Version classiqueVersion mobile

Les Parva naturalia d’Aristote

 | 
Pierre-Marie Morel
, 
Christophe Grellard

Secundum viam naturae et doctrinae

Lire le De motu animalium et les Parva naturalia d’Aristote au Moyen Âge

Pieter De Leemans

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 J. Barthélemy-Saint-Hilaire, Psychologie d’Aristote. Opuscules (Parva naturalia). Traduits en fran (...)

1Si l’on compare la traduction en français des Parva naturalia d’Aristote faite en 1847 par J. Barthélemy-Saint-Hilaire avec des éditions et traductions plus récentes, on remarque que le contenu n’est pas identique. Barthélemy a ajouté un texte, auquel il a donné une place entre le traité sur la divination et celui sur la longévité, le traité « Du principe général du mouvement dans les animaux », comme il appelle le De motu animalium1.

2Barthélemy offre deux arguments pour justifier cette insertion. Tout d’abord, il remarque que le De mot. an. « est destiné à compléter les théories du Traité de l’âme sur la locomotion (Traité de l’âme, III, ix), comme les précédents <i.e. De sens., De mem., De som., De ins., De div.> complétaient les théories sur la sensibilité ». Deuxièmement, il dit que toute la tradition interprétative, sauf Michel d’Éphèse, a mis le texte à la suite du De div. Parce que cette tradition est « sans doute fort ancienne », continue-t-il, « l’édition de Berlin a eu tort de le rejeter dans l’histoire naturelle auprès du Traité de la marche des animaux ».

  • 2 J. Barthélemy, ibid., p. I.

3Apparemment, Barthélemy se réfère ici non seulement aux commentateurs grecs mais aussi à la tradition interprétative latine du Moyen Âge et de la Renaissance. Au début du volume il remarque que « le recueil que les Commentateurs latins ont appelé Parva naturalia est formé par neuf opuscules2 », tandis que l’index mentionne Albert le Grand, Thomas d’Aquin, Pierre d’Auvergne et Nicolo Leonico Tomeo, qui sont les auteurs d’écrits très influents sur les Parv. nat.

4Dans la présente contribution, nous nous proposons d’examiner de plus près cette tradition latine évoquée par Barthélemy et de voir si elle confirme l’ordre des Parv. nat. qu’il a adopté. Nous ferons une distinction entre la période avant 1260 et la période après cette date. C’est environ à cette date que Guillaume de Moerbeke a traduit le De mot. an. Avant cette date, le texte était, pour la plus grande partie, inconnu des lecteurs médiévaux, tant arabes que latins. Nous étudierons donc surtout la période après la réalisation de cette traduction, devenue très populaire. Dans la première partie, nous nous limiterons à quelques remarques concernant deux auteurs, Averroès et Albert le Grand. Dans la deuxième partie, nous discuterons d’abord la tradition de la traduction moerbekéenne à l’université de Paris. Ensuite, nous présenterons deux manières d’ordonner les Parv. nat., proposées par Thomas d’Aquin et Jean de Jandun d’une part, et Pierre d’Auvergne – au moins dans ses commentaires littéraux sur les Parv. nat. –, d’autre part. Dans nos considérations finales, nous examinerons si ces théories correspondent aussi aux pratiques des commentateurs.

  • 3 P.-M. Morel, « Aristote. Parva naturalia. Tradition grecque », dans R. Goulet dir., Dictionnaire d (...)

5Avant d’entamer notre exposé, quelques remarques doivent être faites. Comme cela apparaîtra, la fortune du De mot. an. au Moyen Age est liée à celle d’un autre traité d’Aristote sur le mouvement, le De incessu animalium (que les médiévaux connaissaient sous le titre De progressu animalium). Par conséquent, ce traité figurera aussi dans notre exposé. En revanche, nous n’aborderons pas la question du lien qu’Aristote lui-même envisageait entre le De mot. an. et les Parv. nat. Ce lien a été étudié récemment par plusieurs auteurs, qui en ont souligné la force et parfois plaidé en faveur de son authenticité3. Signalons aussi que nous utiliserons « Parv. nat. 1 », pour référer à l’ensemble de De sens., De mem., De som., De ins., De div., et « Parv. nat. 2 », pour référer aux De long., De iuv., De resp., De vit.

AVANT (CA) 1260

Averroès

  • 4 Dans son commentaire sur le De animations, Ibn Bājja († 1183) mentionne deux livres sur le mouveme (...)
  • 5 Comme dans le De partibus animalium ; voir P. Louis, Marche des animaux. Mouvement des animaux. In (...)

6Les Arabes ne possédaient pas le texte intégral du De mot. an. ni du De inc. an. Toutefois, ils semblent avoir été conscients du fait qu’Aristote avait écrit deux traités sur le mouvement local4. Ils dérivaient cette connaissance pour une part des références dans d’autres traités aristotéliciens qu’ils avaient à leur disposition5. Dans son commentaire sur le De anima, Averroès témoigne qu’il disposait aussi d’une abréviation d’un traité sur le mouvement des animaux de la main d’un certain « Nicolaus » – à identifier avec le florilège (perdu) de Nicolaus Damascenus – et qu’il utilisait ce texte faute du traité originel :

  • 6 Averroès, In De an., III, 54, FS. Crawford éd., Averrois Cordubensis Commentarium Magnum in Aristo (...)

Et ideo oportet querere ea per que fit iste motus ubi loquitur de actionibus communibus anime et corpori, idest in parte Scientie Naturalis in qua loquitur de istis actionibus communibus, ut sompno et vigilia. Et ipse locutus fuit de hoc in tractatu quern fecit de Motu Animalium, sed iste tractatus non venit ad nos, se quod transferebatur ad nos fuit modicum de abbreviatione Nicolai6.

  • 7 Averroès cite aussi le De motu animalium dans les passages suivants, provenant des commentaires su (...)

7Bien que la description « un traité sur le mouvement des animaux » seule pourrait bien s’appliquer à chacun des deux traités sur le mouvement, le contexte de ce passage nous apprend qu’il s’agit du De motu animalium. En effet, Averroès y parle des causes du mouvement chez les animaux, comme le désir, ce qui est l’un des sujets principaux du De mot. an.7. Pour notre propos, il est important de noter qu’Averroès relie le contenu du De mot. an. à celui des traités discutant les « actions communes à l’âme et au corps ». Il s’agit évidemment des Parva naturalia, comme l’illustre l’exemple cité du De somno et vigilia.

  • 8 Cité par R. A. Gauthier, Sancti Thomae de Aquino. Sentencia libri De sensu et sensato cuius secund (...)

8Une pareille relation ressort d’un passage du commentaire sur les Météores, où Averroès discute l’ordre des livres d’Aristote. Le traité qu’Aristote a écrit sur le mouvement local y est énuméré après Parv. nat., 1 : comme ceux-ci, le De mot. an. est dit de concrétiser les théories générales exposées dans le De an8.

  • 9 Concernant ce florilège, voir C. Di Martino, « Parva naturalia. Tradition arabe », dans R. Goulet,(...)
  • 10 Averroès, In Parv. nat. (A.l. Shields, H. Blumberg éd., ibid., p. 3) : Et universaliter scrutabitu (...)

9Finalement, l’introduction du livre De sensu et sensibili elle aussi confirme le lien qu’Averroès établit entre le De mot. an. et les Parv. nat. Contrairement à ce que son titre suggère, ce livre est une paraphrase non seulement du De sens. mais aussi de tout Parv. nat. 1 ainsi que du De long9. Il se divise en trois traités : le premier traité discute le De sens., le deuxième De mem., De som., De ins., De div., le troisième le De long. Dans l’introduction, Averroès décrit le sujet des Parv. nat. comme « les facultés que possèdent les animaux dans la mesure où ils possèdent une âme ». Une des facultés qu’il mentionne est le mouvement10.

  • 11 Comme le fait remarquer Rashed, op. cit. n. 3, p. 196.

10Tous ces passages confirment le lien « naturel » qu’Averroès établit entre le sujet du De mot. an. et celui des Parv. nat. En revanche, la question de la place que De mot. an. aurait eue dans l’ensemble des Parv. nat. n’a pas de réponse. Le fait qu’Averroès ainsi que d’autres auteurs arabes utilisent un seul titre pour référer à l’ensemble de Parv. nat. 1 et Parv. nat. 2 montre qu’ils considéraient les textes que nous appelons les Parv. nat. comme une unité. Toutefois, non seulement il n’est pas clair que cette unité remonte à une tradition grecque ou au traducteur arabe11, mais encore on ne peut pas savoir si les Arabes l’auraient maintenue s’ils avaient connu le texte intégral du De mot. an.

  • 12 C’est ce qui est suggéré par Rashed, op. cit. n. 3, p. 196 : « Il n’est pas exclu, dès lors, que l (...)

11Remarquons encore que le florilège des Parv. nat. a trouvé une large audience. Il en existe, entre autres, une traduction latine de la main de Michel Scot qui a été fréquemment utilisée par le Moyen Âge latin. On peut donc se demander si l’ordonnance des Parv. nat. (c’est-à-dire, Parv. nat. 1, Parv. nat. 2, sans Mot. an. au milieu) que présente le florilège a influencé le concept latin des Parv. nat.12, ce qui contredirait la thèse de Barthélemy citée au début de cette contribution. La réponse à cette question n’est pas univoque, comme nous le montrerons ci-après.

Albert le Grand

  • 13 Une exception possible est le De sensu, traduit par un traducteur anonyme. G. Galle, « Editing the (...)

12Tandis que les Parv. nat. ont été traduits du grec en latin au xiie siècle par différents traducteurs13, ce n’est pas le cas pour le De mot. an. ni pour le De inc. an., qui restaient, comme chez les Arabes, largement inconnus. Je ne discute pas quelques exceptions mineures à l’ignorance latine, et je passe immédiatement à l’un des plus grands philosophes du xiiie siècle, Albert le Grand. Albert est important pour notre exposé parce qu’il a écrit deux textes sur le mouvement des animaux : d’une part, le De motibus animalium, d’autre part, le De principiis motus processivi. Ces deux textes sont pourtant fondamentalement différents.

