Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rousseau et le marxisme

 | 
Luc Vincenti

Rousseau, le marxisme et l'histoire

Rousseau ou l’origine paradoxale des philosophies de l’histoire

Bertrand Binoche

Texte intégral

1Quelques remarques rapides, certainement trop cavalières, mais peut-être pas tout à fait hors de propos.

  • 1 Essai sur les règnes de Claude et de Néron, dans Œuvres complètes, Paris, Hermann, t. XXV, 1986, p (...)

2I/ Il semble difficile de refuser à Rousseau le titre de philosophe – quand bien même, on le sait, le sens très militant qu’avait le terme à l’époque pouvait conduire à en faire un adversaire des philosophes : « il s’était fait antiphilosophe », écrit Diderot en 17821.

3Mais quel que soit l’intérêt de cette première équivoque, l’objet de cette discussion nous conduit à en privilégier une autre et à demander : Rousseau fut-il un philosophe de l’histoire - et si oui, en quel sens au juste ? Ou encore : de quelle histoire à proprement parler fut-il le philosophe ?

4II/ « Philosophe de l’histoire », il ne le fut certainement pas au sens où nous entendons le plus ordinairement aujourd’hui le syntagme. Disons pour faire court : celui d’un discours qui s’attache à ordonner en un processus irréversible, assignable dans le temps des chronologies et dans l’espace des mappemondes, les faits retenus comme favorisant son effectuation (celle dudit processus).

5Non seulement Rousseau ne fut pas philosophe de l’histoire en ce sens, mais l’on peut montrer que celui-ci se constitua à la fois postérieurement au et contre le second Discours·. Iselin en Suisse allemande, Ferguson en Ecosse, Godwin en Angleterre, Condorcet en France – tous rejettent, et doivent rejeter, le second Discours pour concevoir la corrélation des progrès accomplis de facto par l’homme depuis le commencement des temps jusqu’à présent.

6Il n’est, à cet égard, pas sans intérêt de noter que Marx lui-même, s’il cite souvent Rousseau, tantôt négativement (et d’abord le penseur du contrat social), tantôt positivement (et d’abord le critique des inégalités), ne semble jamais le considérer comme un « penseur de l’histoire ». Bien au contraire, comme contractualiste, il ne pouvait que faire abstraction de celle-ci, et se condamner aux robinsonnades si souvent citées.

7III/ Mais Rousseau ne fut-il pas « philosophe de l’histoire » au sens originel de la formule, celui que lui conféra Voltaire, celui donc des contemporains immédiats de Rousseau ? De ce point de vue, il s’agit de désigner une pratique éclairée de l’histoire, c’est-à-dire une écriture de l’histoire qui satisfasse à trois réquisits : l’impartialité cosmopolite (contre les préjugés nationaux), la vérité des faits (contre les impostures de la fable), l’utilité des objets étudiés (contre les histoires dynastiques et militaires).

  • 2 Voir l'Explication détaillée du système des connaissances humaines : « L’histoire est des faits [. (...)

8Or il saute aux yeux que Rousseau, à l’encontre de beaucoup de ses contemporains, ne fut nullement « philosophe de l’histoire » en ce sens, c’est-à-dire qu’il ne fut tout simplement jamais historien – son Histoire de Lacédémone est restée très embryonnaire et le seul ouvrage où il se heurte à l’archive, c’est la seconde partie des Lettres écrites de la Montagne où le cours empirique des choses (l’histoire de Genève) ne semble guère que confirmer la logique abstraite du Contrat social en décrivant comment l’exécutif a usurpé progressivement la souveraineté. Ce qui frappe, c’est bien plutôt son indifférence générale aux questions qui hantent l’époque, et d’abord celle du pyrrhonisme historique (des témoignages et de l’authentification des monuments). Quitte à choquer l’auditeur rousseauiste, on aurait presque envie de dire : Rousseau n’a pas seulement commencé « par écarter tous les faits », il ne les a jamais retrouvés, au sens où il n’a jamais accordé beaucoup d’attention à ce qui constitue l’objet propre de l’histoire selon Diderot et ses contemporains2.

