Version classiqueVersion mobile

L’Arménie et Byzance

David l’Arménien et Denys l’Aréopagite

S. S. Arevšatyan

Texte intégral

1Les chercheurs qui ont étudié l’œuvre de David l’Arménien (Anhakht) ont parfois exprimé leur étonnement de le voir appelé dans les manuscrits arméniens et dans la tradition arménienne ancienne en général « philosophe trois fois grand et invincible » et ils attribuèrent ce fait à une analogie avec Hermès Trismégiste. Mais les mêmes chercheurs n’ont pas été surpris que le nom de David soit accompagné dans les manuscrits grecs des épithètes encore plus extraordinaires de theophilestatos et theophronos philosophos (« philosophe aimant Dieu suprêmement et doué d’une sagesse divine »). C’est donc à nous de nous étonner de voir des qualificatifs habituellement réservés aux saints appliqués ici à l’auteur d’œuvres philosophiques essentiellement séculières, à l’auteur d’ouvrages consacrés à la logique, à la gnoséologie, à la classification des sciences et à la définition de la philosophie contre le scepticisme et l’agnosticisme de Pyrrhon. Il nous faut aussi rappeler que l’Église arménienne canonisa ce penseur logicien et fit de ses reliques déposées au monastère des Saints-Apôtres de Mus, un objet de vénération. Est-ce fortuit ? Peut-être les légendes religieuses et littéraires qui entourèrent dès l’Antiquité la vie et la personne de David Anhakht (l’Invincible) cachent-elles quelque fond historique ? Certains faits nouveaux lèvent une partie du voile qui recouvre le personnage énigmatique que fut ce philosophe.

2Au cours des dernières décennies, il a été établi que quatre œuvres philosophiques appartiennent indiscutablement à la plume de David Anhakht, néo-platonicien des ve-vie siècles : Définitions de la philosophie, Analyse de l’Introduction de Porphyre, Commentaires des Catégories d’Aristote et Commentaire de l’Analytique d’Aristote. Ces quatre ouvrages, largement connus dans la littérature arménienne et byzantine, ont servi de base pour étudier les conceptions philosophiques de David, pour éclaircir son influence sur Jean Damascène, sur Nicéphore Blemmydès et sur d’autres auteurs byzantins, et pour déterminer le rôle qu’il joua dans le développement de la philosophie en Arménie ancienne. Toutefois, l’œuvre de David ne se limitait probablement pas à ces quatre ouvrages. Nous supposons en effet qu’un philosophe de la fin du ve et de la première moitié du vie siècle, époque d’importantes querelles religieuses, dogmatiques et politiques, aurait dû également se faire l’écho des discussions théologiques, religieuses et politiques qui déchiraient alors le monde chrétien. Nous pensons en premier lieu aux violentes discussions christologiques entre monophysites et dyophysites, auxquelles participèrent aussi bien les philosophes et les théologiens que les empereurs byzantins, les patriarches et les chefs des différents Églises et diocèses.

3Afin de restaurer la paix dans l’Empire et de réconcilier les diocèses orientaux et occidentaux, on conçut sous les empereurs Zénon et Anastase (fin du ve - deux premières décennies du vie siècle) une formule conciliatoire que l’on trouve dans des œuvres philosophico-théologiques publiées sous le nom de saint Denys l’Aréopagite, les traités De la hiérarchie céleste, De la hiérarchie ecclésiastique, Des noms divins, De la théologie mystique et les dix Lettres.

4La paternité de ces œuvres fait toujours l’objet de discussions. On s’est donné beaucoup de mal pour établir le nom du véritable auteur de ces ouvrages philosophico-théologiques, écrits à la fin du ve et au premier quart du vie siècle, après la mort de Proclus (485), mais sous son influence.

