Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Pouvoirs et pratiques

Tres cher et especial ami. La recommandation des courriers adressés par Dijon au duc de Bourgogne : réseaux diplomatiques et société politique

Tres cher et especial ami. Recommending Mail Addressed by Dijon to the Duke of Burgundy: Diplomatic Networks and Political Society

Cécile Becchia

Résumé

L’étude des missives échangées entre le corps de ville dijonnais et la cour de Bourgogne permet de réfléchir aux modalités de transmission du message urbain et aux voies par lesquelles la ville s’assure de sa prise en compte par le prince. Elle fait apparaître un réseau épistolaire secondaire qui entoure les échanges entre l’échevinage et le duc en mobilisant, dans l’entourage princier, les « amis » de la ville, priés d’assumer la transmission effective du courrier et de recommander le message qu’il contient, jouant ainsi dans le dialogue entre les deux pouvoirs un rôle fondamental d’intermédiaire. L’activité de ces hommes, qui appartiennent à l’Hôtel ducal tout en étant issus des principales familles urbaines, souligne la capacité qu’a la ville d’exploiter les appartenances et rôles multiples de certains de ses bourgeois pour assurer la défense de ses intérêts.

Texte intégral

  • 1 Plusieurs travaux ont récemment réfléchi aux modalités des discours urbains, voir P. Monnet, Ville (...)
  • 2 Der Briefwechsel Karls des Kühnen (1433-1477). Inventar, dir. W. Paravicini, Francfort-sur-le-Main (...)
  • 3 Dijon, Arch. mun., B 449, B 450 et B 451. Ces pièces éparses sont les vestiges d’une correspondanc (...)

1Dans l’étude des relations entretenues entre prince et villes, qu’elles soient d’ordre diplomatique ou de tout autre nature, l’historiographie a souvent privilégié le prince à la ville et adopté volontiers dans ses analyses un point de vue résolument porté depuis l’État sur des cités perçues comme les objets passifs de son action. Ce travail souhaite, pour sa part, mettre la ville et l’élaboration d’un discours urbain au cœur du dialogue noué entre ces deux pouvoirs, afin de réfléchir plus précisément aux voies par lesquelles la cité assure, dans l’espace bourguignon, une transmission efficace de son message et veille à ce qu’il soit pris en compte au cours des processus de décision princière1. Ce travail s’appuiera plus particulièrement sur les échanges de missives entre la ville et la cour, qui constituent un outil privilégié de communication entre les deux espaces dont ils prennent en charge l’ordinaire des relations. Les correspondances princières2 et les comptabilités urbaines font nettement apparaître l’importance des liens épistolaires entretenus entre le pouvoir ducal et les pouvoirs échevinaux. De nombreux points restent toutefois insaisissables à l’examen de ces seules sources et n’apparaissent en pleine lumière qu’à la lecture de la correspondance urbaine. La ville de Dijon a précieusement conservé, pour la fin du xive siècle et pour le xve siècle, près de quatre cents missives et minutes, la plupart échangées entre la ville et la cour3. Bien plus régulières que de coûteuses députations et ambassades, envoyées à la cour en cas d’extrême nécessité, les missives urbaines adressées au duc portent des suppliques et remontrances qui n’en sont pas moins importantes pour la ville. Si leur faible coût et la fréquence importante des envois sont d’indéniables atouts, elles souffrent en revanche, par rapport aux ambassades, d’un inconvénient majeur : portées par de simples messagers sans droit de parole, elles sont dénuées de voix autorisées à défendre leur cause. Elles délivrent, en quelque sorte, un message muet, à tout le moins figé, incapable de répondre aux attaques ou aux objections qui suivraient éventuellement leur lecture. Il s’agit ici non pas de s’attacher à la matière de ces courriers, ni à leur rhétorique, assez codifiée, mais plutôt aux dispositions imaginées par la ville pour rendre son message audible à l’oreille du prince, dans un échange dont l’efficacité dépend moins de la perfection formelle du discours ou de la force des argumentations que de la capacité à se faire recommander.

  • 4 Ibid., nos 74, 80, 88, 104, 92, 105, 109, 112, 114.
  • 5 Voir, par exemple, ibid., nos 81 et 89.

