Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Pouvoirs et pratiques

La réception des Lombards par Clotaire II dans les Grandes Chroniques de France : enjeux d’une représentation*

The reception of the Lombards by Clotaire II in the Grandes Chroniques de France: What is involved in a representation

Myriam Martellucci

Résumé

À une époque où la diplomatie n’a pas encore inventé ses mots, les sources narratives et iconographiques témoignent des relations qui existent entre les peuples. La venue de messagers lombards auprès de Clotaire II dans le but d’être libérés du tribut dû aux Francs est un de ces témoignages. Pour les auteurs et artistes, évoquer ou taire la réception des Lombards relève d’un projet : projet historio-graphique au service du roi dans les Grandes Chroniques de France ; projet historiographique au bénéfice des Lombards chez Paul Diacre, qui choisit de taire la rencontre. La représentation imagée de cette réception dans les manuscrits des Grandes Chroniques répond, elle, à un projet iconographique élaboré par l’artiste et ses commanditaires.

In a period where diplomacy had not yet invented its own terms, narrative and iconographic sources bear witness to the relations that existed between peoples. The arrival of Lombard envoys at the court of Clotaire II is an example of one such interaction. These messengers come to negotiate the liberation from the tribute paid to the Franks. For the authors and artists in question mentioning or not mentioning the reception of the Lombards was conditioned by a historical project. In the Grandes Chroniques de France we find a historiographic project serving the king, while in the case of Paul Diacre, who does not mention the encounter, we have a historiographic project which favors the Lombards. The representation in images of this reception in the manuscripts of the Grandes Chroniques is part of an iconographic project devised by the artist and his patrons.

Texte intégral

  • * Tous nos remerciements vont à Thomas Lienhard, Isabelle Guyot-Bachy et Christiane Raynaud pour leu (...)
  • 1 Histoire de la diplomatie française, dir. Fr. Autrand, L. Bély, Ph. Contamine, Th. Lentz, t. 1, Du (...)
  • 2 Cette scène se déroule en 617, si l’on se réfère à la mention par Frédégaire de la 34e année du rè (...)
  • 3 Il nous paraît souhaitable de recourir à l’expression « projet iconographique » plutôt qu’à celle (...)
  • 4 À la différence du texte de Frédégaire, les Grandes Chroniques de France ne renvoient à aucun acte (...)
  • 5 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. F. Bougard, Turnhout, 1994.

1À une époque où la diplomatie n’a pas encore inventé ses mots1, les sources narratives et iconographiques témoignent de relations par milliers entre les entités, les peuples et les cultures. La venue de messagers envoyés au début du viie siècle2 par le roi lombard Agilulf à la cour de Clotaire II est l’un de ces témoignages. Auteurs et artistes s’emploient ou ne s’emploient pas à représenter une telle rencontre. Évoquer ou taire la réception des Lombards ressort d’un véritable projet, qu’il soit historiographique ou iconographique3. Les choix opérés par l’auteur, l’artiste et/ou le commanditaire sont porteurs de sens. Les enjeux d’une représentation peuvent être multiples, liés aux protagonistes eux-mêmes, à sa mise ou non en mots et enfin à sa mise ou non en images. En l’absence de trace diplomatique de la rencontre entre les messagers lombards et Clotaire II4, nous ne connaissons de cette affaire que ce que certaines sources narratives veulent bien nous présenter, et parmi elles les Grandes Chroniques de France. Mais avant de s’intéresser à leurs versions – littéraire et imagée – de la rencontre, il est intéressant de s’interroger sur les raisons qui peuvent motiver son absence d’autres sources, au premier rang desquelles figure l’Historia Langobardorum écrite vers la fin du viiie siècle par Paul Diacre5.

Du silence des sources

  • 6 Silence de Diacre souligné par Paulin dans sa version des Grandes Chroniques : « Paul Diacre, qui (...)
  • 7 Ibid., III, 28, p. 70.
  • 8 Ibid., III, 34, p. 74-75.
  • 9 Paul Diacre, Histoire des Lombards, op. cit. n. 5, IV, 40, p. 95.
  • 10 Ibid., II, 32, p. 53-54.
  • 11 Ibid., IV, 38, p. 94. À propos de Taso et Cacco, fils de Gisulf, duc de Frioul, chargés de gouvern (...)
  • 12 Ibid., IV, 32, p. 88 : « La paix faite avec le patrice Smaragde ; prise des cités de la Tuscie. En (...)

