Desktop versionMobile version

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Pouvoirs et pratiques

L’usage des présents dans la diplomatie romano-barbare au ve siècle

Autour de l’exemple romano-hunnique / The example of the Huns

The Use of Presents in Diplomacy between the Romans and the Barbarians in the 5th Century

Audrey Becker

Abstract

The subject of diplomatic presents in the sources has until recently mostly been treated in an off-hand manner; at best it is seen to be of purely anecdotal interest, at worst it is interpreted as bribery. Now that historical enquiry has been re-orientated towards the study of diplomacy it is possible to envisage the giving of presents as a gesture made with the view of opening up channels of communication. This is how it is seen by Priscus in his account of Maximinus’ embassy, sent to Attila by the Emperor Theodosius II in 449. He mentions the presents given and received by those who took part in this diplomatic exchange. Maximinus, in the dual role of both giver and receiver, is at the centre of things. If, for the Roman legate, gift-giving is the concrete means of starting a personal relationship, for Attila it was a way of showing his political superiority.

Author's note

La numérotation des fragments de Priscus et Malchus (désormais Priscus et Malchus) reprend celle utilisée dans l’édition de R. C. Blockley, The Fragmentary Classicising Historians of the Later Roman Empire : Eunapius, Olympiodorus, Priscus and Malchus, t. 2, Liverpool, 1981.

Full text

  • 1 C. Geertz, The Interpretation of Cultures, 2e éd., New York, 2000.
  • 2 F. Barth, Selected Essays, Londres-Boston, 1981.
  • 3 Sur ces questions, voir C. Windler, La diplomatie comme expérience de l’Autre. Consuls français au (...)

1L’évocation des présents diplomatiques dans les sources a, pendant longtemps et à quelques exceptions près, été abordée au mieux sous l’angle de l’anecdote, au pire sous celui d’un récit de tentative de corruption. La réorientation récente du questionnement historique autour du fait diplomatique permet au contraire de prendre en compte les travaux fondateurs d’anthropologues comme Fredrik Barth, l’un des premiers à s’opposer à l’anthropologie culturelle. Telle que l’a définie Clifford Geertz, l’anthropologie culturelle envisage la culture comme un ensemble de symboles fixes, qui imposent des normes culturelles aux individus, contraints dès lors à des pratiques prévisibles qui n’affecteraient pas les structures sociales1. Fredrik Barth, à l’inverse, relève que les choix individuels ont des conséquences qui rejaillissent sur les systèmes collectifs et les modifient2. Cela a une conséquence concrète pour la diplomatie : les actes individuels des représentants des systèmes collectifs, c’est-à-dire des ambassadeurs, peuvent modifier le fonctionnement des systèmes collectifs eux-mêmes et plus particulièrement la nature des rapports entre systèmes différents3. Cette approche, rarement appliquée à l’étude de la diplomatie romano-barbare, permet un éclairage différent du fait diplomatique : elle prend en compte la capacité des acteurs à interpréter et à adapter des modalités préexistantes, en fonction de l’altérité, pour rendre possibles des interactions entre systèmes étrangers.

  • 4 Sur l’histoire politique, voir en dernier lieu P. Heather, Empires and Barbarians : The Fall of Ro (...)
  • 5 Sur Attila, voir M. Rouche, Attila, la violence nomade, Paris, 2010 ; K. Escher, I. Lebedynsky, Le (...)
  • 6 Pour l’édition du texte de Priscus, voir R. C. Blockley, The Fragmentary Classicising Historians o (...)
  • 7 Si, officiellement, le légat romain Maximinus secondé par Priscus doit discuter de certaines préte (...)