  • 14 P. Hossfeld, Alberti Magni Physica. Pars I Libri 1-4, « Sancti Alberti Magni Opera Omnia », Tomus (...)
  • 15 Cf. J.A. Weisheipl, « Albert’s Works on Natural Science (“libri naturales”) in Probable Chronologi (...)

13Le De motibus animalium n’est pas une paraphrase d’un texte aristotélicien, mais un traité original de la main d’Albert. Il n’est pas une oeuvre isolée mais fait partie d’une série de paraphrases et traités connus sous le titre de Parva naturalia, titre générique qu’Albert n’utilise pas. Toutefois, l’unité (relative) de cette collection est claire dans la classification des sciences de la paraphrase de la Physique·, les textes qui figurent dans les Parva naturalia y sont dits appartenir à la deuxième partie de la science de l’âme, c’est-à-dire, à celle dans laquelle les fonctions que l’âme a dans le corps, sont discutées14. Si l’on examine les introductions de ces traités eux-mêmes, l’ordre suivant s’impose15 :

De nutrimento et nutribili (traité original)

De sensu et sensato (paraphrase du -)

De memoria et reminiscentia (paraphrase du -)

De intellectu et intelligibili (traité original)

De somno et vigilia (paraphrase de De som., De ins. et De div.)

De spiritu et inspiratione (paraphrase du De differentia spiritus et animae)

De motibus animalium (traité original)

De iuventute et senectute (traité original)

  • 16 Dans le corpus vetustius, le De long, était connu sous le titre De morte et vita. Comme nous le ve (...)

De morte et vita (paraphrase du De long.)16

14L’originalité de ce corpus se situe d’abord au niveau de sa composition. On remarque qu’Albert a ajouté plusieurs textes qui ne figurent pas dans les Parv. nat. traditionnels : non seulement le De motibus animalium, mais aussi un traité sur la nourriture et sur l’intellect. Surtout la présence de ce dernier traité est remarquable. Comme nous le verrons, d’autres philosophes médiévaux vont exclure expressément ce sujet des Parva naturalia. Albert lui aussi se rend compte de la différence ontologique entre l’intellect et les autres puissances de l’âme. Sa raison d’inclure un traité sur ce sujet avant le De som. est d’ordre pédagogique :

  • 17 Albert le Grand, De intellectu et intelligibili, I, 1, Borgnet éd., 1890, p. 478.

Sed quia nequaquam interpretatio, et natura ejus bene determinabilis est, nisi prias scito de intellectu et intelligibili, ideo oportet nos hic interponere scientiam de Intellectu et intelligibili, licet intelligere animae humanae sit proprium praeter corpus17.

  • 18 Connu aussi sous le titre De aetate.
  • 19 Éd. provisoire sur Aristoteles Latinus Database 2, Turnhout, Brepols, 2006.

15Mis à part ces traités qui sont clairement des additions, il y a deux autres textes dont le titre sonne très aristotélicien mais qui ne sont pas des paraphrases d’un texte du Stagirite. Il s’agit du De spiritu et inspiratione – qui est en fait une paraphrase non pas du De resp. mais du De differentia spiritus et animae de Costa-ben-Luca – et le De iuventute et senectute18. Pourtant, les derniers textes de Parv. nat. 2 avaient été traduits par Jacques de Venise au xiie siècle, mais la diffusion de cette traduction était très limitée – elle n’est conservée à présent que dans quatre manuscrits19.

16L’originalité des Parva naturalia d’Albert se situe aussi au niveau de sa structure. Albert n’a pas hésité à interrompre le « canon » des Parva naturalia, tel qu’il était paraphrasé par Averroès, par des textes nouveaux. Parv. nat. 1 est précédé par le De nutrimento et nutribili – le De sensu ne suit donc pas immédiatement le De anima. En outre, il est divisé en deux parties par le De intellectu et intelligibili. Entre Parv. nat. 1 et De long, se trouvent insérés les trois traités « pseudo-aristotéliciens », De spiritu et respiratione, De motibus animalium et De iuventute et senectute.

17Quant à l’ordre interne des quatre derniers textes, il est frappant que le De spiritu et respiratione ne soit pas associé aux De iuventute et senectute et De vita et morte, comme dans Parv. nat. 2, mais au De motibus animalium. La raison pour cette connexion est formulée de manière explicite dans les premières lignes du De spiritu :

  • 20 Albert le Grand, De spiritu et respiratione, Borgnet éd., op. cit., n. 1 5, p. 213.

Ideo secundum convenientiam naturae prius de inspiratione et respiratione dicendum est quam de motu secundum locum qui competit animalibus. Est autem etiam primus motus secundum locum qui apparet in corpore animate, motus spiritus : propter hoc etiam de motu spirationis sermo, sermoni de Motibus animalium est anteponendus20.

  • 21 Voir aussi la classification des sciences dans la Physique d’Albert, où la respiration est considé (...)

18La respiration n’est donc pas considérée comme une manière de refroidir le corps afin de préserver la vie, mais comme un type basique de mouvement local21. Le De iuventute et senectute et le De morte et vita, en revanche, sont considérés comme complémentaires ; parce que les fonctions de l’âme ne sont pas infinies, selon Albert, il faut terminer par une discussion de leurs limites :

  • 22 Albert le Grand, De iuventute et senectute, I, 1, A. Borgnet éd., op. cit., n. 15, p. 305-306.

Jam explevimus omnia quae de passionibus et operibus animae videbantur esse dicenda, sive essent animae propria, sive etiam essent communia animae et corpori, secundum omnem rationem communitatis. Quia tamen virtutes hujus non sunt infinitae, ut in primo Caeli et Mundi probatum est, ideo adhuc nos oportet quaerere de initio et statu et declinatione harum virtutum, et de fine quern habent secundum naturam. Et ideo adjungemus omnibus habitis adhuc duos libros, quorum primum de Juventute et Senectute vocant Peripatetici, in quo de incremento et statu et declinatione virtutum et operationum animae in corpore determinaverunt Antiqui. Secundum autem de Causis longioris et brevioris vitae vocaverunt, in quo consideraverunt causas fruitionis operum et virtutum animae in corpore, in omnibus viventibus22.

  • 23 Le De iuv. n’est pas nommé explicitement dans la Physique.

19Si l’on compare l’ordonnance de l’ensemble des Parva naturalia avec la division des sciences qu’Albert offre dans la Physique, la différence est remarquable. Dans la Physique, l’ordre des textes résulte de la hiérarchie des facultés de l’âme et de leurs fonctions. Après le De long., qui discute la fonction qui résulte de la substance de l’âme elle-même, c’est-à-dire la vie23, viennent les traités qui discutent l’âme nutritive, l’âme sensible – dont les fonctions sont sentir et mouvoir – et l’âme intellective. Dans le De intellectu et intelligibili, Albert explique pourquoi il n’a pas respecté cet ordre hiérarchique en écrivant ses Parva naturalia – ce passage fait suite à celui cité ci-dessus :

  • 24 Albert le Grand, De intellectu et intelligibili, I, 1, A. Borgnet éd., op. cit., n. 15, p. 478.

Attendimus enim, sicut saepe protestati sumus, principaliter facilitatem doctrinae : propter quod magis sequimur in traditione librorum naturalium ordinem quo facilius docetur auditor, quam ordinem rerum naturalium. Et hac de causa non tenuimus in exsequendo libros ordinem quern praelibavimus in prooemiis nostris, ubi divisionem librorum naturalium posuimus24.

20Albert fait ici une distinction nette entre l’ordre de la nature et l’ordre d’enseignement. L’enseignement doit tenir compte de la meilleure façon pour réaliser un transfert de connaissances ; cette façon peut diverger de la structure de la nature elle-même. Comme nous le verrons ci-dessous, la relation entre l’ordre de la nature et l’ordre de l’enseignement sera aussi discutée par Thomas d’Aquin et Pierre d’Auvergne.

21Le deuxième traité qu’Albert a consacré à la problématique du mouvement local est intitulé De principiis motus processivi. Contrairement au De motibus animalium, ce n’est pas une oeuvre originale mais une paraphrase du De mot. an. Après avoir écrit le De motibus animalium, Albert avait découvert, pendant un de ses voyages, une traduction latine du texte aristotélicien. Cette découverte est rapportée comme suit :

  • 25 B. Geyer éd., Alberti Magni Liber de natura et origine animae. Liber de principiis motus processiv (...)

De modo ergo huius motus, licet iam in libro De motibus animalium hoc quod sensimus, tradiderimus, tamen quia postea in Campania iuxta Graeciam nobis agentibus pervenit ad manus nostras libellas Aristotelis De motibus animalium, etiam hic ea quae tradidit, interponere curavimus, ut sciatur, si in aliquo ea quae ex ingenio proprio diximus, deviant a Peripateticorum principis subtilitate25.

  • 26 B. Geyer éd., ibid., p. XXIV-XXVI.
  • 27 P. De Leemans éd., De progressa animalium. Translatio Guillelmi de Morbeka ; De motu animalium. Fr (...)

22Albert dit ici explicitement que son De motibus animalium était une œuvre personnelle qu’il peut confronter maintenant avec le texte d’Aristote lui-même. Mais quel texte a-t-il trouvé ? B. Geyer a montré qu’il ne s’agissait pas de la traduction de Guillaume de Moerbeke, que nous discuterons après26. C’était en revanche une autre traduction qui n’est pas conservée et qui n’a laissé des traces que dans la paraphrase d’Albert. La reconstruction que nous avons entamée27 a montré qu’il s’agissait d’une traduction faite du grec sur la base d’un manuscrit grec particulier, caractérisé par un grand nombre de fautes et provenant de l’Italie du Sud (ce qui confirme l’indication géographique in Campania iuxta Graeciam). Ces particularités expliquent les interprétations parfois peu orthodoxes qu’offre Albert du texte aristotélicien.

  • 28 À la fin du deuxième livre du De intellectu et intelligibili, on lit (texte cité dans H. Anzulewic (...)