2L’Histoire des Lombards est jalonnée de moments d’échanges entre les Francs et les Lombards. Le silence6 de Paul Diacre n’est donc pas lié à l’absence de références à des relations diplomatiques entre ces deux peuples. Ainsi, Authari demande en mariage la sœur de Childebert7 et envoie des messagers de paix à Gontran8. Tout porte à croire que cette dernière ambassade fut à l’origine du tribut qui nous intéresse. Il est fait mention d’une démarche auprès de Childebert pour l’associer à la décision de paix, ce que signalent également les Grandes Chroniques. Nulle trace toutefois de tribut payé aux Francs dans le texte de Paul Diacre, ni sous Authari, ni sous Agilulf9. Doit-on en déduire qu’il n’a jamais existé et est une invention des auteurs francs ? L’hypothèse, pour aussi tentante qu’elle soit, ne résiste pas à une lecture plus attentive de l’Histoire des Lombards. Paul Diacre ne nie pas la réalité de rapports financiers hiérarchiques entre les peuples sous forme de tributs, de droits de passage, de cadeaux. Mais sa vision sert toujours la cause du peuple dont il écrit l’histoire. Les Lombards ne sont pas ceux qui paient. Ils sont ceux qui reçoivent. C’est le cas lorsqu’ils « plièrent l’Italie sous leur joug » et que « beaucoup de nobles Romains furent tués, […] tandis que les autres étaient répartis entre les hôtes et devenaient tributaires, versant aux Lombards le tiers de leurs récoltes10 ». C’est également le cas lorsque les Slaves doivent verser un tribut aux ducs du Frioul11. Et quand, sous le règne d’Agilulf, Paul Diacre évoque un tribut de douze mille sous, il ne s’agit nullement de celui que doivent verser les Lombards aux Francs, mais de celui que leur verse le patrice romain Smaragde en échange de la paix12 !

  • 13 Ibid., I, 7, p. 17 : tribut proposé aux Winniles, ancien nom des Lombards, comme Diacre le précise (...)
  • 14 Voir notamment l’introduction de François Bougard (Paul Diacre, Histoire des Lombards, op. cit. n. (...)
  • 15 H. Taviani-Carozzi, La principauté lombarde de Salerne, ixe-xie siècle, t. 1, Rome, 1991, p. xiii.
  • 16 Ni pour les Lombards présents, ni pour ceux à venir, voir W. Pohl, « Memory, Identity and Power in (...)
  • 17 Les Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard, Paris, 1920-1953, t. 2, p. 123-128.

3La notion de projet historiographique prend là tout son sens. Paul Diacre relate des faits qui servent la cause de son peuple et desservent ses adversaires. Il écrit une histoire des Lombards pour les Lombards, qui ne sauraient être tributaires d’un autre peuple, et ce dès le début de leur histoire. Lorsque les « arrogants » Vandales demandèrent le paiement d’un tribut en échange de la paix, les Lombards, et notamment Grimoald III, décidèrent qu’il valait mieux « défendre sa liberté par les armes que la déshonorer en payant un tribut, et firent savoir aux Vandales qu’ils préféraient la lutte à l’asservissement13 ». Le propos est clair : le peuple lombard n’est pas un peuple soumis, il ne saurait payer un tribut. Le silence de Paul Diacre trouve ici sa raison. Cette vision édulcorée doit beaucoup à une nécessité pratique et même politique : il ne veut pas froisser ses protecteurs à la tête du duché de Bénévent14. Ils ne sauraient accepter l’évocation d’un tribut dû aux Francs. Contrairement aux Lombards soumis du Nord, ceux-là ont su rester « hors de portée de la conquête carolingienne15 ». Le tribut ne peut exister : il n’existe donc pas16. Si le silence de Paul Diacre à propos de la rencontre des messagers lombards avec Clotaire II découle d’un projet historiographique favorable aux Lombards, que penser de son évocation au sein des Grandes Chroniques de France17 ?

De l’évocation des sources

  • 18 Le terme de Frédégaire, legatio, a été traduit par Olivier Devillers et Jean Meyers (Chronique des (...)
  • 19 Jusqu’à cette naissance, les parents, Chilpéric Ier et Frédégonde, ont dû faire face aux décès (ac (...)
  • 20 Livre V, 8 : « De la mort le roi Clothaire et de ses mours, et des preudomes qui furent de son ten (...)
  • 21 Livres III, IV et V (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 1 et 2).
  • 22 Livre IV, 25 (ibid., t. 2, p. 86-88).
  • 23 Cette importance de l’hérédité est encore soulignée aujourd’hui par la seule biographie en langue (...)
  • 24 Livre V, 1 : référence directe à Clovis et Pharamond (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t.  (...)
  • 25 Les victoires sont soulignées par la rubrique du manuscrit Paris, BNF, fr. 2610, fol. 71 : « Des m (...)

4Dans les Grandes Chroniques, la rencontre avec les messagers18 lombards est placée au début du livre V. La vie de Clotaire II, de sa naissance vers 58419 à sa mort vers 62920, court, quant à elle, sur trois livres (III, IV, V)21. Le livre IV se clôt sur la réunion des « IIII roiaumes22 », qui fait de Clotaire le digne successeur de son aïeul Clotaire Ier23. L’éloge du roi se poursuit avec l’évocation de la lignée royale24, des victoires contre les Saxons25 et des vertus qui lui sont attribuées. Le chroniqueur aborde ensuite le thème du tribut payé par les Lombards.

