Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Enjeux et contextes

Ambassades byzantines en Occident (xive-xve siècles) : nouvelles perspectives sur les processus diplomatiques et leurs acteurs

Byzantine Embassies in the West (14th-15th centuries): New Perspectives on the Diplomatic Process and Those who Took Part in It

Élisabeth Malamut

Résumé

L’article présente une étude des relations diplomatiques entre Byzance et la papauté et le concile de Bâle du milieu du xive siècle, à la veille du concile de Florence. Il s’efforce, à travers une étude très précise des ambassades et des dossiers diplomatiques, d’analyser d’abord le personnel diplomatique, son origine ethnique et sociale, ses compétences linguistiques, ses affinités avec le catholicisme et de comprendre ensuite le processus diplomatique depuis les instructions données aux ambassadeurs dans le palais impérial jusqu’au rapport des ambassadeurs. L’intérêt de l’article est de montrer l’évolution en un siècle à la fois du personnel diplomatique et des demandes qui sont le reflet de l’évolution politique et sociale de l’Empire.

Texte intégral

1Au milieu du xive siècle, deux questions dominaient les rapports de Byzance avec l’Occident : l’union des Églises et l’aide que pouvait apporter l’Occident à Constantinople contre les Turcs. C’est l’occasion de tenter une nouvelle approche des ambassades byzantines auprès de la papauté et du concile de Bâle, par une étude des processus diplomatiques en jeu et de leurs acteurs, ambassadeurs, porteurs de lettres et envoyés spéciaux. Nous examinerons successivement les ambassades d’Anne de Savoie en 1343, de Jean Cantacuzène en 1347-1348, de Jean V Paléologue en 1369 et de Jean VIII à partir de 1417, jusqu’au concile de Florence.

Les ambassades d’Anne de Savoie auprès de la papauté

  • 1 Jean XXII avait envoyé une lettre en 1334 à Anne où il la félicitait de vouloir convertir son épou (...)
  • 2 F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des ostromischen Reiches, t. 5, Regesten von 1341-1453, Mun (...)
  • 3 Voir la lettre du pape confiée à Barthélemy de Rome et adressée au mégaduc Apokaukos, lui demandan (...)
  • 4 Il y eut néanmoins quelques difficultés pendant la minorité d’Amédée VI, car la cour de Savoie dev (...)
  • 5 Clément VI, Lettres closes…, op. cit. n. 2, col. 229, no 492.

2La régence d’Anne de Savoie (1341-1347) illustre la corrélation entre un changement de règne et le recrutement d’un corps diplomatique spécifique. En effet, après la mort de l’empereur Andronic III en juin 1341, sa veuve, régente au nom de son fils Jean V, âgé de onze ans, dirige la politique extérieure. Emportée par la guerre civile, elle se tourne résolument vers l’Occident pour faire contrepoids à son adversaire Jean Cantacuzène, qui s’appuie essentiellement sur les Turcs. Or, cette impératrice d’origine savoyarde a conservé des liens étroits avec la papauté1. Quand elle entreprend des négociations avec le pape Clément VI, elle utilise principalement les membres de sa suite, qui l’avaient accompagnée à Constantinople en 1326, ainsi que son entourage franciscain. En août 1343, les lettres du jeune empereur Jean V et de la basilis sont portées au pape Clément VI en Avignon par Philippe de Saint-Germain, miles de Savoie, les franciscains Manente et Corrado de Péra, et un Génois de Péra pour solliciter l’aide contre les Turcs2. De même, Barthélemy de Rome, « homme vénérable », ecclésiastique et docteur, est un intermédiaire extrêmement efficace3. Tout un réseau se crée entre la papauté et la cour byzantine, relayé par la Maison de Savoie où règnent Edmond, demi-frère d’Anne, jusqu’en 1343, puis son neveu Amédée VI, le Comte Vert4, et les représentants de la Curie. Il faut souligner le rôle important d’Isabelle de La Rochette, une grande noble savoyarde, qui a suivi Anne depuis Chambéry en 1326. Le pape lui écrit en octobre 1343 pour gagner le soutien byzantin à la croisade qu’il organise contre l’émir d’Aydin, Umur Pasha. La lettre est portée par Barthélemy de Rome et Philippe de Saint-Germain5.

  • 6 Andronic III avait déjà su utiliser les réseaux formés par son mariage pour se tourner vers la pap (...)
  • 7 Voir n. 4.
  • 8 Clément VI, Lettres closes…, op. cit. n. 2, col. 206, no 406.
  • 9 Ibid., col. 232, no 490.
  • 10 Ioannis Cantacuzeni…, op. cit. n. 2, III, 87, t. 2, p. 539-540.

3Les informations tirées des lettres pontificales sont claires : la Maison de Savoie est une cellule diplomatique au sein de la cour byzantine sous la régence6. Les réponses de Clément VI, expédiées à Byzance le 21 et le 27 octobre 1343, et les Mémoires de Jean Cantacuzène nous permettent de connaître l’objet de l’ambassade dépêchée par Anne de Savoie et le contenu des lettres byzantines remises au Saint-Siège7. Le jeune basileus, Jean Paléologue, demandait l’envoi d’une flotte et d’une armée contre les Turcs8. Anne de Savoie rappelait au Saint-Siège qu’elle avait été élevée dans les lois et les mœurs des Latins ; elle reconnaissait les dogmes de l’Église romaine et l’autorité du pape ; ce n’était que par contrainte qu’elle avait dû embrasser la foi orthodoxe. Elle demandait au pape de lui porter secours contre ses ennemis, dont le principal était Jean Cantacuzène, proclamé empereur en 1341 à Didymoteichon, et elle assurait qu’une fois la victoire remportée sur ses ennemis, elle amènerait son peuple à se convertir9. Aux dires de Cantacuzène, qui cherche toujours à exonérer Anne de Savoie de toute responsabilité dans la guerre civile, ce serait le grand duc de la flotte, Apokaukos, son ministre, qui aurait dicté cette lettre à la régente pour la compromettre10. Ces informations, qui nous permettent de comprendre les grandes lignes de la politique d’Anne de Savoie, sont néanmoins dépourvues de réelle précision sur les démarches des ambassadeurs que nous connaissons sous le règne de son successeur, Jean VI Cantacuzène.