2Parmi les gestes qui permettent la mise en place d’une communication diplomatique, la remise de présents est peut-être l’un des plus significatifs, car les objets offerts deviennent les symboles concrets de l’interaction diplomatique. C’est un geste d’autant plus important dans le contexte du ve siècle, fortement marqué par le rééquilibrage des rapports de force militaires entre les empires romains d’Orient et d’Occident et les différents ensembles barbares4. Pour réussir à maintenir un équilibre diplomatique précaire, les Romains sont désormais obligés de tenir compte de leurs interlocuteurs dans la mise en œuvre pratique de la diplomatie : celle-ci n’est plus affaire d’hégémonie mais de négociations, particulièrement avec le roi hun Attila qui, dans les années 440, domine militairement l’Empire romain d’Orient5. Le récit de Priscus de Pannonie en témoigne6. Sa participation active au côté du légat Maximinus à l’ambassade envoyée à Attila par l’empereur d’Orient Théodose II en 449 fait de sa relation des négociations entre Attila et les Romains un témoignage tout à fait unique, qui permet de saisir la double dimension officielle et officieuse de la diplomatie7. Dans son récit, Priscus mentionne régulièrement des présents offerts ou reçus par les différents acteurs, dont Maximinus lui-même, qui apparaît comme le véritable pivot de cette pratique, à la fois donateur et bénéficiaire. Cela n’est pas sans poser certaines questions autour des logiques dans lesquelles de tels gestes s’inscrivent, tant pour celui qui offre que pour celui qui reçoit.

Les présents, moyen concret de s’assurer des appuis en instaurant des relations personnelles

  • 8 Priscus, 11, 2.
  • 9 Ibid.

3Les présents distribués à titre personnel par Maximinus sont d’abord un moyen concret de s’assurer l’appui des logades d’Attila, aussi bien pendant le trajet le menant auprès du roi qu’une fois arrivé à sa cour. Il offre ainsi des étoffes de soie et des perles d’Inde à Edeco et Oreste, les deux logades huns qui l’accompagnent sur la route, pour les calmer après une dispute entre Huns et Romains, et s’assurer qu’ils sont dans les meilleures dispositions8. De la même façon, une fois arrivés au campement d’Attila, les Romains avaient manifestement prévu de rechercher le soutien du logas le plus puissant, Onegesios. Or, à leur arrivée, il est absent. Face à cet imprévu, Priscus prend l’initiative de promettre des présents à Scotta, le frère d’Onegesios, s’il arrive à obtenir rapidement pour Maximinus une entrevue avec Attila9.

4Le problème posé par ces présents est évidemment celui de la limite entre diplomatie officieuse et corruption. Il est d’ailleurs tout à fait révélateur que ce ne soit pas l’ambassadeur, une fois parvenu au camp, qui se charge en personne des démarches auprès de Scotta, puis auprès d’Onegesios lorsque celui-ci arrive enfin, mais Priscus lui-même : cela laisse penser que les Romains avaient tout à fait conscience d’être à la limite de la corruption avec ces cadeaux qu’on assimilerait aujourd’hui au pire à des pots-de-vin, au mieux à du lobbying. D’ailleurs, lorsque Onegesios vient remercier Maximinus pour ses cadeaux, le Romain lui propose à demi-mot de trahir Attila. Si Onegesios refuse, il n’exclut pas dans le même temps de contribuer à faciliter les négociations entre Romains et Huns :

  • 10 Ibid.

« Les Romains pensent-ils, rétorqua-t-il, qu’ils seront assez persuasifs pour compter sur moi pour que je trahisse mon maître, tourne le dos à mon éducation parmi les Scythes, à mes femmes et mes enfants et que je pense qu’il n’est pas préférable d’être esclave chez Attila que d’être riche chez les Romains ? » Il conclut qu’il serait mieux pour lui de rester dans son propre pays et de calmer la colère de son maître dans ces questions sur lesquelles il était fâché avec les Romains plutôt que d’aller chez eux et risquer d’encourir la colère qui s’était abattue sur d’autres qui semblaient au mieux avec Attila10.

