Version classiqueVersion mobile

Les Parva naturalia d’Aristote

 | 
Pierre-Marie Morel
, 
Christophe Grellard

La Première réception du De memoria et reminiscentia Au Moyen Âge latin

Le commentaire d’Adam de Buckfield

Julie Brumberg-Chaumont

Texte intégral

  • 1 Voir notamment D. Callus, « Introduction of Aristotelian Learning to Oxford », Proceedings of the (...)
  • 2 La brève étude proposée ici est le premier jalon d’une recherche en cours sur les commentaires à l (...)

1L’importance de l’activité du maître ès arts Adam de Buckfield pour l’histoire de la transmission de la philosophie naturelle d’Aristote dans la première moitié du xiiie siècle a été souvent relevée1. Elle se vérifie en particulier pour les Parva naturalia, car son exégèse du De memoria et reminiscentia pourrait être le premier commentaire attribué et conservé sur ce traité au Moyen Âge latin2. Après avoir présenté notre auteur, nous proposons quelques repères pour l’histoire de la première réception médiévale latine de l’ensemble des Parva naturalia, et de la Translatio Vetus du De memoria en particulier. Ces rappels doivent permettre de replacer dans son contexte le difficile travail exégétique du maître oxonien. Il œuvre ici sans le soutien omniprésent qu’il trouve habituellement chez Averroès, et s’appuie sur une traduction latine qui s’écarte à de nombreuses reprises de l’original grec, au péril du sens du texte.

ADAM DE BUCKFIELD, SON IMPORTANCE HISTORIOGRAPHIQUE, SA POSTERITE

  • 3 Pour une biographie d’Adam de Buckfield, on peut consulter B. Emden, A Biographical Register of th (...)
  • 4 La liste des œuvres d’Adam de Buckfield a été dressée par C. Lohr, « Medieval Latin Aristotle Comm (...)
  • 5 Voir S. Donati, « Per lo studio dei commenti alla fisica del XIII secolo, I, commenti di probabile (...)
  • 6 Édité dans Thomas d’Aquin, Commentum in De somno et vigilia, Doctoris angelici divi Thomae Aquinat (...)
  • 7 Voir D.A. Callus, « Two Early Masters on the Problem of the Plurality of Forms », Revue néoscolast (...)
  • 8 La partie sur le livre II a été éditée par A. Maurer, Nine Medieval Thinkers, J.R. O’Donnel éd., T (...)
  • 9 Voir M. Dunne, Magister Petri de Ybernia, Expositio et Quaestiones Aristotelis librum De longitudi (...)
  • 10 Voir la remarque de R. A. Gauthier, en introduction à l’édition de Thomas D’aquin, Sententia libri (...)
  • 11 Voir infra les extraits cités dans les notes 35 et 36.
  • 12 Voir infra, le paragraphe intitulé « Les commentateurs médiévaux de la Vetus ». Il s’agit du manus (...)

2Adam de Buckfield, maître séculier d’Oxford, a vécu entre 1220 et 12853. Il est le contemporain de Robert Kilwardby (actif à Paris vers 1237-1245), de Richard Rufus de Cornouailles (actif dès les années 1230), et de Roger Bacon (actif à Paris en 1241-1250). On pense qu’il a été le premier à commenter la totalité de la philosophie naturelle d’Aristote à Oxford. Il serait l’auteur de 32 œuvres, la plupart inédites, conservées dans 58 manuscrits. Son enseignement, par ses commentaires (achevés vers 1244), a fortement contribué à l’introduction du Nouvel Aristote au sein de l’université d’Oxford. Adam de Buckfield a ainsi commenté la totalité des Parva naturalia disponibles à l’époque, soit le De sensu et sensato , le De memoria et reminiscentia , le Desomno et vigilia (dont la première recension a été versée à l’œuvre complète de Thomas d’Aquin), et le De longitudine et brevitate vitae4. Parmi ses autres commentaires sur la philosophie naturelle, on compte notamment celui sur la Physique, dont S. Donati a donné plusieurs études fondamentales5. La plupart de ses œuvres sont inédites, à l’exception du commentaire sur le De somno (recension I)6, de quelques extraits du commentaire sur le De anima7, d’une question issue du commentaire sur la Métaphysique (Nova)8 et d’une partie du commentaire sur le De longitudine9. La question des œuvres attribuées à Adam ne saurait être résumée ici. Elle est d’une grande complexité, car les historiens lui ont imputé différentes recensions d’un même commentaire, numérotées dans l’ordre de leur découverte, sans que l’attribution à Adam soit toujours avérée10. Pour ses commentaires sur le De memoria , on compte dans les répertoires deux recensions, la première étant d’authenticité douteuse, notamment parce qu'elle ne tranche pas la question de la place du traité au sein des Parva naturalia et par rapport au De anima11. Il existe également une troisième « recension », dans un manuscrit rapporté de manière erronée à la seconde version, authentique, dans les répertoires12.

  • 13 Ch. Burnett, op. cit., n. 9, p. 123.
  • 14 Ch. Lohr, « The New Aristotle and the “Science” in the Paris Art Faculty (1255) », dans O. Weijers (...)

3Beaucoup d’études sur l’histoire de la philosophie et des universités dans la première moitié du xiiie siècle font d’Adam de Buckfield un personnage clef. Ainsi Ch. Burnett propose de dater la constitution du corpus vetustius par rapport à son activité de commentateur13. Ch. Lohr s’appuie également sur les écrits du maître oxonien pour dresser le tableau des relations que les auteurs médiévaux établissaient entre les différents libri naturales et la structure organique de la philosophie naturelle14.

  • 15 Voir notamment Thomas D’aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. 111*.
  • 16 Th. Noone, « Evidence for the Use of Adam of Buckfield’s Writing at Paris : a Note on Yale, Histori (...)
  • 17 Voir L.-J. Bataillon et A. Dondaine, op. cit., n. 9, p. 183 et suiv.
  • 18 P. Rossi, « Un florilegio aristotelico degli inizi del Trecento », Aevum, Rassegna di scienze stor (...)

4L’influence d’Adam de Buckfield, attestée d’une manière générale par le nombre de manuscrits conservés, a été relevée plusieurs fois par R.A. Gauthier dans ses éditions critiques de Thomas d’Aquin, notamment à propos de ses commentaires sur le De anima (l’apparat des sources le mentionne des dizaines de fois) et sur la Métaphysique . Dans son édition du commentaire sur le De sensu et le De memoria , R.A. Gauthier fait de l’ouvrage d’Adam une source probable15. T. Noone a démontré l’utilisation des écrits d’Adam de Buckfield à Paris16. On constate également un lien direct avec Siger de Brabant, notamment signalé par l’attribution à ce dernier d’un commentaire sur le De somno (rec. II d’Adam) et la présence de forts emprunts dans un commentaire sur le De longitudine attribué à Siger17. P. Rossi a également montré la présence d’une glose latine marginale d’un franciscain de la fin du xiiie siècle sur un manuscrit byzantin des œuvres d’Aristote, qui est en fait un résumé (sous forme d’auctoritates) des commentaires d’Adam18.

LA TRADITION MEDIEVALE DES PARVA NATURALIA ET DU DE MEMORIA

Quelques repères dans la tradition médiévale latine des Parva naturalia

  • 19 Sur la tradition manuscrite latine des Parva naturalia, voir G. Lacombe, « Mediaeval Latin Version (...)

5La première réception universitaire des Parva naturalia est matérialisée par la constitution de ce que les éditeurs de l’Aristoteles latinus ont appelé le corpus vetustius (par opposition au nouvel ensemble formé à partir des traductions de Guillaume de Mœrbeke, le corpus recentius). Il s’agit d’une sorte d’édition médiévale à géométrie variable des œuvres de philosophie naturelle d’Aristote (qui comprend assez souvent la Métaphysique) dans des traductions gréco-latines et arabo-latines, essentiellement datées du xiie siècle. Elle compte une centaine de manuscrits. Pour les Parva naturalia, il s’agit des traductions gréco-latines de Jacques de Venise (deuxième quart du xiie siècle), et d’un autre traducteur anonyme du même siècle19.

  • 20 Pour la réception médiévale du De memoria, voir D. Bloch, Aristotle on Memory and Recollection Tex (...)
  • 21 Ch. Lohr, op. cit., n. 14.

6Nous avons rassemblé dans un tableau les quelques informations recueillies dans la littérature secondaire sur ces traductions et leur réception médiévale20. Cette synthèse est dans sa structure inspirée de celle que Ch. Lohr donne pour l’ensemble du corpus vetustius21, mais le tableau est restreint aux seuls Parva naturalia, complété et actualisé.

  • 22 G. Federici Vescovini affirme, en se référant aux travaux des collaborateurs de l'Aristoteles Lati (...)
  • 23 Le commentaire par questions de Geoffroy d’Aspall est donné comme perdu par Ch. Lohr, op. cit., n. (...)

Parva naturalia Translatio Vetus (dite « bœthiana »)22.

Présence dans les mss du corpus vetustius portant la glose d’Oxford (cf. CH. Burnett, op. cit., n. 9).

