Version classiqueVersion mobile

Théodore Agallianos, Dialogue avec un moine contre les Latins (1442)

Première partie. Histoire du texte

Chapitre 2 : L’édition imprimée

Texte intégral

  • 13 Voir Turdeanu, Livre grec en Russie, p. 73-74.

1On a vu que le projet de publication à Moscou de divers textes antilatins incluait le Dialogue avec un moine contre les Latins. Mais ces éditions moscovites n’ont jamais vu le jour : à la suite de rivalités entre Chrysanthos Notaras et ses collaborateurs en Russie, la tentative d’installer des presses grecques à Moscou a fini par échouer complètement13. L’œuvre d’Agallianos a bien été publiée, non en Russie, mais dans les pays roumains.

  • 14 Nectaire de Jérusalem, Πρὸς τὰς προσκομισθείσας θέσεις παρὰ τῶν ἐν Ἰεροσολύμοις φρατόρων διὰΠέτρου (...)
  • 15 Dosithée, Τόμος καταλλαγῆς
  • 16 Dosithée, Τόμος χαρᾶς, p. 610-633. Sur cet ouvrage, voir É. Legrand, Bibliographie hellénique ou de (...)
  • 17 Voir Turdeanu, Livre grec en Russie, p. 75.
  • 18 Dosithée, Τόμος χαρᾶς, page de titre : παρὰ τοῦ θεοφιλεστάτου καὶ λογιωτάτου ἐπισκόπου Ῥημνίκου κυρ (...)

2Dosithée avait, dès le début des années 1680, réussi à installer des presses grecques en Moldavie. Le premier livre qu’il a fait paraître à Iaşi en 1682 était un traité posthume contre la primauté du pape, dû à son prédécesseur sur le trône de Jérusalem, Nectaire14. Après quelques aléas liés à la situation politique, les presses de Iaşi reprennent leur activité en 1692 et Dosithée fait paraître dès1694 le premier et le plus antilatin de ses trois recueils de textes byzantins et post-byzantins, le Τόμος καταλλαγῆς15. Ce n’est pourtant pas dans ce volume que Dosithée publie le Dialogue du hiéromnèmon, mais dans le Τόμος χαρᾶς, paru à Rimnik en 170516. Rimnik, ou Râmnic, ou selon son nom moderne Râmnicu Vâlcea, se trouve en Valachie : cette ville est devenue à son tourun éphémère siège de presses grecques. Dès 1690, une seconde imprimerie avait en effet été fondée par Dosithée à Bucarest et placée sous la direction d’un moine d’origine géorgienne, Anthime : celui-ci a fait suivre le matériel typographique grec dans les diverses charges qu’il a exercées, d’abord celle d’higoumène du monastère de Snagov à partir de 1697, puis celle d’évêque de Râmnic de 1705à 1709, et enfin celle de métropolite de Bucarest à partir de 170917. L’évêque Anthime est du reste remercié dans le titre même du Τόμος χαρᾶς, imprimé» par le très aimé de Dieu et très érudit évêque de Rimnik, le seigneur Anthime originaire de Géorgie18».

  • 19 Voir Todt, Dositheos II. von Jerusalem, p. 677.
  • 20 Sur les huit œuvres que contient le Τόμος καταλλαγῆς, trois concernent directement le concile de F (...)
  • 21 Voir Dosithée, Τόμος χαρᾶς, p. [23] : Καὶ πρὸς τούτοις τοῖς τρισὶ συτετυπώσαμεν φιλοπόνημαμικρὸν Ἱ (...)