23La place de ce texte dans l’œuvre d’Albert est quelque peu compliquée. Dans l’autographe, conservé à Cologne, le texte fait physiquement partie de son De animalibus. Cette œuvre immense se compose d’une paraphrase de la traduction de Michel Scot des trois œuvres zoologiques majeures d’Aristote (Hist. an., De part. an., De gen. an.), d’un bestiaire, ainsi que de quelques textes plus courts. La paraphrase du De mot. an. s’y trouvait originellement après le De natura corporum animalium et avant le Deperfectis et imperfectis animalibus. Toutefois, l’insertion dans ce contexte zoologique n’était pas définitive : Albert était encore en train d’écrire l’autographe quand il décida d’en retirer deux textes, le De natura et origine animae et le De principiis motus processivi. La question, pourtant intéressante, sur la place que ces livres ont obtenue à ce moment ne fait pas l’objet de la présente étude28.

  • 29 L’observation de M. Rashed, op. cit., n. 3, p. 191-193 et p. 201, que la tradition grecque « trans (...)

24Résumons. Comme pour Averroès, et peut-être sous l’influence de celuici, Albert le Grand voyait une relation naturelle entre le sujet du De mot. an. et les Parv. nat., exprimée par la création d’un De motibus animalium comme partie intégrante de ses Parva naturalia. À l’occasion de la découverte du texte originel, il semble avoir hésité. Ne fallait-il pas plutôt considérer le De mot. an. comme un traité zoologique ? C’est au moins ce que suggère l’insertion initiale du De principiis motus processivi dans l’autographe du De animalibus. L’extraction précoce montre que la réponse finale d’Albert était négative. À l’université de Paris, en revanche, cette ambiguïté – qu’on trouve aussi reflétée dans la tradition grecque (tardive) du De mot. an.29 – se rencontre de nouveau.

APRÈS (CA) 1260

Guillaume de Moerbeke à Paris

  • 30 P. De Leemans éd., op. cit., n. 27.

25La traduction du De mot. an. par Guillaume de Moerbeke († 1286), faite en (ca) 1260, est bien documentée. Il en existe environ 170 manuscrits. Ces manuscrits se divisent en trois groupes qui représentent autant de stades successifs de la traduction. En effet, comme très souvent, Moerbeke semble avoir révisé sa propre traduction à un moment postérieur. Pour cette révision, Moerbeke avait à sa disposition un témoin assez exceptionnel, appartenant à une branche de la tradition grecque qui n’a été utilisée par aucun éditeur moderne du texte grec. Moerbeke est aussi l’auteur de Punique traduction médiévale du De inc. an., faite vers le même moment. Celle-ci est conservée dans une centaine de manuscrits. Ici, les divers stades de la traduction sont plus difficiles à discerner, même si l’on trouve des traces d’une ou plusieurs révisions postérieures30.

26Si tant de manuscrits ont été conservés de ces deux traductions, ceci résulte du fait qu’elles circulaient à l’université de Paris en forme d’exemplar et pecia. Un exemplar était un texte officiel, approuvé par les autorités universitaires et mis à la disposition des scribes par des libraires (statio-narii). L’exemplar était divisé en plusieurs pièces (peciae), plusieurs cahiers, qui étaient numérotées et qu’on pouvait emprunter moyennant un paiement et copier l’une après l’autre.

  • 31 De ins. et De div. ne sont pas mentionnés dans le cartulaire parce que les médiévaux les considéra (...)
  • 32 Pour la diffusion des traductions de Guillaume de Moerbeke à Paris par exemplar et pecia, voir P. (...)

27Un des documents les plus informatifs concernant la diffusion des œuvres d’Aristote par voie d’exemplar à l’université de Paris est une liste de taxations du libraire André de Sens, qui date de 1304. Cette liste nous apprend qu’un exemplar pourrait contenir un seul texte assez long, comme la Métaphysique, ou bien regrouper plusieurs textes. Cette dernière situation se présente pour le De anima, qui était combiné avec Parv. nat. 1 dans un exemplar composé de 12 pièces (« Item in Sensu et Sensato et De anima, De memoria et reminiscentia, De Somno et vigilia »)31. En outre, le De mot. an. est dit d’être combiné avec d’autres petits traités (« Item De motibus animalium et aliorum parvorum ») dans un exemplar de 27 pièces. Toutefois, l’information que nous donne la liste de 1304 n’est pas complète. D’une part, il y a plusieurs textes qui ne sont pas nommés explicitement, comme Parv. nat. 2 ou le De inc. an. D’autre part, la liste ne reflète que les exemplaria d’André de Sens ; pour chaque texte dont la tradition textuelle a été étudiée, on a relevé l’existence d’un autre exemplar, souvent avec une composition fort différente32.

28Examinons alors la position des deux traités sur le mouvement des animaux dans les exemplaria parisiens. Cette position était assez exceptionnelle, parce que le De mot. an. et le De inc. an. se trouvaient dans deux exemplaria – et non pas dans un exemplar, comme d’habitude. Cette double position révèle d’une certaine manière la même ambiguïté que pressentait Albert le Grand concernant la place du De mot. an. : traité zoologique ou partie des Parv. nat. ?

  • 33 La composition de cet exemplar a été étudiée par P. Beullens, F. Bossier, De historia animalium. T (...)

29Le premier exemplar dont ils faisaient état est celui décrit dans la liste de 1304 comme « Item De historiis animalium xxxviii pec’ »33. Ceci contenait les œuvres suivantes dans un ordre fixe :

De historia animalium

De incessu animalium

De motu animalium

De partibus animalium

De generatione animalium

30L’ordre des trois textes majeurs (De hist. an., De part. an., De gen. an.) est identique à celui du De animalibus de Michel Scot. L’insertion des textes sur le mouvement dans ce contexte était probablement inspirée par le fait que toutes ces œuvres ont animalium dans leur titre. Leur ordre interne (De inc. an., De mot. an.) était sans aucun doute le résultat du fait qu’Aristote dit au début du De mot. an. (698a 1-4) qu’il vient de parler des modes de locomotion de chaque genre – ce qui est souvent interprété comme une référence au De inc. an. Leur place entre De hist. an. et De part. an. est plus difficile à expliquer. L’insertion après De hist. an. pourrait être le résultat du fait qu’Aristote réfère à ce texte à la fin du premier chapitre du De inc. an. (704b 10). En revanche, à la fin du De inc. an., Aristote fait une allusion aux parties du corps en général (714b 20-21), tandis qu’à la fin du De mot. an. il dit qu’il a parlé des causes des parties de chaque animal et qu’il reste à parler de la génération (704a 3-b 3). N’aurait-il donc pas été préférable de les insérer entre De part. an. et De gen. an. ? Or, à la fin du De part. an. aussi, la génération est annoncée comme le sujet suivant, tandis que le début du De gen. an. réfère explicitement au De part. an. Peut-être le lien entre ces deux textes était considéré trop fort pour l’interrompre avec les nouveaux arrivants, tandis que la référence au De gen. an. à la fin du De mot. an. ne permettait pas de les placer à la fin du corpus zoologique.

31Le De inc. an. et le De mot. an. figuraient aussi dans un autre exemplar, « Item De motibus animalium et aliorum parvorum xxvii pec’ ». La composition exacte de cet exemplar est peu certaine ; pour notre propos, il suffit de savoir qu’il contenait aussi Parv. nat. 2. Qui plus est, le De mot. an. y précédait immédiatement Parv. nat. 2 : ces textes étaient écrits consécutivement sur une série de cinq pièces. Dans cette série, la fin d’une pièce ne coïncidait pas avec la fin d’un texte : la deuxième pièce, par exemple, contenait la fin du De mot. an., le De long. en entier, ainsi que le début du De iuv. Apparemment la personne responsable de la composition de l’exemplar considérait ces textes comme étant complémentaires. En revanche, le De inc. an. ne faisait pas partie de cette série de pièces, mais était écrit sur deux pièces indépendantes.

32Une dernière constatation concerne Parv. nat. 1 : comme nous l’avons remarqué avant, ceux-ci ne figuraient pas dans l’exemplar « Item De motibus... », mais étaient associés au De anima dans un autre exemplar. Toutefois, la séparation des Parv. nat. en deux parties était moins absolue que l’on pourrait le penser, parce que les copistes combinaient souvent plusieurs exemplaria afin d’offrir toute la philosophie naturelle d’Aristote dans un manuscrit. Dans ce cas, l’exemplar avec le De an. et Parv. nat. 1, d’une part, et le « De motibus animalium et aliorum parvorum » étaient normalement copiés l’un après l’autre. Dans ces manuscrits, le De mot. an. figure donc tout au milieu des Parv. nat. modernes.

  • 34 Il s’agit d’un exemplar dérivé, qui était fondé sur les exemplaria d’André de Sens.
  • 35 Cf. P. Beullens, P. De Leemans, op. cit. n. 32,pace R.A. Gauthier, Sancti Thomae de Aquino. Senten (...)

33Si l’on examine la relation entre le De mot. an. et les Parv. nat. dans les exemplaria autres que ceux d’André de Sens, la situation est très différente. Le lien matériel entre le De mot. an. et Parv. nat. 2 n’y existait pas (ou mieux : ne plus34). En revanche, l’unité matérielle et doctrinale entre Parv. nat. 1 and Parv. nat. 2 était établie : non seulement, ils étaient regroupés dans le même exemplar, mais en plus ils étaient écrits sur neuf pièces consécutives35. Pour sa part, le De mot. an. formait en soi-même une unité de deux pièces. Sa place pouvait donc varier : parfois il était copié après le De vit., mais ceci n’était pas l’ordre obligatoire. Pour ce qui concerne le De inc. an., la situation restait identique à celle de l’exemplar d’André de Sens : ici aussi, le texte était écrit sur deux pièces indépendantes.