  • 11 Ibid. : « Ils considérèrent comment ils devraient s’adresser à Attila et comment lui présenter les (...)
  • 12 Ibid. : « Le jour suivant, j’approchai du mur d’enceinte d’Attila des cadeaux pour sa femme dont l (...)

5Maximinus essaie également d’installer des relations personnelles entre lui et la famille royale. Il offre à Attila des présents en son nom propre en même temps que les présents de l’empereur11. Il en offre également à Erekan, mère des fils aînés d’Attila, manifestant ainsi sa bonne volonté12. La réponse à ces présents montre, de la part d’Attila, l’acceptation et la mise en place symbolique de ce lien personnel. En effet, l’ambassadeur est invité, en retour, à des banquets donnés en son honneur par Attila ou par sa femme. Ces banquets sont l’occasion pour Maximinus d’expérimenter les usages sociaux d’une société qui lui est étrangère et, en les respectant, de s’introduire réellement dans les réseaux sociaux des élites hunniques. L’empereur et la cour de Constantinople auraient probablement été surpris d’apprendre qu’au cours de ces banquets, Maximinus participa au cérémonial hun de salutation en l’honneur d’Attila et prononça des vœux pour la bonne santé du roi :

  • 13 Priscus, 13.

Nous nous levâmes, et personne ne reprit son siège avant que nous n’ayons, dans le même ordre que précédemment, vidé la coupe pleine de vin qui nous était tendue et prononcé des vœux pour la santé d’Attila13.

  • 14 Ibid., 14 : δώροις τοῖς προσήκοσι τιμηθέντες.

6En plus de ces banquets, l’ambassadeur se voit également « honoré par des présents appropriés14 » au moment de son départ, présents qui contribuent à sceller la relation personnelle qu’Attila entretient avec l’ambassadeur. Or cette relation soulève deux problèmes concrets. Tout d’abord, il est possible de corrompre un ambassadeur. Attila a conscience de ce risque de trahison, lorsqu’il envoie des ambassadeurs auprès des empereurs romains, dans le but avoué de les enrichir. Ainsi en 448, lorsque Edeco accepte à Constantinople la proposition de l’eunuque Chrysaphius de participer au complot contre Attila, il précise qu’il ne peut pas emporter avec lui le prix de sa trahison car les ambassadeurs sont questionnés par Attila qui recoupe leurs différents récits :

  • 15 Ibid., 11, 1.

Puisqu’il avait été loin, lui, comme les autres, serait étroitement questionné par Attila pour savoir qui, parmi les Romains, lui avait donné des cadeaux et combien d’argent il avait reçu, et, à cause de ses compagnons, il ne pouvait pas cacher cinquante livres d’or15.

7Le second problème renvoie à la nature même des relations diplomatiques : Attila s’engage-t-il par ses présents à l’ambassadeur vis-à-vis d’un État ou d’un individu ? Les cadeaux offerts mutuellement semblent bien s’inscrire dans une relation personnelle relevant du don.

Des présents qui relèvent du mode du don ?

  • 16 M. Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’année (...)
  • 17 R. Girard, La violence et le sacré, Paris, 1972 ; J. M. Rabate, M. Wetzel, L'éthique du don. Jacqu (...)
  • 18 A. Caille, « Ce qu’on appelle si mal le don… Que le don est de l’ordre du don malgré tout », Revue (...)