9Il n’est à cet égard pas sans signification que Cassirer, au chapitre V de La Philosophie des Lumières, lorsqu’il entreprend de montrer que celles-ci, contre une vieille légende romantique, ont éprouvé le plus grand intérêt pour le monde historique, s’arrête à Bayle, Montesquieu, Voltaire, d’Alembert, Hume, et enfin Leibniz et Herder – mais pas à Rousseau (dont il fut pourtant par ailleurs un lecteur si stimulant).

10IV/ Mais si Rousseau ne fut un philosophe de l’histoire ni en un sens, ni dans l’autre, on voit le surprenant paradoxe qu’il y a à en faire néanmoins un « penseur de l’histoire » : de quelle histoire fut-il donc le penseur – et en quel sens la pensa-t-il ? Deux questions qui n’en font qu’une.

  • 3 Œuvres complètes, Paris, Gallimard, t. III, 1964, p. 127 (préface, in fine).

11On voit mal comment ne pas se tourner prioritairement vers le second Discours et comment ne pas répondre : il fut le penseur d’une « histoire hypothétique des gouvernements3. »

  • 4 Ibid., p. 133.
  • 5 Ibid., p. 162.

12Bien entendu, cette réponse est elle-même un problème pour autant qu’on s’interroge sur la nature exacte des hypothèses dont il est ici question. On sait que la question est redoutable et il n’est pas certain que les « raisonnements hypothétiques et conditionnels » dont il est question dans le prologue de la première partie et qui semblent concerner la reconstruction même de l’origine4 soient identiques et homogènes aux « conjectures » qu’évoque la conclusion de cette même première partie, entre lesquelles il s’agit de choisir et qui paraissent cette fois avoir pour fonction de relier l’origine « au point où nous voyons » maintenant l’homme et le monde5. En poursuivant dans cette direction, il s’avérerait peut-être que le second Discours est hypothétique de part en part, mais qu’il ne l’est pas univoquement.

  • 6 Ibid., p. 133.

13Cela étant dit, quelle que soit la portée précise qu’on accorde aux conjectures dont il est question, l’essentiel reste qu’une histoire hypothétique, c’est une histoire empiriquement inassignable dans le temps des chronologies et dans l’espace des mappemondes. On y pense moins l’histoire universelle effective que son double abstrait, son épure analytique - comme Rousseau lui-même le suggère en opposant son histoire conjecturale à celle de la religion qui a pour objet la « véritable origine6 ».

  • 7 Politique et histoire de Machiavel à Marx, Paris, Seuil, 2006, p. 326.
  • 8 Geschichtliche Grundbegriffe, Bd. II, Stuttgart, Ernst Klett, 1975, « Fortschritt », p. 378.
  • 9 Dans l’introduction de leur édition, Paris, Garnier-Flammarion, 2008, p. 27.

14On n’y apprendra donc pas quel rôle providentiel a joué Rome dans la propagation du christianisme ou comment la renaissance des arts et des lettres a sonné le glas du despotisme sacerdotal. On y rencontrera une réflexion très générale sur la causalité historique, la contingence et la nécessité. C’est pourquoi Althusser écrit : « il ne s’agit toujours que de concept d’histoire7 » – du concept de l’histoire et non de l’histoire même. C’est pourquoi encore Koselleck dit de la perfectibilité qu'elle est une « catégorie métahistorique8 ». C’est pourquoi enfin Bachofen et Bernardi font du second Discours une entreprise destinée à « penser l’historicité [et non l’histoire] de l’homme9 ».

15V/ Toutes ces formules suggestives sont là pour dire qu’on a affaire à une autre histoire qu’à celle des « philosophes », à une histoire qui n’en est pas une puisqu’elle ne dit rien des faits qui intéressent l’historien. De ce point de vue, Rousseau est passé complètement à côté de la « conquête du monde historique », il a totalement raté ce champ nouveau.

  • 10 « Digression sur les anciens et les modernes », dans Œuvres, Paris, Brunet, t. IV, 1642, p. 171.

