Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Pouvoirs et pratiques

Négocier son serment

Mahaut d’Artois, Philippe V et la révolte artésienne / Mahaut d’Artois, Philip V and the Artesian revolt

Negotiating one’s Oath

Christelle Balouzat-Loubet

Résumé

Le règlement du conflit entre Mahaut, comtesse d’Artois, et sa noblesse révoltée donne lieu à d’importantes négociations, menées sous l’égide du roi de France à compter de l’automne 1315. Les pourparlers sont confiés à des proches de Mahaut, qui elle-même multiplie les entrevues avec certains des plus importants conseillers du roi, en particulier à l’occasion des repas. Elle plaide également sa cause directement auprès du souverain, qu’elle rencontre lors de ses séjours en Ile-de-France. Ce n’est qu’en juillet 1319 que s’achève le conflit, par une paix jurée. La cérémonie de la prestation de serment est pour la comtesse l’occasion de démontrer ses talents rhétoriques et politiques.

Texte intégral

  • 1 A. Artonne, Le mouvement de 1314 et les chartes provinciales de 1315, Paris, 1912 ; E. Brown, « Re (...)
  • 2 Selon une interprétation proposée pour la première fois par Marc Bloch et reprise ensuite par Robe (...)
  • 3 La Normandie est la première province à obtenir une charte de Louis X, le 19 mars 1315. En avril, (...)
  • 4 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, série A ; Paris, Arch. nat., séries J et JJ.
  • 5 Anciennes chroniques de Flandre, éd. N. de Wailly, dans Recueil des historiens des Gaules et de la (...)
  • 6 A. Hellot, « Chronique parisienne anonyme de 1316 à 1339, précédée d’additions à la chronique fran (...)
  • 7 Chronographia regum Francorum (1270-1405), éd. H. Moranville, t. 2, Paris, 1893.
  • 8 Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard, t. 8, Paris, 1934.

1La fin du règne de Philippe le Bel est marquée par des soulèvements nobiliaires qui touchent une grande partie du royaume1. Selon certaines interprétations, ces révoltes seraient le révélateur d’une profonde crise de la seigneurie, crise dérivée de l’âpre lutte menée par le roi contre la féodalité2. Dans un premier temps, la révolte artésienne s’est insérée dans ce vaste mouvement, mais elle s’en distingua rapidement. Alors que la concession par le monarque de chartes provinciales apaisait les revendications dans la plupart des régions, qui retrouvèrent leur calme dès le printemps 13153, en Artois, il fallut attendre plusieurs années avant que la rébellion ne s’éteignît. Les faits sont connus, les sources disponibles abondantes. Outre de nombreux actes conservés aux archives départementales du Pas-de-Calais et aux Archives nationales4, plusieurs chroniques traitent de ces événements. Les Anciennes chroniques de Flandre sont les plus précises5, mais le cas artésien est également évoqué par la Chronique parisienne anonyme de 1316 à 13396, la Chronographia regum Francorum7, et les Grandes Chroniques de France8.

2Même si l’affaire est interne au comté d’Artois et qu’il ne s’agit pas de relations entre États, ces documents laissent entrevoir une pratique de type diplomatique, puisque le règlement du conflit passe par la négociation et le compromis. Les nobles voulurent notamment s’assurer du comportement futur de la comtesse Mahaut à leur égard. La paix fut donc jurée. Le serment promissoire est, on le sait, un acte essentiel, à très forte charge symbolique et sacrée, qui vient normalement valider la paix et garantir son application. Une paix jurée est d’autant plus forte que le parjure est une offense à Dieu. Mais, en raison précisément de son caractère contraignant, les parties peuvent refuser de prêter serment. Il faut cependant justifier ce refus, sous peine de passer pour un briseur de paix. Dans le cas présent, les révoltés durent compter avec une comtesse combative, qui, parfaitement consciente de l’enjeu, lutta jusqu’au bout pour défendre ses intérêts. Examinons rapidement les événements avant d’étudier son attitude au moment où il lui fallut jurer la paix.

De la révolte féodale à l’accord de paix

  • 9 Paris, Arch. nat., JJ 54B, no 4.
  • 10 Ibid., fol. 1v-2v.
  • 11 Ibid., fol. 21-v.

