Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Pouvoirs et pratiques

Les relations de l’empereur Charles IV avec la papauté et l’Italie : le recrutement du personnel diplomatique et son évolution (1346-1378)*

Relations between the Emperor Charles IV, the Papacy and Italy: the Recruitment of Diplomatic Envoys and its Evolution (1346-1378)

Flaminia Pichiorri

Résumé

La volumineuse documentation conservée pour l’Empire et la papauté au xive siècle autorise une étude des aspects matériels de leurs échanges diplomatiques, de leur fréquence, du personnel utilisé, des documents produits. Charles IV a adressé 59 missions diplomatiques au pape durant son règne : 70 % des personnages identifiés ne sont attestés qu’une fois ; 20 % paraissent avoir effectué deux missions ; 10 % seulement ont été envoyés trois fois ou plus. Les ecclésiastiques représentent 70 % du total. Le centre de gravité du recrutement se déplace progressivement vers l’est, vers les territoires relevant de la Couronne de Bohême. Une comparaison avec le personnel utilisé par Charles IV dans ses relations avec les pouvoirs italiens confirme le rôle devenu essentiel de la chancellerie dans la construction de l’autorité impériale sous les Luxembourg.

Texte intégral

  • * On présente ici, pour la première fois en français, les résultats d’une recherche doctorale déposé (...)
  • 1 Pour la bibliographie sur Henri VII et l’état de la recherche, voir les très récents Europäische G (...)
  • 2 Voir Heinz Thomas, Ludwig der Bayer (1282-1347). Kaiser und Ketzer, Regensburg, 1993, où l’on pour (...)
  • 3 L’étude classique sur Wenceslas est celle de I. Hlavacek, Das Urkunden-und Kanzleiwesen des bohmis (...)
  • 4 Gesandtschafts- und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, éd. R. C. Schwinges, K. Wriedt, Os (...)

1Le contexte dans lequel se situe la « parabole politique » d’un Charles IV, entre son élévation au trône impérial en 1346 et sa mort en 1378, en passant par la promulgation de la Bulle d’Or de 1356, a très tôt suscité l’intérêt des historiens : c’est avec lui que se clôt, une fois pour toutes, la controverse autour des prérogatives pontificales en matière d’élection à l’Empire. La Bulle d’Or, avec l’affirmation d’un scrutin majoritaire, renforce en effet une procédure d’élection, désormais codifiée et exonérée de toute sanction du chef de l’Église. Les trente-deux années de son règne sont parallèlement marquées par le développement de la puissance pontificale, qui voit ses structures, à la fois administratives et financières, se renforcer. Il s’agit donc, pour l’histoire des relations entre papauté et Empire aussi bien que pour l’histoire de ces deux pouvoirs, d’une période décisive. L’étude des relations diplomatiques entre les cours impériale et pontificale au xive siècle peut dorénavant s’appuyer sur nombre de recherches récentes, tout particulièrement pour les règnes d’Henri VII1, de Louis de Bavière2 et de Wenceslas3. Quelques ouvrages collectifs ont tenté d’offrir une mise à jour des questions qui tournent autour de la représentation diplomatique4. Rares toutefois sont encore les recherches qui se sont concentrées sur ces aspects du règne de Charles IV. Certes, presque toutes les études prennent en considération ses relations avec la papauté – certaines en sont même le cœur –, mais aucune, ou presque, ne s’attache aux aspects matériels de ces échanges, à l’intensité, à la fréquence, à la durée et au calendrier des relations diplomatiques, au personnel utilisé, aux types de documents produits, aux coûts, au rituel, etc.

  • 5 F. Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV », Texte et contexte. Littérature et histoire de l' (...)