Nombre de mss conservés (cf. DOD B. G„ « Aristoteles latinus », Cambridge History of Later Medieval Philosophy, Kenny A., Pinborg J., Stump E. et Kretzman N. eds., Cambridge, 1982, p. 45-79).

Commentateurs médiévaux de la Translatio Vetus.
Objet des traités des Parva naturalia dans la philosophie naturelle d’Aristote d’après Adam.

De sensu
Trad. anon., éd. provisoire de L. Peeters (CDrom A. L.2), édition critique préparée par G. Galle.

13

94

ph.AB.RB.AM.rk*.GA
Compendium d’Averroès.
Adam de Buckfield : corpus mobile contractum ad generabile et corruptibile animatum, de proprietatibus consenquentibus ad principales operationes, de sensus et sensibilis et de ipsis instrumentis.

De memoria
Trad. De Jacques de Venise, éd. provisoire de S. Donati (CDrom A. L.2).

13

115

AB. AM. rk*.GA
Compendium d’Averroès.
Adam de Buckfield : corpus mobile contractum ad generabile et corruptibile animatum, de proprietatibus consenquentibus sensuum quae causantur a parte animae.

De somno, Trad. anon., éd. Drossaart-Lulofs, 1943 (CDrom AL2).

13

102

AB.rb.AM.rk*.GA
Compendium d’Averroès.
Adam de Buckfield : corpus mobile contractum ad generabile et corruptibile animatum, deproprietatibus consenquentibus sensuum quae causantur a parte corporis.

De insomniis
Trad. anon., éd. Drossaart-Lulofs,1947 (CDdrom AL2).

Vide De somno

Vide De somno

Vide De somno

De divinatione
Trad. anon., éd. Drossaart-Lulofs, 1947 (CDdrom AL2).

Vide De somno

Vide De somno

Vide De somno

De longitudine
Trad. de Jacques de Venise, éd. prép. de Escobar, (CDdrom AL2) ; éd. in M. Alonso, Pedro Hispano, Obras filosoficas, I, 1952, p. 405-411.

[sous le titre : De morte]

101 v

PH.AB.AM.rk*.GA23 (+ Pierre d’Irlande ca 1239-1265 éd. M. Dunne) Compendium d’Averroès.
Adam de Buckfield : corpus mobile contractum ad generabile et corruptibile animatum, de proprietatibus convenientibus omni viventi.

De juventute, Trad. De Jacques de Venise, éd. K. Hustaert (CDromAL2).

0

4

De respiratione
Vide supra.

0

4

De vita et morte
Vide supra.

5

AB = Adam de Buckfield, RK = Robert Kilwardby, AM = Albert le Grand, RG = Roger Bacon, PH = Pierre d’Espagne, GA = Geoffrey d’Aspall (les minuscules indiquent que l’œuvre est perdue).

  • 24 O. Weijers, op. cit., n. 4, p. 26-27. L’explicit du commentaire donné dans le répertoire d’O. Weij (...)
  • 25 O. Weijers, op. cit., n. 4, p. 122, mentionne un commentaire au De morte et un commentaire au De l (...)
  • 26 Le répertoire de Lohr (op. cit., n. 4) mentionne le Liber De morte et vita et De causis longitudin (...)

7Ce tableau appelle quelques remarques. Concernant les titres d’ouvrages, il faut préciser que le titre De somno comprend en général les trois traités (De somno, De insomniis, De divinatione) et que le De longitudine apparaît dans le corpus vetustius sous le titre : De morte. Il convient donc de se méfier de la mention d’un commentaire au De morte, outre celle d’un commentaire sur le De longitudine, dans une même notice. On retrouve cette confusion au sujet d’Adam de Buckfield24, d’Albert le Grand25, et peut-être de Pierre d’Espagne26. Nous avons accolé aux initiales de Robert Kilwardby un astérisque dans la mesure où rien ne permet de penser qu’il a composé un commentaire sur chacun des traités, les sources ne mentionnant qu’un commentaire sur les Parva naturalia en général. Enfin la mention « CDromAL 2 » désigne la seconde édition du CDrom de l'Aristoteles Latinus parue en 2006, qui contient des éditions préparatoires ou d’anciennes traductions, difficiles d’accès.

  • 27 Thomas d’Aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. 117* (Notule anonymes) et p. 118* (recensi (...)

8Ce tableau montre que les trois derniers traités des Parva naturalia ne faisaient pas partie du corpus vetustius , bien qu’ils aient été connus très tôt, puisque Alfred de Sareshel cite le De vita et morte et le De respiratione , vers 1200. Les extraits des commentaires sur le De sensu publiés par R.A. Gauthier montrent que ces textes étaient connus, mais qu’ils n’étaient pas encore parvenus aux maîtres de l’époque27. On voit dans le tableau le petit nombre de manuscrits qui nous sont parvenus pour ces traités. Il semble que la liste des Parva naturalia qui faisait autorité à l’époque d’Adam de Buckfield suivait le modèle qu’on trouve dans le Compendium d’Averroès, où les trois derniers traités sont absents.

La Translatio Vetus du De memoria

  • 28 Voir J. Coleman, Ancient and Medieval Memories, Cambridge, 2nde éd., 1995, p. 330.

9Le commentaire d’Adam de Buckfield est fondé sur une traduction gréco-latine de Jacques de Venise, qui a fait l’objet d’une édition provisoire par S. Donati pour l'Aristoteles Latinus (CDrom 2). La deuxième traduction du De memoria est également une traduction gréco-latine, effectuée par Guillaume de Mœrbeke vers 1265-1268. On a affirmé que cette traduction était une révision des chapitres 4 à 9 de la Vetus28, ce qui est impossible, puisque nous constatons d’importantes erreurs de traduction dans le troisième chapitre, erreurs que ne comporte pas la Nova.

  • 29 Sur ces deux manuscrits, voir Ch. Burnett, op. cit., n. 9.

10Le De memoria a la particularité, par rapport à tous les autres Parva naturalia, d’appartenir à la toute première phase de la tradition manuscrite de la philosophie naturelle d’Aristote, puisqu’il est présent dans le manuscrit Avranches 221 (De anima, De memoria, Physica, De intelligentia, De natura hominis), et dans le manuscrit Avranches 232 (qui contient notamment le De generatione, l'Ethica Nova, l’Ethica Vetus, la Physica, le De memoria, le De longitudine, et la Metaphysica vetustissima )29. Il est donc d’abord transmis seul, avec le De anima et sans les autres petits traités.

  • 30 Voir tableau infra, texte 1.
  • 31 C’est-à-dire dans la paraphrase d’Alexandre, dans celle de Michel d’Ephèse et dans le ms Vatican g (...)
  • 32 Voir G. Galle, op. cit., n. 10.

11De fait, la question de la place du De memoria dans la psychologie d’Aristote et à l’intérieur des Parva naturalia se pose pour le Moyen Âge. L’examen de son incipit est de ce point de vue riche d’enseignements. La Translatio Vetus du De memoria , contrairement à bon nombre d’autres traductions anciennes, se distingue aisément de la Translatio Nova par le fait qu'elle ne comporte pas le même incipit·. Relinquorum autem... Cela s’explique par le fait qu'elle accole en fait la dernière phrase du De sensu au début du De memoria30. Dans la traduction de Guillaume de Mœrbeke, cette phrase est, conformément à la tradition grecque, à la fin du De sensu . Elle porte en outre dans la Nova une variante, représentée seulement dans la tradition « alexandrinienne » du texte grec31 : « et de somno (kai hupnou) ». De ce fait elle annonce, outre le De memoria , le traité De somno à la fin du De sensu . L’absence, dans la traduction de Jacques de Venise, de la variante qui fait de cette phrase l’annonce des deux traités suivants, le De memoria et le De somno, est une condition à la fois pour pouvoir supposer que le De memoria ne suit pas le De sensu et qu’il est rattaché directement au De anima , comme c’est le cas dans la première circulation du De memoria . Un autre élément explicatif pourrait être fourni par les recherches récentes de G. Galle sur la traduction et la circulation de la Translatio Vetus du De sensu , si, comme elle le souligne, il faut mettre en doute la datation précédemment admise (xiie siècle) pour la traduction anonyme du De sensu , et pencher davantage pour une datation au xiiie siècle, soit un siècle après celle que Jacques de Venise a donnée du De memoria32.

  • 33 Sciendum est quod Aristoteles distingua in fine libri De anima inter memorari et reminisci dicens  (...)
  • 34 Hoc tamen dixerim si placet adiungere illa duo capitula De memoria et reminiscentia cum libro De a (...)
  • 35 Relinquorum autem primum considerandum, etc. Quibusdam naturalis philosophie doctoribusplacet cont (...)

12Le fait que l’opuscule constitue un traité à part dans le corpus aristotélicien n’est pas un fait acquis dès le début, pas davantage que son appartenance à l’ensemble des Parva naturalia . Il a, dans un premier temps, été considéré comme le dernier chapitre du De anima , comme on le voit chez John Blund33, Robert Kilwardby34, et dans une opinion rapportée par la recension 1 du commentaire sur le De memoria attribuée de manière erronée à Adam de Buckfield35.

