Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Enjeux et contextes

Entre Saône et Rhône

Les rencontres diplomatiques de l’hiver 1305-1306 entre Amédée V de Savoie, Philippe le Bel et Clément V / Diplomatic Meetings in the Winter of 1305-1306 between Amédée V of Savoy, Philip the Fair and Clement V

Between the Saône and the Rhône

Étienne Collet

Résumé

En 1305, lors du couronnement de Clément V à Lyon, le comte de Savoie, Amédée V, profite de la présence de Philippe le Bel pour consolider le rapprochement opéré avec le royaume. Il entend aussi profiter des médiations royale et pontificale dans le conflit qui l’oppose au Dauphiné. La documentation comptable savoyarde dévoile l’itinéraire de l’hôtel du comte et ses lieux de séjour, notamment l’abbaye d’Ainay. Les nombreuses dépenses informent aussi bien sur le coût d’une politique de prestige que sur la réalité concrète de la diplomatie : financement des rencontres, activité des messagers et des ambassadeurs, parmi lesquels se distingue régulièrement un noyau de fidèles investis des missions les plus importantes.

Texte intégral

  • 1 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire : les archevêques de Lyon et les archevêq (...)
  • 2 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), Paris, 2007 (Mémoires de l’Académie des in (...)
  • 3 B. Galland, Les papes d’Avignon et la Maison de Savoie (1309-1409), Rome, 1998 (Collection de l’Éc (...)

1Au début du mois de novembre 1305, Philippe le Bel arrive à Lyon pour assister au couronnement du pape Clément V. Le séjour du roi sur les rives de la Saône est une aubaine pour le comte de Savoie, concurrencé dans la ville par l’emprise grandissante du pouvoir royal. Amédée V y a conservé un important réseau de fidélités, notamment dans les milieux ecclésiastiques1, et peut s’appuyer, en outre, sur toutes ses possessions occidentales, à la frontière du royaume. Sourde rivalité à Lyon, mais bonne entente générale : le rapprochement opéré au début du xive siècle par la diplomatie savoyarde avec la France, qui fait suite à une longue période d’alliance avec l’Angleterre, avait été scellé par la participation militaire d’Amédée V à la dernière campagne de Flandre et l’octroi d’une pension à vie2. Les bonnes relations du comte avec la papauté depuis le début de son règne, renforcées par l’élection d’un pontife issu d’une famille amie, sont un atout supplémentaire alors que s’annoncent d’importantes négociations entre le roi et Clément V3. S’il a un rôle à jouer dans celles-ci, Amédée V espère sans doute bénéficier en retour des médiations royale et pontificale dans le conflit qui l’oppose au dauphin du Viennois et à ses alliés. À cet effet, il demeure dans la région jusqu’au début du mois de mars 1306.

  • 4 C. Guillere, G. Castelnuovo, « Les finances et l’administration de l’État savoyard au xiiie siècle (...)

2Durant l’hiver se développe donc une intense activité diplomatique, que l’abondante documentation produite par l’administration savoyarde permet, dans une certaine mesure, de reconstituer et d’interpréter. Les réformes conduites par le comte Pierre II, au milieu du xiiie siècle, avaient favorisé, on le sait, le développement de l’écrit administratif dans les Etats de Savoie4. Pour notre étude, les sources les plus utiles sont les comptes de l’Hôtel, qui enregistrent après les recettes, données en argent avec leur provenance, les dépenses ordinaires et les gages versés aux serviteurs du prince. Viennent ensuite les librate en argent, qui ont pour fonction première de procurer à l’Hôtel les produits du grand commerce et le matériel nécessaire à l’itinérance princière. Mais elles servent aussi à financer le transport de la garde-robe, des ustensiles et des provisions ainsi que les messagers et les ambassadeurs. Précisons enfin que, pour mieux éclairer les entreprises diplomatiques du comte de Savoie, ces rouleaux peuvent être confrontés à une documentation locale, produite au sein des châtellenies savoyardes de la Bresse et du Viennois, proches de Lyon. Les comptes de l’Hôtel et ceux des châtellenies permettent essentiellement de préciser les conditions pratiques des processus diplomatiques. Dans le cas présent, ils dévoilent l’itinéraire d’Amédée V, les lieux dans lesquels il choisit de séjourner, les principaux acteurs des négociations menées en son nom, autant que l’envolée de ses dépenses pour tenir, devant le roi de France et le pontife, le rang qu’il souhaitait qu’on lui reconnût.