8Les travaux historiques actuels sur la question du don se situent souvent par rapport à l’essai de Marcel Mauss de 1926, dans lequel l’anthropologue n’a pourtant pas prétendu créer un concept universel16. Depuis, d’autres se sont penchés sur ce problème, l’enrichissant et le conceptualisant réellement17. C’est en particulier le cas d’Alain Caillé, qui a créé, à partir des travaux de Marcel Mauss, un « paradigme du don18 » qui repose sur trois mouvements dialectiques principaux. Tout d’abord, le don est un opérateur politique qui permet le passage de la guerre à la paix et réciproquement, en remplaçant symboliquement la violence militaire. Ensuite, le don doit être à la fois libre et obligatoire. Libre, car on ne doit pas subir de coercition lorsqu’on fait un don ; c’est la liberté du donateur qui signifie qu’il accepte une alliance. Obligatoire aussi, car refuser un don revient à refuser une alliance et donc à déclarer la guerre, ce qu’on reste par ailleurs toujours libre de faire. Enfin, le don est intéressé et désintéressé. Il est désintéressé, car il provoque une dépense pour le donateur et, dans le même temps, il est intéressé, car le donateur attend un retour à son don, pas pour avoir plus mais pour le sens même de ce retour, c’est-à-dire l’acceptation de l’alliance. Par ailleurs, il est intéressé, car il manifeste également un intérêt égotiste : en donnant, on signifie qu’on apprécie l’autre, mais également qu’on est soi-même appréciable. Appliquer cette grille de lecture anthropologique à la relation entretenue par Attila avec les légats romains permet d’expliquer bien des actes du roi qui n’ont pas toujours trouvé d’interprétations satisfaisantes.

  • 19 Sur les différences entre modes du don, de la coercition et de l’économie, voir l’introduction de (...)

9D’abord, les dons faits personnellement par les ambassadeurs ne sont jamais présentés comme le résultat d’une quelconque coercition s’exerçant sur eux19. Certes, les ambassadeurs sont envoyés par les empereurs romains pour apporter une réponse symbolique à un rapport de force militaire. Et en ce sens, ils ont l’obligation pour permettre ce changement de registre d’offrir des cadeaux. L’empereur attend d’eux qu’ils fassent des présents pour mener à bien leur mission, mais, dans le même temps, ils font ces présents parce qu’ils le veulent bien, sans que s’exerce sur eux une coercition de la part d’Attila. C’est clairement ce qui se passe lors du règlement du conflit ouvert entre le roi hun et l’empereur Théodose II, après que le complot de l’eunuque Chrysaphius, qui visait à assassiner Attila, a été découvert. Pour calmer la colère du roi hun, Théodose II choisit de lui envoyer, en 450, deux légats, Anatolius et Nomus, qui entrent de leur propre volonté dans une compétition de générosité :

  • 20 Priscus, 15, 3.

Nomus fut envoyé avec Anatolius non seulement à cause de son haut rang, mais aussi parce qu’il était ami avec Chrysaphius et l’emporterait sur le Barbare par sa générosité ϕιλοτιμίᾳ τοῦ βαρβάρου περιεσόμενος, car, quand il tenait à arranger une question, il était généreux de son argent20.

  • 21 Voir supra, n. 13.

10Ensuite, Attila lui-même s’engage dans cette compétition de générosité avec les ambassadeurs romains. D’abord, assez classiquement, il offre à l’ambassadeur Maximinus ces « cadeaux appropriés » qu’on imagine d’une certaine valeur21. Cette compétition révèle chez Attila une conscience aiguë du potentiel de valeur symbolique de ses présents. En effet, le choix même des objets offerts transforme le respect, finalement formel, de l’usage des présents en un moyen réel de domination politique. Ainsi, lorsqu’il offre à Nomus et Anatolius un symbole même de sa royauté, il les laisse dans l’impossibilité de rivaliser avec lui. Ce n’est pas un hasard s’il clôt les discussions par ce geste :

  • 22 Priscus, 15, 4.

En outre, il libéra un grand nombre de prisonniers sans rançon en remerciement à Anatolius et Nomus. Après leur avoir fait cadeau de chevaux et de peaux d’animaux sauvages, dont se parent les rois scythes eux-mêmes, il les congédia22.

11Par ailleurs, Attila semble jouer avec cette logique du don. En effet, si, après avoir reçu les cadeaux qui lui étaient destinés, il invite dans une logique agonistique l’ambassadeur et sa suite à un banquet fastueux, lui-même n’y participe qu’avec la plus grande retenue, restant ostensiblement à l’écart de tout luxe :

  • 23 Ibid., 13, 1.