  • 36 Relinquorum autem , etc. In precedenti libro qui est De sensu et sensato... Hic intendit de quibus (...)
  • 37 Voir l’introduction de R.A. Gauthier, dans Thomas d’Aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. (...)

13Adam rapatrie au contraire clairement le De memoria au sein des Parva naturalia36. Toutefois la manière dont le De memoria devrait être regroupé avec un autre traité des Parva naturalia n’est pas vraiment abordée, et il semble que le De memoria considéré par Adam comme un traité à la fois indépendant du De sensu contrairement à ce qu’affirme Thomas d’Aquin, croyant pouvoir s’appuyer sur les Grecs – et indépendant du De somno, contrairement à la tradition grecque et au classement d’Averroès dans son Compendium37. Ce regroupement du De memoria avec le De somno dans la tradition grecque se reflète dans la variante de la dernière phrase du De sensu conservée chez Guillaume de Mœrbeke, annonçant les deux traités suivants, et non le seul De memoria, comme on l’a vu précédemment.

  • 38 Avicenne (Liber de anima seu sextus de naturalibus, I-VI, S. Van Riet éd., Louvain/Leyde, 1968-197 (...)
  • 39 Jean de La Rochelle, De l’âme, J.-M. Vernier trad., L.-J. Bataillon (avant-propos), Paris, 2001, p (...)
  • 40 R.A. Gauthier, « Le traité De anima et potentiis eius d’un maître anonyme ès arts vers 1225 », Rev (...)
  • 41 D.A. Callus, op. cit., n. 7, p. 154.
  • 42 Rappelons l’analyse de R.A. Gauthier : « Le De anima et potentiis eius fait [de la mémoire] le cin (...)

14On peut résumer la situation d’un commentateur du De memoria dans les années 1240 de la manière suivante : il se trouve face à un texte peu connu, dont la place dans le corpus aristotélicien n’est pas claire, cité dans des textes antérieurs, mais dans des passages rapportés au De anima, dont le contenu doctrinal a été précédemment véhiculé par bribes dans des œuvres dont l’enseignement était bien différent de celui d’Aristote, en particulier dans le cadre de la théorie des « sens internes » chez Avicenne38. Comme le souligne L.-J. Bataillon dans la préface de la traduction française de la Summa de anima de Jean de La Rochelle, ce dernier texte est révélateur de l’état des connaissances en matière de psychologie, dans les milieux parisiens vers 1230, puisque Averroès est inconnu et le De anima est connu de manière « très limitée » dans ce traité, qui aborde pourtant la mémoire parmi les sens internes (chez le Pseudo-Augustin, i.e . Alcher de Clairvaux, Damascène, Avicenne)39. Le traitement de la question de la mémoire dans les traités anonymes De anima et potentiis eius40 et Depotentiis animae et obiectis41, en dépit des premières traces de l’introduction de la psychologie d’Averroès, est également révélateur de la difficile assimilation du traité d’Aristote et de sa doctrine42. Quand la traduction latine du Compendium d’Averroès devient accessible, au tournant du premier quart du xiiie siècle, elle ne facilite pas pour autant le travail de l’exégète, puisque le texte commenté par le philosophe arabe, différent de celui de la tradition latine, ne peut servir de guide pour une première assimilation de la lettre du texte.

Les commentaires médiévaux de la Vetus

  • 43 K. White, Two Studies Related to St. Thomas Aquinas Commentary on Aristotle’s De sensu et sensato, (...)

15Parmi les rares commentaires édités, seul celui d’Albert le Grand est fondé sur la Vetus . S. Donati en prépare une édition critique à l’Albertus Magnus Institut. Ceux de Thomas d’Aquin et de Jean Buridan suivent la traduction de Guillaume de Mœrbeke. La situation est moins claire pour les Quaestiones de Pierre d’Auvergne, dont K. White propose le texte dans son PhD inédit43, qui citent peu le texte d’Aristote, mais semblent porter des leçons de la Translatio Vetus.

  • 44 Notamment les Notule de memoria et reminiscentia d’un maître ès arts d’Oxford, vers 1245-1250, Mil (...)
  • 45 J. Long, « Adam of Buckfield and John Sackville : Some Notes on Philadelphia Free Library Ms Lewis (...)
  • 46 Pour la bibliographie sur le sujet, voir l’introduction de J. Brams et de F. Bossier à l’édition d (...)
  • 47 Erfurt, SB Ampl, Q 293 (xiie-xive) (E), fol. 101a-vb ; Oxford, Merton coll. 272 (xiiie) fol. 22-23 (...)

16Nous comptons un assez grand nombre de commentaires sur la Translatio Vetus du De memoria , largement anonymes. Pour les commentaires attribués, nous avons des Gloses d’Adam de Wytheby (vers 1265, Paris, BnF lat., 16149, f. 60rb-61rb, 61rb-62ra) et les Quaestiones de Geoffrey d’Aspall (conservées dans un seul ms, Oxford, New College, 285, f. 189-193). Pour les commentaires anonymes, certains manuscrits ont été signalés par R.A. Gauthier dans son introduction au commentaire de Thomas d’Aquin44 et par J. Long45. Il y a en outre l’impressionnant corpus de la « glose d’Oxford », glose marginale qui accompagne certains manuscrits anglais du corpus vetustius, dont l’importance est capitale pour l’histoire de la première réception universitaire de la philosophie naturelle d’Aristote46. Il faut y ajouter la « première recension » du commentaire d’Adam, qui lui est attribuée à tort, conservée dans cinq manuscrits47. Mentionnons enfin un commentaire contenu dans le manuscrit de Lisbonne (BN Alcobaça 382 (179) (xiiie) f. 122v-126v), attaché dans les répertoires à la recension II, authentique, d’Adam, mais qui porte en fait un autre commentaire.

L’œuvre d’Adam : premier commentaire latin attribué

  • 48 Le stemma et la description des manuscrits seront donnés dans l’édition à paraître du commentaire (...)

17Le commentaire d’Adam, dit « recension II », est conservé dans trois manuscrits : Bologne BU 1180 (2344), f. 54a-56b [B], Londres Wellcome Hist. Med Libr. 3, f. 141v-144r [W] ; Vatican, Vat. lat. 5988, f. 26a-29b [V]48. Ce commentaire présente un intérêt particulier dans la tradition de ce traité. Nous ne possédons en effet aucun commentaire sur l’opuscule aristotélicien des grands maîtres contemporains d’Adam de Buckfield. Ni Pierre d’Espagne ni Roger Bacon ni Richard Rufus de Cornouailles n’ont commenté le De memoria. Le commentaire de Robert Kilwardby, s’il a existé, est perdu, et le commentaire d’Albert le Grand est plus tardif (1256-1257), comme celui, par questions, attribué à Geoffroy d’Aspall. Dans l’état actuel des recherches, le commentaire d’Adam serait le premier commentaire latin attribué et conservé sur le De memoria et reminiscentia . Adam pourrait donc bien être concerné au premier chef par la situation du commentateur du De memoria décrite précédemment.

L’EXÉGÈSE D’ADAM

Adam et Averroès

  • 49 Thomas d’Aquin, Sententia libri De anima, p. 248* et p. 259.
  • 50 Voir la notice sur la tradition arabe, C. Di Martino, « Les Parva naturalia, tradition arabe », da (...)

18Concernant la teneur de l’exégèse du De memoria, Adam se trouve dans une situation particulière, pour les Parva naturalia, par rapport à ses autres commentaires sur Aristote. On a insisté, notamment R.A. Gauthier à propos du commentaire d’Adam au De anima, sur la grande dépendance intellectuelle du maître envers Averroès, qu’il cite à chaque pas49. La situation est évidemment différente dans le commentaire sur le De memoria, puisqu’il propose une exégèse littérale pour une œuvre qui n’est pas commentée en l’état par Averroès. Le commentateur arabe compose en effet un Compendium, ou plus exactement un commentaire sur une autre version des Parva naturalia que celle que la tradition nous a transmise sous le nom d’Aristote50. Adam doit donc trouver des arguments propres dans un commentaire qui consiste essentiellement en une divisio textus serrée et une reconstitution syllogistique de l’argumentation d’Aristote, accompagnées de quelques éclaircissements ponctuels.

  • 51 Adam considère manifestement comme évident le fait que la rememoratio et l'investigatio per rememo (...)
  • 52 Voir D. Black, « Memory, Individuals and the Past in Averrœs’s Psychology », Medieval Philosophy a (...)

