Versión clásicaVersión móvil

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Enjeux et contextes

Les deux bras du pape

Parcours croisés de Nicolas de Cues et Jean de Capistran en terre germanique (1451-1454)1

The Popes Two Arms. How Nicolas of Cusa and John of Capistrano’s Paths Crossed in the German Territories (1451-1454)

Ludovic Viallet

Resumen

L’étude repose sur la mise en parallèle des parcours de Nicolas de Cues et Jean de Capistran en Europe centrale entre 1451 et 1454. Un premier volet, consacré au positionnement différent des deux hommes dans la question bohémienne, permet ensuite de mieux cerner les modalités de leur action et la façon dont le légat pontifical a dû s’accommoder de l’activisme du prédicateur franciscain. Est abordé leur rôle dans le champ des relations avec l’Ordre Teutonique, du conflit opposant ce dernier au royaume de Pologne et des tensions à l’œuvre entre des villes et des pouvoirs princiers ou ecclésiastiques. Il est alors possible de préciser ce qui a pu les distinguer en matière de sensibilité religieuse, car leur action diplomatique a toujours été conçue dans l’optique de la réforme de l’Église.

Texto completo

  • 1 Abréviations utilisées dans la suite de l’article : AC pour Acta Cusana. Quellen zur Lebensgeschich (...)
  • 1 E. Vansteenberghe, Le cardinal Nicolas de Cues (1401-1464). L’action – La pensée, Paris, 1920, rééd (...)

Aussi bien, un autre légat s’occupait-il des hérétiques, sur les brisées duquel Nicolas devait se garder d’autant plus de marcher que ni ses idées ni sa manière ne s’accordaient parfaitement avec les siennes : le frère mineur Jean de Capistran1.

  • 2 Voir notamment Nicolas de Cues, penseur et artisan de l’unité. Conjectures, concorde, coïncidence d (...)
  • 3 Lettre du 9 septembre 1439, signalée par G. Gál, J. M. Miskuly, « A Provisional Calendar of St. Joh (...)
  • 4 Sur Jean de Capistran, voir JK, biographie totalement revue et corrigée par Ottokar Bonmann. Celui- (...)

1On ne parle plus guère de Jean de Capistran et de sa longue tournée au-delà des Alpes. Il faut bien reconnaître que la figure et le parcours de ce réformateur franciscain, qui œuvra à l’arrimage de l’Europe centrale à la chrétienté occidentale, puis mit sa parole au service de la croisade contre les Turcs et contribua à la levée du siège de Belgrade peu avant sa mort, en octobre 1456, se prêtaient sans doute davantage à une mise en valeur dans les années qui ont suivi le second conflit mondial, celles des débuts de la construction européenne, mais aussi des tensions avec le « bloc de l’Est », qu’à l’âge de la maturité d’une Europe sans grand ennemi intérieur, à la porte de laquelle frappe désormais la Turquie. Sa proclamation comme « apôtre de l’Europe » par Pie XII, au moment de la célébration du 500e anniversaire de sa mort, fut un geste conçu aussi comme le message ferme d’une Eglise, fière de son guerrier de la foi, vers les régimes communistes. Face à lui, la figure de Nicolas de Cues est aujourd’hui porteuse de significations plus consensuelles, tant paraissent se cristalliser en elle à la fois la notion de patrimoine culturel européen et l’idée de paix religieuse, voire de tolérance. Penseur de l’unité dans son activité intellectuelle, Nicolas le fut aussi dans le champ de la diplomatie, où il appliqua cette « coïncidence des opposés » (oppositorum coincidentia) qu’il rapporte avoir conçue au retour de sa légation de 1437-1438 à Constantinople, destinée à rétablir l’unité des Églises2. Il suffirait peut-être de dire, pour prendre la mesure de ce qui le distinguait de Capistran, qu’à la même époque ce dernier écrivait à un dignitaire ecclésiastique de ses amis que rechercher l’union avec les « schismatiques » orientaux revenait à « perdre un œil pour un orteil3 ». Le nombre d’ouvrages qui ont été consacrés au Cusain est énorme ; sa correspondance a fait l’objet d’un travail de récolement et de publication. L’édition de celle de Capistran, en revanche, est un chantier laissé en friche depuis des décennies, et la bibliographie le concernant constitue un ensemble extrêmement morcelé4.

  • 5 Voir l’article de Colette Beaune, « Chrétienté et Europe : le projet de Georges de Podiebrad au xve(...)

2Il ne s’agit pas, dans ces pages, de prétendre réouvrir les passionnants dossiers que la décennie 1450 offre à l’historien : celui des efforts menés pour arrêter l’avancée turque le long de l’antemurale Christianitatis et pour penser la situation nouvelle née de la disparition de Byzance ; celui de la question bohémienne et de ses problèmes connexes, tel le projet de Georges de Podiebrad5 ; celui, enfin, du jeu diplomatique européen et des grandes légations pontificales – Nicolas de Cues, Guillaume d’Estouteville, Jean de Carvajal, etc. – œuvrant à la réforme de l’Église, tout autant qu’à la réaffirmation du pouvoir du pape. Nous voudrions simplement mettre en parallèle les parcours de deux personnages dont les missions dans l’Empire germanique et en Europe centrale se sont déroulées pendant plusieurs mois de façon concomitante et plutôt bruyante. Leurs « profils » respectifs, les modalités de leur action, les réactions à leur passage appelaient à effectuer ce rapprochement, qui n’a jamais été vraiment fait. S’ils n’avaient pas forcément labouré les mêmes sillons au cours des décennies 1430-1440, ils avaient derrière eux toute une carrière d’homme d’Église, de canoniste et de diplomate au service de celle-ci. Au milieu du xve siècle, en outre, les figures de quelque envergure achevant leur parcours au sein de l’institution ecclésiale s’étaient toutes croisées à un moment ou à un autre autour du véritable creuset de matière en fusion qu’avait été le concile de Bâle. Or, Capistran et le Cusain semblent avoir assez peu échangé ou collaboré, et ceci pas seulement parce que leurs itinéraires divergeaient. Comme l’avait sans doute compris – et sous-entendu – Edmond Vansteenberghe dans sa biographie devenue classique de Nicolas de Cues, il est probable que les deux hommes ne s’aimaient pas beaucoup. Entre le cardinal allemand et le franciscain observant italien, ce sont des personnalités, mais aussi des stratégies diplomatiques différentes qui ont été à l’œuvre, par des choix que l’on ne peut véritablement comprendre sans tenir compte de leurs conceptions religieuses divergentes. En témoignent leurs positionnements dans les relations avec la Bohême utraquiste, ou lors du conflit entre la Pologne et l’Ordre Teutonique, ainsi que dans leurs tentatives de pacification locale.

