Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Parva naturalia d’Aristote

 | 
Pierre-Marie Morel
, 
Christophe Grellard

Le feu agit-il en tant que feu ?

Causalité et synonymie dans les Quaestiones sur le De sensu et sensato de Jean de Jandun

Jean-Baptiste Brenet

Texte intégral

Je tiens à remercier chaleureusement Cristina Cerami pour son aide dans l’élaboration de cet article. J’ai pu bénéficier de son livre, Génération et substance. Aristote et Averroès entre physique et métaphysique, avant sa parution prochaine (chez De Gruyter, coll. « Scientia Graeco-Arabica »), Sans ses conseils, ses critiques, ce travail n’aurait jamais trouvé sa forme actuelle.

  • 2 Sur Jean de Jandun (m. 1328), voir J.-B. Brenet, Transferts du sujet. La noétique dAverroès selon J (...)

1Num ignis agat in quantum ignis ? Cette question est extraite des Quaestiones sur le De sensu et sensato du maître ès arts parisien du siècle Jean de Jandun, « prince des averroïstes »2. Loin de se réduire au problème technique du mode d’action d’un élément, elle lance, dans une ample dispute où figure l’essentiel du péripatétisme gréco-arabe, une réflexion sur la causalité efficiente à l’oeuvre dans l’ensemble des générations substantielles du monde sublunaire. On voudrait en prendre la mesure et en saisir l’issue. Deux choses importent dans les commentaires médiévaux d’Aristote : le découpage du texte qu’ils proposent (ce qu’ils retiennent, isolent, négligent, relient – la manière, donc, qu’ont les auteurs d’investir le texte de base) ; et les bouleversements théoriques, explicites, maîtrisés, délibérés ou non, qu’ils lui font subir, i.e. leur charge proprement conceptuelle. Guidé par Averroès, Jean de Jandun mise sur la synonymie pour sauver Aristote contre Platon et ses successeurs. Sous ce double rapport, son analyse mérite examen.

  • 3 Elles suivent le mouvement du texte, comme le voulait l’usage. La première (q. 21) : l’humide est-i (...)

2Jean pose cinq questions à propos de la saveur, qui occupe le chapitre 4 du traité De la sensation et des sensibles d’Aristote3. La troisième, sur le feu, correspond aux lignes 441b 12-15 qui concluent un raisonnement sur ce qui affecte l’humide. Aristote écrit ceci :

  • 4 Aristote, Petits traités d’histoire naturelle (Parva naturalia), traduction inédite, introduction, (...)

L’humide, comme les autres choses, est naturellement affecté par son contraire.
Or le contraire de l’humide, c’est le sec. C’est précisément pourquoi il est affecté par le feu, qui a une nature sèche. Mais le chaud est plutôt propre au feu et le sec plutôt propre à la terre, comme nous l’avons dit dans notre traité Des éléments. Ainsi, le feu et la terre, en tant que tels, par nature, n’agissent ni ne pâtissent, pas plus qu’aucune autre chose. Mais c’est dans la mesure où il y a de la contrariété entre elles que toutes choses agissent et pâtissent4.

  • 5 Ainsi que l’établit, notamment, le De generatione et corruptione ; voir Aristote, De gen. et corn, (...)
  • 6 Comme l’indique la phrase qui introduit sa réponse : De agentibus naturalibus fuerunt diversae opin (...)

3Si le feu est actif quand il affecte l’humide, dit Aristote, ce n’est donc pas comme feu, mais seulement en tant qu’il est sec, puisque le sec est le contraire de l’humide et que seuls peuvent agir ou être affectés des contraires5. C’est sur cela que Jean de Jandun revient dans sa quaestio 23. Il apparaît immédiatement cependant que son développement ne se conforme pas au caractère plutôt secondaire, seulement instrumental ou intercalaire du lemme. Il déborde en effet la difficulté ciblée de la contrariété comme condition de l’agir et du pâtir des éléments, et s’ouvre sur un problème plus global, au départ assez flou : celui des « agents naturels6 ».

  • 7 C’est notamment le principe que Thomas d’Aquin allègue sans cesse contre Averroès et ses partisans (...)
  • 8 Ces deux principes concentrent, comme le montrera la suite, le coeur du problème.
  • 9 Cf. Jean De Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 18b : Item, si ignis non ageret inqu (...)
  • 10 Ibid., fol. 18ba : Item unumquodque agit secundum quod est distinctum a materia, qui materia est pr (...)
  • 11 Ibid. : Item, efficacior est forma substantialis in agendo quant accidentalis, sicut et in essendo  (...)

4Détaillons le premier temps de la dispute. Pour quatre raisons, on peut soutenir que le feu agit en tant que feu. (1) La première est fondée sur l’un des principes clés de la scolastique : une chose n’agit qu’en tant qu’elle est en acte (unumquodque agit secundum quod in actu)7 ; or le feu est en acte en tant qu’il est feu ; donc c’est en tant que feu qu’il agit. (2) Deuxièmement : si le feu n’agissait pas en tant que feu, jamais un second feu en acte ne se produirait à partir de la puissance d’un premier feu, puisque ce qui engendre ce qui lui est semblable et que rien n’agit au-delà de son espèce8 : seul un feu, donc, comme tel, peut engendrer un autre feu9. (3) Troisièmement : une chose agit en tant qu’elle est distincte de la matière, laquelle est un principe passif ; or le feu en tant que feu se distingue de sa matière, puisque, en tant que tel, il inclut sa forme substantielle10. (4) Enfin, de même que la forme substantielle est plus efficace in essendo que la forme accidentelle, elle est plus efficace qu’elle in agendo ; or une forme accidentelle peut être un principe immédiat d’action – c’est le cas de la chaleur, par exemple, lorsqu’elle chauffe ; à plus forte raison, donc, la forme substantielle peut être un principe immédiat d’action ; et le feu, par conséquent, peut agir en tant que feu11.

5Jean se contente d’opposer à cela l’autorité d’Aristote (oppositum dicit Aristoteles), pour qui le feu agit en tant que chaud et sec. Comment, pour sa part, tranche-t-il ? Il commence par une doxographie où sont citées « diverses opinions » relatives – comme on le disait – aux agents naturels.

  • 12 Voir Alexandre d’Aphrodisias. Commentaire sur le traité d’Aristote De sensu et sensibili, édité ave (...)
  • 13 Cela mériterait une étude à part. Pour le détail du texte, cf. Jean de Jandun, Quaestiones super Pa (...)

6Première opinion, celle des stoïciens, ut recitat Alexander. Dans le commentaire du De sensu de l’aphrodisien, traduit en latin par Guillaume de Moerbecke, Jean de Jandun lit en effet que pour les stoïciens les corps agissent en tant que corps (corpora agunt se secundum quod corpora)12. Jean condamne la thèse pour plusieurs raisons. (1) Elle déroge d’abord au principe aristotélicien qui domine toute cette discussion : les corps en tant que corps n’ayant pas les uns pour les autres de contrariété, il serait faux de soutenir qu’un agent n’agit qu’en tant qu’il est contraire au patient – ce qui ne va pas. Ensuite (2), un corps en tant que corps est quelque chose de «mathématiquetique » ; or les réalités mathématiques n’agissent ni ne pâtissent. Enfin (3), si tous les agents naturels agissaient en tant que corps, ils n’auraient qu’une seule et même action, puisque tous ont en commun la corporéité13.

  • 14 Sur le platonisme médiéval, voir notamment R. Klibansky, The Continuity of the Platonic Tradition d (...)

7Deuxième opinion : celle de « Platon14 », qui tient en trois points : (a) il existe des formes séparées des individus corporels que les platoniciens appellent « idées » ; (b) lorsqu’ils agissent, les agents corporels ne font rien que « disposer » la matière, en la modifiant dans ses dispositions accidentelles ; (c) cette modification ayant atteint le niveau requis, la forme abstraite « imprime » sa similitude dans la matière, i.e. la forme substantielle qui la parfait. Voici le texte :

  • 15 Jean de Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 18va.

Alia fuit opinio Platonis: quod in qualibet specie cuius indiuidua non sunt ordinata est aliqua forma separata ab indiuiduis corporalibus, quam formam vocant ideam, et dicit, quod illa agenda particularia corporea non faciunt nisi ad dispositionem materiae, et transmutare ad dispositiones accidentales, et in fine transmutationis illa forma abstracta imprimit materiae suam similitudinem, scilicet formam substantialem perficientem illam materiam15.

8C’est à l’aide du Commentateur, on y reviendra, que Jean rejette cette doctrine des formes séparées pour souscrire à celle, aristotélicienne, qui veut que tel feu particulier engendre tel autre feu et que l’homme soit engendré par l’homme et par le Soleil.

9Suit l’opinion d’Avicenne, que Jean, cette fois, évacue en une ligne – en dépit, reconnaît-il, de ses nombreux défenseurs et de leurs arguments beaux et bons (multae sunt bonae et pulchrae rationes fulcientes hanc opinionem). C’est la thèse du datorformarum, du « donateur de formes », qui consiste à soutenir qu’existe parmi les Intelligences célestes une Intelligence, la dixième, qui préside au déroulement de qui advient dans le monde sublunaire en « posant » (directement) les formes substantielles dans la matière préalablement disposée par des agents particuliers. Jean la formule ainsi :

  • 16 Jean de Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 18vb.

Alia fuit opinio Auicenna qui posuit inter intelligentias mouentes orbes unam intelligentiam quam uocauit decimam intelligentiam et datorem formarum, etpraeest, ut dicit, toti sphaerae actiuorum et passiuorum; illa quidem intelligentia ponit in materiis dispositis ab agentibus particularibus formas substantiales quas habet in virtute actiua, et coactus fuit rationibus quibus et Plato, sed voluitponere ideas, et ideoposuit talem datorem formarum16.

  • 17 Cf. ibid. : Et illa opinio improbaripotest, sicut et opinio Platonis, ut visum est.

10La thèse avicennienne est immédiatement rabattue sur celle de Platon et tombe sous la même critique17.

  • 18 Le feu n’est pas la cause agente de la combustion du coton : c’est l’un des exemples favoris des mu (...)
  • 19 Alexandre est généralement détesté pour son « matérialisme » ; pour la critique de Jean, cf. J.-B. (...)
  • 20 Cf. Alexandre d’Aphrodisias. Commentaire sur le traité dAristote De sensu et sensibili, p. 1 53, 12 (...)

11Viennent enfin les deux dernières opinions, avant la propre determinatio du maître. La première est une opinion radicale (celle des ash arites), qui consiste à soutenir qu’il n’existe qu’un seul agent dont l’action porte immédiatement sur tous les étants : Dieu, qui crée à chaque instant ce qu’on croit être l’effet d’une cause particulière du monde ; ici, non seulement le feu n’agit pas en tant que feu, mais il n’agit pas du tout18. L’autre opinion, la dernière, est celle d’Alexandre, que Jean pouvait également lire dans son commentaire du De sensu traduit par Moerbecke. Très élogieux sur l’aphrodisien – si peu fréquentable, à ses yeux, sur les questions noétiques19 –, le maître ès arts conteste l’interprétation « commune » qu’on donne du passage d’Alexandre qui commente De sens. 441b 12-1520.

12Communément, dit Jean, on prétend en effet que pour Alexandre le feu agit en tant que feu parce qu’il agit en tant que chaud et que le chaud est la forme substantielle du feu :

  • 21 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 18vb-19a.

Oportet Alexandrian dicere secundum suam sententiam quod ignis agit inquantum ignis, quia constat omnibus, quod ignis immediate agit per suam caliditatem, et ipseponit caliditatem esseformam substantialem ignis, ut dicitur communiter21.

13Opinion fausse, dit-on, pour plusieurs raisons : d’une part, parce que ce qui est, ce qui existe véritablement (comme, par exemple, tel feu) n’est pas un accident (quod vere est nulli accidit) ; d’autre part, parce qu’une forme substantielle n’est pas perceptible par le sens, n’a pas de contraire et n’est pas susceptible de plus ou de moins. Contrairement à ce que pense Alexandre, la chaleur n’est donc pas la forme substantielle du feu, pas plus que les autres qualités premières ne sont celles des autres éléments. Mais Jean récuse cette interprétation d’Alexandre d’Aphrodise :

  • 22 Ibid., fol. 19a.

In veritate salua pace omnium sic loquentium, credo Alexandrum maioris nobilitatis fuisse, quam, ut crederet caliditatem esse formam substantialem ignis, secundum quod ignis est aliquod ens depraedicamento substantiae, et sic de aliis elementis, nec unquam vos inuenietis illud in Commentis suis22.

14Et il propose une lecture plus attentive du passage en question :

  • 23 Ibid.

Sed ipse quaerit sub conditione loquens, si ignis esse est in caliditate, et siccitate, et aquae esse in humiditate, et frigiditate, quomodo non contrarium erit aqua igni secundum quod aqua? et si quam maxime specificantur secundum hoc utrunque ipsorum, q.d, si poneretur, quod ignis esset ignis secundum caliditatem et per earn specificetur, quod non affirme, et aqua esset aqua secundum frigiditatem, quod non assero, quare non esset verum omnibus modis, quod ignis secundum quod ignis contrarietur aquae secundum quod aqua? Ista est quaestio sua, et soluit quod quamuis ignis esset ignis secundum caliditatem, et aqua est et aqua secundum frigiditatem, tamen haec non sunt aqua et ignis, idest caliditas non esset tota natura ignis, neque frigiditas tota natura aquae, sed sunt ut subiectum habens qualitates, idest sed cum istis in nulla istorum includeretur subiectum, et ideo parum post subdit, quod cum materia esset ipsis, quae est eadem in omnibus ipsis, non plus dicit quantum adpropositum23.

15Il poursuit :

  • 24 Ibid.

Ex quo possumus capere, quod si ignis esset contrarius aquae, prout secundum quod est idem quod per se et primo, et illud indubitanter verum est, quia quod competit alicui ratione partis, non debetur ei per se et primo, praecipue in genere esse; et ideo quamuis ignis esset ignis secundum caliditatem, quod tamen non asserit, quia cum in sua essentia includit aliam partem essentialem, scilicet materiam, ratione cuius nullam habet contrarietatem ad aquam, quia eadem est materia utriusque, ideo non erit ignis aquae contrarius per se, et primo, ita quod tota essentia sua sit causa contrarietatis ipsius ad aquam24.

16Ainsi, conclut Jean, il faut comprendre que chez Alexandre, d’une part, le chaud n’est pas la forme substantielle du feu, et que, d’autre part, même si c’était le cas, dirait l’aphrodisien, il serait erroné d’en déduire que le feu agit en tant que feu, puisque la forme substantielle du feu n’est pas le feu tout entier, lequel intègre aussi une matière – qu’il partage par exemple avec l’eau-, si bien qu’il serait impossible qu’il pût agir sur elle en tant que feu :

  • 25 Ibid. Jean revient plusieurs fois dans son oeuvre sur cette thèse d’Alexandre ; cf. notamment, QDA,(...)

Sic forte intellexit Alexander; melius autem videtur mihi sic dicere quam ilium vilem errorem attribuere tanto viro25.