  • 26 À ce tribut s’ajoute une vallée, « vallée dite de Lanzo », selon la traduction d’Olivier Devillers (...)
  • 27 « Que il fu en la seigneurie des IIII roiaumes entierement par la volenté des plus granz princes » (...)
  • 28 Livre V, 2 (ibid., t. 2, p. 95-99).
  • 29 Livre V, 4 (ibid., t. 2, p. 105).
  • 30 La chapelle, fondée par sainte Geneviève, désignée comme « petite chapelete […] povre », négligée (...)
  • 31 Sur 41 miniatures placées en tête du livre V, douze ont une thématique dionysienne : six concernen (...)

5Évoquée au début du livre V, la réception des messagers lombards apparaît comme relevant d’un des premiers actes de Clotaire en tant que souverain des divers royaumes réunis. Il statue sur une décision de Contran, roi de Bourgogne, à l’origine du paiement annuel de douze mille sous d’or26. Symboliquement, il se place au-dessus de lui : il libère les Lombards du tribut, en tant que roi d’un vaste territoire unifié, dont la légitimité, désormais incontestée, n’est pas seulement dynastique, puisque issue de la concorde des puissants27. Une telle valorisation de Clotaire ne renvoie pas uniquement à un enjeu monarchique. Il existe également un enjeu symbolique dionysien. C’est sous son règne que se développe le lien entre la royauté et saint Denis. Dès le chapitre suivant, les Grandes Chroniques racontent l’épisode du cerf chassé par son fils Dagobert : le cerf réfugié dans une chapelle dédiée à saint Denis est ainsi protégé par l’aura du martyr28. Au chapitre IV, Dagobert lui-même profite de la protection du saint et lui voue dès lors une « granz devotion29 » : de là vient la renaissance du lieu de culte et du culte dionysien lui-même30. L’abbaye de Saint-Denis occupe ainsi une place de choix dans l’histoire de Clotaire, de Dagobert et, au-delà, des rois de France, ce que confirme l’étude iconographique des manuscrits. Le livre V s’ouvre, le plus souvent, sur une enluminure à la thématique dionysienne plutôt que sur l’illustration de la rencontre entre Clotaire et les Lombards31.

  • 32 Il est l’auteur, à la fin du xe et au début du xie siècle, d’une Historia Francorum qui s’arrête e (...)
  • 33 Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 93, n. 1. Sur le « problème Frédégaire », voir F (...)
  • 34 Ibid., p. 18.
  • 35 Ibid., p. 127-129.
  • 36 Ibid., p. 129. Les Grandes Chroniques précisent, quant à elles, la valeur frontalière de ces espac (...)

6Le récit de cette audience puise ses racines dans des écrits antérieurs. Primat reprend au xiiie siècle un passage d’Aimoin de Fleury32, qui dépend lui-même de la Chronique dite de Frédégaire33, dont les quatre livres furent rédigés vers le milieu du viie siècle. L’auteur « originaire de Bourgogne34 » serait fort bien placé pour évoquer une décision prise à la cour de cette région. En racontant la mise en place du tribut dans le livre IV, Frédégaire souligne la puissance de Gontran – et de Childebert, associé au trône –, vainqueur d’une compétition diplomatique qui l’oppose à l’empereur Maurice : les Lombards envoient des ambassades vers ces deux souverains pour décider auprès duquel obtenir une protection. L’option bourguignonne l’emporte : ils choisissent la totale protection des Francs contre un tribut annuel de douze mille sous d’or35. Ils entérinent de fait la supériorité des Francs, reconnue plus tôt lors de la cession de zones frontalières importantes : « Aoste et Suze avec […] territoire et […] population36. » Frédégaire poursuit son projet historiographique pro-bourguignon en insistant sur l’influence de Gontran et Childebert avec la permission desquels « les Lombards élèvent […] sur le trône le duc Authari », tandis qu’un « autre duc Authari » se tourne vers l’Empire romain.

  • 37 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, op. cit. n. 2, p. 129 : « Le roi Authari, lui, acqu (...)
  • 38 Th. Granier, « La captivité de l’empereur Louis II à Bénévent (13 août-17 septembre 871) dans les (...)

7Qu’en est-il de la permission bourguignonne lors de l’élection d’Authari et de la division lombarde dans les Grandes Chroniques ? Primat n’a pas le même dessein que Frédégaire. Ses connaissances sont différentes. Il dispose de l’Historia Langobardorum de Paul Diacre, source de choix en matière d’histoire lombarde. Elle lui fournit de précieux renseignements sur les relations franco-lombardes, et cette meilleure connaissance explique certaines variantes, notamment l’abandon de la fausse filiation attribuée par Frédégaire entre Authari et Agilulf37. Primat procède à un véritable croisement des données fournies par ses différentes sources pour rédiger une histoire qui ne soit ni celle de Frédégaire, ni celle de Paul Diacre. Pour autant, la version élaborée par Primat n’est pas uniquement motivée par l’établissement précis des faits. Ainsi, en omettant la scission des Lombards entre des ducs homonymes, le texte focalise l’attention autour d’un seul roi, Agilulf. Clotaire II reçoit les envoyés d’un roi et non ceux de l’un de ces multiples ducs. Les auteurs des xe et xiiie siècles écrivent après la conquête de 774. Insister sur l’unité du peuple lombard donne à cette conquête une dimension plus large38 et valorise la royauté qui en est à l’origine. Au sein des Grandes Chroniques, l’évocation de la réception des Lombards sert donc un projet historiographique à la fois monarchique et dionysien. Évoquer ou taire une rencontre relève d’un véritable choix. Et ce choix est en lui-même intéressant, qu’il ressortisse des sources dont dispose celui qui écrit ou d’un véritable projet historiographique. Qu’en est-il du projet iconographique ?