La question bohémienne : compromis ou affrontement ?

  • 6 Sur l’itinéraire de Nicolas de Cues pendant sa légation, voir J. Koch, Nikolaus von Cues und seine (...)

3Le premier à franchir les Alpes, en janvier 1451, fut Nicolas de Cues, chargé officiellement par le pape Nicolas V de prêcher l’indulgence du Jubilé et de réformer l’Église. Initialement partisan des thèses conciliaristes, puis passé au service du pape à la fin de la décennie 1430, l’« Hercule des Eugéniens » avait reçu en 1448 le titre de cardinal de Saint-Pierre-aux-Liens en récompense de son intense activité diplomatique auprès des princes électeurs allemands. Accompagné d’une trentaine de personnes, Nicolas arriva à Vienne à la fin du mois de février 14516. En mars, il partit vers la Bavière, traversa la Thuringe, séjourna à Magdebourg la seconde quinzaine de juin et se dirigea vers l’ouest au cours de l’été. À partir de Deventer (à la mi-août) commence le volet « hollandais » et flamand de sa légation, jusqu’au milieu du mois d’octobre 1451. De Trèves, il gagna Mayence puis Cologne et revint à Maastricht le 11 janvier 1452. Après avoir séjourné à Louvain et Bruxelles, il resta près d’un mois à Cologne entre mi-février et mi-mars, avant de terminer son voyage par Francfort et Aschaffenbourg, sur la route de son diocèse de Brixen (Bressanone), où il parvint au début du mois d’avril 1452. Le Cusain allait, on le sait, y endurer bien des tracas, mais il ne se désintéressait pas pour autant des questions allemandes, dont il continua à se mêler bien au-delà du printemps 1452.

  • 7 Sur le voyage de Capistran, une mise au point fondamentale reste celle de K. Elm, « Johannes Kapist (...)
  • 8 Voir H. Lippens, « S. Jean de Capistran en mission aux Etats bourguignons, 1442-1443. Essai de reco (...)
  • 9 On notera la tournure utilisée par le franciscain Nicolas Glassberger dans sa chronique, postérieur (...)

4À cette date-là, Jean de Capistran avait entamé sa tournée de prédication et de réforme depuis bientôt un an7. S’il avait été légat pontifical pour Eugène IV en 1435-1436 (succession au trône de Naples), 1440-1442 (face aux partisans du concile de Bâle, notamment auprès du duc de Bourgogne8) et 1444 (Sicile), en 1451, lors de son franchissement des Alpes, il ne l’était plus, contrairement à ce que ses contemporains eux-mêmes ont souvent pensé9 : officiellement, il était vicaire général de l’Observance franciscaine, dite « cismontaine », et inquisiteur général. Cette dernière fonction explique certainement beaucoup la façon dont il se comporta, en particulier face aux continuateurs du hussitisme. Toutefois, sa venue répondit à l’invitation du roi des Romains Frédéric, dont le secrétaire était alors Enea Silvio Piccolomini ; elle bénéficia des vifs encouragements du pape et intervint dans un contexte de réchauffement des relations entre les deux souverains. À cela s’ajoutait le raffermissement des liens entre les Eglises germanique et romaine, après le concordat de Vienne (1448) et la clôture officielle du concile de Bâle (7 avril 1449), d’une part, et avant le couronnement impérial de Frédéric III à Rome (1452), d’autre part. Capistran était censé œuvrer à ce réchauffement et prêcher la paix devant les foules.

  • 10 Itinéraire détaillé dans JK, t. 1, p. 520-529.

5Parti avec douze compagnons en mai 1451, il commença sa tournée en Autriche, puis la poursuivit en Moravie, Bohême, Bavière, Thuringe, Saxe (à l’automne 1452) et Silésie10. Ses passages à Breslau (Wroclaw) marquèrent sans doute un sommet dans l’intensité comme dans le succès de son action. Il fit deux séjours dans cette véritable ville de frontière confessionnelle face au hussitisme, de mi-février à août 1453, puis en juin et juillet 1454, à son retour de Cracovie où, invité par Casimir Jagellon et l’évêque du lieu, l’influent Zbigniew d’Olesnica, il resta plus de huit mois. Il passa ensuite le mois d’octobre à Francfort, où la Diète réunie par l’empereur pouvait lui permettre d’exhorter les princes à la croisade, puis revint à Vienne pour y passer l’hiver. Désormais, toute son énergie était tournée vers la lutte contre les Turcs, qui lui fit gagner la Hongrie à l’été 1455, puis Belgrade un an après.

  • 11 On peut comptabiliser les mentions que chacun de ces personnages a faites de l’autre dans une lettr (...)

6Un premier constat s’impose : tandis que Nicolas de Cues a effectué ce qui ressemble fort à un véritable tour de l’Empire, Capistran est demeuré dans sa partie orientale, et les mois de voyage qui leur ont été communs, de juin 1451 à avril 1452, ont coïncidé avec le plus grand éloignement entre eux, l’un évoluant à l’ouest de la Weser et même du Rhin, l’autre longeant le Danube et la forêt de Bohême. Ce n’est pas qu’ils aient cherché à s’éviter : le Cusain menait sa mission, à l’échelle de l’Empire ; Capistran, vicaire de l’Observance cismontaine, concentrait ses efforts dans l’espace de la vaste province franciscaine de Saxe – de la Baltique à la Bohême –, à l’exception notable de ses passages en Bavière, donc dans la province de Strasbourg, ressortissant à l’Observance dite « ultramontaine ». Il est plus étonnant de constater la quasi-absence de correspondance entre eux, pourtant habituellement si prompts à écrire11. Ils n’ont que très peu échangé l’un avec l’autre, très peu échangé l’un au sujet de l’autre, ce qui ne signifie pas, loin de là, qu’ils aient été indifférents l’un à l’autre.

  • 12 Lettre du 22 décembre 1453 éditée dans AM, p. 193-194, et signalée dans PC, p. 357, no 427.
  • 13 PC, p. 357, no 426, 13 décembre 1453.
  • 14 PC, p. 338, no 354.
  • 15 PC, p. 341-342, no 367. La lettre est éditée dans F. C. R. Weber, Des Franciscaners Johannes von Ca (...)
  • 16 PC, p. 364, no 451, lettre adressée à l’évêque de Cracovie le 23 juin 1454.
  • 17 Lettre du 26 juillet 1454 éditée dans AM, p. 234-235, et signalée dans PC, p. 368, no 464.

