Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza au XIXe siècle

 | 
André Tosel
, 
Pierre-François Moreau
, 
Jean Salem

Spinoza au XIXe siècle : l’Allemagne

Les éditions de Spinoza en Allemagne au XIXe siècle1

Piet Steenbakkers

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Theo van der Werf d’avoir mis à ma disposition des livres rares et précieux d (...)

1Cette contribution se propose d’étudier l’histoire des neuf éditions des textes originaux de Spinoza, publiées en Allemagne au xixe siècle. Je ne dirai donc rien des traductions en allemand. Avant 1802, on ne compte que les premières éditions du xviie siècle et, après 1882 - année où sort le premier tome des Opera quotquot reperta sunt de van Vloten et Land -, nous voyons surgir, hors de l’Allemagne, un nouveau type d’édition qui prend le relais et qui prévaut jusqu’à présent.

MURR, ADN, 1802

Benedicti de Spinoza Adnotationes ad Tractatum theologico-politicum, ex autographo edidit ac prafatus est, addita notitia scriptorum philoso-phi, Christophorus Theophilus de Murr. [...] Cum imagine et chirogra-pho. Hagœ-Comitum : [s.n.], MDCCCII.

  • 2 Voir W. Meijer, Aanteekeningen van Benedictus de Spinoza op het Godgeleerd-staatkun-dig vertoog (A (...)
  • 3 Pour la biographie, voir Allgemeine deutsche Biographie (Leipzig, Duncker & Humblot, 1875-1912 ; c (...)
  • 4 C. G. von Murr, annonce dans Intelligenzblatt der Allgemeine Literatur-Zeiting, 1803, col. 351 (n° (...)
  • 5 Voir le compte rendu anonyme dans le périodique Allgemeine Literatur-Zeitung, 1803, col. 217-221 ( (...)

2Au sens strict, la chronologie s’ouvre par le premier tome des Opera de Paulus. Néanmoins il sera éclairant de parler d’abord d’une autre édition, à savoir celle de Benedicti de Spinoza Adnotationes ad Tractatum theologico-politicum, éditée par Christoph Gottlieb von Murr en 1802, prétendument à La Haye, mais selon quelques érudits en réalité à Nuremberg2. Le savant universel Murr naquit à Nuremberg, le 6 août 1733, et y mourut le 8 avril 18113. En 1757, il fit des tentatives pour repérer des écrits inconnus de Spinoza à Amsterdam, notamment l’apologie légendaire par laquelle Spinoza aurait répondu à son excommunication. Ce document restait introuvable, mais Murr avait bien trouvé quelque chose d’autre : une version latine des annotations que Spinoza avait ajoutées au Tractatus tbeologico-politicus. Selon les renseignements qu’il fournit lui-même, Murr a obtenu une copie des annotations en marge d’un exemplaire du Tractatus theologico-politicus que possédait l’ancien éditeur de Spinoza, Jan Rieuwertsz4. L’édition de Murr avait attiré des objections dès le début5.

  • 6 Murr, Adn, 1802, p. 3. Hegel avait étudié attentivement le livre de Murr, à la prière de Paulus. L (...)

3Murr s’enthousiasme pour la métaphysique de Spinoza, mais avec quelques réserves. Il partage l’opinion reçue de l’époque selon laquelle ce système représente une étape grandiose mais périmée de la philosophie, phase dont le dogmatisme a été dévoilé entre-temps par Kant. Prenant la défense de Spinoza contre le reproche classique d’athéisme, Murr invoque un thème devenu courant surtout à travers l’œuvre de Hegel : loin d’être athée, le système de Spinoza devrait être appelé « acosmiste6 ».

4Murr fut le premier à faire imprimer une version latine des annotations spinoziennes (auxquelles il a laissé le titre, Adnotationes ad Tractatum theologico-politicum), jusqu’alors connues seulement en traduction française (cette version avait été publiée en 1678 par Gabriel de Saint-Glain). L’édition de Murr est importante en outre par les éléments qui composent l’introduction : liste des portraits de Spinoza, des écrits sur la vie du philosophe, et une bibliographie annotée des ouvrages de Spinoza.

PAULUS, OPERA, 1802-1803

Benedicti de Spinoza Opera qua supersunt omnia. herum edenda cura-vit, prœfationes, vitam auctoris, nec non notifias, qua ad historiam scriptorum pertinent, addidit Henr. Eberh. Gottlob Paulus, Ph. ac Th. D. huius Prof. ord. Ienensis. Volumen prius. Iena: in bibliopolio academico, 1802. Volumen posterius, cum imagine auctoris. lena : in bibliopolio academico, 1803.

  • 7 Paulus, Opera, t. II, p. XXXVI. Selon Lucas (op. cit.), la contribution de Hegel s’est limitée à c (...)

