Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Pouvoirs et pratiques

Les ducs de Lorraine (1346-1431) : des princes sans diplomatie ?

The Dukes of Lorraine (1346-1431): Princes without Diplomacy?

Christophe Rivière

Résumé

Cette contribution questionne la possibilité d’une diplomatie dans une principauté d’Empire, marquée par la féodalité, au tournant des xive et xve siècles. Malgré les lacunes des archives lorraines dans ce domaine, se dévoile une intense pratique de la négociation, révélatrice à la fois des ambiguïtés du statut princier et du visage de la principauté ducale. Négocier comporte des risques, notamment celui de se voir rabaissé au rang de simple vassal, ou de sujet, par un prince souverain. Une telle activité suppose aussi la présence d’un personnel de confiance, disponible et fidèle. Malgré tout, l’élargissement de l’horizon diplomatique de la Lorraine et la spécialisation relative du personnel au service du prince témoignent de la lente mise en place de structures étatiques plus modernes sous le règne de Charles II (1390-1431).

Texte intégral

  • 1 Paris, Arch. nat., J 681, no 48.
  • 2 S. Péquignot, Au nomduroi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (...)
  • 3 M. Parisse, Histoire de la Lorraine. L’époque médiévale, Nancy, 1990, p. 203-212.

1« Le duc de Lorraine tient petit pays et de son pays ne saroit tirer outre trois cens hommes d’armes, et n’y a guere a faire a le mettre a raison, qui aura voulenté de le faire1. » Prononcé par le procureur du parlement de Paris, le 1er août 1412, au cours d’un procès intenté au duc Charles II, ce jugement montre que les serviteurs du roi de France considèrent davantage le duc de Lorraine comme un seigneur brigand que comme un prince respectable avec qui l’on peut entrer en négociation. Le procureur étaie son opinion sur la petite taille et la faiblesse militaire du duché. De fait, la documentation relative à la diplomatie des ducs de Lorraine à cette époque s’avère particulièrement étique. N’auraient-ils donc pas plus de diplomatie que d’armée ? Si l’on considère la diplomatie comme l’ensemble des « activités de représentation et de négociation politiques menées au nom d’un pouvoir auprès de pouvoirs étrangers2 » et le diplomate la personne chargée de mener cette négociation et/ou de représenter le prince mandataire, le morcellement de l’espace lorrain – comprenant plusieurs dizaines d’entités politiques de facto indépendantes3 – multipliait pourtant les possibilités de rencontres et de contacts diplomatiques en tous genres. La diplomatie pouvait aussi constituer pour le duc un moyen de s’affirmer sur l’échiquier politique régional ou international en dépit de sa faiblesse militaire. Pour disposer d’informations quantitativement significatives, nous étudierons les négociations des ducs de Lorraine sur une période longue, celles des règnes de Jean Ier (1346-1390) et Charles II (1390-1431), et ce à partir d’un triple questionnement. Dans quelle mesure peut-on parler de « pratique diplomatique » des ducs de Lorraine ? Avec qui négocient-ils ? Et quels personnages sont chargés de mener à bien ces négociations ?

Des relations diplomatiques inexistantes ou invisibles ?

  • 4 Ce type de documents fait son apparition dans certaines cours européennes au début du xive siècle, (...)
  • 5 Ch. Rivière, Une principauté d’Empire face au royaume. Le duché de Lorraine sous le règne de Charl (...)
  • 6 Voir Paris, BNF, Col. Lorraine 4, fol. 43 : reconnaissance de dettes de Jean Ier à son conseiller (...)
  • 7 Deutsche Reichstagsakten, éd. J. Weizsäcker, Munich, 1867-1888, t. V, no 353, acte en allemand tra (...)
  • 8 E. Duvernoy, « L’hôtel de Lorraine à Paris », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de (...)