Tandis que, pour les autres Barbares et nous-mêmes, des plats somptueux avaient été préparés sur des plateaux d’argent, pour Attila, il y avait seulement de la viande sur un plateau de bois. Il se montrait lui-même tout aussi mesuré dans d’autres domaines. Alors qu’on avait donné aux hommes pour faire la fête des gobelets d’or et d’argent, sa coupe était en bois. Son vêtement était courant et ne différait en rien de celui des autres, sauf qu’il était propre23.

12Il est difficile de ne pas interpréter cette attitude comme un message politique à destination de l’ambassadeur, message dans lequel Attila détourne à son profit le modèle de la compétition de générosité : s’il la respecte en tant que roi, il se situe à titre personnel au-dessus de celle-ci. En retour, l’ambassadeur romain calque bel et bien son attitude sur celle d’Attila puisqu’il décide, avant de repartir à Constantinople, de rendre une partie des cadeaux reçus :

  • 24 Ibid., 14.

Attila avait ordonné à chacun de ses logades de montrer de l’amitié à Maximinus avec des cadeaux et chacun, y compris Berichos, lui avait envoyé un cheval. Maximinus en avait gardé quelques-uns, mais avait renvoyé les autres, car il était désireux de montrer sa retenue par un comportement tempéré24.

  • 25 Malchus, 3 : « Il s’émerveilla de la modération du style de vie de Severus […] Severus lui semblai (...)

13L’ambassadeur se retrouve finalement dans une situation très compliquée, puisqu’il doit faire face à une double obligation, faire preuve de modération pour répondre à la retenue d’Attila et ne pas le vexer en rendant trop de cadeaux. Il s’agit pour lui de trouver un juste équilibre. D’ailleurs, s’il renvoie bien certains cadeaux, il ne s’agit pas de ceux du roi hun mais de ceux de ses logades, auxquels Attila avait ordonné d’offrir des cadeaux au légat. D’autres sources comme Malchus laissent penser que la modération n’était pas la qualité première des ambassadeurs romains, ce qui explique par exemple que l’attitude désintéressée de Severus, envoyé par l’empereur d’Orient Zenon en 474 auprès de Genséric, surprenne le roi vandale25. Il est ainsi remarquable qu’Attila soit le premier à mettre en pratique cette utilisation diplomatique de la modération, qui devient par la suite dans les sources romaines un argument à l’appui de la supériorité morale romaine.

14Enfin, certaines exigences d’Attila, quant au choix des ambassadeurs envoyés par l’empereur d’Orient, peuvent se comprendre comme un moyen de manifester sa volonté d’être reconnu. Cela expliquerait qu’il soit le premier roi hun à revendiquer qu’on lui envoie des consulaires comme légats. Lorsqu’il obtient satisfaction, il fait preuve à leur égard d’une considération certaine, n’hésitant pas, par exemple, à aller à la rencontre de Nomus et d’Anatolius. Les deux hommes viennent régler la question du sort de Chrysaphius, après la découverte du complot mené par l’eunuque pour faire assassiner le roi hun :

  • 26 Priscus, 15, 4.

Anatolius, Nomus et leur groupe traversèrent le Danube et voyagèrent en Scythie aussi loin que la rivière appelée Drecon. Par respect pour ces hommes, Attila vint les rencontrer à cet endroit afin qu’ils ne soient pas usés par la longueur du voyage26.

  • 27 J. T. Godbout, L’esprit du don, 2e éd., Paris, 2007.
  • 28 Rouche, Attila…, op. cit. n. 5, p. 174.
  • 29 Prosper Aquitanus, Epitoma cbronicorum, chap. 1367, éd. T. Mommsen, Berlin, 1892 (MGH Auct. ant., (...)

