Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Sources et méthodes

Personnel diplomatique et modalités des négociations entre la commune de Pise et les États du Maghreb (1133-1397)

Diplomatic Personnel and Modes of Negotiation between the Commune of Pisa and the States of the Maghreb (1133-1397)

Mohamed Ouerfelli

Résumé

Durant les derniers siècles du Moyen Age, la commune de Pise a entretenu des relations diplomatiques suivies avec les Etats du Maghreb, qui nous sont connues grâce à un corpus de lettres et de traités de paix et de commerce, aujourd’hui conservés à l’Archivio di Stato de Pise. Sont examinées, dans un premier temps, les modalités de négociation entre les deux parties, la façon dont se déroulaient les ambassades et les entrevues, préliminaires à l’établissement et à la signature de traités de paix et de commerce. Ces modalités nous amènent, dans un second temps, à étudier le personnel diplomatique et en particulier les ambassadeurs, leur carrière et le milieu dont ils sont issus.

Texte intégral

  • 1 Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge, éd. Μ. T. Ferrer Mallol, J.-M. Moeglin, S. Péquign (...)
  • 2 Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (xiie-xvie siècle), éd. D. (...)
  • 3 Pour une première approche de la question, voir M. Bensaci, Pise et le Maghrib au Moyen Age, thèse (...)
  • 4 Sur la question du personnel diplomatique, voir N. Drocourt, « Ambassadeurs étrangers à Constantino (...)
  • 5 PÉQUIGNOT, Au nom du roi..., op. cit. n. 1.

1L’étude des relations diplomatiques dans le monde méditerranéen médiéval connaît aujourd’hui un renouvellement historiographique important1. Ce regain d’intérêt concerne aussi l’histoire des rapports entre le monde latin et les pays d’Islam, tout particulièrement entre la commune de Pise, l’Égypte et les États du Maghreb2. Aborder cette question pose toutefois de sérieux problèmes liés essentiellement à une documentation peu développée et parfois difficile à utiliser3. En dehors de traités de paix et de commerce, et des éléments de correspondances entre pouvoirs politiques, mais aussi entre marchands, conservés aujourd’hui à l’Archivio di Stato de Pise, les sources portant sur les modalités de la négociation et sur le personnel diplomatique sont clairsemées et ne permettent pas d’appréhender pleinement les origines sociales, les parcours et les carrières de ce personnel4. On est loin d’avoir en Italie les volumes documentaires conservés dans les archives de la Couronne d’Aragon, qui ont permis à Stéphane Péquignot d’étudier dans le détail les pratiques diplomatiques de la monarchie aragonaise pendant le règne de Jacques II5. L’accent sera mis ici sur le personnel diplomatique utilisé dans les relations souvent tendues, puisque influencées par des intérêts politiques et commerciaux contradictoires dans lesquels intervenaient également la course et la piraterie, entre la commune de Pise et les États du Maghreb de 1133 à 1397.

Le fonds documentaire : les traités de paix et la correspondance officielle

  • 6 Pisa, Archivio di Stato, Atti publici ; voir Ouerfelli, « Les traités de paix... », loc. cit. n. 2.
  • 7 M. Amari, I diplomi arabi del Regio archivio florentine, Florence, 1863-1867. Désormais, les docume (...)
  • 8 Louis de Mas Latrie (Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations de (...)

2La plupart des documents concernant les relations de Pise avec les États du Maghreb, que ce soient des traités de paix ou des correspondances, sont en bon état de conservation6. Le principal intérêt pour le chercheur, en dehors de la richesse de leur contenu, réside dans le fait que les textes en arabe sont, pour certains, traduits en latin ou en italien. Les deux versions peuvent cohabiter sur un même support, sans qu’aucune règle puisse être dégagée quant à la disposition respective des deux langues. La plupart de ces documents ont été publiés par Michele Amari, entre 1863 et 18677. On dénombre aujourd’hui 118 actes originaux : 31 sont rédigés en arabe, 31 en italien et 31 en latin ; 10 documents sont écrits en italien et en latin ; 9 sont rédigés en latin et en arabe, et 4 en arabe et en italien. Il faut enfin ajouter un document en dialecte vénitien et un dernier rédigé en italien, mais écrit en caractères arabes, ce qui illustre les difficultés d’interprétation de ce type de documents8. Ces quelques chiffres sont révélateurs de leur importance pour l’étude des relations diplomatiques et commerciales entre la Maremme toscane et le Maghreb au Moyen Âge.

