Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Arménie et Byzance

Introduction

Nina G. Garsoïan

Texte intégral

1Le contact immédiat du monde arménien et de Rome, qui se connaissaient déjà de longue date, se place vers la fin de l’ère préchrétienne avec l’absorption romaine du royaume cis-euphratésien de Petite Arménie en même temps que celui du Pont, dont il semble avoir fait partie à l’époque de Mithridate. Devenue province sous Vespasien, comme partie de la Cappadoce, la Petite Arménie ne retrouva son identité, sous la forme d’une province séparée de ce nom, que sous Dioclétien à la fin du troisième siècle après Jésus-Christ. Bien avant, la décision d’Auguste fixant la limite orientale de l’empire romain sur l’Euphrate avait créé une longue frontière commune du Pont à la Mésopotamie entre les terres impériales englobant la Petite Arménie et la Grande Arménie au-delà du fleuve.

2Une fois établi, ce voisinage devait se maintenir pendant plus d’un millénaire bien qu’avec de nombreuses variantes et même d’importantes interruptions. La frontière elle-même oscille selon les circonstances. Fixée à l’Euphrate par la décision d’Auguste, elle ne s’avance guère vers l’est, excepté pour de très brefs intervalles, jusqu’au partage de la Grande Arménie entre Rome et les Sassanides vers 387. Traversant l’Euphrate, l’empire obtenait alors environ un cinquième de l’ancien royaume arsacide de la Grande Arménie et atteignait de ce fait une ligne nord-sud reliant la forteresse de Théodosioupolis (l’arménienne Karin, la moderne Erzurum), la clef du système défensif impérial face à l’Orient en Arménie septentrionale, à la région de Nisibe perse en Mésopotamie, bientôt défendue par les places fortes byzantines de Dara et de Martyropolis. Deux siècles plus tard, la reconnaissance du jeune roi sassanide Xusrō II pour l’aide que l’empereur Maurice lui avait apportée contre l’usurpateur Bahram Čobēn fit avancer la frontière impériale encore plus loin à l’est en 591, de l’extrémité nord-est du lac de Van à l’Azat, un affluent septentrional de l’Azaxe coulant immédiatement à l’ouest de Duin, la capitale administrative de la Persarménie, et la résidence du patriarche arménien. Ce nouvel accord laissait la plus grande partie de la Grande Arménie aux mains de l’empire.

3Cette poussée byzantine fut bientôt compromise pour longtemps par l’expansion arabe en Asie Mineure au viie siècle. Les armées impériales firent bien une brève réapparition sur l’Euphrate à Théodosioupolis comme à Mélitène sous Constantin V dans la seconde moitié du viiie siècle, mais ce ne fut qu’avec la reconquête macédonienne des ixe-xe siècles que l’empire retrouva une frontière commune avec le nouveau royaume arménien des Bagratides. Au milieu du xie siècle, l’annexion des divers royaumes arméniens rendit à l’empire le contrôle de la plus grande partie du pays et un siècle plus tard, les armées des Comnènes se trouvaient encore en Cilicie arménienne malgré la perte des territoires septentrionaux passés aux Seldjuqides.

4Les relations entre les deux mondes voisins furent aussi peu stables que la frontière qui les séparait. Clients de l’empire romain, le royaume arsacide de Grande Arménie, puis les parties devenues impériales après sa division, ainsi que les petites principautés arméniennes de l’Euphrate restées dans la sphère romaine, reconnurent une « suzeraineté » mal définie de l’empire jusqu’à leur incorporation totale dans l’administration byzantine sous Justinien en 536. La frontière arméno-byzantine était si peu imperméable jusqu’à son époque, selon Procope, qu’elle n’était marquée par aucune fortification et que les habitants des deux côtés n’hésitaient pas à commercer ensemble et même à s’entre-marier. La fortification du limes d’Orient par Justinien et les nouvelles acquisitions de Maurice ne séparaient pas tant les Arméniens des Byzantins qu’elles divisaient entre elles les terres arméniennes soumises à l’Empire de celles appartenant encore aux Sassanides. Bien après la conquête arabe du massif arménien, Constantinople continua à maintenir ses droits de jure sur le pays et à désigner comme gouverneurs des « princes des princes » ou « princes présidents » choisis dans la noblesse locale.