2La diplomatie médiévale met en œuvre une grande diversité de moyens et de rituels. L’activité diplomatique d’un prince s’avère toutefois difficile à saisir, faute de traces écrites provenant soit de son entourage, soit de celui des forces politiques avec lesquelles il est en contact. Or, sur une période de 85 ans, les archives du duché de Lorraine ne recèlent aucune lettre de créance, aucun sauf-conduit, aucune instruction donnée par le duc à l’un de ses serviteurs, a fortiori aucun des registres à vocation documentaire conservés pour être utilisés au cours de négociations à venir4. Un tel constat n’étonne guère toutefois, dans une principauté où le premier registre de comptes ne date que de 14195. Dans le duché de Lorraine en effet, les documents administratifs sont rares, car ils n’ont pas été archivés. Sans doute les officiers ducaux tenaient-ils une comptabilité écrite depuis assez longtemps, mais jusqu’à cette date ils ne la déposaient pas dans le Trésor des chartes de Lorraine. Cette situation rend particulièrement difficile l’appréhension des relations diplomatiques du duché à la fin du Moyen Âge. Malgré tout, les ducs de Lorraine exercèrent bel et bien une activité diplomatique. On en retrouve les traces, éparses, indirectes, au détour de documents divers, traités ou reconnaissances de dettes par exemple6. Bien souvent, ce sont les archives des souverains, des princes ou des villes avec qui Charles II était en contact qui révèlent la présence d’un de ses envoyés. Le 20 février 1403, une lettre du roi des Romains Robert de Palatinat à son gendre Charles II était ainsi envoyée en « réponse aux propositions faites par Frédéric, chapelain du duc de Lorraine7 ». Enfin, des témoignages de l’activité diplomatique des ducs peuvent être invoqués : ainsi la maison que possède le duc de Lorraine à Paris, rue Pavée, peut-elle constituer un lieu de rencontre informel pour ses envoyés, même si nous n’avons retrouvé aucun indice de négociations qui y auraient été menées8. Il n’en reste pas moins que la mise en relation de toutes ces mentions permet de dégager quelques interrogations et conclusions intéressantes.

3La documentation pose une première question : les Lorrains acceptent-ils les principes et les normes indispensables à toute relation diplomatique ? Respectent-ils, pour commencer, la personne du messager ? Certains documents permettent d’en douter, ainsi la relation de l’accueil réservé par les hommes du duc de Bar à un messager de Charles II venu porter des lettres exigeant l’application d’un traité conclu précédemment. Après l’avoir longtemps fait attendre,

  • 9 Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, B 532, no 54 (mai 1414).

sur le tart, quant on voloit fermer les portes, s’en vindrent devers le dit chevalchour environ trois ou quatre, et li dirent : « Or sus levez vous […] et vous fault delosgier. » Et lui firent amener son cheval et ils li dizent : « Or sus prenez ces lettres, et se vous ne les preneis, vous ferez la plux grande folie que vous feistes oncques. » Et il dit que vraiement non feroit […] Lors le firent monter a cheval et l’en meneront sur le pont de la ruviere […] et tornerent la teste du cheval ou il estoit monter par les brides devers la plux profonde [vallee], et quant il vit son cheval torner il dit : « Se vous me voler noier, il me faut descendre. » Lesquelx ne respondirent rien. Et lors prirent les lettres, et les getterent en l’iawe desous le pont, et li diroit : « Va t’en tost, chevalchour9 ! »

  • 10 On peut citer l’arrestation des ambassadeurs envoyés par le roi de France au concile de Constance (...)
  • 11 Gilles Le Bouvier, dit Le Héraut Berry, Le livre de la description des pays, éd. E.-T. Hamy, Paris (...)
  • 12 B. Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, 1992, (...)

4À ce document viennent s’ajouter plusieurs cas d’arrestations et de mauvais traitements infligés à des messagers ou des ambassadeurs, toujours à l’intérieur de l’espace lorrain10. Certes, le contexte particulièrement troublé de la querelle des Armagnacs et des Bourguignons pouvait pousser à toutes sortes d’excès. Mais les populations et les officiers du roi de France dénoncent souvent ces comportements et ne voient dans les Lorrains que des « gens de guerre et d’estrange querelle contre leurs voisins11 ». De part et d’autre de la Meuse, l’incompréhension s’avère profonde et les cultures politiques différentes. Celle de l’espace lorrain, profondément marquée par la féodalité, rejette les notions de majesté, de souveraineté et donc de sujétion, qui s’imposent à la même époque dans le royaume de France12. Les envoyés du roi ne disposent donc pas, à leurs yeux, d’une immunité. Il n’empêche toutefois qu’existent au sein de cet espace des négociations qui, sous une forme ou sous une autre, relèvent des pratiques diplomatiques, même si elles intègrent des comportements qui peuvent parfois choquer les membres de l’entourage du roi de France.