3La publication du Τόμος χαρᾶς s’inscrit dans le contexte des suites de l’Union de Brest (1695) et surtout de l’Union des Roumains orthodoxes de Transylvanie à l’Église romaine en 1697-170119. Le volume contient deux traités récents contre la primauté du pape, ceux de Nicolas Kérameus (mort vers 1670/1672)et de Mélétios Pègas (1549-1601), ainsi que des œuvres fondatrices de la polémique antilatine, en particulier les lettres de Photios et les actes du huitième concile œcuménique – entendu comme celui qui réhabilite Photios en 879-880. Le Dialogue évoque certes la question de la primauté et le huitième concile, mais de façon très marginale. Il aurait a priori trouvé une place plus appropriée dans le Τόμος καταλλαγῆς, largement consacré au combat contre le concile de Florence20. Dosithée ne se justifie pas de l’avoir inclus dans le Τόμος χαρᾶς : dans sa longue préface, il mentionne en une seule phrase l’ajout de ce petit opuscule auquel il ne semble accorder aucune importance21.

  • 22 Cité par Patrinélès, Θεόδωρος Ἀγαλλιανός, p. 6 et n. 4 et 13. Voir Dosithée, Τόμος καταλλαγῆς, p.  (...)
  • 23 Cité par Patrinélès, ΘεόδωροςἈγαλλιανός, p. 6 n. 2. Voir Dosithée, Τόμος ἀγάπης, p. [3] de l’intro (...)
  • 24 Cette note se trouve dans le pinax du manuscrit, au bas du f. 448r : σημ : ὅτι ὁ ἱερομνήμων οὗτος (...)

4Ce relatif désintérêt pourrait résulter de l’ignorance dans laquelle se trouvait Dosithée quant à l’auteur et la date de ce texte. Dans le Mosquensis gr. 248, manuscrit qui, ainsi qu’on va le voir, lui a servi de modèle, l’œuvre est en effet anonyme et dépourvue de titre. Dans l’édition de Dosithée, le Dialogue est aussi présenté comme un texte anonyme : le patriarche de Jérusalem n’a pas réussi à identifier le hiéromnèmon du Dialogue, malgré les nombreuses références à l’Union de Florence que contient le texte. Pourtant, cette théorie est contredite par plusieurs témoignages qui prouvent que Dosithée a procédé dès avant 1705 à l’identification du hiéromnèmon avec Théodore Agallianos. En premier lieu, dans la préface du Τόμος καταλλαγῆς, Dosithée se réfère à une note manuscrite autographe d’Agallianos qu’il a trouvée et qui atteste que ledit Théodore Agallianos était hiéromnèmon sous le règne de l’empereur Constantin XI et qu’ilest ensuite devenu dikaiophylax22. De plus, dans la préface du Τόμος ἀγάπης, Dosithée annonce qu’il publiera encore d’autres œuvres d’Agallianos, « celuiqui dans le Τόμος καταλλαγῆς est dit hiéromnèmon23 ». Enfin j’ai pu repérer dans un manuscrit du fonds du Métochion du Saint-Sépulcre, le Constantino-politanus Metochion Sancti Sepulcri 204, f. 448r, une note autographe de Dosithéede Jérusalem inédite24 : cette note, de même teneur que la citation précédente, signale que le hiéromnèmon n’est autre que le diacre Théodore qui vivait sous Constantin XI Paléologue et qui est devenu dikaiophylax en 6961, c’est-à-dire en 1452 – informations tout à fait exactes. Si l’on ne peut savoir la date précise à laquelle Dosithée a porté cette note sur le manuscrit du Métochion du Saint-Sépulcre, la préface du Τόμος καταλλαγῆς date au plus tard de 1694 et celle du Τόμος ἀγάπης de 1698 : il est donc très étonnant que Dosithée, qui ne se désintéressait pas du tout d’Agallianos, n’ait pas fait usage des informations qu’il connaissait lorsqu’il a publié le Dialogue.

  • 25 Comme le manuscrit a quitté Constantinople dès 1692 et que la publication du texte date de 1705, i (...)