Audience et projet iconographique

  • 39 Manuscrit de la fin du xve siècle, de 274 feuillets, avec 304 miniatures et 87 lettres historiées. (...)
  • 40 Messagers dont les noms sont donnés : « Aguiolphe, Gauton et Ponpée » (Paris, BNF, fr. 2610, fol.  (...)
  • 41 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, op. cit. n. 2, p. 131. Les noms des messagers lomba (...)
  • 42 Warnachaire (Garnier), maire du palais de Bourgogne ; Gondelan, maire de Neustrie ; Chucus, maire (...)
  • 43 Hommes influents au premier rang desquels figure Warnachaire (ou Garnier) au service de Brunehaut (...)
  • 44 Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 94.

8Sur 65 manuscrits enluminés des Grandes Chroniques de France, 44 introduisent le livre V par une image. La réception des Lombards, rarement choisie, est retenue par le commanditaire du manuscrit français 2610 de la Bibliothèque nationale de France (voir annexe)39. Il s’agit d’une scène d’intérieur (arcade, vitraux, tenture verte). L’axe central vertical met en évidence la position particulièrement élevée du roi et le paiement du tribut : aux pieds du roi, un monticule de pièces sur un plateau vert avec quatre personnages à droite et cinq à gauche. L’artiste opte pour un chiffre sans valeur textuelle. Il instaure un déséquilibre entre les deux parties organisées de part et d’autre de Clotaire. Le texte ne donne aucune indication sur le nombre total de protagonistes. Le seul chiffre fourni concerne celui des « III messages » lombards40. Côté franc, on ne trouve qu’un démonstratif pluriel, « ceus », sans valeur numérique précise. Les Grandes Chroniques de France ne retiennent pas la version donnée par Frédégaire dans laquelle sont cités les trois conseillers proches du roi qui touchèrent de l’argent pour plaider la cause des Lombards et obtenir l’annulation du tribut. Les trois noms livrés par Frédégaire sont ceux de Warnecharius, Gondelan et Chuc41, tous trois maires de palais sous Clotaire II42. En ne les mentionnant pas, les Grandes Chroniques procèdent à une sorte de généralisation du problème évoqué par l’affaire du tribut : elles sortent du cadre restreint des trois maires du palais du début du viie siècle43 pour élargir le propos à un groupe moins formellement identifié et plus adapté au contexte historiographique : « Ceus […] dou plus estroit conseil44. »

  • 45 Par recoupement stylistique, le manuscrit Paris, BNF, fr. 2610 est associé au dernier quart du xve(...)

9Le tribut est au centre de la base d’un triangle ayant pour sommets trois personnages principaux se démarquant des autres par leur position, leurs gestes, leurs manteaux. Les partisans de l’exemption sont à gauche. L’artiste les figure au nombre de deux, alors que, nous l’avons vu, le texte ne donne aucune référence numérique précise. Faut-il y voir la désignation précise de deux proches du roi contemporains du manuscrit45 ? Dans l’image, ces deux conseillers sont devant les trois messagers représentés en position d’attente, assistant à l’audience sans y participer de façon active. L’argent est au cœur du débat. À gauche, le religieux exécute le geste du refus tandis que le laïc pose une main sur la partie vide du plateau. Eux seuls sont tête nue. L’artiste stigmatise-t-il ainsi des favoris qui ne seraient pas issus de lignées de grands ? Quoi qu’il en soit, il veut les distinguer des autres qui leur sont supérieurs en nombre et en taille. Le porte-parole de droite désigne de la main droite le tas d’or, paume gauche ouverte vers le sol, proche du poing fermé de celui qui le suit, invitant au maintien du tribut. Un homme s’insère dans l’espace compris entre la table et le dais, réduisant ainsi la distance qui sépare son groupe du roi qui les domine. Cette image symbolise les joutes verbales qui ont pu exister entre conseil du roi et favoris, entre le plus grand nombre et les plus influents. Pas de représentation manichéenne toutefois : l’image invite à constater, non à juger.

  • 46 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, op. cit. n. 2, p. 128.
  • 47 Ibid., p. 131 : « Ils sortirent en secret trois mille sous d’or […] sur le conseil des hommes […] (...)
  • 48 Pour le xve siècle, date de création des décorations du manuscrit, Peter Lewis affirme que, « n’en (...)
  • 49 Termes « dons » et « donerent » du livre V, 1 (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 9 (...)
  • 50 Dans son article sur les ambassadeurs occidentaux au vie siècle, Bruno Dumézil cite cette affaire (...)