34La présence du De mot. an. et du De inc. an. dans les exemplaria parisiens révèle donc les caractéristiques suivantes. Tout d’abord, une position ambiguë : ils n’étaient pas seulement associés aux œuvres zoologiques mais aussi à une collection de petits traités, parmi lesquels Parv. Nat. 2. Ensuite, dans l’exemplar d’André de Sens, un lien très fort, matériel entre De mot. an. et Parv. nat. 2 (mais non pas De inc. an.), et, dans les manuscrits qui offrent une combinaison de plusieurs exemplaria, la position du De mot. an. entre Parv. nat. 1 et Parv. nat. 2. Cet ordre correspond donc à celui proposé par Barthélemy-Saint-Hilaire. Finalement, la disparition de cette connexion privilégiée dans l’exemplar dérivé et la formation du « canon » des Parv. nat. est parallèle à l’ordre chez Averroès. Nous reviendrons sur ces éléments dans ce qui suit.

Thomas d’Aquin, Pierre d’Auvergne, Jean de Jandun

  • 36 R.A. Gauthier, Saint Thomas d’Aquin. Somme contre les Gentils. Introduction, « Philosophie europée (...)

35Thomas d’Aquin semble avoir été le premier utilisateur de la traduction du De mot. an. de Guillaume (dans sa Summa contra Gentiles, écrite entre 1260 et 126436). Pour déterminer comment il définit la relation entre les Parv. nat., De mot. an. et De inc. an., l’introduction de sa Sentencia libri De sensu et sensato s’avère très intéressante. Thomas y divise l’étude des êtres vivants en trois parties. La deuxième partie étudie « ce qui appartient à l’âme envisagée d’une manière concrète, c’est-à-dire en relation avec le corps ». Pour établir le contenu exact de cette partie, il réfère d’abord aux quatre degrés parmi les êtres vivants (gradus viventium) : ceux qui possèdent seulement la partie nutritive de l’âme (sc. les plantes), ceux qui possèdent aussi la partie sensitive sans le mouvement progressif (les « animaux imparfaits », e.g. les coquillages), ceux qui possèdent en outre le mouvement progressif et, finalement, ceux qui possèdent aussi l’intellect. Il remarque que l’intellect n’est l’acte d’aucune partie du corps et qu’on ne peut donc pas l’étudier en relation avec le corps. Par conséquent, la deuxième partie de l’étude des êtres vivants est divisée en trois parties qui correspondent aux trois autres degrés. Thomas continue en spécifiant dans quels traités aristotéliciens ces sujets sont abordés.

  • 37 R.A. Gauthier, op. cit., n. 8, p. 4-7 ; notre paraphrase est fondée sur la traduction française de (...)
  • 38 Le fait d’avoir réuni dans un seul livre le De sens. et le De mem. est, selon Gauthier, op. cit., (...)
  • 39 Thomas ne mentionne pas explicitement le De ins. ni le De div., parce qu’il les considérait comme (...)

36Thomas dit d’abord dans quels textes Aristote a parlé du vivant en tant que vivant. Il commence avec les textes de Parv. nat. 2, d’abord l’ensemble du De iuv., De resp., et De vit. – il les considère comme un seul livre intitulé « De morte et vita » – et après le De long. En outre, il ajoute deux textes, le De sanitate et egritudine et le De nutrimento et nutribili, « qui duo libri apud nos nondum habentur37 ». Le vivant en tant qu’il meut est dit d’être discuté en deux livres, De mot. an. et De inc. an. Finalement, les facultés sensitives sont discutées dans De sens., le De mem. – qui est considéré comme une partie du De sensu38 – et De som.39

  • 40 Thomas D’aquin, In De sens. Gauthier éd., op. cit., n. 8, p. 6-7 : Set quia oportetper magis simil (...)

37Notons que Thomas ne respecte pas ici l’ordre des trois degrés des êtres vivants : il mentionne d’abord les traités sur le mouvement local et finit par ceux qui discutent l’âme sensitive. Cette inversion n’est pas accidentelle, semble-t-il. Thomas continue en disant qu’il faut procéder des choses semblables à des choses moins semblables. C’est ce principe qu’on doit suivre afin d’obtenir un ordre rationnel. Le De an. – dans lequel l’âme est considérée en elle-même – doit être suivi par le traité dans lequel l’âme joue le rôle le plus significatif. Parce que l’acte de sentir appartient plus à l’âme qu’au corps, le De an. sera suivi par le De sens. (et le De mem. étant une partie de celui-ci). Ensuite viennent le De som., De ins. et De div., et les traités sur le mouvement. Parce que les traités qui discutent le vivant en tant que vivant concernent le plus la disposition du corps, ils clôtureront la série40.

  • 41 Les « Questions » sur Parv. nat. 1 sont éditées par K. White, Two Studies Related to St. Thomas Aq (...)
  • 42 Cf. P. De Leemans, ibid., p. 130.

38Le deuxième texte qui défend cet ordre des Parva naturalia est l’introduction des Questions sur le De sensu de Pierre d’Auvergne († 1304). Celui-ci a écrit des Questions sur les Parv. nat. 1 et (probablement) sur le De mot. an.41 En outre, il nous a laissé un commentaire littéral sur tous les Parv. nat. traditionnels sauf le De sens. et le De mem., et sur le De mot. an. Étant donné que Pierre a aussi complété d’autres œuvres de saint Thomas, il est très probable que ces commentaires littéraux visaient à compléter les commentaires de celui-ci sur le De sens. et le De mem.42

  • 43 Cf K. White, « St. Thomas Aquinas and The Prologue to Peter of Auvergne’s Quaestiones super De sen (...)
  • 44 K. White, ibid., p. 451.

39Il est peu surprenant que Pierre défende la même conception des Parv. nat. dans son introduction des Questions sur le De sens. que Thomas, puisque ce rexte est connu comme étant largement inspiré par les commentaires de Thomas sur le De sensu er la Physique43. L’influence de Thomas est, entre autres, claire du fait que Pierre discute aussi les quatre degrés des êtres vivants. Il y rapporte les textes d’Aristote et mentionne d’abord les Parv. nat. 2, puis le De mot. et le De inc. an., et à la fin les Parv. nat. 1, invertissant, comme Thomas, l’ordre des degrés. Enfin, il rejette cet ordre parce qu’il défend la nécessité de procéder avec le texte le plus semblable au De an. comme principe structurant. Signalons encore que Pierre utilise l’expression parvi libri naturales pour référer à l’ensemble de ces textes, et offre donc une attestation précoce, quoique quelque peu différente, du titre générique qui est devenu standard44.

  • 45 Jean de Jandun, In Phys., préface (éd. 1551) : Illa autem secundapars in qua consideratur de commu (...)
  • 46 Jean de Jandun, In Phys., préface (éd. 1551) : Unum est sine dubio quod librum de nutrimento et nu (...)

40On retrouve la même conception dans le commentaire sur la Physique de Jean de Jandun († 1328). Pour lui, les Parv. nat. englobent l’étude des propriétés communes à l’âme et au corps chez les êtres vivants. Cette étude est divisée en trois parties et est discutée in parvis libris naturalibus : 1) les propriétés communes au corps et à l’âme sensitive, discutées dans De sens., De mem. et De som. : 2) celles communes au corps et à l’âme en tant qu’elle possède la faculté motrice (De mot. an., De inc. an.) : 3) celles communes au corps et à l’âme nutritive (Parv. nat. 2, De nutrimento, De sanitate)45. Pour ce qui concerne le De nutrimento, Jean de Jandun remarque qu’on n’a pas de tel traité de la main d’Aristote ; toutefois, il spécifie qu’Aristote a parlé de la croissance dans le premier livre du De gen. et de la nutrition dans le deuxième livre du De an. En outre, il réfère explicitement au De nutrimento et nutribili d’Albert le Grand. Du De sanitate, il dit que ni Aristote ni d’autres philosophes fameux n’en ont parlé dans la mesure où il appartient à la philosophie naturelle seule, mais qu’Averroès a réuni beaucoup d’information dans son Colliget46.

41L’ordre des Parv. nat. défendu par ces textes est donc le suivant – pour Parv. nat. 2, qui ne sont énumérés ni par Thomas ni par Pierre, nous suivons le texte de Jean :

De sensu et sensato

De memoria et reminiscentia

« De somno et vigilia » (= De som., De ins., De div.)

De motu animalium

De incessu animalium

De longitudine et brevitate vitae

« De morte et vita » (= De iuv., De resp., De vit.)

De nutrimento et nutribili

De sanitate et aegritudine

42Pour notre propos, il est intéressant de noter que Thomas, Pierre et Jean considèrent non seulement De mot. an. mais aussi De inc. an. comme appartenant aux Parv. nat. Ils leur donnent une place entre Parv. nat. 1 et Parv. nat. 2 – ce qui était aussi la place qu’avait De mot. an. dans l’exemplar d’André de Sens. Jean n’offre aucune justification pour l’ordre qu’il propose. De ce que dit Thomas – et, inspiré par lui, Pierre –, il devient clair que le principe organisateur était la dissimilitude par rapport au De an. et le rôle croyant du corps, et non pas les trois degrés des êtres vivants. Comme Albert le Grand, Thomas refuse donc de suivre l’ordre de la nature en exposant les Parv. nat.

Pierre d’Auvergne (bis)

  • 47 Petrus de Alvernia, In De long. (M. Dunne éd., « T he Commentary of Peter of Auvergne on Aristotle (...)

43Si nous faisons abstraction de ses questions sur De sens., dont l’introduction est clairement calquée sur saint Thomas, Pierre d’Auvergne semble défendre un ordre différent des Parv. nat. Une première indication nous est fournie par l’introduction du commentaire sur le De long. Ici aussi, Pierre énumère les quatre degrés des êtres vivants, commençant avec les plantes et finissant avec l’homme, et les utilise comme point de départ pour distinguer les différentes propriétés du corps animé. Quand il spécifie dans quels traités Aristote discute ces propriétés, il adopte l’ordre inverse. Il exclut d’abord – tout comme Thomas – l’intellect comme sujet de la présente étude. Ensuite il spécifie que les propriétés du corps animé en tant qu’il est mobile sont discutées dans De mot. an. et De inc. an. Suit la considération de l’âme sensitive dans De sens., De som. (ce qui implique aussi De div. et De ins.) et De mem. (énumérés dans cet ordre). À la fin viennent les traités qui considèrent l’âme nutritive : l’ensemble du De iuv., De resp. et De vit. (= « De morte et vita »), le De sanitate et le De nutrimento, « qui libri nondum pervenerunt ad nos », et le De long.47 Contrairement à Thomas, il énumère donc les textes en respectant (à part l’inversion) les degrés des êtres vivants et n’ajoute aucune remarque sur un autre ordre des Parv. nat.

