Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Enjeux et contextes

Le développement d’un réseau diplomatique par le conseil de ville de Sisteron au xive siècle

The Development of a Diplomatic Network by the City Council of Sisteron in the 14th century

Alexandra Gallo

Résumé

Le conseil de ville de Sisteron utilise les relations diplomatiques pour réaliser les missions que lui a confiées le comte de Provence : assurer le maintien des droits de l’universitas et améliorer l’administration de la cité. Pour ce faire, c’est majoritairement vers la capitale que se dirigent les ambassades. Durant la seconde moitié du xive siècle, la diplomatie s’oriente logiquement vers la résolution des sièges et pillages qui touchent la Provence. Puis, essentiellement durant la dernière décennie du xive siècle, les conseillers et ambassadeurs de Sisteron vont au-delà des délégations conférées par le pouvoir central. La communauté noue alors des alliances avec d’autres villes ou de grandes familles seigneuriales afin d’accéder à de plus amples prérogatives et à une certaine indépendance.

Note de l’auteur

Post-doctorante ANR Gouvaren : programme co-dirigé par Laure Verdon (TELEMME, UMR 6570) et Anne Mailloux (LAMM, UMR 6572) [http://gouvaren.hypotheses.org/].

Texte intégral

  • 1 P. Monnet, « Villes, ligues, princes et royauté : négociations et négociateurs urbains dans l’Empir (...)
  • 2 A. Rigaudière, « Voyager pour administrer : les émissaires sanflorains en Auvergne et dans le royau (...)

1Dès lors qu’on le rapporte au Moyen Âge, le concept de diplomatie doit être adapté à des structures sociopolitiques qui intègrent d’autres modèles que celui des États. Il faut en effet considérer pour cette période l’ensemble des relations entre les personnes morales ayant le pouvoir de déléguer et d’assurer leur propre représentation et la sauvegarde de leurs intérêts. C’est dans ce cadre que les villes peuvent être pleinement considérées comme actrices dans les échanges diplomatiques. Les médiévistes ont même démontré que les villes ont joué un rôle important dans l’élaboration technique d’un art de la négociation à l’origine de la diplomatie moderne1. Les voyages quelles impulsent deviennent un de leurs principaux moyens de gouvernement, ainsi que l’a constaté Albert Rigaudière pour Saint-Flour2. Les communautés urbaines devaient se faire entendre dans des jeux de pouvoirs complexes pour défendre et développer leurs droits et privilèges. Sans forcément avoir une « politique diplomatique », la plupart des villes provençales eurent néanmoins au xive siècle des « relations diplomatiques », qui témoignent de leur volonté de nouer des alliances. Celles-ci sont souvent nécessaires pour pallier le désengagement comtal consécutif à la crise de succession qui survient à la fin du règne de Jeanne Ire. Ceci est particulièrement flagrant à Sisteron, la quatrième plus grande ville du comté, dont la situation géographique à la frontière nord a favorisé une intense activité révélée par les nombreuses missions que remplirent messagers et ambassadeurs désignés par le conseil de ville.

Négocier avec le pouvoir les limites de sa domination

  • 3 Sisteron, Arch. com., BB 90, fol. 23 et 29v-30. Ces textes se trouvent également à Brignoles : L. G (...)
  • 4 Les ambassadeurs sont souvent syndics des communautés, voir par exemple Sisteron, Arch. com., BB 90 (...)

2Parce qu'elles impliquaient une délégation de pouvoir, toutes les ambassades dépêchées par le conseil de ville de Sisteron furent consignées dans les registres dits de « délibérations », qui conservent les motifs des ambassades, les mandats de délégation, les défraiements et surtout les relationes des ambassadeurs, lorsqu’elles sont à l’origine de nouvelles décisions du conseil3. Il n’y a donc pas, à Sisteron, de sources propres à un « domaine diplomatique ». Les pièces qui s’y rapportent se rencontrent dans la documentation relative au gouvernement de la communauté. Cela se justifie aussi par le fait que ses représentants sont généralement des membres actifs du corps de ville qui possèdent souvent des connaissances en droit, fort utiles à l’accomplissement de leurs missions4. Relevons toutefois que l’ensemble des voyages ordonnés par le conseil n’intéressent pas à proprement parler la diplomatie communale : certaines missions s’inscrivent dans une verticalité qui marque la sujétion, tels les envois de syndics et de procureurs au comte ou au sénéchal de Provence. Elles devraient être exclues de toute étude sur les relations diplomatiques des communautés urbaines ou rurales, lorsqu’elles ne relèvent pas de leur propre initiative. En revanche, il convient de prendre en compte les missions qu’elles ont ordonnées hors de toute convocation, et ce même si le but de l’ambassade s’inscrit dans un rapport vertical.

