Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Enjeux et contextes

Les ordres religieux militaires et la diplomatie

Formes et enjeux / Forms and Issues

The Military Religious Orders and Diplomacy

Kristjan Toomaspoeg

Résumé

L’article évoque les intenses missions et négociations « diplomatiques » effectuées par les ordres militaires, en partant de deux points de vue : dans un premier temps, il observe les activités menées par les ordres à leur propre compte et, ensuite, celles exercées au service des autres puissances. Avec l’aide de nombreux exemples concrets, il illustre le rôle, encore peu connu, des ordres dans le passage vers la diplomatie professionnelle de l’époque moderne et l’importance de leur contribution à la diplomatie médiévale, due à une série d’éléments comme les origines sociales des frères, leur expérience, leur connaissance des enjeux de l’Orient et de l’Occident, et leur discipline, qui firent d’eux d’excellents spécialistes et serviteurs des cours européennes.

Texte intégral

  • 1 J. Laszlowsky, « Crusades and Military Orders : State of Research », The Crusades and the Military (...)
  • 2 Voir, par exemple, I. Hlaváček, « Zur Rolle der geistlichen und ritterlichen Orden am Hofe der böh (...)
  • 3 Voir, par exemple, A. Demurger, Chevaliers du Christ, les ordres religieux-militaires au Moyen Age (...)
  • 4 M.-L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und päpstlichen Dienste », Festschrift Percy Ernst Sc (...)
  • 5 D. F. Allen, « The Order of St John as a “School for Ambassadors” in Counter-Reformation Europe »,(...)
  • 6 D. Carraz, « Pro servitio maiestatis nostre. Templiers et hospitaliers au service de la diplomatie (...)
  • 7 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England in the Twelfth and Thirteenth Centuri (...)
  • 8 P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la Couronne d’Aragon, 1415-1447, Mil (...)
  • 9 P. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume (...)
  • 10 Z. Hunyadi, « The Hospitallers in the Kingdom of Hungary : Commanderies, Personnel and a Particula (...)

1Depuis que la recherche sur l’histoire des ordres militaires au Moyen Âge est sortie de son isolement, il y a à peu près vingt ans, le sujet est progressivement devenu l’un des plus étudiés par les médiévistes, puisqu’il se développe au rythme annuel de 250 à 300 publications1. L’étude des rapports entre les ordres et les pouvoirs en Occident y est spécialement bien représentée, et elle a conduit à constater l’importance des frères dans certains secteurs clés de l’État, tels que l’administration des finances, les questions militaires et ce que nous appelons aujourd’hui les « relations internationales2 ». Dans le même temps, diverses monographies sur l’Orient latin et des études synthétiques sur l’histoire de ces ordres ont contribué à dépoussiérer l’appréhension des activités « diplomatiques » menées par les ordres pour leur propre compte3. Depuis les recherches de Marie-Luise Bulst-Thiele sur les Templiers et les Hospitaliers au service des rois d’Angleterre, de France et des papes des xiie et xiiie siècles4, jusqu’à l’étude menée par David Allen, qui fait de l’Ordre de Saint-Jean une « école d’ambassadeurs » dans l’Europe de la Contre-Réforme5, il existe désormais une série de travaux en constant renouvellement sur cette question. Damien Carraz a récemment étudié les Templiers et les Hospitaliers au service de la diplomatie des premiers rois angevins de Sicile6, et d’autres études, celles d’Helen Nicholson et Jürgen Sarnowsky sur l’Angleterre7, d’Alan Forey et Pierre Bonneaud sur l’Aragon8, de Philippe Josserand sur la Castille9, ou de Zsolt Hunyadi sur la Hongrie10, pour n’en citer que quelques-unes, consacrent des passages de grand intérêt aux missions que les frères remplirent au nom des princes d’Occident. Les notions de « diplomatie » et d’« activités diplomatiques » véhiculent certes quelques possibles anachronismes. Il convient donc de préciser qu’ici on s’intéressera aux missions et négociations effectuées par les ordres pour leur propre compte et au service des autres puissances, tout en sachant que servir les intérêts d’un quelconque souverain signifiait aussi défendre les intérêts de l’ordre dans le territoire placé sous son autorité.

Les caractères distinctifs d’une spécificité

  • 11 Voir, par exemple, A. Demurger, Vie et mort de l’Ordre du Temple, Paris, 1993, p. 55-62.
  • 12 R. Hiestand, « Die Anfànge der Johanniter », Die Geistlichen Ritterorden Europas, éd. J. Fleckenst (...)
  • 13 M. L. Favreau, Studien zur Frühgeschichte des Deutschen Ordens, Stuttgart, 1974 (Kieler historisch (...)
  • 14 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 290.
  • 15 Par exemple, l’Ordre de Saint-Thomas d’Acre, un petit ordre militaire anglais, créé à la fin du xi (...)