L’ambassade de 1347-1348 auprès du pape Clément VI

  • 11 Pour les fonctions de ces personnages, voir R. J. Loenertz, « Ambassadeurs grecs auprès du pape Cl (...)
  • 12 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 178-196. Voir aussi Prosopographisches Lexi (...)
  • 13 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 180-184.
  • 14 Document III, 1. 71-75, voir Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 188.
  • 15 Ibid., p. 184-186.
  • 16 Ibid., p. 186-188.

4L’ambassade comprenait trois ambassadeurs byzantins : le protovestiarite et chef de l’ambassade Georges Spanopoulos, le grand interprète Nicolas Sigéros et François de Perthuis, miles, un chevalier auvergnat passé au service de Byzance, auxquels se joignit Barthélemy de Rome11. Ils portaient trois documents qui ont été conservés12. Ceux-ci sont écrits en latin, sans que nous sachions s’il existait une version grecque. Le premier est le procès-verbal des conclusions auxquelles sont parvenus Barthélemy de Rome et Jean Cantacuzène au terme de leurs entretiens du 1er septembre au 9 octobre 1347, document qui servit d’instructions aux ambassadeurs présents13 et qui fut remis au pape dans le plus grand secret14. Le second document est la lettre impériale datée du 22 septembre 134715. Le troisième est le rapport des ambassadeurs byzantins remis au pape Clément VI16. Ces documents font connaître le but de l’ambassade et les différentes strates du processus diplomatique.

  • 17 Ioannis Cantacuzeni…, op. cit. n. 2, IV, 9, t. 3, p. 53.
  • 18 Ibid., IV, 9, t. 3, p. 54 (nuit du 2 au 3 février 1347).

5Dans ses Mémoires, Cantacuzène dit que le but de l’ambassade était de dissiper les rumeurs qui avaient couru sur son compte pendant la guerre civile, au sujet de son amitié supposée avec les Turcs qu’il avait employés dans son armée et qui avaient causé beaucoup de maux dans l’Empire17. Or, Cantacuzène affirme avoir été contraint de recourir à ce moyen pendant la guerre civile, sans entretenir avec les Turcs de liens d’amitié. Les ambassadeurs eurent alors la surprise de constater que le pape savait tout cela. Devant leur étonnement, le pape répondit qu’il était redevable de cette information à Isabelle de Savoie, qui s’était réfugiée en Avignon, quand Cantacuzène était entré à Constantinople18. Désormais empereur de Byzance, Cantacuzène voulait prendre part à la campagne organisée par le pape et les souverains d’Occident contre les infidèles, car il serait particulièrement heureux « de la ruine des Barbares et de leur destruction », et non seulement il faciliterait le « passage », mais encore il prendrait une part active et personnelle à l’armée de croisade.

  • 19 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 181.
  • 20 Ibid., p. 182.
  • 21 Ibid., p. 183. Jean V Paléologue est encore mineur en 1348 : selon les conventions passées lors de (...)
  • 22 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 183, l. 75-79.
  • 23 Ibid., l. 85-87.
  • 24 Ibid., l. 95-99.
  • 25 Depuis l’hiver 1342-1343 quand Umur quitte Smyrne pour défendre Didymoteichon, capitale des Cantac (...)

6Le premier document commence par rappeler les liens qui unissent depuis longtemps Cantacuzène à certains membres de la Curie, Barthélemy de Rome et Barthélemy de Thomari, qui accompagnent les ambassadeurs byzantins auprès du pape19. Ensuite, le document énumère les objectifs de l’ambassade et les dispositions à prendre, à commencer par l’obéissance envers l’Église romaine, « comme fait le roi de France ». C’est pourquoi Cantacuzène promet de réunir un concile, dont l’Empire, bien différent du glorieux empire passé, ne pourra assumer tous les frais. Se pose également la question du lieu du concile : les Byzantins préfèrent qu’il se tienne à Constantinople, mais, si le pape préfère Négrepont ou Rhodes, l’empereur est prêt à l’envisager20. Ensuite est évoquée la nécessité pour l’empereur de disposer d’une force armée pour réduire les opposants, car tous les Grecs ne veulent pas adhérer à la foi romaine21. Le synode sera présidé par le légat du pape et les deux empereurs, Cantacuzène et Jean V22. L’empereur a donc prévu d’unir sa compagnie à celle du pape et du dauphin de Vienne, et même de combattre en personne contre les Turcs. Il est décidé de toute son âme à venger le Christ à Jérusalem23. Il souhaite que ses armes remportent davantage de succès en un mois contre les Turcs que n’en ont remporté en un an les capitaines de la présente armée24. Par Turcs, Cantacuzène entend expressément l’émirat d’Aydin, dont le chef Umur Pacha était pourtant son plus fidèle allié depuis de nombreuses années25.

  • 26 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 184, l. 1-3.
  • 27 Ibid., p. 185, l. 39-40.
  • 28 Ibid., p. 186, l. 4-5.

7Le second document est une lettre de Cantacuzène à Clément VI, datée du 22 septembre 1347, écrite en latin dans la chancellerie impériale et proche dans sa teneur des Mémoires de l’empereur. En effet, s’il s’adresse au pape comme « pontife très digne de la très sainte et universelle Eglise de Rome26 », Cantacuzène ne parle ni du projet d’union ni des pourparlers pour la tenue du concile : lieu, frais, force armée, etc. Il ne parle que du « saint passage » et de son désir de participer à la nouvelle croisade contre les Turcs, qu’il a dû différer à cause de la guerre civile27. Surtout, il sous-entend des instructions orales à ses ambassadeurs qui ont toute sa confiance, les trois ambassadeurs byzantins, mais également Barthélemy de Rome et Odon, évêque de Chios, qui étaient présents lors des entretiens à Constantinople28.