5On sait que les œuvres aréopagitiques furent rédigées par un ou plusieurs auteurs inconnus dans le but de réduire les excès des monophysites et des dyophysites et de les réconcilier sur la base de la doctrine de l’Unique et de ses émanations. Afin de conférer à ces ouvrages une importance et une autorité plus grandes, ou pour d’autres considérations, l’auteur tut son nom et attribua ses œuvres à saint Denys l’Aréopagite, l’un des martyrs vénérés du ier siècle, contemporain des apôtres. Pendant tout un millénaire, les philosophes et les ecclésiastiques ne remirent pas en question la paternité de Denys. Lorenzo Valla et Erasme de Rotterdam furent les premiers à douter que ces œuvres aient été écrites au ier siècle, en raison de la doctrine théologique compliquée qui y était développée et de leur dépendance de la philosophie de Plotin-Proclus. La science historico-philosophique du xixe siècle rejeta définitivement la paternité de Denys l’Aréopagite, laissant le champ libre à toutes sortes de suppositions et d’hypothèses.

6Cette question de l’auteur du Corpus areopagiticum reste encore sans solution, malgré nombre de suppositions d’ailleurs peu convaincantes. Il faut avouer que la philologie arménienne a manifesté dans ce domaine une indifférence singulière, bien que les sources arméniennes contiennent, comme nous le verrons, bien des données intéressantes, et que la traduction du Corpus areopagiticum en arménien dès le début du viiie siècle soit la plus ancienne du monde.

7L’étude des écrits de David Anhakht nous a permis de remarquer entre les conceptions de David et celles du Pseudo-Denys une grande communauté et même une certaine identité. Notre attention fut ainsi attirée par le fait que dans son traité De la hiérarchie céleste, le Pseudo-Denys avance les mêmes thèses que David dans ses Définitions de la Philosophie, et notamment celle que David considère comme particulièrement importante lors de la définition de l’objectif et des buts de la philosophie. Selon David, la philosophie aide l’homme, par la connaissance de la nature créée par Dieu, à se rapprocher de son Créateur et à le comprendre, par la connaissance de la nature visible à connaître le Créateur invisible qui se trouve au-dessus des sens et de la raison, car tel est le caractère de notre intelligence et telle est la particularité de notre âme assoiffée de connaissance. Dans ce but, David divise la philosophie théorique en physique, mathématique et métaphysique (théologie). Le philosophe connaissant la nature, jette ensuite un pont, par l’intermédiaire des mathématiques et de la réflexion abstraite, entre le naturel et le divin et obtient ainsi la possibilité de passer à la théologie.

8Le Pseudo-Denys affirme la même chose quand il dit : «... La cause en est dans la particularité de notre nature, à savoir que nous ne pouvons nous élever immédiatement jusqu’à la compréhension des essences spirituelles, nous avons besoin de moyens propres à notre nature et lui correspondant, qui, par l’intermédiaire d’images compréhensibles, nous rendent visibles l’inimaginable et l’inaccessible aux sens, afin que par l’intermédiaire des sens, nous puissions nous élever jusqu’au spirituel et à l’aide d’images symboliques, comprendre la claire et suprême hiérarchie céleste. »

9Comme nous le voyons, la démarche de la pensée n’est pas simplement identique. Les degrés, les moyens et les buts de la connaissance sont les mêmes. Dans ses Définitions de la philosophie, David Anhakht répète à plusieurs reprises que le but de la philosophie est l’assimilation à Dieu « dans la mesure des possibilités humaines », que n’est pas philosophe celui qui sait beaucoup et peut raisonner sur beaucoup de choses, mais celui qui mène une vie pure et chaste, celui qui aspire à s’assimiler à Dieu par la sagesse, la force et la générosité dans la mesure de ses possibilités humaines. Denys l’Aréopagite met l’accent sur le même aspect lorsqu’il dit que « la hiérarchie, c’est la connaissance et c’est l’activité qui, dans la mesure des possibilités, assimilent à la beauté divine et conduisent à la ressemblance à Dieu. » Cette idée est constamment présente dans la philosophie de David et dans celle de Denys.