  • 48 Petrus de Alvernia, In De iuv. (1551), fol. 63va : Illae vero quae consecuntur vegetativum, sunt s (...)

44Dans son commentaire sur le De iuv., Pierre discute la question de l’organisation des Parv. nat. de manière plus explicite. Comme Jean de Jandun après lui, il définit l’objet général des Parv. nat. comme les « propriétés communes à l’âme et au corps ». De nouveau, Pierre utilise les quatre degrés des êtres vivants pour discuter les différentes propriétés et les textes dans lesquels elles sont traitées, mais cette fois-ci il s’exprime de manière très explicite en faveur de l’ordre qui en résulte. En enseignant cette matière (secundum doctrinam), Pierre dit qu’il est nécessaire de considérer d’abord les propriétés appartenant au degré végétatif, puis celles au degré sensitif, et finalement celles au degré mobile, parce que cet ordre correspond à la nature ainsi qu’à la doctrine d’Aristote48.

  • 49 Petrus de Alvernia, In De iuv. (1551), fol. 63vb : Primo consyderandum est de morte et vita, quia (...)
  • 50 Petrus de Alvernia, In De iuv. (1551), fol. 63vb : De nutrimento <autem> et nutribili, de sanitate et inf</autem> (...)

45Pierre revient explicitement sur le principe first things first quand il discute l’arrangement des traités consacrés à l’âme nutritive49 ; il propose de lire d’abord l’ensemble du De iuv., De resp. et De vit., puis le De nutrimento et nutribili, suivi par le De long., et finalement le De sanitate et infirmitate. Concernant le De nutrimento et le De sanitate, il offre deux hypothèses : ou bien Aristote n’a pas discuté ces sujets à part ou bien on ne possède pas ces traités. La référence à d’autres commentateurs qui ont composé des traités sur ces sujets est sans aucun doute à Albert le Grand50.

  • 51 Petrus de Alvernia, In De iuv. (1551), fol. 63vb : De sensibili secundum quod motivum est actu, et (...)

46Le texte confirme aussi que l’inversion du De som. et De mem. dans l’introduction du De long., mentionnée ci-dessus, n’était pas accidentelle. Quand Pierre parcourt les Parv. nat. consacrés à l’âme sensitive, il mentionne d’abord le De sens. Toutefois il ne continue pas avec le De mem. mais avec le De som. La raison pour cette inversion semble être le fait que le De som. discute les actions des sens externes, tandis que le De mem. discute celles d’un ou plusieurs sens internes51.

  • 52 Signalons aussi l’introduction des Questions sur le De caelo de Pierre d’Auvergne (G. Galle éd., P (...)

47Selon Pierre, les Parv. nat. se composent donc comme suit52 :

« De morte et vita » (= De iuv., De resp., De vit.)

De nutrimento et nutribili

De longitudine et brevitate vitae

De sanitate et aegritudine

De sensu et sensato

« De somno et vigilia » (= De som., De ins., De div.)

De memoria et reminiscentia

De motu animalium

De incessu animalium

48Il est clair que l’ordre des Parv. nat. défendu par Pierre est diamétralement opposé à celui d’Albert le Grand et de Thomas d’Aquin, et qu’il doit être compris comme une prise de position dans un débat. Albert et Thomas rejettent la hiérarchie des facultés de l’âme comme principe organisateur des Parv. nat. Selon Albert, l’ordre des textes devrait permettre le meilleur transfert de connaissances, et il propose un ordre très personnel. Pour Thomas, la similitude, ou bien la dissimilitude, par rapport au De anima et la balance entre l’âme et le corps sont cruciales pour déterminer le lieu des Parv. nat. individuels. La voie qu’il propose ainsi va de moins de corps à plus de corps.

49Bien qu’il semble avoir eu l’intention de compléter le commentaire de Thomas sur les Parv. nat., Pierre opte pour une autre voie qui va de moins d’âme à plus d’âme. Il commence avec la faculté la plus basique et monte l’escalier hiérarchique des êtres vivants. Pour lui, l’enseignement des Parv. nat. devrait suivre l’ordre de la nature, représenté par les quatre degrés des êtres vivants. La voie de la nature forme un vrai principe organisateur des Parv. nat., dont l’ordre ne correspond ni à celui du florilège d’Averroès ni à celui adopté par Barthélemy-Saint-Hilaire Si donc, de tous ses commentaires littéraux sur les Parv. nat., celui sur le « De morte et vita » est précédé par l’introduction la plus longue et la plus explicite, c’est parce que Pierre considérait ce traité comme le premier des Parva naturalia. L’originalité de sa position ressort aussi de son traitement de Parv. nat. 1, où De som. brise le lien entre De sens. et De mem.

50En revanche, comme Thomas et Jean de Jandun, il considère non seulement le De mot. an. mais aussi le De inc. an. comme une partie des Parv. nat. Dans ce qui suit, cette constante s’avérera être un concept théorique, qui, au moins au Moyen Âge, n’a jamais été mis en pratique.

CONSIDÉRATIONS FINALES : THEORIES ET PRATIQUES

51Notre point de départ était l’observation que Barthélemy-Saint-Hilaire ajoutait De mot. an. entre De div. et De long. dans sa traduction des Parv. nat., et défendait cette décision par une référence à la tradition latine. Au cours de notre exposé, une autre thèse a été formulée : les médiévaux latins seraient, comme médiateurs, responsables du transfert de l’ordonnance des Parv. nat. d’Averroès (c’est-à-dire Parv. nat. 1 + Parv. nat. 2) aux temps modernes. La réalité s’avère être assez complexe. Aucun auteur discuté ci-dessus ne défend un ordre parfaitement parallèle à celui adopté par Averroès ou par Barthélemy. Bien sûr nous n’avons pas examiné toute la tradition des Parv. nat. au Moyen Âge, mais avec Albert le Grand, Thomas d’Aquin, Pierre d’Auvergne et Jean de Jandun, nous avons néanmoins des auteurs très influents, non seulement au Moyen Âge mais aussi à la Renaissance.

  • 53 J. Hamesse éd., Les auctoritates Aristotelis. Un florilège médiéval. Etude historique et édition c (...)
  • 54 Sur la réception médiévale du De inc. an., voir P. De Leemans, « La réception du De progressu anim (...)

52D’où alors provient l’idée que la tradition latine offrirait l’ordre « Parv.. nat. 1, De mot. an., Parv. nat. 2 » ? Si l’on compare cet ordre avec ceux discutés avant, la ressemblance à l’ordre proposé par Thomas d’Aquin, Jean de Jandun et – dans ses Questions sur le De cael. – Pierre d’Auvergne est évidente. La différence est que ces auteurs insèrent non seulement le De mot. an. mais aussi le De inc. an. au milieu des Parv. nat. (d’ailleurs, même quand il adopte un ordre différent, Pierre ajoute le De inc. an.). Toutefois, tout ceci était la théorie. L’étude de la réception du De inc. an. montre que l’insertion de ce texte dans les Parv. Nat. n’a jamais été actualisée au Moyen Âge. Si l’on fait abstraction du nombre assez élevé des manuscrits conservés, le texte n’a pas attiré beaucoup l’attention. Dans les manuscrits de la traduction, les gloses sont rares. Le texte ne se trouve pas dans le florilège le plus répandu, les Auctoritates Aristotelis53. Un seul commentaire littéral nous est conservé, dans un seul manuscrit. Il s’agit apparemment d’un commentaire isolé, qui ne faisait pas partie d’un commentaire sur l’ensemble des Parv. nat. En plus, son auteur ne fait aucun effort pour rapprocher le contenu du traité de celui des Parv. nat. au moyen de références : celles-ci sont plutôt rares et presque toutes renvoient à De hist. an. ou aux Etymologies d’Isidore de Séville. Ce n’est qu’à la Renaissance que certains auteurs, comme Nicolò Leonico Tomeo (1456-1531) et Lodovico Boccadiferro (1482-1545), attiraient l’attention sur le De inc. an. dans le cadre de leurs œuvres sur les Parv. nat.54

  • 55 Pour un aperçu des éditions, voir Gauthier, op. cit., n. 8, p. 13*-17*, et De Leemans, op. cit., n (...)

53L’ordre Parv. nat. 1-De mot. an-Parv. nat. 2, que Barthélemy attribue aux commentateurs médiévaux, correspond donc à la conception de Thomas d’Aquin, mais modérée par la pratique des commentateurs. C’est cette même conception modérée qui est aussi reflétée dans l’exemplar d’André de Sens. Il est pourtant exclu que Barthélemy fût conscient de la composition de cet exemplar : peut-être connaissait-il des manuscrits latins qui en étaient des copies. L’explication la plus probable pour l’ordre qu’il adopte est qu’il était influencé par la tradition postérieure des commentaires de saint Thomas. Comme nous l’avons vu, Thomas n’a écrit des commentaires littéraux que sur De sens. et De mem., tandis que Pierre d’Auvergne avait commenté les autres Parv. nat. (le De mot. an. inclus). La complémentarité de ces œuvres était tellement évidente que non seulement elles étaient parfois copiées dans les mêmes manuscrits mais aussi, après l’invention de l’imprimerie, combinées dans les mêmes livres. Or, si l’on examine la composition de ces volumes, on constate que le commentaire sur le De mot. an. s’y trouve très souvent au milieu des Parv. nat., entre Parv. nat. 1 et Parv. nat. 255 Les éditeurs de ces volumes suivaient donc l’ordre proposé par saint Thomas (et rejetaient celui de Pierre), en faisant abstraction du fait qu’un commentaire sur le De inc. an. n’existait pas.