  • 29 Ibid., p. 191, 194.
  • 30 Ibid., p. 186.
  • 31 Ibid., p. 187, l. 30-33.
  • 32 Ibid., l. 37-41.
  • 33 Ibid., l. 55-60.

8Enfin, le troisième document est le rapport daté du 5 mars 1348 que les ambassadeurs grecs ont remis au pape Clément VI en Avignon29. Les ambassadeurs transmettent la requête de l’empereur de participer au saint passage contre les Turcs infidèles, soit au « Grand » avec quinze à vingt mille hommes, soit au « Petit » avec quatre mille hommes30. Les ambassadeurs évoquent ensuite l’union des Églises, mais comme dépendant de la croisade qui libérerait une partie du territoire byzantin31. Cette chronologie des opérations reviendra sans cesse par la suite : les Byzantins subordonnent l’union à la croisade, et la papauté envisage un processus inverse, d’abord l’union, puis la croisade. Cette union ne pouvait être décidée que par un concile œcuménique32. En revanche, le rapport des ambassadeurs grecs passe sous silence toutes les modalités de ce concile, qui avaient été évoquées dans les conversations privées. Il mentionne seulement la nécessité de convier les représentants des Églises orientales orthodoxes et, en conséquence, le devoir de débourser des frais dont l’Empire est incapable33. En conclusion, le rapport est dit conforme aux instructions reçues de l’empereur par écrit et par oral, ce qui est globalement exact.

  • 34 Malamut, « De 1299 à 1451… », loc. cit. n. 11, p. 98. Les grands interprètes sont à la fois traduc (...)

9Cet ensemble de documents s’avère donc très précieux. Leur analyse permet de mieux connaître le processus des démarches diplomatiques depuis les tractations secrètes au palais impérial en passant par la lettre diplomatique, issue de la chancellerie, jusqu’au rapport des ambassadeurs au souverain étranger – ici le pape –, document plus abouti que les précédents. Pour en revenir maintenant aux acteurs de cette ambassade, une partie d’entre eux sont hérités du règne précédent. Un certain renouvellement se produit néanmoins avec l’arrivée de nobles byzantins quelque peu éclipsés sous la régence d’Anne de Savoie, comme Nicolas Sigéros, qui joue un grand rôle dans les affaires concernant l’union, sous le règne de Jean V Paléologue, successeur de Cantacuzène. Grand interprète en Avignon, il est l’ami de Pétrarque et le préposé aux relations diplomatiques avec Venise34.

L’ambassade conduite par Jean V Paléologue à Rome en 1369 : le tournant pro-occidental de l’Empire

  • 35 S. Mergiali-Sahas, « A Byzantine Ambassador to the West and his Office during the Fourteenth and F (...)

10Jean V Paléologue, qui accéda au pouvoir après le retrait de Cantacuzène, a sûrement été influencé par sa mère Anne de Savoie. Son objectif pendant toute sa vie a été de réaliser l’union. En contrepartie, il cherchait à obtenir des secours de l’Occident contre les Turcs. Mais Jean V n’établissait pas de corrélation entre l’union et la tenue d’un concile œcuménique. Pendant son long règne (1354-1391), il n’utilisa pas moins de vingt-sept ambassadeurs pour ses relations avec l’Occident35. On trouve peu d’hommes d’Église, excepté Paul de Smyrne, légat du pape puis patriarche latin de Constantinople. Les ambassadeurs sont surtout des laïcs de noble lignage, connaissant le latin pour la plupart et ayant des sympathies pour le catholicisme, auquel certains d’entre eux se convertirent. Il faut surtout relever une figure, celle de Démétrius Cydonès, qui marqua l’ensemble de la diplomatie de Jean V jusqu’en 1371.

  • 36 Sur Paul de Smyrne, plus tard patriarche latin de Constantinople, voir O. Halecki, Un empereur de (...)
  • 37 Pour le chrysobulle assorti d’un serment daté du 15 décembre 1355, voir A. Theiner, F. Miklosich, (...)
  • 38 F. Kianka, Demetrius Cydones (c. 1324-c. 1397) : Intellectual and Diplomatic Relations between Byz (...)
  • 39 F. Kianka, « The Apology of Demetrius Cydones : A Fourteenth Century Autobiographical Sources », B (...)
  • 40 Démétrius Cydonès, Correspondance, t. 2, éd. R. J. Loenertz, Cité du Vatican, 1960 (Studi e Testi, (...)
  • 41 Discours de Démétrius Cydonès adressé à ses concitoyens en août 1366, PG, t. 154, col. 972-976, vo (...)
  • 42 Mergiali-Sahas, « A Byzantine Ambassador to the West… », loc. cit. n. 35, p. 594 ; Kianka, « Byzan (...)
  • 43 Mergiali-Sahas, « A Byzantine Ambassador to the West… », loc. cit. n. 35, p. 596.
  • 44 Pour la conversion de Jean V et les sources s’y rapportant, voir Kianka, « Byzantine-Papal Diploma (...)
  • 45 Dölger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3115 ; voir Halecki, Un empereur de Byzance à Rome…, op. cit.(...)