2La fondation des ordres militaires fait le plus souvent l’objet d’analyses où l’accent est mis sur des causalités religieuses et idéologiques, mais chacune d’elles profita tout autant d’un contexte politique favorable et toutes doivent beaucoup au soutien de la papauté et des pouvoirs laïcs en Occident et dans l’Orient latin, lui-même obtenu, pour une grande part, grâce aux efforts des fondateurs. Il est bien connu que le templier Hugues de Payns effectua plusieurs voyages en Europe, pour y favoriser une implantation plus rapide de son ordre11. Les Hospitaliers de Saint-Jean, qui, au même moment, s’émancipaient de la tutelle bénédictine, y envoyèrent diverses missions dans un but identique12. À la fin du xiie siècle, les frères de l’hôpital de Sainte-Marie-des-Teutoniques s’étaient fait représenter en premier lieu par des personnalités qui avaient présidé à la fondation de leur ordre, mais finirent par s’occuper eux-mêmes de leurs relations avec les principaux souverains européens13. Ces missions, qui s’appuyaient souvent sur les liens de parenté et les relations féodales des fondateurs, garantirent aux ordres une diffusion et un succès considérables en Europe et en Terre sainte. Dès leurs débuts, ils déléguèrent divers représentants auprès des cours laïques et de la Curie : le premier exemple documenté est celui du templier Evrard des Barres, compagnon du roi Louis VII à la croisade de 1147, puis envoyé par lui en ambassade à Constantinople14. Les missions personnelles des fondateurs et les envois de représentants temporaires ne sont pas des pratiques caractéristiques des seuls ordres militaires. Mais la centralisation qu’ils ont d’emblée mise en œuvre donna rapidement à leurs activités un impact plus fort que celui auquel parvenaient les autres fondations religieuses, au moins jusqu’à l’affirmation des ordres mendiants. Tous les ordres militaires, en outre, eurent des rapports avec les pouvoirs politiques. Il faut néanmoins distinguer les trois ordres majeurs, le Temple, l’Hôpital, l’Ordre Teutonique, des autres ordres qui ne furent jamais de véritables puissances internationales15.

  • 16 C’est à partir de cet événement que Jonathan Riley-Smith date le début de l’intervention des Hospi (...)
  • 17 Ibid., p. 148.
  • 18 Ibid., p. 127 et 129.
  • 19 Ibid., p. 147.

3Le rôle, les modalités et les lignes de conduite de la diplomatie des ordres subirent des changements très importants au cours des derniers siècles du Moyen Âge. Les Templiers et les Hospitaliers exercèrent, dès le milieu du xiie siècle, une grande influence sur la politique extérieure du royaume de Jérusalem. Rappelons un fait très connu : à l’origine de l’attaque menée en 1168 contre l’Égypte, on trouve le maître des Hospitaliers, Gilbert d’Assailly, ami du roi Amaury Ier et du patriarche de Jérusalem16. L’avis des Templiers, des Hospitaliers et des Teutoniques fut par la suite déterminant dans la diplomatie de l’Orient latin, notamment pour tout ce qui concernait les rapports avec les « Sarrasins17 ». Le Temple, l’Hôpital et l’Ordre Teutonique comptèrent parmi les principaux défenseurs de la Terre sainte, et leurs activités diplomatiques furent en grande partie déterminées par cette tâche. À cet effet, ils négocièrent et conclurent des traités avec les musulmans, pour maintenir certains équilibres politiques indispensables à la survie de la Terre sainte. En 1157, les Hospitaliers s’allièrent avec les musulmans et, en 1240, ils négocièrent directement avec l’Égypte. En 1248 et 1252, les Templiers négocièrent respectivement avec l’Égypte et avec Damas18. De plus, les maîtres des trois grands ordres agirent souvent en tant que médiateurs dans des conflits qui déchiraient le royaume de Jérusalem, comme en 1272, lorsque le roi Hugues se trouva en butte à l’opposition de ses barons19.

  • 20 Z. H. Nowak, « Die imperialen Vorstellungen Siegmunds von Luxemburg und der Deutsche Orden », Die (...)
  • 21 K. A. Fink, « Zum Streit zwischen dem Deutschen Orden und Polen auf den Konzilien zu Konstanz und (...)
  • 22 C. de Ayala Martínez, « Las Órdenes militares y los procesos de afirmación monârquica en Castilla (...)

4Le repli des Latins sur Chypre après la chute d’Acre et la suppression de l’Ordre du Temple furent à l’origine d’évolutions nouvelles. La diplomatie teutonique se concentra sur la défense des positions acquises en Prusse et sur la lutte contre les païens de la Baltique. La conversion des Lituaniens changea la donne, sans que la politique sigismondienne de défense de l’Europe contre les Ottomans ne constituât une véritable alternative dans les engagements de l’ordre20. Quant aux Hospitaliers, seuls à être présents en Méditerranée orientale, ils finirent par être l’avant-poste de la chrétienté face aux Turcs. Dans l’espace chrétien, ces deux ordres défendirent scrupuleusement leurs intérêts. Au concile de Constance (1414-1418), on vit ainsi les ambassadeurs et les juristes des Teutoniques s’opposer aux envoyés du roi de Pologne21. En revanche, les ordres de moindre envergure perdirent, entre 1250 et 1350, leur autonomie face aux administrations royales. Dans la péninsule Ibérique, les ordres, très présents dans les cours, furent conduits à se mettre au service des souverains22.

  • 23 Riley-Smith, The Knights of St. John…, op. cit. n. 16, p. 81-82.
  • 24 Ibid., p. 152-159 ; Chevalier, Les ordres religieux-militaires en Arménie…, op. cit. n. 3, p. 146 (...)
  • 25 K. Forstreuter, Der Deutsche Orden am Mittelmeer, Bonn, 1967 (Quellen und Studien zur Geschichte d (...)
  • 26 K. Toomaspoeg, « The Teutonic Order in Italy : An Example of the Diplomatic Ability of the Militar (...)
  • 27 Carraz, « Christi fideliter… », loc. cit. n. 6 ; K. Toomaspoeg, « Charles Ier d’Anjou, les ordres (...)
  • 28 J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, t. 2, Paris, 1970, p. 359-374. Toutefois, en 12 (...)
  • 29 J. Burgtorf, « Die Ritterorden als Instanzen zur Friedenssicherung ? », Jerusalem im Hochund Spätm (...)