10La représentation du roi est plus catégorique. C’est un personnage central, supérieur. De la main gauche il accepte la requête quand la main droite suggère pour sa part une rétention. Le procédé est discret pour évoquer la compensation obtenue. On est loin du texte, qui mentionne 36 000 livres offertes au roi par des messagers qui reconnaissent sa suprématie et son rôle majeur dans la prise de décision. Cette somme est douze fois supérieure à celle proposée à ses proches. Ceux-ci ne sont que des intermédiaires prodiguant des conseils partiaux, aspect particulièrement mis en valeur par Frédégaire ; il insiste sur le caractère confidentiel des tractations pour s’affirmer comme celui qui « ne cacher [a] pas […] les circonstances46 » de l’affaire : les ambassadeurs lombards sont malicieux, leurs agissements secrets47. Les Grandes Chroniques ne retiennent pas cette dimension, comme si de telles pratiques n’étaient plus de l’ordre du secret48 : les Lombards ne sont dévalorisés ni dans le texte ni dans l’image. La tractation n’est pas une subornation, mais un « don49 », réalisé après observation du fonctionnement de la cour50.

  • 51 C. F. Clamote Carreto, « Le don en anamorphose ou la réécriture du monde. Configurations et enjeux (...)
  • 52 « Larges aumosniers estoit et piteus à toutes genz » (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t.  (...)
  • 53 « Li rois qui fu piteus et debonaires les franchi de ce servitude » (ibid.).
  • 54 La réception des Lombards serait alors un prétexte pour évoquer la « question italienne », selon l (...)

11Par ailleurs, les Grandes Chroniques associent la décision royale à des valeurs morales, ce que ne fait pas Frédégaire : c’est parce que Clotaire « fu piteux et debonaires » qu’il accepta la requête lombarde, version qui réduit l’influence des conseillers corrompus ou le poids de l’argent. L’image du roi, ni faible ni vénal, en sort valorisée. Au-dessus des autres, en vertu de qualités motivant ses décisions, il domine les êtres, les choses et les questions financières. Les dominer ne signifie pas les méconnaître. Le roi vit avec son temps. Il n’ignore pas la « logique monétaire et marchande en pleine ascension51 ». Il montre la voie à suivre et s’affiche comme « larges ausmoniers52 ». Il sait se détacher des richesses pour multiplier dons et bienfaits. Cette décision témoigne d’une largesse calculée : Clotaire perd une rentrée d’argent, mais gagne en notoriété. Il libère les Lombards d’une « servitude53 ». Le lecteur du xve siècle, contemporain de la création du manuscrit étudié, ne sera pas insensible à cet acte, à une époque où l’expression « payer le treü » signifie au sens figuré « mourir ». Dispensateur de liberté et de vie, le roi sort symboliquement grandi. Sa décision est l’expression même de sa domination sur tous, familiers ou étrangers à sa cour, insistance de bon aloi pour un commanditaire du temps à propos d’une « question italienne54 ».

  • 55 Le recours au vert peut répondre à un désir de replacer le pouvoir de celui qui dirige dans un con (...)

12Cette enluminure souligne l’existence de discussions au sein de la cour et affirme le rôle décisif du roi. La suprématie royale ou princière reste sauve. Elle n’est toutefois pas absolue. La place restreinte réservée aux fleurs de lys, le vert utilisé pour la tenture, la couronne et le tissu du plateau participent sans doute également à cette mise en sommeil de l’omnipotence royale55. S’il n’est réellement partagé, le pouvoir est du moins discuté. Le projet iconographique enrichit le projet historiographique d’une dimension culturelle propre au contexte de la décoration du manuscrit et à son commanditaire. Cela multiplie d’autant les possibles enjeux d’une représentation. De la datation des créations peut dépendre la finalité des projets. L’historien en dépend.

La réception des Lombards dans le manuscrit Paris, BNF, fr. 2610, fol. 71.

Notes

1 Histoire de la diplomatie française, dir. Fr. Autrand, L. Bély, Ph. Contamine, Th. Lentz, t. 1, Du Moyen Âge à l’Empire, Paris, 2005 (Tempus, 191), p. 41.

2 Cette scène se déroule en 617, si l’on se réfère à la mention par Frédégaire de la 34e année du règne de Clotaire II, voir J. M. Wallace-Hardrill, The Fourth Book of the Chronicle of Fredegar with its Continuations, Londres, 1960 ; édition latine reprise dans Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens (livre IV et Continuations), trad. O. Devillers, J. Meyers, Turnhout, 2001. Cependant Agilulf, à l’origine de la démarche, meurt en 616 et ne peut l’initier en 617.