  • 26 D’autres sont évidemment possibles, notamment avec Albert le Grand. Faute d’éditions et d’études, c (...)
  • 27 Thomas d’Aquin, Sentencia libri De sensu et sensato, I, 9, p. 54, 102-113 : Dicit quod ignis in qua (...)

17D’où vient l’ensemble de cette problématisation ? S’agissant des Latins, un rapprochement avec Thomas d’Aquin est éclairant26. Dans sa Sentencia libri De sensu et sensato, Thomas paraphrase d’abord le passage d’Aristote sur le feu pour conclure avec lui que le feu n’agit pas en tant que tel mais en tant que chaud et sec27. Puis il soulève deux objections (dubitationes) articulées l’une à l’autre.

  • 28 Voir ibid., p. 54, 116-119 : Si enim igni competit per se esse calidum et siccum, si agit in quantu (...)
  • 29 L’Aquinate signale pour la condamner ce qui selon lui constitue la lecture alternative d’Alexandre (...)
  • 30 Voir ibid., p. 54, 129-140 : Set hoc non potest stare, quia idem non potest esse in genere substanc (...)
  • 31 Ibid., p. 54, 141-147.

18(1) La première est la suivante : s’il revient au feu d’être par soi chaud et sec, dire (comme Aristote) qu’il agit en tant que chaud et sec n’oblige-t-il pas à déduire (contre Aristote) qu’il agit en tant que feu28 ? Thomas répond par la négative en soutenant que si, effectivement, la chaleur appartient par soi au feu, elle n’en constitue pas cependant la forme substantielle29. Premièrement, parce que la chaleur est un accident, tandis que la forme substantielle relève du genre de la substance. Deuxièmement, parce qu’une forme substantielle ne se perçoit pas par les sens (comme c’est le cas du chaud) mais se saisit par l’intellect30. Pour sa part, l’Aquinate conclut en affirmant que la chaleur, sans être la forme substantielle du feu, en est un « accident propre ». Avec Aristote, on soutiendra donc que le feu agit en tant que chaud, selon sa chaleur, qui admet bien un contraire, sans que cela conduise à dire qu’il agit en tant que feu, selon sa forme substantielle, laquelle, comme toute forme substantielle, est stricte loquendo sans contraire31.

19(2) Survient une seconde objection. En effet, note Thomas :

  • 32 Ibid., p. 54, 159-55, 165.

Si [...] in elementis non est principium actionis forma substancialis set accidentalis, cum nichil agat ultra suam speciem, non uidetur quod per actionem naturalem elementorum materia transmntetur ad formant substancialem, set solum ad formam accidentalem32.

  • 33 L’adage était déjà employé par Albert pour exposer la doctrine de Platon et d’Avicenne ; voir Summa (...)

20Pour satisfaire le « principe » de contrariété susdit, admettons que les principes d’action des éléments soient les formes accidentelles (comme la chaleur) et non pas les formes substantielles. Étant donné que rien n’agit au-delà de son espèce33, poursuit Thomas, l’action d’une forme accidentelle ne saurait conduire à réduction d’une forme substantielle qui, par nature, l’excède, de sorte que d’une certaine chaleur ne procéderait jamais qu’une autre chaleur. Mais dans ces conditions, comment passer de l’efficacité du chaud à l’existence réelle du feu ? C’est tout le problème. L’idée d’une efficience exclusive des qualités élémentaires vient buter sur les phénomènes de génération substantielle. Si seuls agissent des accidents dont la portée n’outrepasse pas ce qu’ils sont, comment rendre compte de l’advenir des substances ?

21À cela, certains répondent d’une manière radicale. Si l’action immanente des agents sensibles est limitée, les formes substantielles ne peuvent venir que du dehors, i.e. d’en haut. Toutes les formes substantielles sont nécessairement issues d’une cause « surnaturelle » et les agents naturels ne font rien, en l’altérant, qu’y « disposer » la matière. Thomas présente ainsi cette position – soulignant qu’elle reconduit à l’opinion des « platoniciens » pour qui les causes efficientes de la génération sublunaire sont des formes « séparées » :

  • 34 Thomas d’Aquin, Sentencia libri De sensu et sensato, I, 9, p. 55, 166-174. En fait, Thomas signale (...)

Et propter hoc quidam posuerunt quod omnes forme substanciales sunt a causa supernaturali et quod agens naturale solum alterando disponat ad formam; et hoc reducitur ad opinionem Platonicorum, qui posuerunt quod species separate sunt causa generationis et quod omnis actio est a uirtute incorporea34.

22La seconde dubitatio de l’Aquinate laisse donc entrevoir une part de ce qu’enveloppait pour un penseur médiéval la quaestio sur le feu extraite du De sensu. Premièrement, il n’est pas seulement question du feu mais plus largement de l’action ici-bas de toute forme accidentelle. Deuxièmement, cette action étant réduite, puisque nihil agit ultra suam speciem, il s’agit de déterminer la cause efficiente des substances sensibles qui, nonobstant, viennent à être. Troisièmement, cela paraît appeler une solution de type « platonicien » où doivent exister, telles des Idées, des causes incorporelles supérieures pour nantir le monde de ses formes substantielles. Paradoxalement, répondre comme semble l’imposer la lettre du De sensu que le feu n’agit pas en tant que feu, i.e. restreindre la causalité horizontale des agents naturels à l’efficience superficielle, relative des qualités pourrait ainsi conduire à postuler, contre Aristore, l’existence d’une causalité verticale d’entités séparées conférant les formes des substances inférieures.

  • 35 Dans le Compendium du De sensu d’Averroès que lisent les médiévaux, il n’y a rien dans la partie co (...)

23On reviendra plus bas sur la réponse de Thomas. Il faut auparavant relever que ce n’est pas Thomas lui-même qui, derrière la question du feu, repère et met en place l’ensemble de cette problématique. Comme tous les Latins, passée la première moitié du xiiie siècle, il l’hérite des commentaires qu’Averroès donne de Métaphysique Z 7-9 et A 335.

  • 36 C’est ce que montre C. Cerami, dans Substance et génération.... op. cit., n. 1 ; pour une reconstru (...)

24L’objectif principal d’Averroès dans sa lecture de Z 7-9 consiste à réfuter la doctrine platonicienne des formes séparées par une démonstration de l’universelle validité du « principe de synonymie36 ». Les formes séparées sont inutiles pour rendre compte de la génération substantielle s’il est vrai qu’un individu corporel est toujours engendré par un autre individu corporel qui lui est semblable quant à la forme. Averroès l’écrit lorsqu’il résume l’essentiel du propos au début de son commentaire de Z9 1034a 30-1034b 7 (com. 31) :

  • 37 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 180val. Pour l’arabe, cf. Averroès, Tafsīr mā ba’d aṭ-ṭabī’a (...)

Haec igitur est summa eorum quae dicuntur in hoc loco, scilicet quod si sint formae hic separatae, nihil prosunt in generatione, et quod generatio est ex rebus conuenientibus secundum formam et diuersis secundum numerum37.

25Il le répète en ouvrant son commentaire de Ʌ3 1070a 27-30 (com. 18) :

  • 38 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 303bE.

Cum declarauit [Aristoteles] quod causarum quaedam sunt agentes et suntpraecedentes ad esse, et quaedam sunt partes rei, et sunt cum ea, dicit quod manifestum est quod nihil cogit nos dicere formas Platonis quoniam, cum illud quod fiet, fiat ex conuenienti in nomine, nulla est indigentia ut formae sint. Homo enim generatur ex homine, et equus ex equo38.

  • 39 Sur ces nuances, et en général sur le rôle du principe de synonymie dans la polémique antiplatonici (...)
  • 40 Sur la notion de génération spontanée chez Aristote, voir D.M. Balme, « Development of Biology in A (...)

26Il lui faut donc nécessairement prouver que dans toute génération, quel que soit son type, le semblable s’engendre du semblable par la forme. Plusieurs cas litigieux sont réglés au fil du commentaire de Z 7-9 : d’abord celui des générations artificielles, volontaires (la maison engendrée par l’artisan, la santé engendrée par le médecin) ou involontaires (la santé opérée accidentellement par le malade), puis celui des générations interspécifiques (le mulet engendré par le cheval). Même s’il n’est pleinement satisfait que dans les générations naturelles, le principe de synonymie s’y vérifie chaque fois quodam modo39. Parvenu aux lignes 1034a 30-1034b 7 de Z 9, Averroès doit cependant affronter une dernière série d’objections qui menace sa critique des formes séparées platoniciennes. Elle s’ouvre par le cas extrême des générations (naturelles) spontanées40.

  • 41 Averroès, In Metaph., XII, c. 31, fol. 180vbK.

Et in hoc quod dixit [Aristoteles] sunt multae quaestiones difficiles; quoniam, cum fuerit positum, quod illud quod est in potentia sit in actu ab illo quod est sui generis, aut suae speciei in actu, et nos videmus hic plura animalia, aut plures plantas exire de potentia in actum sine semine, quod generatur a suo simili secundum formant, et ex hoc existimatur substantias etformas esse dantes istas formas, per quas sunt animalia et plantae, et haec est maior ratio quod attribuitur Platoni41.

27Certains animaux ou certaines plantes ne procèdent pas d’une semence issue d’un agent semblable à son produit par la forme. En ce cas, d’où vient leur forme ? « Platon » retourne à son profit le principe de synonymie : s’il faut un agent qui soit en acte par son genre ou son espèce tel que l’engendré, et qu’un tel agent est introuvable dans la nature sensible, il est nécessaire que la forme de l’engendré lui soit donnée par une cause séparée qui, elle, présente les caractères requis.

  • 42 Averroès, In Metaph., XII, c. 13, fol. 298vbL-M : ista [i.e. res quae fiunt ex putrefactione}, quam (...)

28Dans son commentaire de Ʌ3 1070a 4-9 (com. 13) et de Ʌ4 1070b 30-35 (com. 24), Averroès relève qu’Alexandre d’Aphrodise avait lui-même pointé la difficulté d’accorder synonymie et engendrement par putréfaction. Tout en ayant proposé une lecture large du principe de synonymie permettant d’y inclure le cas des êtres spontanément issus d’une matière putride42, l’aphrodisien semblerait avoir en fin de compte disqualifié le problème en excluant a priori la génération spontanée des cas susceptibles de vérifier la synonymie. Ce passage en précise les critères :

  • 43 Averroès, In Metaph., XII, c. 24, col. 309vaH-I.

Et Alexander dicit quod dicere conueniens non verificatur, nisi in causis agentibus propinquis et essentialiter, non casu, scilicet in eis, quae sunt ex causis agentibus, quae fuerint propter aliquid. Et iam praedixit quod animalia, quae fiunt ex putrefactione sunt apud ipsum istius generis, et in sermone eius est quaestio, quae per se est perscrutanda. Deinde et dubitandum est in hac propositione dicente quod conueniens fit essentialiter ex conueniente, quia in corrigia nihil est tale quale illud quod relinquitur ab ea in dorso, et est simile sermoni quod in serra non est signum abscisionis, quae est in ligno; talia autem sunt instrumenta, non causae agentes, et sermo eius non est nisi in causis agentibus, et ideo dicit quod abscisio quam facit serra est in anima serrantis; et dolor, quem fiacit corrigia, est in anima percutientis. Dicit igitur quod ista propositio verificatur tribus conditionibus, scilicet ut sit in agente non in instrumenta, et in propinquo non in remoto, et in agente essentialiter non accidentaliter43.

29Cela étant, c’est Thémistius qui présente explicitement dans sa paraphrase de la Métaphysique le cas de l’engendrement par putréfaction comme une objection pouvant plaider en faveur du « platonisme ». Averroès l’écrit dans son commentaire de Ʌ3 1070a 27-30 (com. 18) :

  • 44 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 303bA et suiv. Pour Thémistius, voir sa Paraphrase de la mét (...)

[...] necesse est ut conueniens fiat ex conuenienti. Themistius autem dicit hunc sermonem esse sufficientem, sed dicit ipsum oblitum fuisse animalia, quae fiunt ex non similibus44.

  • 45 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304aA.

30Et la conclusion qu’il lui prête, après l’avoir longuement cité, rejoint bien celle que le Commentateur dégage en Z 9 : ideo putatur quod iste sermo coget formas dicere esse45. En l’absence de semence et de géniteur, il semblerait ainsi que seules des formes séparées donnant elles-mêmes les formes instanciées dans la matière pussent garantir la synonymie. L’engendrement par putréfaction serait la preuve la plus évidente que la cause efficiente de la génération n’est pas une forme dans la matière et qu’il faut, pour rendre raison de l’ontologie du sensible, en sortir.

  • 46 Nous négligeons le deuxième argument que formule Averroès en faveur de Platon, lequel argument conc (...)

31Qui plus est, poursuit Averroès46, dans les générations naturelles aussi l’application du principe de synonymie pourrait conduire à cette conclusion :

  • 47 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 180vbM. Le même argument est répété dans In Metaph., XII, c. (...)

Et hoc [i.e. la nécessité de poser des formes séparées] non solummodo existimatur in non generabilibus ex semine, sed in generabilibus etiam. In semine enim non est anima in actu, sed potentia; et omne quod est potentia indiget aliquo in actu47.

32Une substance en puissance a besoin pour passer à l’acte d’une substance qui soit non seulement de même espèce ou de même genre qu’elle mais également en acte. Or tel n’est pas le cas de la semence dans laquelle il n’est pas d’âme en acte. L’âme de l’engendré ne peut donc en provenir. Là encore, par conséquent, il semblerait qu’il fallût postuler l’efficience d’une forme séparée.

  • 48 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181aA : Et existimatur quod non solummodo dat formas animata (...)
  • 49 C’est une question qui demande un examen particulier. De quel dossier, si ce n’est d’une lecture di (...)

33C’est d’ailleurs, dit Averroès, ce que certains philosophes postérieurs ont fait ; à commencer par Avicenne, qui assimile cette cause immatérielle et transcendante de la génération à l’intelligence agente d’Aristote conçue comme un « donateur de formes », conférant à la fois les formes des êtres vivants, celles des homéomères et celles des éléments48. Dans son commentaire de Z 9 1034a 30-1034b 7 (com. 31), Averroès fournit de ce dernier point une justification remarquablement synthétique49. La thèse d’Avicenne sur l’origine extrinsèque des formes élémentaires, dit-il, repose sur deux propositions : d’une part, que ce qui est en puissance ne passe à l’acte que par un agent en acte lui étant semblable par le genre ou par l’espèce ; d’autre part, que les formes substantielles matérielles ne sont pas essentiellement agentes, et que seules sont actives ou passives les qualités primaires (le sec, l’humide, le chaud, le froid).

34Seules donc agissent dans ce monde inférieur des qualités qui ne peuvent engendrer autre chose que des formes accidentelles du même type quelles. Sans l’action d’un datorformarum, par conséquent, l’advenir des éléments et la génération substantielle seraient inconcevables.

  • 50 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181 aA-B. Quelques lignes plus haut (fol. 181raA), il avait (...)