5Le livre de Murr sortit juste après le premier tome des Opera de Paulus et bien avant le deuxième tome. Paulus avait présenté les Adnotationes dans leur version française dans son premier tome et il se rapporte à l’édition de Murr dans la préface du deuxième, où il donne les résultats de la confrontation des deux versions, mises à sa disposition par son ami et collègue Hegel7.

  • 8 Pour sa biographie : voir ADB, t. XXV, 287-294 ; Deutsches biographisches Archiv (Mikrofiche-Editi (...)
  • 9 À propos de la brouille : Lucas, op. cit., p. 131.
  • 10 Même jugement chez Gebhardt, Spinoza Opera, t. IV, p. 438 ; et chez Kingma, « Spinoza editions in (...)

6Le philologue, historien et théologien Heinrich Eberhard Gottlob Paulus naquit à Leonberg le 1er septembre 1761, dans la même maison où devait naître, quatorze ans plus tard, F. W. J. Schelling. Paulus mourut le 10 août 1851 à Heidelberg8. A la fin de sa vie, ses rapports avec Schelling étaient au fond de l’abîme. Paulus s’était également brouillé avec Hegel9. Cependant, son édition des Opera est bel et bien le Spinoza tel qu’il a été reçu par l’idéalisme allemand. Cette édition ne fut possible que par le nouvel intérêt porté à Spinoza et suscité par les grands débats de la fin du xviiie siècle, qu’on connaît sous le nom de Pantheismusstreit, et par la lecture renouvelée de Spinoza chez une jeune génération de philosophes. Les éditions originales du xviie étant devenues rares, le besoin de réimpressions se fit sentir. Pour tout dire, Paulus n’offre que cela10 : une réimpression des textes d’éditions alors quasi introuvables, sans la prétention d’en donner une édition critique. Les textes eux-mêmes ne parurent pas poser de vrais problèmes philologiques : il en existait déjà des versions imprimées. Paulus les a pris comme bases de son édition sans recherches plus avancées.

7Les deux tomes de Paulus comprennent : (I) les Principia philosophia et Cogitata metaphysica, le Tractatus theologico-politicus avec les annotations de la traduction de Saint-Glain, les Epistola ; (II) Ethica, Tractatus politicus, Tractatus de intellectus emendatione, l’abrégé de grammaire hébraïque, et une rubrique, Collectanea de vita B. de Spinoza, qui consiste essentiellement en la version française de la vie de Spinoza par Colerus. Paulus présente aussi la préface des amis de Spinoza aux Opera posthuma.

  • 11 Par exemple Gfrörer, p. XVIII ; Bruder, t. I, p. V ; Gebhardt, Spinoza Opera, t. IV, p. 438. Tout (...)
  • 12 Avant la publication de Paulus, Fichte doit avoir eu à sa disposition un exemplaire des Opera post (...)

8L’absence d’un apparat critique empêche une évaluation précise des interventions de Paulus dans le texte. Un collationnement partiel m’a donné l’impression que les leçons propres à Paulus sont en général des erreurs de transmission. Les éditeurs ultérieurs n’ont pas pu s’empêcher de souligner qu’il n’a pas intégré toutes les corrections qui sont détaillées dans les errata des Opera posthuma11. La valeur de l’édition Paulus ne réside donc pas dans ses qualités textuelles, mais en ce qu’il a offert à la philosophie allemande les textes de Spinoza, et cela à un moment crucial. C’est l’édition qu’ont consultée Fichte, Schelling, Hegel, Schopenhauer12 ; elle a servi de texte de base pour plusieurs traducteurs et commentateurs ; elle a été le modèle des éditions suivantes.

  • 13 Wagenmann, ADB, t. XXV, p. 290.
  • 14 Wagenmann, p. 293.
  • 15 Cf. Paulus, Opera, 1.1, p. IV-V.

9D’où Paulus a-t-il reçu l’inspiration pour ce projet d’édition ? Cela tient, semble-t-il, à son « rationalisme », voire (comme on disait à l’époque) son « rationalisme vulgaire13 ». Le terme dénote un courant bien délimité dans la théologie protestante en Allemagne dans la période de 1790 à 1840, et Paulus est considéré comme un de ses représentants les plus ardents14. Ce qui avait attiré notre théologien rationaliste était d’abord le Tractatus theologico-politicus, avec ses attaques contre toute forme de superstition et ses analyses exégétiques de la Bible15.

GFRŒRER, OPERA, 1830

Benedicti de Spinoza Opera philosophica omnia edidit et prœfationem adjecit A. Gfrœrer, bibliothecœ publicœ, quoi Stuttgardiœ est, custos. Stuttgardiœ : typis J. B. Mezleri, MDCCCXXX. (Corpus philosophorum optimal nota, qui ab restauratione litterarum ad Kantium usque floruerunt. Tomus III, scripta Spinoza philosophica omnia continens.)

  • 16 Pour sa biographie, voir ADB, t. IX, p. 139-141. En allemand son nom s’orthographie Gfrörer ; ce n (...)

