Versione classicaVersione mobile

Les Parva naturalia d’Aristote

 | 
Pierre-Marie Morel
, 
Christophe Grellard

Postface

À Propos de l’enluminure de couverture : une incitation à la recherche

Max Lejbowicz

Testo integrale

Je tiens à remercier le Centre d’études supérieures de la Renaissance (Tours, UMR 6576) pour le soutien apporté à cette étude.

Aristote, Traités et opuscules, 6, De sensu et sensato, xiiie-xive siècle.
© Bibliothèque municipale de Tours, ms 679, f. 166v. © CNRS-IRHT.

  • 2 Les informations données par G. Lacombe, A. Birkenmajer, M. Dulong, E. Franceschini et L. Minio-Pa (...)

1L’enluminure2 ci-dessus (xiiie-xive siècle) illustre l’initiale du premier mot du De sensu et sensibilibus. Elle ne prend cependant tout son sens que située dans l’ensemble auquel elle appartient.

  • 3 Aristote, Petits traités d’histoire naturelle, traduction et présentation par P.-M. Morel, Paris, F (...)

2Ce manuscrit totalise 293 folios de dimensions respectables, 21 x 29 cm, écrits en écriture gothique sur deux colonnes, par un même scribe. Il contient dix traités aristotéliciens de philosophie naturelle, auxquels s’ajoutent une réunion d’extraits (n° 11, voir la note 4) et cinq apocryphes aristotéliciens, également de philosophie naturelle ; le point d’orgue en est la Métaphysique et son complément médiéval, Le Livre des causes. La liste ci-après recense ces traités dans l’ordre où ils se présentent dans le manuscrit. Elle comporte quatre des sept Petits traités d'histoire naturelle considérés aujourd’hui comme authentiques (nos de 6 à 9)3. Les apocryphes sont rappelés par un astérisque :

  1. Physica, f. 1-58
  2. De celo et *mundo, f. 58v-88
  3. De generatione et corruptione, f. 89-107v
  4. Meteora, f. 108-144v
  5. De anima, f. 145-166v
  6. De sensu et sensibilibus, f. 166v-174v
  7. De memoria et reminiscentia, f. 174v-177
  8. De somno et vigilia, f. 177v-184v
  9. De causis longitudinis et brevitatis vite, f. 184v-186
  10. De motu animalium, f. 186v-190v
  11. De bona fortuna4, f. 190v-192v
  12. *De causis proprietatum elementorum, f. 192v-199v
  13. *De Coloribus, f. 199v-204v
  14. *Physionomia, f. 204v-210v
  15. Metaphysica, 21 1 r-285v
  16. *Liber de causis, f. 287-293v
  • 5 L’enseignement des disciplines à la Faculté des arts (Paris et Oxford, xiiie et xve siècles), O. W (...)
  • 6 Ch. de Hamel, Une histoire des manuscrits enluminés, Paris, Phaidon, 1995, chapitre IV, « Des livre (...)

3Le manuscrit est aussi illustré par quarante-six enluminures. Elles en font un objet de luxe. Le « nouvel Aristote » ne se contente pas de triompher au terme d’un rude combat dans le cursus de la faculté des arts de Paris, peu après le milieu du xiiie siècle5. Il requiert l’attention de mécènes qui lui assurent une place de choix dans leur bibliothèque personnelle6.

  • 7 Sur cette terminologie, voir le glossaire aux p. 216-217 d’O. Pächt, L’enluminure médiévale. Une i (...)

4Les quarante-six enluminures en question sont toutes des initiales historiées : la première lettre d’un texte, très agrandie par rapport aux autres, sert de cadre à une scène7. Ces initiales s’inscrivent elles-mêmes à l’intérieur d’un rectangle. Les enluminures n’occupent qu’une seule des deux colonnes des folios. Les dimensions du rectangle, dont il vient d’être question, et l’emplacement de sa largeur permettent de décomposer cet ensemble d’images en deux séries, que différencie de surcroît le type iconographique.

  • 8 Sur l’importance et le sens de ces prolongements, voir M. Camille, Images dans les marges. Aux lim (...)