5Malgré ces évolutions et à cause d’elles, trois éléments structurent les comportements diplomatiques des ordres : leur concurrence, le maintien d’étroites relations avec les pouvoirs politiques européens, de bonnes alliances avec les républiques marchandes. Pour défendre leurs intérêts, les ordres militaires construisirent en effet leurs réseaux de protecteurs et d’alliés en s’opposant aux réseaux déployés par les ordres rivaux. En 1185, durant le conflit pour la Couronne de Jérusalem, les Hospitaliers furent partisans de Raymond de Tripoli, tandis que les Templiers de Gérard de Ridefort choisirent Guy de Lusignan23. Au début du xiiie siècle encore, Hospitaliers et Teutoniques soutinrent, dans le comté d’Antioche, les droits de Raymond-Roupen et de Léon II d’Arménie, contre des Templiers qui préférèrent Bohémond de Tripoli24. Malgré des tentatives de pacification, les ordres restèrent divisés sur une série de questions relatives à la politique extérieure. Tous les ordres firent l’effort de maintenir de bons rapports avec la papauté, le seul pouvoir dont ils étaient censés relever, mais aussi avec les autres pouvoirs politiques. Les Teutoniques, par exemple, s’installèrent en Italie dans la première moitié du xiiie siècle, à la faveur de l’entente entre Frédéric II et la papauté25. Par la suite, ce contexte évolua d’une manière plutôt radicale. Mais les Teutoniques surent maintenir d’excellents rapports avec tous : ils devinrent des alliés des Angevins dans le royaume de Sicile, puis des Aragonais en Trinacrie, du pape dans l’État pontifical, puis, au xive siècle, des gibelins dans les villes d’Italie centrale26. Autre exemple : l’alliance des Templiers, des Hospitaliers et des Teutoniques avec Charles Ier d’Anjou après son couronnement comme roi de Jérusalem en 1277. Fruit d’intenses négociations, cette entente valut aux ordres de multiples difficultés dans leurs relations avec tous les pouvoirs qui s’opposaient aux Angevins, les contraignant à d’habiles jeux diplomatiques durant la croisade lancée contre Pierre III d’Aragon, après les Vêpres siciliennes27. Les alliances que les ordres négocièrent avec les républiques maritimes et marchandes leur montrèrent pourtant qu’il était illusoire de prétendre maintenir d’excellents rapports avec tout le monde : avec la guerre de Saint-Sabas, qui vit, en 1256, les Templiers combattre au côté des Vénitiens et les Hospitaliers au côté des Génois, les deux ordres avaient été portés jusqu’à l’affrontement28. Leur dépendance à l’égard de la papauté et leur volonté d’être présents partout les entraînèrent, dès la seconde moitié du xiiie siècle, dans des situations où ils furent contraints de prendre part à des guerres entre chrétiens, entrant de ce fait en contradiction flagrante avec leurs fonctions traditionnelles29.

L’intermédiation entre les puissances occidentales

  • 30 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 290-291.
  • 31 Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England… », loc. cit. n. 7, p. 205.
  • 32 Ibid., p. 211.
  • 33 Ibid.
  • 34 Hunyadi, « The Hospitallers in the Kingdom of Hungary… », loc. cit. n. 10, p. 260.
  • 35 Eorey, The Templars in the Corona de Aragon, op. cit. n. 8, p. 344.
  • 36 K. Borchardt, « The Hospitallers, Bohemia, and the Empire, 1250-1330 », Mendicants, Military Order (...)
  • 37 H. Kluger, Hochmeister Hermann von Salza und Kaiser Friedrich II. : ein Beitrag zur Friihgeschicht (...)
  • 38 Regesta Imperii, éd. J. F. Böhmer, J. Ficker, Innsbruck, 1881-1901, no 3466a et 3467 ; H. Cleve, « (...)

6Les frères délégués auprès des grandes puissances politiques en Orient et en Occident jouaient le rôle de représentants plus ou moins patentés de leurs ordres. Ils se muèrent rapidement, à l’occasion, en représentants officiels du ou des souverains qui les accueillaient. Les exemples sont très nombreux. Pensons au templier Gaudefroi Fulcher qui, dans les années 1160-1170, fut aussi bien l’envoyé du roi de France que celui du roi d’Angleterre30. C’est à lui que revint de négocier avec Thomas Becket au nom d’Henri II d’Angleterre31. Cet épisode vit aussi la participation des Hospitaliers32. Par la suite, l’utilisation des Templiers et des Hospitaliers comme représentants des souverains s’étendit de la France et de l’Angleterre à d’autres pays. Alphonse X de Castille usa du maître de Santiago, Pelayo Pérez Correa, dans ses relations avec la cour pontificale en 1258 et, en 1263 encore, lorsqu’il s’est agi de déterminer la frontière avec le Portugal, en compagnie du précepteur du Temple en Castille, Martin Núñez33. En Hongrie, le prieur de l’Hôpital, Raimbaud de Voczon, fut l’envoyé du roi Béla IV à Rome en 123234. En Aragon, pour ne donner qu’un seul exemple, le templier Guillaume de Pontons fut envoyé par Jacques Ier à la Curie en 126235. En Bohême enfin, l’un des diplomates les plus habiles utilisés par le roi Venceslas II (1278-1305) fut l’hospitalier Hermann von Hohenlohe36. Dans presque tous les royaumes d’Europe, les frères eurent un rôle bien distinct de ceux qu’ils remplissaient souvent par ailleurs – officiers militaires, officiers de finance –, et ce rôle était clairement diplomatique. Même l’empereur Frédéric II, qui ne se servit guère des frères pour gouverner ses vastes États, fit au moins deux exceptions : la première renvoie bien sûr à la figure d’Hermann von Salza, trop connue pour qu’on s’y attarde37 ; la seconde est représentée par un autre maître des Teutoniques, Heinrich von Hohenlohe, qui fut, en 1245, son principal négociateur avec le pape Innocent IV38.