  • 5 Voir la carte ci-jointe extraite de ma thèse. Elle recense l’ensemble des missions ordonnées par le (...)
  • 6 A. Gallo, La communauté de Sisteron (xiiie-xive siècle). L’exercice du pouvoir urbain : rythmes et (...)
  • 7 Sisteron, Arch. com., BB 83, fol. 18v, BB 84, fol. 25v, BB 95, fol. 39-v, BB 97, fol. 40v.
  • 8 M. Hébert, « Communications et société politique : les villes et l’État en Provence aux xive et xve(...)
  • 9 G. Gouiran, M. Hébert, Le livre « Potentia » des États de Provence (1391-1523), Paris, 1997, p. 26 (...)
  • 10 Sur cette longue affaire, voir Gallo, La communauté de Sisteron…, op. cit. n. 6, p. 194-196.
  • 11 Sisteron, Arch. com., BB 79, fol. 33-v, BB 86, fol. 17v.
  • 12 Sisteron, Arch. com., AA 153, fol. 17.

3La majorité des missions envoyées hors de la cité, ainsi que les premières sur le plan chronologique, se font à destination de la capitale du comté, Aix5. Le conseil de Sisteron est amené régulièrement à veiller au maintien des libertés concédées par le comte. Surtout, comme d’autres communautés provençales, Sisteron ne se contente pas de défendre les privilèges acquis, mais en réclame de nouveaux, ce qui nécessite de fréquents voyages6. Les ambassadeurs de Sisteron se rendent également auprès du sénéchal, ou plus exceptionnellement auprès du souverain, pour tenter de modérer ses exigences financières7. Au début des années 1390, les subsides levés pour assurer la défense du comté se multiplient et avec eux les retards et les refus de paiement des communautés8. La ville va jusqu’à refuser d’envoyer ses représentants aux États de Provence, afin de ne pas avoir à payer des sommes qu'elle n’aura pas contribué à établir9. Lorsqu’en 1396, après de nombreuses négociations, le sénéchal contraint la ville à envoyer ses délégués, le conseil use d’habiles stratagèmes10. Il envoie d’abord un ambassadeur chargé de présents. Celui-ci n’ayant rien obtenu du sénéchal, il remet au délégué qu’il est contraint d’envoyer aux États une procuration qui ne lui permet pas de voter la moindre imposition. La cité doit également négocier pour financer d’incessantes améliorations et réparations de son enceinte. Sisteron envoie messagers et ambassadeurs à son évêque, ainsi qu’au pape en Avignon, pour qu’ils contraignent les clercs à contribuer au financement des fortifications11. En 1359, le conseil de ville ne requiert pas l’autorisation de l’évêque avant de démolir quelques-unes de ses propriétés, trop élevées et trop proches des remparts, ce qui provoque des tensions puisque plusieurs habitants sont molestés par les hommes de l’évêque12. Pour y mettre un terme, il faut donc écrire à l’évêque et à la reine.

4C’est précisément dans le cadre de la défense de la cité que Sisteron diversifie ses ambassades. Dans la seconde moitié du xive siècle, elles lui permettent de développer un « réseau diplomatique horizontal », qui ne se limite plus aux seules relations avec le souverain, les instances administratives comtales ou la hiérarchie ecclésiastique.

Diversification des ambassades et stratagèmes diplomatiques

  • 13 Sisteron, Arch. com., BB 89, fol. 64, CC 256, fol. 7-v, CC 257, fol. 19-v.
  • 14 C’est le cas également à Brignoles, voir Gaudreault, Pouvoir, mémoire…, op. cit. n. 3, p. 182.