5L’influence de l’empire en Anatolie orientale s’estompa petit à petit sous la pression musulmane et l’établissement d’émirats arabes, tel celui de Mélitène à la limite des anciens territoires arméniens et byzantins. La renaissance arménienne sous la dynastie bagratide à la fin du ixe siècle permit aux divers États du plateau d’affirmer leur autonomie, voire leur indépendance. Néanmoins, Constantinople ne leur octroya jamais le titre royal. Même l’aîné des souverains bagratides, le « fils bien-aimé » de l’empereur, ne restait officiellement aux yeux de la chancellerie byzantine qu’un « prince des princes » (ἄρχων τῶν ἀρχόντων) et le « serviteur » (δοῦλος) de la majesté impériale. Les conquêtes byzantines en Orient rétablirent graduellement la réalité des prétentions impériales de Libérie à la Syrie. L’annexion des royaumes arméniens du Vaspurakan, d’Ani et de Kars ainsi que des principautés du Tarōn et de Taykʻ/Tao, transformés en nouveaux thèmes byzantins, alors que leurs souverains obtenaient en compensation des domaines en Cappadoce, rendit de nouveau l’empire byzantin maître de la quasi-totalité du plateau arménien au milieu du xie siècle. Cette domination s’effondra de nouveau rapidement face à l’expansion turcomane, mais le pouvoir de Jean II et de Manuel Ier Comnène était encore reconnu de gré ou de force par les princes arméniens de Cilicie.

6Un voisinage étroit d’une aussi longue durée devait évidemment marquer profondément les deux peuples dont les destinées s’étaient entremêlées bien au-delà d’un niveau purement politique ou administratif. De tout temps les Arméniens pénétrèrent dans la société byzantine presque invariablement par la voie de l’armée dans laquelle nous en trouvons à tous les degrés, des simples soldats aux grades supérieurs. Comme le rappelle K. Yuzbashian, Justinien et les empereurs Macédoniens leur confièrent les charges les plus élevées de magister militum, dux et domestique d’Orient ou des Scholes avec les titres honorifiques correspondants. De grandes familles d’origine arménienne, tels les Gabras, les Sklèroi ou les Tarônitai, presque toutes converties à l’orthodoxie byzantine, firent carrière à Constantinople aux xe-xiie siècles, ainsi que le démontrent les études de H. Bartikian, Isabelle Brousselle et J.-Cl. Cheynet. Plusieurs s’allièrent par mariage avec les dynasties régnantes et quelques personnages atteignirent même le trône impérial. Même à l’époque du déclin de l’autorité byzantine en Orient après la défaite de Mantzikert, les princes arméniens de l’Euphratèse et de Cilicie étudiés par G. Dédéyan et J.-Cl. Cheynet - Gabriel de Mélitène, Abulgharib Arcruni de Tarse, Tʽatʽul de Maraš, Gol Vasil à Kesun et Rabban, le plus grand d’entre eux, Philarète duc d’Antioche, et même les princes rubénides de Cilicie au xiie siècle - continuèrent à s’appuyer sur des titres impériaux pour justifier la légitimité de leur pouvoir aux yeux des populations locales, même lorsqu’ils agissaient pour leur propre compte et non pour les intérêts de l’empire et bien avant de se targuer de liens plus ou moins fictifs avec les anciens rois de Grande Arménie.