11Une première tentative infructueuse de négociations avec la papauté se situe en 1355, peu de temps après l’intronisation de Jean V, dans un contexte de panique : les Turcs viennent de s’établir à Gallipoli et contrôlent désormais le passage d’Asie en Europe. Datés du 15 décembre, des lettres patentes et un chrysobulle sont portés au pape Innocent VI en Avignon par l’évêque Paul de Smyrne36 et le grand hétériarque Nicolas Sigéros. Jean V demande au pape de lui confier le commandement des forces chrétiennes qui participeraient à la croisade. Il exige quinze galères avec cinq cents cavaliers et cinq autres avec mille fantassins. En échange, son fils Manuel resterait à Rome comme otage. Jean V promet aussi la conversion de son peuple à la foi catholique dans les six mois37. Comme Avignon n’avait pas les moyens d’offrir l’assistance militaire, préalable à la conversion des Byzantins, on en resta là. Dès 1356, Démétrius Cydonès devint le ministre principal de l’empereur, son mésazôn38. D’origine thessalonicienne, il venait d’une lignée de diplomates – son père avait été ambassadeur auprès du khan de la Horde d’Or – et avait demandé aux dominicains de Péra de lui enseigner le latin pour pouvoir se passer d’interprète lors de la venue d’ambassadeurs occidentaux39. Épris de la philosophie de Thomas d’Aquin, il traduisit le Contra gentiles et la Summa theologiae en grec et, dès 1357, se convertit au catholicisme40. Il voyait dans l’Occident, et notamment dans Rome, la mère de la « Nouvelle Rome », la plus grande source de secours pour Byzance menacée par les Turcs. Il remettait en cause la pensée byzantine dominante, la certitude d’une supériorité sur l’Occident, et prêchait pour instaurer des valeurs identiques à celles des Romains41. De son côté, l’empereur tenait à son idée : il voulait faire le voyage de Rome, se soumettre personnellement au pape et lui demander des secours. Ainsi Démétrius Cydonès fut-il le nœud des relations de Jean V avec la papauté. Il pouvait s’appuyer sur un réseau solide de partisans de l’union, qui furent autant d’ambassadeurs au service de Jean V : des Occidentaux, comme le Génois Michel Malaspina42, ou des Byzantins catholiques, comme Georges Manikaïtès, qui joua un grand rôle dans les relations de Louis de Hongrie et de Jean V auprès du pape en Avignon43. Cydonès encouragea l’empereur dans son projet de voyage personnel auprès du pape, qui ferait de l’empereur un prince catholique, aux dépens de la réunion d’un concile œcuménique, projet que défendaient Paul de Smyrne et l’ex-empereur Cantacuzène. Jean V pensait que sa conversion personnelle lui apporterait l’aide militaire des autres princes catholiques44. Une ambassade byzantine, conduite par l’évêque latin Paul de Thèbes et Amédée de Savoie, le Comte Vert, accompagnés de huit clercs et laïcs, partit en juin 1367 et se rendit à Viterbe (octobre 1367), où se trouvait alors Urbain V, pour annoncer l’intention de l’empereur de se rendre en personne à Rome, afin d’accomplir l’union45.

  • 46 François Gattilusio était considéré par l’empereur et le pape comme un fidèle partisan de l’union, (...)
  • 47 Il est probable qu’ils furent en réalité choisis par Cydonès, voir ibid., p. 595 ; Kianka, « Byzan (...)
  • 48 Il écrit à son frère : « Tout ici m’est désagréable, parce que je prends à cœur le destin de mon p (...)
  • 49 Dolger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3122.
  • 50 Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 199-200.
  • 51 Il convient de rappeler les retournements successifs de la position de Cydonès, voir É. Malamut, « (...)
  • 52 Sur ce sujet, voir Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 211 sq.

12C’est ainsi qu’au printemps 1369, Jean V quitta Constantinople. Dans sa suite, on pouvait compter son beau-frère, François Gattilusio, seigneur de Lesbos46, Démétrius Paléologue, le grand domestique, et Constantin Asen, un parent de l’empereur, tous amis de Cydonès47. Ce dernier, en venant à Rome, avait deux buts : tenter d’obtenir les secours pour sa patrie et fréquenter les hommes savants de la Curie, qu’il admirait, et en premier lieu Urbain V. Si Cydonès fut heureux de ces contacts, le but principal du voyage en revanche échoua48. Certes, l’empereur se convertit à la religion romaine par un chrysobulle assermenté, daté du 18 octobre 136949, mais la papauté était incapable, en une époque de crise, de fournir une aide financière. Français et Anglais étaient engagés dans la guerre de Cent Ans. Gênes et Venise se disputaient la suprématie économique sur la Méditerranée. Le royaume de Chypre, depuis l’assassinat de Pierre Ier (1369), était plongé dans le désordre50. Aussi ce voyage fut-il un échec. Démétrius Cydonès fut écarté au profit d’une politique pro-turque qui, après la grande défaite des Serbes à la Maritsa (26 septembre 1371), parut la seule façon d’éviter le pire51. Cydonès a été le personnage central de la diplomatie pro-occidentale de Jean V Paléologue dans sa tentative de résistance aux Turcs52. Au-delà du personnel diplomatique nombreux qui servait les intérêts de l’Empire en Occident, c’est Cydonès qui a inspiré une réelle politique étrangère que la diplomatie a servie.

Jean VIII, la papauté et les conciliaires de Bâle : l’union au centre de la politique

  • 53 Les Mémoires du GrandEcclésiarque de l’Eglise de Constantinople, Sylvestre Syropoulos sur le conci (...)
  • 54 Dölger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3316 ; Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 13, p. 115. Cette m (...)
  • 55 Epistolae Pontificiae ad conciliumflorentinum spectantes éd. G. Hofmann, t. 1, Epistolae Pontifici (...)
  • 56 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 15, p. 117.