5Dosithée disposait à coup sûr du Mosquensis gr. 248 lorsqu’il se trouvait à Constantinople, avant que ce manuscrit ne fût envoyé à Moscou en 1692.A-t-il utilisé directement ce témoin pour effectuer son édition du Dialogue d’Agallianos, ou s’est-il servi d’un autre manuscrit qu’il aurait pu avoir aussi à sa disposition ? De fait, le texte de Dosithée et le Mosquensis gr. 248 présentent une structure rigoureusement identique, ce qui permet de penser que le Mosquensis gr. 248 a bien servi de modèle à Dosithée. On a vu plus haut dans la description du manuscrit moscovite que certains folios ont été déplacés : un folio isolé, le f. 23r-v, se trouve rejeté après la fin du texte d’Agallianos – qui se termine au f. 21v – alors qu’il en fait à l’évidence partie et devait se trouver à la suite du f. 16v. Outre la composition du manuscrit, le sens et la grammaire imposent en effet cette correction. Cependant l’erreur a été reproduite telle quelle dans l’édition de Dosithée : à la fin de la p. 626 du Τόμος χαρᾶς, on trouve en effet les derniers mots du f. 16v qui s’enchaînent avec la suite sans tenir compte du folio manquant : καὶ τὸ προτεθῆναι τὸ δύστηνον τοῦτο γένος| [f. 17] παραδέδοται (voir respectivement les l. 746 et l. 792 de la présente édition). Dosithée a continué ensuite de suivre exactement son modèle : ainsi au f. 21v, le Dialogue d’Agallianos se termine et un autre texte commence, à savoir la lettre encyclique de Marc d’Éphèse qui porte le titre suivant : τοῦ ἁγ(ίου) τοῦἐφέσου : τοῖς ἁπανταχοῦ τῆς γῆς καὶ τῶν νήσων ὀρθοδόξοις χριστιανοῖς... On retrouve à la p. 631 du Τόμος χαρᾶς le même titre, mais sans la mention du métropolite d’Éphèse. Le texte de Marc est reproduit par Dosithée exactement jusqu’au même point que dans le manuscrit, à la fin du f. 22v (τὴν προσθήκηνἐξενεγκόντες), tandis que le texte d’Agallianos réapparaît, tout comme au f. 23r, à la p. 633 l. 2 du Τόμος χαρᾶς (τὸ ἐπ’ εὐσεβείας ζηλούμενον ; voir l. 746-747 de la présente édition). Pour finir, Dosithée reprend l’ensemble du contenu duf. 23 ; mais, à la fin du f. 23v, le texte est coupé en plein milieu d’une phrase(voir l. 791) : Dosithée supplée donc un verbe pour clore la phrase (διώρισται)et rajoute une formule finale : Τέλος τελευταῖον, καὶ τῷ ἀνάρχῳ καὶ ἀτελευτήτῳΘεῷ δόξα. De telles concordances excluent absolument une pure coïncidence : Dosithée s’est servi du Mosquensis gr. 248 ou d’une copie exacte qu’il en aurait fait faire25, sans remarquer – ou du moins sans corriger – le déplacement fautif du f. 23r-v. Il apparaît donc que les deux versions connues du texte d’Agallianos appartiennent à la même tradition manuscrite, et les variantes de l’édition de Dosithée ne peuvent être que des corrections ultérieures du texte donné par le Mosquensis gr. 248, non des leçons différentes.