10Né à Calw (Wurtemberg) le 5 mars 1803 dans une pieuse famille protestante, August Friedrich Gfrörer aurait dû devenir pasteur et théologien16. Mais Gfrörer, lui aussi, se sentit attiré par le rationalisme vulgaire. Il esquiva une carrière au sein de l’Eglise en devenant bibliothécaire à Stuttgart en 1830, une occupation qui lui permit de se consacrer à ses études et recherches, dont le premier résultat fut son édition des Opera de Spinoza. En 1846, il devint titulaire de la chaire d’histoire à l’Université catholique de Fribourg-en-Brisgau. Historien de l’Église, il se plongea dans le Moyen Age et s’intéressa de plus en plus au catholicisme. En fin de compte, Gfrörer se convertit à la religion catholique en 1853. Il mourut à Karlsbad, le 6 juillet 1861.

  • 17 Gfrœrer, Opera, 1830, p. V : Principem [...] faciamus eum virum, qui ab omnibus, quorum integrum d (...)
  • 18 Op. cit., p. XVIII.

11Comme l’annonce déjà le titre de la collection, Gfrörer envisageait une série d’éditions couvrant toute la période moderne, depuis la Renaissance. Le troisième tome, cependant, fut le seul à être réalisé, suivi quelques années plus tard par un recueil des écrits latins de Giordano Bruno, édition qui n’était pas prévue initialement dans le Corpus de Gfrörer. Dans sa préface à l’édition de Spinoza, Gfrörer admet que le fait de commencer par Spinoza, à l’encontre de la chronologie, mérite bien une élucidation17. Gfrörer a pour objectif une reproduction assez fidèle de l’édition de Paulus, avec quelques adaptations et un bon nombre de corrections. La ressemblance jusque dans le détail entre les éditions de Paulus et de Gfrörer est telle que ce dernier doit avoir utilisé un exemplaire corrigé du livre de son prédécesseur comme copie pour l’imprimeur. Ce procédé a naturellement aussi entraîné la persistance de fautes - et même dans une quantité étonnante pour un éditeur qui prétend avoir corrigé son texte quatre fois18. Les adaptations que Gfrörer a apportées à l’édition de Paulus comprennent une nouvelle organisation de l’ordre des textes et l’omission de la grammaire hébraïque.

  • 19 Kingma, op. cit.

12Les Opera de Gfrörer ont été publiés dans un seul tome, mais en deux fascicules. Le premier contient les Collectanea biographiques et les ouvrages publiés du vivant du philosophe : les Principia et Cogitata, et le Tractatus theologico-politicus, avec Adnotationes (les deux versions : celle de Murr, en latin, et celle de Saint-Glain, en français). L’autre fascicule contient les Opera posthuma, y compris sa préface, mais sans le Compendium grammatices linguœ Hebraeœ. Le tirage de l’édition de Gfrörer semble avoir été limité, ainsi que la circulation du livre hors de l’Allemagne19.

DOROW, ADN, 1835

Benedikt Spinozas Randglossen zu seinem Tractatus theologico-politicus, aus einer in Königsberg befindlichen noch ungedruckten Handschrift bekannt gemacht von Dr. Wilhelm Dorow [...]. Mit einer Steindrucktafel, ein fac simile der Handschrift des Spinoza enthaltend. Berlin, 1835. Verlag der Buchhandlung von W. Logier.

  • 20 Renseignements biographiques dans Deutsche biographische Enzyklopädie (Munich, Saut, 1995-... ; ci (...)
  • 21 Gebhardt, Spinoza Opera, t. III, p. 383.
  • 22 Sur le trajet mouvementé de Königsberg à Haïfa de cet exemplaire au xxe siècle, voir Theo van der (...)

13Friedrich Ferdinand Wilhelm Dorow naquit à Königsberg, le 22 mars 1790, et mourut à Halle, le 16 décembre 184620. Il était surtout archéologue et historien ; selon Gebhardt, il collectionnait les autographes21. Une annonce de la part du bibliothécaire de Königsberg, Rafael Bock, attira son attention, elle concernait un autographe de Spinoza : un exemplaire de la première édition du Tractatus theologico-politicus avec cinq annotations de Spinoza lui-même dans les marges. L’exemplaire avait été dédié par Spinoza à un certain Jacobus Statius Klefmann, par ailleurs inconnu. À la demande de Dorow, Bock la compara à l’édition de Murr et fit aussi une transcription des notes manuscrites. C’est donc Rafael Bock plutôt que Dorow qui devrait être considéré comme éditeur de ce texte. Le petit livre est important parce qu’il publie pour la première fois une source primaire des Adnotationes. L’exemplaire de Klefmann se trouve maintenant dans la bibliothèque de l’université de Haïfa22.

  • 23 Dorow, Adn, 1835, p. 5 : Und gewiß ist dem Philosophen, dem Theologen jede Zeile, jede Variante wi (...)