7Indéniablement, l’obsession de Capistran, au cours des mois où Nicolas de Cues était en Allemagne, fut de s’attaquer à la question bohémienne. Il désirait vivement affronter l’archevêque de Prague Jan Rokycana en un débat public. En décembre 1453 encore, Georges de Podiebrad lui refusa le sauf-conduit qui lui aurait permis de se rendre à Prague, au motif que cette ville ne manquait pas de prédicateurs et que sa prise de parole serait source de troubles12. Moins de dix jours auparavant, le roi Ladislas de Hongrie lui avait déconseillé le voyage, car sa sécurité ne pouvait pas être assurée13. On sait que, face au camp de l’utraquisme, Capistran prônait l’abolition des Compactats que le concile de Bâle avait élaborés, mais qui n’avaient jamais été officiellement approuvés par le pape. L’adoption de cette ligne dure le mit en porte-à-faux par rapport à l’action de ceux qui, comme Enea Silvio Piccolomini, souhaitaient prendre la voie d’un compromis. Plusieurs témoignages montrent que, tout au long de sa mission, il fut incité à plus de modération : dans une lettre datée du 21 janvier 1452, Frédéric III lui conseilla de suivre la ligne fixée par le légat pontifical Carvajal, à qui le Saint-Siège avait confié les négociations14. Les autorités urbaines de Prague lui écrivirent le 1er juin 1452 avoir été choquées par le contenu de sa lettre à Podiebrad, jugée insultante pour Rokycana15. Enfin, lui-même rapporta en juin 1454 que l’évêque de Breslau lui avait demandé de tempérer ses propos à l’égard des Hussites, dans l’espoir d’un rapprochement16. À la même époque, Piccolomini se crut obligé d’assurer Capistran de son estime et de lui dire de ne pas croire les rumeurs insinuant le contraire17.

  • 18 A. Bauch, « Zur Kapistranforschung in Franken », Jahrbuch für fränkische Landesforschung, 26 (1966) (...)
  • 19 Lettre éditée dans AM, p. 154-157, et signalée dans PC, p. 335, no 346, ainsi que dans AC, Lieferun (...)
  • 20 AC, Lieferung 3b, p. 1227, no 1910, lettre de Capistran à Rokycana, 19 octobre 1451, dans laquelle (...)

8Dans les mois qui suivirent le départ de Capistran, on l’a vu, Nicolas de Cues se tint éloigné des terres de controverse sur lesquelles ou autour desquelles l’observant italien cherchait à en découdre. Au cours de cette période, l’évêque d’Eichstätt Jean III von Eych, qui avait lié amitié avec le Cusain au cours de ses années d’études à Padoue, essaya de servir d’intermédiaire entre les deux hommes. Il écrivit à Capistran deux lettres pour l’inviter à visiter son diocèse, le 3 juillet 1451 et le 14 décembre 145118. Dans la seconde missive, envoyée alors que Capistran était arrivé une dizaine de jours auparavant à Eger (Cheb), où il espérait rencontrer Rokycana, Jean III von Eych lui demandait de l’informer de la situation dans cette ville afin d’en référer à son tour à Nicolas de Cues. Lors du concile provincial de Mayence, qui s’était tenu dans la seconde moitié du mois de novembre, l’évêque d’Eichstätt avait eu connaissance d’une lettre dans laquelle Capistran demandait au Cusain de lui confirmer certaines conditions définies avec Albert de Brandebourg pour que pût se tenir la diète d’Eger. Jean von Eych assura que Nicolas de Cues ne ménageait pas ses efforts et portait à la question bohémienne le plus grand intérêt. Il ne semble pas, toutefois, que le légat ait répondu au franciscain, ce dont celui-ci se plaignit auprès du pape le 6 janvier 1452. Quels que soient les sentiments que peut inspirer la figure de Capistran, on doit reconnaître que cette missive, écrite à Eger – lieu d’un rendez-vous manqué – dans la nuit de l’Épiphanie, ne laisse pas indifférent, avec ses accents de plaidoyer pro domo rappelant les combats livrés non pour l’argent, les honneurs ou les dignités du siècle, mais pour la gloire de Dieu et l’orthodoxie19. Lorsque Rokycana lui avait proposé Kromau (Český Krumlov) pour une rencontre, Capistran avait rétorqué qu’Eger serait un lieu plus adéquat, en raison de sa dimension de centre culturel et parce que Nicolas de Cues devait y tenir une diète au début du mois de décembre, avec des barons de Bohême et Moravie. L’observant italien semble donc avoir tenu à cette présence du légat, en vertu de sa soumission à l’autorité pontificale, véritable ligne directrice de son comportement au cours de ces années20. De son côté, dans les instructions qu’il lui envoya le 4 janvier 1452, le Cusain demanda à Jean von Eych de faire passer un message de prudence à Capistran : méfiant envers les Bohémiens, il semble avoir davantage craint pour sa vie que véritablement misé sur ses succès :

  • 21 Ibid., p. 1389, no 2156.

Scribat r. p. v. viro domino Iohanni de Capistrano, qui est in Egra, ut non se precipitet in fervore, sed salva securitate persone edificet, ut solet. Si quid boni expectari debe<a>t ex opera sua, pendetp. ν.21.

  • 22 Lettre éditée dans AM, p. 149-152, ici p. 151, et signalée dans PC, p. 340, no 363.

9Nicolas de Cues reçut du franciscain une autre lettre, envoyée depuis Brüx (Most) le 17 mai 1452 ; il y était exhorté à faire preuve de sévérité avec les hérétiques utraquistes, dont il ne fallait pas écouter les arguments22. En mars, le légat pontifical avait fait part à l’évêque de Trèves de l’attitude de Capistran et du mécontentement bohémien :

  • 23 Lettre à l’évêque Jacques de Trèves, 20 mars 1452, éditée partiellement dans AC, Lieferung 3b, p. 1 (...)

Item in negocio Bohemie habui, quomodo scribunt conquerendo, quod frater Iohannes de Capistrano hereticat eos, non obstante quod a concilia Basiliensi habent pro se declaracionem, et ob hoc volunt vindicare iniuriam illam contra omnes, ponunt processum concessionis Basiliensis, et super hoc volunt venire ad dietam, sed intra silvam etc.23.

  • 24 Comme l’a écrit W. Baum, « Nikolaus von Kues und Enea Silvio Piccolomini – eine Humanistenfreundsch (...)
  • 25 Capistran avait conscience de la légitimité et de l’efficacité qu’il tirait du titre d’inquisiteur (...)
  • 26 Chronica Fratris Nicolai Glassberger…, op. cit. n. 9, p. 346.
  • 27 Lettre du 26 juillet 1454, éd. dans AM, p. 235, signalée dans PC, p. 368, no 464. Dans cette lettre (...)

