Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rousseau et le marxisme

 | 
Luc Vincenti

Rousseau, le marxisme et l'histoire

La théorie du gouvernement révolutionnaire

Robespierre, Rousseau, Babeuf

Claude Mazauric

Texte intégral

1Mon intervention a trait à la manière dont les révolutionnaires jacobins, et Babeuf après eux, ont pu tirer parti des démarches théoriques de Rousseau, les concevoir comme des fondements principiels pour inventer leur politique et la mettre en pratique.

  • 1 Œuvres, t. X, réédition du centenaire (introduction par l’auteur), Société des études robespierris (...)

2En présentant son rapport du 5 nivôse an II devant la Convention, « Sur les principes du Gouvernement révolutionnaire1 », Maximilien Robespierre déclara ceci :

« La théorie du gouvernement révolutionnaire est aussi neuve que la Révolution qui l’a amené. Il ne faut pas chercher dans les livres des écrivains politiques, qui n’ont point prévu cette révolution, ni dans les lois des tyrans, qui, contents d’abuser de leur puissance, s’occupent peu d’en rechercher la légitimité ; aussi ce mot n’est-il pour l’aristocratie qu’un sujet d’erreur ou un texte de calomnie ; pour les tyrans qu’un scandale ; pour les gens de bien qu’une énigme ; il faut l’expliquer à tous pour rallier au moins les bons citoyens aux principes de l’intérêt public. »

3Deux mois plus tôt, dans son rapport lu devant la Convention, « Pour un gouvernement révolutionnaire », présenté au nom du Comité de salut public le 10 octobre 1793, Saint-Just avait formulé le constat suivant, qui avait entraîné la constitution par la Convention d’un « gouvernement révolutionnaire jusqu’à la paix » :

« Dans les circonstances où se trouve la République, la Constitution ne peut être établie ; on l’immolerait par elle-même » constatait-il, et il poursuivait en déclarant : « Il nous a manqué jusqu’à aujourd’hui des institutions et des lois conformes au système de la république, qu’il s’agit de fonder. Tout ce qui n’est point nouveau dans un temps d’innovation est pernicieux. »

4Saint-Just et Robespierre étaient-ils aussi démunis de bases théoriques qu’ils ont l’air ici de le prétendre ? Pour ma part, je n’en suis pas persuadé car nous savons que, non seulement, ils avaient lu les deux Discours de Jean-Jacques Rousseau et le Contrat social ou encore les Rêveries et les Confessions, mais qu’ils en avaient médité le sens et la possible utilité. D’ailleurs, l’idée selon laquelle l’état des mœurs, l’inertie sociale, l’habituation née de la soumission au despotisme, exigeaient de fortes impulsions venues d’en haut pour rétablir le moment de la « vraie souveraineté », n’était-elle pas solidement ancrée dans la culture théorique des hommes de la Révolution ? Dans son traité-pamphlet initiatique, Chains of Slavery, supposé daté de 1774 mais traduit par lui en 1792 avec une notice de présentation, Jean-Paul Marat, « L’Ami du peuple », n’avait-il pas déjà émis le constat amer qu’il faudrait imaginer et imposer de rudes redressements pour obvier à l’inévitable dénaturation dans le temps des meilleures institutions ? « Ainsi, la liberté a le sort de toutes les choses humaines ; elle cède au temps qui détruit tout, à l’ignorance qui confond tout, au vice qui corrompt tout et à la force qui écrase tout. » N’était-ce pas d’ailleurs ici une proposition réitérative dans la littérature politique depuis le texte de La Boétie, Discours de la servitude volontaire, Le Contr’un ?

5En réalité, une idée (et la proposition politique qu'elle appelle au vu des circonstances concrètes) revient souvent tout au cours du cycle révolutionnaire, c’est l’idée selon laquelle, pour fonder le nouveau cours des choses, le « bronzer », c’est-à-dire en couler la forme et l’esprit dans le bronze des institutions, il faut s’affranchir des voies ordinaires de fonctionnement du gouvernement légitime, même initialement établi et constitué, en conformité avec les clauses et l’esprit d’un « contrat » librement accepté par le corps civique. On pense, ce faisant, que les révolutionnaires, notamment les jacobins, avaient le souci de s’appuyer sur les données rassemblées par Rousseau dans le Livre III du Contrat social·, usurpation de la souveraineté par le gouvernement de la République (chap. 10 à 11), les remèdes possibles à opposer à la tendance lourde du gouvernement à usurper la souveraineté (chap. 14 à 18), risque de confusion entre représentation et souveraineté, traité déjà au chapitre 1 du Livre II et repris dans le chapitre 15 du Livre III, etc., sans compter le retour sur la question du « législateur » (Livre II, chap. 7).

  • 2 Du contrat social, Livre IV, chap. 5, « Du tribunat ».
  • 3 Ibid., Livre IV, chap. 6, « De la dictature ».
  • 4 Au Livre II.