2Cette lacune est en partie le reflet de l’état des sources. Les registres des lettres impériales, à l’exception de quelques fragments, n’ont pas été conservés. On ne dispose pas pour l’Empire des derniers siècles du Moyen Âge d’une documentation comparable à celle dont a bénéficié Pierre Chaplais pour ses diverses études sur le royaume d’Angleterre. On peut néanmoins compter sur le travail de titan achevé par Johann Friedrich Boehmer, les Regesta Imperii, et sur la série des Constitutiones et acta publica des Monumenta Germaniae Historica, encore en cours de publication : elle ne parvient, pour le règne de Charles IV, qu’à l’année 1356. Il y a toutefois d’autres collections de sources qui recèlent des documents produits par la chancellerie impériale ou relatifs à l’activité diplomatique de l’empereur, tels les Monumenta Vaticana Res Gestas Bohemicas Illustrantia ou les Regesta Diplomatica nec non epistoiaria Bohemiae et Moraviae. Enfin, des informations précieuses sont apportées par les chroniques écrites à la cour de Charles IV, tout spécialement celles de François de Prague, de Benes de Weitmühl et de Neplach, abbé d’Opatovice, qui se présentent assez nettement comme des « histoires officielles » et posent donc le problème de la fiabilité et de l’objectivité de leurs auteurs5. Pour la papauté, les sources se résument aux registres de bulles, de suppliques et aux livres de comptes de la Chambre apostolique. Les premiers conservent d’innombrables lettres, mais elles ne font la plupart du temps que de vagues allusions aux questions traitées lors des missions diplomatiques : elles confirment par ces lacunes le caractère éminemment oral des négociations et le fait qu’entre pape et empereur, il fallait être prudent avant de mettre quoi que ce soit par écrit. Les registres de suppliques se révèlent une mine d’informations, puisqu’ils donnent la liste des gens d’importance qui sont entrés au nom de l’empereur en contact avec la papauté. Enfin, les livres de comptes de la Chambre conservent nombre d’informations sur les dons, cadeaux et frais divers caractéristiques de toutes les négociations diplomatiques.

Trend et staff diplomatiques

3Cette volumineuse documentation autorise une utile mise à jour du calendrier des missions diplomatiques proposé par Alfons Huber, lors de la révision des Regesta constitués par Boehmer. On a ainsi compté 59 missions diplomatiques, adressées par Charles IV au pape durant les trente-deux années de son règne, et identifié 68 personnages, aux qualifications les plus diverses (missi, nuntii, ambassiatores, etc.), impliqués dans cette politique. Afin de pouvoir appréhender l’existence, à certaines périodes, d’un « climat diplomatique » et l’éventuelle professionnalisation de cette activité, on a cherché à percevoir leur distribution pour chaque pontificat et à définir un taux de récurrence au sein du personnel choisi par Charles IV.

4Les sources indiquent que les échanges diplomatiques furent particulièrement intenses durant les pontificats de Clément VI (1342-1352) et d’innocent VI (1352-1362), de la cour impériale vers la cour pontificale. Après la fin des années 1350, les missions adressées par l’empereur à la Curie sont réduites de moitié environ, une forte diminution que l’on ne peut qu’attribuer à la solution des questions relatives aux modes d’élection à l’Empire, réglées par la Bulle d’Or, qui marque effectivement un tournant dans l’histoire des relations avec la papauté. Les analyses livrent en revanche des résultats relativement négatifs quant à la professionnalisation du personnel diplomatique utilisé par l’empereur. Plus de 70 % des personnages identifiés ne sont attestés qu’une fois, qu’ils aient dans les sources le titre d’ambassadeur ou celui de simple messager ; 20 % environ paraissent avoir effectué deux missions en son nom ; 10 % seulement ont été envoyés trois fois ou plus en Avignon. Toutefois, si l’on fait intervenir dans l’analyse l’office exercé par les mandataires avant leur départ en mission, les résultats s’avèrent différents, comme on le verra.

5Une fois déterminés la chronologie et le nombre des échanges, il a semblé important de vérifier l’existence d’une possible correspondance entre la sélection d’un mandataire et la thématique qui lui était confiée. Mais, les sources ne fournissant, dans la plupart des cas, que peu d’éléments permettant de cerner les motivations et les contenus spécifiques de chaque mission, il a fallu d’abord approfondir l’examen de l’énorme quantité de matériaux réunis pour mieux connaître les individus sélectionnés par l’empereur.