Et universaliter ista quaestio fundatur super propositiones. Quarum una est, quod illud quod est in potentia non exit in actum nisi ab aliquo extrahente suae speciei, autgeneris. Et quodformae substantiales materiales neque sunt actiuae neque passiuae essentialiter, et quod actiuae et passiuae sunt primae qualitates, et ex istis sequitur ut agens istas formas sintprincipia non naturalia. Et ideo quia Auicenna obedit istis propositionibus credidit omnes formas esse ab intelligentia agente, quam vocat datorem formarum50.

35Cette présentation est reprise dans le commentaire de Ʌ3 1070a 27-30 (com. 18) où Averroès souligne, même s’il ne recourt qu’à l’exemple du feu, qu’elle vaut pour toutes les formes substantielles :

  • 51 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304aA-C.

Unde quidam dicunt quod omnes formae substantiales fiunt a forma abstracta extrinseca, quae dicitur a quibusdam dator formarum, et dicunt quod haec est intelligentia agens, et ratiocinatur super hoc, quod virtutes actiuae sunt quatuor qualitates, calor, frigus, humidum, siccum, et quod nihil est in materia agens, nisi ista, quae agunt sua similia. Formae autem substantiales non agunt in quibusdam. Ignis enim cum fecerit alium ignem similem sibi ex corpore graui, tunc forma substantialis quae est in eo, v. g. leuitas, non agit in illo corpore graui, quodfecit ignem, aliam leuitatem similem sibi, cum apertefuerit dictum in lib. Per Geneseos, quod nulla est in igne virtus agens, nisi calor51.

36Lorsqu’un feu engendre un autre feu, ce n’est pas la forme substantielle du premier qui cause celle du second. Car en lui n’agit que sa chaleur, qui ne peut avoir d’autre effet qu’une chaleur du même type, et n’engendrera donc jamais d’elle-même, par-delà le chaud, la légèreté qui fait la substance du feu.

  • 52 On néglige ici l’argument du feu engendré par le mouvement.

37Averroès fait ainsi face à trois objections majeures52 qui, au nom même du principe de synonymie dont il faisait une arme antiplatonicienne, cautionnent en apparence une thèse « platonicienne » (celle de Platon proprement dit ou celle, selon Averroès, de ses épigones, comme Avicenne) dans laquelle c’est une forme séparée et non pas un individu corporel qui cause les générations substantielles dans le monde sensible. Premièrement, le cas des générations sans semence ou spontanées, pour lesquelles, par définition, il semble ne pas y avoir de géniteur sensible. Deuxièmement, dans toutes les générations naturelles, le fait que la semence ne soit pas en acte, ou ne contienne pas en acte ce qu’elle cause. Troisièmement, l’idée, s’il n’y a d’actif ici-bas que les qualités primaires, qu’aucun agent sensible ne peut engendrer une forme substantielle.

  • 53 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181 vL.

38Pour y répondre, Averroès maintient l’exigence de synonymie mais conteste qu’il faille quitter le niveau sensible pour la satisfaire. L’erreur des « platoniciens » en tout genre est de ne pas voir qu’il est nécessaire ut omne mixtum cum materia generetur a mixto cum materia53. Seules des formes matérielles peuvent engendrer d’autres formes matérielles. Ainsi, dans le cas des générations par semence, les formes des êtres engendrés procèdent des formes de leurs géniteurs sensibles. Certes, ce sont des semences qui, en dernier lieu, « donnent » ces formes. Mais elles ne donnent rien quelles n’aient d’abord reçu de leurs émetteurs ; elles ne « donnent », autrement dit, que par le biais des formes que les géniteurs eux-mêmes, en quelque façon, leur ont « données ».

  • 54 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181D-E.

Nos autem dicamus quod, cum consyderata fuerit demonstratio Aristotelis in hoc loco super hoc quod formae materiales sunt generantes formas materiales, apparebit quod semina sunt illa, quae dant formas rerum generatarum a seminibus per formas, quas dederunt semina generantia54.

  • 55 Le texte n’est pas conservé en arabe mais en hébreu. Nous citons le texte latin de l’édition de 156 (...)
  • 56 Aristote compare la semence en action à l’instrument aux mains de l’artisan guidé par son art, « le (...)

39Ce n’est donc pas aux semences mais aux vivants qui les émettent qu’il convient de renvoyer les formes substantielles engendrées. Les semences n’en sont que les « instruments » et, en tant que telles, elles opèrent conformément à l’actualité formelle des géniteurs. Averroès le formule explicitement dans son commentaire du deuxième livre du De generatione animalium55, en rapprochant, comme Aristote lui-même56, génération naturelle et génération artificielle :

  • 57 Aristotelis De generatione animalium cum Averrois Cordubensis paraphrasi [ci-dessous : In De gen. a (...)

In generatione naturali semen habet vim instrument, et a quo semen habet vim ipsiusmet artis57.

40La semence est comme un outil dont l’orientation, le mouvement et l’efficacité sont guidés par le générateur. De même que l’instrument est aux mains de l’artisan, et qu’il n’agit qu’en fonction de la forme de l’artefact présente dans son intelligence, la semence est mue par celui qui l’émet, en qui se trouve en acte la forme de ce qu’elle doit engendrer. C’est ce que le Commentateur précise plus bas :

  • 58 Averroès, In De gen. an. Il, fol. 72E-F.

Sicut calor reddit ferrum molle et durum per ipsam artem, forma tamen ensis et securis fit ex motu instrument, quod mouetur secundum mensuram scientiae ipsius artificis, sic etiam figuram membrorum et eorum forma ex semine generantur ratione virtutis, quam acquisiuit ab eo, a quo semen. Nam, quemadmodum principium motus alicuius arts particularis fit performam artificialem, sic etiam principium motus et generationis alicuius particularis naturae fit per rem, in qua est in actu forma huius rei generatae58.

  • 59 Voir notamment HS. Crawford éd., Averrois Cordubensis commentarium magnum in Aristotelis de anima l (...)
  • 60 On les a relevées plus haut.
  • 61 Entre deux extrêmes (les partisans de la latitatio des formes, d’un côté, ceux de leur creatio, de (...)

41Usant du même parallèle, il l’écrit aussi dans son Grand commentaire du De anima, lorsqu’il commente ce passage du livre II (4, 416a 12-17) dans lequel Aristote explique que le feu n’agit dans le corps que sous la direction de l’âme, qui fixe à son action la limite dont il est, par nature, dépourvu59. Mais l’idée se retrouve surtout dans le commentaire de A3 1070a 27-30 (com. 18) parallèle à celui de Z 9 1034a 30-1034b 7 (com. 31). Le propos, cependant, n’est pas exactement le même. Après avoir présenté différentes objections à la position aristotélicienne60, puis évoqué diverses solutions qu’il ne retient pas61, Averroès commence ainsi, fidèlement, son exposition de la thèse d’Aristote :

  • 62 Averroès, In Metaph., XII, c. 1 8, fol. 304vaH.

Agens non facit nisi compositum ex materia et forma, et hoc fit mouendo materiam et trasmutando earn, donec exeat de ea illud quod est de potentia in ea ad illam formam in actu62.

42Dans les générations substantielles, la cause prochaine est un agent sensible dont l’action, à proprement parler, consiste non pas à donner la forme, du dehors, comme quelque chose d’extrinsèque à la matière qui la recevrait, mais à extraire de la puissance à l’acte une forme incluse dans cette matière. L’agent n’intervient ici que comme éducteur ou actualisateur, mais nullement comme dator formarum. Or, selon Averroès, cela rejaillit directement sur le sens qu’on doit accorder au principe de synonymie :

  • 63 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbK-L.

Intentio igitur sermonis Aristotelis quod conueniens fit a conueniente, aut prope conueniente, non est quod conueniens agit per se et per suam formam formam sibi conuenientis, sed est dicere quod extrahit formam sibi conuenientis ex potentia in actum, et non est agens quia adducit in illam materiam aliquid extrinsecum63.

  • 64 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbM. Nous soulignons.

43L’agent n’est pas le synonyme du produit dans la mesure où, agissant par sa propre forme, il lui donnerait de l’extérieur sa forme en acte. Par conséquent, non est necesse ut agens omnino sit conueniens secundum omnes modos64. Il suffit qu’il le soit en quelque façon, c’est-à-dire, au moins, d’une manière telle qu’il puisse assurer dans la matière qu’il affecte le passage à l’acte de cette forme.

  • 65 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 180vbK.

44Pour mesurer l’impact de cette conclusion, il faut se rappeler l’objection de Z 9 présentée comme la maior ratio de Platon : Illud quod est in potentia fit in actu ab illo quo est sui generis aut suae speciei in actu65 ; ce qui, disaiton, n’est pas le cas de la semence, puisqu’elle n’est pas une âme en acte et qu’elle ne contient pas non plus d’âme en acte. Averroès peut désormais y répondre ainsi :

  • 66 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbM-305aA.

Omne extrahens aliquid ex potentia in actum, necesse est ut in eo sit aliquo modo illud quod extrahit, non quod sit ipsum secundum omnes modos. Virtutes igitur quae sunt in seminibus, quae faciunt animata, non sunt animatae in actu, sed in potentia; sicut domus, quae est in anima aedificatoris est domus in potentia non in actu66.

  • 67 À la ligne suivante, XII, c. 18, fol. 305aA : Et ideo Aristoteles facit assimilationem de istis vir (...)
  • 68 Voir Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181rbE : Omnia ista sunt virtutes naturales diuinae gen (...)

45Il n’est pas nécessaire que l’agent soit exactement en acte ce que sera son produit. Il peut ne l’être qu’en puissance, en ce sens, précisera le texte67, qu’il possède la puissance de l’actualiser. Or c’est le cas de la semence ou, plus exactement, de la virtus qui est en elle. Celle-ci n’est pas une âme en acte, mais une âme en puissance capable d’extraire de la puissance à l’acte une âme qui lui sera semblable. La virtus de la semence est ainsi l’analogue de la forme de l’artefact (la maison) dans l’âme de l’artisan68. Cette forme, qui existe en acte dans l’âme de l’artisan, n’est pas une maison en acte. Elle l’est en puissance ; elle l’est comme puissance d’actualisation de la maison dans une matière. Et cela suffit à assurer une forme de synonymie.

46Averroès ajoute donc à sa première réfutation de l’objection platonicienne. Il ne s’agit plus seulement, en insistant sur la dimension instrumentale de la causalité séminale, de considérer que la synonymie stricto sensu peut et doit s’envisager entre l’engendré et le géniteur en acte dont la semence provient, mais, en assouplissant le principe de synonymie, de poser que cette synonymie existe aussi, aliquo modo, entre l’engendré et la virtus de la semence elle-même.

  • 69 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbM. Nous soulignons.
  • 70 La substance corporelle, qui seule peut produire la transformation matérielle requise, agit par le (...)

47Cette solution à deux niveaux qui sauve la synonymie aristotélicienne dans le cas des engendrements par semence règle également celui des substances inanimées comme le feu. C’est ce qui permet à Averroès d’écrire, sans s’y attarder, que ignis generatur a motu, sicut ab igne69. Pour répondre à Avicenne, il insiste plutôt sur l’idée d’une causalité des qualités commandée par les substances sensibles dont elles sont les formes accidentelles. Certes, ce sont des qualités qui agissent dans les processus de générations élémentaires (comme le chaud, dans le cas du feu) ou d’autres plus complexes, mais elles ne le font qu’en vertu du corps qui les porte ou d’une puissance agissant par son intermédiaire, de la même façon que les semences, dans les générations naturelles, n’agissent qu’en vertu des êtres en acte qui les émettent70. C’est ce qui explique que puissent apparaître d’autres substances semblables sans qu’il faille supposer l’action d’un donateur de formes.

48Reste le cas des générations naturelles spontanées. Selon Averroès, elles satisfont elles aussi au principe de synonymie, tel qu’Aristote l’entend, dans la mesure où le processus d’engendrement par putréfaction est en vérité analogue à la dynamique de l’engendrement par semence :

  • 71 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 180vaH. Cf. Aristote, Métaphysique, Z, 9,1034b4-7.

Omnia enim quae fiunt ex se, idest omnia autem, qnae generantur ex se non a simili, generantur modo similigenerationi rerum, in quarum materia est potentia, ut ex eis generetur aliquod simile per potentiam, quae est in semine71.

  • 72 Averroès le formule comme suit dans son commentaire de Z 9 1034a 30-1034b 7 (com. 31) : In generabi (...)

49La matière putride contient l’équivalent de la virtus inhérente à la semence capable d’actualiser (sans être elle-même une âme en acte) une âme en puissance. La seule différence tient au fait que cette virtus, dans le cas des engendrements par putréfaction, procède entièrement d’une chaleur céleste (celle du soleil et des autres étoiles), alors qu’elle bénéficie aussi de la chaleur séminale émise par le géniteur dans le cas des générations naturelles72. En dépit de cette différence, la synonymie doit donc se vérifier pour les générations spontanées comme elle se vérifie pour les générations naturelles et artificielles. Averroès le développe explicitement dans son commentaire de Ʌ3 1070 a 4-9 (com. 13) :

  • 73 Averroès, In Metaph., XII, c. 13, fol. 299vaH-bK.

Cum diximus quod illud quod generatur ex putrefactione generatur ex conueniente, [...] est dicere quod putrefactio ex qua generatur est sicut semen in animalibus generantibus, scilicet quia sicut in seminibus est virtus generatiua speciei habentis illud semen, quam Aristoteles assimilauit artificio, ita virtus quod est in putrefactione propria alicuius animalis est similis artificio, quod est in semine; et cum ea, quae fiunt ex artificio fiunt ex conueniente, necesse est ut ea quae fiunt ex virtute quae est in putrefactione propria alicuius animalis, fiant a conueniente. [...] Et ideo nulle modo indigemus ponere formas, quas existimauit Themistius ponere ex necessitate in animalibus, quae fiunt ex putrefactione73.

50Il y a dans la matière en putréfaction une virtus génératrice analogue à la virtus naturelle présente dans la semence, et elle-même analogue à l’« art » (artificium) inscrit dans l’âme de l’artisan. Car c’est la production artisanale qui sert ici de modèle. En vertu de cette analogie, Averroès soutient que si ce qui vient de l’« art » en procède comme de son synonyme, cela vaut aussi pour ce qui résulte de la virtus inhérente à la matière putride. Or la maison n’est pas produite par une maison en acte. Elle est causée par un artisan en qui elle se trouve aliquo modo, c’est-à-dire en puissance, sous la forme d’une virtus artificialis capable d’en actualiser la forme dans une matière adéquate. De la même façon, par conséquent, l’être issu de la putréfaction n’est pas lui-même causé par un géniteur formellement semblable en acte (comme l’est le fils par le père dans une génération naturelle) ; il procède d’une matière active en qui il se trouve aliquo modo, c’est-à-dire, là aussi, en puissance, sous la forme d’une virtus capable d’actualiser la forme déterminée qui sera la sienne.

51Sans doute, pourtant, n’est-ce pas assez. Dans son dernier commentaire de Z 9 (com. 32), Averroès ne manque pas de relever avec Aristote que :

  • 74 Averroès, In Metaph., VII, c. 32, fol. 182bD.

[E]stproprium substantiae inter aliapraedicamenta ut antegeneratum sit alia substantia agens ipsum, quod est in actu ex specie illius, quod aget, ut animal, quod generat animal sibi simile74.