5Le premier type est figuratif. Dans ce cas, le rectangle qui encadre l’initiale mesure en moyenne 6 x 8 cm et sa largeur sert de base à l’image. Depuis la longueur placée à gauche s’élancent du rectangle des tiges végétales verticales qui rejoignent les marges du folio et se continuent horizontalement. Ces prolongements servent de support à des scènes animalières8. Le second type est non figuratif (le sens de cette qualification apparaîtra par la suite). Dans ce cas, les dimensions du rectangle sont en moyenne de 4 x 7 cm et la largeur sert le plus souvent, mais pas toujours, de hauteur à l’image. La largeur gauche de ces nouveaux rectangles se prolonge elle aussi par des tiges végétales ; les dimensions en sont plus modestes que précédemment et cette réduction prive les tiges de prolongement horizontaux et de scènes spécifiques.

6La première série d’enluminures réunit donc des scènes figuratives. Elle en contient six :

  1. f. 1, initiale du premier mot de la Physica
  2. f. 58v, initiale du premier mot du De celo et mundo
  3. f. 89, initiale du premier mot du De generatione et corruptione
  4. f. 108, initiale du premier mot des Meteorologica
  5. f. 145, initiale du premier mot du De anima
  6. f. 211, initiale du premier mot de Metaphysica

7Si l’on forme l’hypothèse, éminemment raisonnable, qu’une intention organisatrice a présidé à la répartition dans le manuscrit de ces six enluminures et qu’en conséquent, elles y occupent des lieux stratégiques, on est conduit à conclure que, pour le concepteur du volume et son exécutant, cet ensemble aristotélicien se distribue en six grands ensembles. Le commencement de chacun d’eux est annoncé par une enluminure figurative. Les traités 6 à 14, où se trouvent les Parva naturalia, sont conçus par eux comme des parties du De anima , et le 16, le Liber de causis, comme une partie de la Metaphysiqua. En revanche, les traités de 1 à 4 sont délimités selon les canons devenus usuels, avec toutefois l’exception du De mundo intégré au De celo.

8Sur les six enluminures figuratives, quatre renvoient à des scènes de la vie universitaire. De fait, Aristote est au xiiie siècle l’auteur par excellence qui est au programme de la faculté des arts. En reprenant les chiffres romains qui viennent d’être utilisés pour désigner les enluminures, on obtient successivement les scènes suivantes :

9I : Deux groupes de personnes sont en vis-à-vis. Celui de gauche est composé par deux personnes vêtues de noir ; celui de droite, par trois, dont deux sont vêtues de rouge et la troisième d’un gris bleuté. Le mouvement des mains indique qu’ils soutiennent une discussion animée. Entre eux, à l’arrière-plan, trois autres personnes suivent le débat avec intérêt. L’ensemble renvoie à deux situations, qui, au final, se confondraient. Il fait penser à la représentation d’une disputatio universitaire. Il fait également penser au cheminement de l’enquête aristotélicienne : elle progresse en se confrontant aux diverses théories élaborées antérieurement à elle.

  • 9 T. Suarez-Nani, Les anges et la philosophie, Paris, Vrin, 2002 (coll. « Études de philosophie médi (...)

10II : À gauche, une personne, assise devant un livre ouvert posé sur lutrin, fait face à un groupe de six personnes assises en contrebas en rang serré ; elles ne forment que la partie visible d’un ensemble dont le reste est suggéré. La scène représente un maître ès arts dans sa salle de cours. Il commente le De celo et mundo, comme le veut l’emplacement de l’enluminure et comme l’indiquent la direction de ses yeux et celle de sa main gauche : ils sont orientés vers le haut de l’image, occupé par un ensemble de cercles homocentriques, projection plane de sphères célestes homocentriques du système du monde aristotélicien. Les cercles sont entre les mains de deux personnages ailés placés en vis-à-vis : on peut y voir une représentation des intelligences motrices des planètes, souvent assimilées par les Latins à des anges9.

11IV : Le dispositif est proche du précédent, tout en s’en démarquant sur certains points. Le maître se détache plus nettement du fond et c’est cette fois sa main droite qui est levée en direction d’un ciel dépourvu d’astres et d’anges ; il s’agit du ciel des Meteorologica qui est un élément du monde sublunaire.