Une double concentration du recrutement

  • 6 F. Burgard, Familia Archiepiscopi. Studien zu den geistlichen Funktionsträgern Erzbischofi Balduin (...)

6Le dépouillement des registres de suppliques et les recherches prosopographiques, menées entre autres par Friedhelm Burgard sur la familia de Baudouin de Luxembourg et Winfried Reichert sur l’administration du comté de Luxembourg entre le xiiie et le xive siècle6, ont permis d’établir les caractères spécifiques du personnel diplomatique de Charles IV. Il s’agit d’un groupe formé en grande partie d’ecclésiastiques (70 % du total) et de quelques nobles, qui tous proviennent de cinq zones géographiques distinctes.

7Les laïcs sont presque tous originaires d’une zone située entre la Bourgogne impériale, le comté de Savoie (autour du lac de Genève) et le Dauphiné, sous souveraineté impériale, mais de fait sous influence directe du roi de France, ou alors d’une zone comprise entre Meuse et Moselle, fondement territorial de la maison de Luxembourg. Les ecclésiastiques proviennent eux soit du cours moyen du Rhin (entre Mayence et Trèves), soit de la « zone impériale » proprement dite, la Souabe, la Franconie et la Thuringe, soit enfin des territoires relevant de la Couronne de Bohême, acquise par les Luxembourg depuis l’union matrimoniale du père de Charles IV avec l’héritière des Prémyslides. Les ecclésiastiques ont un haut niveau de formation : environ la moitié d’entre eux peuvent se vanter d’avoir un titre universitaire, le plus souvent en droit. À partir de 1355, le recrutement des ecclésiastiques connaît d’importantes modifications qu’une étude des origines géographiques et de l’enracinement bénéficiai révèle. Avant cette date, ils provenaient en effet, en grande majorité, de la région d’origine des Luxembourg : ils appartenaient à des familles au service de cette maison depuis plusieurs générations. Après la mort, en 1354, du grand-oncle de Charles, Baudouin de Luxembourg, qui avait piloté l’ascension de la famille depuis l’élection d’Henri VII à l’Empire, le personnel diplomatique choisi par l’empereur releva davantage des nouveaux espaces politiques de la dynastie. Le centre de gravité du recrutement se déplace donc vers l’est, spécifiquement vers les territoires relevant de la Couronne de Bohême, une évolution somme toute logique mais qui distingue nettement deux périodes.

  • 7 P. Moraw, « Grundzüge der Kanzleigeschichte Kaiser Karls IV. (1346-1378) », Zeitschrift für histor (...)

8Cette évolution correspond parfaitement avec ce que l’on sait des mutations de la chancellerie de Charles IV, telles quelles émergent des études de Peter Moraw. Celui-ci a situé en 1354 précisément une ligne de partage entre, d’une part, un recrutement « dynastique », dans lequel les logiques de fidélité à la famille étaient prépondérantes, et, d’autre part, un recrutement « de fonction », spécifiquement tchèque et « moderne », marqué par l’entrée à la tête de la chancellerie de Jean de Neumarkt7. La coïncidence de ces deux résultats réclamait un examen plus approfondi du groupe des ecclésiastiques issus de la chancellerie. On s’est ainsi aperçu qu’avant 1355, 20 % seulement des ecclésiastiques provenaient des rangs de la chancellerie, alors qu’après cette date, ce pourcentage dépassait les 40 %. En d’autres termes, la chancellerie impériale était devenue le principal bassin de recrutement des ecclésiastiques choisis pour remplir une mission diplomatique, ce qui ne fait que confirmer l’importance déjà relevée de la chancellerie impériale dans la construction étatique Caroline. Pour les laïcs, on ne compte que 16 personnages, dont 10 furent employés lors de la première grande mission solennelle que Charles IV envoya à Avignon peu après son élection en 1346. Ils provenaient tous des régions occidentales de l’Empire, Luxembourg, Barrois, Lorraine, Dauphiné, Savoie, Vaud et Valentinois, que l’on a mentionnées. Les 6 autres, employés au cours de diverses missions après 1350, provenaient pour la plupart de Bohême et de Moravie. Leur recrutement vient donc confirmer l’orientation relevée pour les ecclésiastiques.