5Comme la plupart des villes provençales dont les compétences militaires sont limitées, Sisteron use de la négociation pour parer aux diverses menaces qu'elle subit durant la seconde moitié du xive siècle. On assiste ainsi, dans les périodes de danger imminent, à une multiplication des ambassades qui sont alors omniprésentes dans les écrits du conseil, notamment dans les registres de comptes au sein desquels figurent les nombreux défraiements et rémunérations de ses agents13. Il s’agit d’établir avec les gens d’armes qui investissent la région le montant des rançons qu’ils réclament ou les modalités de restitution des chevaux qu’ils ont volés. Dans toutes ces affaires négociées avec les capitaines des bandes armées, le choix de l’émissaire repose souvent sur sa connaissance des questions à traiter14. Parallèlement, Sisteron doit aussi obtenir la libération des villages dont ils se sont emparés et à partir desquels ils multiplient les déprédations. L’enjeu est d’importance puisque la cité contrôle une des principales entrées utilisées par les bandes armées qui pénètrent dans le comté de Provence depuis le Dauphiné.

  • 15 A. Gallo, « Quia talis tractatus longus esset et sumptuosus, argumenter les finances de guerre à Si (...)
  • 16 Sisteron, Arch. com., CC 256, fol. 13, BB 93, fol. 51.
  • 17 Sisteron, Arch. com., BB 83, fol. 36-v, BB 94, fol. 5v. Concernant les détails de ces affaires, voi (...)
  • 18 A. Venturini, « La guerre de l’Union d’Aix (1383-1388) », 1388. La dédition de Nice à la Savoie, Pa (...)
  • 19 A. Venturini, « Vérité refusée, vérité cachée : du sort de quelques nouvelles avant et pendant la G (...)
  • 20 É. de Laplane, Histoire de Sisteron tirée de ses archives, Digne, 1843, rééd. Marseille, 1983, t. 2 (...)
  • 21 Sisteron, Arch. com., BB 89, fol. 19 : veritatem habenda.

6La cité doit alors s’accorder avec les communautés voisines pour assumer des fonctions de contrôle territorial et de sécurisation d’un espace frontalier, qui la conduisent à relayer localement, sinon à exercer directement des compétences qui relèvent du souverain. Lors du siège du Caire, village proche de Seyne et de Sisteron, qui avait été pris en 1391 par des hommes de Raymond de Turenne, on décida que les ambassadeurs des deux villes se rencontreraient à mi-chemin pour établir un plan d’action commun15. Quelques mois plus tard, après la prise du castrum de Lazer en Dauphiné par les bandes du comte d’Armagnac, le conseil de Sisteron ordonne de nombreuses ambassades, afin de s’entendre non seulement avec les baillies du Nord du comté de Provence mais également avec des communautés du Dauphiné16. L’intervention de Provençaux n’est pas sans poser de problèmes, tant les relations avec la principauté voisine sont tendues. À deux reprises au moins, leur passage y cause des dommages. Sisteron doit alors envoyer des ambassadeurs pour présenter ses excuses17. La cité doit en outre intervenir dans le grand conflit qui secoue la Provence après le problématique décès de la reine Jeanne, période qui voit s’affronter les partisans de Charles III et ceux de Louis d’Anjou18. La mort de la souveraine donne naissance à des rumeurs diverses qui compliquent la question successorale. Les communautés urbaines, sollicitées de part et d’autre, multiplient les contacts, sinon pour démêler le vrai du faux, du moins pour identifier le parti le plus puissant localement et tenter de préserver leur sécurité19. Trois ans après la mort de la reine, Sisteron prétend tout ignorer de son décès et multiplie les ambassades, tant auprès des cités voisines que des grandes villes rhodaniennes d’Arles et d’Avignon, où sont consultés le pape, le Sacré Collège et le duc de Brunswick20. Dans leur majorité, ces missions visent à « rechercher la vérité » quant à la mort de la reine21. D’autres tentent de discerner si Clément VII se prononcera ou non en faveur de la majorité de Louis II d’Anjou.

  • 22 Voir l’étendue des missions originaires de Sisteron sur la carte ci-jointe.
  • 23 Sisteron, Arch. com., BB 86, fol. 31 et 34, BB 89, fol. 34, BB 93, fol. 40v, 51 et 58v, BB 95, fol. (...)
  • 24 M. Hébert, Tarascon au xive siècle, histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, (...)