  • 75 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 305bD : Et ista mensuraprouenit ab arte diuina intellectuali (...)

52S’il ne faut pas chercher l’application stricte de ce modèle à toutes les substances, il ne suffit pas pour correctement fonder la synonymie de convoquer la virtus présente dans la matière putride. C’est pourquoi il faut remonter aussi à ce qui, dans les générations spontanées, assume, en l’absence d’un père, la donation d’une puissance active, à savoir aux corps célestes, lesquels, dans cet univers intégralement ordonné par la providence, reconduisent eux-mêmes au premier moteur en qui se trouvent en acte les formes de toutes choses75.

53Telle est donc la matrice des discussions scolastiques sur l’action du feu en tant que feu dont la question de Jean de Jandun est elle-même un avatar. Trois choses ressortent. Premièrement, que cette question technique n’est qu’une entrée dans le problème plus large de la cause efficiente dans la génération substantielle. Deuxièmement, que la querelle est une gigantomachie qui met aux prises Aristote avec Platon, ou des platoniciens modernes dont émerge la figure d’Avicenne : c’est la causalité efficiente des Idées ou du dator formarum (et donc leur justification) qui est en jeu. Troisièmement, que la solution repose sur l’interprétation qu’on donne au principe de synonymie, lequel, paradoxalement, est revendiqué par les différentes parties.

54C’est dans ce cadre qu’on peut évaluer correctement le sens et la portée de l’intervention de Jean de Jandun. Au préalable cependant, il faut noter que le développement de sa question 23 sur le De sensu n’est pas isolé dans son oeuvre. Il se retrouve peu ou prou en deux endroits. D’abord dans sa question 8 sur le livre I du De anima, lorsque, à partir de De an. I, 1,402b 7-8, il demande « si l’universel est antérieur ou postérieur au singulier » (an ipsum universaleprius velposterius sit ipso singulart). Ensuite dans ses questions 19 et 24 sur le livre VII de la Métaphysique, lorsqu’il demande « s’il est nécessaire de poser des substances abstraites et séparées pour la génération des êtres inférieurs » (utrum per generationem inferiorum sit necesse ponere substantia abstractas et separatas), puis, à partir de Metaph., VII, 7, 1033a 1-8, « si l’universel est réellement séparé du singulier sensible » (utrum universalia realiter sint separata a singularibus sensibilibus et corruptibilibus). Comparons donc les différentes réponses que fournit le maître ès arts en ne retenant que les éléments les plus pertinents.

  • 76 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 19b.

55Sur le feu, d’abord. Dans sa question sur le De sensu, Jean reprend l’idée d’une causalité instrumentale de la chaleur qui lui assure une double réponse au problème. Le feu agit en tant que chaud, certes, conformément à la lettre du De sensu et à l’idée, plus générale, du chaud comme qualité active ; mais il n’agit ainsi qu’à titre « instrumental », une forme accidentelle n’étant jamais que l’« organe » de la forme substantielle76. Il agit donc aussi en tant que feu, et cela à titre « principal », i.e. comme l’agent dont dépend finalement la nature du produit. Affirmer avec le De sensu que le feu agit en tant que chaud ne conduit donc pas à poser contre Aristote que la forme du feu engendré ne peut provenir que d’une forme séparée. Le platonisme n’est pas un aristotélisme conséquent. C’est bien d’un feu réel, concret, mondain, et non pas d’une Idée ou d’un dator formarum, qu’une telle forme procède. Jean le formule comme suit :

  • 77 Ibid., fol. 19a.

Dismissis autem omnibus aliis opinionibus, dico ad praesens, quod ignis agit principaliter actionem suam inquantum ignis [...] Secundo dico quod ignis agit instrumentaliter et secundum quod calidus, ita quod calidum est principium organicum actionis in igne quia illud quod est immediatum principum actionis est agens organicum seu instrumentale77.

  • 78 Lui-même, on l’a vu, partiellement héritier du Commentateur.
  • 79 Il le soutenait déjà dans son commentaire des Sentences ; voir Super Sent., lib. 4 d. 12 q. 1 a. 2 (...)

56La solution n’est certes pas éloignée d’Averroès, dont elle se réclame, mais elle est, par son expression, sa tournure, plus proche encore de Thomas d’Aquin78. On se souvient que dans sa seconde dubitatio portant sur De sen. 4, 441 b 12-15 l’Aquinate devait comme ici combiner deux choses : confirmer d’une part que le feu agit en tant que chaud, et justifier, d’autre part, en excluant tout recours à une causalité platonicienne, que ce chaud, en agissant, produit du feu. Or Thomas répond lui aussi que le chaud est bien une qualité active, mais que ce n’est qu’une cause instrumentale qui, si elle agit, ne le peut qu’« en vertu » de la forme substantielle dont elle est la qualité. Son action peut ainsi déboucher sur un produit qui l’excède, puisque le produit de la cause instrumentale, principe immédiat de l’opération, est semblable non à cette cause instrumentale elle-même, mais à l’agent principal qui la commande (et en l’occurrence : le feu)79.

  • 80 Thomas d’Aquin, Sentencia libri De sensu et sensato, I, 9, p. 55, 177-189.

Et ideo dicendum est quod unumquodque agit secundum quod est ens actu, ut patet in I De generatione; necesse est autem quod, <sicut> esse qualitatum elementarium deriuatur a principiis essencialibus eorum, ita etiam et uirtus agendi competit huiusmodi qualitatibus ex uirtute formarum substancialium; omne autem quod agit in virtute alterius facit simile ei in cuius uirtute agit, sicut serra facit domum ex uirtute domus que est in anima, et calor naturalis generat carnem animatam ex uirtute anime; et per hunc etiam modum per actionem qualitatum elementarium transmutatur materia ad formas substanciales80.

57La proximité de Thomas et de Jean, sous l’égide d’Averroès, se confirme lorsque le maître ès arts précise que le feu n’est agent principal que relativement parlant. Car le feu, comme tous les corps inférieurs, est lui-même « instrument » des corps célestes, lesquels à leur tour, dans toutes leurs activités, sont « instruments » de leurs intelligences motrices. Invoquant le Commentateur, Jean le présente ainsi :

  • 81 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 19a.

Dico ad praesens quod ignis agit principaliter actionem suam inquantum ignis, sicut est possibile esse principale agens in istis approximatis inferioribus, quia bene scio quod omnia illa agenda particularia inferiora sunt quaedam instrumenta corporum coelestium, sicut dicit Commentator 8 Physic. Item corpora caelestia sunt instrumenta formarum abstractarum, ut dicitur primo Coeli et mundi81.

  • 82 Nous n’avons pas retrouvé le passage.
  • 83 Voir surtout Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 305bD-E et fol. 305vaI, et ibid., c. 24, fol. 3 (...)
  • 84 Sur ce point, voir le relevé de Th. Litt, Les corps célestes dans l’univers de saint Thomas d’Aquin (...)

58Sauf erreur, Averroès ne s’exprime pas exactement ainsi82, même si, comme nous l’ont montré certains de ses commentaires à Métaphysique Z ou Λ, il défend clairement l’idée d’une dépendance des chaleurs inférieures par rapport aux corps célestes, et de ceux-ci, via leurs intelligences, par rapport à la providence de l’intellect divin83. En revanche, Thomas d’Aquin, qui lui aussi renvoie parfois à Averroès, use assez fréquemment, en ces termes, de ce double niveau de causalité instrumentale84. Dans son commentaire des Sentences, II, dist. 15, q. 1, art. 1, sol., il explique par exemple que l’action commune ou générale des agents inférieurs dépend universellement de la puissance (virtus) céleste mais que les puissances (virtutes) spéciales à l’oeuvre dans les engendrements de substances d’espèces déterminées dépendent de puissances célestes elles-mêmes déterminées. Et il ajoute :

  • 85 Thomas d’Aquin, Scriptum super libres sententiarum Magistri Petri Lombardi Episcopi Parisiensis, li (...)

Et huiusmodi virtutes determinatae consistunt praecipue in stellis, quae secundum diversos aspectus et conjonctiones, imprimant ad determinas species, ut dicit Commentator, in XI, Metaph., com. 31; unde virtutes inferiores sunt sicut instrumenta virtutum superiorum, ut dicit Commentator in VIII Physic85.

59Comme on va le voir, cette organisation cosmique que résume ici Thomas se retrouve dans les développements de Jean de Jandun relatifs aux autres types de génération substantielle. S’agissant du feu, cependant, Jean n’en fait pas une préoccupation majeure dans ses questions parallèles sur le De anima et sur la Métaphysique. Il semble en revanche plus hésitant sur la modalité de l’efficacité du feu elle-même. Ainsi, dans sa question 24 sur Metaph., VII, Jean affirme d’emblée, comme on l’attend, qu’un feu agit sur un combustible et extrait un autre feu de la puissance à l’acte sans l’intervention d’une idée ou d’une forme séparée. Mais à l’objection selon laquelle ce passage à l’acte ne saurait être l’oeuvre d’une qualité (qui n’est pas du même genre que le produit) ou d’une forme matérielle (qui, sans contraire, ne peut altérer quoi que ce soit), il oppose différentes hypothèses.

  • 86 Jean de Jandun, Quaestiones perspicacissimi peripatetici Ioannis de Ianduno in duodecim libres Meta (...)
  • 87 Jean de Jandun, QSM, VII, q. 24, fol. 104b : Aliter dicitur cum ignis generatur, tunc fit a forma s (...)
  • 88 C’est la solution par la causalité instrumentale qu’il adopte dans le De sensu et qu’il signale san (...)
  • 89 Voir ibid., col. 34 : Et cum dicitur quod unumquodque fit a suo simili secundum speciem vel secundu (...)
  • 90 Voir ibid. : Haec tamen responsio mihi videtur dubia [...].
  • 91 Voir ibid. : Aliter potest dici, quod in tali generatione, cum ignis generat ignem, immediatum gene (...)

60« Certains », dit-il, soutiennent que même si la chaleur n’est pas formaliter identique au feu engendré, elle l’est néanmoins virtualiter, en ce sens qu’elle a la puissance de le produire. Dans ce cadre, elle est l’« instrument » de la forme substantielle du premier feu86. Mais l’on pourrait répondre autrement, ajoute-t-il, en estimant que c’est bien la forme du feu préexistant qui agit, une fois que, par sa chaleur, la matière combustible a été préparée à recevoir son action87. Dans sa question 8 sur De an., I, l’indécision se retrouve. Il présente d’abord comme la thèse de « certains » (aliqui dicunt) l’idée que le feu agit certes immédiatement par sa chaleur, mais que celle-ci n’agit qu’« en vertu » de la forme substantielle du feu dont elle est la qualité active88. Et si l’on objecte que cette chaleur n’est pas identique selon l’espèce ou le genre à ce quelle engendre, il faut répondre quelle l’est non pas par sa puissance « propre », mais « en vertu », là aussi, de la forme substantielle du feu dans lequel elle se trouve89. Jean émet néanmoins de fortes réserves90 ; il évoque donc une seconde possibilité, la même que plus haut, consistant à dire que la forme substantielle du premier feu est proprement ce qui fait passer de la puissance à l’acte la forme du second, mais qu’elle ne le peut qu’après une phase préparatoire d’échauffement91.

61Ces textes sont remarquables en ce qu’ils témoignent du caractère problématique, moins visible dans sa question sur le De sensu, que pouvaient avoir pour Jean la structuration de la causalité instrumentale et l’idée d’une correspondance « virtuelle » entre un agent prochain et son produit. C’est cela pourtant qu’il va placer au centre de ses autres analyses sur les agents naturels.

62Considérons en effet la deuxième série de difficultés, qui porte sur la génération par semence. L’argument le plus fort de Platon en faveur de la causalité des formes séparées consistait à dire que le principe de synonymie ne pouvait être sauvegardé au seul niveau horizontal dans le cas des générations naturelles par semence puisque cette semence n’était pas en acte formellement identique à son produit. La solution de Jean se veut une reprise de la nuance qu’Averroès apportait à la synonymie. Ce qui perd Platon, c’est une application trop stricte, limitée de la proposition qui veut que le semblable résulte du semblable. S’il est vrai qu’agir consiste à faire passer de la puissance à l’acte, et non pas, de l’extérieur, à donner une forme en acte, il n’est pas besoin que ce qui engendre soit semblable à ce qu’il engendre formaliter. Il suffit, dit Jean, qu’il lui soit semblable in virtute, c’est-à-dire qu’il ait la puissance déterminée de le produire. Le maître ès arts l’expose ainsi :

  • 92 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 18vb.

Nec valet motiuum Platonis, quia non est necesse omne quod fit fieri a sibi simili formaliter, ita quod generans sit eiusdem speciei cum genito, ut corrigia facit dolorem in dorso, et non habet formaliter dolorem, sed sufficit quod sit simile in virtute, ita quod babeat virtutem faciendi talem effectum92.

  • 93 On lui accorde que le fouet n’est semblable à la douleur que par son aptitude à la faire naître dan (...)
  • 94 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbM. Nous soulignons.
  • 95 Voir ibid., fol. 304vbM-305aA : Omne extrahens aliquid ex potentia in actum, necesse est ut in eo s (...)
  • 96 Comme Thomas d’Aquin, du reste. Voir par exemple Thomas d’Aquin, In Metaph., VII, 9, n. 1456, p. 42 (...)

63Même s’il use mal à propos de l’exemple du fouet93, il voit juste en retenant comme leçon majeure du commentaire 18 de A 3 1070a 27-30 le besoin d’une relativisation du principe de synonymie pour contrer l’objection platonicienne. Averroès, on l’a vu, expliquait dans son texte que non est necesse ut agens omnino sit conueniens secundum omnes modos94. Prenant l’exemple des virtutes séminales qui ne sont pas des âmes en acte, mais seulement in potentia, il indiquait que le produit pouvait n’être que aliquo modo dans sa cause95. De ce passage, Jean tire explicitement la thèse d’une synonymie virtuelle96, au sens médiéval du terme : la semence n’est certes pas formellement l’âme en acte dont elle cause l’engendrement, mais elle l’est virtuellement, en ce sens, précisément, qu’elle recèle la puissance de l’actualiser. Cette dichotomie, qui veut rendre l’essentiel de la solution d’Averroès, se retrouve dans les autres textes concernant la génération naturelle. Dans sa question 8 sur De an., I, Jean écrit :

  • 97 Jean de Jandun, QDA, I, 8, col. 35-36. Nous soulignons.

Cum dicitur : nihil educitur de potentia ad actum nisi ab aliquo sui generis vel suae speciei, videtur mihi quod oportet dicere secundum Commentatorem quod verum est de aliquo eiusdem generis vel eiusdem speciei formaliter et in actu, vel virtualiter et in potentia actiua. Et intelligimus aliquid esse de genere alicuius vel specie formaliter et secundum actum, cum habet formam generalem vel specificam consimilem formae illius, sed virtualiter aliquid dicitur esse eiusdem generis cum aliquo, cum habet formam eius in virtute propria actiua et per se97.