2La ville se recommande elle-même au prince par l’envoi fréquent de courriers qui lui demandent des nouvelles de sa « bonne santé, estat et prosperité4 ». Très brefs, ils sont, à première vue, d’un intérêt marginal, mais ont une signification réelle, qui dépasse l’objet littéral de leur envoi, et doivent se comprendre comme l’expression d’un devoir de recommandation permanente par laquelle la ville sollicite la faveur princière. Au-delà de cette première forme de recommandation, nécessaire mais insuffisante, les lettres dijonnaises permettent d’appréhender l’activation épistolaire d’un réseau humain qui assume, dans le dialogue entre ville et prince, une fonction fondamentale d’intermédiaire, masquée dans les comptabilités par le fait que seul le principal des différents courriers transmis lors d’une même course est mentionné. Les échanges entre ville et prince ne sauraient en effet être réduits à l’instauration d’un lien binaire. Les missives adressées à l’entourage ducal construisent autour de cette correspondance principale un réseau épistolaire secondaire, au service de la défense des intérêts urbains. La rédaction d’une lettre au duc s’accompagne systématiquement de la rédaction simultanée de plusieurs autres courriers – deux à cinq, datés du même jour et expédiés par le même porteur – qui jouent un rôle primordial dans la transmission finale du message. Les termes de leur rédaction sont invariables : la ville se recommande aux destinataires, les avertit de l’écriture d’un courrier, les prie d’adresser le porteur au prince et de lui présenter les lettres en faisant les recommandations nécessaires5. Par leurs réponses, ils assurent la ville de la transmission effective du courrier et notent les réactions observées à sa lecture.

  • 6 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 128, 144, 147, 148.
  • 7 Correspondance..., op. cit. n. 3, nos 88, 89 et 90.
  • 8 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 118, 1459. Voir aussi B 449, no 116 ; B 450, no 26 bis ; et B 451, n(...)

3L’appui que procurent ces hommes à la ville de Dijon se prolonge au-delà de la transmission physique des courriers. Lorsque la matière des lettres le requiert, ils agissent auprès du duc et de ses officiers dès réception de ces messages, afin d’assurer la défense de la cause dijonnaise. La ville détaille alors aux destinataires l’affaire en cours et enclot dans les courriers une copie des lettres adressées au duc. Dans certains cas, chacun d’eux reçoit une lettre expressément rédigée à son attention ; dans d’autres en revanche, une minute seule est rédigée, suivie d’une liste d’individus dont les noms sont accompagnés des suscriptions et souscriptions choisies, une variante du texte étant éventuellement précisée6. Le corps de ville désigne généralement aux destinataires les membres de l’entourage princier qui ont reçu un courrier similaire, et plusieurs pièces tendent à montrer qu’ils agissent ensuite conjointement. En 1474, Dijon écrit au secrétaire et audiencier Jean Gros et à trois valets de chambre, Charles et Louis de Visen ainsi que Pierre Michiel, afin qu’ils appuient un courrier adressé au duc à propos d’un refus de contribution des gens d’Église à l’impôt levé pour les fortifications. Par sa réponse, Louis de Visen informe l’échevinage que son frère Charles, Pierre Michiel et lui-même ont parlé la veille de la matière à leur souverain seigneur7. Trois autres valets de chambre, Jean Coustain, son cousin Jean Martin et Jean Arbelot, sont quelques années plus rôt fréquemment associés dans les courriers urbains, qui les sollicitent souvent pour un même problème et envisagent très nettement leur action de manière collective, prévoyant qu’ils aient ensemble « collacion8 ».

  • 9 Dijon, Arch. mun., B 449, no 146.
  • 10 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 116, 126, 153 ; B 451, nos 12 et 17 ; et Correspondance..., op. cit.(...)
  • 11 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 115, 124, 128, 130, 147.
  • 12 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 108 et 119 ; Correspondance...,op. cit. n. 3, nos 6, 7, 27, 28, 30, (...)
  • 13 Dijon, Arch. mun., B 449, no 108, vers 1450.