7Petit à petit, les villes mettent en place une réelle diplomatie. Elles ne se contentent plus de négociations liées à des contextes particuliers, ni des rapports obligés avec le pouvoir comtal, mais font preuve d’anticipation en se créant des réseaux sur le long terme. Pour ce faire, elles étendent leurs alliances entre elles et nouent des relations avec de grandes dynasties seigneuriales possessionnées à Sault, Apt, Volonne, Valernes et Tallard22. Cette stratégie est particulièrement flagrante à Sisteron à la fin du xive siècle. Des émissaires sont envoyés régulièrement dans les vicomtés voisines ou assistent, les bras chargés de cadeaux, à des célébrations familiales dans les diverses branches de la famille des Agoult23. Les ambassades à destination de seigneurs, de particuliers et de communautés d’habitants sont également en augmentation à Tarascon pour cette période, alors que les autorités ecclésiastiques et royales, quoique toujours majoritaires, sont moins visitées24.

  • 25 G. Giordanengo, Le droit féodal dans les pays de droit écrit, l’exemple de la Provence et du Dauphi (...)
  • 26 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, t. 1, Aix-en-Provence-Lille, 1986, p. 166.

8Au cours du xive siècle, les relations diplomatiques de Sisteron se développent en lien étroit avec l’évolution de la puissance comtale et les crises de la fin du siècle. L’étude de la diplomatie des villes doit en effet prendre en compte, pour chacune, son degré d’autonomie et de puissance politique, et l’intensité variable, selon les périodes, de la pression qu’exerce le supérieur, qui réussit parfois à intégrer les communautés dans une véritable « féodalité administrative25 ». Si Louis Stouff évoque ainsi la « diplomatie arlésienne » de la cité pré-angevine, il ne recourt pas à la même expression pour caractériser les relations qu'elle entretint avec le pouvoir au cours du siècle qui suivit la mainmise du frère de saint Louis sur le comté26. Dans le cadre des assemblées des États ou face aux incursions des bandes armées, Sisteron, principale cité de la zone alpine du comté, fut amenée à attacher davantage d’importance à ses relations diplomatiques. La carte ci-jointe révèle un axe principal attendu qui aboutit à Aix, mais la diplomatie de la ville se développa surtout, dans la seconde moitié du xive siècle, dans la partie nord-ouest du comté de Provence et même au-delà, afin de mettre sur pied divers systèmes d’alliances avec des chefs-lieux de baillies et les grands seigneurs de haute Provence. D’une certaine manière, deux réseaux diplomatiques complémentaires sont ainsi venus s’intriquer : celui qui définissait le lien de subordination de la cité à l’État et celui qui permettait d’organiser sa défense, que l’Etat précisément n’était plus à même d’assurer seul.

Destination des messagers et ambassadeurs de Sisteron au xive siècle

Destination des messagers et ambassadeurs de Sisteron au xive siècle

Notes

1 P. Monnet, « Villes, ligues, princes et royauté : négociations et négociateurs urbains dans l’Empire tardo-médiéval », Négocier au Moyen Age. Negociar en la edad media, dir. Μ. T. Ferrer Mallol, J.-M. Moeglin, S. Péquignot, M. Sanchez Martinez, Barcelone, 2005, p. 215-239, ici p. 215.

2 A. Rigaudière, « Voyager pour administrer : les émissaires sanflorains en Auvergne et dans le royaume (1393-1394) », La ville médiévale, en deçà et au-delà de ses murs, Mélanges J.-P. Leguay, dir. P. Lardin, J.-L. Roch, Rouen, 2000, p. 291-314, ici p. 297.

3 Sisteron, Arch. com., BB 90, fol. 23 et 29v-30. Ces textes se trouvent également à Brignoles : L. Gaudreault, Pouvoir, mémoire et identité : le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391), édition et analyse, Master of Arts en histoire, Université du Québec à Montréal, 2010, t. 1, p. 133.

4 Les ambassadeurs sont souvent syndics des communautés, voir par exemple Sisteron, Arch. com., BB 90, fol. 65 ; Y. Grava, « Les ambassades provençales au xive siècle et les enjeux de la communication », La circulation des nouvelles au Moyen Age. Actes du XXIVe Congrès de la SHMESP, Rome, 1994, p. 25-36.

5 Voir la carte ci-jointe extraite de ma thèse. Elle recense l’ensemble des missions ordonnées par le conseil de ville de Sisteron au cours du xive siècle.

6 A. Gallo, La communauté de Sisteron (xiiie-xive siècle). L’exercice du pouvoir urbain : rythmes et enjeux, doct. histoire, Univ. Aix-Marseille 1, 2009, t. 2, p. 2, « Catalogue des sources » et p. 110, « Régeste du livre des privilèges », voir aussi Gaudreault, Pouvoir, mémoire…, op. cit. n. 3, p. 92 et 236.