3À l’automne 1315, au moment où le conflit entre les nobles et la comtesse semble sans issue, les nobles décident de solliciter l’intervention du roi. Le recours à la médiation royale est d’une grande efficacité puisque, dès le 15 novembre 1315, les nobles et la comtesse s’engagent à respecter l’arbitrage rendu par Louis X9. Le processus aboutit à la rédaction d’un accord dont l’objectif est « que toutes aynes et toutes rancunes, toutes offenses et touz courrouz soient relaichié et mis jus et pardonné de bon cuer d’une part et d’autre et de touz les aidens d’une part et d’autre10 ». En attendant que toutes les clauses de cet accord soient remplies, le comté passe sous la main du roi. Hugues de Conflans, maréchal de Champagne, est nommé gouverneur d’Artois, et la comtesse, qui perd tout contrôle sur ses domaines, doit renoncer à une grande part de ses ressources habituelles, puisque les revenus de l’apanage sont désormais perçus et encaissés par les agents royaux. Mais la mort du roi, survenue le 5 juin 1316, remet tout en question. Jusque-là en retrait, Robert d’Artois, le neveu de Mahaut, entre soudainement en scène. Il entend profiter de la faiblesse de sa tante pour mettre la main sur son héritage. Au terme d’une campagne de plusieurs mois, où il s’empare des châteaux comtaux, il doit pourtant capituler et signer un nouvel accord, le 6 novembre 1316, à Amiens11. Robert promet de restituer les châteaux, forteresses et édifices qu’il a occupés et de se présenter avec sa tante au Parlement pour déterminer à qui cet apanage doit revenir. Mais, en attendant, Philippe V maintient ce dernier en sa main : concrètement, il en confie la garde à son frère, Charles de la Marche.

  • 12 O. Bled, « Un mayeur de Saint-Omer (1317-1319) », Bulletin historique et philologique du Comité de (...)
  • 13 Paris, BNF, fr. 23256 ; Paris, Arch. nat., KK1, fol. 51.
  • 14 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 644 et A 645. Les actes à notre disposition ne précisent (...)
  • 15 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 6320.

4La paix est toutefois de courte durée. Sous l’égide de Jean de Fiennes, les nobles révoltés refusent d’appliquer les termes de l’accord et poursuivent leurs exactions. À la fin du mois de janvier 1317, le roi décide en conséquence d’envoyer Jean de Beaumont, dit le Déramé, à la tête d’une troupe de deux cents hommes, pour gouverner l’Artois12. Celui-ci n’a raison des nobles révoltés qu’après plusieurs mois de combats : ce n’est que le 26 mars 1319, au terme de longs pourparlers, que les révoltés finissent par se soumettre13. En conséquence, le roi ne rend son jugement définitif qu’au mois de juillet suivant14. L’intervention du roi dans le conflit livre l’image d’une comtesse affaiblie, soumise, provisoirement tout au moins, au monarque. La requête que Mahaut est obligée de lui adresser pour qu’il accepte de lever la main royale sur son comté, le 19 septembre 1318, souligne cette dépendance15 et ouvre une période marquée par une intense activité diplomatique.

  • 16 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 374, fol. 5.
  • 17 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 643.
  • 18 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 351, fol. 4 ; A 361, fol. 3v et 9v ; A 368, fol. 7 ; A 3 (...)

5Entre l’Ascension et la Toussaint 1319, la comtesse multiplie en effet les entrevues avec les personnalités les plus à même de la soutenir dans l’obtention d’un accord qui règle ses relations avec les nobles révoltés. C’est ainsi que le roi dîne à Conflans, les 25 et 26 juin 1319, en compagnie du comte de Valois, de son fils Charles de Valois, du comte de Beaumont, du seigneur de Noyers, d’Hugues de Châlon et d’Aymard de Poitiers16. Ces trois derniers sont ensuite présents à la signature du traité entre la comtesse et les révoltés, le 4 juillet 131917. Le fait qu’ils aient été invités à la table de la comtesse à deux reprises peut s’expliquer par le rôle qu’ils jouèrent dans les négociations de paix. Auparavant, ils n’étaient que très rarement reçus par la comtesse à sa table. Dans une certaine mesure, Mahaut élargit par le biais d’une sociabilité de table un champ relationnel indispensable à ses négociations. Ces hommes qui négocient la paix ne sont pas des diplomates professionnels mais les conseillers de Mahaut, d’une part, et ceux du roi, d’autre part. Par ailleurs, il ne fait aucun doute que la comtesse rencontre le roi en personne pour plaider sa cause, lors de ses multiples séjours franciliens : entre 1314 et 1322, elle reçoit en effet le roi et la reine, à Paris les 7 et 8 décembre 1316, à Conflans les 26 février et 18 mai 1318, le 22 janvier 1319, les 21, 25 et 26 juin 131918.

Se présenter comme une victime pour mieux négocier

  • 19 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 643, édité dans J. Petit, Charles de Valois (1270-1325),(...)
  • 20 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 642.
  • 21 Sedpost modicum intervallum, domini Aymardus Pictaviensis et Hugo de Cabilione dictam cameram in q (...)