14Cette publication est, à ma connaissance, la seule prouesse de Dorow sur le terrain des études spinoziennes. Son admiration pour Spinoza est grande et sincère, et il fait preuve d’un intérêt philologique23.

RIEDEL, OPERA, 1843

Renati des Cartes et Benedicti de Spinoza Pracipua opera philosophica recognovit notitias historico-philosophicas adjecit Dr. Carolus Riedel. vol. I. Vol II. Lipsiœ : sumtibus Hermanni Hartung, 1843.

  • 24 Riedel, Opera, t. II, p. X.
  • 25 Riedel, Opera, t. II, p. 278.
  • 26 Gebhardt, Spinoza Opera, t. I, p. 344, à propos de l’Ethica : vollends ohne eigene Arbeit ist die (...)

15Sur Riedel je n’ai pas pu recueillir de renseignements biographiques. Il ne s’agit pas d’une édition complète, mais d’œuvres choisies, non seulement de Spinoza mais aussi de Descartes. Pourtant la part de Descartes se limite aux seules Meditationes, qui se trouvent dans le premier tome. Les autres textes recueillis sont le Tractatus de intellectus emendatione et le Tractatus politicus, et en outre un traité qui n’est ni de Descartes ni de Spinoza : De jure ecclesiaticorum liber singularis, par un auteur qui se cache derrière le pseudonyme Lucius Antistius Constans, et qui n’a toujours pas été identifié. De toute façon, l’attribution à Spinoza est fausse. Riedel se rend compte qu’il y a des difficultés pour identifier l’auteur de ce texte, mais remarque en passant qu’il doit avoir été ou bien Spinoza lui-même, ou un ami de Spinoza, par exemple Louis Meyer24. Le deuxième tome est consacré entièrement à l’Ethica. On retrouve le même déséquilibre entre Descartes et Spinoza dans la bibliographie à la fin du livre : la majorité des titres se rapportent à Spinoza. À propos du livre de Feuerbach sur l’histoire de la philosophie moderne, Riedel déclare sa sympathie ; pour lui, Feuerbach est l’analyste le plus perspicace des systèmes de Descartes et de Spinoza25. La bibliographie fait mention des éditions de Paulus et de Gfrörer, mais nulle part on ne trouve une justification de ses propres principes ou de ses textes de base. Pour les ouvrages de Spinoza en tout cas, Riedel s’est apparemment limité à reproduire servilement et sans corrections l’édition de Paulus. Il n’a pas profité des améliorations apportées par Gfrörer. Un collationnement partiel de l’Ethica m’a appris que le jugement péremptoire de Gebhardt est fondé26.

BRUDER, OPERA, 1843-1846

Benedicti de Spinoza Opera qua supersunt omnia. Ex editionibusprin-cipibus denuo edidit et prœfatus est Carolus Hermannus Bruder, Philos. Doct. Aa. Li. M. SS. Theol. Licent. Voll. Principia philosophie, Cogitata metaphysica, Ethica. Editio stereotypa. Lipsiœ : typis et sumtibus Bernh. Tauchnitz jun., 1843. vol. II. Tractatus de intellectus emendatione, Tractatus politicus, Epistolœ. 1844. vol. III. Tractatus theologico-politicus, Compendium grammatices linguœ Hebraeœ, 1846.

  • 27 Quelques repères biographiques dans DBA, microfiche 149, n° 318.

16Karl Hermann Bruder, théologien, philosophe et pasteur, naquit à Leipzig en 1812 ; il mourut en 189227. Son édition de Spinoza est le premier projet qui cherche à se détacher de la tradition inaugurée par Paulus, comme le montrent d’emblée ses pages de titre : ex editionibus principibus denuo edidit. Bruder a voulu un retour aux sources, au lieu de se contenter d’une reproduction de Paulus. Néanmoins, l’influence du modèle de Paulus est toujours sensible, dans la toilette du texte comme dans nombre de leçons. Les écarts de Bruder par rapport à ses prédécesseurs concernent l’organisation des textes, l’intégration d’une lettre qui ne se trouve pas dans les Opera posthuma, l’attention aux sources primaires, l’addition de renvois spécifiques et une adaptation de l’orthographe aux normes pseudo-classiques des éditions scolaires du xixe siècle. Il retient la préface aux Opera posthuma, mais la réorganise pour en mettre les différentes parties en tête des différents textes. Un apparat critique faisant défaut, toutes ces interventions dans le texte ne sont visibles que si l’on confronte cette édition avec ses sources. Une telle confrontation montre que l’édition de Bruder, malgré ses principes et ses qualités, n’échappe pas à l’arbitraire et aux négligences. On y trouve des erreurs qui persistent à travers toutes les éditions, et également des fautes propres à Bruder lui-même.

  • 28 Voir Kindma, op. cit.