  • 39 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 292.
  • 40 Borchardt, « The Hospitallers, Bohemia, and the Empire… », loc. cit. n. 36, p. 205-206.
  • 41 K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia Medievale, Bari, 2003 (Gran Priorato di Napoli (...)
  • 42 Forey, The Templars in the Corona de Aragon, op. cit. n. 8, p. 344, voir aussi p. 345 : The Order (...)
  • 43 Sur les connaissances géographiques et militaires des Hospitaliers, voir Cartulaire général de l’O (...)
  • 44 S. Menache, « The Crusades and their Impact on the Development of Medieval Communication », Kommun (...)
  • 45 Sur cet argument, voir H. Houben, « Intercultural Communication. The Teutonic Knights in Palestine (...)

7Ce rôle est étroitement lié à l’entrée des prieurs et maîtres des ordres au service des souverains comme « conseillers et familiers ». Le phénomène est documenté à partir de 1139, date à laquelle on trouve le templier Terricus Galerannus dans la familia de Louis VII39. Il ne s’agissait pas d’une position honorifique. Au même titre que les intérêts de leurs ordres, ces frères servirent réellement ceux des souverains, ce qui ne les empêchait pas de profiter de la situation pour influencer la politique royale. Le conflit entre la papauté et l’Empire sous Frédéric II l’atteste : les Hospitaliers nommèrent en Europe centrale deux grands précepteurs, le frère Clément pour les régions sous l’influence du pape et Raimbaud de Voczon pour celles sous contrôle impérial40, une tactique qui leur permettait de maintenir leurs relations avec les deux pouvoirs en conflit. Après la victoire de Charles Ier d’Anjou, les chapitres de l’Hôpital et du Temple déléguèrent en Italie du Sud une série d’officiers qui jouèrent rapidement un double rôle : représenter l’Ordre et servir le souverain41. L’utilisation des frères par les monarques d’Occident fut encore motivée par une série de facteurs particuliers. À la recherche permanente d’un personnel compétent, les souverains furent attirés par les qualités des frères42. Dans le domaine spécifique de la politique orientale, ces derniers faisaient preuve d’une excellente connaissance de la situation et des enjeux politiques en Terre sainte43, qui les rendait capables d’informer au mieux les puissances européennes44. Nombreux étaient ceux qui, parmi les frères, maîtrisaient la langue arabe45. Mais ces connaissances avaient peu de place dans les négociations diplomatiques entre souverains européens, même si elles permettaient précisément aux frères d’évoquer partout les questions liées à une éventuelle intervention en Terre sainte.

  • 46 A. Demurger, « Arnoul de Wezemaal », Prier et combattre…, op. cit. n. 1, p. 120.
  • 47 Il existe une littérature assez abondante sur les origines des frères, ainsi, pour ne prendre que (...)
  • 48 E. Bellomo, The Templar Order in North-West Italy (1142-c. 1330), Leyde-Boston, 2008 (The Medieval (...)
  • 49 D. Carraz, L’Ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312). Ordres militaires, croisad (...)
  • 50 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, Paris, 1889 (Mémoires de l’Insti (...)
  • 51 Carraz, « Pro servitio maiestatis nostre… », loc. cit. n. 6.

8Si nous prenons quelque distance avec la conception actuelle de la diplomatie et des relations diplomatiques, et que nous nous orientons vers une analyse conjointe des réseaux sociaux, d’une part, et des démarches de représentation et de défense de leurs propres intérêts par les ordres, d’autre part, il semble impossible de ne pas envisager prioritairement le milieu d’origine des frères et le prestige dont jouirent certains ordres. Faute de sources précises et d’études suffisamment amples, rien ne permet toutefois d’établir à quel point les origines sociales des frères furent importantes ou décisives. Le templier Arnoul de Wezemaal46 était de haute naissance, ce qui a pu faciliter ses activités, mais bien d’autres, tel le très souvent cité Hermann von Salza, provenaient de cette couche de la petite et moyenne noblesse qui était la véritable base sociale des ordres47. Il semble donc que le prestige des ordres, leur puissance et leurs relations avec la papauté aient joué un rôle considérablement plus important dans l’attitude que les rois adoptèrent à l’égard de leurs membres. D’autres atouts, d’ordre qualitatif, dérivaient de la règle qui leur était imposée : la discipline, la discrétion, la capacité à conserver le secret. Certains souverains accordèrent une confiance illimitée à quelques ordres, tout en sachant que, parmi les frères qui en faisaient partie, certains servaient aussi leurs ennemis. En 1158, lorsque Frédéric Barberousse assiégea Milan, il établit son quartier général dans la maison templière, hors les murs de la ville48, et Charles Ier d’Anjou se servit plusieurs fois de la maison du Temple à Marseille pour ses négociations de paix49. De la même manière, on le sait, les rois de France et d’Angleterre confièrent tous deux une grande partie de leur trésor aux Templiers50. C’est aussi pour ces raisons que les frères au service des actions diplomatiques occidentales furent entièrement soumis aux volontés royales, au moins autant que les envoyés laïcs : ainsi, comme le rappelle Damien Carraz, en juillet 1290, lorsque Charles II envoya Mathieu Roger en mission à Salerne pour restaurer la paix dans la ville, parmi les instructions délivrées à ce frère hospitalier figurait l’exigence d’être tenu au courant des résultats de ces négociations sous huit jours51.