13À partir du règne de Jean VIII, les ambassades doubles, envoyées par l’empereur et le patriarche, se sont généralisées. La raison en est simple : le principal objectif de la diplomatie de ce temps est de réaliser enfin l’union des Églises. Nous avons la chance, pour rendre compte des tractations, de disposer des Mémoires d’un fonctionnaire du patriarcat, l’ecclésiarque Sylvestre Syropoulos, qui commence son récit par le menu avec l’année 141653. Notre étude embrasse la décennie 1426-1437, qui commence avec l’exercice effectif du pouvoir par Jean VIII et va jusqu’à la veille du concile de Florence. La question principale est de savoir qui va assumer les frais de la réunion d’un tel concile, et, s’il se fait en Italie comme le pape le demande, comment et avec quels fonds transporter les Byzantins jusqu’au lieu du concile, les entretenir une fois réunis et assumer parallèlement la défense de Constantinople en l’absence du souverain et d’une grande partie de son personnel. Ce furent les préalables posés par les ambassadeurs byzantins au pape Martin V au printemps 1426. Les Byzantins exigeaient trois cents arbalétriers et trois galères pour garder la Ville et cinq ou six navires pour le transport des membres du concile54. En plus, il fallait les sommes correspondant aux frais d’entretien, soit 75 000 florins. En 1426, Byzance ne désespérait pas que le concile fût tenu à Constantinople, aussi les instructions étaient de demander le plus possible « pour refroidir les ardeurs des cardinaux à nous attirer là-bas [en Italie] ». André Chrysobergès, un dominicain, grec de naissance, né à Constantinople, mais qui avait fait ses études à Padoue et savait mieux le latin que le grec, servait d’intermédiaire entre le pape et l’empereur55. Néanmoins, de retour à Constantinople, ses relations avec l’empereur se gâtèrent : après s’être déclaré partisan de la tenue d’un concile en Italie, l’empereur faisait marche arrière, sans doute sous la pression du patriarche. On retira à Chrysobergès sa mission, ce qui suscita de sa part de vives protestations56.

  • 57 Dans la famille lagaris, on trouve le grand stratopédarque Marc Paléologue lagaris, envoyé par Jea (...)
  • 58 Février-mars 1430 : Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 16, p. 119 ; Dölger, Regesten…, op. cit. n. (...)

14L’empereur reprit les tractations quatre ans plus tard, en 1430, et choisit comme ambassadeurs auprès du pape Marc Iagaris, grand stratopédarque57, et l’higoumène du Pantocrator, Macaire Makros. Ils étaient porteurs de lettres impériales et patriarcales et d’instructions orales58. Une partie des négociations restait secrète :

  • 59 Ibid.

À la vérité, dit Syropoulos, nous n’avons pas été informés dans le détail des questions que ces messagers étaient chargés de traiter, pas plus que nous n’avons pu savoir le contenu des lettres expédiées d’ici ou venues de là-bas59.

  • 60 Dölger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3431 ; Darrouzès, Les régestes…, op. cit. n. 58, no 3337.
  • 61 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 17, p. 119.
  • 62 Ibid., II, 18, p. 121.
  • 63 Ibid., II, 19, p. 121, 123.

15Évoquant les préparatifs pour la dernière ambassade à Martin V, qui n’atteignit jamais son but du fait de la mort du pape (20 février 1431)60, Syropoulos dit que l’empereur convoqua une partie du clergé patriarcal avec le patriarche, les higoumènes des deux grands monastères (des Manganes et des Xanthopouloi), les deux mésazôns et les ambassadeurs dans le palais de sa mère Hélène Dragas61. Syropoulos ne fut pas convoqué et souligne à nouveau le côté partiellement secret de ces préparatifs et des lettres impériales et patriarcales62. Néanmoins, il a lu une note du registre patriarcal qui faisait part de la crainte du patriarche que le concile fût tenu en Italie et que la charge de tous les frais revînt aux Latins, « comme à des employeurs », alors que l’empereur pouvait organiser une collecte parmi les invités, visant là les représentants des Églises orientales orthodoxes63.

  • 64 Ibid., II, 20 ; Darrouzès, Les régestes…, op. cit. n. 58, no 3341.
  • 65 V. Laurent, « Le dernier gouverneur byzantin de Constantinople. Démétrius Paléologue Métochite, gr (...)
  • 66 Jean Dishypatos qui se trouvait parmi les ambassadeurs à Bâle avait deux frères, Georges et Manuel (...)
  • 67 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 23, p. 129 ; Darrouzès, Les régestes…, op. cit. n. 58, no 3342  (...)
  • 68 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 23, p. 129.
  • 69 Ibid., II, 26, p. 131. Le chrysobulle est distinct des lettres patentes qu’ont présentées les amba (...)
  • 70 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova etamplissima collectio, t. 29, Venise, 1788, col. 92-96. Vo (...)
  • 71 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 26, p. 131.
  • 72 Ibid., II, 27, p. 131, 133.

16En 1432-1433, parallèlement à l’ambassade envoyée au pape Eugène IV, qui fut fraîchement reçue64, les Byzantins envoyèrent une ambassade au concile de Bâle, composée de deux laïcs, Démétrius Paléologue Métochitès, alors grand stratopédarque65, Jean Dishypatos, son gendre, grand hétériarque66, et d’un homme d’Église, Isidore, higoumène du monastère Saint-Démétrius de Constantinople et plus tard métropolite de Kiev. Les Byzantins préféraient jouer sur les deux tableaux, pape et concile. Syropoulos nous apprend que les ambassadeurs étaient porteurs de lettres impériales et patriarcales67, qu’ils avaient, de plus, reçu des instructions et qu’enfin ils pouvaient « conclure un accord », c’est-à-dire promettre que l’empereur, le patriarche et les chefs de l’Église orientale se rendraient là où les conciliaires décideraient de tenir le concile œcuménique, s’ils obtenaient « ce dont ils avaient commission », c’est-à-dire les fonds nécessaires pour le concile68. Les Pères acceptèrent de couvrir les frais pour sept cents personnes du côté byzantin. Pour confirmer le serment, les ambassadeurs donnèrent le chrysobulle qu’ils avaient reçu de l’empereur69. Les Pères du concile publièrent alors un nouveau décret (7 septembre 1434), Sicut Pia Mater, sur les tractations avec les Grecs70. Puis solennellement ils reçurent les lettres des Byzantins et remirent les leurs71. Il était question d’organisation militaire, notamment pour la garde de la Ville, et les conciliaires envoyèrent en conséquence trois députés à Constantinople72.