64Et dans sa question 24 sur Metaph., VII :

  • 98 Jean de Jandun, QSM, VII, 24, fol. 104a. Cf. aussi QSM, VII, 19, fol. 101va. Nous soulignons.

Illud educitur de potentia etc. Conceditur, vel formaliter vel virtualiter est eiusdem generis vel speciei ; unde non oportet quod semper formaliter et secundum omnes modos sit eiusdem generis et speciei ; et sufficit animali quod habeat virtutem actiuam determinatate eiusdem generis rei uel speciei ad hoc quod extrahat de potentia ad actum. Et tu dicis, quod hoc non conuenit etc. Dicendum quod licet semen non sit eiusdem generis propinqui formaliter, quia non conueniunt in forma generali nec eiusdem speciei, quia non conueniunt in forma specifica, tamen virtualiter conuenit cum generato vel in genere propinquo vel in specie quia habet virtutem actiuam determinatam illius rei quod recipit ab illo a quo decidebatur98...

  • 99 Thomas d’Aquin – comme nombre de Latins, on le répète – le faisait déjà dans son commentaire des Se (...)
  • 100 Voir Jean de Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 18vb : Sicut dicit Auerroes, sicut (...)
  • 101 Voir ibid. : Sed differt, ut dicit Commentator 12 Metaphysi. Quia virtus in seminibus animalium etp (...)
  • 102 Voir ibid. : Utrobique illa uirtus estproportionalis ipsi facto et determinate factiua talis effect (...)

65Pour finir, c’est aussi cela qui va jouer dans les générations naturelles par putréfaction. Jean reprend d’abord les points principaux qu’il lisait dans les commentaires 31 et 18 de Métaph., Z 9 et A 399. La réfutation de la causalité platonicienne est sans exception, puisque l’engendrement par putréfaction est un processus analogue à l’engendrement par semence dans lequel c’est finalement une virtus particulière qui fait passer à l’acte une forme déterminée dans une matière100. Quoique cette virtus, dans le cas de la putréfaction, procède seulement des corps célestes, sans l’intervention d’un géniteur proprement dit101, il est donc possible de faire valoir les mêmes nuances qu’ailleurs dans l’application du principe de synonymie. De même en effet que la semence est identique au produit virtualiter et que cela dispense d’un recours à la causalité directe de formes séparées, la matière putride peut être jugée identique aux êtres qu’elle cause sous le rapport de la puissance particulière qu elle a de les causer102. De manière nette, plus tranchée que chez Averroès lui-même, Jean ressort donc la notion de synonymie « virtuelle ». Dans sa question 24 sur Metaph., VII, par exemple, il le dit ainsi :

  • 103 Jean de Jandun, QSM, VII, q. 24, fol. 104b. Quelques pages plus tôt, il pouvait associer génération (...)

Illa quaegenerantur sine semine etc. Dicendum quod licet non sit agens formaliter eiusdem speciei ven generis propinqui, tamen virtualiter, sicut enim est in illis quae fiunt per propagationem, sic est in illis quae fiant per putrefactionem, quia sicut in illis quae fiunt per propagationem semen habet uirtutem determinatae actiuam animalis, sic et in materia putrefacta conuenit habere uirtutem formatiuam similem semini, ut dicit Commentator 12 huius. [...] Et sic in eodem genere et in eadem specie uirtute est cum generante, quia illa materia habet uirtutem illius determinatam generandi animati, et sic fit a sibi simile uirtute, et hoc sufficit secundum doctrinam Commentatoris 12 et 7 huius103.

  • 104 Il n’y a donc pas, comme dans la génération parfaite qu’est la génération par semence, un double ni (...)
  • 105 Par conséquent, fût-ce de manière éloignée, les intelligences sont elles aussi nécessairement des a (...)

66Et hoc sufficit secundum doctrinam Commentatoris, conclut le maître parisien. En ce cas litigieux, la synonymie virtuelle suffit à contrer Platon et les platoniciens. Il n’est donc pas question de chercher ici le strict analogue de ce qu’est, dans la génération par semence, le père, c’est-à-dire un être formellement en acte identique à l’engendré104. Il reste que tout ne tient pas dans la virtus de la matière putride. Non pas seulement, comme Jean le rappelait à propos du feu et de faction des éléments, parce que les agents inférieurs ne sont, de toute façon, que les « instruments » des corps célestes (eux-mêmes « instruments » de leurs intelligences motrices)105, mais parce que, nécessairement, les formes des êtres inférieurs engendrés sont en quelque façon aussi dans ces corps célestes.

67Dans son commentaire de Metaph., VII, Thomas d’Aquin le disait déjà ainsi :

  • 106 Thomas d’Aquin, In Metaph., VII, 9, n. 1457, p. 427.

Virtus quae est in materia putrefacta generativa animalis est a solo corpore caelesti, in quo sunt virtute omnes formae generatae, sicut in principio activo106.

  • 107 Thomas d’Aquin, Summa theologica, Ia, q. 45, art. 8, arg. 3, Rome, Ex Typographia Polyglotta (Sanct (...)
  • 108 Ibid., Ia, q. 45, art. 8, ad. 3, p. 477. Thomas écrit : Dicendum quod ad generationem animalium imp (...)
  • 109 Thomas d’Aquin, Summa theologica, Ia, q. 105, art. 1, ad. 1, Rome, Ex Typographia Polyglotta (Sanct (...)
  • 110 Elle se lit dans De la génération et la corruption, II, 8, 435a 21, p. 73 : « Pour toutes choses, l (...)
  • 111 Par exemple Jean de Jandun, QSM, VII, q. 24, fol. 104F : Et illa uirtus actiua partim a putrefacto (...)
  • 112 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 45b (il s’agit de la question 23 sur le (...)

68Et à ceux qui objectent qu’en ce cas la synonymie n’est pas respectée107, il rétorque qu’il suffit aux corps célestes de précontenir la perfection des êtres qu’ils engendrent non secundum speciem, sed secundum analogiam quamdam108, ou encore secundum virtualem continentiam109. Pour sa part, Jean de Jandun préfère répéter, prêtant à une phrase du De generatione et corruptione un sens que son auteur n’eût pu soupçonner110, que formae omnium sunt in terminis111, c’est-à-dire, glose-t-il plus loin, dans les corpora caelestia, in quo est terminus totius machinae corporalis112.

  • 113 Sur l’évolution d’Averroès quant au rôle de l’intellect agent, voir H.A. Davidson, Alfarabi, Avicen (...)
  • 114 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 44va-46b (q. 23).
  • 115 Ibid., fol. 45a. Nous soulignons.
  • 116 Voir Crawford, III, c. 36, p. 496, 490-498.

69Jean tient tant à cette médiation formelle des corps célestes qu’il parvient à repérer certaines incohérences entre plusieurs textes d’Averroès, dont on sait aujourd’hui qu’ils furent effectivement rédigés à diverses époques de son parcours exégétique113. C’est le cas dans son commentaire du De somno et vigilia. Jean doit y répondre à la question suivante : Utrum somnia, per quae habetur diuinatio de futuris, immitantur a Deo, seu a diis114. Dans un premier temps, il présente l’apparente solution d’Averroès, selon laquelle illa somnia causantur immediate ab intelligenti abstracta a materia115. Ces rêves paraissent en effet nous arriver sans aucun préalable, aucun intermédiaire, comme nous arrivent les « premières propositions », lesquelles, ainsi qu’Averroès l’écrit dans son Grand commentaire du traité De l’âme, sont reçues de l’intellect agent116. Ils doivent donc eux aussi résulter d’une intelligence séparée de la matière :

  • 117 Jean de Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 45b.

Modus secundum quem illud fit est iste. Supponit enim Commentator quod omnia indiuidua quae sunt in isto mundo infieriori, habentia tamen causas determinatas, ita scilicet quod non sint a casu, neque omnino ad utrumlibet, sed determinatarum causarum, omnia talia indiuidua habent aliquam intellectam causam apud formam abstractam, cuius proportio ad illa indiuidua est sicut proportio fiormae artificis ad ipsum artificiatum, ita quod sicut ars existens in mente artificis est causa artificiati existentis in materia extra, sic natura istorum indiuiduorum habentium determinatum esse, necesse est ut sit intellecta apud intelligentiam abstractam, quae est causa indiuiduorum, quorum est sua natura intellecta117.

  • 118 Averroès, Compendium De sompno et vigilia, dans Averrois Cordubensis Compendia Librorum Aristotelis (...)

70Jean fait ici référence au Compendium d’Averroès du De somno et vigilia118, un texte de jeunesse dans lequel, avant de la récuser, le Commentateur soutenait encore la thèse de l’intellect agent comme donateur des formes du monde inférieur. Ce n’est pas l’idée qu’aux êtres inférieurs corresponde une « nature intelligée » par une forme séparée qui le gêne, mais plutôt qu’on en déduise que cette forme séparée soit la cause directe de ces êtres. Car cela contredirait l’essentiel de ces autres passages dans lesquels, contre Platon et les platoniciens, Averroès explique avec Aristote que seul un agent corporel peut produire la transformation matérielle que les générations substantielles sublunaires supposent. Les intelligences ne causent donc rien ici-bas que par l’intermédiaire des corps célestes. Au Compendium du De somno, Jean oppose le Grand commentaire du De caelo :

  • 119 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 45b. Cf. Averroès, In De caelo, I, 22, d (...)

Sed in veritate, si sic intelligeret Commentator, ut verba videntur praetendere, et forte omnes ei attribuerunt, ego non video quomodo illud posset esse verum; immo illud etiam videtur contradicere plane dictis eius in aliis locis. Nam in primo Cael. et Mun. dicit quod corpus caeleste est ligamentum et quasi medium inter substantias omnino abstractas et ista inferiora119.

  • 120 Voir Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 45b : Est sciendum quod omnia quae (...)

71C’est ainsi, seulement, qu’on peut entendre que toutes les formes sont in terminis120, et que de la virtus inhérente aux chaleurs des matières putrides, qui en quelque manière sauve déjà la synonymie, tout ramène, sans jamais qu’il s’agisse d’idées ni de dator formarum, aux corps célestes, à leurs intelligences, à Dieu.

72La question de Jean de Jandun sur l’action du feu en tant que feu dans son commentaire du De sensu fonctionne comme tête de pont dans une entreprise de réfutation totale de la causalité des formes platoniciennes. Jean, inscrit dans une tradition latine dont l’histoire reste à faire, y suit Averroès, qui suspend son aristotélisme à l’universelle validité du principe de synonymie. Il en sort comme chez le Cordouan une relativisation de ce principe, selon les types de génération, qui culmine chez Jean, peut-être plus nettement que chez son maître, dans une notion de synonymie virtuelle, pensée sur le modèle de la production artisanale, qui enrichit la question des rapports entre virtus et forma. La cohérence de l’univers en dépend, où tout, qu’il s’agisse d’un feu, d’une guêpe ou d’un homme, s’ordonne au premier moteur. En concevant sa question 23, Jean n’a pas pris la balle au bond, pour servir, sans véritable à-propos, un laïus antiplatonicien. Il assure l’absolue fondation théorique d’une causalité dont les Parva naturalia livrent certains déploiements.

Notes

2 Sur Jean de Jandun (m. 1328), voir J.-B. Brenet, Transferts du sujet. La noétique dAverroès selon Jean de Jandun, Paris, Vrin, 2003, et les références bibliographiques données en fin de volume. Pour une présentation succincte de l’« averroïsme latin », voir Id., « Averroès, commentateur ou dépravateur ? », dans M. Arkoun dir., Histoire de l’islam et des musulmans en France, du Moyen Âge à nos jours, Paris, Albin Michel, 2006, p. 223-235. Comme texte de base, nous utilisons Ioannis de Iandunophilosophi acutissimi Quaestiones super Paruis Naturalibus, Venise, apud Haeredem Hieronymi Scoti, 1589.

3 Elles suivent le mouvement du texte, comme le voulait l’usage. La première (q. 21) : l’humide est-il le sujet propre de la saveur (utrum humidum sit proprium subiectum saporis) ? La deuxième (q. 22) : le chaud et le sec sont-ils les causes actives de la saveur (num calida et sicca sint actiua saporum) ? La quatrième (q. 24) : les saveurs intermédiaires sont-elles engendrées par le mélange des saveurs extrêmes (num sapores medii generentur ex commistione extremorum) ? La cinquième (q. 25) : les saveurs douces et amères sont-elles les saveurs extrêmes (num sapor dulcis et amants sint sapores extremi) ?

4 Aristote, Petits traités d’histoire naturelle (Parva naturalia), traduction inédite, introduction, notes et bibliographie par P.-M. Morel, Paris, GF Flammarion, 2000, p. 80 ; nous soulignons.

5 Ainsi que l’établit, notamment, le De generatione et corruptione ; voir Aristote, De gen. et corn, I, 7, 323b29-324al9, texte établi, traduit et annoté par M. Rashed, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 34-35. Notamment, voir 324a 7-8, p. 35 : « Il est manifeste que ce sont les contraires et leurs intermédiaires qui sont susceptibles d’être affectés et d’agir mutuellement » ; et 324a 11-12, ibid. : « Ce qui agit et ce qui est affecté sont des contraires. » Comme on le verra, ce point est crucial dans toute la dispute puisque, les formes substantielles n’ayant pas de contraires, les « platoniciens » veulent en déduire l’existence d’un donateur extrinsèque de formes chargé de conférer ce qui ne saurait advenir au niveau horizontal.

6 Comme l’indique la phrase qui introduit sa réponse : De agentibus naturalibus fuerunt diversae opiniones (Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 18va).

7 C’est notamment le principe que Thomas d’Aquin allègue sans cesse contre Averroès et ses partisans pour établir que si l’homme pense, c’est nécessairement que l’intellect est la puissance d’une âme forme substantielle de son corps. Qu’on n’aille pas croire, cependant, que les deux énoncés : « le feu brûle » (ou « le corps chaud chauffe ») et « cet homme pense » s’analysent chez lui de la même manière (et que la pensée, donc, se prédique de tel individu comme l’action de chauffer se dit de tel corps). Sur ce point, qui intéresse l’attribution d’un acte à un « composé », voir J.-B. Brenet, « “...set hominem anima”, Thomas d’Aquin et la pensée humaine comme acte du “composé” », Mélanges de l’université SaintJoseph, Beyrouth, 59 (2006), p. 69-96 ; Id., « Thomas d’Aquin pense-t-il ? Retours sur Hic homo intelligit », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 93 (2009), p. 229-250. Cela étant, notons que dans sa Sentencia libri De sensu et sensato, Thomas attribue l’adage (« Une chose n’agit qu’en tant qu’elle est en acte ») à Aristote, De generatione et corruptione, I ; cf. Sentencia libri De sensu et sensato, Rome-Paris, Commission Léonine-Vrin, 1985 (Sancti Thomae De Aquino Opera omnia iussu Leonis XIII P. M. edita, t. XLV, 2), p. 55, 178-179 ; pour d’autres occurrences et d’autres références, cf. les notes données par J. Cos, o. p., dans Thomas d’Aquin, Quaestio disputata de spiritualibus creaturis, RomeParis, Commission Léonine, Éd. du Cerf, 2000 (Sancti Thomae De Aquino Opera omnia iussu Leonis XIIIP. M. edita, t. XXIV, 2), art. 2, p. 24, 165-166. Jean de Jandun, lui, trouve ce principe chez Averroès, Grand commentaire de la Physique, III ; voir loannis de Ianduno philosophi acutissimi super libres Aristotelis de anima subtilissimae quaestiones [ci-dessous : QDA], Venise, apud Haeredem Hieronymi Scoti, 1587 ; réimpr. Minerva, Francfort-surle-Main, 1966, III, q. 5, col. 243 ; cf. Averroès, In Libres Physicorum Aristotelis, dans Aristotelis Opera cum Averrois Commentants, Venetiis apud junctas, 1562-1574 ; réimpr. Minerva, Francfort-sur-le-Main, 1962, vol. 4, III, c. 17, fol. 92rbD (motor non mouet, nisi secundum quod est in actu) ; c. 18, fol. 92vaG (motor agit per suam formam, et secundum quod est in actu).