  • 9 Gli Annalespisani di Bernardo Maragone, éd. M. L. Gentile, Bologne, 1930 (Rerum Italicarum Scriptor (...)
  • 10 Amari, Idiplomi…, op. cit. n. 7, no 5/1, p. 19.
  • 11 Ibid., no 28/2, p. 292.
  • 12 Ibid., no 29/2, p. 295.
  • 13 Ibid., no 29/1, p. 87.
  • 14 Ibid., no 30/1, p. 101 ; no 30/2, p. 303.
  • 15 Ibid., no 31/2, p. 312.
  • 16 Ibid., no 34/1, p. 123-136 ; no 35/2, p. 319-325.
  • 17 Le traité de 1234 renferme 27 clauses, ceux de 1313 et 1353 en contiennent respectivement 46 et 47  (...)

3Pour la période allant de 1 133 à 1397, nous sont parvenus dix traités de paix et de commerce signés entre Pise, d’une part, les Almoravides, les Almohades, les Hafsides et les Mérinides, de l’autre. Sept documents sont des traités en bonne et due forme, alors que les trois autres ne sont que des lettres. Deux mentions d’une chronique urbaine attestent l’existence d’autres accords verbaux entre les deux parties. Sur les dix traités, sept indiquent clairement la durée du pacte. Le premier traité, signé en 1133, porte sur une durée de dix ans9. Celui de 1186 est conclu pour vingt-cinq ans10, celui de 1234 pour trente11. Le traité de 1264, signé par Abū Abdallāh al-Mustansir et l’ambassadeur pisan Parent Visconti, devait s’étendre sur une période de vingt ans12. En revanche, pendant le xive siècle, les traités sont généralement conclus pour dix ans, aussi bien en 131313 qu’en 135314 ou en 135815. Quant au dernier traité, de 1397, il ne précise aucune durée de validité16. Ces documents se caractérisent aussi par l’augmentation progressive du nombre des clauses qu’ils contiennent. De plus en plus détaillées, elles marquent l’évolution des relations diplomatiques et commerciales, témoignent de leur complexité, mais aussi de l’existence d’un personnel diplomatique formé et compétent17.

  • 18 Bensaci, Pise et le Maghrib…, op. cit. n. 3, p. 106-129 ; C. Picard, La mer et les musulmans d’Occi (...)
  • 19 M. Tangheroni, « Sui rapporti commerciali tra Pisa et la Tunisia nel Medioevo », L’Italia ed i paes (...)
  • 20 GliAnnalespisani…, op. cit. n. 9, p. 9 ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, p. 22.
  • 21 Sur le déclin et la fin de la dynastie almoravide, voir V. Lagardère, Les Almoravides. Le djihād an (...)
  • 22 Gli Annales pisani…, op. cit. n. 9, p. 9.
  • 23 P. Guichard, « Recherche onomastique à propos des Banū Maymūn de Denia », Cahiers d’onomastique ara (...)
  • 24 Gli Annales pisani…, op. cit. n. 9, p. 9.