Itinéraire du prince et résidence de l’Hôtel

  • 5 É. Lalou, « Le fonctionnement de l’hôtel du roi du milieu du xiiie au milieu du xive siècle », Vin (...)
  • 6 A. Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey. Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauph (...)
  • 7 Turino, Archivio di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21 no 18, 4e peau : 3e compte de l’hôtel (...)
  • 8 Galland, Deux archevêchés…, op. cit. n. 1, p. 415 ; Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel…, op. (...)
  • 9 Galland, Deux archevêchés…, op. cit. n. 1, p. 660-661.

3L’hôtel du comte de Savoie est, comme celui des autres princes de l’époque, « structurellement itinérant5 ». Mais cette itinérance, ramenée à ce contexte si singulier d’un couronnement pontifical se déroulant à Lyon, révèle les préoccupations stratégiques et les choix politiques d’Amédée V. À la fin du mois d’août 1305, le comte avait quitté Chambéry pour défendre ses terres de Bresse et du Bugey, victimes d’une attaque du dauphin et de ses alliés (voir carte 1). Il rejoignit Bourg-en-Bresse avant de libérer, le 13 septembre, la ville d’Ambronay assiégée par les Dauphinois6. Il passa ensuite par Belley, pour atteindre les châtellenies du Viennois, fin septembre ou début octobre. L’étape suivante fut l’abbaye Saint-Martin d’Ainay (voir carte 2). Amédée V s’y installe de manière certaine au moins à partir du 4 novembre 1305, puisqu’il assiste alors, apud Athanacum, à l’audition du compte de son hôtel7. Toutefois, les premiers mandats de provision de l’Hôtel datent de la fin octobre. Le comte précède donc à Lyon Philippe le Bel et Clément V, qui n’arrivent qu’au début de novembre8. Le 14, la présence d’Amédée V lors du couronnement pontifical en l’église Saint-Just9 fait peu de doute, malgré le silence des documents savoyards sur ce point.

Carte 1. — Lieux de passage de l’hôtel du comte de Savoie (août 1305-février 1306)

Carte 1. — Lieux de passage de l’hôtel du comte de Savoie (août 1305-février 1306)
  • 10 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 7e peau : 5e compte de l’hôtel ( (...)
  • 11 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 9945, 8e peau : châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte (1305-1 (...)
  • 12 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 9945, 2e peau : châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte (1305-1 (...)
  • 13 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 7562, 14e peau : châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 4e com (...)

4Il reste l’hôte de l’abbaye Saint-Martin d’Ainay jusqu’en février 1306, mais du lundi 3 au samedi 8 janvier, il accompagne le roi lors de son trajet de retour, qui passe par la Bresse savoyarde. Pendant ces six jours, il laisse sa fille Agnès à Ainay, où elle donne naissance à un enfant. Elle est de ce fait entourée par une partie de la familia comtale, dont Pierre Curbaud, responsable des comptes de l’Hôtel10. Lors de ce bref séjour en Bresse, un clerc qui accompagne Amédée V tient un livre particulier, qui n’a pas été conservé. Mais la documentation produite dans les châtellenies permet de pallier partiellement ce manque et de poser les jalons de l’itinéraire suivi par les deux princes en direction du nord : après un passage à Châtillon, le roi et le comte s’arrêtent à Pont-de-Veyle, passent une journée à Bâgé, puis deux à Pont-de-Vaux, une châtellenie à la frontière du duché de Bourgogne11. La comptabilité locale laisse entrevoir la préparation de ce voyage et l’activité des membres de l’Hôtel. Les premières missions des chevaliers et des clercs chargés de l’approvisionnement du roi commencent fin décembre12. Dès l’annonce de son arrivée, on restaure à la hâte, à Bâgé, le château et la maison des Lombards. Alors que les deux souverains font route vers le nord, une partie de l’équipage et des chevaux du comte de Savoie sont laissés à Châtillon, dans l’attente de son retour13. Après avoir conduit le roi jusqu’aux limites de son royaume, le comte revient à Lyon.