6La prestation de serment, qui doit valider l’accord de paix réglant le conflit entre la comtesse d’Artois et la noblesse artésienne, doit avoir lieu à l’hôtel d’Artois le 3 juillet 1319. En fait, Mahaut parvient par ses manœuvres à invalider le processus et ce n’est que le lendemain que la paix est définitivement jurée19. Le déroulement de la journée du 3 juillet est connu grâce à un document notarié, rédigé en latin, qui rapporte avec force détails les gestes et les paroles des intervenants20. Mahaut manifeste d’emblée sa désapprobation devant les hommes du roi : Charles, fils du comte de Valois, Miles de Noyers, Thomas de Marfontaine, Guillaume Flote, Hugues de Châlon et Aymard de Poitiers. Elle accepte cette paix uniquement parce qu'elle a promis au roi d’obéir à sa volonté, non parce qu'elle est satisfaite des termes de l’accord. Puis, après avoir relu le traité, elle refuse soudainement de prêter serment sous le prétexte que certaines clauses lui portent gravement préjudice. L’entrevue est un échec. Les conseillers du roi retournent bredouilles auprès du souverain. Mais la comtesse leur emboîte le pas et se rend aussitôt auprès de lui : il séjourne en effet à l’abbaye de Longchamp. Sans doute veut-elle justifier son attitude tout en protestant de sa fidélité. Toutefois, lorsque celui-ci lui ordonne de jurer la paix, elle s’exécute : « Je la jure », dit-elle. La prestation de serment gagne apparemment en importance, puisqu’elle a lieu en présence du roi et dans un lieu sacré. Pourtant, le serment prêté par Mahaut ne satisfait pas les conseillers du roi qui s’empressent de rattraper la comtesse, qui a déjà tourné les talons, pour la reconduire devant le monarque : il semblerait qu'elle n’ait pas suffisamment précisé ce sur quoi portait le serment21.

  • 22 «Domine mi, ego jurabo dum tamen quociens me reperiretur me deceptam, vos subveniretis michi et se (...)
  • 23 Sur les outils d’une communication politique balisée par les gestes et les rituels, voir les trava (...)

7Au terme d’une nouvelle discussion, elle accepte de se plier aux arguments des conseillers du souverain mais, avant d’obtempérer, elle s’adresse au roi : « Mon seigneur, je prêterai serment à condition que vous veniez à mon secours toutes les fois que je serai trompée et que vous me préserviez de toute imposture. » Le monarque lui répond : « Si Dieu me garde, il en sera ainsi. » Mahaut tend alors sa main droite sur les Écritures et, face au chancelier du roi, lance un « Je jure comme vous l’avez dit », avant de quitter la pièce22. La comtesse a ainsi réussi à ajouter subtilement quelques conditions à son engagement avant de s’éclipser à nouveau. Consciemment ou non, le notaire qui met en texte la scène donne ainsi une image assez positive de Mahaut d’Artois, qui s’efface toujours devant la majesté du roi, mais brave ses conseillers, contraints d’interpréter en toute hâte toutes les implications de son discours et de la poursuivre dans les couloirs de l’abbaye pour la contraindre à préciser un peu plus ce à quoi elle s’engage23.

  • 24 Ego jam juravi pluries quod dominus meus voluit nec est mirum si dominus meus, qui est princeps, p (...)
  • 25 Sur la condition des veuves, voir B. Jussen, « Der “Name” der Witwe : zur Konstruktion eines Stand (...)
  • 26 Carissime domine, miseremini mei que sum una pauper vidua exheredita et sine consilio. Et vos vide (...)
  • 27 Ego jam juravi pluries et ego juro, et ego juro, et ego juro quod male possim gaudere de corpore m (...)

8À nouveau ramenée devant le monarque, elle choisit en effet d’user de sa position d’inférieure pour justifier son attitude : « J’ai déjà juré plus que ce que voulait mon seigneur et il n’est pas étonnant que mon seigneur, qui est prince, me promette, à moi qui suis veuve, de me secourir si je me retrouvais trompée. Parce que je crois qu’il est tenu, du fait de sa bonté, de secourir, dans la mesure où il le peut, non seulement moi, mais également toutes les veuves de son royaume, lorsqu’elles sont trompées24. » Mahaut se réfère directement au serment du sacre par lequel le roi promet de protéger l’Église, les pauvres, les veuves et les orphelins. La comtesse revendique et use de son veuvage comme d’un argument qu'elle finit par exploiter totalement en jouant sur les émotions25. En soupirant profondément, elle poursuit : « Cher sire, ayez pitié de moi qui suis une pauvre veuve déshéritée et sans conseil ; voyez comment ces hommes me tourmentent : l’un hurle à ma droite, l’autre crie à ma gauche. Et je ne sais que répondre26. » De conquérante, Mahaut devient suppliante. Elle se présente comme une femme affaiblie par son veuvage, abandonnée et désemparée, pressée par d’odieux conseillers qui la contraignent à jurer dans la précipitation. La scène gagne encore en intensité lorsque, tenant sa main sur les Évangiles, elle tombe en pleurs et articule entre les sanglots : « J’ai déjà juré plusieurs fois et je jure, et je jure encore, ce dont je ne peux que souffrir dans mon corps et dans mes membres27 ! »