12VI : Le dispositif décrit en II et IV est à nouveau repris, avec une accentuation toujours plus marquée de la présence du maître. La main droite de celui-ci désigne le haut de l’image, là où le fond à carreaux rouges a cédé la place à un bleu céleste. De ce bleu surgit un personnage à la tête auréolée et au corps dépourvu d’ailes. Ce personnage aérien se penche vers la salle de cours, qu’il fixe du regard, et le mouvement de ses mains a quelque chose d’impérieux. S’agirait-il d’une représentation du Philosophe ? Si tel est le cas, il serait quasiment déifié. Une métaphysique qui s’achève par le Livre des causes conduit l’étudiant aux abords de la Révélation, dont Aristote est partie prenante.

13Replacées dans leur continuité, ces quatre enluminures décrivent un cheminement. Elles commencent par une confrontation d’idées et progressent en soulignant l’importance de la parole magistrale qui, au final, tend à se confondre avec celle du Philosophe à qui est attribué un statut suprahumain ; il s’impose par la vertu d’une évidence fulgurante.

14Les deux autres enluminures figuratives illustrent les événements extrêmes qui bornent l’existence humaine :

15III : au début du De generatione, un couple que l’on devine nu est allongé sous la couverture d’un lit, tandis que, à l’arrière-plan, quatre personnes conversent, sans que l’on puisse noter entre elles des rapports hiérarchiques affirmés. L’index droit de la deuxième à partir de la droite désigne le couple. Le sujet de leur conversation est donc défini : la conception et la naissance humaines.

16V : au début du De anima, à gauche de l’enluminure, un homme nu appuie la partie supérieure de son corps sur un coussin tandis que ses jambes allongées horizontalement sont recouvertes par un drap. De sa bouche s’échappe un petit personnage qui est accueilli par un ange : c’est manifestement l’âme d’un mourant qui rejoint le paradis. Au premier plan, un maître, qui est assis à droite, commente la scène à deux étudiants, qui sont évidemment assis à gauche. Or les trois scènes de cours précédentes plaçaient à gauche le maître, comme le veut la distribution qualitative de l’espace dans les enluminures, les étudiants étant alors à droite. Je ne vois qu’une explication à l’inversion spatiale que la présente enluminure réalise : elle obéit à une contrainte formelle. Une fois admis que le sujet principal de l’enluminure, ici le mourant, occupe la gauche de l’espace qu'elle délimite, il fallait que ce mourant soit clairement perçu. La taille des étudiants, toujours plus petite que celle du maître, comme le veut le code visuel des enluminures pour différencier les personnes selon leur statut, recommandait l’inversion mentionnée.

17Ces deux dernières enluminures sont si étroitement liées l’une à l’autre que leur interprétation doit être couplée. À partir du moment où la faculté des arts est reconnue comme une faculté de philosophie, et où I, II, IV et VI représentent les scènes qui se déroulent ordinairement dans un lieu d’enseignement, on doit convenir que le concepteur du manuscrit adjoint en III un préalable au classique : « Philosopher, c’est apprendre à mourir », pour autant que le goût des formules bien frappées autorise cet anachronisme formel. Un tel antécédent infléchit au moins l’injonction d’origine platonicienne dans un sens aristotélicien : la destinée de l’âme n’est pas concevable sans une interrogation sur son origine circonscrite aux existences individuelles. « Philosopher, c’est reconnaître être né » ; ou plus clairement : « [...] c’est reconnaître être un corps et une âme. » Soit, en joignant le sens des deux enluminures : « Philosopher, c’est apprendre le processus de la conception et de la naissance afin d’apprendre le sens de la mort. » Ou, et cette indétermination est un des charmes du langage visuel qui suggère des orientations interprétatives sans les développer conceptuellement : « Philosopher, c’est se familiariser avec les deux événements majeurs de l’existence, la naissance et la mort », etc. Toutes les variations qui relient positivement ces deux événements suréminents sont possibles.

  • 10 O. Pächt, op. cit. n. 7, p. 217.