17Les Opera de Bruder ont sans doute été l’édition la plus répandue du xixe siècle. Bien que son histoire soit encore obscure, il est au moins certain qu’il y a eu quelques réimpressions - même au xxe siècle, donc après la publication des Opera par van Vloten et Land28. Le texte de Bruder a été à la base de maintes traductions et commentaires, jusque dans notre siècle. La division de quelques textes en paragraphes numérotés qu’a introduite Bruder est devenue une convention pour le Tractatus de intellectus emendatione.

  • 29 Ad Benedicti de Spinoza Opera quœ supersunt omnia supplementum. Continens tractatum hucusque inedi (...)
  • 30 Voir J. J. V. M. de Vet, « Salomon Dierquens, auteur du Stelkonstige reeckening van den regenboog (...)

18En 1862, le spinoziste néerlandais Johannes van Vloten publia le recueil Ad Benedicti de Spinoza Opera quœ supersunt omnia supplementum29. Tant par le titre que par l’apparence générale (le format, la typographie), le livre est présenté comme une sorte de quatrième tome de Bruder. Puisque ce recueil n’appartient pas, au sens strict, aux éditions allemandes du xixe siècle, je me limite ici à une énumération de son contenu. Le Supplementum comprend une version néerlandaise du Court traité de Spinoza, accompagnée d’une traduction latine du même texte, de la main de van Vloten ; puis le texte néerlandais du petit traité de l’arc-en-ciel, dont nous savons maintenant que l’auteur n’est pas Spinoza mais Salomon Dierkens30, également accompagné d’une nouvelle traduction latine ; et finalement un certain nombre de lettres inédites, et quelques documents relatifs à la vie de Spinoza.

BOEHMER, LINEAMENTA/ADN, 1852

Benedicti de Spinoza Tractatus de Deo et homine ejusque felicitate linea-menta atque Adnotationes ad Tractatum theologico politicum edidit et illustravit Eduardus Boehmer. Halœ ad Salam : J. F. Lippert, 1852.

  • 31 Voir l’édition par F. Mignini de Spinoza, Korte verhandeling/Breve trattato (L’Aquila, Japadre, 19 (...)
  • 32 Pour une description détaillée, voir Gebhardt, Spinoza Opera, t. III, p. 390-391.

19La publication du texte néerlandais du Court traité par van Vloten avait été précédée par l’édition (avec traduction latine) d’un sommaire de ce texte. Le sommaire ou Korte schetz est le travail du médecin néerlandais Johannes Monnikhoff (1707-1787), qui a joué un rôle important dans la transmission du Court traité31. En outre le livre de Boehmer contient une version néerlandaise des Adnotationes, qui remonte également à Monnikhoff. Boehmer y a ajouté un texte latin, à partir des travaux de Murr, Dorow et d’un manuscrit de Prosper Marchand, et la traduction française de Saint-Glain32.

  • 33 DBE, t. l, p. 621.

20Le romaniste Eduard Boehmer (ou Böhmer) naquit à Stettin, le 24 mai 1827, et mourut à Lichtenthal (près de Baden-Baden), le 5 février 1906. Après avoir été bibliothécaire à l’université de Halle, il devint professeur de philologie romane. De 1872 à 1879, il est professeur à l’université de Strasbourg33.

SCHAARSCHMIDT, KV, 1869

Benedicti de Spinoza « Körte verhandeling van God, de mensch en deszelfs welstand », tractatuli deperditi de Deo et homine ejusque felicitate versio Belgica. Ad antiquissimi codicis fidem edidit et prœfatus est Car. Schaarschmidt. Cum Spinoza imagine chromolithographica. Amstelodami : apud Fredericum Mutter, 1869.

  • 34 Biographie dans DBA, Neue Folge, microfiche 1125, pp. 301-307 ; cf. Mignini, éd. KV, p. 25.

21Carl Schaarschmidt (1822-1908) avait écrit une thèse, Plato et Spinoza philosophi inter se comparati, en 1845, sous la direction de Schelling, à Berlin. Il était professeur de philosophie et bibliothécaire de l’université de Bonn. Parmi ses publications, on trouve un livre sur Descartes et Spinoza (1850)34. En 1869, il publia simultanément deux livres : à Amsterdam, une édition critique du plus ancien manuscrit du Court traité, et à Berlin, une traduction allemande du même texte.

GINSBERG, OPERA, 1874-1877

[Spinoza Opera philosophica im Urtext]
[L] Die Ethik des Spinoza im Urtexte, herausgegeben und mit einer Einleitung über dessen Leben, Schriften und Lehre versehen von Dr. phil. Hugo Ginsberg. Berlin : Verlag von Erich Koschny, 1874; Leipzig : Erich Koschny
(L. Heimanns Verlag), 1875.
[LI] Der Briefwechsel des Spinoza im Urtexte, herausgegeben und mit einer Einleitung über dessen Leben, Schriften und Lehre versehen von Hugo Ginsberg, Doctor der Philosophie. Angehängt ist : La vie de B. de Spinosa par Jean Colerus. Leipzig : Erich Koschny (L. Hamanns Verlag), 1876.
[III] Der theologisch-politische Tractat Spinoza’s, mit einer Einleitung herausgegeben von Hugo Ginsberg, Doctor der Philosophie. Leipzig : Erich Koschny (L. Heimanns Verlag), 1877.
[IV] Die unvollendeten lateinischen Abhandlungen Spinozas, mit einer Einleitung herausgegeben von Hugo Ginsberg, Doctor der Philosophie. Heidelberg : Georg Weiss (früher E. Koschny’s Verlag in Leipzig), 1882.