Les ambiguïtés du statut de prince

  • 13 Les données du tableau 1, tout comme celles des trois suivants, sont issues des dépouillements sys (...)
  • 14 M. Nordberg, Les ducs et la royauté : étude sur la rivalité des ducs d’Orléans et de Bourgogne (13 (...)

5Ces négociations révèlent la nature profondément ambiguë du statut des ducs de Lorraine à la fin du Moyen Âge. Les tableaux 1 et 2 présentent une analyse statistique de l’ensemble des négociations entamées et/ou menées à terme par les ducs de Lorraine avec d’autres entités politiques13. L’année 1400 est décisive pour la Lorraine : le 21 août, Robert de Palatinat, beau-père de Charles II, est élu roi des Romains, en lieu et place de Wenceslas de Luxembourg. Cette contre-élection s’inscrit dans le conflit dynastique entre Wittelsbach et Luxembourg au sein de l’Empire et recoupe, par le jeu des alliances matrimoniales, l’opposition entre Armagnacs et Bourguignons au sein du royaume de France. Inévitablement, Charles II se trouve impliqué dans les querelles qui déchirent l’Europe à cette époque et, par conséquent, dans les négociations qui les accompagnent14.

Tableau 1. — Négociations menées par les ducs de Lorraine de 1346 à 1400

Tableau 1. — Négociations menées par les ducs de Lorraine de 1346 à 1400
  • 15 Rivière, Une principauté d’Empire., op. cit. n. 5, p. 261-264.
  • 16 Péquignot, Au nom du roi…, op. cit. n. 2, p. 352-353.
  • 17 Rivière, Une principauté d’Empire…, op. cit. n. 5, p. 234-244 et 264-267.
  • 18 Paris, Arch. nat., J 514, no 14 (1369) ; Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, 3 F 436, fol. 72 (...)
  • 19 À partir de 1361, les ducs de Lorraine ne reprennent plus leur duché de l’empereur (voir Paris, BN (...)

6Ce premier tableau montre le rayonnement restreint du duché de Lorraine avant 1400. Cette faiblesse se perçoit au travers de nombreux indices, à commencer par le très faible nombre de négociations : une par an environ. Les deux tiers d’entre elles, 68 %, concernent les voisins de Jean Ier et de Charles II. À lui seul, le duc de Bar rassemble plus du tiers des relations diplomatiques des ducs de Lorraine. À l’inverse, il faut noter la faible part des autres princes et villes de l’Empire (12,5 %) et du royaume de France (9 %). Cette prépondérance de l’échelle locale traduit le statut marginal du duc de Lorraine sur la scène européenne. Quant au roi de France et à l’empereur, ou au roi des Romains, ils tiennent une place à part. Les ducs de Lorraine occupent dans l’Empire, comme dans le royaume de France, une place de choix : ils ont rang de princes d’Empire et peuvent parfois faire office de pairs de France, en lieu et place du comte de Champagne15. Mais ils tiennent aussi leur duché directement de l’empereur, et plusieurs fiefs du roi de France. Or, pour l’un comme pour l’autre, négocier avec un duc de Lorraine revient à « mettre en péril l’honneur et les intérêts du roi-mandataire16 », puisqu’une relation égalitaire avec lui est impossible. De son côté, le duc a tout intérêt à éviter les contacts avec l’empereur Charles IV. Lors de son voyage à Metz à la Noël 1356, il ne le désigne pas comme électeur dans la Bulle d’Or qu’il y proclame. En 1378, la rencontre du roi et de l’empereur à Paris pourrait faire du duc un intermédiaire privilégié, mais ne manquerait pas de le reléguer au rang de vassal. Ainsi peut s’expliquer l’absence de représentants de Jean Ier lors de ces deux événements17. On peut le comprendre, si l’on considère la teneur des négociations menées avec le roi de France. Le 19 novembre 1366, Jean Ier signe un traité avec Charles V, traité qui prévoit une lutte commune contre les compagnies ravageant alors la région, mais qui n’omet pas de rappeler la convocation de Jean Ier devant le conseil royal pour félonie. À l’issue de la procédure, il doit l’année suivante implorer son pardon et reprendre en fief du roi de nouvelles terres à l’ouest de la Meuse. En 1369, Jean Ier adresse au roi une lettre portant la signature : « le duc de Loherenne et marchis, vostre subject18 ». On conçoit que le duc n’ait guère eu envie de multiplier ce genre de contacts, qui révèlent l’impossibilité de toute négociation véritable avec des interlocuteurs de rang très élevé, à une époque où précisément il commence à revendiquer l’indépendance du duché19.