10Lorsqu’enfin, en juin, Nicolas de Cues rencontra des représentants du parti bohémien, au cours de la diète de Ratisbonne à laquelle fut invité Capistran, il laissa s’installer la ligne dure défendue par l’Italien, au lieu d’œuvrer à la recherche d’un compromis. Faut-il en conclure que le légat s’est laissé influencer par une sorte de tribun extrémiste24 ? Ce serait oublier, d’une part, que Capistran portait le titre d’inquisiteur général – et avait donc quelque légitimité à intervenir sur une position dogmatique ferme25 –, d’autre part, que le problème ne se posa pas uniquement en termes d’influence interpersonnelle, mais aussi de rapport de force et de « climat ». Dans une lettre du 11 janvier 1453 adressée au cardinal protecteur de l’Ordre franciscain, Enea Silvio Piccolomini eut au sujet de Capistran des mots qui méritent d’être cités : Frater Iohannes homo Dei est, populi Germaniae quasi prophetam eum habent. Posset, cum vellet, elevato digito, magnam turbam facere26. Le même exhorta le prédicateur italien, en juillet 1454, à se rendre deux mois plus tard à la diète de Francfort, parce qu’il fondait d’importants espoirs sur sa force de conviction : Ibi ego te magnopere esse cuperem, ut torpentes excitares animos tua vivaci facundia27.

  • 28 Comme l’a bien souligné J. W. Stieber, Pope Eugenius IV, the Council of Basel and the Secular and E (...)

11Il faut avoir à l’esprit l’hostilité très forte des clercs et nobles allemands à l’égard de Rome au milieu du xve siècle, sentiment qu’avait exacerbé la signature du concordat de 1448. Il faut aussi avoir à l’esprit que la légation de Nicolas de Cues fut loin de susciter l’enthousiasme et d’emporter l’adhésion : c’était sa crédibilité même en tant que champion de la réforme de l’Église qui était en cause aux yeux de tous ceux qui, partisans du concile de Bâle et de ses ambitions réformatrices, l’avaient trouvé face à eux, après son changement de bord, au cours de la décennie 144028. Dans ces conditions, le charisme et l’influence de Capistran, fondés notamment sur une pastorale du miracle, pouvaient avoir du bon. Le tout était de s’en accommoder.

Le diplomate et l’inquisiteur, ou comment travailler avec Capistran

  • 29 Frater Capistranus thut wondir und nemlichen bat der etlicbe merkliche miracula gethon zcu Eysteten (...)
  • 30 Lettre éditée dans AM, p. 152-154. Edmond Vansteenberghe (Le cardinal…, op. cit. n. 1, p. 221) écri (...)
  • 31 AM, p. 153 : Neque religiosus fr. Ioannes de Capistrano, vir utique zelum Dei habens cum scientia, (...)

12Le juriste Laurent von Blumenau de Dillingen, membre de l’Ordre Teutonique, se fit l’écho de l’effet que produisait l’action de Capistran. Dans une lettre adressée au grand maître de l’Ordre le 23 juillet 1452, il relata rapidement ce que l’évêque d’Eichstätt lui-même avait dit au Cusain au sujet des miracles du franciscain italien, qui avait honoré l’invitation de Jean von Eych lors de sa visite à Nuremberg (17 juillet-13 août 1452)29. Si ce témoignage est juste, il nous indique aussi que, concernant la question bohémienne, le Cusain n’était pas mécontent de son séjour à Ratisbonne. Les diplomates utraquistes ne voulant discuter qu’en Bohême et le légat pontifical exigeant au préalable une reconnaissance totale de l’autorité de l’Église en matière de foi, les deux camps s’étaient accordés pour qu’une rencontre intervînt à Eger le 16 octobre. La lettre que Nicolas de Cues adressa le 27 juin aux peuples de Bohême et de Moravie montre qu’il croyait encore que l’entente était possible sur la base des Compactats, dont seule l’interprétation de certains prêtres était source d’hérésie30. Elle montre également qu’il voulait « calmer le jeu » en infléchissant la ligne dure dont Capistran, qu’il cita nommément, venait de se faire le héraut31. C’est dire combien le fil sur lequel tentait de se maintenir le Cusain était mince, coincé qu’il était entre la recherche du compromis avec les Tchèques et la nécessité de ne pas attiser le mécontentement allemand, notamment par d’excessives concessions faites au parti bohémien ; coincé qu’il était, aussi, entre les exigences de sa mission réformatrice dans l’Empire et celles de son intervention dans la controverse religieuse liée à l’utraquisme ; coincé qu’il était, enfin, entre un rôle relevant à bien des égards de la diplomatie – Piccolomini, d’ailleurs, veillait au grain – et les fonctions d’un gardien de l’orthodoxie catholique, bref d’un inquisiteur, que Jean de Capistran avait sans aucun doute moins de difficultés que lui à exercer.

  • 32 AM, p. 230, signalée dans PC, p. 362, no 444.
  • 33 Une lettre envoyée le 11 juin par l’évêque Zbigniew d’Olesnica à Jean de Capistran fait état de cet (...)

13La lettre que Nicolas de Cues adressa à Capistran deux ans après la rencontre de Ratisbonne, depuis la même cité bavaroise, le 28 mai 1454, éclaire son attitude envers le franciscain italien : il l’exhortait à faire de son mieux pour restaurer la paix entre la Prusse et la Pologne, sinon il serait impossible de monter une armée puissante contre les Turcs32. Capistran était alors sur le chemin du retour à Breslau, après son long séjour à Cracovie. Le 6 mars avait été signé un acte d’incorporation de la Poméranie et de la Prusse à la Couronne polonaise. En réaction, le Saint-Siège avait lancé le 21 mai un appel ordonnant aux Prussiens de se replacer sous l’autorité de l’Ordre Teutonique. De deux choses l’une, qui ne sont d’ailleurs pas incompatibles et peuvent faire deux choses en une : soit Nicolas de Cues, sur la foi des rumeurs qui circulaient ou d’éléments assurés, voulait ramener Capistran dans un rôle de pacificateur plus que de « va-t-en-guerre », soit il était conscient du pouvoir de persuasion et de l’influence du réformateur franciscain, et jouait cette carte-là, quelle que fût son opinion sur le personnage, comme il s’était accommodé de son activisme du printemps 1452. La conclusion d’une paix entre la Pologne et les Teutoniques faisait aussi l’objet, au moment où Nicolas de Cues écrivit à Capistran, des efforts diplomatiques de Ladislas de Bohême, dont les légats rencontrèrent Casimir Jagellon à Toruń peu avant le 11 juin 145433.