17C’est en rentrant de Bâle en 1435 que les ambassadeurs byzantins parurent divisés. L’higoumène ayant été écarté de certaines négociations, le patriarche était mécontent. Alors l’empereur réunit les ecclésiastiques au patriarcat et déclara :

  • 73 Ibid., II, 31, p. 135.

Dans les accords, il y a des parties concernant les relations extérieures et la politique qui, si elles n’étaient pas tenues secrètes, nous causeraient du tort. Quel besoin, en effet, que vous entendiez parler de navires, d’arbalétriers et autres choses que nous nous procurons pour notre sécurité et celle de la Ville ? Pour les répandre d’ici, les révéler à l’ennemi et pousser celui-ci à marcher contre nous ? Il me paraît bon qu’ils ne soufflent mot de ces matières qui, pour vous, ne sont d’aucune nécessité et qui n’avanceraient pas les affaires ecclésiastiques73.

  • 74 Les trois envoyés de Bâle qui portèrent le décret à Constantinople étaient Jean de Raguse, Henri M (...)
  • 75 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 50, p. 159.
  • 76 Ibid., II, 45, p. 153 ; 48, p. 155, 157.

18Par ailleurs, le préambule du décret se révéla inacceptable pour les Byzantins dans la mesure où il évoquait l’« hérésie des Grecs » de manière comparable à l’« hérésie des hussites », condamnée à Bâle74. Il fallut donc en écrire un autre. La nouvelle version proposée par les délégués de Bâle eut l’accord des Byzantins, qui s’étaient assurés de la bonne traduction en conviant les Génois, les Vénitiens, les Catalans et les Amalfitains qui habitaient Constantinople « pour leur lire le nouveau préambule75 ». C’est alors que les Byzantins posèrent trois nouvelles exigences, à savoir que le pape ou son représentant fût présent au concile, qu’un sauf-conduit fût accordé aux Byzantins dans tous les royaumes et territoires à traverser et que le retour fût assuré aux Byzantins par une clause spéciale ajoutée au nouveau décret, ce que refusèrent les conciliaires76. Par ailleurs, les Byzantins continuaient à vouloir laisser une partie des négociations secrètes, toujours pour la même raison, et c’est ce qu’ils répondirent aux délégués de Bâle, qui avaient perdu leurs secrétaires en route et qui avaient voulu prendre avec eux un secrétaire génois de Péra, ce que les Byzantins ne pouvaient admettre :

  • 77 Ibid., II, 46.

Nous voulons, nous, que tout ce que nous avons dit et tout ce que nous avons entendu de vous reste secret. Comment pourrions-nous admettre à des conversations secrètes un étranger au sujet duquel nous n’avons pas d’assurance ? Pour qu’il les donne en pâture à la foule77 ?

19On connaît la suite : les Byzantins se rallièrent au pape comme la majorité des conciliaires et le pape transféra le concile de Ferrare à Florence.

20Les différents documents étudiés permettent de relever une constante : les membres du personnel diplomatique en exercice auprès des autorités religieuses d’Occident étaient latinophones et souvent enclins au catholicisme. On constate néanmoins une évolution certaine : alors qu’au milieu du xive siècle, il s’agissait de Savoyards dévoués à l’impératrice ou d’ecclésiastiques attachés à la Curie, progressivement le recrutement s’est fait au sein de l’aristocratie byzantine, puis parmi des intellectuels et des philosophes que l’on peut qualifier d’humanistes, une élite qui domine le concile de Florence en 1439. L’analyse des dossiers diplomatiques permet de relever une fois de plus leur diversité, depuis la lettre diplomatique relativement sèche jusqu’aux instructions écrites ou orales, qui étaient très détaillées et comportaient des clauses progressives, selon l’accord ou non des parties. Dès le milieu du xive siècle est posée la question du lieu de réunion du concile œcuménique et de la prise en charge des dépenses. Mais l’évolution après un siècle est nette sur plusieurs points : il n’est plus question de subordonner l’union des Églises à la croisade. Alors que Cantacuzène avait assez d’influence pour prétendre être le chef de ladite croisade, Jean VIII présente une série de requêtes concernant la défense de Constantinople, qui risque de tomber aux mains des Turcs en son absence. Ces demandes sont assez détaillées pour devoir être tenues secrètes jusqu’au sein même du personnel diplomatique. Ainsi le monde de la diplomatie reflète-t-il de façon plus large l’état de la société byzantine et la nature de son élite.

Notes

1 Jean XXII avait envoyé une lettre en 1334 à Anne où il la félicitait de vouloir convertir son époux à la foi romaine : Salvabitur vir infidelis per mulierem fidelem, voir Raynaldus Odoricus, Annales ecclesiastici, an. 1333/4, éd. A. Theiner, Bar-le-Duc, 1870. Il est vrai que cette rumeur assez peu vraisemblable était colportée par l’entourage franciscain de l’impératrice à la cour.

2 F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des ostromischen Reiches, t. 5, Regesten von 1341-1453, Munich-Berlin, 1965, no 2890 ; Clément VI, Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France publiées ou analysées d’après les registres du Vatican, éd. E. Déprez, fasc. 1, Paris, 1901, col. 207, 228 ; Ioannis Cantacuzeni eximperatoris historiarum libri 4 : graece et latine, III, 87-88, éd. L. Schopen, Bonn, 1828-1832, t. 2, p. 539-540 : « grammata de la basilis au pape ».

3 Voir la lettre du pape confiée à Barthélemy de Rome et adressée au mégaduc Apokaukos, lui demandant de revenir à l’unité de l’Église : Clément VI, Lettres closes…, op. cit. n. 2, col. 207-208.

4 Il y eut néanmoins quelques difficultés pendant la minorité d’Amédée VI, car la cour de Savoie devait faire face aux appétits angevins, voir S. Origone, Giovanna di Savoia alias Anna Paleologina Latina a Bisanzio (c. 1306-c. 1365), Milan, 1998, p. 125.