Carte 2. — Lieux de passage du comte de Savoie à proximité de Lyon

Carte 2. — Lieux de passage du comte de Savoie à proximité de Lyon
  • 14 U. Chevalier, Regeste dauphinois, Vienne, 1913-1926, t. 3, no 16759, p. 822-823.

5Il est alors plus difficile de suivre précisément son itinéraire. Jusqu’à la mi-février, il réside à Ainay ou dans ses terres du Viennois. Le dimanche 20, il est reçu au monastère de l’Île-Barbe. Le lendemain, Amédée V accepte que le pape arbitre le conflit qui l’oppose au dauphin, par l’acte signé dans la forteresse de l’archevêque, à Saint-Cyr près de Lyon, des représentants des deux princes14. Le 28 du même mois, Clément V impose une trêve aux belligérants. Après l’avoir acceptée, le comte retourne à Ainay. Il ne reprend le chemin de la Savoie que lorsque le pontife quitte lui-même la région, au début du mois de mars 1306.

Prince-négociateur et diplomates du prince

  • 15 Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel…, op. cit. n. 2, t. 2, p. 257, 261, 263.
  • 16 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 5e peau : 4e compte de l’hôtel ( (...)
  • 17 F. Cognasso, I Savoia, Turin, 1971, p. 100.
  • 18 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 6745, 18e peau : châtellenie de Bâgé, 2e compte (1305-1306).

6Amédée V possédait une solide expérience de négociateur, qu’il mit d’ailleurs souvent au service d’autres puissances, notamment la France, pour régler la question flamande15. Durant l’hiver 1305-1306, il choisit d’être son propre ambassadeur. Il lui faut alors resserrer les liens avec Philippe le Bel et obtenir son appui dans le conflit qui l’oppose au dauphin. Amédée V est donc présent à Lyon avant que le roi n’y fasse son entrée, début novembre 130516. Il est fort probable qu’il l’ait ensuite rencontré à plusieurs reprises, aux côtés d’Henri de Luxembourg, futur Henri VII17. Le conduit qu’offre le comte de Savoie au roi en lui ouvrant la traversée de la Bresse est encore pour lui l’occasion d’échanger longuement avec son entreprenant voisin. Amédée V intervient également en jouant de sa personne, dans les négociations de trêve avec le Dauphiné. S’il n’est pas toujours au centre de celles-ci, il marque sa présence en s’installant à leur proximité immédiate. Puisqu’elles se déroulent dans la forteresse de Saint-Cyr, il s’installe au monastère de l’Île-Barbe, où son hôtel reçoit, la veille de l’acceptation de l’arbitrage pontifical, une abondante livraison de brochets et de carpes provenant de Bâgé18.

  • 19 À l’exception notable d’un certain Jaquet, envoyé auprès du pape en août 1305 et qualifié de messa (...)
  • 20 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 14, 3e peau : 2e compte de l’hôtel ( (...)
  • 21 Cognasso, I Savoia, op. cit. n. 17, p. 100.
  • 22 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 5e peau : 4e compte de l’hôtel ( (...)
  • 23 D. Kusman, « Mariage et réseaux financiers internationaux à la fin du xiiie siècle. La pesanteur d (...)