6Examinons en dernier lieu quelques-unes de ces variantes introduites par Dosithée dans le texte d’Agallianos. Elles sont assez facilement repérables et consistent souvent en des corrections plus ou moins appropriées. Toutes les variantes significatives sont signalées dans l’apparat de la présente édition. Parmi les libertés que Dosithée a prises avec le texte d’Agallianos, signalons l’emploi à propos d’Arius et de ses comparses hérétiques du terme ἀδολεσχίαν (p. 613), alors que le Mosquensis porte ἀλληλουχίαν (l. 175) : le texte ne signifie plus « le reste de la clique des hérétiques », mais « le reste du verbiage des hérétiques ». Par deux fois, Dosithée ne respecte pas le jeu de mots fait par Agallianos sur le terme ἀρχηγός, qui signifie « chef », détourné ici de façon péjorative enἀργηγός, c’est-à-dire « fainéant chef » (voir l. 715 et 834) ; Dosithée édite pour sa part ἀρχηγός. Surtout son intervention est très claire dans un passage du début du texte où sont cités divers noms de peuples : dans le texte d’Agallianos (l. 267-268), le « Turc » (Τοῦρκος) est associé à la notion d’« impiété » (τῇ ἀσεβείᾳ),amalgame souvent fait à Byzance entre l’islam et la mauvaise croyance ; or dans l’édition de Dosithée, τῇ ἀσεβείᾳ a été remplacé par τοῖς ἐθνικοῖς et Τοῦρκος a été remplacé par ἐθνικός (p. 615), de manière à faire disparaître toute allusion aux Turcs au profit des « païens ». L’intervention est évidemment due à Dosithée qui ne voulait pas risquer de froisser ses maîtres ottomans.

  • 26 Voir K. Sathas, Νεοελληνικὴ φιλολογία, Athènes 1868, p. 107.
  • 27 Voir A. Dèmètrakopoulos, Ὀρθόδοξος Ἑλλάς, Leipzig 1872, p. 108
  • 28 Voir H.-G. Beck, Kirche und theologische Literatur im byzantinischen Reich, Munich 1959, p. 759.
  • 29 Voir Patrinélès, Θεόδωρος Ἀγαλλιανός, p. 43-60 ; p. 43-44 pour le Dialogue.

7Excepté le problème du déplacement de folio qui introduit une discontinuité dans le texte, l’édition de Dosithée n’est dans l’ensemble pas mauvaise. Elle n’est cependant pas critique et n’est munie d’aucune annotation, ce qui rend nécessaire une nouvelle édition du Dialogue d’Agallianos. Le Dialogue n’a en effet pas connu de nouvelle édition après celle de 1705, et il est resté anonyme jusqu’au xix e siècle. Même si Konstantinos Sathas avait lui aussi reconnu en Théodore Agallianos le hiéromnèmon, il ne compte pas le Dialogue parmi ses œuvres26. Le premier auteur qui attribue le texte édité par Dosithée à Agallianosest Andronikos Dèmètrakopoulos27. À sa suite, Hans-Georg Beck livre lui aussi cette information28, avant le travail systématique de recension des œuvres d’Agallianos réalisé par Chrèstos Patrinélès en 196629.

Notes

13 Voir Turdeanu, Livre grec en Russie, p. 73-74.

14 Nectaire de Jérusalem, Πρὸς τὰς προσκομισθείσας θέσεις παρὰ τῶν ἐν Ἰεροσολύμοις φρατόρων διὰΠέτρου τοῦ αὐτῶν μαΐστορος περὶ τῆς ἀρχῆς τοῦ πάπα ἀντίρρησις, Iaşi 1682.

15 Dosithée, Τόμος καταλλαγῆς

16 Dosithée, Τόμος χαρᾶς, p. 610-633. Sur cet ouvrage, voir É. Legrand, Bibliographie hellénique ou description raisonnée des ouvrages publiés par des Grecs au dix-huitième siècle, Paris 1918, I, p. 43-45, no 37 ; Todt, Dositheos II. von Jerusalem, p. 672 et 677.

17 Voir Turdeanu, Livre grec en Russie, p. 75.

18 Dosithée, Τόμος χαρᾶς, page de titre : παρὰ τοῦ θεοφιλεστάτου καὶ λογιωτάτου ἐπισκόπου Ῥημνίκου κυρίου Ἀνθίμου τοῦ ἐξ Ἰβηρίας. Le titre précise aussi le rôle financier joué par Dosithée pour cette publication et place cette dernière sous les auspices du prince de Valachie, Constantin II Brâncoveanu.