4Conservée depuis le milieu du xiie siècle, cette documentation est aussi révélatrice de la précocité des relations diplomatiques nouées entre la cité toscane et le Maghreb, qui succédèrent à plusieurs décennies d’offensives chrétiennes dans le bassin occidental de la Méditerranée, offensives dans lesquelles Pisans et Génois eurent un rôle moteur18. Durant les xiie et xiiie siècles, Pise déploya une intense activité diplomatique aussi bien en Orient qu’en Méditerranée occidentale, dans l’espoir de contrôler de nouveaux marchés et de défendre les intérêts commerciaux de ses citoyens19. Pendant trois siècles, les ambassades pisanes se succédèrent en Afrique du Nord. Les Maghrébins ne prirent qu’une seule fois apparemment l’initiative d’envoyer un ambassadeur en Toscane, en 1133. Cet épisode ne nous est connu que grâce à une chronique20. Dès les années 1120, l’échec de l’État almoravide commence à être perceptible, en raison de la multiplication des défections et des révoltes au Maghreb et en al-Andalus, et de la montée en puissance d’une nouvelle vague berbère, celle des Almohades21. Ces difficultés internes se conjuguent avec une succession de défaites que marquent la reconquête chrétienne dans la péninsule Ibérique et l’expansion des villes maritimes italiennes. C’est dans ce contexte politique difficile pour les Almoravides, mais à la faveur d’une conjoncture économique globalement favorable dans l’ensemble du monde méditerranéen, qu’a été décidé l’envoi d’une ambassade à Pise en 1133. L’objectif des Almoravides est double : trouver de nouvelles alliances, notamment avec une puissance maritime en pleine expansion, pour se consacrer à la lutte contre des rébellions dont la cadence tend à s’accélérer. Le déroulement de cette ambassade nous a été sommairement rapporté par la chronique pisane de Bernardo Maragone22. Le souverain almoravide Ἁlῑ Ibn Yūsuf Ibn Tāšfīn (1106-1146) envoie al-qā’id Maymūn, qui occupe à ce moment le poste d’amiral de la flotte almoravide23. Celui-ci effectue le voyage à bord de deux galées, qui abordent à Pise, dans le but de signer un traité de paix, pour une période de dix ans. Les négociations avaient probablement débuté au Maroc24.

  • 25 R.-H. Bautier, « Les grands problèmes politiques et économiques de la Méditerranée médiévale », Rev (...)

5À l’exception de cette mission diplomatique, ce sont toujours les Pisans qui prennent l’initiative, négocient et envoient des ambassades pour conclure des traités de paix et de commerce. En plein repli à partir du xiie siècle, les États du Maghreb n’ont pas cherché à établir de relations commerciales en dehors de leurs frontières, notamment avec l’autre rive de la Méditerranée. Par ailleurs, Pise et les autres communes italiennes, pour consolider leurs acquis, tentent de définir des cadres légaux susceptibles d’assurer la pérennité des relations commerciales avec le Maghreb. L’installation de communautés marchandes nécessite des démarches pour obtenir des concessions (fondouks), y résider et entreposer leurs marchandises, et disposer de représentants sur place pour défendre leurs intérêts. La nécessité d’établir des contacts permanents avec les pays du Maghreb est aussi la résultante de la rivalité propre aux villes italiennes25. Leur expansion est une course effrénée pour conquérir de nouveaux marchés.

L’évolution des modalités de négociation

  • 26 Pisa, Archivio di Stato, Atti publici, 10 juillet 1157 ; Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 1/1 ( (...)
  • 27 Banti, « I trattati tra Pisa e Tunisi… », loc. cit. n. 3, p. 47-50.
  • 28 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 1/1, p. 4-5.

6Le premier document d’archive qui illustre les rapports entre le Maghreb et la commune de Pise date de 115726. Il s’agit d’une lettre de Ἁbd Allāh Ibn Abī Khurāsān, émir de Tunis, envoyée à l’archevêque de Pise et portée par Abu Tamīm Maymūn, fils de Guglielmo, ambassadeur de Pise. Nous disposons à la fois du texte arabe et de sa traduction latine, placée en interligne. Le document est rédigé sur un rouleau de papier mesurant 25 cm de large sur 4 m de long. L’écriture arabe est en grands caractères ; la calligraphie est soignée ; la traduction latine est écrite en petits caractères. Cette lettre a été écrite à Tunis et fut portée à Pise avec sa traduction latine, vraisemblablement exécutée à Tunis sous les yeux de l’ambassadeur et de l’émir27. Elle n’est pas un traité de paix, mais plutôt la validation du traité négocié et conclu oralement, car l’émir de Tunis écrit à la fin de sa lettre : « Nous nous sommes entendus sur toutes ces choses avec votre envoyé par un acte ferme et irrévocable que nous avons ratifié sincèrement et en bonne forme28. »

  • 29 Du côté égyptien, le signe de validation du traité conclu oralement est la lettre écrite par al-Ἁbb (...)
  • 30 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 2/2, p. 241-245 ; Ouerfelli, « Les traités de paix… », loc. ci (...)
  • 31 Gli Annales pisani…, op. cit. n. 9, p. 40 ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, p. 22. Les Annales(...)
  • 32 Bernardo Maragone a occupé le poste de consul et de juge de la Curia Usus (le tribunal de la coutum (...)