15À bien lire Priscus, Attila fait simultanément preuve d’égotisme, en choisissant les ambassadeurs romains les plus à même de lui apporter une reconnaissance sociale aussi bien que politique, et de ce que l’anthropologue Jacques Godbout qualifie d’« aimance », c’est-à-dire d’un intérêt proche de l’amitié pour ces mêmes hommes qui lui apportent la reconnaissance qu’il recherche27. C’est peut-être ce qui explique la réussite « étrange et même proprement stupéfiante28 » de cette ambassade. En effet, non seulement Attila leur offre les fameuses peaux de bêtes dont se parent les rois huns, mais il accède à toutes les demandes des deux légats. La seule chose que cette ambassade apporte en retour à Attila, c’est la reconnaissance de son importance en tant qu’interlocuteur politique. Cette même volonté de reconnaissance est probablement aussi à l’origine de la réussite, en 452, de l’ambassade menée par l’évêque de Rome pour lui demander de ne pas prendre la cité. Certes, on pourra toujours arguer du fait qu’Attila n’avait plus les moyens militaires de prendre Rome ; en même temps, la composition de l’ambassade par les Romains témoigne de la prise en compte, tout comme pour l’ambassade de Nomus et Anatolius, de ce besoin de reconnaissance que manifeste Attila29.

16Enfin, il y a peut-être un lien à faire avec un épisode a priori anecdotique : Attila, une fois arrivé au pouvoir, offre au général Aetius, avec lequel il entretient des relations privilégiées, le bouffon préféré de son frère Bleda, Zercon, qui était un nain difforme. Lorsque le bouffon revient à la cour d’Attila, le roi est extrêmement contrarié, même si ce nain amuse tous ses convives à la fois par son apparence physique et par son sabir :

  • 30 Priscus, 13, 3.

Au moment du banquet, il s’avança et, par son apparence, son habit, sa voix et les mots qu’il mélangeait simultanément (car il mélangeait le latin, le hunnique et le gothique), il mit tout le monde de bonne humeur et provoqua chez tous, sauf Attila, des rires incontrôlables30.

  • 31 K. Holum, Theodosian Empresses : Women and Imperial Dominion in Late Antiquity, Londres, 1982, p.  (...)

17C’est vraisemblablement la volonté d’Attila d’être reconnu socialement et culturellement par les légats romains qui explique son attitude face à ce bouffon : Zercon, d’une certaine façon, ridiculise les Huns eux-mêmes et renvoie à Attila l’image dont il a voulu se défaire en adoptant une attitude tout en retenue. On ne peut que souligner la similitude de cette retenue royale avec le modèle impérial qui, depuis le ive siècle, fait de l’empereur un être à part, inaccessible, statique et impassible pendant les cérémonies publiques31.

  • 32 G. Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, 44 (1989), p. 1325-1336 ; Id., Le pouvoir a (...)
  • 33 Voir en particulier R. Schulz, Die Entwicklung des römischen Völkerrechts im vierten und fünften J (...)
  • 34 Anatolius se rend ainsi à trois reprises auprès d’Attila en 441, 443 et 450. En Orient, à la même (...)