  • 52 N. Housley, The Italian Crusades. The Papal-Angevin Alliance and the Crusades against Christian La (...)
  • 53 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 307 ; Demurger, « Arnoul de Wezemaal », loc. cit. n (...)
  • 54 Sarnowsky, « Kings and Priors… », loc. cit. n. 7, p. 89.
  • 55 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 293.
  • 56 Josserand, Église et pouvoir…, op. cit. n. 9, p. 549.
  • 57 Rodríguez García, « Alfonso X and the Teutonic Order… », loc. cit. n. 44, p. 324.
  • 58 Carraz, L’Ordre du Temple…, op. cit. n. 49, p. 449.
  • 59 Josserand, Eglise et pouvoir…, op. cit. n. 9, p. 546.
  • 60 Forey, The Templars in the Corona de Aragon, op. cit. n. 8, p. 344.

9Les intérêts que les ordres avaient à servir sur le plan diplomatique les monarchies occidentales sont plus faciles à cerner : soit il s’agissait de défendre leurs propres intérêts, soit leur action se conformait à ce qui leur avait été ordonné par les souverains. Prenons le cas des négociations pour le mariage de Jacques II d’Aragon avec Marie de Lusignan. Si elles furent menées dans les années 1310 par les Hospitaliers, c’est parce que ceux-ci auraient apprécié que les couronnes de Chypre et de Jérusalem passassent dans les mains de Jacques II52. Les intérêts respectifs des ordres et des rois d’Occident se mêlèrent constamment. Arnoul de Wezemaal fut, de 1271 à 1274, le représentant de son ordre en Sicile, auprès de Charles Ier. Mais au concile de Lyon de 1274, il représenta le roi, en tant que personne bien informée de la situation en Terre sainte, bien qu’il semble ne s’y être jamais rendu, puis passa au service du roi de France. Pour le compte de Philippe III, il négocia en 1275 aux Pays-Bas le règlement de la fameuse « guerre de la Vache » et, deux ans plus tard, en Castille le traité de Vittoria53. Au milieu du xve siècle, le prieur des Hospitaliers en Angleterre, Robert Botyll, négocia de la même manière, en faveur du roi, avec les princes électeurs allemands, Charles VII de France, le pape Nicolas V, la Ligue hanséatique, Alphonse V d’Aragon et Philippe de Bourgogne54. Ces trois exemples suffisent à montrer qu’établir une liste des frères entrés au service de toutes les cours d’Europe serait un travail long et fastidieux. D’un intérêt tout particulier sont notamment les missions et négociations effectuées hors de toute référence à la Terre sainte, pour établir un accord entre princes : ainsi en est-il du traité conclu entre la France et l’Angleterre en 1 16055, de la fixation des confins entre la Castille et le Portugal en 125856, des négociations de paix entre la France et la Castille en 128057, de la trêve entre Charles II de Sicile et Jacques II d’Aragon en 128958. Très souvent, les ordres militaires furent chargés des négociations de mariage, et notamment des deux alliances matrimoniales parmi les plus significatives du xiiie siècle, celle de Ferdinand II de Castille avec Béatrice de Souabe59 et celle de Constance de Sicile avec l’infant Pierre d’Aragon60.

  • 61 U. Arnold, « Der Deutsche Orden zwischen Kaiser und Papst im 13. Jahrhundert », Die Ritterorden zw (...)
  • 62 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 297.

10Les activités des frères au service des souverains ont ainsi suscité une série d’interrogations. Plusieurs historiens se sont demandé s’ils agissaient toujours dans une même dimension institutionnelle, au service de leur ordre, ou s’ils menaient quelquefois quelques activités strictement personnelles. Reprenons le cas d’Hermann von Salza : en 1237, lors d’un chapitre général de l’Ordre Teutonique tenu à Marbourg, les dignitaires ordonnèrent au maître de ne plus remplir de missions diplomatiques en faveur de Frédéric II, notamment pour ce qui regardait la Lombardie, et de s’occuper davantage du devenir de la Terre sainte61. Dans le cadre de la péninsule Ibérique des xive et xve siècles, la question est encore plus difficile à appréhender, puisque les grands officiers des ordres militaires furent presque automatiquement des serviteurs du roi. Ailleurs, les ordres militaires furent tout particulièrement concernés par les enjeux de la politique intérieure menée au sein des royaumes d’Occident dans les périodes de troubles. Pour ne donner qu’un seul exemple, la Magna Carta anglaise fut entre autres signée par le templier Amaury de Saint-Maur, un fidèle de Jean sans Terre62.

  • 63 Allen, « The Order of St John… », loc. cit. n. 3.

11La question de l’investissement des ordres dans les relations diplomatiques en Occident est indissociable de celle de leur rôle, à l’époque moderne, dans une évolution marquée par une professionnalisation de plus en plus forte de ces mêmes relations. Les sources des xve et xvie siècles montrent qu’au sein des ordres était en train de se former une classe de diplomates et de juristes, munis d’une instruction supérieure et dont les activités ne furent plus directement associées aux fonctions supérieures de commandeur et à d’autres dignités63. Auparavant, les ordres ne s’occupaient pas de la formation de leur personnel. Leur expérience était acquise sur le terrain : les frères « diplomates » étaient tous des chevaliers de « carrière ».