7On peut en déduire que les négociations menées par l’ambassadeur pisan avec les autorités tunisiennes n’avaient pas donné lieu, comme on pourrait le penser, à un accord formellement écrit. La seule preuve de validité d’un traité, qui se discute et s’arrête oralement, est la lettre écrite par l’émir, qui en résume de ce fait les points les plus importants. Viennent ensuite la confirmation et la finalisation par une formalité concrète, telle qu’une poignée de main, un serment ou la remise d’une lettre. D’autres documents du même genre et de la même période confirment ce scénario. Ainsi la lettre envoyée par le vizir fatimide du Caire, al-Ἁbbās, à Pise en 1154, qui reprend le contenu des lettres envoyées par les Pisans, évoque les pourparlers qui ont eu lieu avec leur ambassadeur, Ranieri Bottacci, énumère les privilèges accordés, avant de mentionner le serment prêté par l’ambassadeur qui constitue une véritable profession de foi chrétienne et le signe de validation du traité conclu avec les Égyptiens29. En revanche, il n’y a pas de trace écrite de l’accord réellement conclu30. Au cours de cette première phase des relations diplomatiques, les traités de paix sont négociés oralement, puis validés par un échange épistolaire entre les deux parties. Toutefois, nous ne disposons pas toujours de traces de cet échange épistolaire. Ainsi, en 1166, une deuxième ambassade, dirigée par le consul Cocco Griffi, arrive au Maghreb pour négocier un traité de paix et de commerce avec l’Almohade Abū Ya’qūb Yūsuf, et, en même temps, récupérer les naufragés de galées pisanes échouées sur les côtes de Bougie après une tempête31. Seule la chronique urbaine de Bernardo Maragone32 nous permet de connaître cet épisode des relations diplomatiques entre Pisans et Almohades.

  • 33 Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, no 3, p. 109-113.
  • 34 Les premiers accords conclus entre les Génois et les Almoravides de Majorque datent de 1160, voir D (...)
  • 35 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 5/1, p. 17-22 ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, no 4, p.  (...)
  • 36 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 5/1, p. 20.
  • 37 Ibid. ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, no 4, p. 29.
  • 38 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 30/1, p. 98-111, no 30/2, p. 303-308 ; Mas Latrie, Traités…, o (...)

8À partir de la fin du xiie siècle, les modalités de la négociation et de la rédaction des traités changent progressivement, et on assiste à la mise par écrit d’un traité en bonne et due forme. L’ambassadeur rapporte en métropole deux exemplaires du traité, rédigés dans deux langues, l’arabe et le latin ou l’italien, accompagnés d’une ou plusieurs lettres remises par les autorités avec lesquelles il a négocié. Cette deuxième phase des relations entre, d’une part, les cités italiennes et, d’autre part, al-Andalus et le Maghreb est marquée notamment par le traité de 1181 négocié entre Gênes et le prince de Majorque, Abu Ibrâhîm Ishāq Ibn Ġāniya, pour une durée de dix ans et six mois33. Il s’agit de l’un des plus anciens traités qui définit en détail, article après article, les conditions des relations diplomatiques et commerciales34. Le premier traité de paix et de commerce maghrébo-pisan, établi en bonne et due forme, qui nous soit parvenu, dans sa version arabe seulement, date du 15 novembre 118635. Il est conclu pour une durée de vingt-cinq ans avec l’Almohade Abu Yūsuf Ya’qūb, qui concède aux Pisans la liberté de commerce dans les principaux ports de son royaume : Ceuta, Oran, Bougie, Tunis et les côtes andalouses, à l’exception d’Alméria, où se trouvent les arsenaux militaires36. Les privilèges octroyés permettent d’appréhender les conditions dans lesquelles les Pisans menaient leurs affaires, leur statut dans un pays musulman et les clauses qui réglementaient la concession et l’organisation des fondouks, qui abritaient les marchands chrétiens. Le traité est produit en cinq exemplaires ; l’un de ceux-ci, adressé à Pise, est peut-être celui conservé aujourd’hui dans sa version arabe à l’Archivio di Stato. Les autres exemplaires étaient destinés à être expédiés vers les villes où les Pisans étaient désormais autorisés à séjourner et commercer37. D’autres cas de figure mettent également en évidence la démultiplication des originaux et des copies destinés à diffuser le contenu des accords dans toutes les villes que les Pisans avaient le droit de fréquenter pour se ravitailler et faire leurs affaires, aussi bien qu’à conserver le détail de la convention dans les archives. Le traité de commerce conclu entre le sultan hafside Abū Ishāq Ibrāhīm et l’ambassadeur pisan Ranieri Porcellino, le 16 mai 1353, nous est parvenu dans ses deux versions arabe et latine. Il précise que six originaux ont été délivrés, un exemplaire dans sa double version étant adressé à la commune de Pise38.