19 Voir Todt, Dositheos II. von Jerusalem, p. 677.

20 Sur les huit œuvres que contient le Τόμος καταλλαγῆς, trois concernent directement le concile de Florence (l’Antirrhétique de Jean Eugénikos, l’Apologie des ecclésiastiques après le concile de Florence et les Actes du synode de Sainte-Sophie, ce dernier étant un faux fabriqué aux vii e siècle), et quatre sont des textes byzantins de polémique antilatine (un traité intitulé Contre la mauvaise doctrine des Latins de Makarios d’Ancyre, un traité sur la procession du Saint-Esprit de Makarios Makrès, un florilège de textes antilatins de Théodore Agallianos et une liste des erreurs latines de Matthieu Blastarès). Le Dialogue aurait trouvé naturellement sa place à côté de ces œuvres antiunionistes et antilatines.

21 Voir Dosithée, Τόμος χαρᾶς, p. [23] : Καὶ πρὸς τούτοις τοῖς τρισὶ συτετυπώσαμεν φιλοπόνημαμικρὸν Ἱερομνήμονός τινος, καὶ τοῦτο κατὰ Λατίνων.

22 Cité par Patrinélès, Θεόδωρος Ἀγαλλιανός, p. 6 et n. 4 et 13. Voir Dosithée, Τόμος καταλλαγῆς, p. [3] de l’introduction : Ὁ ἱερομνήμων Θεόδωρος ὁ Ἀγαλλιανὸς ἦν ἐπὶ Κωνσταντίνου τοῦ ὑστάτου βασιλέως Ῥωμαίων, ὃς ὕστερον ἐγένετο καὶ δικαιοφύλαξ.

23 Cité par Patrinélès, ΘεόδωροςἈγαλλιανός, p. 6 n. 2. Voir Dosithée, Τόμος ἀγάπης, p. [3] de l’introduction: Θεοδώρου δικαιοφύλακος τοῦ Ἀγαλλιανοῦ, ὅστις ἐν τῇ Καταλλαγῇ λέγεται ἱερομνήμων.

24 Cette note se trouve dans le pinax du manuscrit, au bas du f. 448r : σημ : ὅτι ὁ ἱερομνήμων οὗτος διάκονος θεόδωρος, ἦν ἐπὶ κωνσταντίνου | τοῦ παλαιολόγου, ὅτι ὕστερον ἐγένετο δικαιοφύλαξ καὶ ἤκ|μαζε ἐν τῷ ἔτει ϛϠξα΄. μηνὶ σεπτεμ(βρίῳ) ἰνδικτιῶνι αη΄ | Δοσίθεος | ὁ ἱεροσολῦμ(ων) π(ατρι)άρχ(ης). Ce manuscrit contient aux f. 224v-233v une œuvre d’Agallianos, ce qui explique la présence de cette note de Dosithée dans le pinax : voir la description du manuscrit par A. Papadopoulos-Kérameus, Ἱεροσολυμιτικὴ βιβλιοθήκη, Saint-Pétersbourg 1899, IV, p. 176-183.

25 Comme le manuscrit a quitté Constantinople dès 1692 et que la publication du texte date de 1705, il faudrait supposer que Dosithée, avant de se séparer du Mosquensis gr. 248, avait fait copier ailleurs le Dialogue d’Agallianos ; mais le texte n’est pas signalé dans les manuscrits de la bibliothèque de Dosithée, le fonds du Métochion du Saint-Sépulcre.

26 Voir K. Sathas, Νεοελληνικὴ φιλολογία, Athènes 1868, p. 107.

27 Voir A. Dèmètrakopoulos, Ὀρθόδοξος Ἑλλάς, Leipzig 1872, p. 108

28 Voir H.-G. Beck, Kirche und theologische Literatur im byzantinischen Reich, Munich 1959, p. 759.

29 Voir Patrinélès, Θεόδωρος Ἀγαλλιανός, p. 43-60 ; p. 43-44 pour le Dialogue.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search