6Pour ma part, je me demande si les révolutionnaires n’ont pas en réalité justifié leur recours à l’innovation politique et institutionnelle de 1793 en arguant surtout des questions posées, et des exemples choisis et analysés par Rousseau – lequel se référait explicitement à Tite-Live et Machiavel – au Livre IV du Contrat, à propos de trois institutions de la République romaine qu’il analyse de manière abstraite, plus d’ailleurs qu’il ne les juge : le tribunat, la dictature, la censure. Le « tribunat » a pour fin et fonction d’empêcher l’exécutif d’empiéter sur les libertés publiques, i.e. les droits du peuple souverain : le tribun sera-t-il un individu concret ou une instance collective ? Par exemple un « club », une « société fraternelle », une instance d’opinion ? Rousseau ne tranche pas mais précise : « Le tribunat, sagement tempéré, est le plus ferme appui d’une bonne constitution ; mais pour peu de force qu’il ait de trop, il renverse tout : à l’égard de la faiblesse, elle n’est pas de sa nature ; et pourvu qu’il soit quelque chose, il n’est jamais moins qu’il faut2. » La « dictature » a pour objet, en situation de crise mortelle pour le corps politique, et en « six mois », donc de manière provisoire et transitoire, de rétablir l’équilibre dénaturé entre souveraineté et gouvernement, en confiant au « dictateur » les pleins pouvoirs et la garantie de s’affranchir d’une reddition de compte pour son action jugée salutaire : esquisse de la notion de « salut public » ? L’institution surtout de la « censure » m’apparaît comme la plus inspiratrice en ce qu'elle est un dispositif qui, au constat des « mœurs » qui dominent dans la République, rend possible d’écarter du corps souverain des citoyens, ceux qui seraient susceptibles d’attenter à la souveraineté ou de compromettre la santé du corps civique. Car si la loi est au-dessus de chaque individu et impose au gouvernement de n’agir que dans le cadre de ce qu'elle impose absolument, on ne peut méconnaître les lourdeurs et les embûches que cette rigueur peut occasionner. Les précautions prises contre l’arbitraire ont pour conséquence inévitable de compromettre l’efficacité de l’action de gouverner légitimement. « L’inflexibilité des lois, qui les empêche de se plier aux événements, peut, en certains cas, les rendre pernicieuses et causer par elles la perte de l’État dans sa crise3. » Or, en vertu du principe énoncé ailleurs4 par Rousseau, selon lequel « quoique la loi ne règle pas les mœurs, c’est la législation qui les fait naître », et donc que l’état des « mœurs » – c’est-à-dire la réalité sociale, les croyances spontanées, les habitudes collectives, les dépendances, les inégalités de fait, le jeu des volontés particulières, etc. – finit par compromettre la force de la loi, il peut apparaître que ce sont la stabilité de la République et la nature du contrat qui se trouvent ainsi mises en péril. On est donc conduit à imposer, outre la dictature, la censure, c’est-à-dire l’exclusion temporaire du corps civique des citoyens dont la force peut compromettre la force et l’efficacité de la loi : les « suspects » ?

  • 5 No 35 de son journal Le Tribun du peuple, daté du 30 novembre 1795 – 9 frimaire an 4.

7Dans le « Manifeste des plébéiens5 », Babeuf écrit que « la faculté illimitée de disposer à son gré du droit de propriété » conduit à « tromper le vœu de l’association ; c’est rappeler les hommes à l’exercice des droits de la nature, et provoquer la dissolution du corps politique » ; de cette proposition il tire la conséquence qu’il convient de « déclarer que la base de la constitution républicaine des Français sera la limite du droit de propriété », car l’exercice du droit de propriété qui a accompagné originairement la sortie de l’état de nature, dialectiquement et par dégénérescence ou circularité, nous y reconduira en raison du fait que ce droit institue, contre « le vœu de l’association », « la loi du plus fort ». L’on sait que pour atteindre à la « communauté des biens et des travaux » qui devra succéder à la société civile fondée sur l’exercice du droit de propriété, Babeuf et les Egaux imaginèrent divers modèles de transition mais la base commune de tous leurs projets était configurée dans un dispositif à trois dimensions que Buonarroti a théorisé en 1828 dans son récit de la conspiration de Babeuf dite « pour l’égalité » : l’hégémonie politique transitoire des protagonistes de la nouvelle société à construire, l’exercice d’un pouvoir absolu exercé temporairement, la construction d’une instance de contrôle du gouvernement et d’orientation de l’opinion. On sait combien ce modèle, qui trouvera son expression achevée avec la notion de « dictature démocratique du prolétariat », a occupé d’espace, dès après le Manifeste du parti communiste de 1848 et au cours des cent ans qui ont suivi ; mais si on a souvent souligné ce qu’il devait à l’expérience, voire à l’expérimentation « jacobine » antérieure, on a rarement montré que son origine conceptuelle venait peut-être d’une lecture in vivo des attendus du Livre IV du Contrat social. C’est ce qu’ici, je voulais souligner.

Notes

1 Œuvres, t. X, réédition du centenaire (introduction par l’auteur), Société des études robespierristes, Ed. du Miravai, 2007, p. 272-282.

2 Du contrat social, Livre IV, chap. 5, « Du tribunat ».

3 Ibid., Livre IV, chap. 6, « De la dictature ».

4 Au Livre II.

5 No 35 de son journal Le Tribun du peuple, daté du 30 novembre 1795 – 9 frimaire an 4.

Auteur

Professeur émérite d’histoire moderne et de la Révolution française, historien spécialiste de la Révolution française et penseur marxiste de renommée internationale, a récemment publié L’Histoire de la Révolution française et la pensée marxiste (PUF, Actuel Marx Confrontation), ainsi que la quatrième édition revue, augmentée et corrigée des écrits de Babeuf, sous le titre Babeuf. Écrits, Le Temps des Cerises, 2009.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540