8 Ces deux principes concentrent, comme le montrera la suite, le coeur du problème.

9 Cf. Jean De Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 18b : Item, si ignis non ageret inquantum ignis, tunc ex potentia igne nunquam fieret actu ignis ; falsum hoc, ergo primum : consequentis falsitas patet ad sensum, consequentia probatur, quia generans agit sibi simile, et non agit sibi dissimile ; nihil enim agit ultra suam speciem ; si igitur ignis non ageret secundum quod ignis, tunc nunquam faceret ignem.

10 Ibid., fol. 18ba : Item unumquodque agit secundum quod est distinctum a materia, qui materia est principium passiuum, et non actiuum, ut patet 2 Generatione. Sed ignis secundum quod ignis habet distinctionem a materia sua, quia ignis secundum quod ignis includit formam substantialem ipsius ignis.

11 Ibid. : Item, efficacior est forma substantialis in agendo quant accidentalis, sicut et in essendo ; sed forma accidentalis potest esse principium immediatum actionis, ut caliditas calefactionis ; ergo multo fortius forma substantialis potest esse immediatum principium actionis.

12 Voir Alexandre d’Aphrodisias. Commentaire sur le traité d’Aristote De sensu et sensibili, édité avec la vieille traduction latine, par Ch. Thurot (notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques..., t. XXV, deuxième partie), Paris, 1875, p. 153,8-12 : Addiscet autem utique quis ex hiis Aristotilis opinionem de facientibus etpatientibus. Neque enim corpora ipsi uidentur facere et pati, ut placet Stoycis, neque iterum incorporea, ut uidebatur Platonicis, set secundum contrarietates existentes in ipsis incorporeas.

13 Cela mériterait une étude à part. Pour le détail du texte, cf. Jean de Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 18va.

14 Sur le platonisme médiéval, voir notamment R. Klibansky, The Continuity of the Platonic Tradition during the Middle Ages, New York, Kraus, 1982 (1re édition : Londres, The Warburg Institute, 1939). Et T. Gregory, « The Platonic Inheritance », dans P. Dronke éd., A Histoy of Twelfth-Century Western Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 54-80.

15 Jean de Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 18va.

16 Jean de Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 18vb.

17 Cf. ibid. : Et illa opinio improbaripotest, sicut et opinio Platonis, ut visum est.

18 Le feu n’est pas la cause agente de la combustion du coton : c’est l’un des exemples favoris des mutakaUimün qui nient l’efficience des causes secondes (par le biais d’al-Ghazālī, notamment, et d’Averroès, qui le critique, ce thème est venu croiser et s’ajouter à l’exemple directement tiré du texte d’Aristote). Pour le texte de Jean de Jandun, cf. ibid. : Alia fuit opinio [...] quod est unum agens, quod agit omnia entia noua immediate, scilicet Deus ipse, ita quod corpus non facit in corpore aliquam dispositionem nouam, ut ignis non comburit, nec aqua hume facit sed omnia illa indigent creatione ab aliquo uno agente separate ; unde cum nobis videtur hominem mouere lapidem, non mouet in veritate, sed illud agens causai ilium motum, et sic de omnibus aliis dispositionibus nouis. Jean renvoie le plus souvent au commentaire d’Averroès dans la Métaphysique critiquant ceux qui nient les « actions propres » des réalités naturelles (voir Aristotelis Metaphysicorum libri XIII cum Averrois Cordubensis in eosdem commentariis [ci-dessous : In Metaph.], dans Aristotelis Opera cum Averrois Commentants, vol. 8, IX, c. 7, fol. 231 vH) ; certainement connaît-il aussi, entre autres, la série de textes Dethomas d’Aquin, lecteur d’Averroès et de Maimonide (Guide des égarés, I, 73), dirigés contre ceux qui « retirent leurs actions propres aux choses naturelles » (Somme contre les Gentils, III, 69) ; sur ce point, voir l’étude classique d’E. Gilson, « Pourquoi saint Thomas a critiqué saint Augustin », réimprimée dans E. Gilson, Pourquoi saint Thomas a critiqué saint Augustin, suivi de Avicenne et le point de départ de Duns Scot, Paris, Vrin, 1986, p. 8-45.

19 Alexandre est généralement détesté pour son « matérialisme » ; pour la critique de Jean, cf. J.-B. Brenet, op. cit., n. 2, p. 41-52.

20 Cf. Alexandre d’Aphrodisias. Commentaire sur le traité dAristote De sensu et sensibili, p. 1 53, 12-154, 7 : Quomodo igitur, si aque quidem esse aquam in humiditate etfrigiditate, igni autem in caliditate et siccitate, non contrarium aqua igni secundum quod aqua et ignis ? et si quam maxime secundum hoc specificatur utrumque ipsorum, sed non hec sunt aqua et ignis ? non enirn sunt species solum, sed sunt et subiectum habeas has qualitates, cum quo hoc quidem aqua, hoc autem ignis. Inclinatio igitur ipsis non est contraria primo. Non enim ut ignis levissimus, et sic aqua gravissima. Sed cum materia esse in ipsis, que est eadem in omnibus ipsis.

21 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 18vb-19a.

22 Ibid., fol. 19a.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid. Jean revient plusieurs fois dans son oeuvre sur cette thèse d’Alexandre ; cf. notamment, QDA, I, 8, col. 34.

26 D’autres sont évidemment possibles, notamment avec Albert le Grand. Faute d’éditions et d’études, cependant, nous manquons encore des moyens textuels de situer précisément le questionnement et les solutions de Jean de Jandun dans le réseau d’une tradition médiévale. Notons que le passage d’Aristote qui sert de lemme à Jean de Jandun se lit dans les Auctoritates De sensu et sensato ; voir J. Hamesse, Les auctoritates Aristotelis. Un florilège médiéval, étude historique et édition critique, Louvain-Paris, Publications universitairesBéatrice-Nauwelaerts, 1974, p. 185 : (17) Ignis non agit, neque patitur ratione qua ignis, sed ratione qua calidus. Unde a forma substantiali non egreditur aliqua operatio, nisi mediante forma accidentali. Il faudrait relever dans tous les commentaires latins sur le De sensu (1) premièrement si la question du feu en tant que feu apparaît, et (2) deuxièmement comment, le cas échéant, la doxographie qui conditionne la réponse se construit. Quoi qu’il en soit, dans les commentaires latins de Metaph. z9, la question de la putréfaction est manifestement récurrente ; voir, sur ce point, A. Zimmermann, Verzeichnis ungedruckter Kommentare zur Metaphysik und Physik des Aristoteles aus der Zeit von etwa 1250-1350, Leyde-Cologne, E.J. Brill, 1971.

27 Thomas d’Aquin, Sentencia libri De sensu et sensato, I, 9, p. 54, 102-113 : Dicit quod ignis in quantum est ignis nichil natum est facere uel pati, nec etiam aliquod aliud corporum ; et hoc proba quia secundum hoc nata sunt aliqua agere et pati ab inuicem, quod habent contrarietatem, ut ostensum est in I De generatione ; igni autem in quantum ignis et terre in quantum terra nichil est contrarium, sicut nec alicui substancie ; unde relinquitur quod huiusmodi corpora non agant et paciantur in quantum sunt ignis uel terra uel aliquid huiusmodi, set in quantum calidum et frigidum, humidum et siccum.

28 Voir ibid., p. 54, 116-119 : Si enim igni competit per se esse calidum et siccum, si agit in quantum est calidus, uidetur sequi quod agat in quantum est ignis.

29 L’Aquinate signale pour la condamner ce qui selon lui constitue la lecture alternative d’Alexandre d’Aphrodise ; voir ibid., p. 54, 120-55, 128 : Sciendum est quod quidam opinati sunt calorem esse formam substancialem ignis, et secundum hoc ignis secundum suam formant substancialem habebit aliquid contrarium et per consequens erit actiuus ; set, quia ignis non significat solum formam, set compositum ex materia et forma, ideo hic dicitur quod ignis non est actiuus nec est ei aliquid contrarium. Et sic soluit Alexander in Commente. Autrement dit, sauf erreur : certains, certes, ont soutenu que la chaleur était la forme substantielle du feu ; et que le feu, donc, qui agit parce qu’il est chaud, agissait « selon » sa forme substantielle ; mais ils n’en concluent pas que le feu agit en tant que feu (sauvant, du coup, leur aristotélisme), étant donné que le feu, l’être-feu du feu, ne se réduit pas à sa forme substantielle mais inclut sa matière. C’est ainsi, dit Thomas, qu’Alexandre d’Aphrodise croit (à tort) pouvoir résoudre la difficulté.

30 Voir ibid., p. 54, 129-140 : Set hoc non potest stare, quia idem non potest esse in genere substancie et accidentis, secundum illud Philosophi in I Phisicorum : Quod uere est, fit accidens nulli ; forma autem substancialis reducitur ad genus substancie ; unde non potest esse quod calor sit forma substancialis ignis, cum sit accidens aliorum. Item, forma substancialis non percipitur sensu, set intellectu [...] ; unde, cum calidum sit sensibile per se, non potest esse forma substancialis alicuius corporis.

31 Ibid., p. 54, 141-147.

32 Ibid., p. 54, 159-55, 165.

33 L’adage était déjà employé par Albert pour exposer la doctrine de Platon et d’Avicenne ; voir Summa de homine, q. 17, a. 3, arg. 15 et ad 15, dans Opera omnia, A. Borgnet éd., Paris, 1896, t. XXXV, p. 150a et 157b : Ista propositio, Nihil agit ultra speciem suam, si absolute intelligatur, falsa est. Miscibilia enim in mixto agunt ad actum mixti, qui estpraeter actum miscibilium. Si vero intelligatur specialiter de actione simplicium, adhucfalsa est : quia simplicia non semper agunt in simplici virtute, sed quandoque in virtute sua, et in virtute coeli, et in virtute animae. Si autem intelligatur de simplici agent in virtute simplici, sic vera est...

34 Thomas d’Aquin, Sentencia libri De sensu et sensato, I, 9, p. 55, 166-174. En fait, Thomas signale deux solutions extrêmes avant d’adopter la media uia d’Aristote. Outre celle du dater formarum, il donne celle des stoïciens, telle qu’il la lisait chez Alexandre, selon laquelle « les corps agissent en tant que corps » : Stoyci autem, sicut Alexander dicit, posuerunt quod corpora secundum se ipsa agunt, in quantum scilicet sunt corpora.

35 Dans le Compendium du De sensu d’Averroès que lisent les médiévaux, il n’y a rien dans la partie correspondant à l’étude de la saveur qui puisse motiver la question de Jean (pas plus que celle de Thomas) sur l’action du feu et son angle d’attaque. Simplement parce que Averroès – conformément, du reste, à la ligne directrice de ses Compendia qui consiste à ne garder que les thèses ou les conclusions démonstratives nécessaires à l’exposition de son objet – n’a pas retenu le passage sur la terre et le feu ; il n’en dit rien ; cf. Averroès, Averrois Cordubensis Compendium Libri Aristotelis De sensu et sensato, dans Averrois Cordubensis Compendia Librorum Aristotelis qui Parva naturalia vocantur, recensuit Aemilia Ledyard Shields, adiuvante Henrico Blumberg, Cambridge (Mass.), The Mediaeval Academy of America, 1949, p. 22-24.

36 C’est ce que montre C. Cerami, dans Substance et génération.... op. cit., n. 1 ; pour une reconstruction d’ensemble des enjeux de ce principe dans le système ontologique d’Aristote et de la lecture qu’Averroès en propose, voir notamment les chapitres V et IX.

37 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 180val. Pour l’arabe, cf. Averroès, Tafsīr mā ba’d aṭ-ṭabī’at, texte arabe inédit établi par M. Bouyges, S. J., Beyrouth, Dar El-Machreq, 19914. Dans le sillage de Jean, nous nous concentrons ici sur l’Averroès latin (qui diffère sensiblement, parfois, du texte d’Ibn Rushd) ; pour la lecture suivie du commentaire d’Averroès à Metaph., VII, 7-9, voir à nouveau C. Cerami, Substance et génération...,ορ. cit., n. 1, chap. IX.

38 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 303bE.

39 Sur ces nuances, et en général sur le rôle du principe de synonymie dans la polémique antiplatonicienne, voir C. Cerami, Substance et génération..., op. cit., chap. IX.

40 Sur la notion de génération spontanée chez Aristote, voir D.M. Balme, « Development of Biology in Aristotle and Theophrastus : Theory of Spontaneous Generation », Phronesis, 7 (1962), p. 91-104 ; J. Lennox, « Teleology, Chance, and Aristotle’s Theory of Spontaneous Generation », Journal of the History of Philosophy, 20 (1982), p. 219-238 ; A. Gotthelf, « Teleology and Spontaneous Generation in Aristotle : a Discussion », dans R. Kraut, T. Penner éd., Nature, Knowledge and Virtue. Essays in Memory of Joan Kung (Apeiron, 22/4 [1989]), p. 181-193.

41 Averroès, In Metaph., XII, c. 31, fol. 180vbK.

42 Averroès, In Metaph., XII, c. 13, fol. 298vbL-M : ista [i.e. res quae fiunt ex putrefactione}, quamuis non sint ex conuenientibus simpliciter, tamen sunt ex aliqua operatione ; calor enim existens in substantiis est causa in generatione huiusmodi.

43 Averroès, In Metaph., XII, c. 24, col. 309vaH-I.

44 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 303bA et suiv. Pour Thémistius, voir sa Paraphrase de la métaphysique d’Aristote (livre lambda), traduit de l’hébreu et de l’arabe, introduction, notes et indices par R. Brague, Paris, Vrin, 1999, p. 63-64. Sur ce point, voir D. Henry, « Themistius and Spontaneous Generation in Aristotle’s Metaphysics », Oxford Studies in Ancient Philosophy. 24 (2003), p. 183-207 ; H.J. Blumenthal, « Themistius : the Last Peripatetic Commentator on Aristotle ? », dans R. Sorabji éd., Aristotle Transformed. The Ancient Commentators and their Influence, Ithaca (N. Y.), Cornell University Press, 1990, p. 113-123 ; S. PINES, « Some Distinctive Metaphysical Conceptions in Themistius’Commentary on Book Lambda and their Place in the History of Philosophy », dans P. Moraux et J. Wiesner édAristoteles Werk und Wirkung, De Gruyter, Berlin-New York, 2 vol., 1985-1987, vol. I, p. 177-204.