12On peut enfin s’interroger sur les raisons du succès rencontré par les ordres militaires dans le champ des relations internationales. L’origine sociale des frères, leur connaissance des enjeux politiques, autant en Orient qu’en Occident, leur discipline constituaient autant de réels atouts, on l’a vu. Mais, tout compte fait, le principal atout des frères ne fut-il pas d’appartenir à des institutions universelles, qu’elles l’aient été de fondation ou, dans le cas des ordres de rang secondaire, que ceux-ci aient nourri des ambitions universelles ? Ces institutions, qui étaient omniprésentes en Europe et dans l’Orient latin, et reposaient sur une couche sociale dynamique, celle-là même où se faisait l’essentiel de leur recrutement, étaient en effet programmées pour l’exercice expert d’une diplomatie maîtrisée, dans la mesure où leur ligne de conduite consistait précisément à maintenir les meilleures relations possibles avec tous les pouvoirs en place.

Notes

1 J. Laszlowsky, « Crusades and Military Orders : State of Research », The Crusades and the Military Orders. Expanding the Frontiers of Medieval Latin Christianity, éd. Z. Hunyadi, J. Laszlovszky, Budapest, 2001, p. xvii-xxiii ; A. Demurger, « Histoire de l’historiographie des ordres religieux-militaires de 1500 à nos jours », Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, éd. N. Bériou, P. Josserand, Paris, 2009, p. 22-46 ; K. Toomaspoeg, « Die Geschichtsschreibung der mittelalterlichen geistlichen Ritterorden : status quaestionis », Die geistlichen Ritterorden in Mitteleuropa. Mittelalter. Konferenz Čejkovice 8.-10. April 2010, éd. K. Borchardt, L. Jan, sous presse.

2 Voir, par exemple, I. Hlaváček, « Zur Rolle der geistlichen und ritterlichen Orden am Hofe der böhmischen Luxemburger », Die Ritterorden zwischen geistlicher und weltlicher Macht im Mittelalter, éd. Z. H. Nowak, Toruń, 1990 (Universitas Nicolai Copernici. Ordines militares. Colloquia Torunensia Historica, 5), p. 153-160 ; C. Barquero Goñi, « The Hospitallers and the Kings of Navarre in the Fourteenth and Fifteenth Centuries », The Military Orders, t. 2, Welfare and Warfare, éd. H. Nicholson, Aldershot, 1998, p. 349-354 ; M. A. Rodríguez de La Peña, « Las ordenes militares como instrumento de la monarquía : una panorámica europea (siglo XIII) », Las ordenes militares en la Peninsula Ibérica. Ciudad Real 5-9 de mayo de 1996, Cuenca, 2000, t. 1, Edad Media, éd. R. Izquierdo Benito, F. Ruiz Gómez, p. 511-535 ; U. Arnold, « Die Staufer und der Deutsche Orden », Medieval Spirituality in Scandinavia and Europe. A Collection of Essays in Honour of Tore Nyberg, éd. L. Bisgaard, C. Selch Jensen, K. Villads Jensen, J. Lind, Odensee, 2001, p. 145-155 ; A. Demurger, « Service curial », Prier et combattre…, op. cit. n. 1, p. 866-868.

3 Voir, par exemple, A. Demurger, Chevaliers du Christ, les ordres religieux-militaires au Moyen Age, Paris, 2002 ; R. Hyacinthe, L’Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem au Moyen Âge, Millau 2003 ; M.-A. Chevalier, Les ordres religieux-militaires en Arménie cilicienne. Templiers, hospitaliers, teutoniques et Arméniens à l’époque des croisades, Paris-Lisbonne, 2009 (Orient chrétien médiéval).

4 M.-L. Bulst-Thiele, « Templer in königlichen und päpstlichen Dienste », Festschrift Percy Ernst Schramm, éd. P. Classen, P. Scheibert, Wiesbaden, t. 1, 1964, p. 289-308.

5 D. F. Allen, « The Order of St John as a “School for Ambassadors” in Counter-Reformation Europe », The Military Orders, op. cit. n. 2, p. 363-379.

6 D. Carraz, « Pro servitio maiestatis nostre. Templiers et hospitaliers au service de la diplomatie de Charles Ier et Charles II », La diplomatie des États angevins aux 13e et 14e siècles. Actes du colloque, Szeged, 13-16 septembre 2007, sous presse. En attendant la publication de ce texte très détaillé, une première ébauche sur la question a été fournie par l’auteur, dans Id., « Christifideliter militantium in subsidio Terre Sancte. Les ordres militaires et la première maison d’Anjou (1246-1342) », As Ordens Militares e as Ordens de Cavalaria entre o Occidente e o Oriente. Actas do V Encontro sobre Ordens Militares, 15 a 18 de Fevereiro de 2006, éd. I. C. Ferreira Fernandes, Palmela, 2009, p. 549-582.

7 H. Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England in the Twelfth and Thirteenth Centuries », From Clermont to Jerusalem. The Crusades and Crusader Societies (1095-1500). International Medieval Congress. Leeds, 10-13 July 1995, éd. A. Murray, Turnhout, 1998, p. 203-218 ; Id., « The Hospitallers in England, the Kings of England and Relations with Rhodes in the Fourteenth Century », Sacra Militia. Rivista di storia degli ordini militari, 2 (2001), p. 25-45 ; J. Sarnowsky, « Kings and Priors : The Hospitaller Priory of England in the Later Fifteenth Century », Mendicants, Military Orders and Regionalism in Medieval Europe, éd. J. Sarnowsky, Aldershot, 1999, p. 83-102.