7Si elles s’élevaient à peine à une par an au temps du duc Jean Ier, les négociations passent à deux par an pendant la première décennie du règne de Charles II, puis à plus de quatre par an en moyenne après 1400. L’explication ne peut pas tenir au seul charisme du prince. Le poids du contexte international joue également, mais pas avant 1400. Or, la fréquence des négociations commence à augmenter au cours de la décennie précédente. En outre, cette augmentation s’avère relativement linéaire.

Tableau 2. — Négociations menées par les ducs de Lorraine de 1400 à 1431

Tableau 2. — Négociations menées par les ducs de Lorraine de 1400 à 1431
  • 20 Voir supra n. 9.
  • 21 M. Kitzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa. AuswärtigePolitikzwischen dem Reich, (...)
  • 22 Le 4 décembre 1425, Charles II affirme pour la première fois tenir son duché par la grâce de Dieu  (...)

8Ce deuxième tableau montre un élargissement de l’horizon diplomatique du duché. Non seulement la part des interlocuteurs lorrains tombe de 68 % à 50 %, signe d’un rééquilibrage aux dépens de l’échelle locale, mais le nombre des interlocuteurs augmente. Des contacts sont établis avec le roi d’Angleterre, avec les ducs de Savoie et de Milan20. Tout ceci témoigne de la stature nouvelle acquise par Charles II. Certes, les difficultés rencontrées par les souverains lors de la guerre franco-anglaise et franco-bourguignonne expliquent en partie ce prestige accru : lorsque le roi d’Angleterre, puis le duc de Bavière vinrent demander à Charles II la main de sa fille Isabelle, il s’agissait surtout pour eux de faire obstacle à la conclusion du traité de Foug, qui préparait l’union personnelle des duchés de Bar et de Lorraine, et surtout l’avènement futur de René d’Anjou, un prince réputé armagnac, à la tête de ces deux principautés21. Toutefois, la considération nouvelle dont bénéficie alors le duc de Lorraine doit aussi être mise en relation avec l’affirmation plus nette de l’indépendance du duché de Lorraine au début du xve siècle22. Cette évolution n’en demeure pas moins fragile. Charles II le sait bien, qui s’efforce lui aussi de rencontrer le moins possible les rois de France et d’Angleterre en tête à tête. Le 22 mai 1419 par exemple, il décline l’invitation du roi Charles VI à assister à une conférence anglo-franco-bourguignonne entre Pontoise et Mantes :

  • 23 Paris, BNF, Col. Lor. 89, fol. 13.

Tres redoubté seigneur, plaise vous savoir que j’ay receu vos dictes lettres led. xxie jour de may, moy estant au lit pressé de grosse et grieves maladies, et ne porroie, en maniere que suis, chevaucher ny aller. Pour ce, vous plaise m’avoir pour excusé, car en ce et en toutes choses je vous vorroie complaire, obtemperer et obeÿr a tous vos commandements23.

9Charles II use à plusieurs reprises d’excuses de ce type : d’une part, il n’a manifestement aucune envie d’« obtempérer », de « complaire » et d’« obéir » ; d’autre part, il sait bien qu’il n’a aucun moyen de peser dans les négociations qui s’engagent entre le duc de Bourgogne et les rois de France et d’Angleterre, bien plus puissants que lui. Sa diplomatie révèle donc les ambiguïtés de la position d’un duc qui a rang de prince dans l’Empire, comme dans le royaume de France, mais ne parvient pas à s’imposer face à des interlocuteurs de très haut rang.