  • 34 Voir Hofer, « Johannes von Capestrano… », loc. cit. n. 29, p. 201-218 ; l’auteur souligne notamment (...)
  • 35 Au moins quatre lettres rapportent cette rumeur ou la nécessité pour Capistran de se dédouaner : vo (...)
  • 36 Voir Weber, Des Franciscaners Johannes von Capistrano Mission…, op. cit. n. 15, p. 30, et édition d (...)
  • 37 JK, t. 2, p. 272.
  • 38 Dans une lettre adressée le 16 septembre 1454 depuis Munich, Capistran écrivit à Ladislas qu’il ser (...)
  • 39 Hofer, « Johannes von Capestrano… », loc. cit. n. 29, p. 207-208.

14Le dossier des relations du franciscain italien avec les membres de l’ordre militaire allemand, ouvert autrefois par Hofer34, ne nous intéresse que pour ce qu’il nous dit de son « obsession bohémienne » et de la façon dont son rôle diplomatique a pu être envisagé. Jean de Capistran dut en effet faire face aux rumeurs insinuant qu’il avait incité le roi Casimir à annexer la Prusse35. Une telle accusation avait probablement été nourrie par son long séjour à Cracovie, alors qu’à la fin du mois de juin 1453, peu avant son départ de Breslau pour la Pologne, il avait argué de son implication dans le problème bohémien et de son état physique – il était effectivement tombé malade au printemps – pour décliner l’invitation du grand maître de l’Ordre Teutonique à venir en Prusse afin d’apaiser les tensions entre les chevaliers et les villes, et de répandre la parole de Dieu36. Au retour de Cracovie, lorsqu’il s’arrêta de nouveau à Breslau le 29 mai 1454 à la demande du nouveau roi de Bohême, Ladislas, Capistran y trouva un contexte bien particulier. Les autorités urbaines, relayant l’opinion de la population, refusaient d’envoyer des représentants à Prague pour prêter hommage à Ladislas ; elles arguaient de la tradition qui voulait que l’hommage fût rendu lors de la première visite du souverain dans la cité37. Tout en soutenant les habitants, Capistran se garda de souffler sur les braises et de déclencher une crise qui n’aurait pas été dans l’intérêt de son action au service de l’Observance franciscaine, rendue déjà compliquée par les tensions ethniques et l’existence d’un mouvement réformateur plus modéré, nourri, en Silésie et surtout en Haute-Lusace, par la volonté d’autonomie à l’égard de la Couronne de Bohême38. De fait, il y aurait à dire sur le succès de Capistran comme réformateur ou fondateur de couvents en terre germanique, qui ne fut pas à la hauteur de celui qu’il obtint comme prédicateur, pasteur et thaumaturge. Il est significatif que Hans von Baysen, familier du grand maître passé dans l’opposition ouverte à l’Ordre Teutonique avant de diriger la Ligue prussienne, ait souhaité bénéficier des pouvoirs miraculeux de Capistran, rencontré à Breslau à l’été 1453, afin d’être libéré d’une maladie contractée deux ans auparavant. On lui reprocha, du même coup, d’avoir cherché à obtenir le soutien du franciscain contre l’État teutonique39.

  • 40 Voir R. Zavalloni, « San Giovanni da Capestrano et la “cultura francescana della pace” », Antonianu (...)
  • 41 Sur l’action pacificatrice de Capistran à Nuremberg, voir JK, t. 2, p. 150 et p. 157-161.

15La conscience que pouvait avoir Nicolas de Cues de l’influence et du charisme de Capistran auprès des princes et des populations se discerne également dans le fait qu’il l’encouragea à œuvrer à la recherche d’une paix dans le conflit entre Nuremberg et le margrave Albert « Achille » de Brandebourg-Ansbach. Nicolas connaissait les affaires de la cité de Franconie, puisqu’il y avait précédé de quinze mois l’observant italien, sans parvenir à régler le contentieux. La prédication de ce dernier sur la paix, cinq jours durant, au tout début du mois d’août 1452, est à replacer dans une culture franciscaine de la pacification qui mettait en œuvre, depuis le xiiie siècle, usages de la parole, disciplinamento et immixtion dans les affaires juridico-politiques de la Cité40. Cette prédication fut accompagnée de tractations en « terrain neutre » – le 2 août à l’abbaye de Pillenreuth, à mi-chemin entre Nuremberg et Schwabach – dans des pièces séparées. Capistran y servit d’intermédiaire entre les représentants des deux partis, puis il se déplaça auprès d’Albert à Schwabach. Mais ces efforts achoppèrent sur le versement d’une indemnité, exigé par le margrave, refusé par le Conseil de ville41. Dès lors, la dynamique des négociations était cassée et il fallut se résoudre à un constat d’échec.

  • 42 Voir J. Kist, « Der hl. Johannes Kapistran und die Reichsstadt Nürnberg », Franziskanische Studien,(...)
  • 43 La lettre adressée le 19 mars 1453 par Capistran à Philippe le Bon pour satisfaire la demande des G (...)

16Incontestablement, il y avait de la part des villes de l’Empire une demande de médiation, qui était étroitement liée à l’attente de la parole du prédicateur, a fortiori lorsque celui-ci était réputé pour ses pouvoirs thaumaturgiques. Le ton ayant été donné dès le passage de Capistran à Vienne, au début de l’été 1451 ; Nuremberg s’était ainsi mise très tôt sur les rangs pour le recevoir, comme l’attestent la correspondance échangée par les consuls avec le franciscain et, pour les faire patienter, la lettre de confraternité qu’il leur avait accordée dès le 16 juillet42. De cet homme qui, entre les miracles effectués sur les reliques de Bernardin de Sienne – tout récemment canonisé – et sa propre réputation, évoluait d’ores et déjà sur les rivages de la « sainteté », on attendait à l’évidence une action globale adossée, pour ainsi dire, à sa prise de parole. On ne voulait pas seulement, et sans doute pas prioritairement, qu’il s’occupât de régler les problèmes de la ville avec les princes environnants. La demande d’intervention était fondée sur un « capital-confiance » dans la crédibilité que le réformateur était censé avoir auprès d’un puissant personnage. Un exemple très clair nous en est fourni par la démarche qu’aurait effectuée Capistran, en mars 1453, en faveur des bourgeois de Gand auprès du duc de Bourgogne pour inciter celui-ci à la clémence43.