3 Il nous paraît souhaitable de recourir à l’expression « projet iconographique » plutôt qu’à celle de « programme iconographique » dans la mesure où cet article vise à mettre en évidence l’objectif général recherché par l’enlumineur (ou le commanditaire) dans l’image étudiée, et non l’organisation détaillée mise en place pour atteindre le projet. Cette expression souligne davantage encore l’intérêt qu’il peut y avoir à traiter l’image comme un document, au même titre qu’un texte perçu très souvent dans le cadre de son projet historiographique.

4 À la différence du texte de Frédégaire, les Grandes Chroniques de France ne renvoient à aucun acte ponctuant la rencontre. Est-ce parce qu’il n’en existait plus trace ? Les Monumenta Germaniae Historica ne contiennent, aujourd’hui, aucun texte relatif à cette ambassade. Les travaux récents ne renvoient pas non plus à l’existence d’écrits officiels, voir R. Dreillard, « A jure foederis recedente. Respect et irrespect des traités dans le monde franc au viiie siècle », L’autorité du passé dans les sociétés médiévales, dir. J.-M. Sansterre, Rome, 2004 (Collection de l’École française de Rome, 333), p. 57-77 ; B. Dumézil, « Les ambassadeurs occidentaux au vie siècle : recrutement, usages et modes de distinction d’une élite de représentation à l’étranger », Théories et pratiques des élites au haut Moyen Age. Conception, perception et réalisation sociale, consultable en ligne [http://wwwl.unihamburg.de/tagung-eliten/DumezilAmbassadeurs.pdf].

5 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. F. Bougard, Turnhout, 1994.

6 Silence de Diacre souligné par Paulin dans sa version des Grandes Chroniques : « Paul Diacre, qui le plus souvent copie Frédégaire pour les choses de France, n’a pas dit un mot de ces tributs et de la cession de ces territoires » (Les Grandes Chroniques de France selon que elles sont conservées en l’Église de Saint-Denis en France, Paris, 1836, t. 1, p. 315, n. 1). Ce silence est également souligné par O. Devillers et J. Meyers : Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, op. cit. n. 2, p. 129, n. 359.

7 Ibid., III, 28, p. 70.

8 Ibid., III, 34, p. 74-75.

9 Paul Diacre, Histoire des Lombards, op. cit. n. 5, IV, 40, p. 95.

10 Ibid., II, 32, p. 53-54.

11 Ibid., IV, 38, p. 94. À propos de Taso et Cacco, fils de Gisulf, duc de Frioul, chargés de gouverner le duché à sa mort : « Pendant cette période ils furent en possession de la région des Slavec appelée Zellia, jusqu’au lieu dit Medaria : d’où le paiement d’un tribut par ces mêmes Slaves aux ducs du Frioul jusqu’à l’époque de Ratchis. »

12 Ibid., IV, 32, p. 88 : « La paix faite avec le patrice Smaragde ; prise des cités de la Tuscie. Enfin, pendant le mois de novembre qui suivit (en 605), le roi Agilulf conclut une trêve d’un an avec le patrice Smaragde, recevant douze mille sous de la part des Romains. »

13 Ibid., I, 7, p. 17 : tribut proposé aux Winniles, ancien nom des Lombards, comme Diacre le précise au chapitre 9 (ibid., p. 18).

14 Voir notamment l’introduction de François Bougard (Paul Diacre, Histoire des Lombards, op. cit. n. 5, p. 8-9).

15 H. Taviani-Carozzi, La principauté lombarde de Salerne, ixe-xie siècle, t. 1, Rome, 1991, p. xiii.

16 Ni pour les Lombards présents, ni pour ceux à venir, voir W. Pohl, « Memory, Identity and Power in Lombard Italy », The Uses of the Past in the Early Middle Ages, éd. Y. Hen, M. Innes, Cambridge, 2000, p. 9-28.

17 Les Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard, Paris, 1920-1953, t. 2, p. 123-128.

18 Le terme de Frédégaire, legatio, a été traduit par Olivier Devillers et Jean Meyers (Chronique des temps mérovingiens…, op. cit. n. 2) par « ambassadeurs ». François Guizot et Romain Fougère avaient préféré le traduire par « députés » (Chroniques du temps du roi Dagobert [592-639]. Chronique du Pseudo-Frédégaire et Vie de Dagobert, rééd. Clermont-Ferrand, 2001, p. 36-38). Les Grandes Chroniques donnent le terme de « messages ». La version latine sur laquelle se fonde leur rédaction en langue vernaculaire comportait-elle le terme nuntius ? Si oui, quel texte est porteur de ce terme absent de Frédégaire ? Pour la nuance entre ces termes et leurs variantes, voir D. Longrée, « Message et ambassade chez les historiens latins : une approche lexicométrique », Récits d’ambassades et figures du messager, dir. G. Jacquin, Rennes, 2006, p. 47-64. Pour la fin du Moyen Âge, l’association des deux termes « message/ambassadeur » est confirmée dans le Dictionnaire de moyen français : le messager (synonyme « messagier » ou « message ») y est défini comme « celui qui est chargé de porter un message, envoyé, ambassadeur », en ligne [http://atilf.atilf.fr].