Le personnel diplomatique du duc : serviteurs ou arbitres ?

10Tournons-nous à présent vers les négociateurs au service des ducs. Les tableaux 3 et 4 rassemblent la totalité des mentions relatives à des hommes et des missions à caractère diplomatique. La première colonne indique le nombre de négociateurs, la seconde le nombre de missions qui leur furent confiées. Les totaux ne correspondent pas, puisque certaines négociations ont été confiées à plusieurs personnes, tandis que d’autres étaient menées directement par le duc.

Tableau 3. — Négociateurs des ducs de Lorraine de 1346 à 1400

Tableau 3. — Négociateurs des ducs de Lorraine de 1346 à 1400
  • 24 Rivière, Une principauté d’Empire…, op. cit. n. 5, p. 103-110 et 125-131. Ce constat vaut pour l’e (...)

11Le poids de la noblesse dans le personnel diplomatique du duché de Lorraine n’a rien de surprenant, car la représentation d’un prince suppose l’envoi d’une personne digne de son rang. Malgré tout, la place des nobles est écrasante, atteignant presque 90 % du total des missions, surtout si l’on considère que le moindre messager a été pris en compte dans ce tableau. L’absence de spécialisation du personnel diplomatique n’étonne pas non plus. Durant la seconde moitié du xive siècle, la catégorie qui effectue le plus grand nombre de missions – près des deux tiers – est celle du « noyau dur » de la cour de Nancy, à savoir le groupe des personnes qui se trouvent en permanence autour du prince à Nancy. Il s’agit de familiers, souvent détenteurs d’offices, mais pas systématiquement. Le processus d’institutionnalisation de l’administration ducale n’est qu’à peine entamé, les structures administratives demeurent informelles24, et le duc confie à ses hommes de confiance toutes sortes de missions, dont celles à caractère diplomatique.

  • 25 Ibid., p. 155-159.

12Il convient aussi de relever la place occupée par un personnage, Thibaud de Blâmont. Parmi l’ensemble des serviteurs du prince, c’est lui qui accomplit le plus grand nombre de missions, six au total, ce qui prouve la faible spécialisation du personnel diplomatique. Or, le personnage entretint une relation ambiguë avec le duc. Il lui prêtait hommage pour quelques fiefs, mais ne tenait pas de lui l’ensemble de ses seigneuries et n’était donc pas son serviteur. Il intervenait toujours en tant que député du duc de Lorraine dans le cadre d’une commission chargée de régler un différend ou en tant qu’arbitre désigné conjointement par les parties en conflit. Thibaud de Blâmont bénéficiait certainement de la confiance du duc, mais ne lui obéissait pas forcément et pouvait éventuellement prendre des décisions en sa défaveur. La diplomatie ducale reflète donc la culture politique de la noblesse lorraine : celle-ci considère le duc comme un primus inter pares, ce que Jean Ier admet sans problème, ainsi que Charles II dans les débuts de son règne. Cette conception de l’autorité ducale transparaît jusque dans leur diplomatie. Les missions les plus importantes étaient confiées de préférence à de grands seigneurs alleutiers, possessionnés hors du territoire ducal, tandis que les membres du « noyau dur » effectuaient l’essentiel des négociations de second ordre25.

Tableau 4. — Négociateurs du duc Charles II de 1400 à 1431

Tableau 4. — Négociateurs du duc Charles II de 1400 à 1431
  • 26 Paris, BNF, Col. Lor. 6, fol. 153, daté du 28 mai [1420].