17Homme de consensus et pacificateur, Nicolas de Cues intervint également, lors de sa légation, dans le règlement de certains conflits. Mais l’on a le sentiment que cette action a résulté avant tout de l’autorité qu’il détenait, et qui lui était attribuée dans les affaires de l’Église. Au sein des gouvernements communaux, sa pensée politique avait ce qu’il fallait pour entrer en résonance avec les aspirations du temps. Il est clair, toutefois, que le Cusain avait conçu sa légation avant tout dans un souci de pasteur et de réformateur, un souci de soin des âmes. L’enjeu n’est pas, ici, d’évaluer en termes de « succès » ou d’« échecs » son action sur les deux terrains du pastorat et de la diplomatie ; il s’agit seulement de souligner ce que la seconde devait au premier, à partir du moment où le diplomate avait choisi de faire œuvre de pasteur, dans un contexte où plus que jamais, sur le plan de la crédibilité et de la confiance – de la créance –, un prélat romain n’avait plus grand-chose à perdre et – par ce que l’on peut appeler, faute de mieux, le charisme – beaucoup à gagner. De ce point de vue, il a sans doute manqué à Nicolas de Cues, pour faire comme Capistran, de faire vraiment du Capistran. Cerner ce qui, dans ce domaine, distinguait les deux hommes nécessiterait de délaisser le terrain de la diplomatie et des relations entre puissances pour tracer quelques lignes de partage ayant trait notamment à la concession de bénéfices spirituels, à l’usage de la parole et à la conception du miraculeux.

  • 44 Voir AC, Lieferung 3a, no 1610 (p. 1066-1068).

18Parcours croisés ? Parcours décroisés, plutôt, tant l’on a le sentiment que Nicolas de Cues et Jean de Capistran ont davantage cherché à ne pas être trop gênés l’un par l’autre plutôt qu’à coordonner leur action. Fonctions croisées, surtout, sur une frontière floue entre la diplomatie et l’action pastorale, voire inquisitoriale. Il n’y a pourtant pas à douter que le Cusain ait été considéré comme un diplomate, en tout cas par celui qui l’envoyait en mission : le 13 août 1451, Nicolas V le nomma légat pour l’Angleterre, afin d’aboutir à une paix avec le royaume de France, en parallèle avec le cardinal Guillaume d’Estouteville44. Lui-même, toutefois, ne semble pas avoir distingué son activité diplomatique et son action de réformateur. Cela tient à la fois à sa personnalité, au fait que le pape nommait des hommes qui lui étaient proches, à la difficulté qu’il pouvait y avoir encore, au milieu du xve siècle, à dissocier les sphères du politique et du religieux ; à l’importance enfin, en Europe centrale, des tensions liées à l’ecclésiologie comme à la spiritualité pour les principaux dossiers diplomatiques. Dans le contexte orageux de l’espace germanique, ce sont les miracles de Capistran, malgré les vives critiques que sa pastorale thaumaturgique suscita, qui firent réellement son influence. Dans le jeu des puissants, le diplomate-réformateur, Nicolas de Cues, dut ainsi compter avec ce réformateur pas toujours diplomate qui, par son influence ou son adversité, était devenu un acteur à part entière des relations entre pouvoirs. Les appels à la réforme de l’Église, voire à une véritable régénération sociale, la parole publique et violente ont pu entrer en résonance avec les insatisfactions et les espoirs d’une population particulièrement sensibilisée à l’irruption du changement religieux. Toutefois, ce n’est pas cette action qui a empêché de s’accentuer le divorce, latent au milieu du xve siècle, entre l’Église germanique et la papauté. À terme, au contraire, l’Observance franciscaine sub vicariis, si étroitement liée et identifiée au pouvoir pontifical, contribuait de façon non négligeable à préparer son propre rejet et celui de tout un pan de l’Église romaine.

Notas

1 E. Vansteenberghe, Le cardinal Nicolas de Cues (1401-1464). L’action – La pensée, Paris, 1920, rééd., Genève, 1974, p. 218.

2 Voir notamment Nicolas de Cues, penseur et artisan de l’unité. Conjectures, concorde, coïncidence des opposés, dir. D. Larre, Lyon, 2005.

3 Lettre du 9 septembre 1439, signalée par G. Gál, J. M. Miskuly, « A Provisional Calendar of St. John Capistran’s Correspondence », Franciscan Studies, 49 (1989), p. 255-345, ici p. 298, no 129.

4 Sur Jean de Capistran, voir JK, biographie totalement revue et corrigée par Ottokar Bonmann. Celui-ci avait en projet l’édition de la correspondance de Capistran, pour laquelle il avait rassemblé un important matériau conservé aujourd’hui au Franciscan Institute de St. Bonaventure University (NY) et grâce auquel Gedeon Gál et Jason M. Miskuly ont pu établir une liste de 667 lettres envoyées et reçues par le réformateur italien, avec un court résumé : voir G. Gál, J. M. Miskuly, « A Provisional Calendar of St. John Capistran’s Correspondence », Franciscan Studies, 49 (1989), p. 255-345 ; 50 (1990), p. 323-389 ; 52 (1992), p. 283-327. C’est sur cet inventaire qu’il faut pour le moment se fonder, en attendant qu’aboutisse, on l’espère, un projet d’édition coordonné par Letizia Pellegrini.

5 Voir l’article de Colette Beaune, « Chrétienté et Europe : le projet de Georges de Podiebrad au xve siècle », Chrétiens et sociétés. xvie-xxie siècles, 1 (1994), p. 35-56, consacré à la confédération de princes européens que le roi de Bohême proposa de créer en 1462-1464, dans un contexte de rivalité avec la croisade contre les Turcs organisée à la même époque par le pape Pie II.

6 Sur l’itinéraire de Nicolas de Cues pendant sa légation, voir J. Koch, Nikolaus von Cues und seine Umwelt. Untersuchungen zu Cusanus-Texte, IV, Briefe. Erste Sammlung, Heidelberg, 1948, p. 111-152 ; et, plus récemment, E. Meuthen, « Das Itinerar der deutschen Legationsreise des Nikolaus von Kues 1451/1452 », Papstgeschichte und Landesgeschichte. Festschriftfür Hermann Jakobs zum 65. Geburstag, dir. J. Dahlhaus, A. Kohnle, Cologne-Weimar-Vienne, 1995, p. 473-502. L’itinéraire de la Légation est également présenté dans AC, sous forme d’un calendrier (no 964) et d’une carte. Voir aussi E. Meuthen, « Die deutsche Legationsreise des Nikolaus von Kues 1451/1452 », Lebenslehren und Weltentwürfe im Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit, dir. H. Boockmann, B. Moeller, K. Stackmann, Gottingen, 1989, p. 421-499.

7 Sur le voyage de Capistran, une mise au point fondamentale reste celle de K. Elm, « Johannes Kapistrans Predigtreise diesseits der Alpen (1451-1456) », Lebenslehren und Weltenwürfe…, op. cit. n. 6, p. 500-519, repris dans Id., Alla sequela di Francesco d’Assisi. Contributi di storia francescana, Assise, 2004, p. 381-405.