10Il faut noter que parmi les six définitions de la philosophie que donne David, il revient plus de trente fois à celle-ci : « La philosophie est l’assimilation à Dieu dans la mesure des possibilités humaines » ; il l’examine en détail sous tous ses aspects, lui prêtant une grande importance et révélant sa conception néo-platonicienne. En revanche, il examine les cinq autres définitions en leur lieu et n’y revient ailleurs que deux ou trois fois.

11Après avoir remarqué ces coïncidences et ces parallèles idéologiques, nous avons poursuivi nos recherches. Peut-être les œuvres de David avaient-elles quelque rapport avec celles de l’Aréopagite ? Peut-être ces coïncidences nous autorisaient-elles à nous interroger sur l’éventuelle attribution à David du Corpus areopagiticum dont l’apparition, la propagation puis la reconnaissance officielle d’abord au concile de Jérusalem en 531, ensuite à celui de Constantinople en 532, eurent lieu de son vivant.

12À l’appui de notre supposition, notre attention fut attirée par un autre fait étonnant. L’on sait que le Corpus areopagiticum fut traduit en arménien en 716-717 par Step’anos Siounetsi. Est-ce un hasard si les penseurs et les ecclésiastiques arméniens furent les premiers à traduire le Corpus areopagiticum ?

13Nous sommes en possession de dizaines de manuscrits de cette traduction arménienne. En les étudiant, nous avons remarqué que dans deux œuvres aréopagitiques - De la hiérarchie céleste et De la hiérarchie ecclésiastique - au début et à la fin des chapitres, en plusieurs endroits, le nom de David est écrit en arménien, mais en caractères majuscules grecs avec de l’encre rouge et noire : ΔΑΒΗΘ, ΔΑΒΘΗ, ΔΑΒΗϑ ΓPHCAB, et à certains endroits : ΔΑΒΗΘ CPBOIN AHONHCH, c’est-à-dire « David », « de David », « David écrivit » et « David à saint Denys ».

14Nous voudrions attirer l’attention sur la dernière indication qui introduit une plus grande précision que les autres, à savoir que ces chapitres en particulier et les œuvres dans leur ensemble « furent écrites par David et dédiées à Denys ». C’est ainsi, selon nous, qu’il faut interpréter ces indications tellement significatives.

15De quand datent-elles ? Appartiennent-elles au traducteur Step’anos Siounetsi ou furent-elles écrites déjà dans les manucrits grecs par des scribes byzantins qui étaient au courant de cette énigme littéraire et des circonstances de la vie de David l’Arménien ?

16Nous avons vérifié toutes les copies anciennes aussi bien au Maténadaran que dans la collection des manuscrits du monastère Saint-Jacques de Jérusalem, avec un même résultat. Dans les copies les plus anciennes, les mentions de David, en lettres grecques mais en langue arménienne, se répètent aux mêmes endroits. Ce fait remarquable permet de penser que les calligraphes anciens, ou plutôt les copistes des protographes les plus anciens, savaient quelque chose ou, peut-être, sans rien savoir, copiaient mécaniquement ces titres significatifs venant des temps anciens.

17En tout cas, une chose est claire : dès l’Antiquité, le nom de Denys l’Aréopagite fut lié à celui de David. Notons aussi que ces indications grecques directes relatives à David ne concernent que deux traités aréopagitiques, De la hiérarchie céleste et De la hiérarchie ecclésiastique, tandis que les deux autres, Des noms divins et De la théologie mystique, de même que les Lettres ne portent aucune mention de ce genre.

18Outre ces indications anciennes qui se répètent méthodiquement dans les manuscrits arméniens du Corpus areopagiticum et la communauté de pensée entre les Définitions de la philosophie de David Anhakht et les traités aréopagitiques, nous voudrions attirer l’attention sur la similitude entre les initiales de Denys l’Aréopagite et celles de David Anhakht - dans le monde grec, David l’Arménien (Armenios, Aniketos). Ceci a pu guider dans le choix d’un pseudonyme celui qui se serait chargé de la mission de synthétiser le christianisme avec le néo-platonisme, de réconcilier les partis opposés des monophysites et des dyophysites sur la base d’une doctrine sublime sur l’Unique.