19 Jusqu’à cette naissance, les parents, Chilpéric Ier et Frédégonde, ont dû faire face aux décès (accidentels ou non) de leurs précédents enfants. Les Grandes Chroniques (III, 18) soulignent le bonheur ressenti par Chilpéric à l’annonce de la naissance et, ce qui ne surprendra pas, passent sous silence celui de Frédégonde : « Ele enfanta I moult biau filz, Clothaires fu apelez. Li rois en ot si grant joie que il commanda que les prisons fussent ouvertes par tout son roiaume, et que li prisonier, de quelconques cas que ce fust, s’en alassent quite et delivre » (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 1, p. 306).

20 Livre V, 8 : « De la mort le roi Clothaire et de ses mours, et des preudomes qui furent de son tens » (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 123-128). À propos de la date de décès : ibid., p. 127, n. 5.

21 Livres III, IV et V (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 1 et 2).

22 Livre IV, 25 (ibid., t. 2, p. 86-88).

23 Cette importance de l’hérédité est encore soulignée aujourd’hui par la seule biographie en langue française consacrée à Clotaire II : I. Gobry, Clotaire II. Petit-fils de Clotaire Ier. Fils de Frédégonde, Paris, 2005 ; cet ouvrage grand public ne comble qu’en partie le vide biographique. L’histoire de Clotaire, nous semble-t-il, reste à faire.

24 Livre V, 1 : référence directe à Clovis et Pharamond (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 91-92).

25 Les victoires sont soulignées par la rubrique du manuscrit Paris, BNF, fr. 2610, fol. 71 : « Des mours du roy clothaire et de ses merveilleuses victoires que il eut de ses ennemis et coment il quiyta les lombars du treu quilz lui devoient ». L’édition de Viard, établie à partir du manuscrit 782 de la bibliothèque Sainte-Geneviève de Paris, donne le titre suivant : « Des mours li roi Clothaire et cornent il assoust les Lombards dou treu que il devoient » (Les Grandes Chroniques…,οp. cit. n. 17, t. 2, p. 91).

26 À ce tribut s’ajoute une vallée, « vallée dite de Lanzo », selon la traduction d’Olivier Devillers et Jean Meyers ; « vallée dite Ametége », dans la traduction de François Guizot ; « valée qui a non Amitege » dans l’édition des Grandes Chroniques par Jules Viard.

27 « Que il fu en la seigneurie des IIII roiaumes entierement par la volenté des plus granz princes » (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 91-92).

28 Livre V, 2 (ibid., t. 2, p. 95-99).

29 Livre V, 4 (ibid., t. 2, p. 105).

30 La chapelle, fondée par sainte Geneviève, désignée comme « petite chapelete […] povre », négligée depuis de longues années (livre V, 2, ibid., t. 2, p. 96), bénéficie ensuite de nombreux dons royaux (livre V, 4, ibid., t. 2, p. 105). Dagobert ordonne la mise au jour des tombes et lettres des martyrs et leur transfert dans une église fondée à cette occasion (livre V, 9, ibid., t. 2, p. 128-134). Dagobert est vu, « à tort ou à raison », comme le fondateur de la basilique, voir R. Bossuat, « Le roi Dagobert, héros de romans du Moyen Âge », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2 (1964), p. 361-368.

31 Sur 41 miniatures placées en tête du livre V, douze ont une thématique dionysienne : six concernent la fondation de Saint-Denis par Dagobert, cinq l’épisode du cerf (chap. 2), une Dagobert dormant dans la chapelle de Saint-Denis (chap. 3). La réception des Lombards n’est représentée que cinq fois.

32 Il est l’auteur, à la fin du xe et au début du xie siècle, d’une Historia Francorum qui s’arrête en 654.

33 Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 93, n. 1. Sur le « problème Frédégaire », voir Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, op. cit. n. 2, p. 5-18.

34 Ibid., p. 18.

35 Ibid., p. 127-129.

36 Ibid., p. 129. Les Grandes Chroniques précisent, quant à elles, la valeur frontalière de ces espaces (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 93).

37 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, op. cit. n. 2, p. 129 : « Le roi Authari, lui, acquitta chaque année le tribut que les Lombards avaient promis aux Francs. Après son décès, son fils Agilulf[filiation fausse] est élevé sur le trône. On sait qu’il fit les versements de la même façon. »

38 Th. Granier, « La captivité de l’empereur Louis II à Bénévent (13 août-17 septembre 871) dans les sources des ixe-xe siècles : l’écriture de l’histoire, de la fausse nouvelle au récit exemplaire », Faire l’événement au Moyen Âge, dir. C. Carozzi, H. Taviani-Carozzi, Aix-en-Provence, 2007, p. 13-39.

39 Manuscrit de la fin du xve siècle, de 274 feuillets, avec 304 miniatures et 87 lettres historiées. Ce témoin est trop tardif pour avoir pu être pris en compte par Anne Hedeman dans sa riche étude iconographique des manuscrits des Grandes Chroniques (The Royal Image. Illustrations of the Grandes Chroniques de France, 1274-1422, Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1991).