  • 35 Né, selon Gebhardt (Spinoza Opera, t. IV, p. 440), à Constadt (Silésie) en 1829, doctorat, Breslau (...)
  • 36 Ginsberg, Opera, t. IV (1882), « Vorwort ».

22L’histoire de la dernière édition plus ou moins complète des œuvres de Spinoza en Allemagne au xixe siècle, celle de Hugo Ginsberg35, est pénible et compliquée. Initialement, Ginsberg n’envisageait pas un projet d’édition complète. Avec le premier tome, le texte latin de l’Ethica, il lança un ballon d’essai. Dans les années 1960 était sortie dans la collection de la Philosophische Bibliothek une traduction allemande des œuvres complètes de Spinoza, par Carl Schaarschmidt et J. H. von Kirchmann. Ginsberg suppose que le succès de ces traductions incitera les lecteurs à consulter aussi les textes originaux, en latin. Il commence par l’Ethique, pour explorer le terrain. En fin de compte, la série comprit tous les ouvrages, à l’exception de la grammaire et du Court traité - lequel était disponible chez la même maison d’édition dans la traduction de Schaarschmidt36 (à noter donc que pour le Court traité le principe du texte original ne valait pas). Tout de même, un tel projet pouvait sembler excessif : pourquoi une nouvelle édition complète de Spinoza, tandis que l’édition de Bruder était toujours disponible chez Tauchnitz ? Ginsberg est convaincu que son édition est légitime, pour trois raisons. Les éditions de Riedel et de Bruder sont dépassées, parce qu’elles ne contiennent pas les textes découverts récemment et qu’elles ne tiennent pas compte des nouvelles recherches ; elles n’ont pas été faites de façon stricte et exacte ; et la complexité de la matière exige trop des lecteurs, qui n’ont pas tous à leur disposition une bibliothèque spécialisée. Pour ces raisons, une nouvelle édition s’impose, établie à partir des textes de base de façon rigoureusement exacte, et pourvue d’introductions qui informent le lecteur non spécialiste des résultats des recherches récentes. Et le projet de Ginsberg aurair vraiment été un grand pas en avant, si son édition avait répondu à ces exigences si bien formulées. Hélas, il n’en est rien. L’édition de Ginsberg est en général une copie d’autres éditions, notamment celles de Bruder, Boehmer et van Vloten. Il suit ses modèles dans les détails (présentation, typographie), mais souvent de façon négligente. Malgré son intention de s’appuyer sur les textes originaux (par exemple les Opera posthuma), ce sont manifestement les éditions courantes - surtout celle de Bruder - qu’il a dépouillées.

23Les textes présentés par Ginsberg sont l’Ethica, les Lettres (celles des Opera posthuma, et les nouvelles lettres publiées par van Vloten), la biographie de Colerus, en français, le Tractatus theologico-politicus avec les Adnotationes, l’article « Spinoza » pris dans le Dictionnaire de Pierre Bayle, les Principia philosophie et Cogitata metaphysica, le Tractatus de intellectus emendatione, le Tractatus politicus, et la préface aux Opera posthuma, répartie en morceaux comme dans l’édition de Bruder.

ÉPILOGUE

24Étant donné le thème de ces journées, le choix de présenter un tableau historique des éditions de Spinoza en Allemagne au xixe siècle a pu paraître déterminé par des exigences plutôt externes et contingentes. Comme j’espère l’avoir montré, il y a aussi des raisons intrinsèques pour traiter ces éditions comme un ensemble. En effet, la série des éditions qui commence avec le premier tome des Opera quœ supersunt omnia de Paulus (1802) et qui se termine par le quatrième tome des Opera philosophica im Urtext de Ginsberg (1882) constitue bel et bien une famille : il y a entre les éditions individuelles des ressemblances, des similarités, des entrecroisements, des parallèles qui justifient de les traiter comme des textes apparentés.

