-132.

62 Arutjunova-Fidanjan, Arméniens chalcédoniens, p. 29.

63 Ibid.

Notes de fin

1 La communication faite en anglais par V. Arutjunova-Fidanjan a été traduite par B. Martin-Hisard. On trouvera à la suite de l’article les références aux éditions de sources qui ont été utilisées par l’auteur. On s’est efforcé de renvoyer le lecteur non arménisant aux traductions occidentales de ces mêmes sources, lorsque cela était possible.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540