45 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304aA.

46 Nous négligeons le deuxième argument que formule Averroès en faveur de Platon, lequel argument concerne encore l’engendrement par putréfaction. L’idée est la suivante : les formes substantielles sont quelque chose d’ajouté aux formes du mélange dans les choses mélangées, et aux qualités primaires dans les quatre éléments ; étant entendu que de telles formes ne sauraient résulter purement et simplement du mélange, il faut soit qu’elles viennent d’un individu de même espèce, soit d’une forme séparée. Puisqu’il n’y a pas ici d’individu de même espèce, ces formes viennent nécessairement d’une forme séparée.

47 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 180vbM. Le même argument est répété dans In Metaph., XII, c. 1 8, fol. 304rA : Et hoc non tantum contingit in animalibus quae fiunt ex putrefactione, sed in seminibus.

48 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181aA : Et existimatur quod non solummodo dat formas animatas et formas substantiates quae sunt consimilium partium, sed etiam formas substantiates quae sunt elementorum.

49 C’est une question qui demande un examen particulier. De quel dossier, si ce n’est d’une lecture directe, Averroès tire-t-il exactement sa synthèse de la position avicennienne ? La lecture d’al-Ghazālī a-t-elle joué quelque rôle – comme le suggère, du reste, la première dispute sur les sciences naturelles qu’on trouve dans le Tahāfut at-tahāfut ? À cet égard, cf. l’article de J. Janssens, « The Notions of wāhib al-ṣuwar (Giver of Forms) and wāhib al-’aql (Bestower of Intelligence) in Ibn Sīnā », dans Intellect et imagination dans la philosophie médiévale. Intellect and Imagination in Medieval Philosophy. Intellecto e imaginaçâo na Filosofia Medieval. Actes du XIe Congrès international de philosophie médiévale de la Société internationale pour l’étude de la philosophie médiévale (SIEPM), Porto, du 26 au 31 août 2002, M.C. Pacheco et J.F. Meirinhos éd., Turnhout, Brepols (« Rencontres de philosophie médiévale », 11), 2006, vol. I, p. 551-562.

50 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181 aA-B. Quelques lignes plus haut (fol. 181raA), il avait écrit : Apparet enim quod elementa non patiantur, neque agant nisi per qualitates, non per formas substantiales, et universaliter apparet quod non sunt hic potentiae agentes, nisi quatuor qualitates ; et istae non sunt formae substantiales [...]. Plus bas, Averroès fournit un autre argument favorable à Avicenne. Si l’on tient au principe de synonymie, comment expliquer, sans postuler l’existence d’un dator formarum, que du feu puisse être engendré par le mouvement (lequel, évidemment, n’est pas lui-même en acte ce qu’il produit) ? Voir Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181 aC-bD : Et etiam potest aliquis dicere quod formae elementorum proueniunt a datore formarum, quoniam videmus a motu generari ignem in actu, ex eo quod est ignis in potentia ; et non possumus dicere quod motus facit formam substantialem ignis. Sequitur igitur, ut forma ignis, qui fit a motu, fit a datore formarum.

51 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304aA-C.

52 On néglige ici l’argument du feu engendré par le mouvement.

53 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181 vL.

54 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181D-E.

55 Le texte n’est pas conservé en arabe mais en hébreu. Nous citons le texte latin de l’édition de 1562.

56 Aristote compare la semence en action à l’instrument aux mains de l’artisan guidé par son art, « le mouvement qui l’habite » étant « comme l’architecture à l’égard de la maison » (De gen. an., texte établi et traduit par P. Louis, Paris, Les Belles Lettres, 1961, II, 1, 734b 16-17, p. 55). Cf. ibid., II, 1,734b 20 et suiv., p. 55-56, et ibid. I, 22, 730b 12 et suiv., p. 43 : « Ce sperme n’est pas une partie du foetus en formation, de même que du charpentier rien ne vient non plus s’ajouter à la matière des bois travaillés, et qu’aucune parcelle de son art ne se trouve dans l’objet qui s’élabore. Ce qui vient de l’ouvrier par l’intermédiaire du mouvement qui agit sur la matière, c’est la figure, l’idée ; et l’âme où est l’idée, ainsi que la science qu’elle a impriment aux mains ou à une autre partie tel ou tel mouvement, différent pour produire un résultat différent, identique pour un résultat identique : les mains font mouvoir les outils et les outils meuvent la matière. Il en va de même pour la nature : dans le mâle des espèces qui éjaculent, elle se sert du sperme comme d’un outil, de quelque chose qui possède du mouvement en acte, comme dans les produits d’un art sont mus les outils. Car en eux se trouve, d’une certaine manière, le mouvement de l’art. »

57 Aristotelis De generatione animalium cum Averrois Cordubensis paraphrasi [ci-dessous : In De gen. an.], dans Aristotelis opera cum Averrois commentants, vol. 6, II, fol. 72C.

58 Averroès, In De gen. an. Il, fol. 72E-F.

59 Voir notamment HS. Crawford éd., Averrois Cordubensis commentarium magnum in Aristotelis de anima libres, Cambridge (Mass.), The Medieval Academy of America, 1953 [ci-dessous : Crawford], II, 41, p. 195, 42-55 : Ista actio que invenitur in hoc motu, scilicet qui incepit a principio terminate et pervenit ad finem terminatum, dignius est ut attribuatur ei quod est in ista actione quasi forma, scilicet anima, non illi quod est quasi materia et instrumentum, scilicet ignis. Et dixit hoc quia apparet quod actio augmenti est composita ex actione ignis et ex aliqua intetione in igne. Alterare enim quod est in eo debet attribui igni ; et quia est terminatum, debet attribui alteri virtuti coniuncte cum igne, quemadmodum mollificare ferrum per ignem ad faciendum aliquod instrumentum secundum quod est moliificare attribuitur igni, et secundum quod illa mollificatio habet terminatum notum in unoquoque instrumente attribuitur virtuti Artis.

60 On les a relevées plus haut.

61 Entre deux extrêmes (les partisans de la latitatio des formes, d’un côté, ceux de leur creatio, de l’autre), plusieurs auteurs déclinent une thèse intermédiaire de la generatio comme transmutatio in substantia, selon laquelle, premièrement, rien n’est engendré de rien, et, deuxièmement, tout produit procède d’un géniteur qui lui est semblable par la forme. Pour une présentation plus détaillée, voir C. Cerami, Substance et génération..., op. cit., η. 1 (sur Metaph., Z 9, c. 31).

62 Averroès, In Metaph., XII, c. 1 8, fol. 304vaH.

63 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbK-L.

64 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbM. Nous soulignons.

65 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 180vbK.

66 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbM-305aA.

67 À la ligne suivante, XII, c. 18, fol. 305aA : Et ideo Aristoteles facit assimilationem de istis virtutibus ad virtutes artificiales, et dicit in lib. De Animalibus quod istae virtutes diuinae sunt, cum habeant potentiam dandi vitam, et sunt similes virtutibus, quae dicuntur intelligentiae, quia adducunt ad finem.

68 Voir Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181rbE : Omnia ista sunt virtutes naturales diuinae generantes sibi similia, secundum quod artes generant sua artificiata.

69 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbM. Nous soulignons.

70 La substance corporelle, qui seule peut produire la transformation matérielle requise, agit par le biais de qualités actives. L’action de ces dernières peut ainsi déboucher sur un produit qui les excède. Voir Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 181vaG-H : Genevans igitur est illud quod mouet materiam, donec recipiat formam, idest illud, quod extrahit ipsam de potentia ad actum, et illud, quod mouet materiam, necessario est corpus habens qualitatem actiuam, aut potentiam quae agit per corpus habens qualitatem actiuam.

71 Averroès, In Metaph., VII, c. 31, fol. 180vaH. Cf. Aristote, Métaphysique, Z, 9,1034b4-7.

72 Averroès le formule comme suit dans son commentaire de Z 9 1034a 30-1034b 7 (com. 31) : In generabilibus autem <non> ex se [...] apparebit quod corpora coelestia sunt illa quae dant istis aliquid loco seminum et virtutum, quae sunt in seminibus, et in eis quae generantur ex semine (fol. 181bE) ; cf. In Metaph., XII, c. 13, fol. 299vaI : Et nulla differentia est inter virtutem, quae est in putrefactione, quae assimilatur artificio, et earn, quae est in semine, sed ea, quae est in semine, fuit ex habente semen et sole, illa autem, quae est ex putrefactione, a sole tantum, et ideo dicit Aristoteles quod homo generatur ab homine et sole. Nous n’abordons pas ici la question complexe (1) des modalités de transmission de cette chaleur celeste au monde sublunaire, ni (2) celle de la coopération, de la combinaison, du mélange des deux chaleurs, céleste et génitale. Sur ce point, voir G. Freudenthal, « The Medieval Astrologization of Aristotle’s Biology : Averroes on the Role of the Celestial Bodies in the Generation of Animate Beings », Arabic Sciences and Philosophy, 12 (2002), p. 111-137 (notamment p. 127 et p. 128-135) ; voir aussi ID., « The Medieval Astrologization of the Aristotelian Cosmos : from Alexander of Aphrodisias to Averroes », Mélanges de l’université Saint-Joseph, 59 (2006), p. 29-68 (notamment p. 58-61).

73 Averroès, In Metaph., XII, c. 13, fol. 299vaH-bK.

74 Averroès, In Metaph., VII, c. 32, fol. 182bD.

75 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 305bD : Et ista mensuraprouenit ab arte diuina intellectuali, quae est similis uni formae unius artis principalis, sub qua sunt artes plures·, Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 305val : Et ideo dicitur quod omnes proportiones et formae sunt in potentia in prima materia, et in actu in primo motore, et assimilatur aliquo modo esse eius quod sit in anima artificis. Cf. Averroès, In Metaph., XII, c. 24, fol. 309bF : Quia dispositio ultimi mouentis omnia aliquo modo est sicut dispositio mouentispropinqui, et primum mouens mouet ad omnes formas, manifestum est, quodforma primi mouentis aliquo modo est omnes formas. Sur cet aspect architectonique capital, voir C. Cerami, Substance et génération..., op. cit., η. 1, chap. IX.

76 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 19b.

77 Ibid., fol. 19a.

78 Lui-même, on l’a vu, partiellement héritier du Commentateur.

79 Il le soutenait déjà dans son commentaire des Sentences ; voir Super Sent., lib. 4 d. 12 q. 1 a. 2 qc. 2 ad 2 : Ad secundum dicendum, quod propria virtute nihil agit ultra suam speciem : sed virtute alterius, cujus est instrumentum, potest agere ultra speciem suam, sicut serra agit ad formam scamni. Cette combinaison des causes est l’un des outils conceptuels majeurs que suppose tout le système de l’Aquinate. Sans doute faudrait-il réexaminer comment cela s’articule chez lui avec une causalité néoplatonicienne dont le Liber de causis lui fournit un modèle (cf. par exemple, Thomas D’Aquin, In II Sent., dist. 1, q. 1, art. 5, sol. ; Q. de pot. q. 3, art. 7, resp. ; Super librum de causis expositio, par H.D. Saffrey, O. p., Paris, Vrin, 2002, prop. 1, p. 4-10).

80 Thomas d’Aquin, Sentencia libri De sensu et sensato, I, 9, p. 55, 177-189.

81 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 19a.

82 Nous n’avons pas retrouvé le passage.

83 Voir surtout Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 305bD-E et fol. 305vaI, et ibid., c. 24, fol. 309bF-309aG. Ce point capital ne peut être développé ici ; il inclut notamment la question du rapport entre Averroès et Alexandre d’Aphrodise. Sur ce dernier, on ne peut que renvoyer au livre fondamental de M. Rashed, Essentialisme. Alexandre d’Aphrodise entre logique, physique et cosmologie, Berlin-New York, De Gruyter, 2007 (en particulier le chapitre XI).

84 Sur ce point, voir le relevé de Th. Litt, Les corps célestes dans l’univers de saint Thomas d’Aquin, Louvain-Paris, Publications universitaires-Béatrice-Nauwelaerts, 1963, p. 174-185.

85 Thomas d’Aquin, Scriptum super libres sententiarum Magistri Petri Lombardi Episcopi Parisiensis, lib. II, dist. 15, q. 1, art. 1, sol., R.P. Mandonnet éd., Paris, Lethielleux, t. 2, 1929, p. 368.

86 Jean de Jandun, Quaestiones perspicacissimi peripatetici Ioannis de Ianduno in duodecim libres Metaphysicae [ci-dessous : QSM], Venise, apud Hieronymum Scotum, 1553 ; Frankfurt-a.-M., réimpr. Minerva, 1966, VII, q. 24, fol. 104b : Dicendum quod ad hoc quod ignis generetur sufficit quod existens ignis agat in combustibilia et extrahat ignem de potentia ad actum sine forma et idea. Tu dicis, quod aliquid exit de potentia ad actum non per qualitates, quia non sunt eiusdem generis, nec a forma materiali alterante. Ad istam aliqui dicunt quod qualitates actiuae, licet non sint eiusdem generis vel speciei cum igne formaliter, tamen virtualiter, quia caliditas ignis qua agit ignis est virtualiter ignis, [...] immo qualitas activa habet virtutem determinatae activam ignis, et illa sufficit ad producendum ignem, quia est similis ei in specie, saltern virtualiter, unde est instrumentum formae substantialis ignis. Là encore, c’est sans doute un écho de Thomas d’Aquin ; cf. par exemple, Thomas d’Aquin, In Metaphysicam Aristotelis commentaria [ci-dessous : In Metaph.], VII, 9, Turin, éd. Marietti, 1926, n. 1457, p. 427 : Qualitates etiam activae, licet sint activae, non tamen agunt solum in virtute propria, sed in vritute formarum substantialialium ad quae se habent sicut instrumenta ; sicut dicitur in secundo de Anima, quod calor ignis est sicut instrumentum anime nutritivae.

87 Jean de Jandun, QSM, VII, q. 24, fol. 104b : Aliter dicitur cum ignis generatur, tunc fit a forma substantiali ignis praeexistentis, et hoc concomitante alteratione per qualitatem actiuam, quia illa forma substantialis attingit generationem ignis ; unde ignis praeexistens per qualitates calefacit, et cum materia est calefacta, et sufficienter disposita ad formam substantialem ignis, tunc forma ignis praeexistens generat et inducit formam ignis in materiam dispositam. [...] Vel aliter potest dici quod ignis immediate non agit, sed oportet praecedere actionem per qualitates, et illa praecedente sequitur actio ignis per formam, et sic intelligit Aristote les.

88 C’est la solution par la causalité instrumentale qu’il adopte dans le De sensu et qu’il signale sans trancher dans la Métaphysique. Voir Jean de Jandun, QDA, I, q. 8, col. 33-34 : Ad aliam de generatione ignis, cum dicitur a quo generatur hic ignis, diceret Aristoteles et Averroes quod potest generari ab igne materiali praeexistente. Et cum arguitur contra hoc, quod ignisparticularis vel materialis praeexistens an ageret immediate etc., dicunt aliqui quod agit immediate per suam qualitatem actiuam, virtute tamen formae substantialis ignis.