  • 39 Μ. T. Mansouri, « Les milieux marchands européens et la langue arabe au Maghreb médiéval », Trames (...)
  • 40 S. D. Goitein, « The Mediterranean Mind in the High Middle Ages (950-1250) as Reflected in the Cair (...)
  • 41 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no25/l, p. 76 ; Μ. T. Mansouri, « Vie portuaire à Tunis au Bas Mo (...)
  • 42 Valérian, Bougie…, op. cit. n. 41, p. 309.

9Une étude linguistique de ces documents est indispensable pour comprendre les conditions de leur rédaction, de leur circulation et de leur conservation. La confection d’un traité, d’un acte ou d’une lettre, d’un côté comme de l’autre, mobilise toute une équipe d’interprètes-traducteurs, de notaires et de scribes. Les délégations officielles ont donc recours aux services de nombreux intermédiaires diplomatiques comme les drogmans pour leurs compétences linguistiques et leurs connaissances des réalités politiques et socio-économiques d’un camp comme de l’autre39. En revanche, pour les actes commerciaux, la langue posait moins de problèmes : les termes indispensables entraient dans le lexique communément utilisé par les marchands méditerranéens40. Au Maghreb, le drogman (al-turğumān) fait en outre office de courtier assermenté pour le compte des marchands latins. Ce fut le cas notamment d’Ahmad Ibn Tamīm qui travaillait comme traducteur auprès des Pisans à Bougie. Il écrivit, en 1207, une lettre à Lamberto del Vernaccio, en lui demandant de faire pression sur les autorités pisanes pour qu’elles interviennent auprès du chef de la douane, afin de le nommer en qualité d’interprète et de courtier à la Halqa (les enchères) pour le service des Pisans41. Il semble également que certains notaires italiens séjournant dans des villes maghrébines aient appris l’arabe et soient capables de le lire42. Ces interprètes et ces scribes restent néanmoins mal connus, puisque seuls les consuls et les ambassadeurs effectivement nommés apparaissent dans les sources.

Origine et rôle du personnel diplomatique

  • 43 Sur les modalités de désignation et d’envoi des ambassadeurs pisans, voir I brevi del Comune e del (...)
  • 44 Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, trad. (...)
  • 45 Al-Hulal al-mawchiyya. Chronique anonyme des dynasties almoravide et almohade, éd. I. S. Allouche, (...)
  • 46 C. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mis (...)
  • 47 Guichard, « Recherche onomastique… », loc. cit. n. 23, p. 17.
  • 48 A. Huici Miranda, Historia musulmana de Valencia, t. 3, Valence, 1970, p. 114-126.
  • 49 Guichard, « Recherche onomastique… », loc. cit. n. 23, p. 9-10.
  • 50 Picard, La mer…, op. cit. n. 18, p. 124.
  • 51 Al-Hulal…, op. cit. n. 45, p. 129 ; E. Lévi-Provençal, Documents inédits d’histoire almohade, Paris (...)