7La comptabilité de cette époque ne permet pas de distinguer l’ambassadeur du simple porteur de lettres. Les comptes de châtellenies emploient régulièrement le terme ambivalent de nuncius, appliqué à des anonymes. À l’inverse, ceux de l’Hôtel n’indiquent jamais la fonction précise des envoyés du prince19, mais mentionnent souvent leurs noms, surtout lorsqu’ils semblent investis de missions particulièrement importantes. C’est le cas d’Henri de Septême. Originaire de cette seigneurie savoyarde située en Viennois, il était bailli du Chablais au début du xive siècle. Lorsque la Savoie était intervenue pour rétablir la paix entre la France et l’Angleterre, il avait été envoyé à quatre reprises de Londres à Paris, où l’une de ses missions le conduisit notamment auprès de Marie de Brabant, veuve de Philippe III20. Après l’élection de Bertrand de Got en juillet 1305, ce fut à lui qu’Amédée V fit appel pour transmettre ses félicitations au nouveau pontife21, à lui qu’il confia encore le soin de se rendre au-devant de Clément V, sur la route qui le conduisait à Lyon. Il rapporte en outre de Carcassonne les lettres pontificales qui imposent une trêve entre le seigneur de Beau-jeu et l’archevêque de Lyon, réglant ainsi un problème connexe au conflit delphino-savoyard22. Enfin, il apparaît parmi les responsables de l’Hôtel, auquel il avance parfois de l’argent23. Sans que cela soit toujours explicite dans les comptes, il est clair qu’il assume régulièrement des fonctions de négociateur et de représentant du comte de Savoie.

  • 24 B. Demotz, « Choix et représentations. L’entourage des comtes de Savoie du xie au xve siècle », À (...)
  • 25 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 7e peau : 5e compte de l’hôtel ( (...)
  • 26 Chevalier, Regeste dauphinois, op. cit. n. 14, no 16772, p. 824-825.
  • 27 R. Fawtier, Registres du Trésor des chartes, Paris, 1958, t. 1, no 855, p. 152.

8Dans les négociations avec le Dauphiné, on retrouve les membres les plus éminents de l’entourage d’Amédée V24, issus de grandes familles seigneuriales vassalisées. Ebal de Challant (du Val d’Aoste), Humbert de Boczosel et Aymar de Beauvoir (de Viennois), Hugues de Chandée (de Bresse) participent à une journée de discussions avec les représentants du dauphin en janvier 130625. Humbert de Boczosel, seigneur de Maubec, dont le patrimoine est enchevêtré dans les possessions savoyardes et delphinales, joue souvent un rôle diplomatique de premier ordre. Il valide en compagnie des autres négociateurs savoyards la trêve proposée par le pape26. On le retrouvera à Poitiers, en juin 1308, lorsqu’il s’agira de la reconduire27. On voit bien dans le déroulement pratique des négociations la place dévolue à chacun des acteurs : le comte confie les laborieuses tractations diplomatiques à un noyau de proches conseillers très qualifiés, tandis qu’il limite soigneusement ses propres apparitions ; il n’intervient qu’au terme du processus et lors des manifestations qui prévoient une rencontre entre souverains.

Marquer son influence politique et sa puissance

  • 28 M. Rubellin, Église et société chrétienne d’Agobard à Valdès, Lyon, 2003, p. 291-292.
  • 29 Cte de Charpin-Feugerolles, M.-C. Guigue, Grand cartulaire d’Ainay, Lyon, 1885, t. 1, no 6, p. 9-1 (...)
  • 30 Guillere, Castelnuovo, « Les finances… », loc. cit. n. 4, p. 57.
  • 31 P. Paravy, De la chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné. Evêques, fidèles et déviants (vers 1 (...)
  • 32 Galland, Deux archevêchés…, op. cit. n. 1, p. 538.
  • 33 Rubellin, Église et société…, op. cit. n. 28, p. 292-294.
  • 34 M. Meras, Le Beaujolais au Moyen Âge, Villefranche-sur-Saône, 1956, p. 70.