25L’histoire des éditions de Spinoza est en grande partie une affaire allemande et, pendant l’époque dont j’ai parlé, de 1802 à 1882, cette domination est à peu près totale. Les Opera publiés par van Vloten et Land en 1882 et 1883 marquent le passage non seulement à un autre pays, mais aussi à un autre type d’édition, avec un apparat critique (quoique mince), un texte soigné et une présentation cohérente de tous les ouvrages connus. Cette approche a été continuée et développée par Gebhardt au xxe siècle. On pourrait se demander pourquoi les érudits allemands, avec leur tradition imposante de philologie classique, ne se sont pas acquittés plus tôt de la tâche de fournir une édition vraiment critique. La raison la plus importante me semble être que l’intérêt porté à Spinoza en Allemagne avait été suscité par les grands débats philosophiques. Cette circonstance explique, je crois, l’approche directe, spontanée ou même naïve chez des éditeurs pourtant à la hauteur du travail philologique, comme Paulus, Gfrôrer et Bruder. Leur grand mérite est d’avoir rendu les textes de Spinoza largement disponibles, à une époque où la pensée spinoziste était devenue un facteur capital dans la culture allemande. Si elles déçoivent du point de vue philologique, la valeur malgré tout extraordinaire des éditions allemandes de Spinoza au xixe siècle réside par conséquent dans les domaines philosophique, théologique et littéraire.

Notes

1 Je tiens à remercier Theo van der Werf d’avoir mis à ma disposition des livres rares et précieux de sa propre collection et de celle de la société Het Spinozahuis, Fokke Akkerman, qui m’a donné les résultats du collationnement du TTP dans les éditions du xixe siècle, et Jelle Kingma, pour sa permission de mettre à profit son article sur les cinq éditions complètes du xixe siècle (Paulus, Gfrörer, Bruder, Ginsberg, van Vloten et Land). Cet article, « Spinoza éditions in the 19th Century », est publié dans le recueil Spinoza to the Letter: Studies in Words, Texts and Books, éd. par Fokke Akkerman et Piet Steenbakkers, Leyde-Boston, Brill, 2005.

2 Voir W. Meijer, Aanteekeningen van Benedictus de Spinoza op het Godgeleerd-staatkun-dig vertoog (Amsterdam, Van Looy, 1901), p. IX; C. Gebhardt, Spinoza Opera (Heidelberg, Winter, 1925, réimpr. 1972), t. III, p. 384-385.

3 Pour la biographie, voir Allgemeine deutsche Biographie (Leipzig, Duncker & Humblot, 1875-1912 ; cité ADB), t. 23, p. 76-80.

4 C. G. von Murr, annonce dans Intelligenzblatt der Allgemeine Literatur-Zeiting, 1803, col. 351 (n° 41, du 26 février 1803).

5 Voir le compte rendu anonyme dans le périodique Allgemeine Literatur-Zeitung, 1803, col. 217-221 (n° 28, du 26 janvier 1803), spéc. col. 271. L’auteur de ce compte rendu aurait été H. E. G. Paulus : cf. Hans-Christian Lucas, « Hegel et l’édition de Spinoza par Paulus », Cahiers Spinoza, 4 (1983), p. 126-138 ; p. 135. Je ne m’aventurerai pas sur le terrain quasi impénétrable de la transmission des Adnotationes - là-dessus je peux renvoyer à l’édition du TTP par Fokke Akkerman (Spinoza, Tractatus theologico-politicusl Traité théologico-politique, texte établi par F. Akkerman, traduction et notes par J. Lagrée & P. -F. Moreau, Paris, PUF, 1999, p. 28-37), et à l’article d’Akkerman, dans le recueil Spinoza to the Letter : Studies in Words, Texts and Books, op. cit. (voir note 1).

6 Murr, Adn, 1802, p. 3. Hegel avait étudié attentivement le livre de Murr, à la prière de Paulus. La caractérisation de la philosophie de Spinoza comme « acosmiste » remonte à Salomon Maimon, Lebensgeschichte, 1792 (voir S. Maimon, Gesammelte Werke, éd. V. Verra, t. 1, Hildesheim, Olms, 1965, p. 154).

7 Paulus, Opera, t. II, p. XXXVI. Selon Lucas (op. cit.), la contribution de Hegel s’est limitée à ce collationnement. Voir là-dessus : G. W. F. Hegel, Gesammelte Werke, t. 5, Schrifte und Entwürfe (1799-1808), éd. M. Baum et K. R. Meist (Hamburg, Meiner, 1998), p. 513-516 et p. 720-729 ; et Franco Chiereghin, « Filologia spinoziana e spino-zismo nella concezione política di Hegel a Jena », Verifiche, 6 (1977), p. 707-729.

8 Pour sa biographie : voir ADB, t. XXV, 287-294 ; Deutsches biographisches Archiv (Mikrofiche-Edition, Munich, Saur ; cité DBA), microfiche 936, p. 223-275.

9 À propos de la brouille : Lucas, op. cit., p. 131.

10 Même jugement chez Gebhardt, Spinoza Opera, t. IV, p. 438 ; et chez Kingma, « Spinoza editions in the 19th Century ».

11 Par exemple Gfrörer, p. XVIII ; Bruder, t. I, p. V ; Gebhardt, Spinoza Opera, t. IV, p. 438. Tout de même, Paulus a bien adopté une trentaine des corrections, tandis que Gfrörer ne les a pas intégrées toutes non plus.