54Reste la deuxième question. Est-ce que l’ordre de la paraphrase d’Averroès a influencé l’ordre des Parv. nat. chez les auteurs latins qui à leur tour auraient influencé le concept moderne ? Si l’on tient compte du fait que, pour Averroès ainsi que pour les auteurs latins que nous avons discutés, le sujet du De mot. an. était étroitement lié à celui des Parv. nat., la réponse est négative. Mais est-ce que la réponse est aussi négative si l’on tient compte du fait qu’Averroès ne connaissait pas le texte intégral du De mot. an. et que son florilège ne contenait que Parv. nat. 1 et De long. ? Est-ce que le fait qu’une traduction latine de la paraphrase dans laquelle le De long. suivait Parv. nat. 1 circulait au Moyen Âge latin a promu la connexion entre Parv. nat. 1 et Parv. nat. 2 et, en fin de compte, l’exclusion du De mot. an. ? Il n’est pas facile de répondre à cette question – quand y a-t-il une influence directe plutôt qu’une correspondance ? – et nous nous limiterons à quelques observations.

55Pendant la période avant 1260, le texte intégral du De mot. an. était inconnu, tandis que la diffusion de la plupart de Parv. nat. 2 (De iuv., De resp. et De vit.) était très limitée. On pourrait se demander si cette diffusion limitée était seulement le résultat de la qualité de la traduction ou de facteurs contingents, ou bien si elle était influencée par l’absence de ces textes chez Averroès.

56Quoi qu’il en soit, après la découverte du De mot. an., celui-ci était considéré souvent comme une partie des Parv. nat. Les conceptions théoriques que nous avons esquissées ne respectent jamais l’ordre de la paraphrase. Un des auteurs les plus influents, Thomas d’Aquin, mettait le De mot. an. tout au milieu des Parv. nat., modifiant ainsi l’ordre de la paraphrase. Signalons qu’une conception similaire se manifeste dans la fameuse édition des commentaires d’Averroès. L’éditeur y a ajouté une traduction des textes non discutés par Averroès. Or, Parv. nat. 1 y est suivi par De mot. an. (dans la traduction de Moerbeke), Degen. an. et Parv. nat. 2. En revanche, le De inc. (dans la traduction de Leonico Tomeo) suit De hist. an. et De part. an.

57Toutefois, il y avait certainement une tradition concurrente qui regroupait notre Parv. nat. Rappelons l’exemplar dérivé des Parv. nat., dans lequel le De mot. an. était repoussé du milieu des Parv. nat. Signalons aussi les Auctoritates Aristotelis (AA). Pour ce qui concerne les Parv. nat. (insérés entre De an. et De animalibus), AA offre des citations dans l’ordre moderne mais en ajoutant à la fin De mot. an. ; l’ordre est donc Parv. nat. 1, Parv. nat. 2, De mot. an. Or, pour les textes présents dans ce florilège (Parv. nat. 1, De long.), le compilateur d’AA offre des citations non seulement du texte aristotélicien mais aussi d’Averroès. Il est donc probable que le compilateur ait ici calqué l’ordre du florilège en ajoutant à la fin les textes manquants.

  • 56 Pour un aperçu général du Compendium de Cronisbenus et de ces commentaires, voir P. De Leemans, op (...)

58Un autre corpus n’a pas encore été étudié suffisamment pour déterminer si son ordre est influencé par Averroès. Il s’agit d’une collection de commentaires anonymes sur les Parv. nat. du xve siècle qui ne sont pas fondés sur la traduction de Moerbeke mais sur le Compendium du dominicain allemand Joannes Cronisbenus. La composition de ces commentaires est remarquable pour deux raisons. Primo, ils ajoutent non seulement le De mot. an. mais aussi le De mundo aux Parv. nat. Secundo, ils divisent le De vit. en deux parties, dont la première est appelée « De morte et vita » (478b 23-479b 17), la deuxième « De motu cordis » (479b 18-480b 30). L’ordre dans lequel les textes sont discutés est aussi remarquable, stable au début – ils commencent tous avec Parv. nat. 1 et continuent avec De long. et De resp., ce qui est l’ordre d’Averroès-, il varie à la fin. Les derniers quatre textes (« De morte et vita », « De motu cordis », De mot. an. et De mundo) étaient considérés comme des textes indépendants dont l’ordre pouvait varier. Par conséquent, le De resp. est parfois suivi par « De morte et vita », « De motu cordis », De mot. an. et De mundo – ce qui est l’ordre des AA – mais on trouve également l’ordre De resp., De mot. an., De mundo, « De motu cordis » et « De morte et vita »56.

59Les exemples des Auctoritates Aristotelis et des commentaires du xve siècle illustrent donc qu’il y avait une tradition qui, comme Averroès, connectait Parv. nat. 1 et Parv. nat. 2. Toutefois, on constate aussi que, même si l’ordre devenu classique des Parv. nat. y est respecté, le De mot. an. est considéré comme une partie des Parv. nat.

***

60Il va de soi que toutes ces observations doivent être complétées avec des informations concernant d’autres auteurs et d’autres textes. Nous avons seulement voulu montrer qu’il y avait, déjà chez Averroès, une tendance à ajouter le De mot. an. au Parv. nat., mais que la composition et l’ordre des Parv. nat. n’étaient pas uniformes et même faisaient l’objet d’un débat. Il serait intéressant d’analyser de plus près la réception plus tardive des Parv. nat. et de voir quand ce débat a été clôturé.

Notes

1 J. Barthélemy-Saint-Hilaire, Psychologie d’Aristote. Opuscules (Parva naturalia). Traduits en français pour la première fois et accompagnés de notes perpétuelles, Paris, 1847, p. 237n., l’auteur fait remarquer que « quelques manuscrits offrent une variante sur ce titre <i.e. Du principe...> : “Du mouvement dans les animaux” ». On pourrait se demander si le titre que donne Barthélemy est aussi inspiré par la tradition médiévale. Le titre normal dans les manuscrits grecs est « Du mouvement des animaux » ; aucun manuscrit ne semble offrir un équivalent grec pour « principe général ». En revanche, dans les manuscrits de la traduction latine de Guillaume de Moerbeke, un des titres alternatifs est « De causa motus animalium ». Notons que c’est en se fondant sur ce titre latin que L. Torraca, Aristotele. De Motu animalium, « Collana di Studi Greci » XXX, Naples, 1959, p. 39, a proposé le titre suivant : περὶ τῆς αιτίας τῆς κοινῆς κινήσεως τῶν ζῷων.

2 J. Barthélemy, ibid., p. I.

3 P.-M. Morel, « Aristote. Parva naturalia. Tradition grecque », dans R. Goulet dir., Dictionnaire des philosophes antiques. Supplément, Paris, CNRS Editions, 2003, p. 366-374 : p. 374 ; M. Rashed, « Agrégat involontaire ou vinculum substantiale ? Sur une hésitation conceptuelle et textuelle du corpus aristotélicien », dans A. Laks, M. Rashed éds., Aristote et le mouvement des animaux. Dix études sur le De motu animalium, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2004, p. 185-202 ; S. Fazzo, « Sur la composition du traité dit De motu animalium·. contribution à l’analyse de la théorie aristotélicienne du premier moteur », dans A. Laks, M. Rashed éds., ibid., p. 203-229 ; pour la théorie de Rashed, voir aussi infra.

4 Dans son commentaire sur le De animations, Ibn Bājja († 1183) mentionne deux livres sur le mouvement des animaux : cf. R. Kruk, « Ibn Bajja’s Commentary on De Animalibus », dans G. Endress, R. Kruk éds., The Ancient Tradition in Christian and Islamic Hellenism. Studies on the Transmission of Greek Philosophy and Sciences, Leyde, 1997, p. 165-179 : p. 168.

5 Comme dans le De partibus animalium ; voir P. Louis, Marche des animaux. Mouvement des animaux. Index des traités biologiques. Texte établi et traduit, Paris, « Collection des universités de France », 1973, p. X-XII.

6 Averroès, In De an., III, 54, FS. Crawford éd., Averrois Cordubensis Commentarium Magnum in Aristotelis De Anima Libres, « Corpus Commentariorum Averrois in Aristotelem », Versionum Latinarum, vol. VI, 1, Cambridge, Mass., 1953, p. 524.

7 Averroès cite aussi le De motu animalium dans les passages suivants, provenant des commentaires sur la Physique et sur le De celo (je remercie Guy Guldentops et Caria Di Martino pour avoir attiré mon attention sur l’existence d’autres références au De mot. an. chez Averroès) : (1) In Phys., IV, 42 (éd. apud lunctas, 1562, fol. 142L) : Ad hoc autem dicendum est quod illa que movent per se indigent aliquo quiescente circa quod moventur, ut declarat Aristotilies in libro de motibus animalium localibus·, (2) In Phys., VIII, 84 (ibidem, fol. 432F) : Et declaratum est in libro de motibus animalium secundum locum quoniam omne quod rnovetur habet corpus quiescens circa quod volvitur et quod virtus quiescentis debet esse firmior virtute illius quod movetur, et si aliter esset, totum expelleretur ; (3) In DC, II, 12 (F.J. Carmody éd., Averrois Cordubensis commentum magnum super libre De celo et mundo Aristotelis. Tomus II : Libri II-IV, Indices. Ex recognitione F.J.C., in lucem edidit R. Arnzen. Editione praefatus est G. Endress, « Recherches de théologie et philosophie médiévales. Bibliotheca » 4.1.2., Louvain, 2003, p. 286) : Et voluit per hoc quod declaratum est in libre Motuum animalium scilicet quod principium motus animalium est a corde·, (4) In DC, II, 17 (Carmody éd., ibid., p. 108) : Declaratum est enim in libre de Motibus quad omne quod movetur movetur supra quiescens, et quod potentia quiescentis addit super potentiam moventis nisi quiescens moveatur a moventi ; (5) In DC, II, 102 (Carmody éd., ibid., p. 461) : Declaratum est enim in libro de Motibus Animalium quod omne motum indiget aliquo quiescente circa quod movetur, et quod potentia eius sit fortior potentia moti ne expellatur et moveatur ab eo.