13Après 1400, le personnel choisi par le duc, plus nombreux et donc plus visible, témoigne de l’élargissement de l’horizon diplomatique de Charles IL Une série d’inflexions remarquables se produisent aussi dans le choix des hommes. On constate en effet, même si certains personnages relèvent à la fois des deux catégories, que les détenteurs d’offices sont désormais plus souvent envoyés en mission par le duc que les membres de sa cour. Cette évolution traduit l’institutionnalisation de la principauté ducale. Le personnage le plus sollicité par le duc n’est plus un grand seigneur alleutier, mais un noble possessionné dans le duché, Jean de Haussonville, à qui Charles II ne confia pas moins de 13 missions et qu’il nomma par ailleurs maréchal, puis sénéchal. Celui-ci agit non plus en tant qu’arbitre au sein d’une commission d’arbitrage, mais en tant que serviteur du prince, ainsi qu’il le fit lorsqu’il fut envoyé auprès du roi d’Angleterre, en compagnie des baillis de Nancy, Ferry de Parroye, et de Saint-Mihiel, Jean de Haraucourt26. La mission était d’une importance extrême, puisqu’il s’agissait de la reconnaissance par Charles II du traité de Troyes, faisant du roi d’Angleterre Henri V et de ses successeurs les héritiers de la Couronne de France.

  • 27 Voir le rôle tenu par le chapelain du duc, Frédéric, en 1403, également n. 9.

14Une deuxième évolution réside dans le développement d’une nouvelle catégorie de négociateurs, qualifiés en droit, qui prennent désormais une place deux à trois fois plus importante que durant la période précédente. Ils se laïcisent également : les secrétaires et les licenciés en droit civil remplacent de plus en plus souvent les chapelains que les ducs utilisaient autrefois27. Un pas décisif fut franchi lorsque Charles II fit de quatre d’entre eux ses procureurs personnels à partir de 1424 :

  • 28 Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, B 821, no 37, daté du 17 octobre 1424.

Charles, duc de Lorraine et marchis, a tous ceulx qui ces presentes lettres verront, salut. Savoir faisons que nous avons fait, ordonné, constitué et establi, et par ces presentes faisons, ordonnons, constituons et establissons, noz bien amez maistre Jehan de Bruillon, licencié en loy, Lowyon Barneffroy de Nancey, maistre Hanry Baillif, noz secretaires, et Jennat de Braibant, ensemble et chacun pour luy et pour le tout, nos procureurs generalx et certains messaigers especiaulx en toutes noz causes, querelles et besoignes reelles et personnelles, mehues et a movoir, en toute courez et leux, ou que ce soit, tant en demandant comme en deffendant toute personnes noz adversaires, et par davant tous seignours et juges, arbitres, commissaires, commis, deputez et leurs lieutenanz, de quelconque povoir, puissance et auttorité28.

15Une telle décision était évidemment motivée par les compétences juridiques et techniques de ces personnages, toujours envoyés en compagnie d’un membre de la noblesse qui, lui, assurait la représentation personnelle du prince.

  • 29 Ce processus d’acculturation a fait l’objet d’une attention particulière dans notre travail de doc (...)

16Bien que ses relations diplomatiques aient connu une inflexion radicale à partir de 1400, le duc Charles II ne disposait pas, à la fin de son règne, d’un personnel spécialisé pour exercer ce type de fonctions. Cette situation se retrouve dans la plupart des principautés occidentales de l’époque. Peut-on pour autant affirmer que les ducs de Lorraine n’avaient pas de diplomatie à cette époque ? Comme tout prince aspirant à une souveraineté sans partage, Charles II fut amené à négocier, et ce de plus en plus fréquemment dans le contexte troublé de la guerre de Cent Ans. Les relations et le personnel diplomatiques de Charles II reflètent par ailleurs le visage d’une principauté qui s’institutionnalise et adopte peu à peu des structures administratives et des comportements politiques plus proches de ceux du royaume de France29. Pour autant, à la mort de Charles II en 1431, ce processus d’acculturation n’est pas encore achevé, loin de là.

Notes

1 Paris, Arch. nat., J 681, no 48.

2 S. Péquignot, Au nomduroi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009, p. 2. Pour cette raison, nous utiliserons les termes de négociations et négociateurs, plutôt que ceux de diplomatie et de diplomate.

3 M. Parisse, Histoire de la Lorraine. L’époque médiévale, Nancy, 1990, p. 203-212.

4 Ce type de documents fait son apparition dans certaines cours européennes au début du xive siècle, voir Péquignot, Au nom du roi…, op. cit. n. 2, p. 23-96.

5 Ch. Rivière, Une principauté d’Empire face au royaume. Le duché de Lorraine sous le règne de Charles II (1390-1431), doct. histoire, Univ. Paris 1,2004, p. 594-600.