19La référence à Averroès n’est pourtant pas abandonnée, puisqu’il se fonde sur lui pour placer le De memoria après le De sensu, et cite les définitions de la mémoire et de la réminiscence du commentateur arabe51 à l’appui de celles d’Aristote. Pour cela, il choisit évidemment la phrase qui se rapproche le plus de la doctrine d’Aristote, puisqu’elle mentionne la nécessité d’un objet passé, ce qui n’est pas toujours le cas chez Averroès52, mais il en modifie substantiellement le vocabulaire. Comme le montrent les deux citations qui suivent, Adam supprime la mention de l'intentio , qui ne se trouve évidemment pas chez Aristote et qui nécessiterait tout un développement, à la fois différent et incompatible avec le De memoria , si elle devait être utilisée et expliquée. Chez Averroès, l'intentio singulière de la chose est en effet l’objet propre de la mémoire, différente spécifiquement de l’impression sensible, et c’est notamment la présence de cet objet propre qui justifie l’identification de la mémoire à une vertu indépendante parmi les sens internes.

20– Adam de Buckfield :

  • 53 Et nota secundum Commentatorem quod memoria est in presenti reuersio speciei/rei ( ?) (ms V = inqu (...)

Notons que, selon le Commentateur [= Averroès], la mémoire est le retour au présent de la chose/espèce (?) sensible ou intelligible saisie dans le passé. Quant à la réminiscence, c’est une enquête volontaire sur cette chose/espèce (?) quand, par le discours rationnel, on la recherche après une [période d’]absence53.

21– Averroès latin :

  • 54 Rememoratio enim est reversio in presenti intentionis comprehense in preterite. Investigatio autem (...)

La remémoration est le retour au présent de l’intention saisie dans le passé.
L’investigation par la remémoration est une enquête volontaire sur cette intention et le fait de la rendre présente après une [période d’]absence54.

  • 55 Thomas d’Aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. 121*.

22R.A. Gauthier juge incompatible l’ajout de « ou intelligible (vel intellligibilis) » avec la doctrine aristotélicienne et averroïste de la mémoire comme activité liée au phantasme de l’imagination, et y voit là une forte influence augustinienne qui s’exercerait sur Adam. Il choisit par ailleurs la leçon du manuscrit V, « chose (rei) » et non « espèce (speciei) »55 ; il s’agit donc d’une chose intelligible, d’un objet intelligible de la mémoire.

23Mais nous ne voyons pas alors en quoi la doctrine aristotélicienne de la mémoire serait mise en danger, car il suffit que le rappel de la chose intelligible se fasse par accident, c’est-à-dire par l’intermédiaire de l’image sensible accompagnant la pensée et la rappelant. La situation serait plus difficile si nous avions « espèce (speciei) », comme l’indiquent deux manuscrits sur trois, et comme le suggère le fait que la réminiscence met en scène cette même espèce (speciei dans les trois manuscrits pour la seconde occurrence), comme s’il en avait déjà été question précédemment. Il semble probable que le modèle des trois manuscrits devait porter une graphie illisible, interprétée en rei ou speciei, comme d’autres cas nous l’ont indiqué au cours de la préparation de l’édition critique. Si l’on devait admettre la leçon « espèce intelligible (speciei intelligibilis) », l’idée que la mémoire pourrait avoir un support mnésique non sensible homogène à l’objet remémoré, l’intelligible, serait effectivement difficilement compatible avec la doctrine aristotélicienne de la mémoire comme faculté de l’imagination et de la mémoire « par accident » de l'intelligible. La leçon species pourrait toutefois se comprendre dans la mesure où la notion d’espèce vient remplacer celle d'intentio, absente chez Aristote et qu’Adam préfère éviter. Il serait pourtant difficile de motiver par rapport à Averroès l’ajout de la notion d’espèce intelligible.

  • 56 En nous centrant ici sur l’occultation du vocabulaire de l'intentio et sur la question de la mémoi (...)

24Si l’on préfère « chose intelligible (rei intelligibilis) », il convient alors d’adopter « chose (rei) » dans la deuxième occurrence de la citation, contre les trois manuscrits conservés. Le fait qu’Adam de Buckfield reproduise scrupuleusement la doctrine de la mémoire de l’intelligible « par accident » nous pousserait à appliquer le principe de charité dans ce sens pour l’établissement du texte en faveur de « chose » : un objet intelligible serait l’objet de la mémoire par accident, c’est-à-dire par l’intermédiaire d’une trace mnésique dans l’imagination. L’objet de la mémoire, la chose passée, via la réactivation du phantasme comme image de la chose préalablement sentie, se substituerait donc bien à l’objet de la mémoire chez l’Averroès latin, l’intentio56.

  • 57 Albert Le Grand, Liber De memoria et reminiscentia, Opera omnia, t. IX, A. Borgnet éd., Paris, 184 (...)
  • 58 Thomas d’Aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. 118*-119*.

25En dehors de cette mention, Averroès est pratiquement absent du reste du commentaire. On sait qu’Albert, face aux mêmes dissensions entre Averroès, Avicenne et Aristote, dues en partie aux obscurités du texte de ce dernier, préfère coiffer son commentaire sur le De memoria d’un exposé sur la théorie de la mémoire à partir de ces auteurs arabes (appelés « péripatéticiens ») : il dissocie donc l’usage des sources·57. R.A. Gauthier rapporte qu’il en va de même dans le commentaire d’Adam au De sensu : les références à Averroès, assez nombreuses, apparaissent comme autant d'excursus dans un commentaire continu du traité d’Aristote58.

L’apport propre de la Vetus

  • 59 Je remercie A. Palanciuc, qui prépare une édition de ce texte dans le cadre de son travail doctora (...)

26Dans le cadre d’un commentaire littéral, Adam est évidemment dépendant de la traduction latine sur laquelle il se fonde59.

27La Vetus modifie à plusieurs reprises le texte d’Aristote (voir les passages en gras dans le tableau infra), et dans la plupart des cas, ces inexactitudes ont été corrigées dans la traduction de Guillaume de Mœrbeke, de sorte que le texte commenté par Adam et Albert d’une part, et par Thomas d’autre part, n’est pas vraiment le même. Nous avons donné dans le tableau quelques exemples pour la seule partie sur la mémoire. On peut noter qu’en de rares cas, ceux soulignés dans la Nova, les deux traductions latines sont concernées, ce qui implique un problème dans le texte grec. Pour la plupart des erreurs, on retrouve dans l’apparat critique de D. Bloch les variantes grecques qui expliquent le décalage, mais ce n’est pas toujours le cas. Il y a parfois un simple problème de lecture.

  • 60 Traduction parfois modifiée pour les besoins du parallélisme avec le latin.

Traduction française du texte grec,P.-M. Morel60

Édition préparatoire de la Translatio Vetus

Translatio Nova de Guillaume de Mœrbeke, éditée avec le commentaire de Thomas d’Aquin

1. (De sens, 449b 1-3) Parmi les choses qu’il nous reste à examiner, il faut commencer par la mémoire et le fait de se souvenir.
[...]

1. (De memoria) Relinquorum autem primum considerandum de memoria et memorari
[...]

1. (De sensu) Relinquorum autem primo considerandum de memoria et reminiscentia et de sompno.
[...]

2. Nous avons déjà parlé de l’imagination dans le traité De l’âme et nous avons établi qu'il n’est pas possible de penser sans image (De an., III, 7, 431al6-17, 8, 432a8-9).
En effet, quand on pense, se produit le même phénomène que lorsqu’on trace une figure : bien que dans ce dernier cas nous n’ayons pas besoin que la grandeur du triangle soit déterminée, nous dessinons pourtant un triangle d’une grandeur déterminée, et celui qui pense fait de même, car même s’il ne pense aucune grandeur, il visualise une grandeur mais ne la pense pas comme grandeur. Dans le cas où l’objet est par nature une grandeur, mais une grandeur indéterminée, on pose une grandeur déterminée que l’on pense cependant simplement comme une grandeur.

2. Quoniam autem de fantasia prias in his que sunt de anima dictum est et quod intelligere non sit sine fantasmate.
Accidit enim eadem passio intellectui que quidem et ipsi discretioni, ibique enim nulla utentes quantitate determinata, sed tamen finitam secundum quantitatem describimus.
Et similiter opinatur, etsi non quantitatem intelligat, ponit ante oculos quantitatem, intelligit autem secundum quod quantitas est. Quamuis quantitatum natura sit indefinitas esse, ponit tamen quantitatem finitam. Intelligit autem secundum quod quantitas est solum.

2. Quoniam autem de fantasia prius in hiis que sunt de anima dictum est, et intelligere non est sine fantasmate.
Accidit enim eadem passio intellectui que quidem et in describendo: ibi enim nulla utentes quantitate trigoni determinata, tamen finitam secundum quantitatem describimus; et intelligens similiter, etsi non intelligat quantum, ponitur ante oculos quantum, intelligit autem non secundum quantum quod quantum est. Si autem natura sit quantorum, infinitorum autem, ponitur tamen quantum determinatum, intelligit autem secundum quod quantum solum.

3. (450a6) Pour quelle raison toutefois n’est-il pas possible de penser sans le continu, ni sans le temps les êtres qui ne sont pas dans le temps, c’est une autre question.
[...]

3. Et propter quam igitur causam non contingit intelligere nichil sine continue neque sine tempore quae sunt in tempore alia ratio est.
[...]

3. Propter quam igitur causam non contint intelligere nichil sine continuo neaue sine ratione temporis, alia ratio.
[...]