10Pour négocier, aussi bien les Pisans que les Maghrébins tentent de choisir au mieux leurs représentants, considérés comme les porte-parole du pouvoir politique chargés de porter ses revendications. L’ambassadeur est la plupart du temps un des personnages les plus importants de l’État, notamment lorsque la mission qui lui est confiée est capitale pour les intérêts du pays43. Du côté maghrébin, l’unique ambassade almoravide connue fut dirigée par al-qā’id Ibn Maymūn. Il s’agit sans doute d’Abū Ἁbd Allāh Muhammad Ibn Maymūn, amiral de la flotte almoravide44, qui descendait d’une grande famille de marins de Denia, ayant donné cinq amiraux aux Almoravides et aux Almohades sur trois générations45. L’essor de Cadix est étroitement lié à l’ascension remarquable de cette famille, qui commandait la flotte d’Alméria et avait sur mer un pouvoir étendu46. Pierre Guichard a émis l’hypothèse d’une origine berbère : les membres de la famille se seraient établis dans la péninsule Ibérique à l’époque de la domination almoravide, puis almohade47. Il faut toutefois relever que Muhammad Ibn Maymūn est le premier membre connu de cette famille48. Il est mentionné pour la première fois en 1116, lors de la prise de Majorque par les Pisans et les Catalans : il est alors envoyé par le souverain de Majorque auprès des Almoravides pour solliciter leur aide49. C’est ainsi qu’il entre à leur service en prenant le commandement de leurs escadres50. Après la défaite des Almoravides, il passe dans le camp adverse et intègre le commandement de la marine almohade51. À la lecture de sa carrière, il semble donc que ce sont ses compétences politico-militaires et son habileté diplomatique qui ont incité le souverain almoravide à lui confier, en 1133, la mission de négocier avec les Pisans une paix qui devait lui permettre de restaurer son autorité au Maghreb.

  • 52 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 1/1, p. 1-2 ; no 6/2, p. 255-256.
  • 53 Le terme šaykh a plusieurs sens : vieil homme, notable, responsable, chef d’une tribu, etc. Dans ce (...)
  • 54 Capitaine, commandant d’un navire, voire amiral, ibid., p. 496.
  • 55 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 1/1, p. 2 ; no 6/2, p. 255. Ces titres sont répétés à cinq rep (...)
  • 56 H. R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, t. 2, Paris, 1962, p. 681.
  • 57 Ibid., p. 681-682.

11À Pise aussi, des personnages impliqués dans les activités maritimes ont été choisis pour remplir ces missions diplomatiques, tel Abū Tamīm Maymūn Ibn Guglielmo52. La lettre de 1157 permet de comprendre comment était perçu à Tunis ce singulier ambassadeur pisan chargé de ratifier un traité de paix et de commerce avec le sultan, manifestement plein de respect pour le personnage. Le sultan Ἁbdallāh Ibn Khurāsān lui accordait en effet les titres de « šaykh illustre53 » et de ra’īs54 : « Nous avons reçu les gracieuses lettres que vous nous avez envoyées par le šaykh illustre, le ra’īs Abū Tamīm Ibn Guglielmo, votre ambassadeur, homme d’une grande prudence et habileté […] Nous louons votre sagesse de nous avoir envoyé un tel homme, qui s’est occupé avec une intelligence et un dévouement infatigables de ce qui était contenu dans votre lettre, et de tout ce qui concerne l’honneur et les intérêts de votre commune55. » Le personnage jouissait d’une grande considération à Pise comme à Tunis, mais des doutes subsistent sur son identité56. On se demande notamment à quoi correspond la mention « fils de Guglielmo ». Était-il un marchand tunisien d’origine berbère ou, de manière générale, un Maghrébin présent à Pise, où il aurait joui d’une bonne réputation, d’où son envoi en qualité d’ambassadeur ? Était-il un fils de chrétien converti à l’islam ou a-t-on affaire à un juif, qui exerçait une activité marchande avec les villes italiennes ? Quoi qu’il en soit, sa connaissance du Maghreb a probablement déterminé le choix de sa désignation en qualité d’ambassadeur et de son envoi auprès du sultan. Le qualificatif de « šaykh illustre » montre qu’il s’agit d’un notable, issu de l’entourage du prince, ou en tout cas qui fréquentait les milieux du pouvoir, que ce soit à Pise ou à Tunis57. Quant à celui de ra’īs, un terme au sens beaucoup plus précis, il indique que cet homme est un amiral ou le commandant d’une flotte, à tout le moins un armateur rompu aux coutumes des milieux marchands.