6 Voir Paris, BNF, Col. Lorraine 4, fol. 43 : reconnaissance de dettes de Jean Ier à son conseiller Jean de Beauffremont (1387) « pour ung courxier qu’il perdist en nostre service, quant nous fumes a Lucembourg devers mons. le roy d’Allemengne darriennement ».

7 Deutsche Reichstagsakten, éd. J. Weizsäcker, Munich, 1867-1888, t. V, no 353, acte en allemand traduit par nos soins. Il s’agit de l’unique mention de ce personnage, auquel sont pourtant confiées quatre missions diplomatiques de la plus haute importance, dans l’ensemble des archives ducales.

8 E. Duvernoy, « L’hôtel de Lorraine à Paris », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 49 (1920), p. 183-194.

9 Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, B 532, no 54 (mai 1414).

10 On peut citer l’arrestation des ambassadeurs envoyés par le roi de France au concile de Constance en 1415, voir E. Girod, Charles II, duc de Lorraine (1390-1431), ses relations avec la France et l’Empire de 1390 à 1420, thèse manuscrite de l’École des chartes conservée aux Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, Nancy, 1912, p. 139-142.

11 Gilles Le Bouvier, dit Le Héraut Berry, Le livre de la description des pays, éd. E.-T. Hamy, Paris, 1908, p. 112-113.

12 B. Guenée, Un meurtre, une société. L’assassinat du duc d’Orléans, 23 novembre 1407, Paris, 1992, p. 42-45.

13 Les données du tableau 1, tout comme celles des trois suivants, sont issues des dépouillements systématiques concernant Jean Ier et Charles II, effectués à l’occasion de notre travail de doctorat, voir Rivière, Une principauté d’Empire…, op. cit. n. 5, p. 8-14. Par le terme de négociation, nous entendons tout échange de vue entre deux entités politiques différentes, directement ou par le biais d’envoyés, en vue de parvenir à un accord. Statistiquement, nous avons considéré comme une unité chaque négociation menée par le duc, ses mandataires, ou ses messagers. Dans les tableaux 3 et 4, chaque diplomate intervenant dans une négociation constitue également une unité statistique.

14 M. Nordberg, Les ducs et la royauté : étude sur la rivalité des ducs d’Orléans et de Bourgogne (1392-1407), Uppsala, 1964.

15 Rivière, Une principauté d’Empire., op. cit. n. 5, p. 261-264.

16 Péquignot, Au nom du roi…, op. cit. n. 2, p. 352-353.

17 Rivière, Une principauté d’Empire…, op. cit. n. 5, p. 234-244 et 264-267.

18 Paris, Arch. nat., J 514, no 14 (1369) ; Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, 3 F 436, fol. 721-v (1367) et B 424, fol. 283-285 (1366).

19 À partir de 1361, les ducs de Lorraine ne reprennent plus leur duché de l’empereur (voir Paris, BNF, fr. 11823, fol. 9).

20 Voir supra n. 9.

21 M. Kitzinger, Westbindungen im spätmittelalterlichen Europa. AuswärtigePolitikzwischen dem Reich, Frankreich, Burgund und England in der Regierungszeit Kaiser Sigmunds, Stuttgart, 2000, p. 96-118.

22 Le 4 décembre 1425, Charles II affirme pour la première fois tenir son duché par la grâce de Dieu : Wir Karle, von dem selben gnaden gottes herzog zu Lutheringen und marggraf (Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, B 947, no 5).

23 Paris, BNF, Col. Lor. 89, fol. 13.

24 Rivière, Une principauté d’Empire…, op. cit. n. 5, p. 103-110 et 125-131. Ce constat vaut pour l’ensemble des structures administratives du duché à la fin du xive siècle.

25 Ibid., p. 155-159.

26 Paris, BNF, Col. Lor. 6, fol. 153, daté du 28 mai [1420].

27 Voir le rôle tenu par le chapelain du duc, Frédéric, en 1403, également n. 9.

28 Nancy, Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, B 821, no 37, daté du 17 octobre 1424.

29 Ce processus d’acculturation a fait l’objet d’une attention particulière dans notre travail de doctorat, voir Rivière, Une principauté d’Empire…, op. cit. n. 5, passim.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search