5 Clément VI, Lettres closes…, op. cit. n. 2, col. 229, no 492.

6 Andronic III avait déjà su utiliser les réseaux formés par son mariage pour se tourner vers la papauté, voir Benoît XII, Lettres closes et patentes intéressant les pays autres que la France publiées ou analysées d’après les registres du Vatican, éd. J. M. Vidal, fasc. 1, Paris, 1913, nos 1199, 1200, 1201.

7 Voir n. 4.

8 Clément VI, Lettres closes…, op. cit. n. 2, col. 206, no 406.

9 Ibid., col. 232, no 490.

10 Ioannis Cantacuzeni…, op. cit. n. 2, III, 87, t. 2, p. 539-540.

11 Pour les fonctions de ces personnages, voir R. J. Loenertz, « Ambassadeurs grecs auprès du pape Clément VI, 1348 », Orientalia Christiana Periodica, 19 (1953), p. 189-196 ; É. Malamut, « De 1299 à 1451 au cœur des ambassades byzantines », Bisanzio, Venezia e il mondo franco-greco ( xiii-xv secolo). Atti del colloquio intemazionale organizzato nel centenario della nascita di Raymond-Joseph Loenertz, Venezia, 1-2 dicembre 2000, éd. Ch. A. Maltezou, P. Schreiner, Venise, 2002, p. 97 et n. 100.

12 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 178-196. Voir aussi Prosopographisches Lexicon der Palaiologenzeit, éd. E. Trapp, H. V. Beyer et al., I-XII, Vienne, 1976-1995, 26458 (Georges Spanopoulos), 25282 (Nicolas Sigéros).

13 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 180-184.

14 Document III, 1. 71-75, voir Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 188.

15 Ibid., p. 184-186.

16 Ibid., p. 186-188.

17 Ioannis Cantacuzeni…, op. cit. n. 2, IV, 9, t. 3, p. 53.

18 Ibid., IV, 9, t. 3, p. 54 (nuit du 2 au 3 février 1347).

19 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 181.

20 Ibid., p. 182.

21 Ibid., p. 183. Jean V Paléologue est encore mineur en 1348 : selon les conventions passées lors de l’intronisation de Cantacuzène, Jean V est reconnu second empereur, mais ne pourra régner qu’au bout de dix ans de règne de Cantacuzène.

22 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 183, l. 75-79.

23 Ibid., l. 85-87.

24 Ibid., l. 95-99.

25 Depuis l’hiver 1342-1343 quand Umur quitte Smyrne pour défendre Didymoteichon, capitale des Cantacuzénistes. Pour les relations d’Umur Pacha avec Cantacuzène, voir Le Destân d’Umûr Pacha, éd. I. Mélikoff-sayar, Paris, 1954, v. 1307-1866 ; P. Lemerle, L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident. Recherches sur « La Geste d’Umur Pacha », Paris, 1957, p. 224-226.

26 Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 184, l. 1-3.

27 Ibid., p. 185, l. 39-40.

28 Ibid., p. 186, l. 4-5.

29 Ibid., p. 191, 194.

30 Ibid., p. 186.

31 Ibid., p. 187, l. 30-33.

32 Ibid., l. 37-41.

33 Ibid., l. 55-60.

34 Malamut, « De 1299 à 1451… », loc. cit. n. 11, p. 98. Les grands interprètes sont à la fois traducteurs et rédacteurs d’actes envoyés aux étrangers. Ils sont largement recrutés parmi les Latins, voir Loenertz, « Ambassadeurs grecs… », loc. cit. n. 11, p. 194-196.

35 S. Mergiali-Sahas, « A Byzantine Ambassador to the West and his Office during the Fourteenth and Fifteenth Centuries : A Profile », Byzantinische Zeitschrift, 94 (2001), p. 588-604, ici p. 593.

36 Sur Paul de Smyrne, plus tard patriarche latin de Constantinople, voir O. Halecki, Un empereur de Byzance à Rome. Vingt ans de travail pour l’union des Eglises et pour la défense de l’empire d’Orient, 1355-1375, Varsovie, 1930, p. 36, 38.

37 Pour le chrysobulle assorti d’un serment daté du 15 décembre 1355, voir A. Theiner, F. Miklosich, Monumenta spectantia ad unionem ecclesiarum Graecae et Romande, Vienne, 1872, VIII, p. 29-33 ; Dölger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3052.

38 F. Kianka, Demetrius Cydones (c. 1324-c. 1397) : Intellectual and Diplomatic Relations between Byzantium and the West in the Fourteenth Century, Ph.D., Fordham Univ., 1981, ; Id., « Byzantine-Papal Diplomacy : The Role of Demerius Cydones », The International History Review, 7 (1985), no 2, p. 175-213 ; Mergiali-Sahas, « A Byzantine Ambassador to the West… », loc. cit. n. 35, p. 594-595.

39 F. Kianka, « The Apology of Demetrius Cydones : A Fourteenth Century Autobiographical Sources », Byzantine Studies, 7 (1980), p. 51-71. Le dominicain Philippe de Péra fait allusion à ce fidelis Graecus […] conversus adfidem qui l’aida dans la recherche d’ouvrages grecs pour élucider les origines du schisme, voir Id., « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 178-179.

40 Démétrius Cydonès, Correspondance, t. 2, éd. R. J. Loenertz, Cité du Vatican, 1960 (Studi e Testi, 208), p. 10 ; Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 179.

41 Discours de Démétrius Cydonès adressé à ses concitoyens en août 1366, PG, t. 154, col. 972-976, voir Halecki, Un empereur de Byzance à Rome…, op. cit. n. 36, p. 143-144.

42 Mergiali-Sahas, « A Byzantine Ambassador to the West… », loc. cit. n. 35, p. 594 ; Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 191-192.

43 Mergiali-Sahas, « A Byzantine Ambassador to the West… », loc. cit. n. 35, p. 596.

44 Pour la conversion de Jean V et les sources s’y rapportant, voir Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 194-196.