4La ville prie alors « ses bons et especiaux amis » d’intercéder en sa faveur auprès du duc ou d’intervenir à sa décharge si une partie adverse venait à parler contre ses intérêts, requérant parfois en outre qu’ils sollicitent tel officier, ou plus généralement « tous ceulx qui y porront ayder9 ». Dans leurs réponses, ils développent les propos qu’ils ont tenus au prince ainsi que les dispositions dans lesquelles ils l’ont trouvé10. Lorsque le porteur de la lettre est un représentant de la ville chargé d’un pouvoir de parole, les amis de la ville sont également priés de le conseiller et conduire, comme si « nous estions par dela », et assurent la ville de la diligence mise à l’œuvre par la députation11. Quelques lettres de députés urbains12, datées du même jour que les réponses ducales et commensales, attestent l’importance que revêt le recours à ces hommes dans l’accès à la personne ducale. Si, lorsqu’il rapporte son activité à l’échevinage, Jean Rabustel, procureur de la ville et secrétaire ducal, semble accéder seul à la duchesse, il mentionne en revanche l’appui du secrétaire Jean de Molesmes, par le moyen duquel il accède à la chambre du chancelier « le premier qui en ce jour pour homme estranger y entra », et du valet Jacot Martin, père de Jean, par qui il put être au lever du duc et lui présenter ainsi ses lettres13.

  • 14 Jean Coustain, Jean Martin, Jean Arbelot, Jacot de Brégilles, Pierre Michiel, Philippe Martin, Cha (...)
  • 15 Paul Deschamps, Jean de Molesmes, Mongin la Corne, Jean II et Jean III Gros, Thomas Berbisey, Nico (...)
  • 16 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 119 et 120.
  • 17 Pierre de Maroilles, Étienne Vineret, Jean Baugey, clercs ; Liénor Rodrigues ; Richard Juif, maîtr (...)
  • 18 Dijon, Arch. mun., B 449, no 116, B 450, nos 20 bis et 22 ; Correspondance..., op. cit. n. 3, nos (...)

5Certains n’apparaissent qu’une fois dans les courriers conservés, mais la plupart sont des courtiers réguliers de Dijon, à l’image de Jean de Molesmes, Jean Martin ou Jacot de Brégilles, pour lesquels ont été conservés près d’une dizaine de courriers, échangés avec l’échevinage sur une période d’une quinzaine d’années. Il s’agit essentiellement d’individus qui appartiennent à l’Hôtel ducal tout en étant issus de la ville. Une dizaine d’entre eux sont des valets de chambre ducaux et deux autres des maîtres d’hôtel14. Tout aussi précieux que les valets, dont on a vu plus haut les avantages que procure leur accès permanent à la chambre princière, les secrétaires, qui conjuguent à la proximité de la personne ducale une excellente connaissance des affaires en cours et signent nombre des réponses faites à l’échevinage, sont aussi bien représentés15. Quelques courriers soulignent le rôle qu’ils jouent dans l’obtention ou la rectification de lettres ducales au bénéfice de la ville16. On trouve encore quelques clercs, une demoiselle d’honneur, un maître de la chambre aux deniers, voire – mais la logique de l’écriture est ici différente, dans la mesure où le rapport avec la ville, qui sollicite à travers eux des protecteurs étrangers et non des serviteurs bourgeois, est inversé – le chancelier, des conseillers ou d’autres officiers de première importance17. On observe d’ailleurs autour des échanges entretenus avec le principal d’entre eux, le chancelier Nicolas Rolin, l’amorce d’une correspondance parallèle similaire à celle dont le duc bénéficie18.

  • 19 Dijon, Arch. mun., B 164, 23 juin 1476.
  • 20 E. Bousmar, M. Somme, « Femmes et espaces féminins à la cour de Bourgogne au temps d’Isabelle de P (...)

6Tous entretiennent des liens personnels étroits avec le corps de ville dijonnais. La très grande majorité d’entre eux sont bourgeois et appartiennent à des familles échevinales ; plusieurs sont eux-mêmes échevins ou d’anciens échevins, à l’image des secrétaires Mongin la Corne, Jean II et Jean III Gros, des valets Jean Arbelot, Jacot de Brégilles et Philippe Martin, de Richard Juif ou encore de Guillaume de Villers, sollicité à plusieurs reprises avec d’autres commensaux pour transmettre des courriers au duc, vers 1472-1473, mais également envoyé en ambassade en tant qu’échevin en 147619. Quelques individus, sans être dijonnais, entretiennent avec les principales familles de la ville d’étroits liens d’alliance, comme la demoiselle d’honneur Liénor Rodrigue et son époux, le secrétaire Paul Deschamps – puisque Liénor est veuve de Jean Machefoing, dont le frère est maire de la ville – ou encore Jean Coustain, qui a épousé la fille de Liénor et Jean20.

  • 21 Correspondance..., op. cit. n. 3, no 28.
  • 22 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 100 et 101.