7Les littératures laïque et ecclésiastique de l’Arménie s’enrichirent dès l’invention de l’alphabet arménien au début du ve siècle de l’ère chrétienne de multiples traductions du grec ; celles particulièrement nombreuses de saint Jean Chrysostome, de l’Hexaméron et de la liturgie de saint Basile de Césarée, et des historiens Eusèbe, Socrate et Théodoret, examinées dans les communications de B. Outtier et du R. P. Renoux. Loin de disparaître, cette influence grecque continua à se manifester en Arménie, aussi bien dans les œuvres scientifiques d’Anania Širakacʽi au viie siècle, que dans les traductions philosophiques de Grégoire Magistros, gouverneur impérial du Tarōn et du Vaspurakan au milieu du XIe. La langue arménienne elle-même se modifia notablement sous l’action de l’école hellénophile. De son côté, l’Histoire du vardapet arménien Lewond, analysée par Bernadette Martin et J.-P. Mahé, s’avère une des rares sources contemporaines pour l’expansion arabe en Asie Mineure byzantine. Enfin le développement parallèle et l’emprise réciproque des arts arménien et byzantin trouvent leurs témoignages dans les études présentées par P. Donabédian, M. Hasrat’yan, Seiranouche Manoukian, Michel et Nicole Thierry.

8L’importance des relations arméno-byzantines et leurs influences mutuelles ne sont donc plus à démontrer. Néanmoins d’autres facteurs servaient aussi à éloigner ces deux civilisations voisines. L’élément fondamental de cette dissociation était sans aucun doute le désaccord religieux. La consécration de saint Grégoire l’Illuminateur à Césarée de Cappadoce au début du ve siècle avait certainement placé la jeune Église arménienne dans l’orbite de Constantinople, mais le courant syrien dans le christianisme primitif de l’Arménie tournée d’abord vers Édesse et Antioche et ses rapports difficiles mais constants avec l’Église de Perse provoquèrent éventuellement un schisme formel avec l’orthodoxie impériale au début du viie siècle. Ni le modus vivendi temporaire apparemment établi entre les deux Églises à la fin du ixe siècle, ni les efforts sincères des deux côtés pour recréer une union dogmatique à l’époque de Manuel Comnène, ne réussirent à mettre fin au schisme rendu possible par la résidence du kat’olikos arménien hors du territoire impérial et envenimé par une polémique de plus en plus aiguë.

9De même, la société essentiellement aristocratique de l’Arménie n’était guère compatible avec l’autocratie byzantine. Tirant son origine du système iranien, cette société, fondée sur le pouvoir de grandes familles détenant des charges héréditaires et retirées dans les forteresses inaccessibles de leurs domaines d’où elles ne reconnaissaient que de loin l’autorité royale, ne pouvait s’accorder avec la politique de centralisation particulière à l’empire, ni avec sa civilisation essentiellement urbaine, ni enfin avec son administration bureaucratique contrôlée par l’empereur. S’il est vrai qu’au xie siècle les noblesses arménienne et byzantine se ressemblaient de plus en plus, les deux sociétés ne se confondirent jamais et demeurèrent fondamentalement hostiles. Le système plus décentralisé des Perses puis du califat fut toujours plus proche de la tradition arménienne et maintint sur elle une certaine ascendance qui ne doit pas être sous-estimée. L’arménien survécut et se développa comme langue littéraire et l’architecture et l’art arméniens tout comme sa littérature surent préserver leur propre figure face à l’emprise de la culture impériale.

10Malgré les périodes de domination impériale sur leur pays, malgré la présence massive d’Arméniens dans l’empire byzantin et malgré la carrière brillante de quelques familles au service de Constantinople, les Arméniens demeurèrent essentiellement non assimilés dans un monde duquel ils étaient séparés par la religion, la langue et les institutions sociales. Loin de se rapprocher au cours des siècles, les deux civilisations s’écartèrent graduellement et Viada Arutjunova-Fidanjan trace à travers l’historiographie arménienne l’amertume grandissante des Arméniens, causée par leur perception de l’annexion impériale des royaumes arméniens au xie siècle comme une trahison des Grecs. Ainsi la supériorité politique incontestable de l’empire et les rapports millénaires qui enrichirent les deux traditions ne réussirent jamais à faire perdre à l’Arménie le sens de sa propre identité ou à la réduire au niveau d’une province culturelle de Byzance.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540