8 P. Bonneaud, Le prieuré de Catalogne, le couvent de Rhodes et la Couronne d’Aragon, 1415-1447, Millau, 2004 (Milites Christi, 2) ; A. J. Forey, The Templars in the Corona de Aragon, Londres, 1973 ; Id., « The Military Orders and the Spanish Reconquest in the Twelfth and Thirteenth Centuries », Traditio, 40 (1984), p. 197-234, rééd. dans Id., Military Orders and Crusades, Aldershot, 1994, V.

9 P. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid, 2004 (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 31).

10 Z. Hunyadi, « The Hospitallers in the Kingdom of Hungary : Commanderies, Personnel and a Particular Activity up to c. 1400 », The Crusades and the Military Orders…, op. cit. n. 1, p. 253-268.

11 Voir, par exemple, A. Demurger, Vie et mort de l’Ordre du Temple, Paris, 1993, p. 55-62.

12 R. Hiestand, « Die Anfànge der Johanniter », Die Geistlichen Ritterorden Europas, éd. J. Fleckenstein, M. Hellmann, Sigmaringen, 1980 (Vorträge und Forschungen, 26), p. 31-80.

13 M. L. Favreau, Studien zur Frühgeschichte des Deutschen Ordens, Stuttgart, 1974 (Kieler historische Studien, 21).

14 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 290.

15 Par exemple, l’Ordre de Saint-Thomas d’Acre, un petit ordre militaire anglais, créé à la fin du xiie siècle, voir A. J. Forey, « The Military Order of St. Thomas of Acre », English Historical Review, 92 (1977), p. 481-503, rééd. dans Id., Military Orders and Crusades, op. cit. n. 8, XII.

16 C’est à partir de cet événement que Jonathan Riley-Smith date le début de l’intervention des Hospitaliers dans la politique extérieure du royaume, voir The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus c. 1050-1310, Londres, 1967 (A History of the Order of the Hospital of St. John of Jerusalem, 1), p. 61 et 77.

17 Ibid., p. 148.

18 Ibid., p. 127 et 129.

19 Ibid., p. 147.

20 Z. H. Nowak, « Die imperialen Vorstellungen Siegmunds von Luxemburg und der Deutsche Orden », Die Ritterorden zwischengeistlicher und weltlicherMacht…, op. cit. n. 2, p. 87-98.

21 K. A. Fink, « Zum Streit zwischen dem Deutschen Orden und Polen auf den Konzilien zu Konstanz und Basel », Reformata reformanda. Festgabe H. Jedin, t. 1, Munster, 1965, p. 74-86.

22 C. de Ayala Martínez, « Las Órdenes militares y los procesos de afirmación monârquica en Castilla y Portugal (1250-1350) », Revista de Faculdade de Letras, Universidade do Porto-Historia, 15 (1998), no 2, p. 1279-1312.

23 Riley-Smith, The Knights of St. John…, op. cit. n. 16, p. 81-82.

24 Ibid., p. 152-159 ; Chevalier, Les ordres religieux-militaires en Arménie…, op. cit. n. 3, p. 146 sq. 25.

25 K. Forstreuter, Der Deutsche Orden am Mittelmeer, Bonn, 1967 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 2) ; L’Ordine Teutonico nel Mediterraneo. Atti del Convegno internazionale di studio. Torre Alemanna (Cerignola)-Mesagne-Lecce 16-18 ottobre 2003, éd. H. Houben, Galatina, 2004 (Acta Theutonica, 1).

26 K. Toomaspoeg, « The Teutonic Order in Italy : An Example of the Diplomatic Ability of the Military Orders », The Military Orders. Politics and Power. Fifth International Conference. Organized by the Cardiff Centre for the Crusades, Cardiff University, 3-6 September 2009, sous presse.

27 Carraz, « Christi fideliter… », loc. cit. n. 6 ; K. Toomaspoeg, « Charles Ier d’Anjou, les ordres militaires et la Terre sainte », VI Encontre sobre Ordens Militares. Freires, Guerreiros, Cavaleiros. Palmela, 10 a 14 de março de 2010, sous presse.

28 J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, t. 2, Paris, 1970, p. 359-374. Toutefois, en 1260-1261, ce furent les Templiers et les Hospitaliers qui recherchèrent une solution au conflit, voir Riley-Smith, The Knights of St. John…, op. cit. n. 16, p. 147.

29 J. Burgtorf, « Die Ritterorden als Instanzen zur Friedenssicherung ? », Jerusalem im Hochund Spätmittelalter. Konflikte und Konfliktbewältigung : Vorstellungen und Vergenwiirtigungen, éd. D. Bauer, K. Herbers, N. Jaspert, Francfort-sur-le-Main, 2001, p. 165-200.

30 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 290-291.

31 Nicholson, « The Military Orders and the Kings of England… », loc. cit. n. 7, p. 205.

32 Ibid., p. 211.

33 Ibid.

34 Hunyadi, « The Hospitallers in the Kingdom of Hungary… », loc. cit. n. 10, p. 260.

35 Eorey, The Templars in the Corona de Aragon, op. cit. n. 8, p. 344.

36 K. Borchardt, « The Hospitallers, Bohemia, and the Empire, 1250-1330 », Mendicants, Military Orders and Regionalism in Medieval Europe, éd. J. Sarnowsky, Aldershot, 1999, p. 201-231, ici p. 218.

37 H. Kluger, Hochmeister Hermann von Salza und Kaiser Friedrich II. : ein Beitrag zur Friihgeschichte des Deutschen Ordens, Marbourg, 1987 (Quellen und Studien zur Geschichte des Deutschen Ordens, 37).