7Les alliances nouées entre cour et ville sont explicitement mises à contribution dans une écriture qui oscille entre parole publique et parole privée. En 1444, le maire Philippe Machefoing écrit à l’échevinage depuis la cour, où il peine à défendre la cause de la ville. Il demande aux échevins d’écrire aux gens de la Chambre des comptes, et, par Étienne Berbisey, à Gérard Vion, son président, afin que ceux-ci écrivent en faveur de la ville21. Ce sont évidemment les liens personnels entre l’échevin et l’officier qui sont ici sollicités, Étienne Berbisey étant le gendre de ce dernier. Au début des années 1450, alors qu’il est en conflit avec plusieurs officiers ducaux, le corps de ville prend collectivement la parole dans un courrier qui demande à la duchesse son appui. Trois autres courriers l’accompagnent. Le premier, adressé à Richard Juif, est comme le précédent rédigé au pluriel. Les deux autres en revanche, destinés à Liénor Rodrigue et Paul Deschamps, sont rédigés par Philippe Machefoing qui s’adresse à sa chère sœur, puis à son frère, afin qu’ils s’assurent que la duchesse fasse lire les lettres devant elle et tienne la main à l’affaire. La lettre à Liénor est particulièrement précieuse dans la mesure où elle est un indice rare de présence féminine dans le réseau d’intermédiation étendu entre ville et cour22.

8Ce jeu sur les diverses identités des « amis » de la ville est fondamental pour comprendre le fonctionnement de ces échanges, qui oscillent entre formes officielles et inflexions personnelles en confondant volontiers les rôles variés qu’endossent leurs lecteurs. Ces échanges tissent entre le corps urbain et les commensaux du prince un réseau épistolaire qui entoure, en une correspondance auxiliaire au service d’une correspondance principale, les échanges de courriers entre la ville et le prince. Les lettres que l’échevinage expédie, parallèlement à ses envois au duc, à ses « especiaux amis » sont une réponse effective à l’absence de parole autorisée dont risquaient de souffrir ses missives. Dans la relation d’un pouvoir sujet à un pouvoir souverain, relation aux termes inégaux dans laquelle le premier doit faire entendre sa voix et défendre ses intérêts, il semble important de prendre en compte non seulement l’outil même de médiation – la lettre au duc-, mais aussi ceux qui l’entourent et cherchent à rendre la relation, ainsi instaurée, efficace. Or, si ces deux pouvoirs sont la plupart du temps géographiquement distants, ils se recouvrent en partie par les hommes qui les servent. La très forte intégration des familles dijonnaises à la cour bourguignonne permet à la capitale du duché de solliciter l’intervention d’autant d’individus qui bénéficient de la proximité et de la confiance du prince. Ces hommes, tout en ayant à la cour une position qui leur permet de prendre en charge la transmission du message urbain et les autorise à défendre la cause et les intérêts de la ville, sont susceptibles d’agir avec d’autant plus de zèle que leur propre intérêt de bourgeois les y pousse. Cette large intersection de deux sociétés politiques, urbaine et curiale, est une donnée essentielle de la construction de ce réseau dont les principaux points sont des individus insérés à un degré variable dans les deux espaces politiques et sociaux. Ces échanges soulignent ainsi la capacité qu’a la ville d’exploiter les appartenances et rôles multiples de certains de ses bourgeois pour assurer, au-delà des députations ponctuelles, une représentation permanente et efficace de ses intérêts.

  • 23 Correspondance..., op. cit. n. 3, nos 137, 138, 140, 143 sq.

9L’analyse du réseau épistolaire tendu entre la ville et son seigneur présente donc des intérêts multiples, en ce qu'elle permet d’observer les modalités de communication et de médiation entre ces deux pouvoirs, ainsi que l’élaboration d’une écriture qui assume cette relation, mais également parce que l’étude des réalités sociales qu'elle recouvre enrichit la prosopographie des élites citadines au contact du prince et en charge de la diplomatie urbaine. Reste à soulever la question de la chronologie de ces envois. Les minutes les plus anciennes qui attestent leur existence remontent aux années 1450, bien en deçà du moment à partir duquel apparaissent dans les archives les premiers courriers de la ville. L’étude des pratiques épistolaires d’autres cités permettrait probablement de comprendre si l’apparition tardive de ce type de courriers est liée au peu d’intérêt qu’a porté la ville à la conservation de ses minutes avant cette date, ou si elle tient à la mise en place très progressive de tels échanges. Toujours est-il que ces usages sont suffisamment établis pour se poursuivre au-delà du retournement de 1477. Les envois se réorientent alors brusquement vers la cour royale où, à l’initiative du roi, l’entrée massive des Dijonnais permet la poursuite de ces pratiques, l’exemple le plus abouti étant constitué par la succession des courriers envoyés pour obtenir, contre la ville de Beaune, le rétablissement du parlement de Bourgogne à Dijon23.