18Il reste à aborder les quarante autres enluminures, les non-figuratives. Seule une étude que je n’ai pu mener à bien permettrait de savoir si, à l’instar des figuratives, elles occupent dans le manuscrit des emplacements significatifs. Le corps de l’initiale historiée est maintenant occupé par des rinceaux : « Motifs ornementaux faits d’une tige végétale sinueuse d’où partent, à droite et à gauche, des rameaux10. » La plupart offrent une symétrie soit verticale, soit horizontale. Parfois, le ou les rinceau(x) sort(ent) de la gueule d’un animal difficilement identifiable et diversement placée dans le cadre défini par l’image ; le végétal peut alors céder la place à l’animal et le rinceau évoque plutôt le corps d’un serpent. Dans d’autres cas, les rinceaux prolongent la moustache d’un personnage réduit à son visage, ou les commissures de ses lèvres, ou encore jaillissent de ses oreilles. En parcourant ces enluminures, on assiste à une extraordinaire succession de boucles, d’entrelacs, d’arabesques, de labyrinthes même, comme si ce complexe ornemental sans cesse renouvelé voulait suggérer une dimension essentielle aux traités ainsi rassemblés : un parcours ininterrompu d’interrogations, une série de tâtonnements, d’essais et de réussites, toujours à reprendre et jamais achevée. L’enquête aristotélicienne a trouvé une de ses traductions visuelles.

19L’enluminure non figurative que j’ai retenue tranche sur l’immense majorité des autres de même type. Elle est construite sur une opposition.

20D’une part, les rinceaux introduisent une double stabilité formelle, par la quasi-symétrie qu’ils réalisent à partir de la médiatrice verticale du rectangle et par l’étagement harmonieusement agencé de leurs boucles. Ils expriment un ordre dont ils affirment la pérennité. Les trois paliers qui les structurent pourraient renvoyer aux genres de vie usuels reçus par Aristote et théorisés par lui : le minéral, le végétal et l’animal. Le visage couronne doublement cette triplicité, tout en se plaçant au même niveau que l’animal. Par son emplacement, il donne, au sens propre, une figure au règne de l’homme (les feuilles trilobées ne sont que des signes : leur étagement renvoie à l’ensemble des genres de vie, non au seul règne végétal dont elles ne sont pas l’illustration). Et, par sa frontalité, que soulignent des oreilles quelque peu disproportionnées, il s’inscrit directement dans le prolongement de la symétrie ornementale, avec laquelle il témoigne d’une parenté, non d’une identité. Il se situe au-delà du décoratif. Il affirme l’exemplarité de la présence humaine, qui est le seul existant apte à faire parler les différents niveaux du vivant.

21D’autre part, le regard de ce personnage, tout en surmontant la construction végétale ordonnée, brise la symétrie de l’ensemble en fixant ostensiblement ses yeux sur sa droite, avec une expression d’angoisse, voire d’effroi, qu’amplifient le mouvement de la bouche et les sillons qui l’encadrent. Il n’est pas impossible que le concepteur du volume ait voulu suggérer que si le monde est malgré tout ordonné, son agencement n’est concevable qu’une fois surmontée la frayeur qu’engendre le chaos des apparences. Pareille attitude pourrait être celle des maîtres chrétiens du xiiie siècle latin à l’avènement d’Aristote en terre chrétienne. Le Philosophe les oblige à abandonner la quiétude du symbolisme de la création qui a prévalu durant le haut Moyen Âge ; il les conduit à se confronter, à l’orée du De sensu et sensibilibus plus que partout ailleurs, à la consistance du monde physique et aux rapports problématiques des sensibles et du sentant – une variante particulièrement critique des rapports du corps et de l’âme.

22L’opposition que je viens de décrire trouve son expression ultime dans le sens à donner à l’enveloppe sombre qui entoure le visage, pour autant qu'elle n’est pas un simple vêtement ; encore que, dans ce cas, elle emprunte vaguement les formes d’une mandorle et communique ainsi à la forme qu'elle entoure une dignité essentielle. Examinée à la lumière de l’enluminure figurative III consacrée à la conception et à la naissance, cette enveloppe évoque plus vraisemblablement une vulve et son environnement pileux, saisis au moment d’un accouchement. L’hypothèse est hardie. Je me permets de l’avancer en m’appuyant sur la Cosmographia de Bernard Silvestre et sur la lecture que Jean Jolivet a proposée du lieu qui y est nommé Gramision :

  • 11 J. Jolivet, « Les principes féminins dans la Cosmographia de Bernard Silvestre », dans L'homme et (...)