19Compte tenu des données livrées par les manuscrits, que nous avons mentionnées, le nom de David l’Arménien, philosophe néo-platonicien des ve-vie siècles, mérite selon nous, plus que tous les autres avancés jusqu’à présent, d’être pris en considération pour éclaircir le mystère de l’auteur des livres aréopagitiques.

20Nous souhaitons attirer l’attention des historiens et des philosophes sur les témoignages écrits et les parallèles idéologiques que nous avons mis en évidence afin qu’il en soit tenu compte lors de l’étude de l’héritage littéraire de David et de la discussion sur l’énigme de Denys l’Aréopagite. Il s’agit évidemment là d’un problème complexe dont la solution exigerait beaucoup de temps et d’efforts. Nous ne prétendons nullement résoudre ici ce problème et nous nous sommes borné à soulever la question dans l’espoir de favoriser son étude ultérieure. Nul doute en effet que les faits mentionnés ne soient dignes de l’attention la plus soutenue.

21Partant de ces observations, nous en sommes venu aux conclusions suivantes. Le Corpus areopagiticum est peut-être le fruit d’une création collective. En ce qui concerne David Anhakht, on peut avancer avec une quasi-certitude qu’il est l’auteur de deux traités : De la hiérarchie céleste et De la hiérarchie ecclésiastique. Il n’est pas exclu qu’il ait pris une part active à la composition des deux autres traités, Des noms divins et De la théologie mystique, ainsi qu’à l’écriture des dix Lettres attribuées à Denys l’Aréopagite. Le Corpus areopagiticum, mis en circulation pendant le premier quart du vie siècle, allait au devant de la formule conciliatoire de l’Henoticon de l’empereur Zénon et de l’Encyclicon de l’empereur Anastase, penchant pour le monophysisme mais essayant de réconcilier les théologiens et les dogmatistes ennemis. Les traités aréopagitiques réalisaient ces objectifs sur une base philosophico-théologique. L’auteur ou l’un des auteurs du Corpus areopagiticum fut David Anhakht, philosophe arménien néo-platonicien des ve-vie siècles dont le nom est plusieurs fois indiqué dans les traductions arméniennes anciennes de deux traités aréopagitiques. Les légendes et les renseignements historiques liés à la vie et à l’œuvre de David Anhakht, les persécutions qu’il subit après son retour en Arménie, sa fuite au nord du pays, sa mort puis sa canonisation témoignent du fait que l’Église arménienne reconnut et apprécia certains services extraordinaires qu’il rendit. Il est évident que l’auteur de traités philosophiques et logiques séculiers n’aurait jamais été jugé digne de ces honneurs. Ce « philosophe trois fois grand et invincible, aimant Dieu suprêmement et doué de sagesse divine » était selon toute probabilité bien connu dans les centres spirituels et scientifiques aussi bien au Proche-Orient et dans les milieux gréco-syriens qu’en Arménie où, sur le déclin de sa vie, il continua ses activités scientifiques et pédagogiques. David l’Arménien fut ce « philosophe trois fois grand » dont nous savons maintenant que le nom s’attache directement, outre les œuvres philosophiques lui appartenant authentiquement, aux écrits mis en circulation de son vivant sous le nom de Denys l’Aréopagite. Il faut croire que le secret de l’auteur des traités aréopagitiques était connu de certains de ses contemporains, ce qui laissa une trace évidente dans les pages de la version arménienne ancienne du Corpus areopagiticum.

22Selon nous, l’éclaircissement de cette question aurait non seulement de l’importance pour résoudre définitivement le problème de l’attribution des Aréopagitiques et de l’héritage de David Anhakht, mais il donnerait aussi la possibilité de trancher un certain nombre de nœuds gordiens de l’histoire de la philosophie ainsi que de la philologie gréco-syrienne et arméno-géorgienne. Évidemment notre hypothèse exige de nouvelles confirmations et de nouvelles preuves que nous continuons à chercher et à accumuler.

Auteur

Maténadaran, Erévan

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search