Notes

1 Plusieurs travaux ont récemment réfléchi aux modalités des discours urbains, voir P. Monnet, Villes et société urbaine dans l’Empire à la fin du Moyen Âge : recherches sur l’information, la communication et la représentation extérieures des villes allemandes à la fin du Moyen Âge, Paris, 2002 ; L. Buchholzer-Rémy, Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen Age, Paris, 2006 ; É. Lecuppre, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, 2004 ; Négocier au Moyen Âge, Negociar en la Edad Media, dir. J.-M. Moeglin, S. Péquignot, Barcelone, 2006.

2 Der Briefwechsel Karls des Kühnen (1433-1477). Inventar, dir. W. Paravicini, Francfort-sur-le-Main, 1995 ; La correspondance d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne (1430-1471), éd. M. Somme, Ostfildern, 2010 (Instrumenta, 18).

3 Dijon, Arch. mun., B 449, B 450 et B 451. Ces pièces éparses sont les vestiges d’une correspondance qui n’a été perçue et organisée en un corpus cohérent qu’à partir de la seconde moitié du xviiie siècle : elles sont alors mentionnées dans les inventaires et groupées en registres. Pour plus de précisions sur la conservation de cette documentation, voir l’introduction de l’édition partielle, Correspondance de la mairie de Dijon, éd. J. Garnier, Dijon, 1868, t. 1, p. i-ix.

4 Ibid., nos 74, 80, 88, 104, 92, 105, 109, 112, 114.

5 Voir, par exemple, ibid., nos 81 et 89.

6 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 128, 144, 147, 148.

7 Correspondance..., op. cit. n. 3, nos 88, 89 et 90.

8 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 118, 1459. Voir aussi B 449, no 116 ; B 450, no 26 bis ; et B 451, n o 12.

9 Dijon, Arch. mun., B 449, no 146.

10 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 116, 126, 153 ; B 451, nos 12 et 17 ; et Correspondance..., op. cit. n. 3, nos 46, 64, 65, 90.

11 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 115, 124, 128, 130, 147.

12 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 108 et 119 ; Correspondance...,op. cit. n. 3, nos 6, 7, 27, 28, 30, 63.

13 Dijon, Arch. mun., B 449, no 108, vers 1450.

14 Jean Coustain, Jean Martin, Jean Arbelot, Jacot de Brégilles, Pierre Michiel, Philippe Martin, Charles et Louis de Visen, Jean de Masilles, Jacot Martin ; Guillaume de Villers et Richard Massey.

15 Paul Deschamps, Jean de Molesmes, Mongin la Corne, Jean II et Jean III Gros, Thomas Berbisey, Nicolas Bouesseau, Nicolas le Bourguignon. Le procureur Jean Rabustel est également secrétaire ducal.

16 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 119 et 120.

17 Pierre de Maroilles, Étienne Vineret, Jean Baugey, clercs ; Liénor Rodrigues ; Richard Juif, maître de la chambre aux deniers.

18 Dijon, Arch. mun., B 449, no 116, B 450, nos 20 bis et 22 ; Correspondance..., op. cit. n. 3, nos 43 à 45.

19 Dijon, Arch. mun., B 164, 23 juin 1476.

20 E. Bousmar, M. Somme, « Femmes et espaces féminins à la cour de Bourgogne au temps d’Isabelle de Portugal (1430-1457) », Das Frauenzimmer. Die Frau bei Hofe in Spätmittelalter undfrüher Neuzeit, dir. W. Paravicini, J. Hirschbiegel, Stuttgart, 2000, p. 47-78, ici p. 75-76.

21 Correspondance..., op. cit. n. 3, no 28.

22 Dijon, Arch. mun., B 449, nos 100 et 101.

23 Correspondance..., op. cit. n. 3, nos 137, 138, 140, 143 sq.

Auteur

Université Paris 4 Sorbonne Centre Roland Mousnier (CNRS, UMR 8596)

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search