18L’étude des présents échangés entre Attila et les Romains, loin d’être anecdotique, offre un exemple concret d’interaction au cœur des échanges diplomatiques. Pour reprendre la formule de Giovanni Levi, il ne s’agit pas de regarder de petites choses, mais de les regarder dans le détail32. La relation de don-contre-don qui s’installe entre Attila et les légats romains témoigne de la faculté d’adaptation de ces hommes qui maintiennent la communication avec le roi hun même dans des situations diplomatiques très tendues. Le mode du don leur permet d’établir un système de relations personnelles. Dès lors, cette approche microhistorique interroge la grande histoire diplomatique autour du statut du fait diplomatique : elle relativise en particulier les perspectives juridiques développées par les historiens allemands, pour qui la diplomatie se fait déjà au ve siècle entre États et non entre individus33. L’étude des présents montre au contraire que les relations personnelles établies par les ambassadeurs entrent dans une large mesure à cette époque dans l’activité diplomatique. Mais surtout, l’attitude de Maximinus et des autres légats témoigne bel et bien d’une capacité d’adaptation face aux innovations qu’introduit Attila dans la façon de mener la diplomatie. Le roi hun pense les modalités diplomatiques comme un moyen d’affirmer sa supériorité, et les ambassadeurs romains, loin d’être prisonniers de leurs représentations culturelles, s’adaptent et adaptent leurs pratiques diplomatiques, leur façon de donner et de recevoir en faisant par contrecoup évoluer les systèmes qu’ils représentent. En cela, contrairement à ce qu’affirme Clifford Geertz, ils ne sont pas prisonniers de leurs représentations culturelles : ils ont une approche pragmatique des modalités diplomatiques. Ce n’est probablement pas un hasard si c’est précisément à cette époque qu’apparaissent, dans le cadre des relations diplomatiques romano-barbares, les premières carrières proto-diplomatiques, aussi bien dans l’Empire romain d’Orient que dans celui d’Occident : ces hommes mettent leurs connaissances personnelles de l’altérité au service de la diplomatie34.

Notes

1 C. Geertz, The Interpretation of Cultures, 2e éd., New York, 2000.

2 F. Barth, Selected Essays, Londres-Boston, 1981.

3 Sur ces questions, voir C. Windler, La diplomatie comme expérience de l’Autre. Consuls français au Maghreb, 1700-1840, Genève, 2002, p. 8-34.

4 Sur l’histoire politique, voir en dernier lieu P. Heather, Empires and Barbarians : The Fall of Rome and the Birth of Europe, New York, 2010.

5 Sur Attila, voir M. Rouche, Attila, la violence nomade, Paris, 2010 ; K. Escher, I. Lebedynsky, Le dossier Attila, Paris, 2007.

6 Pour l’édition du texte de Priscus, voir R. C. Blockley, The Fragmentary Classicising Historians of the Later Roman Empire : Eunapius, Olympiodorus, Priscus and Malchus, t. 2, Liverpool, 1981, p. 222-377.

7 Si, officiellement, le légat romain Maximinus secondé par Priscus doit discuter de certaines prétentions du roi hun liées au traité de 448, cette ambassade sert surtout, à l’insu d’ailleurs du légat et de son entourage, de couverture à un complot fomenté à la cour de Constantinople pour faire assassiner Attila.

8 Priscus, 11, 2.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid. : « Ils considérèrent comment ils devraient s’adresser à Attila et comment lui présenter les cadeaux de l’empereur (βασιλευς δῶρα) et ceux que Maximinus pour sa part (αὐτῷ ό Mαξιμῖνος.) avait apportés pour lui. »

12 Ibid. : « Le jour suivant, j’approchai du mur d’enceinte d’Attila des cadeaux pour sa femme dont le nom était Hereka et qui lui avait donné trois fils, l’aîné étant celui qui dirigeait les Akatiri et les autres tribus demeurant près de la mer Noire en Scythie. »

13 Priscus, 13.

14 Ibid., 14 : δώροις τοῖς προσήκοσι τιμηθέντες.

15 Ibid., 11, 1.

16 M. Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’année sociologique, n. s. 1 (1923-1924), repris dans Sociologie et anthropologie, Paris, 1999, p. 143-273.

17 R. Girard, La violence et le sacré, Paris, 1972 ; J. M. Rabate, M. Wetzel, L'éthique du don. Jacques Derrida et la pensée du don, Paris, 1992 ; M. Godelier, L’énigme du don, Paris, 1996 ; N. Guy, Du don rituel au sacrifice suprême, Paris, 1996 ; A. Testart, « Échange marchand, échange non marchand », Revue française de sociologie, 42 (2001), no 4, p. 719-748 ; S. Dzimira, « Le paradigme du don : paradigme antiparadigmatique des paradigmes socio-économiques ? », Revue du MAUSS, 21 (2003), p. 355-382. Sur le rapport des historiens médiévistes aux théories du don, voir E. Magnani, « Les médiévistes et le don. Avant et après la théorie maussienne », Revue du MAUSS, 31 (2008), p. 525-544.