Une comparaison : le personnel diplomatique utilisé en Italie

9Le personnel employé par Charles IV dans ses relations avec la Curie ne représente qu’une partie, la plus importante sans doute, mais une partie tout de même, de l’ensemble du personnel diplomatique qu’il utilisa au cours de ses trente-deux années de règne. L’empereur entretint parallèlement des échanges fréquents avec les rois de France et d’Angleterre. Il dut aussi être attentif à maintenir de bonnes relations avec les villes allemandes, mais aussi avec les communes et les seigneurs d’Italie. Confronter les méthodes utilisées en direction de la Curie avec celles parallèlement mises en œuvre dans les échanges qu’il développa avec d’autres pouvoirs est donc indispensable. Pour des raisons pratiques, on a privilégié l’Italie.

  • 8 Der Weg zur Kaiserkrone. Der Romzug Heinrichs VII. in der Darstellung Erzbischof Balduins von Trie (...)

10Cités et seigneurs de Lombardie et de Toscane appartenaient formellement à l’Empire et regardaient l’empereur comme l’autorité juridique suprême. La relation entre les multiples pouvoirs politiques péninsulaires et le monarque demeurait résolument fonctionnelle, dans la mesure où le développement des autonomies communales et seigneuriales restait tributaire de l’empereur, unique source de légitimisation de leur autorité. Les « descentes » d’Henri de Luxembourg et de Louis de Bavière l’avaient clairement montré8. L’intérêt de l’empereur pour l’Italie était, quant à lui, avant tout économique, même s’il ne faut pas sous-estimer l’importance politico-symbolique de Rome, où il se faisait traditionnellement couronner. Le calendrier des relations avec les communes et seigneurs italiens indique très clairement que, de 1346 à 1378, l’Italie n’entre dans l’agenda politique de Charles IV que dans les périodes où il envisage de se rendre à Rome, soit en 1355 et en 1368-1369.

11La recherche sur les personnages employés par l’empereur dans ses relations avec la péninsule a mis en évidence une très grande variété des modalités de représentation. Il faut en effet distinguer les envoyés des procureurs et des ambassadeurs, les vicaires des lieutenants et délégués au recouvrement de créances. Si l’on examine dans le détail l’ensemble de ce personnel, on relève qu’il provient essentiellement de l’Empire et de l’Italie. Plus nombreux à l’évidence, les impériaux sont essentiellement employés dans les périodes où le monarque est loin de l’Italie. Lorsqu’il s’y trouve au contraire, il utilise majoritairement des Italiens. Autre spécificité : la part quasi équivalente prise par les laïcs et les ecclésiastiques dans ces relations. Enfin, Charles IV choisit les diplomates qu’il envoie en Italie selon des critères alternatifs : soit il s’agit de membres de la chancellerie ou d’officiers de la cour impériale, soit il s’agit d’Italiens dont la famille a déjà été dans le passé au service des Luxembourg, lors de la descente d’Henri VII, en 1311-1313, ou lors de la tentative du roi Jean de Bohême pour reconstituer un royaume de Lombardie, en 1330-1334, à laquelle le futur Charles IV avait d’ailleurs pris une part active.

12Sur la base des sources disponibles et en considérant seulement le cas des relations avec la papauté et l’Italie centro-septentrionale, il apparaît donc que le socle dur de l’activité diplomatique de Charles IV est avant tout constitué par la chancellerie impériale. La comparaison entre ces deux directions de la diplomatie impériale fait apparaître des chronologies nettement différenciées, mais montre aussi une grande capacité d’adaptation de l’empereur au contexte politique et social. Naturellement, une étude du personnel diplomatique utilisé par Charles IV dans ses relations avec d’autres pouvoirs, et notamment les rois d’Angleterre et de France, reste à faire pour confirmer ces analyses.