40 Messagers dont les noms sont donnés : « Aguiolphe, Gauton et Ponpée » (Paris, BNF, fr. 2610, fol. 71).

41 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, op. cit. n. 2, p. 131. Les noms des messagers lombards ainsi que l’ordre de présentation varient un peu dans l’édition : « Agiulf, Pompeius et Gauto. »

42 Warnachaire (Garnier), maire du palais de Bourgogne ; Gondelan, maire de Neustrie ; Chucus, maire d’Austrasie. Le texte de Frédégaire suggère que les trois maires aient pu être contactés par les Lombards. Cela signifie-t-il qu’ils étaient tous trois présents au palais de Clotaire lors de la rencontre diplomatique ? Quoi qu’il en soit, cette affaire suggère qu’ils ont tous trois accès à l’oreille du roi.

43 Hommes influents au premier rang desquels figure Warnachaire (ou Garnier) au service de Brunehaut jusqu’en 613, date à laquelle il la trahit pour se placer dès lors sous l’égide de Clotaire II. Son influence est perceptible dans le contexte de contestation religieuse de la règle de saint Colomban dans lequel se dessinent tout à la fois le rôle des réseaux d’intérêts ou des liens familiaux et la rivalité Burgondie/Neustrie. Voir B. Dumézil, « L’affaire Agrestius de Luxeuil : hérésie et régionalisme dans la Burgondie du viie siècle », Médiévales, 52 (2007), p. 135-152.

44 Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 94.

45 Par recoupement stylistique, le manuscrit Paris, BNF, fr. 2610 est associé au dernier quart du xve siècle et au maître de Jean de Brosse, voir Fr. Avril, M.-Th. Gousset, B. Guenée, Les Grandes Chroniques de France. Reproduction intégrale des miniatures de Fouquet, ms. 6465 de la Bibliothèque nationale de Paris, Paris, 1987, p. 281, n. 45. L’enluminure étudiée pourrait être associée à la cour de Charles VIII et à deux hommes influents : Guillaume Briçonnet et Etienne de Vesc, voir B. Chevalier, « La guerre pour un chapeau de cardinal. Guillaume Briçonnet instigateur de l’entreprise de Naples, mai 1493-août 1494 », Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Philippe Contamine, dir. J. Paviot, J. Verger, Paris, 2000, p. 159-165.

46 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens…, op. cit. n. 2, p. 128.

47 Ibid., p. 131 : « Ils sortirent en secret trois mille sous d’or […] sur le conseil des hommes […] qui avaient en cachette été subornés. »

48 Pour le xve siècle, date de création des décorations du manuscrit, Peter Lewis affirme que, « n’en déplaise aux ténors de la théorie, il faut reconnaître que tout le monde est en quelque sorte corrompu » (P. Lewis, « Être au conseil au xve siècle », Guerre, pouvoir et noblesse…, op. cit. n. 45, p. 461-469, ici p. 462).

49 Termes « dons » et « donerent » du livre V, 1 (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 94).

50 Dans son article sur les ambassadeurs occidentaux au vie siècle, Bruno Dumézil cite cette affaire comme exemple possible de pratiques courantes pour obtenir satisfaction. Il ne mentionne pas le versement d’argent à Clotaire II, alors même qu’il ne nie pas l’existence de tels recours pour s’attirer les faveurs d’un roi, voir Dumézil, « Les ambassadeurs occidentaux au vie siècle… », loc. cit. n. 4.

51 C. F. Clamote Carreto, « Le don en anamorphose ou la réécriture du monde. Configurations et enjeux de l’hospitalité dans le récit médiéval (xiie-xiiie siècles) », COnTEXTES, 5 (2009), consultable en ligne [http://contextes.revues.org/index4250.html].

52 « Larges aumosniers estoit et piteus à toutes genz » (Les Grandes Chroniques…, op. cit. n. 17, t. 2, p. 92).

53 « Li rois qui fu piteus et debonaires les franchi de ce servitude » (ibid.).

54 La réception des Lombards serait alors un prétexte pour évoquer la « question italienne », selon le titre du chapitre 23 du livre de P. M. Kendall, Louis XI, « L’universelle araigne », trad. fr. É. Diacon, Paris, 1994, p. 392-403.

55 Le recours au vert peut répondre à un désir de replacer le pouvoir de celui qui dirige dans un contexte de discussion (thème évident de l’image) et plus encore dans le contexte incertain des jeux d’influence au sein de la cour.

Notes de fin

* Tous nos remerciements vont à Thomas Lienhard, Isabelle Guyot-Bachy et Christiane Raynaud pour leurs riches remarques, dont la présente version ne peut malheureusement rendre pleinement compte, ainsi qu’à Stéphane Péquignot pour sa relecture attentive et ses précieux conseils.

Table des illustrations

Légende La réception des Lombards dans le manuscrit Paris, BNF, fr. 2610, fol. 71.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/16448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 501k

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540