4. (450a24-25) En outre les objets dont il y a imagination sont par soi des objets de mémoire, tandis que ceux qui ne se présentent pas sans imagination le sont seulement par accident.
[...]

4. et memorabilia hec quidem per se sunt quorum etfantasia, secundum accidens autem quecumque cum fantasia sunt.
[...]

4. et sunt memorabilia per se quidem quorum est fantasia, secundum accidens autem quecunque non sine fantasia.
[...]

5. (450a27) En effet, Il faut manifestement penser que ce qui est produit par la sensation dans l'âme et dans la partie du corps qui la possède, l’affection, est comme une sorte de peinture, dont la possession disons-nous, constitue la mémoire.
En effet, le mouvement qui se produit imprime (en/sèmainetai) comme une empreinte de sensation, comme on dépose sa marque avec un sceau.

5. Manifestum enim est quoniam oportet intelligere huiusmodi aliquid fieri per sensum in anima et in parte corporis habentis ipsam ut animalium pictura passio est cuius habitum dicimus memoria esse.
Factus enim motus unum significat ac ut figura quedam uel motus sensibilis sicut sigillantes anulis.

5. Manifestum enim quoniam oportet intelligere talem aliquam factam per sensum in anima et in parte corporis habente ipsam, uelud picturam quandam passionem cuius dicimus habitum esse memoriam.
Factus enim motus inprimit uelud figurant quandam sensibilis, sicut sigillantes anulis.

Efforts exégétiques d’Adam

  • 61 Thomas d’Aquin, Sententia libri De anima, Opera omnia, t. XLX/1, R.A. Gauthier éd., Rome-Paris, 19 (...)

28Comme le souligne R.A. Gauthier, le succès d’Adam s’explique certainement par son œuvre d’explication et de vulgarisation, face à un texte difficile, souvent obscur61. Dans le cas du De memoria, on peut penser qu’un des mérites d’Adam est justement d’être parvenu, sans le soutien d’Averroès, à reconstituer une doctrine qui, dans l’ensemble, sur davantage les idées d’Aristote que les leçons propres de la Translatio Vetus pouvaient le laisser craindre.

29Nous proposons donc de conclure cette étude en montrant à travers deux exemples comment l’exégèse d’Adam atteint un certain degré de fidélité aux fondamentaux doctrinaux du traité d’Aristote, en dépit et comme « par-delà » le texte qui lui a été transmis.

30Voici d’abord la manière dont il commente l’extrait n° 5 :

  • 62 Sic motus factus a specie sensibili in sensum significat illud ipsi anime cuius est species sicut (...)

Le mouvement fait par l’espèce sensible dans le sens signifie à l’âme ce dont il y a espèce, comme le dessin de la chose figurée signifie ce dont il y a dessin. Ainsi le mouvement sensible fait dans le sens représente le sensible comme la forme d’un sceau imprimée dans la cire représente le sceau. C’est pourquoi, puisque la mémoire représente la chose extérieure, il est nécessaire qu’une passion ou une similitude s’imprime dans l’âme par l’intermédiaire du sens et dans l’organe corporel dont la perfection est l’âme elle-même, et la possession de cette passion est la mémoire elle-même62.

31Aristote, juste avant ce passage, a soulevé un doute sur la possibilité même de la mémoire : comment ne nous souvenons-nous pas de l’image, qui est présente, plutôt que de la chose passée, qui est absente ? Pour cela, il doit d’abord prouver le présupposé de son interrogation, c’est-à-dire le fait que la mémoire fonctionne sur la base de la présence d’une image laissée par le contact sensoriel avec l’objet (d’où la présence de l’expression ensèmaneitai/imprimit). Mais il n’en est pas encore à dire que cette image est perçue comme le renvoi à quelque chose d’autre, la chose extérieure, ce qui sera l’objet de la solution de l’aporie. Comme la Vetus porte significat unum (hen sèmainetai), au lieu de imprimit, Adam anticipe cette solution, et prend l’exemple du sceau et de la cire, non pas comme le modèle pour penser la présence de la trace, l’objet ayant causé cette trace étant absent, mais pour penser sa valeur de signe ou de renvoi, ce qui ne déforme pas réellement le propos d’Aristote, mais rend un peu inoffensive son aporie.

32Le passage n° 2 offre de plus grandes difficultés exégétiques :

Dans le détail, il procède de la façon suivante. D’abord il fait figurer la proposition qu’il veut prouver en disant que notre intellection ne se fait pas sans phantasme, et c’est le passage : Quoniam...

Il prouve ensuite cet argument de la façon suivante. La connaissance qui se fait avec le continu et le temps se fait avec un phantasme. Mais notre intellection se fait avec le continu et le temps, donc, etc.
Il ne fait pas figurer la majeure de cet argument mais, parce qu'elle est évidente en elle-même, donne d’emblée la conclusion. Il prouve seulement la mineure, et d’abord la première partie, ensuite la seconde, et c’est le passage : Magnitudinem... Il prouve ainsi la première partie par un cas semblable : cela se passe de la même manière pour la passion de l’intellect que pour la passion du sens commun, car, bien que la passion du sens commun n’ait aucune quantité définie et déterminée, nous appréhendons cependant à travers elle la chose dont il y a espèce selon une quantité déterminée. Et il en va de même pour l’intellect : bien que l’espèce intelligible qui meut l’intellect n’ait aucune quantité, l’intellect appréhende toujours selon une quantité, comme si on lui mettait devant les yeux une quantité. L’intellect comprend ainsi la chose en tant qu'elle est quantifiée [...] et c’est le passage : Accidit...

  • 63 In speciali sic procedit. Primo ponit propositionem quam intenditprobare, dicens quod nostrum inte (...)

Notons qu’il appelle le sens commun « [faculté de] discernement (discretio) » parce que c’est une vertu qui distingue les sens de genres différents63.

33Pour Adam, la proposition selon laquelle il n’y a pas d’intellection sans phantasme est la conclusion d’un syllogisme, qu’il reconstitue. Il précise ensuite que la majeure n’est pas explicitée, et que les paragraphes expliqués à la suite sont les deux parties de la mineure : que notre intellection se fait toujours avec le continu et le temps. C’est, en général, sa manière de procéder.

34Là où Aristote entend montrer que toute activité intellectuelle entraîne une figuration de l’objet intelligé dans le temps et dans l’espace, à la manière de celui qui trace une figure géométrique, Adam, à travers la traduction latine, comprend qu’il y a un parallèle entre l’intellect et sa passion, l’espèce intelligible, d’une part, et le sens commun (appelé discretio) et le phantasme d’autre part. Dans les deux cas, l’espèce n’a pas de quantité, mais elle renvoie à un objet pensé ou imaginé en tant qu’il a une quantité.

35Les affirmations d’Adam ne correspondent pas à celle d’Aristote : à cause de la nature du texte commenté, Adam en vient à soutenir le caractère non quantifié, et ainsi probablement non étendu de l’espèce sensible. En outre, ce moyen de connaissance non quantifié permet d’accéder à une connaissance quantifiée y compris pour les objets intelligibles, ce qui n’est pas non plus ce que dit Aristote : on visualise une grandeur, mais on ne pense pas l’objet qui n’est pas en soi une grandeur comme une grandeur. Pour rendre compte du texte d’Aristote et justifier son interprétation, Adam considère que la notion de discretio peut renvoyer au sens commun dans la mesure où celui-ci peut distinguer les sens externes (on peut voir là un rappel du De anima, 426b 10).

36Il y aurait de nombreuses autres études de cas à conduire, qui pourront prendre une forme plus systématique une fois l’édition du commentaire d’Adam achevée. Ces quelques exemples permettent cependant d’illustrer les difficultés et les tâtonnements auxquels sont confrontés les premiers commentateurs latins médiévaux de l’opuscule d’Aristote. L’œuvre d’Adam est un témoignage important de ce long travail d’assimilation, encore largement inachevé un siècle après la production de la traduction latine du texte d’Aristote.

Notes

1 Voir notamment D. Callus, « Introduction of Aristotelian Learning to Oxford », Proceedings of the British Academy, XXIX (1943), p. 229-281, et J.A. Weisheipl, « Science in the Thirteenth Century », dans Catto J.I. (éd.), The History of the University of Oxford, vol I, The Early Oxford Schools, Oxford, 1984, p. 435-470 : p. 462 et suiv.

2 La brève étude proposée ici est le premier jalon d’une recherche en cours sur les commentaires à la Translatio Vetus du De memoria et le rôle d’Adam de Buckfield. Elle est fondée sur l’édition critique que nous préparons actuellement, en collaboration avec D. Poirel (CNRS/IRHT). Les textes cités sont extraits de cette édition, sans les apparats. Je remercie D. Poirel pour ses remarques utiles sur le présent travail, ainsi que I. Caiazzo-Lacombe et D. Bloch. Au moment d’achever cet article, G. Galle a eu la générosité de me communiquer plusieurs de ses travaux inédits sur le commentaire au De sensu d’Adam de Buckfield et la « glose d’Oxford », en particulier un article intitulé « Edition and Discussion of the Oxforf Gloss on De sensu 1 », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Age, 75 (2008), p. 197-281, et un autre, « The Dating and Earliest Reception of the Translatio Vetus of Aristotle’s De sensu », en cours de finalisation. Outre les remarques pertinentes qu’elle m’a transmises sur le présent article, ces travaux m’ont permis de compléter plusieurs données sur la première réception des Parva naturalia et ont ouvert de nouvelles pistes de réflexion.