Notes

1 Pour la bibliographie sur Henri VII et l’état de la recherche, voir les très récents Europäische Governance im Spätmittelalter. Heinrich VII. von Luxemburg und die groβen Dynastien Europas / Gouvernance européenne au bas Moyen Age. Henri VII de Luxembourg et l’Europe des grandes dynasties, Tagungsband der 15. Journées lotharingiennes (14.-17. Oktober 2008), éd. M. Pauly, Luxembourg, 2010, et Vom luxemburgischen Grafen zum europäischen Herrscher. Neue Forschungen zu Heinrich VII., éd. E. Widder, W. Krauth, Luxembourg, 2008.

2 Voir Heinz Thomas, Ludwig der Bayer (1282-1347). Kaiser und Ketzer, Regensburg, 1993, où l’on pourra aussi repérer toute la bibliographie classique au sujet des relations de Louis de Bavière avec la Curie, ainsi que les études de Carl Müller, Alois Schütz, Jürgen Miethke et Herrmann Otto Schwöbel.

3 L’étude classique sur Wenceslas est celle de I. Hlavacek, Das Urkunden-und Kanzleiwesen des bohmischen und römischen Königs Wenzel (IV.) 1376-1419, Stuttgart, 1970 (Schriften der Monumenta Germaniae Historica, 23). Plus récent, même s’il se consacre essentiellement aux relations franco-anglaises : A. Reitemeier, Aussenpolitik im Spätmittelalter. Die diplomatischen Beziehungen zwischen dem Reich und England 1377-1422, Paderborn-Munich-Vienne-Zurich, 1999.

4 Gesandtschafts- und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, éd. R. C. Schwinges, K. Wriedt, Ostfildern, 2003 (Vortrage und Forschungen, 60) ; Aus der Frühzeit europäischer Diplomatie. Zum geistlichen und weltlichen Gesandtschaftswesen vom 12. bis zum 15. Jahrhundert, éd. C. Zey, C. Martl, Zurich, 2008.

5 F. Pichiorri, « L’autobiographie de Charles IV », Texte et contexte. Littérature et histoire de l'Europe médiévale (université Paris-Est Marne-la-Vallée, 23-24 octobre 2009), à paraître ; Ead., « L’autobiographie de Charles IV. Essai d’analyse lexicale », Histoire et Mesure, 18 (2003), p. 335-374.

6 F. Burgard, Familia Archiepiscopi. Studien zu den geistlichen Funktionsträgern Erzbischofi Balduins von Luxemburg 1307-1354, Trèves, 1991 (Trierer Historische Forschungen, 19) ; W. Reichert, Landesherrschaft zwischen Reich und Frankreich. Verfassung, Wirtschaft und Territorialpolitik in der Grafschaft Luxemburg von der Mitte des 13. bis zur Mitte der 14. Jahrhunderts, Trèves, 1993 (Trierer Historische Forschungen, 24).

7 P. Moraw, « Grundzüge der Kanzleigeschichte Kaiser Karls IV. (1346-1378) », Zeitschrift für historische Forschung, 12 (1985), p. 11-42.

8 Der Weg zur Kaiserkrone. Der Romzug Heinrichs VII. in der Darstellung Erzbischof Balduins von Trier, dir. M. Marque, M. Pauly, W. Schmid, Trèves, 2008 ; F. Godthardt, Marsilius von Padua und der Romzug Ludwigs des Bayern, Göttingen, 2009.

Notes de fin

* On présente ici, pour la première fois en français, les résultats d’une recherche doctorale déposée auprès de l’université de Florence et soutenue en cotutelle avec l’université Paris 1, sous la direction des professeurs Jean-Philippe Genet et Riccardo Fubini. Une version plus complète, mais aussi plus spécifiquement consacrée aux relations italiennes, se trouve dans F. Pichiorri, « Die Rekrutierung diplomatischen Personals unter Karl IV. Zeitphasen und Verfahrensweise », Die Goldene Bulle. Politik – Wahrnehmung – Rezeption, éd. U. Hohensee, M. Lawo, M. Lindner, M. Menzel, O. B. Rader, Berlin, 2009, p. 835-867.

Auteur

Università di Roma La Sapienza

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search