18 A. Caille, « Ce qu’on appelle si mal le don… Que le don est de l’ordre du don malgré tout », Revue du MAUSS, 30 (2007), p. 393-404 ; Id., Anthropologie du don : le tiers paradigme, 2e éd., Paris, 2007 ; Id., Don, intérêt et désintéressement, Bourdieu, Mauss, Platon et quelques autres, Paris, 1994.

19 Sur les différences entre modes du don, de la coercition et de l’économie, voir l’introduction de N. Davis, Essai sur le don dans la France du xvie siècle, Paris, 2003.

20 Priscus, 15, 3.

21 Voir supra, n. 13.

22 Priscus, 15, 4.

23 Ibid., 13, 1.

24 Ibid., 14.

25 Malchus, 3 : « Il s’émerveilla de la modération du style de vie de Severus […] Severus lui semblait spécialement droit : alors que le Barbare lui offrait de l’argent et lui remettait des cadeaux appropriés pour un ambassadeur (καὶ τὰ πρέποντα δῶρα πρεσβευτῇ δωρούμενος), il les refusa tous, disant qu’à la place de ces choses, le cadeau le plus convenable pour un envoyé (τούτων δῶρόν ἐστιν εὔσχημον πρεσβεύοντι) était que les captifs lui soient remis. »

26 Priscus, 15, 4.

27 J. T. Godbout, L’esprit du don, 2e éd., Paris, 2007.

28 Rouche, Attila…, op. cit. n. 5, p. 174.

29 Prosper Aquitanus, Epitoma cbronicorum, chap. 1367, éd. T. Mommsen, Berlin, 1892 (MGH Auct. ant., 92) : Suscepit hoc negotium cum uiro consulari Auieno et uiro praefectorio Trygetio beatissimus papa Leo auxilio dei fretus, quem sciret numquam piorum laboribus defuisse. Nec aliud secutum est quam praesumpserat fides. Nam tota legatione dignanter accepta ita summi sacerdotis praesentia rex gauisus est, ut et belle abstinere praeciperet et ultra Danuuium promissa pace discederet. « Le bienheureux pape Léon entreprit cette affaire avec le consulaire Avienus et l’ancien préfet Trigetius, confiant en l’aide de Dieu qu’il savait ne jamais manquer aux travaux des hommes pieux. Il ne s’ensuivit rien d’autre que ce que la foi avait présumé. En effet, toute la légation fut reçue dignement et le roi fut si heureux de la présence du souverain pontife qu’il ordonna de s’abstenir de combattre et de repartir au-delà du Danube, une fois la paix conclue. »

30 Priscus, 13, 3.

31 K. Holum, Theodosian Empresses : Women and Imperial Dominion in Late Antiquity, Londres, 1982, p. 92 ; O. Treitinger, Die oströmische Kaiser-und Reichsidee, Darmstadt, 1956 ; M. Innes, « Politics of Humour in the Carolingian Renaissance », Humour, History and Politics in Late Antiquity and the Early Middle Ages, éd. G. Halsall, Cambridge, 2002, p. 131-156, ici p. 141-142 ; A. Becker-Piriou, « Attila manquait-il d’humour ? », Annales de l’Est, à paraître.

32 G. Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, 44 (1989), p. 1325-1336 ; Id., Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, 1989, particulièrement l’introduction.

33 Voir en particulier R. Schulz, Die Entwicklung des römischen Völkerrechts im vierten und fünften Jahrhundert n. Chr., Stuttgart, 1993.

34 Anatolius se rend ainsi à trois reprises auprès d’Attila en 441, 443 et 450. En Orient, à la même époque, Dionysius se rend trois fois en ambassade auprès de Gobaze, le roi des Lazes, entre 456 et 466.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search