7 Sisteron, Arch. com., BB 83, fol. 18v, BB 84, fol. 25v, BB 95, fol. 39-v, BB 97, fol. 40v.

8 M. Hébert, « Communications et société politique : les villes et l’État en Provence aux xive et xve siècles », La circulation des nouvelles…, op. cit. n. 4, p. 231-242. Sisteron, Arch. com., BB 95, fol. 29-30v, BB 95 bis, fol. 18v, 36v, 38, 59, 61v, 65 et 75v. Sisteron, Arch. com., BB 95 bis, fol. 39-v : Le conseil envoie des lettres au sénéchal en décembre 1395 ad excusandum dictam universitatem super solutione duorum francorum petitorum per dictum dominum senescallum, quod dicta universitas non intendebat aliquod solvere, attente quod dominus Papa solvit octo milia francos, et terra imperii debebat solvere ac universitates Marcilie et Arelatis, ac nobiles et prelati Provincie, et ideo dicta universitas non tenebatur plus solvere, attento quod solverat duos francos cum dimidio pro quolibet focco et quatraginta florinos pro radello domini senescalli.

9 G. Gouiran, M. Hébert, Le livre « Potentia » des États de Provence (1391-1523), Paris, 1997, p. 26 et p. LXV ; M. Hébert, Regeste des États de Provence, 1347-1480, Paris, 2007, p. 160 et 167 ; É. de Laplane, Essai sur l’histoire municipale de la ville de Sisteron, Paris, 1840, p. 218.

10 Sur cette longue affaire, voir Gallo, La communauté de Sisteron…, op. cit. n. 6, p. 194-196.

11 Sisteron, Arch. com., BB 79, fol. 33-v, BB 86, fol. 17v.

12 Sisteron, Arch. com., AA 153, fol. 17.

13 Sisteron, Arch. com., BB 89, fol. 64, CC 256, fol. 7-v, CC 257, fol. 19-v.

14 C’est le cas également à Brignoles, voir Gaudreault, Pouvoir, mémoire…, op. cit. n. 3, p. 182.

15 A. Gallo, « Quia talis tractatus longus esset et sumptuosus, argumenter les finances de guerre à Sisteron en 1391 », Provence historique, 232 (2008), p. 137-159.

16 Sisteron, Arch. com., CC 256, fol. 13, BB 93, fol. 51.

17 Sisteron, Arch. com., BB 83, fol. 36-v, BB 94, fol. 5v. Concernant les détails de ces affaires, voir Gallo, La communauté de Sisteron.op. cit. n. 6, p. 158.

18 A. Venturini, « La guerre de l’Union d’Aix (1383-1388) », 1388. La dédition de Nice à la Savoie, Paris, 1990, p. 36-142 ; G. Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d’Anjou pendant la guerre de l’Union d’Aix », Provence historique, 162 (1990), p. 403-427.

19 A. Venturini, « Vérité refusée, vérité cachée : du sort de quelques nouvelles avant et pendant la Guerre de l’Union d’Aix (1382-1388) », La circulation des nouvelles…, op. cit. n. 4, p. 179-189.

20 É. de Laplane, Histoire de Sisteron tirée de ses archives, Digne, 1843, rééd. Marseille, 1983, t. 2, p. 177.

21 Sisteron, Arch. com., BB 89, fol. 19 : veritatem habenda.

22 Voir l’étendue des missions originaires de Sisteron sur la carte ci-jointe.

23 Sisteron, Arch. com., BB 86, fol. 31 et 34, BB 89, fol. 34, BB 93, fol. 40v, 51 et 58v, BB 95, fol. 33, BB 95bis, fol. 50, BB 97, fol. 10-v.

24 M. Hébert, Tarascon au xive siècle, histoire d’une communauté urbaine provençale, Aix-en-Provence, 1979, p. 230-231.

25 G. Giordanengo, Le droit féodal dans les pays de droit écrit, l’exemple de la Provence et du Dauphiné, Rome, 1988, p. 181.

26 L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, t. 1, Aix-en-Provence-Lille, 1986, p. 166.

Auteur

LAMM (CNRS, UMR 6572), Aix-en-Provence
TELEMME (CNRS, UMR 6570), Aix-en-Provence

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search