45 Dölger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3115 ; voir Halecki, Un empereur de Byzance à Rome…, op. cit. n. 36, p. 162-164.

46 François Gattilusio était considéré par l’empereur et le pape comme un fidèle partisan de l’union, voir Mergiali-Sahas, « A Byzantine Ambassador to the West… », loc. cit. n. 35, p. 594.

47 Il est probable qu’ils furent en réalité choisis par Cydonès, voir ibid., p. 595 ; Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 194.

48 Il écrit à son frère : « Tout ici m’est désagréable, parce que je prends à cœur le destin de mon pays et le rire de ses ennemis […] puisque je n’ai accompli ici aucune des choses pour lesquelles j’avais travaillé » (Démétrius Cydonès, Correspondance, op. cit. n. 40, lettre 39, p. 32-36). Pour son voyage en Italie, voir Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 198-199.

49 Dolger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3122.

50 Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 199-200.

51 Il convient de rappeler les retournements successifs de la position de Cydonès, voir É. Malamut, « Le discours de Démétrius Cydonès comme témoignage de l’idéologie byzantine vis-à-vis des peuples de l’Europe orientale dans les années 1360-1372 », Actes du colloque international Byzantium and East Central Europe (Cracovie 24-26 sept. 2000), dans Byzantina et Slavica Cracoviensia, 3 (2001), p. 203-219 ; Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 202, 205.

52 Sur ce sujet, voir Kianka, « Byzantine-Papal Diplomacy… », loc. cit. n. 38, p. 211 sq.

53 Les Mémoires du GrandEcclésiarque de l’Eglise de Constantinople, Sylvestre Syropoulos sur le concile de Florence 1438-1439, éd. V. Laurent, Paris, 1971.

54 Dölger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3316 ; Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 13, p. 115. Cette mission fait suite au voyage de Jean VIII en Occident (novembre 1423-décembre 1424).

55 Epistolae Pontificiae ad conciliumflorentinum spectantes éd. G. Hofmann, t. 1, Epistolae Pontificiae de rebus ante concilium florentinum gestis (1418-1438), Rome, 1940, no 24-25. Pour les origines et la carrière d’André Chrysobergès, voir R. J. Loenertz, « Les Dominicains byzantins Théodore et André Chrysobergès et les négociateurs pour l’Union de 1415 à 1430 », Archivum Fratrum Praedicatorum, 9 (1939), p. 5-61 ; Μ. H. Laurent, « L’activité d’André Chrysobergès o.p. sous le pontificat de Martin V (1418-1431) », Échos d’Orient, 35 (1936) p. 414-438. Syropoulos lui donne le titre d’archevêque de Rhodes qu’il n’acquit qu’en 1432.

56 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 15, p. 117.

57 Dans la famille lagaris, on trouve le grand stratopédarque Marc Paléologue lagaris, envoyé par Jean VIII auprès du pape Martin V en février 1430. Il avait lui aussi un frère, Andronic lagaris, que l’empereur Jean VIII emmena avec lui au concile de Florence, voir Prosopographisches Lexicon der Palaiologenzeit, op. cit. n. 12, 7811, 7808.

58 Février-mars 1430 : Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 16, p. 119 ; Dölger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3425 ; J. Darrouzès, Les régestes des actes du patriarcat de Constantinople, t. 1, Les actes des patriarches, fasc. 7, Les régestes de 1410 à 1453, Paris, 1991, no 3334.

59 Ibid.

60 Dölger, Regesten…, op. cit. n. 2, no 3431 ; Darrouzès, Les régestes…, op. cit. n. 58, no 3337.

61 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 17, p. 119.

62 Ibid., II, 18, p. 121.

63 Ibid., II, 19, p. 121, 123.

64 Ibid., II, 20 ; Darrouzès, Les régestes…, op. cit. n. 58, no 3341.

65 V. Laurent, « Le dernier gouverneur byzantin de Constantinople. Démétrius Paléologue Métochite, grand stratopédarque († 1453) », Revue des Études Byzantines, 15 (1975), p. 197-206.

66 Jean Dishypatos qui se trouvait parmi les ambassadeurs à Bâle avait deux frères, Georges et Manuel. Ils étaient en mission ensemble en Italie en décembre 1435 avec Garatoni, émissaire pontifical, pour informer le pape Eugène IV de l’entente des conciliaires sur la présence du pape au concile de Bâle, voir I. Djuriç, Le crépuscule de Byzance, Paris, 1996, p. 285. Sur Jean Dishypatos, voir aussi Malamut, « De 1299 à 1451… », loc. cit. n. 11, p. 107, et Prosopographisches Lexicon der Palaiologenzeit, op. cit. n. 12, 5537.

67 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 23, p. 129 ; Darrouzès, Les régestes…, op. cit. n. 58, no 3342 : le chrysobulle du 11 novembre 1433 est conservé en original. Il est bilingue.

68 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 23, p. 129.

69 Ibid., II, 26, p. 131. Le chrysobulle est distinct des lettres patentes qu’ont présentées les ambassadeurs en arrivant.

70 G. D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova etamplissima collectio, t. 29, Venise, 1788, col. 92-96. Voir J. Gill, Constance et Bâle-Florence, Paris, 1965, p. 345-347.

71 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 26, p. 131.

72 Ibid., II, 27, p. 131, 133.

73 Ibid., II, 31, p. 135.

74 Les trois envoyés de Bâle qui portèrent le décret à Constantinople étaient Jean de Raguse, Henri Menger et Simon Fréron. La réponse byzantine fut portée au concile par Henri Menger, voir Darrouzès, Les régestes…, op. cit. n. 58, no 3347 (26 novembre 1435).

75 Les Mémoires…, op. cit. n. 53, II, 50, p. 159.

76 Ibid., II, 45, p. 153 ; 48, p. 155, 157.

77 Ibid., II, 46.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search