  • 28 P. Nagy-Zombory, Le don des larmes au Moyen Age : un instrument spirituel en quête d’institution, (...)

9Valorisées par la culture chrétienne, considérées parfois comme plus sincères que le verbe, les larmes sont un mode de communication, dont l’usage est dans certains milieux codifié, voire ritualisé28. Mais Mahaut fait des larmes un instrument rhétorique. Les sentiments individuels passent ici après l’exploitation publique des émotions que les larmes véhiculent. Loin d’être spontanés, ces pleurs aident sans doute à apaiser un dialogue de plus en plus tendu ; mais parce qu’ils cherchent à éveiller la compassion des participants, ils dissimulent les sentiments véritables et contribuent ainsi à effacer l’image de cette comtesse inflexible, propagée par les révoltés artésiens. Victime d’une révolte « illégitime » de ses vassaux, Mahaut maîtrise des larmes qui ne témoignent pas d’une quelconque humiliation, mais de sa capacité à contrôler son comportement public pour renverser une position compromise. À la lecture de cette relation écrite par un notaire au service de la comtesse, Mahaut d’Artois ressort indiscutablement comme la véritable maîtresse du jeu politique. Les pleurs brisent en effet l’objet de la confrontation.

  • 29 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 374, fol. 5.
  • 30 Louis IX lui-même, roi dévot et pieux, se plaignait de ne pas bénéficier de ce don. Ceci montre bi (...)

10En définitive, l’enjeu de cette journée va bien au-delà du simple règlement du conflit : la paix sera finalement jurée le lendemain et célébrée par un grand banquet à Conflans29. Au cours de la journée du 3 juillet 1319, la comtesse doit sauver la face au terme d’une guerre de quatre années sans véritable vainqueur. Elle met donc en cause la validité d’un serment quelle estime juré sous la contrainte. Le déroulement de la rencontre témoigne des talents rhétoriques d’une Mahaut simulatrice, qui joue sur tous les registres pour s’imposer : tantôt elle use d’une argumentation solide, tantôt elle fait appel aux émotions et au langage du corps pour s’exprimer malgré une parole bridée. Les larmes sont alors considérées comme une marque de prière et de pénitence. Elles manifestent le repentir et la volonté de se purifier pour obtenir le rachat de ses fautes. Mais pleurer est aussi une marque d’élection divine. La capacité d’offrir ses larmes est une grâce (gratia lacrimarum) ou un don divin, réservé à quelques élus30. Une telle faveur pourrait s’expliquer par l’auguste ascendance de Mahaut : petite-nièce de saint Louis, chercherait-elle à marquer sa supériorité par rapport au reste de l’assistance ? ou bien ces larmes renvoient-elles davantage à une image chrétienne de la souffrance, renforcée ici par son statut de veuve ? La comtesse fait, quoi qu’il en soit, preuve d’un grand talent. Les pleurs sollicitent symboliquement son pardon sans qu’aucune parole de componction n’ait été prononcée. Ils viennent ainsi sanctionner une négociation dans laquelle le dialogue se conclut par un non-dit.

Notes

1 A. Artonne, Le mouvement de 1314 et les chartes provinciales de 1315, Paris, 1912 ; E. Brown, « Reform and Resistance to Royal Authority in Fourteenth-Century France : The Leagues of 1314-1315 », Parliaments, Estates and Representation, 1 (1981), no 2, p. 109-137.

2 Selon une interprétation proposée pour la première fois par Marc Bloch et reprise ensuite par Robert Boutruche, la volonté centralisatrice de la monarchie tend à affaiblir les prérogatives des seigneurs qui cèdent le pas devant les officiers royaux, toujours plus nombreux à représenter le roi dans toutes les provinces du royaume.