12 Avant la publication de Paulus, Fichte doit avoir eu à sa disposition un exemplaire des Opera posthuma. Les tomes de Paulus qu’a possédés Schopenhauer ont survécu, et les nombreuses annotations qu’il y a faites ont été publiées (Arthur Schopenhauer, Der handschriftliche Nachlaß, 5. Bd: Randschriften zu Büchern, Hg. Arthur Hübscher, Francfort/M, Kramer, 1968, n° 540, p. 166-174). Voir mon article « Quandoque délirat bonus Spinoza : Schopenhauers Kritik an Spinoza », dans M. Czelinski et al. (dir.), Transformation der Metaphysik in die Moderne : Zur Gegenwärtigkeit der theoretischen und praktischen Philosophie Spinozas, Manfred Walther zum 65. Geburtstag (Würzburg, Königshausen und Neumann, 2003), p. 219-238.

13 Wagenmann, ADB, t. XXV, p. 290.

14 Wagenmann, p. 293.

15 Cf. Paulus, Opera, 1.1, p. IV-V.

16 Pour sa biographie, voir ADB, t. IX, p. 139-141. En allemand son nom s’orthographie Gfrörer ; ce n’est que sur la page de titre des Opera, rédigée en latin, que l’on trouve Gfrörer.

17 Gfrœrer, Opera, 1830, p. V : Principem [...] faciamus eum virum, qui ab omnibus, quorum integrum de rebus philosophicis judicium est, princeps aestimatur, tum quia hujus philosophi scripta maxime a nostratibus desiderari videntur.

18 Op. cit., p. XVIII.

19 Kingma, op. cit.

20 Renseignements biographiques dans Deutsche biographische Enzyklopädie (Munich, Saut, 1995-... ; cité DBE), t. II, p. 601 ; et ADB, t. V, p. 359-360 (où mai au lieu de mars est donné comme mois de naissance).

21 Gebhardt, Spinoza Opera, t. III, p. 383.

22 Sur le trajet mouvementé de Königsberg à Haïfa de cet exemplaire au xxe siècle, voir Theo van der Werf, « Klefmanns exemplaar van Spinozas Tractatus theologico-politicus », dans Z. von Martels, P. Steenbakkers et A. Vanderjagt (dit.), Limœ labor et mora: opstellen voor Fokke Akkerman ter gelegenheid van zijn zeventigste verjaardag (Leende, Damon, 2000), p. 206-211.

23 Dorow, Adn, 1835, p. 5 : Und gewiß ist dem Philosophen, dem Theologen jede Zeile, jede Variante wichtig, welche dieser große, unsterbliche Denker niedergeschrieben hat !

24 Riedel, Opera, t. II, p. X.

25 Riedel, Opera, t. II, p. 278.

26 Gebhardt, Spinoza Opera, t. I, p. 344, à propos de l’Ethica : vollends ohne eigene Arbeit ist die Ausgabe von Riedel (1843), der auf Paulus zurückgeht.

27 Quelques repères biographiques dans DBA, microfiche 149, n° 318.

28 Voir Kindma, op. cit.

29 Ad Benedicti de Spinoza Opera quœ supersunt omnia supplementum. Continens tractatum hucusque ineditum de Deo et homine, tractatulum de iride, epistolas nonullas ineditas, et ad eas vitamque philosophi collectanea. Cum philosophi chirographo ejusque imagine photographica, ex originali hospitis H. van der Spijck. [Éd. J. van Vloten]. Âmstelodami, apud Fredericum Muller, 1862.

30 Voir J. J. V. M. de Vet, « Salomon Dierquens, auteur du Stelkonstige reeckening van den regenboog et du Reeckening van kanssen », dans le recueil Spinoza to the Letter, op. cit.

31 Voir l’édition par F. Mignini de Spinoza, Korte verhandeling/Breve trattato (L’Aquila, Japadre, 1986) ; à propos du Korte schetz : p. 13-16, et Appendice n° 1 (p. 802-820). Sur Monnikhoff, voir L. Jensen, « Johannes Monnikhoff, bewonderaar en bestrijder van Spinoza », Geschiedenis van de wijsbegeerte in Nederland, 8 (1997), 5-31.

32 Pour une description détaillée, voir Gebhardt, Spinoza Opera, t. III, p. 390-391.

33 DBE, t. l, p. 621.

34 Biographie dans DBA, Neue Folge, microfiche 1125, pp. 301-307 ; cf. Mignini, éd. KV, p. 25.

35 Né, selon Gebhardt (Spinoza Opera, t. IV, p. 440), à Constadt (Silésie) en 1829, doctorat, Breslau, 1855. Je n’ai pas encore repéré d’autres renseignements biographiques.

36 Ginsberg, Opera, t. IV (1882), « Vorwort ».

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site