38 Regesta Imperii, éd. J. F. Böhmer, J. Ficker, Innsbruck, 1881-1901, no 3466a et 3467 ; H. Cleve, « Kaiser Friedrich II. und die Ritterorden », Deutsches Archiv, 49 (1993), p. 39-73, ici p. 68.

39 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 292.

40 Borchardt, « The Hospitallers, Bohemia, and the Empire… », loc. cit. n. 36, p. 205-206.

41 K. Toomaspoeg, Templari e Ospitalieri nella Sicilia Medievale, Bari, 2003 (Gran Priorato di Napoli e Sicilia del Sovrano Militare Ordine di Malta, Melitensia, 11), p. 70-72.

42 Forey, The Templars in the Corona de Aragon, op. cit. n. 8, p. 344, voir aussi p. 345 : The Order le Temple thus contributed a not inconsiderable number of those temporary officials on whom any royal administration of the period so much depended.

43 Sur les connaissances géographiques et militaires des Hospitaliers, voir Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, éd. J. Delaville Le Roulx, Paris, 1894-1904, no 945, 1131, 2540, 2605, 3584, 3766, 3781 et 3782 ; Riley-Smith, The Knights of St. John…, op. cit. n. 16, p. 128.

44 S. Menache, « The Crusades and their Impact on the Development of Medieval Communication », Kommunikation zwischen Orient und Okzident, Alltag und Sachkultur. Internationaler Kongress, Krems an der Donau, 1992, Vienne, 1994, p. 69-90. Les ordres militaires internationaux peuvent être considérés comme vecteurs de transmission des informations entre les États croisés et l’Europe, voir J. M. Rodríguez García, « Alfonso X and the Teutonic Order : An Example of the Role of the International Military Orders in Mid Thirteenth-Century Castile », The Military Orders…, op. cit. n. 2, p. 319-327, ici p. 324.

45 Sur cet argument, voir H. Houben, « Intercultural Communication. The Teutonic Knights in Palestine, Armenia and Cyprus », Diplomatics in the Eastern Mediterranean. Aspects of Cross-Cultural Communication, éd. A. D. Beihammer, M. G. Parani, C. D. Schabel, Leyde-Boston, 2008, p. 139-157.

46 A. Demurger, « Arnoul de Wezemaal », Prier et combattre…, op. cit. n. 1, p. 120.

47 Il existe une littérature assez abondante sur les origines des frères, ainsi, pour ne prendre que quelques exemples qui regardent l’Ordre Teutonique : D. Wojtecki, Studien zur Personengeschichte des Deutschen Ordens in 13. Jahrhundert, Wiesbaden, 1971 (Quellen und Studien zur Geschichte des östlichen Europa, 3) ; F. Benninghoven, « Zur Zahl und Standortverteilung der Brüder des Deutschen Ordens in den Balleien um 1400 », Preuβenland, 26 (1988), p. 1-20 ; Ritterbruder im livlandischen Zweig des Deutschen Ordens, éd. L. Fenske, K. Militzer, Cologne-Weimar-Vienne, 1993 (Quellen und Studien zur Baltischen Geschichte, 12).

48 E. Bellomo, The Templar Order in North-West Italy (1142-c. 1330), Leyde-Boston, 2008 (The Medieval Mediterranean, 72), p. 32.

49 D. Carraz, L’Ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312). Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, 2005 (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, 17), p. 447.

50 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, Paris, 1889 (Mémoires de l’Institut national de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, 33, 2) ; E. Ferris, « The Financial Relations of the Knights Templar to the English Crown », American Historical Review, 8 (1903), p. 1-17 ; Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 294-296 ; Nicholson, « The Hospitallers in England… », loc. cit. n. 7, p. 39-40.

51 Carraz, « Pro servitio maiestatis nostre… », loc. cit. n. 6.

52 N. Housley, The Italian Crusades. The Papal-Angevin Alliance and the Crusades against Christian Lay Powers (1254-1343), Oxford, 1982, p. 95 ; A. Luttrell, « The Aragonese Crown and the Knights Hospitallers of Rhodes (1291-1350) », English Historical Review, 76 (1961), p. 1-19, ici p. 5-6, rééd. Id., The Hospitallers in Cyprus, Rhodes, Greece and the West. 1291-1440, Londres, 1978, XI.

53 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 307 ; Demurger, « Arnoul de Wezemaal », loc. cit. n. 46.

54 Sarnowsky, « Kings and Priors… », loc. cit. n. 7, p. 89.

55 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 293.

56 Josserand, Église et pouvoir…, op. cit. n. 9, p. 549.

57 Rodríguez García, « Alfonso X and the Teutonic Order… », loc. cit. n. 44, p. 324.

58 Carraz, L’Ordre du Temple…, op. cit. n. 49, p. 449.

59 Josserand, Eglise et pouvoir…, op. cit. n. 9, p. 546.

60 Forey, The Templars in the Corona de Aragon, op. cit. n. 8, p. 344.

61 U. Arnold, « Der Deutsche Orden zwischen Kaiser und Papst im 13. Jahrhundert », Die Ritterorden zwischen geistlicher und weltlicher Macht…, op. cit. n. 2, p. 57-70, ici p. 62 ; H. Houben, « Ein Orden ohne Charismatiker. Bemerkungen zum Deutschen (Ritter-)Orden im Mittelalter », Charisma und religiose Gemeinschaften im Mittelalter, éd. G. Andenna, M. Breitenstein, G. Melville, Munster, 2005, p. 217-225.

62 Bulst-Thiele, « Templer… », loc. cit. n. 4, p. 297.

63 Allen, « The Order of St John… », loc. cit. n. 3.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search