  • 58 G. Volpe, « Studi sulle istituzioni comunali a Pisa (città e contado, consoli e podestà), sec. XII- (...)
  • 59 Une liste non exhaustive de douze ambassadeurs et de cinq consuls pisans ayant effectué des mission (...)
  • 60 S. Scalfati, « Ranieri Bottacci », Dizionario biografico degli Italiani, t. 13, Rome, 1983, p. 387.
  • 61 E. Salvatori, « Il Mediterraneo di Ranieri : alcune considerazioni su una fonte agiografica pisana (...)
  • 62 G. Müller, Documenti sulle relazione delle città toscane con l’Oriente cristiano e con i Turchi fin (...)
  • 63 La famille des Griffi a continué pendant les siècles suivants à exercer des activités commerciales  (...)
  • 64 Müller, Documenti sulle relazione…, op. cit. n. 62, p. XXVIII-XXIX, et document no 8, p. 10 ; Heyd,(...)
  • 65 Gli Annales pisani…, op. cit. n. 9, p. 40.

12Les Pisans confiaient également des missions diplomatiques à des hommes proches du pouvoir, notamment de l’archevêque, le détenteur du réel pouvoir politique de la commune, particulièrement au xiie siècle58. De nombreuses familles de la noblesse pisane se sont ainsi illustrées59, tel Ranieri Bottacci, qui participe, à plusieurs reprises, au gouvernement consulaire et à l’administration de la cité60. Considéré comme l’homme des missions diplomatiques les plus difficiles, il semble avoir été l’artisan des stratégies politiques et économiques adoptées par la cité toscane au milieu du xiie siècle61, et fut ainsi amené à négocier de nombreux traités avec Byzance, avec l’Égypte, mais aussi avec diverses puissances en Méditerranée occidentale62. Cocco Griffi, quant à lui, est issu d’une famille marchande qui participa au gouvernement de la ville jusqu’au xive siècle63. Après avoir été consul à Pise et ambassadeur à Constantinople64, il fut chargé de diverses négociations et fut notamment envoyé auprès du calife almohade en 1166, afin de négocier un traité de paix et de commerce65.

  • 66 Sur les activités des Agnello, voir Cristiani, Nobilità…, op. cit. n. 63, p. 442 ; Bensaci, « Famil (...)
  • 67 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 32/1, p. 115-118 ; Valerian, Bougie…, op. cit. n. 41, p. 632.
  • 68 La famille des Alliata (ou Aglata) menait d’importantes affaires avec le Maghreb et la Sardaigne, n (...)
  • 69 Cristiani, Nobilità…, op. cit. n. 63, p. 450. Bundo de Campo était installé à Messine et entretenai (...)
  • 70 En 1393, Niccolò Lanfreducci est dépêché par les autorités pisanes pour tenter d’expliquer au sulta (...)
  • 71 Ibid., t. 1, p. 198.
  • 72 Amari, Idiplomi…, op. cit. n. 7, no 34/1, p. 123-136 ; no 35/2, p. 319-325.
  • 73 Ch. E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles, Paris, 1966, p. 451 ; (...)