8 Cité par R. A. Gauthier, Sancti Thomae de Aquino. Sentencia libri De sensu et sensato cuius secundus tractatus est De memoria et reminiscentia, cura et studio Fratrum Praedicatorum, « Sancti Thomae de Aquino Opera Omnia », XLV, 2, Rome-Paris, 1985, p. 4 : Consyderatio autem de anima et de partibus eius est in libro De anima. Ipse etiam loquitur de sensatis et sensibus et differentiis eorum ultimis, et hoc in libro De sensu et sensato (nam illa que declarata sunt de hoc in libro De anima sunt res uniuersales), similiter loquitur de reliquis potentiis particularibus, que inueniuntur anime, De somniis et reminiscentia in tractatu separate ; locutus est etiam in tractatu separato de motu locali animalis.

9 Concernant ce florilège, voir C. Di Martino, « Parva naturalia. Tradition arabe », dans R. Goulet, J.-M. Flamand, M. Aouad éds., Dictionnaire des philosophes antiques. Supplément, Paris, 2003, CNRS Éditions, p. 367-378, Gauthier, ibid., p. 111*-116* ; A.L. Shields, H. Blumberg, éd. de la traduction latine, Averrois Cordubensis compendia librorum Aristotelis qui Parva naturalia vocantur, « Corpus Commentariorum Averrois in Aristotelem Versionum Latinarum », VII, Cambridge, Mass., 1961.

10 Averroès, In Parv. nat. (A.l. Shields, H. Blumberg éd., ibid., p. 3) : Et universaliter scrutabitur hic omnes virtutes quas habent animalia secundum quod habent animam. Et quia iste virtutes sunt duorum modorum quorum unus attribuitur corpori animalis propter esse animam ei, sicut sensus et motus, et alius attribuitur anime propter corpus, et iste sunt generum quorum quedam sunt sompnus et vigilia, quedam iuventus et senectus, quedam mors et vita, quedam introitus anime et exitus eius, et quedam salus et morbus, et quedam longitude et brevitas vite.

11 Comme le fait remarquer Rashed, op. cit. n. 3, p. 196.

12 C’est ce qui est suggéré par Rashed, op. cit. n. 3, p. 196 : « Il n’est pas exclu, dès lors, que l’ordonnance des Parv. nat. adoptée par tous les éditeurs du texte grec remonte, via les médiévaux latins, à une organisation arabe du corpus. » Rashed argumente que l’ordonnance « moderne » des Parv. nat. (Parv. nat. 1, Parv. nat. 2) n’est attestée par aucune tradition textuelle grecque indépendante.

13 Une exception possible est le De sensu, traduit par un traducteur anonyme. G. Galle, « Editing the Anonymous Greek-Latin Translation of Aristotle’s De sensu et sensato (Translatio Vetus) », dans R De Leemans, C. Steel éds., The Aristoteles Latinus : Past, Present, Future. Brussel, 29-30 April 2005, Bruxelles, à paraître, argumente qu’une datation de cette traduction au début du xiiie siècle ne peut pas être exclue.

14 P. Hossfeld, Alberti Magni Physica. Pars I Libri 1-4, « Sancti Alberti Magni Opera Omnia », Tomus IV, Pars 1, Munster, 1987, p. 7.

15 Cf. J.A. Weisheipl, « Albert’s Works on Natural Science (“libri naturales”) in Probable Chronological Order », dans J.A. Weisheipl éd., Albertus Magnus and the Sciences. Commemorative Essays 1980, Toronto, 1980, p. 565-577 : p. 569-571. Ceci est aussi l’ordre projeté dans l’Editio coloniensis des oeuvres d’Albert le Grand (cf. http ://www.albertus-magnus-institut.de/editl.htm). En revanche, le contenu et l’ordre de l’édition de A. Borgnet, B. Alberti Magni Parvorum Naturalium Pars prima, « Alberti Magni Opera Omnia » 9, Paris, 1890, sont assez différents.

16 Dans le corpus vetustius, le De long, était connu sous le titre De morte et vita. Comme nous le verrons ci-dessous, ce même titre est utilisé pour référer à la tr. nova de l’ensemble de De iuv., De resp. et De vit. Au xve siècle, le titre réfère parfois à la première partie du De vit. (478b 23-479b 17), tandis que la deuxième partie était connue sous le titre De motu cordis (P. De Leemans, « Medieval Latin Commentaries on Aristotle’s De Motu Animalium. A Contribution to the Corpus commentariorum medii aevi in Aristotelem Latinorum », Recherches de théologie et philosophie médiévales LXVII, 2 (2000), p. 272-360 : p. 342-343).

17 Albert le Grand, De intellectu et intelligibili, I, 1, Borgnet éd., 1890, p. 478.

18 Connu aussi sous le titre De aetate.

19 Éd. provisoire sur Aristoteles Latinus Database 2, Turnhout, Brepols, 2006.

20 Albert le Grand, De spiritu et respiratione, Borgnet éd., op. cit., n. 1 5, p. 213.

21 Voir aussi la classification des sciences dans la Physique d’Albert, où la respiration est considérée comme un type spécial du mouvement, P. Hossfeld éd., op. cit., n. 14, p. 7.

22 Albert le Grand, De iuventute et senectute, I, 1, A. Borgnet éd., op. cit., n. 15, p. 305-306.

23 Le De iuv. n’est pas nommé explicitement dans la Physique.

24 Albert le Grand, De intellectu et intelligibili, I, 1, A. Borgnet éd., op. cit., n. 15, p. 478.

25 B. Geyer éd., Alberti Magni Liber de natura et origine animae. Liber de principiis motus processivi, « Sancti Alberti Magni Opera Omnia », tomus XII, 2, Münster, 1955, p. 48.

26 B. Geyer éd., ibid., p. XXIV-XXVI.

27 P. De Leemans éd., De progressa animalium. Translatio Guillelmi de Morbeka ; De motu animalium. Fragmenta translationis anonymae et translatio Guillelmi de Morbeka, « Aristoteles Latinus », XVII 1.III & 2.II-III, Turnhout, Brepols, à paraître.

28 À la fin du deuxième livre du De intellectu et intelligibili, on lit (texte cité dans H. Anzulewicz, Albert der Greffe. Liber de natura et origine animae. Über die Natur und den Ursprung der Seele. Lateinisch-Deutsch. Übersetzt und eingeleitet, « Herder Bibliothek der Philosophie des Mittelalters », 10, Fribourg-Bâle-Vienne, 2006, p. 17, n. 19) : Est autem alia eiusperfectio secundum virtutem et virtutis felicitatem, de qua perscrutabimus in Ethicis. Consequenter autem in his quae hic determinata sunt, oportet quaerere de natura omnis animae et generatione et immortalitate, de principiis motuum animalium : quia per hoc scitur qualiter unitur corpori, et hoc quidem faciemus in aliis duobus libris, qui immediate post istum sunt ordinandi. « De principiis motuum animalium » a été interprété comme une référence au De motibus animalium (e. g. H. Anzulewicz, ibid., p. 17) ou bien au De principiis motus processivi (B. Geyer, op. cit., n. 25, p. VU).

29 L’observation de M. Rashed, op. cit., n. 3, p. 191-193 et p. 201, que la tradition grecque « transmet toujours Parv. nat. 1 1 + DMA » (p. 201), implique que, dans les manuscrits qui contiennent Parv. nat. 1, ceux-ci sont toujours suivis par le De mot. an. En revanche, elle n’implique pas que tous les manuscrits du De mot. an. contiennent aussi Parv. nat. 1 (même si c’est souvent le cas). Ainsi, il y a quatre manuscrits dans lesquels Parv. nat. 1 est absent et le De mot. an. est combiné avec une ou plusieurs oeuvres zoologiques (.Neapolitanus, 286 (III D 2), Utinensis, VI, 1 (gr. 1), Vat. gr., 259, Vat. Urb., gr. 41). Tous ces manuscrits datent du xive siècle.

30 P. De Leemans éd., op. cit., n. 27.

31 De ins. et De div. ne sont pas mentionnés dans le cartulaire parce que les médiévaux les considéraient comme une partie du De som.

32 Pour la diffusion des traductions de Guillaume de Moerbeke à Paris par exemplar et pecia, voir P. Beullens, P. De Leemans, « Aristote à Paris. Le système de la pecia et les traductions de Guillaume de Moerbeke », Recherches de théologie et philosophie médiévales, 75/1 (2008), p. 87-135.

33 La composition de cet exemplar a été étudiée par P. Beullens, F. Bossier, De historia animalium. Translatio Guillelmi de Morbeka. Pars Prima : lib. I-V, « Aristoteles Latinus », XVII, 2.I.1, Leyde-Boston-Cologne, 2000. Pour les exemplaria du De mot. an. et De inc. an., voir P. De Leemans éd., op. cit., n. 27.

34 Il s’agit d’un exemplar dérivé, qui était fondé sur les exemplaria d’André de Sens.

35 Cf. P. Beullens, P. De Leemans, op. cit. n. 32,pace R.A. Gauthier, Sancti Thomae de Aquino. Sentencia libri de anima, cura et studio Fratrum Praedicatorum, « Sancti Thomae de Aquino Opera Omnia », XLV, 1, Rome-Paris, 1984, et R.A. Gauthier, op. cit., n. 8. Dans ces éditions, Gauthier fait une distinction entre un exemplar original et un exemplar dérivé, qui contiendraient l’un comme l’autre le De an. et Parv. nat. 1. La liste d’André de Sens référerait à l’exemplar dérivé. En revanche, nous avons argumenté que la liste de 1304 ne réfère qu’à des exemplaria originaux et que l’exemplar dérivé du De an. ne contenait plus Parv. nat. 1.

36 R.A. Gauthier, Saint Thomas d’Aquin. Somme contre les Gentils. Introduction, « Philosophie européenne », s.l., 1993, p. 84-88.

37 R.A. Gauthier, op. cit., n. 8, p. 4-7 ; notre paraphrase est fondée sur la traduction française de A. Blanchair, Thomas d’Aquin, Sentencia libri De sensu et sensato. Edition numérique : http://docteurangelique.free.fr, 2005.