9Le séjour à l’abbaye Saint-Martin d’Ainay, située au confluent du Rhône et de la Saône, au sud de la cité de Lyon, obéit à des impératifs bien déterminés. Placée sous la dépendance directe de l’archevêque, l’abbaye, comptée parmi les plus anciennes de Lyon, possédait dans la Presqu’île des droits et un domaine important, limité au nord par les établissements des Prêcheurs et des Templiers28. Elle était également fortement implantée dans des régions contrôlées par le comte : ses églises et prieurés étaient particulièrement nombreux dans le diocèse de Genève, et plusieurs de ses dépendances dans les diocèses de Lyon et de Vienne se trouvaient dans des espaces sous mandement savoyard29. Au coeur même de la Savoie, un rôle particulier revenait au prieuré de Saint-Pierre de Lémenc, fondé par Ainay. Ce prieuré bénéficiait d’importants droits fonciers à proximité immédiate de Chambéry, un bourg castral promu au rang de capitale par Amédée V, qui y développait l’administration centrale de la principauté30. Le prieur de Lémenc était localement un puissant personnage, qui avait la responsabilité de l’ensemble des églises chambériennes31. Pendant le séjour du comte à Saint-Martin d’Ainay, le principal donneur d’ordres pour les envois de victuailles n’est autre que Guigue, prieur de Lémenc : il fait rédiger un compte particulier d’approvisionnement de l’Hôtel, non conservé, mais fréquemment mentionné dans notre documentation. Enfin, l’abbé de Saint-Martin d’Ainay, Anthelin Rigaud, et le comte de Savoie partageaient une même hostilité à l’égard de l’archevêque de Lyon. Manifestement, Louis de Villars était pour Amédée V un fidèle du dauphin32 et, pour l’abbé, un prélat qui, comme certains de ses prédécesseurs, pouvait tenter, en se rapprochant de la France, d’obtenir pleine juridiction sur la ville et de rogner ainsi les droits de son abbaye33. Le 20 février 1306, comme on l’a dit, le comte se trouve au monastère de l’Île-Barbe, à proximité de la forteresse de Saint-Cyr, où se tiennent les négociations avec les Dauphinois. Mais ce monastère se situe surtout au coeur d’une zone d’affrontements entre l’archevêque et le seigneur de Beaujeu, un allié de la Savoie, qui le contrôle directement34. On voit ainsi comment les lieux de résidence choisis par Amédée V durant son séjour lyonnais sont liés à l’histoire et au développement politique de son autorité. Il y réside parce qu’ils représentent manifestement des points d’ancrage solides hors de ses domaines, mais aussi parce qu’il importe de confirmer par sa présence des liens étroits.

  • 35 R. Delort, « Le prince et la bête », Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honne (...)
  • 36 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 7088, 9e peau : compte du bailliage de Bresse (été 1305).
  • 37 Delort, « Le prince… », loc. cit. n. 35, p. 190-191.
  • 38 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 5e peau : 4e compte de l’hôtel ( (...)
  • 39 Turino, Arch. di Stato, Corte, Obblighi e quietanze dei principi del sangue, Mazzo 1, no 14 : acte (...)
  • 40 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 7e peau : 5e compte de l’hôtel ( (...)
  • 41 G. de Valous, Le patriciat lyonnais aux xiiie et xive siècles, Paris, 1973, p. 99, n. 27, p. 387-3 (...)
  • 42 Galland, Deux archevêchés…, op. cit. n. 1, p. 530-531.