3 Pour une biographie d’Adam de Buckfield, on peut consulter B. Emden, A Biographical Register of the University of Oxford AD to 1500, vol. I, Oxford, 1974, p. 297, et P. Glorieux, La faculté des arts et ses maîtres à Paris, au xiiie siècle, Paris, 1971, p. 64-66. R. Sharpe retient la date de 1285 pour la mort d’Adam, R. Sharpe, A Handlist of the Latin Writers of Great Britain and Ireland before 1540, Publications of the Journal of Medieval Latin, 1, Turnhout, 1997, p. 6-7. Deux thèses lui ont été consacrées, H. Powell, The Life and Writing of Adam of Buckfield, Oxford, 1964, et E. French, Adam of Buckfield and the Natural Philosophy of Early Universities, Londres, 1998, à laquelle nous n’avons pas eu accès.

4 La liste des œuvres d’Adam de Buckfield a été dressée par C. Lohr, « Medieval Latin Aristotle Commentaries : Adam of Buckfield », Traditio, 23 (1967), p. 317-323, et O. Weijers, Le travail intellectuel à la faculté des arts de Paris : textes et maîtres (ca. 1200-1500). Répertoire des noms commençant par G, Turnhout, Brepols, l 998, p. 24-30.

5 Voir S. Donati, « Per lo studio dei commenti alla fisica del XIII secolo, I, commenti di probabile origine inglese degli anni 1250-1270 ca », Documenti e Studi Sulla Tradizione filosofica Medievale, (2) 1991, p. 361-442 ; In., « Il commento alla fisica de Adam di Bocfeld e un commento della sua scuola Parte I », Documenti e Studi Sulla Tradizione filosofica Medievale, (9) 1998, p. 111-178 ; Id., « Il commento alla fisica de Adam di Bocfeld e un commento della sua scuola Parte II », Documenti e Studi Sulla Tradizione filosofica Medievale, 10 (1999), p. 233-298.

6 Édité dans Thomas d’Aquin, Commentum in De somno et vigilia, Doctoris angelici divi Thomae Aquinatis opera omnia, XXIV, Paris, 1871-1880, p. 293-310 ; reprint dans S. Thomae Aquinatis opera omnia, VII, Busa R., Stuttgart, 1980, p. 14-17.

7 Voir D.A. Callus, « Two Early Masters on the Problem of the Plurality of Forms », Revue néoscolastique de philosophie, 42 (1950), p. 411-445 : p. 433-438.

8 La partie sur le livre II a été éditée par A. Maurer, Nine Medieval Thinkers, J.R. O’Donnel éd., Toronto, 1955, p. 99-144.

9 Voir M. Dunne, Magister Petri de Ybernia, Expositio et Quaestiones Aristotelis librum De longitudine et brevitate vitae, Paris-Louvain, 1993, p. 33-38. L’édition est faite à partir du manuscrit Vat. Lat. 5988, soit ce que O. Weijers donne comme étant la recension II du De morte dans son répertoire (O. Weijers, op. cit., n. 4, p. 122), laquelle est en fait une des quatre « recensions » du De longitudine (voir L.-J. Bataillon et A. Dondaine, « Le manuscrit Vindob. Lat. 2330 et Siger de Brabant », Archivum Fratrum Praedicatorum, (36) 1966, p. 53-261 : p. 186). Pour ces problèmes de titres et de répertoires, voir infra les remarques suite au tableau général sur la première réception médiévale des Parva naturalia). Concernant les éditions en cours, G. Galle annonce la préparation d’une édition de la seconde recension du commentaire sur le De caelo et des Questions sur le même traité d’Adam de Buckfield. D’après CH. Burnett, « The Introduction of Aristotle’s Natural Philosophy into the Great Britain : a Preliminary Survey of the Manuscript Evidence », dans J. Marenbon éd., Aristotle in Britain during the Middle Ages, Turnhout, 1996, p. 22-44, J. Long préparerait une édition du commentaire sur le De plantis.

10 Voir la remarque de R. A. Gauthier, en introduction à l’édition de Thomas D’aquin, Sententia libri De sensu et sensato, Opera omnia, XLV/2, R.A. Gauthier éd., Rome-Paris, 1985, p. 117*-118*. G. Galle (dans G. Galle, « The Dating and Earliest Reception of the Translatio Vetus of Aristotle’s De sensu », op. cit., n. 2) a montré qu’il existait non pas deux recensions du commentaire sur le De sensu, mais trois, dont certains manuscrits représentent une version abrégée, la première recension étant bien d’Adam, l’attribution de la deuxième et de la troisième (qui est une synthèse des deux premières) étant plus douteuse.

11 Voir infra les extraits cités dans les notes 35 et 36.

12 Voir infra, le paragraphe intitulé « Les commentateurs médiévaux de la Vetus ». Il s’agit du manuscrit Lisbonne, BN, Alcoboça 382 (179) qui porte également, selon G. Gaffe, une troisième recension du commentaire au De sensu.

13 Ch. Burnett, op. cit., n. 9, p. 123.

14 Ch. Lohr, « The New Aristotle and the “Science” in the Paris Art Faculty (1255) », dans O. Weijers et L. Holtz éds., L’enseignement des disciplines à la faculté des arts, Paris et Oxford, xiiie- xive siècle, Studia Artistarum 4, Turnhout, 1997, voir le tableau infra.

15 Voir notamment Thomas D’aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. 111*.

16 Th. Noone, « Evidence for the Use of Adam of Buckfield’s Writing at Paris : a Note on Yale, Historical-Medical Library, MS 12 », Medieval Studies, 54 (1992), p. 308-316.

17 Voir L.-J. Bataillon et A. Dondaine, op. cit., n. 9, p. 183 et suiv.

18 P. Rossi, « Un florilegio aristotelico degli inizi del Trecento », Aevum, Rassegna di scienze storiche linguistiche e filologiche, 66/1 (1992), p. 256-314. Sur l’influence d’Adam, voir également G. Galle, op. cit., n. 10.

19 Sur la tradition manuscrite latine des Parva naturalia, voir G. Lacombe, « Mediaeval Latin Versions of the Parva naturalia », The New Scholasticim, 5 (1931), p. 289-311, et pour les traductions de Jacques de Venise, L. Minio-Paluello, « Iacobus Veneticus Grecus : Canonist and Translator of Aristotle », Traditio, 8 (1952), p. 265-304. Voir également la synthèse de P.-M. Morel, « Parva naturalia, tradition grecque », dans R. Goulet dir., Dictionnaire des philosophes antiques, Supplément, Paris, 2003, p. 366-374. La date du xiie siècle a été remise en question par G. Galle (voir infra, la remarque correspondant à la note 32).

20 Pour la réception médiévale du De memoria, voir D. Bloch, Aristotle on Memory and Recollection Text, Translation, Interpretation, and Reception in Western Scholasticism, Leyde, Brill, 2007.

21 Ch. Lohr, op. cit., n. 14.

22 G. Federici Vescovini affirme, en se référant aux travaux des collaborateurs de l'Aristoteles Latinus, qu'il existerait deux versions des traductions gréco-latines, une « boécienne » et l’autre de Jacques de Venise (voir G. Federici Vescovini, « La tradizione dei Parva naturalia nell’insegnamento universitario medievale (secoli XIII e XIV) », dans C. Crisciani, R. Lambertini, R. Martorelli Vico éds., Parva naturalia, Saperi medievali, natura e vita, Macerata, 2004, p. 126-141 : p. 128-129) pour tout ou partie des Parva naturalia, ce qui voudrait dire deux recensions de la Vetus ( !). Aucune publication ou communication récente ne vient pourtant confirmer cette thèse, après vérification auprès de l’équipe de l'Aristoteles Latinus.

23 Le commentaire par questions de Geoffroy d’Aspall est donné comme perdu par Ch. Lohr, op. cit., n. 4, p. 162. Deux manuscrits survivent, mais recensés sous le titre d’un commentaire au De morte (R. Sharpe, op. cit., n. 3, p. 120-121 ; O. Weijers, op. cit., n. 4, p. 35). Voir l’étude de E. Macrae, « Geoffrey of Aspall’s Commentaries on Aristotle », Medieval and Renaissance Studies, 6 (1968), p. 94-134 : p. 113. Mentionnons également les Quaestiones de Pierre d’Auvergne au De longitudine, voir M. DUNNE, « The Commentary of Peter of Auvergne on Aristotleís On Length and Shortness of Life », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge, 69 (2002), p. 153-200.