8 Voir H. Lippens, « S. Jean de Capistran en mission aux Etats bourguignons, 1442-1443. Essai de reconstitution de ses voyages et négociations à l’aide de documents inédits », Archivum Franciscanum Historicum, 35 (1942), p. 113-132 et 254-295.

9 On notera la tournure utilisée par le franciscain Nicolas Glassberger dans sa chronique, postérieure de quelques années au voyage de Capistran : Cum his igitur beatus Pater ex missione Apostolica Theutoniam ingressus, per Carinthiam et Styriam venit in Austriam. Cui sacerdotes etplebes cum Sanctorum reliquiis obviaverunt eumque velut Apostolicae Sedis Legatum et Dei nuntium susceperunt (Chronica Fratris Nicolai Glassberger Ordinis Minorum Observantium, éd. dans Analecta Franciscana, t. 2, Quaracchi, 1887, p. 334. C’est moi qui souligne). Sur les légats pontificaux à la fin du Moyen Âge, et notamment Nicolas de Cues, voir la mise au point de W. Maleczek, « Die päpstlichen Legaten im 14. und 15. Jahrhundert », Gesandtschafts- und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, dir. R. C. Schwinges, K. Wriedt, Ostfildern, 2003, p. 33-86 ; ainsi que B. Studt, « Legationen als Instrumente päpstlicher Reform- und Kreuzzugspropaganda im 15. Jahrhundert », Formen und Funktionen öffentlicher Kommunikation im Mittelalter, dir. G. Althoff, Stuttgart, 2001, p. 421-453, en part. p. 437-438 pour la légation de Nicolas de Cues.

10 Itinéraire détaillé dans JK, t. 1, p. 520-529.

11 On peut comptabiliser les mentions que chacun de ces personnages a faites de l’autre dans une lettre ou un document. Voir AC, Lieferung 3a : sur l’ensemble des documents rassemblés (plus d’un millier), pas une seule occurrence. AC, Lieferung 3b : sur près de 800 documents, huit lettres de Capistran évoquent le Cusain, qui l’a mentionné une seule fois dans une missive et une autre fois en chaire.

12 Lettre du 22 décembre 1453 éditée dans AM, p. 193-194, et signalée dans PC, p. 357, no 427.

13 PC, p. 357, no 426, 13 décembre 1453.

14 PC, p. 338, no 354.

15 PC, p. 341-342, no 367. La lettre est éditée dans F. C. R. Weber, Des Franciscaners Johannes von Capistrano Mission unter den Hussiten, 1451-1453, Leipzig, 1867, p. 49 sq.

16 PC, p. 364, no 451, lettre adressée à l’évêque de Cracovie le 23 juin 1454.

17 Lettre du 26 juillet 1454 éditée dans AM, p. 234-235, et signalée dans PC, p. 368, no 464.

18 A. Bauch, « Zur Kapistranforschung in Franken », Jahrbuch für fränkische Landesforschung, 26 (1966), p. 2-3, avec éd. p. 6-8 ; lettres signalées dans PC, p. 324, no 304, et p. 333, no 337. La lettre du 14 décembre 1451 figure aussi dans AC, Lieferung 3b, p. 1359-1360, no 2100.

19 Lettre éditée dans AM, p. 154-157, et signalée dans PC, p. 335, no 346, ainsi que dans AC, Lieferung 3b, p. 1394-1395, no 2163 (avec édition partielle à partir de Wadding).

20 AC, Lieferung 3b, p. 1227, no 1910, lettre de Capistran à Rokycana, 19 octobre 1451, dans laquelle il est clairement précisé que le cardinal de Saint-Pierre-aux-Liens exerce la fonction de légat pontifical (qui legacionis apostolice officio fungitur).

21 Ibid., p. 1389, no 2156.

22 Lettre éditée dans AM, p. 149-152, ici p. 151, et signalée dans PC, p. 340, no 363.

23 Lettre à l’évêque Jacques de Trèves, 20 mars 1452, éditée partiellement dans AC, Lieferung 3b, p. 1538-1539, no 2410. Nicolas précise qu’il a l’intention de poursuivre son chemin à travers l’Allemagne, si les affaires bohémiennes ne l’en empêchent pas : si in negocio Bohemie non impediar, intendo continuare iter… (ibid., p. 1538). Il y a dans ces quelques mots, me semble-t-il, l’expression de ce qui constituait la priorité du Cusain et, par là même, le distinguait de Capistran, pour qui l’extinction de l’utraquisme était un objectif majeur.

24 Comme l’a écrit W. Baum, « Nikolaus von Kues und Enea Silvio Piccolomini – eine Humanistenfreundschaft ? », Nicolaus Cusanus zwischen Deutschland und Italien, dir. M. Thurner, Berlin, 2002, p. 326-327.

25 Capistran avait conscience de la légitimité et de l’efficacité qu’il tirait du titre d’inquisiteur général. Il écrivit ainsi à Nicolas V, dans la lettre du 6 janvier 1452, que, sans les lettres pontificales le confirmant dans cette fonction depuis Martin V, il aurait pénétré en vain en Bohême et Moravie (AM, p. 156).

26 Chronica Fratris Nicolai Glassberger…, op. cit. n. 9, p. 346.

27 Lettre du 26 juillet 1454, éd. dans AM, p. 235, signalée dans PC, p. 368, no 464. Dans cette lettre où il assure Capistran de son estime, Piccolomini souligne très clairement quelle est ta priorité à ses yeux : c’est à Francfort, face aux princes susceptibles de se croiser contre les Turcs, que le franciscain sera le plus utile, non à Prague ou même en Hongrie. Quelques mois plus tard, le légat pontifical Jean, évêque de Pavie, écrivit à Capistran qu’il espérait qu’il serait présent à la diète de Wiener Neustadt pour prêcher la croisade (lettre du 8 mars 1455, éd. dans AM, p. 283, signalée dans PC, p. 385, no 520). Autre témoignage de confiance dans la force de persuasion de Capistran, la lettre dans laquelle le cardinal-légat Jean de Carvajal lui écrivit, le 7 décembre 1455, qu’il croyait comme le pape en l’efficacité de sa prédication de croisade, mais que Calixte III souhaitait que leurs efforts fussent mieux coordonnés, AM, p. 302-303, signalée dans Gál, Miskuly, « A Provisional Calendar… », loc. cit. n. 4, 52 (1992), p. 298, no 577. Incontestablement, Carvajal, comme d’autres, était plus à l’aise avec le héraut de la lutte contre les Turcs qu’avec l’adversaire intransigeant de l’utraquisme. À la même époque, ou presque, Capistran exhortait encore le pape à ne pas confirmer les Compactais, contrairement à ce qu’il semblait enclin à faire. Le franciscain italien tenait l’information de Carvajal en personne, voir la lettre à Calixte III du 24 mars 1456, éd. dans AM, p. 368-369, signalée dans Gál, Miskuly, « A Provisional Calendar… », loc. cit. n. 4, 52 (1992), p. 307, no 606. Même discours, mais à Enea Silvio Piccolomini cette fois-ci, dans une lettre du 7 avril 1456, éd. dans AM, p. 369-370, mais datée du 8 avril, signalée dans Gál, Miskuly, « A Provisional Calendar… », loc. cit. n. 4, 52 (1992), p. 309-310, no 615.