10Une grande partie des dépenses de l’Hôtel témoignent de la nécessité pour le prince d’être à la hauteur des prestigieux souverains qui se rencontrent à Lyon. Le comte ordonne ainsi de faire venir à l’abbaye Saint-Martin d’Ainay ses léopards, « félins par excellence » des ménageries princières35, laissés à Bourg-en-Bresse depuis l’été 130536. Il n’est pas exclu que ces animaux aient pu servir de cadeau diplomatique, comme c’était souvent l’usage dans les relations entre les puissants au Moyen Âge37. Dans ce contexte, Amédée V ordonne aussi que son hôtel soit approvisionné en épices, tissus précieux et fourrures, toutes sortes d’éléments caractéristiques d’une distinction aristocratique38. Ces divers produits sont achetés à crédit à des marchands lyonnais. Les liens économiques et politiques que la maison de Savoie entretenait avec quelques puissantes familles locales (Fuers, Varey) sont d’ailleurs documentés dès le xiiie siècle39. On retrouve ainsi sans surprise parmi les créditeurs de l’Hôtel des individus qualifiés de citoyens de Lyon : un Nicolas Panczu et un Guillaume des Granges, autant que le drapier Jean de Fabricis40. Ce dernier avait pourtant fait partie des bourgeois qui s’étaient placés sous la garde du roi en 1292, mettant ainsi fin à la tentative du comte de Savoie de jouer le rôle de protecteur de la cité41. Ajoutons que des membres de ces lignages influents de la bourgeoisie lyonnaise côtoyaient les hommes de confiance du comte de Savoie, au sein du chapitre cathédral et dans les grands établissements ecclésiastiques42.

11La documentation considérable, produite au début du xive siècle par l’administration savoyarde, dévoile une partie de l’activité diplomatique mise en œuvre par le comte Amédée V dans le contexte du couronnement pontifical à Lyon. Au-delà des modalités pratiques, se dessine une politique assez cohérente qui concerne le prince lui-même, mais implique aussi les membres de son entourage. Fort du soutien royal, bénéficiant en outre de ressources issues de ses domaines proches, Amédée V cherche à montrer, autant par ses déplacements que par les lieux (soigneusement choisis) d’installation de son hôtel, qu’il est un interlocuteur de poids dans la région. Cependant, ces contacts potentiellement fructueux entre Amédée V et Philippe le Bel n’empêchent pas, dans ces mêmes années, la multiplication des conflits de juridiction de part et d’autre de la Saône. Le comte de Savoie dispose toujours à Lyon de solides réseaux de fidélités, mais il n’est plus seul maître du jeu. Ses officiers, qui administrent les châtellenies des bords de Saône, doivent de plus en plus souvent composer avec des agents du roi singulièrement entreprenants.

Notes

1 B. Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire : les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne, du milieu du xiie siècle au milieu du xive siècle, Paris, 1994 (BEFAR, 282).

2 É. Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), Paris, 2007 (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 37). B. Demotz, « La politique internationale du comté de Savoie durant deux siècles d’expansion (début xiiie-début xve siècle) », Cahiers d’histoire, 19 (1974), p. 29-64.

3 B. Galland, Les papes d’Avignon et la Maison de Savoie (1309-1409), Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 247), p. 15-50.

4 C. Guillere, G. Castelnuovo, « Les finances et l’administration de l’État savoyard au xiiie siècle », Pierre II de Savoie, “Le petit Charlemagne” († 1268), dir. B. Andenmatten, A. Paravicini Bagliani, E. Pibiri, Lausanne, 2000, p. 2-97. Il faut cependant attendre la fin du siècle suivant pour bénéficier de documents de nature strictement diplomatique, voir E. Pibiri, En voyage pour Monseigneur. Ambassadeurs, officiers et messagers a la cour de Savoie (1370-1465), doct. Lettres, Univ. de Lausanne, 2006, p. 20-25.

5 É. Lalou, « Le fonctionnement de l’hôtel du roi du milieu du xiiie au milieu du xive siècle », Vincennes aux origines de l’État moderne, Actes du colloque scientifique sur les Capétiens et Vincennes au Moyen Âge, éd. J. Chapelot, É. Lalou, Paris, 1996, p. 145-155, ici p. 151.

6 A. Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey. Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné (1282-1355), Lyon, 2005 (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, 14), p. 48.

7 Turino, Archivio di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21 no 18, 4e peau : 3e compte de l’hôtel (octobre-novembre 1305).

8 Galland, Deux archevêchés…, op. cit. n. 1, p. 415 ; Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel…, op. cit. n. 2, t. 1, p. 87.

9 Galland, Deux archevêchés…, op. cit. n. 1, p. 660-661.

10 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 7e peau : 5e compte de l’hôtel (janvier-avril 1306).