89 Voir ibid., col. 34 : Et cum dicitur quod unumquodque fit a suo simili secundum speciem vel secundum genus, dicunt quod verum est, vel ab aliquo alio virtute alicuius, quod est de genere vel de specie ipsius generati, et sic est in proposito quod ipsa qualitas ignis praeexistentis generabit ignem, et immediate, non quidem virtute propria, sed virtute formae substantialis praecedentis, et hoc est etiam quod dicitur ad illam propositionem, quod nihil agit ultra suam speciem ; verum est virtute propria, sed virtute alterius bene.

90 Voir ibid. : Haec tamen responsio mihi videtur dubia [...].

91 Voir ibid. : Aliter potest dici, quod in tali generatione, cum ignis generat ignem, immediatum generans generatione proprie dicta, quae est eductio formae substantialis de potentia materiae, est ipsa forma substantialis praeexistens. Et cum dicitur, forma substantialis non est immediatum principium actiuum, verum est nisi praecesserit actio qualitatis actiuae, ita quod materia tunc fuerit disposita per earn ; tunc enim non est inconueniens formam substantialem agere immediate et extrahere formam sibi similem in specie vel in genere de potentia ad actum. Dicitur ergo secundum hoc quod ignis appropinquatus combustibili non statim producit formam substantialem suam in eo, nisi prius per caliditatem ipsum disponat calefaciendo et rarefaciendo [...].

92 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 18vb.

93 On lui accorde que le fouet n’est semblable à la douleur que par son aptitude à la faire naître dans le dos. Mais l’exemple est tiré du commentaire 24 (fol. 309vaH-I) qu’Averroès donne de Metaph. XII, 4, 1070b 30-35 et, dans ce texte, citant Alexandre d’Aphrodise, il s’agit précisément pour le Commentateur de suggérer que ce n’est pas le fouet qui satisfait la synonymie, mais seulement l’agent dont il est l’instrument. Cf. Averroès, In Metaph., XII, c. 24, fol. 309H-I : Dubitandum est in hac propositione dicente, quod conueniens fit essentialiter ex conueniente, quia in corrigia nihil est tale quale illud, quod relinquitur ab ea in dorso, et est simile sermoni quod in serra non est signum abscisionis, quae est in ligne ; talia autem sunt instrumenta, non causae agentes, et sermo eius non est nisi in causis agentibus. Et il poursuit : Et Alexander dicit quod dicere conueniens non verificatur nisi in causis agentibus propinquis et essentialiter, non casu, scilicet in eis, quae sunt ex causis agentibus, quae fuerint propter aliquid [...]. Dicit igitur quod ista propositio verificatur tribus conditionibus, scilicet ut sit in agente non in instrumenta, et in propinquo non in remoto, et in agente essentialiter non accidentaliter. Du reste, dans sa question du De sensu, Jean prête à Averroès lui-même cette référence à Alexandre ; voir Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 18vb. Dans sa question 19 sur le livre VII de la Métaphysique, en revanche, il précise que, selon lui, Averroès le reprend à son compte (voir fol. 101vbP).

94 Averroès, In Metaph., XII, c. 18, fol. 304vbM. Nous soulignons.

95 Voir ibid., fol. 304vbM-305aA : Omne extrahens aliquid ex potentia in actum, necesse est ut in eo sit aliquo modo illud quod extrahit, non quod sit ipsum secundum omnes modos. Nous soulignons.

96 Comme Thomas d’Aquin, du reste. Voir par exemple Thomas d’Aquin, In Metaph., VII, 9, n. 1456, p. 427 : Sed omnes hae dubitationes solvunturper literam Aristotelis, si diligenter inspiciatur. Dicitur enim in litera quod virtus actia quae est in spermate, etsi non sit anima in actu, est tamen anima in virtute ; sicuti forma domus in anima, non est domus actu, sed virtute.

97 Jean de Jandun, QDA, I, 8, col. 35-36. Nous soulignons.

98 Jean de Jandun, QSM, VII, 24, fol. 104a. Cf. aussi QSM, VII, 19, fol. 101va. Nous soulignons.

99 Thomas d’Aquin – comme nombre de Latins, on le répète – le faisait déjà dans son commentaire des Sentences ; voir In II Sent., d. 18 q. 2 a. 3, sol., p. 467 : Quidam enim philosophi, ut Plato, Avicenna et Themistius, posuerunt omnes animas a principle separate esse, quod quidem principium Plato ideam posuit, Avicenna intelligentiam agentem, et theologi banc viam tenentes, ipsum Deum. Ratio autem quae praedictos philosophes movit, ut Commentator narrai VII et XI, Metaph., com. 5, est sumpta ex animalibus putrefactis, quae etiam objiciendo tacta est : et similiter ex hoc quod in naturalibus nihil invenitur agens nisi forma accidentalis, ut calor et frigus quorum actione non potest anima produci, cum nihil agat ultra suam speciem. Sed tamen advertendum est, quod nullus philosophus inter animam sensibilem et alias formas substantiales distinxit quantum ad originem : quia praedicti philosophi omnes formas substantiales esse a principio separato posuerunt ; tam animam sensibilem, quam formam lapidis vel ignis.

100 Voir Jean de Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 18vb : Sicut dicit Auerroes, sicut in seminibu animalium et plantarum similium secundum speciem eis a quibus semina sunt decisa, sic cum aliquidputrefit in aliquaportione humidi extractiperputrefactionem, influitur a corporibus coelestibus aliqua virtus productiua talis animalis, quod generator ex illa materia.

101 Voir ibid. : Sed differt, ut dicit Commentator 12 Metaphysi. Quia virtus in seminibus animalium etplantarum est a duobus, scilicet a sole, idest a corporibus coelestibus, et a particulari aliquo, a quo deciditur illud semen, sed in putrefactis est a sole tantum, idest a corporibus coelestibus.

102 Voir ibid. : Utrobique illa uirtus estproportionalis ipsi facto et determinate factiua talis effectus et ideo non oportet ponere formas separatas influentes formas in materiis dispositis, immo eadem virtus in portione humidi per putrefactionem extracti, quae disponit et alterat materiam ad dispositiones formae animalis generandi, educit formam substantialem de potentia illius.

103 Jean de Jandun, QSM, VII, q. 24, fol. 104b. Quelques pages plus tôt, il pouvait associer générations par semence et par putréfaction dans les mêmes termes : Et sic vult Commentator quod omnia animalia siue fiant ex semine uel sine semine fiunt a sibi simili saltem in virtute, quia in materia putrefactorum a corporibus coelestibus deriuantur et generantur quaedam virtutes et calores quae generant determinatas species animalium, quae assimilantur illis animalibus in virtute et potentia, licet non formaliter, sic etiam uirtutes in seminibus ut uisum est (QSM, VII, q. 19, fol. 101vb). Nous soulignons.

104 Il n’y a donc pas, comme dans la génération parfaite qu’est la génération par semence, un double niveau de synonymie, virtualiter d’abord, formaliter ensuite. Dans ses QDA, I, 8, col. 36, Jean note ceci : Dicunt aliqui, quod licet semen non sit uniuocum cum Son quod generatur, ita quod formaliter et secundum actum sit eiusdem speciei cum ipso Sor, tamen est eiusdem speciei virtualiter, ut dictum est prius. [...] Verum est tamen sine dubio, quod praeter illud generans, oportet esse vel praefuisse avens particulare eiusdem speciei formaliter, a quo ipsum semen fuerit decisum, ut probat Commentator 8 Physicorum contra Auicennam (nous soulignons). Précisément, ce second niveau n’existe pas de la même façon pour l’engendrement par putréfaction.

105 Par conséquent, fût-ce de manière éloignée, les intelligences sont elles aussi nécessairement des agents dans toute génération ; voir, en ce sens, cette mise au point rapide de Jean, QDA, I, q. 8, col. 36 : Dicit Commentator in 7 Met. com. 31 quod necesse est ut omne mixtum cum materia generetur a mixto cum materia, tanquam a generante propinquo, bene tamen concedendum est quod motores corporum coelestium sunt generantia remota illorum generabilium, ut dicit Commentator in 12 Meta. Sed non sunt generantia propinqua, nec quiaitates ipsorum indiuiduorum sunt eiusdem speciei cum ipsis, ut manifestum est cuilibet intelligenti.

106 Thomas d’Aquin, In Metaph., VII, 9, n. 1457, p. 427.

107 Thomas d’Aquin, Summa theologica, Ia, q. 45, art. 8, arg. 3, Rome, Ex Typographia Polyglotta (Sancti Thomae de Aquino Opera omnia, t. IV), 1888, p. 477 : Natura facit sibi simile. Sed quaedam inveniuntur generata in natura non ab aliquo sibi simili, sicut patet in animalibus generatis per putrefactionem. Ergo eorum forma non est a natura, sed a creatione.

108 Ibid., Ia, q. 45, art. 8, ad. 3, p. 477. Thomas écrit : Dicendum quod ad generationem animalium imperfectorum sufficit agens universale, quod est virtus caelestis, cui assimilantur non secundum speciem, sed secundum analogiam quamdam. Voir aussi ibid., Ia, q. 115, art. 3, ad. 3, Rome, Ex Typographia Polyglotta (Sancti Thomae de Aquino Opera omnia, t. V), 1889, p. 542 : Corpora caelestia inferioribus corporibus non sunt similia similitudine speciei ; sed inquantum sua universalit virtute continent in se quidquid in inferioribus generatur. Thomas recourt ailleurs à cette notion de « contenance virtuelle » ; notamment, usant du modèle géométrique que propose Aristote en De an., II, 414b28-31, dans sa Quaestio de spiritualibus creaturis, pour penser le rapport entre forme substantielle supérieure et puissances des formes substantielles inférieures : Sic etiam anima intellectiua uirtute continet sensitiuam (Quaestio disputata de spiritualibus creaturis, art. 3, sol., Rome-Paris, Commission Léonine-Éd. du Cerf (Sancti Thomae de Aquino Opera omnia, t. XXIV, 2), 2000, p. 44, 427-428).

109 Thomas d’Aquin, Summa theologica, Ia, q. 105, art. 1, ad. 1, Rome, Ex Typographia Polyglotta (Sancti Thomae de Aquino Opera omnia, t. V), 1889, p. 471. Thomas écrit : Dicendum quod effectus aliquis invenitur assimilari causae agenti dupliciter. Uno modo, secundum eandem speciem ; ut homo generator ab homine, et ignis ab igne. Alio modo, secundum virtualem continentiam, prout scilicet forma effectus virtualiter continetur in causa : et sic animalia ex putrefactione generata, et plantae et corpora mineralia assimilantur soli et stellis, quorum virtute generantur.

110 Elle se lit dans De la génération et la corruption, II, 8, 435a 21, p. 73 : « Pour toutes choses, la figure et la forme sont dans leurs délimitations. » La traduction effectuée par Burgundio de Pise vers le milieu du xiie siècle donne : Forma autem et species omnium in terminis (Aristoteles, De generatione et corruptione. Translatio Vetus, II, 8, J. Judycka éd., Leyde, Brill, 1986, p. 71). Les racines latines de la lecture que Jean fait de cette phrase sont profondes, plurielles et encore obscures ; à ce sujet, voir les remarques et les hypothèses d’I. Caiazzo sur certaines formules similaires en usage au xiie siècle, dans son article : « Discussions sur les quatre éléments chez Alain de Lille et Raoul de Longchamp », dans J.-L. Solère, A. Galonnier, A. Vasiliu éd., Alain de Lille. Le Docteur universel. Philosophie, théologie et littérature au xiie siècle, Turnhout, Brepols, 2005, p. 145-167, notamment p. 157-158.

111 Par exemple Jean de Jandun, QSM, VII, q. 24, fol. 104F : Et illa uirtus actiua partim a putrefacto animait precedente et partim a coelo, quia omnes formae sunt in terminis 2 De generatione et I meteo. Unde necesse est quod istae mundus sit contiguus lationibus superioribus, ut eius uirtus inde gubernetur.

112 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 45b (il s’agit de la question 23 sur le De somno et vigilia). Nous donnons plus bas, dans le texte, la citation complète.

113 Sur l’évolution d’Averroès quant au rôle de l’intellect agent, voir H.A. Davidson, Alfarabi, Avicenna, et Averroes, on Intellect. Their Cosmologies, Theories of the Active Intellect, and Theories of Human Intellect, New York-Oxford, Oxford University Press, 1992, p. 220-257 ; et G. Freudenthal, op. cit., n. 72.

114 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 44va-46b (q. 23).

115 Ibid., fol. 45a. Nous soulignons.

116 Voir Crawford, III, c. 36, p. 496, 490-498.

117 Jean de Jandun, Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 45b.

118 Averroès, Compendium De sompno et vigilia, dans Averrois Cordubensis Compendia Librorum Aristotelis qui Parva naturalia vocantur, p. 106, 32 et suiv. : Et declaratum est etiam il libre de Animalibus et Vegetabilibus quod individua animalium et plantarum sunt determinatarum causarum et determinata in esse ; in generabilibus autem per semina et intelligentiam agentem ; in non generabilibus vero per elementa et corpora celestia et intelligentiam agentem. Et cum ista individua habeant determinatum esse, necesse est ut natura eorum sit intellecta apud formam abstractam, cuius proportio ad illam est sicut proportio forme artificii ad artificiatum. Jean poursuit en citant le commentaire 36 à Metaph. À (Quaestiones super Parais Naturalibus, fol. 45b) : Et ad istam intentionem dicebat iste Auer. in comm. 11 Metaph. quod formae istorum inferiorum habent duplex esse, unum habent esse in actu in materia extra animam, aliud esse habent in potentia, scilicet in potentia actiua in intelligentia abstracta, quia intelligentiae non mouent orbes caelestes nisi quia intelligunt et mouere suum est causa existas eius, quod est in potentia, ad actum (cf. Averroès, In Metaph., XII, c. 36, fol. 318vbL).

119 Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 45b. Cf. Averroès, In De caelo, I, 22, dans Aristotelis Opera cum Averrois Commentariis, vol. 5, fol. 17bL (cité dans J. Hamesse, Les auctoritates Aristotelis. Un florilège médiéval, étude historique et édition critique, Louvain-Paris, Publications universitaires-Béatrice-Nauwelaerts, 1974, p. 162 : (40) Caelum est quasi medium et ligamentum quoddam inter generabilia et corruptibilia et aeterna).

120 Voir Jean de Jandun, Quaestiones super Paruis Naturalibus, fol. 45b : Est sciendum quod omnia quae contingunt in isto mundo inferiori, si non sint casualia et fortuita, aut ad utrumlibet, reducuntur in corpora caelestia et mouentia ipsorum, sicut patet primo Physicorum, et in 2 De generation dixit Aristoteles quod formae omnium sunt in terminis ; termines autem vocat corpora caelestia, in quo est terminus totius machinae corporalis, ita quod non est aliqua forma specifica in hoc mundo, quod non habeat aliquam configurationem in caelo sibi correspondentem, sicut eius primam causam corpoream.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540