24 O. Weijers, op. cit., n. 4, p. 26-27. L’explicit du commentaire donné dans le répertoire d’O. Weijers montre bien qu’il s’agit d’un commentaire au De longitudine (sur la confusion des deux traités, voir Aristoteles Latinus, Codices, I, p. 59). La même confusion se retrouve dans la notice de O. Weijers, op. cit., n. 4, p. 322-323. Cette double mention est le reflet des hésitations initiales de la série d’études de S.H. Thomson, voir S.H. Thomson, « A Note on the Works of Magister Adam of Bocfield (Bochemort) », Medievalia ethumanistica, Il (1944), p. 55-87 ; ID., « An Unoticed ms of some Works of Magister Adam of Bocfield », Medievalia et humanistica, III (1945), p. 132-133 (qui identifie bien un commentaire au De morte à une recension du commentaire au De longitudine), Id., « A further Note on Magister Adam of Bocfield », Medievalia et humanistica, XII (1958), p. 23-32, et également L.-J. Bataillon, « Adam of Bocfeld. Further Manuscripts », Medievalia et humanistica, XIII (1960), p. 35-39.

25 O. Weijers, op. cit., n. 4, p. 122, mentionne un commentaire au De morte et un commentaire au De longitudine, donnant les mêmes pages dans les éditions Jammy et Borgnet.

26 Le répertoire de Lohr (op. cit., n. 4) mentionne le Liber De morte et vita et De causis longitudinis et brevitatis vitae, édité par M. Alonso. Il s’agit bien d'un commentaire au De longitudine, dont le titre est : « Tractatus bonus de longitudine et breviate vite », voir Pierre D’espagne, Obras filosoficas, III, Expositio libri De longitudibe et breviatae vitae, M. Alonso éd., Madrid, 1952, p. 413-490.

27 Thomas d’Aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. 117* (Notule anonymes) et p. 118* (recension 1 du commentaire sur le De sensu attribuée à Adam).

28 Voir J. Coleman, Ancient and Medieval Memories, Cambridge, 2nde éd., 1995, p. 330.

29 Sur ces deux manuscrits, voir Ch. Burnett, op. cit., n. 9.

30 Voir tableau infra, texte 1.

31 C’est-à-dire dans la paraphrase d’Alexandre, dans celle de Michel d’Ephèse et dans le ms Vatican grec 1339 influencé par cette paraphrase, voir la nouvelle édition critique de D. Bloch, « The Manuscripts of the De sensu and the De memoria », Cahiers de l’Institut du Moyen Âge grec et latin, 75 (2004), p. 7-119.

32 Voir G. Galle, op. cit., n. 10.

33 Sciendum est quod Aristoteles distingua in fine libri De anima inter memorari et reminisci dicens : Differtautem ab ipso remorari reminisci non solum secundum tempus [...] [= De mem., 453a 5-10] [...] et ideo Aristoteles in eodem libre dicit quod « meditationes salvant memoriam in reminiscendo » [= De mem., 451a 12], John Blund, Tractatus de anima, D.A. Callus et R.W. Hunt éd., Londres, 1970, p. 74 (ca 1200).

34 Hoc tamen dixerim si placet adiungere illa duo capitula De memoria et reminiscentia cum libro De anima, quod non incongrue fit, ut aestimo, Robert Kilwardby, De Ortu scientiarum, A.G. Judy éd., Oxford, 1976, p. 25 (ca 1250).

35 Relinquorum autem primum considerandum, etc. Quibusdam naturalis philosophie doctoribusplacet continuare librum ilium libro De sensu et sensato et sic continuantur tunc : cum in libre De sensu et sensato agatur de sensibus, ad quorum comprehensionem consequitur memoria et reminiscentia, hic intendit determinare de memoria et reminiscentia, que suntpassiones consequentes ad illas uirtutes apprehensiuas. Quibusdam autem placet ut continuetur ad librum De anima, et tunc sic : cu ?n in ultimo capitulo libri De anima determinetur de uirtutibus motiuis corporis secundum locum, in hoc libre intendit de uirtutibus apprehensiuis, que sunt motiue ipsius anime... cuius sunt memoria et reminiscentia. [...]. Quibusdam tamen placet sic distinguere quod ista nomina « memoria » et « reminiscentia » possunt nominare uel passiones uirtutum uel ipsas uirtutes. Si nominet ipsas uirtutes, sic est iste tractatus de substantia libri De anima, ubi agitur de uirtutibus anime in communi. Si nominet ipsas passiones uirtutum, tunc dicitur quod iste tractatus computatur inter libres particulares qui subalternantur libro De anima et immediate ordinatur post librum De sensu et sensato, Anonyme (Pseudo-Adam de Buckfield), Commentum super tractatum de memoria (dit « recensionsion I », E 101 ra, Μ, P 31 1r, U 299r, V 44v), édition provisoire établie par D. Poirel et J. Brumberg-Chaumont (pour les sigles des manuscrits, voir infra, n. 47).

36 Relinquorum autem , etc. In precedenti libro qui est De sensu et sensato... Hic intendit de quibusdam potentiis consequentibus ad sensum determinare, que sunt memoria et reminiscentia. Et licet ponatur a multis quod iste liber immediate sequitur librum De anima, tamen patet contrarium per prohemium libri De sensu et sensato, ubi Aristote les immediate librum istum continuat libro De anima, et in fine illius libri dat intentionem respectu libri presentis. Et per Commentatorem, qui sic ordinat tractatum De memoria et reminiscentia post ilium librum ; et etiam per rationem, quia de omnibus passionibus consequentibus ad principales operationes parcium anime determinat Aristoteles in libris subalternatis libro De anima, et non in libro De anima, Adam de Buckfield, Commentum super tractatum de memoria, (dit « recension » II, V 26rb, W 141va, B 54r), édition provisoire établie par D. Poirel et J. Brumberg-Chaumont (pour les sigles de manuscrits, voir infra). Il en est de même à la fin du commentaire anonyme sur le De anima édité par B.C. Bazàn (daté de la fin des années 1240) : Et nota quod liber de memoria et reminiscentia, qui sequitur immediate, non debet continuari post librum de anima, set post librum De sensu et sensato, et non est intentio adpresens de ipso, Anonymus Magister Artium, Sententia super IIet III De anima, B.C. Bazàn éd., Louvain-Paris, 1998, p. 549. Le De memoria suit le De anima dans le corpus sur lequel se fonde l’enseignement, mais il n’en est pas pour autant la suite selon le maître anonyme. On trouve une position semblable dans le commentaire sur le De anima attribué à Pierre d’Espagne : le De memoria correspond à une science différence de celle du De anima et il doit être placé après le De sensu (Pierre d’Espagne, Obras filosoficas, II, Commentario al De anima, M. Alonso éd., Madrid, 1944, p. 100-103).

37 Voir l’introduction de R.A. Gauthier, dans Thomas d’Aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. 6.

38 Avicenne (Liber de anima seu sextus de naturalibus, I-VI, S. Van Riet éd., Louvain/Leyde, 1968-1972, I/5, IV/1-3, IV/6). Il faut souligner pour cette période l’importance des sources médicales grecques, comme on le voit avec l’influence de Nemesius D’emèse (De natura hominis, trad. de Burgundio de Pise, G. Verbeke et J.R. Moncho éds., Leyde, 1975, p. 87-89, « De memorativo »). Pour une synthèse sur ce corpus, voir Coleman, op. cit., n. 28, chap. 1 5. On note dans le De anima de John Blund l’absence du vocabulaire propre au texte d’Aristote sur la mémoire, dont le contenu doctrinal est inséré dans un cadre différent (voir Coleman, op. cit., n. 28, p. 364-376).

39 Jean de La Rochelle, De l’âme, J.-M. Vernier trad., L.-J. Bataillon (avant-propos), Paris, 2001, p. 8.

40 R.A. Gauthier, « Le traité De anima et potentiis eius d’un maître anonyme ès arts vers 1225 », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 66 (1982), p. 3-55 : p. 46-47.

41 D.A. Callus, op. cit., n. 7, p. 154.

42 Rappelons l’analyse de R.A. Gauthier : « Le De anima et potentiis eius fait [de la mémoire] le cinquième et le dernier des sens internes : c’est là en effet sa place dans la doctrine d’Avicenne, puisque la mémoire conserve les “intentions” préalablement perçues par l’estimative. [...] Le De potentiis anime et obiectis change l’ordre : il place la mémoire (éd. Callus, p. 154, 23-26) avant l’estimative (p. 154, 26-155, 5). C’est que le rôle de la mémoire n’est plus pour lui de conserver les “intentions”, mais de conserver les “phantasmes” comme le voulait Aristote ; mais faute d’avoir assez approfondi la doctrine d’Aristote, il ne nous explique pas en quoi la mémoire se distingue de l’imagination », R.A. Gauthier, op. cit., n. 40, p. 11-12. Rappelons que le De potentiis... s’inspire du De anima et potentiis... et date d’environ 1230.