11 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 9945, 8e peau : châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte (1305-1306).

12 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 9945, 2e peau : châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte (1305-1306).

13 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 7562, 14e peau : châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 4e compte (1305-1306).

14 U. Chevalier, Regeste dauphinois, Vienne, 1913-1926, t. 3, no 16759, p. 822-823.

15 Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel…, op. cit. n. 2, t. 2, p. 257, 261, 263.

16 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 5e peau : 4e compte de l’hôtel (novembre 1305-janvier 1306).

17 F. Cognasso, I Savoia, Turin, 1971, p. 100.

18 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 6745, 18e peau : châtellenie de Bâgé, 2e compte (1305-1306).

19 À l’exception notable d’un certain Jaquet, envoyé auprès du pape en août 1305 et qualifié de messagerius, voir Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 2e peau : 2e compte de l’hôtel (août-octobre 1305).

20 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 14, 3e peau : 2e compte de l’hôtel (octobre 1302-juin 1303).

21 Cognasso, I Savoia, op. cit. n. 17, p. 100.

22 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 5e peau : 4e compte de l’hôtel (novembre 1305-janvier 1306).

23 D. Kusman, « Mariage et réseaux financiers internationaux à la fin du xiiie siècle. La pesanteur des alliances féodales face à la déloyauté des marchés », Francia, 32 (2005), no 1, p. 121-156, ici p. 150.

24 B. Demotz, « Choix et représentations. L’entourage des comtes de Savoie du xie au xve siècle », À l’ombre du pouvoir : les entourages princiers au Moyen Age, éd. A. Marchandisse, J.-L. Kupper, Genève, 2003, p. 267-276.

25 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 7e peau : 5e compte de l’hôtel (janvier-avril 1306).

26 Chevalier, Regeste dauphinois, op. cit. n. 14, no 16772, p. 824-825.

27 R. Fawtier, Registres du Trésor des chartes, Paris, 1958, t. 1, no 855, p. 152.

28 M. Rubellin, Église et société chrétienne d’Agobard à Valdès, Lyon, 2003, p. 291-292.

29 Cte de Charpin-Feugerolles, M.-C. Guigue, Grand cartulaire d’Ainay, Lyon, 1885, t. 1, no 6, p. 9-14.

30 Guillere, Castelnuovo, « Les finances… », loc. cit. n. 4, p. 57.

31 P. Paravy, De la chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné. Evêques, fidèles et déviants (vers 1340-vers 1530), Rome, 1993 (Collection de l’École française de Rome, 183), p. 189.

32 Galland, Deux archevêchés…, op. cit. n. 1, p. 538.

33 Rubellin, Église et société…, op. cit. n. 28, p. 292-294.

34 M. Meras, Le Beaujolais au Moyen Âge, Villefranche-sur-Saône, 1956, p. 70.

35 R. Delort, « Le prince et la bête », Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, éd. J. Paviot, J. Verger, Paris, 2000, p. 185-195.

36 Dijon, Arch. dép. de Côte-d’Or, B 7088, 9e peau : compte du bailliage de Bresse (été 1305).

37 Delort, « Le prince… », loc. cit. n. 35, p. 190-191.

38 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 5e peau : 4e compte de l’hôtel (novembre 1305-janvier 1306).

39 Turino, Arch. di Stato, Corte, Obblighi e quietanze dei principi del sangue, Mazzo 1, no 14 : acte d’Amédée V (1289).

40 Turino, Arch. di Stato, Sezioni Riunite, Inv. 38, fol. 21, no 18, 7e peau : 5e compte de l’hôtel (janvier-avril 1306).

41 G. de Valous, Le patriciat lyonnais aux xiiie et xive siècles, Paris, 1973, p. 99, n. 27, p. 387-388 et 431-432.

42 Galland, Deux archevêchés…, op. cit. n. 1, p. 530-531.

Auteur

Université de Lyon (Lumière Lyon 2)
CIHAM (CNRS, UMR 5648)

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search