38 Le fait d’avoir réuni dans un seul livre le De sens. et le De mem. est, selon Gauthier, op. cit., p. 114*, « la contribution la plus importante d’Averroès à la Sentencia libri De sensu de saint Thomas ». Notons toutefois, comme l’admet aussi R.A. Gauthier, ibid. (p. 115*-1 16*), que cette contribution est très relative. Comme Averroès, Thomas utilise le titre De sensu et sensato pour référer à plusieurs traités mais, contrairement à Averroès, ce titre ne réfère qu’à deux traités. En outre, si l’on considère la composition des trois traités de la paraphrase, Averroès regroupait le De mem. avec le De som., De ins. et De div., et non pas avec le De sens. Signalons aussi que dans la tradition des Parva naturalia d’Albert le Grand, le De mem. est souvent appelé le deuxième livre du De sens. Cf. W. Fauser, Die Werke des Albertus Magnus in ihrer handschriftlichen Überlieferung. Teil I : Die echten Werke, « Alberti Magni Opera Omnia », Tomus subsidiarius, I, Münster, 1982, p. 95 et 100.

39 Thomas ne mentionne pas explicitement le De ins. ni le De div., parce qu’il les considérait comme une partie du De som.

40 Thomas D’aquin, In De sens. Gauthier éd., op. cit., n. 8, p. 6-7 : Set quia oportetper magis similia ad dissimilia transire, talis uidetur rationabiliter esse horum librorum ordo ut post librum De anima, in quo de anima secundum se determinatur, inmediate sequatur hic liber De sensu et sensato, quia ipsum sentire magis ad animam quam ad corpus pertinet ; post quem ordinandus est liber De sompno et vigilia, que important ligamentum et solutionem sensus ; deinde secuntur libri qui pertinent ad motiuum, quod est magis propinqum sensitivo ; ultimo autem ordinantur libri qui pertinent ad communem considerationem uiui, quia ista consideratio maxime concernit corporis dispositionem.

41 Les « Questions » sur Parv. nat. 1 sont éditées par K. White, Two Studies Related to St. Thomas Aquinas’Commentary on Aristotle’s De sensu et sensato, together with an Edition of Peter of Auvergne’s Quaestiones super Parva naturalia. A dissertation presented to the School of Graduate Studies of the University of Ottawa as partial fulfillment of the requirements for the degree of Doctor of Philosophy, 1986. Pour l’attribution des « Questions » sur le De mot. an. à Pierre, voir, P. De Leemans, « Peter of Auvergne on Aristotle’s De motu animalium and the ms. Oxford, Merton College, 275 », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 71 (2004), p. 129-202.

42 Cf. P. De Leemans, ibid., p. 130.

43 Cf K. White, « St. Thomas Aquinas and The Prologue to Peter of Auvergne’s Quaestiones super De sensu et sensato », Documenti e Studi sulla Tradizione Filosofica Medievale, I, 2 (1990), p. 427-456.

44 K. White, ibid., p. 451.

45 Jean de Jandun, In Phys., préface (éd. 1551) : Illa autem secundapars in qua consideratur de communibus accidentibus corpori et animae sub habitudine ad corpus habet tres partes. Una est de passionibus communibus corpori et animae sensitivae ; sic sunt sensus et sentire, memorari et reminisci, somnus et vigilia ; et de istis consideratur in De sensu et sensato, De memoria et reminiscentia et somno et vigilia. Aliae sunt passiones communes corpori et animae secundum locum motivae, scilicet motus localis animalium, et de istis agitur in libre De causis motuum animalium, ad cuius intellectum adducitur liber De partibus opportunis ad progressum animalium. Aliae sunt passiones communes corpori et animae vegetativae [...] et de istis agitur in libris parvis naturalibus diversis, scilicet De causis longitudinis et brevitatis vitae, De morte et vita, cui annectitur De respiratione et exspiratione, seu refrigeratione, et iuventute et senectute, nutrimento et nutribili et sanitate et aegritudine quantum adiacet naturali Philosophiae.

46 Jean de Jandun, In Phys., préface (éd. 1551) : Unum est sine dubio quod librum de nutrimento et nutribili non habemus ab Aristotele ; sed de augmente satis in primo de generatione et de nutrimenti aliquid in secundo De anima. Albertus autem fecit librum de nutrimento et nutribili. De sanitate et aegritudine non habemus ab Aristotele nec ab aliquo famoso philosopha quantum spectat ad philosophiam naturalem solum ; sed Averroes in suo Colliget multa congregavit de ista materia.

47 Petrus de Alvernia, In De long. (M. Dunne éd., « T he Commentary of Peter of Auvergne on Aristotle’s On Length and Shortness of Life », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Age, 69 (2002), p. 153-200 : p. 174-175) : Passiones corporis animati secundum quod mobile est, est moveri. Et de talibus considerat Naturalis in libro De motibus animalium et in libro De progressu. In libro enim De motu animalium considerat causas motus animalium. In libro De progressu considerat departibus aptis ad motum mediantibus quibus animal mouetur. Depassionibus uero que sequuntur corpus animatum secundum animam sensitiuam determinatur in libro De sensu et sensato et in De sompno et vigilia et <in> De memoria et reminiscentia. Passiones uero que sequuntur corpus animatum secundum quod huiusmodi sunt proprie mors et vita et longitude et breuitas vite et alie que coordinantur ad istas. [...] De morte et vita determinatur in libro De morte et vita, in quo determinatur de respiracione et inspiracione que sunt necessaria ad uitam in quibusdam ; et de iuuentute et senectute que diuersificant uitam, et de istis in simul quia fere easdem causas habent ; de sanitate autem et egritudine in libro separate, et similiter de nutrimento et nutribili - qui libri nondum peruenerunt ad nos. De causis uero longitudinis et breuitatis uite in isto libro considerat.

48 Petrus de Alvernia, In De iuv. (1551), fol. 63va : Illae vero quae consecuntur vegetativum, sunt secundum doctrinam consyderandae prius. Sicut enim vegetativum prius est secundum viam naturae et doctrinae secundum Philosophum, et sensitivum motivo, sicut apparet ex secundo De anima, sic passiones vegetativi preceduntpassiones sensitivi, et haec illas quae motivi. Traduire par « enseignement » est peut-être radical ; signalons, toutefois, que c’est le premier sens de doctrina dans R.J. Deferrari, M.I. Barry, A Lexicon of St. Thomas Aquinas based on the Summa Theologica and selected passages of his other works, s.l., s.d., p. 337 ; en outre, Albert avait utilisé ce mot dans le même sens quand il discutait l’ordre de ses Parv. nat. (voir ci-dessus, la citation p. 204).

49 Petrus de Alvernia, In De iuv. (1551), fol. 63vb : Primo consyderandum est de morte et vita, quia ista priora sunt secundum generationem, propter quod et via doctrinae.

50 Petrus de Alvernia, In De iuv. (1551), fol. 63vb : De nutrimento <autem> et nutribili, de sanitate et infirmitate in universali aut non consyderavit Philosophus seorsum aut ad nos non pervenit, quamvis aliqui expositores ipsius de his tractatus composuerint. L’addition de autem est attestée par trois des quatre manuscrits que j’ai consultés (Vat. lat., 2181, Paris, BN, lat. 16158 ; Paris, Bibl. Maz., 3485).

51 Petrus de Alvernia, In De iuv. (1551), fol. 63vb : De sensibili secundum quod motivum est actu, et sensitive, secundum quod movetur, determinatum est in libre De anima. De sensibili[bus] autem secundum se quale existenspotest movere sensum, et de sensitive quantum ad dispositionem materiae quae disponit ad ipsum sentire, determinatum est in libre De sensu et sensato. Circa sentire autem contingit consyderare operationem sensitivarum virtutum exteriorum principaliter, quae dicitur vigilia, et eius privationem, quae dicitur somnus, et de istis determinatum est <in> libre De sornno et vigilia, in quo determinatur de istis secundum se et secundum quod pendent ex aliqua dispositione corporis. Potest etiam <circa sentire> consyderari operatio alicuius vel aliquarum virtutum interiorum, et hoc modo consyderatur de memoria et reminiscentia in libre De memoria et reminiscentia. Pour les corrections, voir note précédente.

52 Signalons aussi l’introduction des Questions sur le De caelo de Pierre d’Auvergne (G. Galle éd., Peter of Auvergne. Questions on Aristotle’s De caelo. A critical edition with an interpretative essay, « Ancient and Medieval Philosophy De Wulf-Mansion Centre, Series I », XXIX, Louvain, 2003, p. 7-21 ; voir p. 119*-144* pour une analyse), où il offre une classification quelque peu nonchalante des disciplines scientifiques. Si l’on fait abstraction de quelques problèmes concernant l’interprétation des dernières lignes, l’ordre des Parva naturalia qu’il propose ici semble correspondre à celui que nous venons de discuter. Dans ce texte, Pierre défend l’ordre qu’il propose par un principe didactique pareil : il est préférable de discuter d’abord ce qui est commun à tous les sujets qui appartiennent à une science.

53 J. Hamesse éd., Les auctoritates Aristotelis. Un florilège médiéval. Etude historique et édition critique, « Philosophes médiévaux », XVII, Louvain-Paris, 1974.

54 Sur la réception médiévale du De inc. an., voir P. De Leemans, « La réception du De progressu animalium d’Aristote au Moyen Âge », dans P. Nobel éd., Textes et cultures : réception, modèles, interférences. Volume 1 : Réception de l’Antiquité, « Littéraire », Besançon, 2004, p. 165-185 ; pour une étude exploratoire de la réception à la Renaissance, P. De Leemans, « The Vicissitudes of a Zoological Treatise : Aristotle’s De Incessu Animalium in the Middle Ages and Renaissance », dans R. Beyers, J. Brams, D. Sacré, K. Verrycken éds., Tradition et traduction. Les textes philosophiques et scientifiques grecs au Moyen Age latin. Hommage à Fernand Bossier, « Ancient and Medieval Philosophy. De Wulf-Mansion Centre, Series 1 », XXV, Louvain, 1999, p. 199-218.

55 Pour un aperçu des éditions, voir Gauthier, op. cit., n. 8, p. 13*-17*, et De Leemans, op. cit., n. 16, p. 303-306.

56 Pour un aperçu général du Compendium de Cronisbenus et de ces commentaires, voir P. De Leemans, op. cit., n. 16, p. 341-360.

Auteur

K.U. Leuven

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search