16Mais ces mêmes formules sont là aussi bien pour dire le contraire : qu’on a affaire à une histoire qui est bien plus historique que tous les récits encombrés de détails qui présupposent toujours, pour parler comme Fontenelle, que « la nature a entre les mains une certaine pâte qui est toujours la même, qu'elle tourne et retourne sans cesse en mille façons10. » Car l’homme «perfectible » se trouve alors arraché à la nature plus radicalement qu’il ne l’avait jamais été.

17Le paradoxe se présente alors comme suit : pour penser l’historicité de l’homme, Rousseau a fait abstraction de son histoire. C’est ce paradoxe qui en explique bien d’autres – en voici trois :

  1. Le second Discours a été au fond à la fois la condition et l’obstacle des philosophies de l’histoire ; leur condition car l’homme y devenait intrinsèquement historique ; leur obstacle car cette historicité devait désormais s’effectuer dans les coordonnées empiriques de l’histoire réelle, chacun des deux registres (anthropologique et historique) se trouvant par là même transformé.
  2. Marx n’a peut-être pas vu en Rousseau un penseur de l’histoire ; mais un marxiste averti (en l’occurrence Althusser) a pu y chercher une pensée qui arrache l’homme et ses conditions d’existence à la nature sans pour autant l’inscrire dans une téléologie qui n’aurait fait place à l’histoire que pour la nier, et sans pour autant nier à son tour la nécessité propre aux rapports sociaux.
  3. Du début à la fin, Nietzsche fut toujours un violent critique de Rousseau en lequel il voyait une « canaille », un « avorton campé sur le seuil des temps modernes », désireux, par ressentiment, de restaurer l’état égalitaire de nature11 ; mais un nietzschéen non dogmatique pourrait (si ce n’est déjà fait) trouver dans le second Discours un prototype de ce que Humain, trop humain nomme « philosophie historique » (§ 2) : « Tous les philosophes ont en commun ce défaut qu’ils partent de l’homme actuel et s’imaginent arriver au but par l’analyse qu’ils en font [...] Ils ne veulent pas comprendre que l’homme est le résultat d’un devenir, que la faculté de connaître l’est aussi12 ». D’une généalogie à l’autre, de celle des « vices qu’on impute au cœur humain13 » à celle du partage qu’effectue l’homme démocratique d’aujourd’hui entre les vices et les vertus, l’écart n’est peut-être pas si grand que Nietzsche lui-même le présume.

18Rousseau ne fut certes pas un philosophe de l’histoire ; mais il fut celui avec lequel tout philosophe de l’histoire entretient, sans doute nécessairement, un rapport au plus haut point ambivalent.

Notes

1 Essai sur les règnes de Claude et de Néron, dans Œuvres complètes, Paris, Hermann, t. XXV, 1986, p. 128.

2 Voir l'Explication détaillée du système des connaissances humaines : « L’histoire est des faits [...]. »

3 Œuvres complètes, Paris, Gallimard, t. III, 1964, p. 127 (préface, in fine).

4 Ibid., p. 133.

5 Ibid., p. 162.

6 Ibid., p. 133.

7 Politique et histoire de Machiavel à Marx, Paris, Seuil, 2006, p. 326.

8 Geschichtliche Grundbegriffe, Bd. II, Stuttgart, Ernst Klett, 1975, « Fortschritt », p. 378.

9 Dans l’introduction de leur édition, Paris, Garnier-Flammarion, 2008, p. 27.

10 « Digression sur les anciens et les modernes », dans Œuvres, Paris, Brunet, t. IV, 1642, p. 171.

11 Crépuscule des idoles, J.-C. Hémery (trad.), dans Œuvres philosophiques complètes, Paris, Gallimard, t. VIII, 1974, p. 153. Voir déjà les Considérations inactuelles, III, 4 (éd. cit., t. II/2, 1988, p. 45-46).

12 Trad. R. Rovini, éd. cit., t. III/l, 1968, p. 32.

13 Lettre à. C. de Beaumont, Œuvres complètes, éd. cit., t. IV, 1969, p. 936.

Auteur

Professeur d’histoire de la philosophie moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. A récemment publié La Raison sans l’Histoire, Paris, PUF, 2007.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540