28 Comme l’a bien souligné J. W. Stieber, Pope Eugenius IV, the Council of Basel and the Secular and Ecclesiastical Authorities in the Empire. The Conflict over Supreme Authority and Power in the Church, Leyde, 1978, p. 340-341.

29 Frater Capistranus thut wondir und nemlichen bat der etlicbe merkliche miracula gethon zcu Eysteten, alz der here bisschoff von Eistetyn meinen heren Cardinal [Cusanus] geβagt bat do seyne vetirlikeit selbist ane und obir ist gewesen. Mein here der legat was nest zcu Reynsburg mit den bemschen hem und hat meynen heren von Auspurg geβagt, das dy sachen der Behemen itzunt yn gutten puntten sten und hoffit das es gut sal werden und dor umme ist frater Jo. Capistranus eylende itzunt yn dryn tagen geczogen von Nurenberg an dy grenczen von Behemen, cité par J. Hofer, « Johannes von Capestrano und der Deutsche Ritterorden », Franziskanische Studien, 26 (1939), p. 202. Nous avons mis des majuscules aux noms de lieux.

30 Lettre éditée dans AM, p. 152-154. Edmond Vansteenberghe (Le cardinal…, op. cit. n. 1, p. 221) écrit que le légat considérait les Compactats « comme un instrument de paix définitive ».

31 AM, p. 153 : Neque religiosus fr. Ioannes de Capistrano, vir utique zelum Dei habens cum scientia, nec alius quisquam asserit Compactationes haeresim in se continere, sed constanter negatur, in eis talia concedi, quae vobis falso suggeruntur. Poteritis, si volueritis, ex Compactationibus ipsis seductores vestros facile convincere…

32 AM, p. 230, signalée dans PC, p. 362, no 444.

33 Une lettre envoyée le 11 juin par l’évêque Zbigniew d’Olesnica à Jean de Capistran fait état de cette rencontre : voir PC, p. 362-363, no 447.

34 Voir Hofer, « Johannes von Capestrano… », loc. cit. n. 29, p. 201-218 ; l’auteur souligne notamment les projets formés, dès l’été 1451, par des dignitaires de l’Ordre Teutonique, pour que Capistran vienne en Prusse.

35 Au moins quatre lettres rapportent cette rumeur ou la nécessité pour Capistran de se dédouaner : voir AM, p. 228-229, signalée dans PC, p. 374, no 487 (lettre de Capistran à Nicolas V, 13 octobre 1454) ; AM, p. 229, signalée dans PC, p. 378, no 498 (lettre de Capistran à l’archevêque de Mayence, 26 novembre 1454) ; PC, p. 383, no 514 (lettre de Jean Dlugoss à Capistran, 24 janvier 1455) et no 515 (lettre d’un franciscain polonais à Capistran, 24 janvier 1455).

36 Voir Weber, Des Franciscaners Johannes von Capistrano Mission…, op. cit. n. 15, p. 30, et édition de la lettre de Capistran au Grand Maître (Breslau, 27 juin 1453) p. 63-64. Lettre signalée dans PC, p. 354, no 415.

37 JK, t. 2, p. 272.

38 Dans une lettre adressée le 16 septembre 1454 depuis Munich, Capistran écrivit à Ladislas qu’il serait à la fois dangereux et injuste de traiter la capitale silésienne, qui lui avait toujours été fidèle, avec plus de fermeté qu’il ne traitait les Bohémiens hérétiques (la lettre est contenue dans München, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 14134, fol. 329v-330v, et signalée dans JK, t. 2, p. 273, ainsi que dans PC, p. 373, no 482). Mais au début de l’été, lorsqu’il était à Breslau, il était resté assez réservé dans son soutien aux habitants (voir la lettre du 14 juin 1454, éditée dans AM, p. 242, signalée dans PC, p. 363, no 448). Il les pensait dans leur droit, souhaitait la venue du roi en Silésie, mais ce qui lui importait avant tout, c’était l’avènement sur le trône de Bohême d’un souverain catholique.

39 Hofer, « Johannes von Capestrano… », loc. cit. n. 29, p. 207-208.

40 Voir R. Zavalloni, « San Giovanni da Capestrano et la “cultura francescana della pace” », Antonianum, 61 (1986), p. 520-539 ; l’auteur a le mérite de souligner, chez ce religieux condottiere, la place du désir de paix et de la recherche de la concorde.

41 Sur l’action pacificatrice de Capistran à Nuremberg, voir JK, t. 2, p. 150 et p. 157-161.

42 Voir J. Kist, « Der hl. Johannes Kapistran und die Reichsstadt Nürnberg », Franziskanische Studien, 16 (1929), p. 193-215.

43 La lettre adressée le 19 mars 1453 par Capistran à Philippe le Bon pour satisfaire la demande des Gantois n’existe apparemment qu’en traduction française : elle est citée par Hugolinus Lippens (« S. Jean de Capistran en mission… », loc. cit. n. 8, p. 279), qui édite la missive envoyée par la duchesse Isabelle à Capistran le 21 août 1453 (ibid., p. 295), en réponse à une autre lettre du franciscain italien. Seule la lettre d’Isabelle figure dans PC, p. 355, 418.

44 Voir AC, Lieferung 3a, no 1610 (p. 1066-1068).

Notas finales

1 Abréviations utilisées dans la suite de l’article : AC pour Acta Cusana. Quellen zur Lebensgeschichte des Nikolaus von Kues, dir. E. Meuthen, B. I, Lieferung 3a (janvier 1451-5 septembre 1451) et Lieferung 3b (5 septembre 1451-mars 1452), Hambourg, 1996 ; AM pour L. Wadding, Annales Minorum seu Trium Ordinum a S. Francisco institutorum, t. 12, 1448-1456, Florence-Quaracchi, 1932 ; JK pour J. Hofer, Johannes Kapistran. Ein Leben im Kampf um die Reform der Kirche, Rome-Heidelberg, 1964-1965 ; PC pour G. Gál, J. M. Miskuly, « A Provisional Calendar of St. John Capistran’s Correspondence », Franciscan Studies, 50 (1990), p. 323-389.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search