C’est en effet « un endroit secret et retiré », « un repli caché » ; une toison le couvre, une forêt l’entoure par côtés. Et ainsi deux vers [...] glissent, avec une sensualité admirable, sous l’évocation du jardin paradisiaque une vive notation érotique : « Petit recoin riche en odeurs, fertile en épices, qui possède à lui seul les trésors et les délices du monde entier »11.

  • 12 A. Weir et J. Jerman, Images of Lust. Sexual Carvings on Medieval Churches, Londres, Routledge, 19 (...)
  • 13 P. Riche et D. Alexandre-Bidon, L’enfance au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil/Bibliothèque nati (...)

23Le savant médiéviste a relevé dans les traités médicaux du temps les détails techniques qui le conduisent à voir dans tout ce passage la description, au premier abord, d’une germination printanière et d’une floraison et, en sous-main, d’une grossesse et d’un accouchement. Il n’est pas indispensable de faire du concepteur de l’enluminure un lecteur de la Cosmographia, sans qu’il soit défendu de le conjecturer. Puisqu’un poète latin du xiie siècle s’est risqué dans cette voie, je ne vois pas pourquoi il faudrait en interdire l’accès à un enlumineur du tournant des xiiie et xive siècles, tout en notant que, sur ce thème, le maniement de la suggestion est dans ce cas plus complexe. De leur côté, les églises médiévales sont riches en représentations sexuelles fort crues12, qui ne devaient pas manquer d’interroger le fidèle se consacrant à la réalisation d’images. Tout au plus peut-on reprocher à mon interprétation que ce nouveau-né a déjà les traits d’un adulte, mis à part sa houppe qui tendrait à ridiculiser une personne déjà formée. Il suffit de consulter des enluminures consacrées au premier âge de la vie pour se persuader que le nouveau-né de celle dont je traite n’est pas déplacé dans cette galerie13. Au final, l’effroi que cette face de visage exprime est aussi celui qui est prêté au nouveau-né alors qu’il quitte le séjour utérin et qu’il affronte, démuni, les rudesses du monde. Il faut cependant aller au-delà de l’épisode biologique et voir en lui le symbole d’un processus mental adapté à l’avènement d’Aristote en terre chrétienne : tout acte de compréhension est une naissance. L’accouchement suggéré est celui d’une nouvelle conception du monde.

24Quel que soit le sens exact de cette enveloppe sombre, il reste que l’enluminure réunit dans une même image l’objet et l’agent de l’étude, dont elle disjoint les statuts tout en favorisant leurs rapports. Elle incline l’historien à penser que le triomphe médiéval d’Aristote repose autant sur la vérité des thèses soutenues dans le corpus aristotélicien que sur la puissante incitation à la recherche provoquée par le mode d’exposition de ces thèses.

Note

2 Les informations données par G. Lacombe, A. Birkenmajer, M. Dulong, E. Franceschini et L. Minio-Paluello, Aristoteles latinus : codices, Pars prior, Rome, 1939, n° 768 et Pars posterior, Cambridge, 1955, p. 129-130, 784, 794 et 1300, ont été vérifiées sur le manuscrit et au besoin corrigées. Pour l’identification des apocryphes aristotéliciens en cours au Moyen Âge, voir J. Kraye, W.F. Ryan, C.B. Schmitt dir., Pseudo-Aristotle in the Middle Ages, Londres, The Warburg Institute, 1986 (Surveys and Texts, XI) et C.B. Schmitt et D. Knox, Pseudo-Aristoteles Latinus. A Guide to Latin Works Falsely Attributed to Aristotle before 1500, Londres, The Warburg Institute, 1985 (Surveys and Texts, XII). La liste donnée dans le texte contient seize traités, alors que sa décomposition selon le critère d’authenticité en contient dix-sept : le deuxième de la liste est effectivement formé par la réunion de deux traités de nature différente, le De celo et le De mundo.

3 Aristote, Petits traités d’histoire naturelle, traduction et présentation par P.-M. Morel, Paris, Flammarion, (coll. Garnier-Flammarion), 2000.