3 La Normandie est la première province à obtenir une charte de Louis X, le 19 mars 1315. En avril, le Languedoc obtient une charte du roi, puis vient la Bourgogne. Le mois de mai 1315 est marqué par la concession de trois chartes successives aux Picards (la première le 15), d’une deuxième charte aux Bourguignons (le 17) et d’une charte aux Champenois (le 18).

4 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, série A ; Paris, Arch. nat., séries J et JJ.

5 Anciennes chroniques de Flandre, éd. N. de Wailly, dans Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. 22, Paris, 1865.

6 A. Hellot, « Chronique parisienne anonyme de 1316 à 1339, précédée d’additions à la chronique française dite de Guillaume de Nangis (1206-1316) », Mémoires de la Société de l’histoire de Paris, 11 (1884), p. 1-207.

7 Chronographia regum Francorum (1270-1405), éd. H. Moranville, t. 2, Paris, 1893.

8 Grandes Chroniques de France, éd. J. Viard, t. 8, Paris, 1934.

9 Paris, Arch. nat., JJ 54B, no 4.

10 Ibid., fol. 1v-2v.

11 Ibid., fol. 21-v.

12 O. Bled, « Un mayeur de Saint-Omer (1317-1319) », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1904, p. 478-523.

13 Paris, BNF, fr. 23256 ; Paris, Arch. nat., KK1, fol. 51.

14 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 644 et A 645. Les actes à notre disposition ne précisent pas le jour exact du jugement.

15 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 6320.

16 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 374, fol. 5.

17 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 643.

18 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 351, fol. 4 ; A 361, fol. 3v et 9v ; A 368, fol. 7 ; A 374, fol. 4v-5.

19 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 643, édité dans J. Petit, Charles de Valois (1270-1325), Paris, 1900, no 16, p. 388-391.

20 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 642.

21 Sedpost modicum intervallum, domini Aymardus Pictaviensis et Hugo de Cabilione dictam cameram in qua dominus rex erat existentes, ad dictam dominam accesserunt et sibi dixerunt: «Oportet vos reverti et iterumjurare, quia non sufficit consilio regis illud sacramentum quod prestitistis, quia non fuit bene expressum quodjurare debebatis» (ibid.).

22 «Domine mi, ego jurabo dum tamen quociens me reperiretur me deceptam, vos subveniretis michi et servaretis de deceptione.» Et dominus rex sibi respondit: «Si Deus me custodiat, ita libenter.» Et tunc dicta domina, tendens manum dextram ad dictum librum, dixit dicto cancellario: «Et ego ita juro, sicut dixistis.» Et statim tunc recessit dicta domina a dicta camera (ibid.).

23 Sur les outils d’une communication politique balisée par les gestes et les rituels, voir les travaux de G. Althoff, Family, Friends and Followers : Political and Social Bonds in Early Medieval Europe, Cambridge, 2004.

24 Ego jam juravi pluries quod dominus meus voluit nec est mirum si dominus meus, qui est princeps, promittit mihi, que sum vidua, subvenire si reperiat me deceptam, quia credo non solum michi, sed etiam aliis viduis regni sui tenetur ex benignitate sua in suis deceptionibus in quantum commode potest subvenire (Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 642).

25 Sur la condition des veuves, voir B. Jussen, « Der “Name” der Witwe : zur Konstruktion eines Standes in Spätantike und Frühmittelalter », Veuves et veuvages dans le haut Moyen Age : table ronde organisée à Gottingen par la Mission historique française en Allemagne, dir. M. Parisse, Paris, 1993 ; et Id., Der Name der Witwe. Erkundungen zur Semantik der mittelalterlichen Busskultur, Gottingen, 2000.

26 Carissime domine, miseremini mei que sum una pauper vidua exheredita et sine consilio. Et vos videtis qualiter illi de consilio vestro stimulant me, unus inhiat a dextris et alius latrat a sinistris. Et ego nescio respondere (Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 642).

27 Ego jam juravi pluries et ego juro, et ego juro, et ego juro quod male possim gaudere de corpore meo et de membris meis (ibid.).

28 P. Nagy-Zombory, Le don des larmes au Moyen Age : un instrument spirituel en quête d’institution, ve-xiiie siècle, Paris, 2000 ; J.-M. Moeglin, Les bourgeois de Calais : essai sur un mythe historique, Paris, 2002.

29 Dainville, Arch. dép. du Pas-de-Calais, A 374, fol. 5.

30 Louis IX lui-même, roi dévot et pieux, se plaignait de ne pas bénéficier de ce don. Ceci montre bien qu’il s’agit d’un don gratuit de Dieu, aléatoire et sans lien avec le mérite (Nagy-Zombory, Le don des larmes…, op. cit. n. 28, p. 20-24).

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search