43 K. White, Two Studies Related to St. Thomas Aquinas Commentary on Aristotle’s De sensu et sensato, Together with an Edition of Peter of Auvergne's Quaestiones super Parva naturalia, Unp. PhD dissertation, Ottawa, 1986. D. Bloch note des phénomènes semblables dans les deux versions des Quaestiones, dans D. Bloch, op. cit., n. 20. Une traduction anglaise du commentaire de Thomas d’Aquin sur le De sensu et de De memoria par K. White et E.M. Macierowski a paru en 2005 : Thomas D’aquin, Commentaries on Aristotle's On Sense and What Is Sensed and On Memory and Recollection, K. White et E.M. Macierowski trad., Washington, Catholic University of America Press, 2005.

44 Notamment les Notule de memoria et reminiscentia d’un maître ès arts d’Oxford, vers 1245-1250, Milan, Ambr. H 105 infol., fol. 18b-23vb.

45 J. Long, « Adam of Buckfield and John Sackville : Some Notes on Philadelphia Free Library Ms Lewis European 53 », Traditio, 45 (1989-1990), p. 364-367. Deux commentaires anonymes sur le De memoria accompagnent les commentaires attribués à Adam dans le manuscrit Philadelphia Free Library Ms Lewis European 53, les Glosse de memoria et reminiscentia, fol. 34-36, et le Liber de memoria et reminiscentia, fol. 36-38. Les incipit et desinit ne ressemblent en rien à ceux des commentaires d’Adam ou attribués à Adam.

46 Pour la bibliographie sur le sujet, voir l’introduction de J. Brams et de F. Bossier à l’édition de la Translatio Vetus de la Physique dans l'Aristoteles Latinus, qui forge l’expression « glose d’Oxford », les deux articles de Ch. Burnett sur la glose d’Oxford, dont une édition partielle, (Ch. Burnett, op. cit., n. 9, et Ch. Burnett, « Aristotle and Averrœs on Method in the Middle Ages and Renaissance : the “Oxford Gloss” to the Physics and Pietro d’Afeltro’s Expositio Prœmii Averroys », dans D.A. Di Liscia, E. Kessler et C. Methuen éds., Method and Order in Renaissance Philosophy of Nature, Ashgate, 1997, p. 53-111, la série d’articles de S. Donati et de C. Trifogli, dans Documenti e Studi, depuis 1991, ainsi que l’article des mêmes, associés à F. Del Punta (F. Del Punta, S. Donati, C. Trifogli, « Les commentaires anglais sur la Physique d’Aristote au xiiie siècle », dans O. Weijers et L. Holtz éds., L’enseignement des disciplines à la faculté des arts (Paris et Oxford, xiie-xve siècles, Turnhout, 1997, p. 271-279), sur les commentaires anglais sur la Physique. Il faut mentionner également l’excellente étude récente de G. Galle à propos du De sensu (G. Galle, « Edition and Discussion of the Oxford Gloss on De sensu, 1 », op. cit., n. 2).

47 Erfurt, SB Ampl, Q 293 (xiie-xive) (E), fol. 101a-vb ; Oxford, Merton coll. 272 (xiiie) fol. 22-23 (M) ; Paris BnF lat. 13953 (xiiie) fol. 311-314v (P) ; Vatican, Urb. lat. 206 (xiiie) fol. 299-304 (U) ; Vatican, Vat. lat. 13326 (ex. 817A) (xiiie) fol. 44-46v) (V).

48 Le stemma et la description des manuscrits seront donnés dans l’édition à paraître du commentaire d’Adam de Buckfield.

49 Thomas d’Aquin, Sententia libri De anima, p. 248* et p. 259.

50 Voir la notice sur la tradition arabe, C. Di Martino, « Les Parva naturalia, tradition arabe », dans R. Goulet dir., Dictionnaire des philosophes antiques, Supplément, Paris, 2003, p. 375-378. Il existerait deux versions dans la tradition arabe, dont une, plus courte, est conservée dans un manuscrit de Rampur. Averroès et Avicenne auraient plutôt utilisé la version longue, aujourd’hui perdue.

51 Adam considère manifestement comme évident le fait que la rememoratio et l'investigatio per rememorationem correspondent respectivement à la memoria et à la remisniscentia. Sur ce point délicat, voir D. Bloch, op. cit., n. 20.

52 Voir D. Black, « Memory, Individuals and the Past in Averrœs’s Psychology », Medieval Philosophy and theology, 5/2 (1996), p. 161-187.

53 Et nota secundum Commentatorem quod memoria est in presenti reuersio speciei/rei ( ?) (ms V = inquisicio rei) sensibilis vel intelligibilis apprehense in preterite. Sed reminiscientia est inquisitio talis speciei (?) (WBV) per uoluntatem quando aliquis perscrutatur ipsam post absenciam eius mediante decursu rationis, Commentum super tractatum de memoria et reminiscentia (V 26b, W 141va, B 54).

54 Rememoratio enim est reversio in presenti intentionis comprehense in preterite. Investigatio autem per rememorationem est inquisitio istins intentionis per voluntatem etfacere earn presentari post absentiam Rememoratio enim est reversio in presenti intentionis comprehense in preterite. Investigatio autem per rememorationem est inquisitio istius intentionis per voluntatem et facere eam presentari post absentiam, Compendia librorum Aristotelis qui « Parva naturalia » vocantur, p. 48 (versio vulgata).

55 Thomas d’Aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. 121*.

56 En nous centrant ici sur l’occultation du vocabulaire de l'intentio et sur la question de la mémoire de l’intelligible, nous ne prétendons pas rendre justice à la théorie de la mémoire chez Averroès dans sa complexité et dans tous ses aspects, en particulier celui qui exige une « composition » de l’image et de l'intentio, voir Black, op. cit., n. 52, le bref mais pénétrant exposé de J.-B. Brenet, Transferts du sujet. La noétique d’Averroès selon Jean de Jandun, Paris, Vrin, 2003, p. 237-244, et le chapitre sur la réception médiévale dans la thèse de Bloch, op. cit., n. 20.

57 Albert Le Grand, Liber De memoria et reminiscentia, Opera omnia, t. IX, A. Borgnet éd., Paris, 1840, p. 97.

58 Thomas d’Aquin, Sententia libri De sensu et sensato, p. 118*-119*.

59 Je remercie A. Palanciuc, qui prépare une édition de ce texte dans le cadre de son travail doctoral, de m’avoir communiqué un texte provisoire de la Translatio Vetus. L’édition provisoire de S. Donati est parue dans la seconde version du CDrom de l’Aristote les Latinus entre temps. Le texte qu'elle a établi est pratiquement identique à celui auquel j’étais parvenue, et je l’ai donc conservé, en l’attente d’une édition critique dotée d’un apparat. Celle-ci étant inédite lors de nos premiers travaux sur Adam de Buckfield, il a bien fallu mettre au point un texte provisoire pour comprendre ce que tentait de commenter notre auteur. Le résultat est un texte de travail, sans valeur scientifique, puisque c’est un montage à partir de quelques « bons » manuscrits.

60 Traduction parfois modifiée pour les besoins du parallélisme avec le latin.

61 Thomas d’Aquin, Sententia libri De anima, Opera omnia, t. XLX/1, R.A. Gauthier éd., Rome-Paris, 1984, p. 248*.

62 Sic motus factus a specie sensibili in sensum significat illud ipsi anime cuius est species sicut figura rei depicta significat illud cuius estfigura. Vnde motus sensibilis factus in sensu representat sensibile sicut et forma sigilli impressa in cera representat sigillum. Quare, cum memoria representet anime rem extra, necesse est prius aliquam passionem siue similitudinem illius mediante sensu imprimi in anima et in organo corporeo cuius perfectio est ipsa anima, cuius passionis habitus est ipsa memoria, Adam de Buckfield, Commentant super tractatum de memoria et reminiscentia (V 27a-b, W 142b, B 54v). Nous soulignons.

63 In speciali sic procedit. Primo ponit propositionem quam intenditprobare, dicens quod nostrum intelligere non est sinefantasmate, et hoc est : « Quoniam autem. » Consequenterprobat hanc rationem sic. Cognitio que est cum continuo et tempore, est cum fantasmate. Sed omne nostrum intelligere est cum continuo et tempore. Ergo, etc. Huius rationis non ponit maiorem, sed, quia manifesta est de se, conclusionem primo premissit. Solum ergo probat minorem, et primoprimam partem, secundo secundam, ibi : « Magnitudinem autem. » Probat ergoprimam partem per eius simile, sic : quod eodem modo accidit in passione intellectus, sicut in passione sensus communis, quia, licet species in sensu commuai nullam quantitatem finitam neque determinatam habeat, tamen mediante ea apprehendimus rem cuius est species secundum finitam quantitatem, et eodem modo est in intellectu. Licet enim species intelligibilis que mouet intellectum quantitatem non habeat, tamen in omni sua apprehensione apprehendit rem sub quantitate, ac si aliquis ante oculos suos poneret quantitatem. Intelligit enim intellectus rem secundum quod quanta est [...] et hoc est : « Accidit. » Et nota quod uocat sensum communem « discretionem », eo quod est uirtus discretiua sensuum diuersorum generum, Adam de Buckfield, Commentum super tractatum de memoria et reminiscentia (V 26vb, W 141vb, B 54v).

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search