4 Sur la bonne fortune réunit un chapitre de X Ethique à Eudème et un autre de la Grande Morale. Cet assemblage a été réalisé au xiiie siècle à partir du grec par un anonyme que la recherche récente tend à identifier à Guillaume de Moerbeke (communication de Pieter De Leemans à la Journée Incipit 2009 organisée par le centre Pierre-Abélard de Paris 4, qui se réfère aux travaux en cours de Valérie Cordonnier). Le montage ainsi opéré cherche à montrer que : « Le hasard heureux est un fait de nature, indépendant de la raison. » Quoique formé d’extraits de deux livres d’éthique, il s’insère malgré tout harmonieusement dans un ensemble de libri naturales.

5 L’enseignement des disciplines à la Faculté des arts (Paris et Oxford, xiiie et xve siècles), O. Weijers et L. Holtz dir., Brepols, Turnhout, 1997 (coll. « Studia Ardstarum », 4), section IV, Le nouvel Aristote ; L. Rianchi, Censure et liberté intellectuelle à l’université de Paris ( xiiie- xive siècles), Paris, Les Belles Lettres (coll. « L’âne d’or »), 1999, 2e partie, Aristote à Paris, 1210-1336, plus spécialement le chap. 1. On prendra garde au livre de Catherine Köning-Pralong dont le contenu ne correspond pas au titre mais au sous-titre : C. Kôning-Pralong, Avènement de l’aristotélisme en terre chrétienne. L’essence et la matière : entre Thomas d’Aquin et Guillaume d'Ockham, Paris, Vrin, 2005 (coll. « Études de philosophie médiévale »),

6 Ch. de Hamel, Une histoire des manuscrits enluminés, Paris, Phaidon, 1995, chapitre IV, « Des livres pour des étudiants » et p. 160. formé d’extraits de deux livres d’éthique, il s’insère malgré tout harmonieusement dans un ensemble de libri naturales.

7 Sur cette terminologie, voir le glossaire aux p. 216-217 d’O. Pächt, L’enluminure médiévale. Une introduction, traduit de l’allemand par J. Lacoste, préface de F. Avril, Paris, Macula, 1997.

8 Sur l’importance et le sens de ces prolongements, voir M. Camille, Images dans les marges. Aux limites de l’art médiéval, traduit de l’anglais [Image on the Edge : The Margins of Medieval Art, 1992] par B. et J.-C. Bonne, Paris, Gallimard (coll. « Le temps des images »), 1997.

9 T. Suarez-Nani, Les anges et la philosophie, Paris, Vrin, 2002 (coll. « Études de philosophie médiévale »), chapitre 1.

10 O. Pächt, op. cit. n. 7, p. 217.

11 J. Jolivet, « Les principes féminins dans la Cosmographia de Bernard Silvestre », dans L'homme et son univers au Moyen Age. Actes du VIIe congrès international de philosophie médiévale (30 août-4 septembre 1982), Ch. Wenin dir., Louvain-la-Neuve, Éditions de l’Institut supérieur de philosophie, 1986, p. 296-305 (302-305), repris dans Id., Philosophie médiévale arabe et latine, Paris, Vrin, 1995, p. 269-278 (275-278), où, par le jeu d’une allitération entre gramen et gremium et de la désinence –ision, Gramision est compris comme étant « un petit gremium, par différence avec le grand gremium de Silva » – Silva étant « “une matrice infatigable” à la contenance sans limites [...], mère du Monde [...] et “nourrice du Monde enfant” » (p. 298 ou 271).

12 A. Weir et J. Jerman, Images of Lust. Sexual Carvings on Medieval Churches, Londres, Routledge, 1999 (1re éd. 1986). Je ne connais pas une étude équivalente pour les enluminures. Pour une approche globale, on peut aussi se reporter à D. Jacquart et Cl. Thomasset, Sexualité et savoir médical au Moyen Age, Paris, PUF (coll. « Les chemins de l’histoire »), 1985 et à B. Ribemont, Sexe et amour au Moyen Age, Paris, Klincksieck (coll. « 50 questions », 36), 2007.

13 P. Riche et D. Alexandre-Bidon, L’enfance au Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil/Bibliothèque nationale de France, 1994.

Indice delle illustrazioni

Legenda Aristote, Traités et opuscules, 6, De sensu et sensato, xiiie-xive siècle.© Bibliothèque municipale de Tours, ms 679, f. 166v. © CNRS-IRHT.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/17688/img-1.jpg
File image/jpeg, 328k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search