13À côté de ces personnages de premier plan, figurent de nombreux marchands qui jouèrent aussi, entre les deux rives de la Méditerranée, un rôle essentiel, transportant quantité de lettres, remplissant surtout quantité de missions ponctuelles. Des personnages issus des plus grandes familles marchandes ont été dépêchés à diverses reprises auprès des sultans hafsides. Pendant les années 1360, au cours de la guerre entre Abū Ἁbdallāh, maître de Bougie, et Abū al-Ἁbbās, qui gouverne Constantine, conflit qui menace les intérêts des Pisans au Maghreb et notamment ceux de la famille Agnello66, le doge, Giovanni dell’Agnello, pèse de tout son poids pour qu’ils soient préservés. Il sollicite ainsi régulièrement le renouvellement des traités avec les Etats du Maghreb. En 1366, il dépêche auprès du nouveau maître de Bougie, Abū al-Ἁbbās, une ambassade commandée par Filippo Alliata, muni d’une lettre pour le féliciter de sa victoire et lui demander de garantir les intérêts des Pisans67. L’ambassadeur dépêché par le doge était issu d’une famille du popolo, qui devait son ascension sociale et politique à l’art de la laine et au commerce maritime68. C’est encore un membre d’une famille qui entretenait de nombreuses relations commerciales en Méditerranée occidentale69 qui est envoyé par la commune, en 1393, pour tenter de conclure un traité de paix et de commerce, après plusieurs années de tensions entre Pise et le sultanat hafside70. La mission d’Andrea di Michele del Campo s’est finalement soldée par un succès, après plusieurs échecs, motivés par la participation d’armateurs pisans à l’expédition organisée par l’amiral sicilien Manfredo de Chiaramonte, en 1388, contre Djerba71. Le 14 décembre 1397, neuf ans avant la perte de son indépendance, Pise conclut un dernier traité de paix avec le sultanat hafside, traité conservé en quatre versions : deux en arabe, original et copie, et une traduction latine, elle-même traduite en italien72. Enfin, les consuls qui administrent les fondouks pisans sont eux aussi souvent chargés de missions diverses pour défendre les intérêts des hommes d’affaires dans les ports maghrébins. Leur présence et leur bonne connaissance du pays permettent de faciliter la tâche aux ambassadeurs qui viennent négocier des traités de paix et de commerce. Certains d’entre eux sont attestés en qualité d’ambassadeurs dépêchés auprès des autorités maghrébines. En 1313, par exemple, Colo Margar, consul pisan à Bougie, participe aux négociations sur la question de l’échange des captifs entre le sultan hafside et le roi d’Aragon73.

  • 74 Valerian, « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins… », loc. cit. n. 4, p. 893-895.
  • 75 Μ. E. Mallett, The Florentine Galleys in the Fifteenth Century, Oxford, 1967 ; A. Sapori, « I primi (...)

14Au terme de cette étude, qui sera sans doute approfondie, on peut dire qu’à l’exception de l’ambassade almoravide de 1133, nous ne connaissons pas d’autre délégation maghrébine qui se soit rendue auprès de la commune de Pise, peut-être faute de sources. Cela contraste en effet avec ce que l’on observe dans les relations avec la Couronne d’Aragon, où des ambassadeurs musulmans sont régulièrement attestés74. Il est certain toutefois que les ambassades pisanes arrivées au Maghreb furent nombreuses, comme en témoignent les traités de paix et de commerce négociés, et la correspondance échangée entre les deux parties. Ce corpus documentaire nous permet de suivre l’évolution des négociations : pendant une première phase, les accords sont conclus oralement. Pendant la seconde phase en revanche, les traités sont rédigés en bonne et due forme, et leurs clauses sont précisément détaillées. Durant ces deux phases, ce sont toujours des personnages importants qui sont choisis en fonction des circonstances, pour représenter la cité toscane auprès des souverains maghrébins. La multiplication des clauses commerciales dans les traités de paix et de commerce révèle l’importance des enjeux économiques de ces relations et explique une implication accrue des membres de grandes familles marchandes dans le processus diplomatique entre les deux rives de la Méditerranée. L’interruption des relations diplomatiques entre Etats résulte de la victoire de Florence, qui annexe Pise à son territoire en 1406. Cela n’a certes pas empêché les Pisans de poursuivre leurs échanges non seulement avec le Maghreb, mais aussi avec l’ensemble des pays méditerranéens. Les Florentins prennent alors le relais. Ils envoient de nombreuses missions diplomatiques, ayant pour objectif à la fois de maintenir les privilèges dont jouissaient les Pisans auparavant, conformément aux clauses négociées lors de l’annexion, mais aussi de renforcer la présence florentine en Méditerranée. Florence entendait développer ses relations avec le Maghreb et avec le Levant, marquées par le lancement en 1422, à Porto-Pisano, d’un premier convoi de navires censés concurrencer Venise75.

Notes

1 Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge, éd. Μ. T. Ferrer Mallol, J.-M. Moeglin, S. Péquignot, M. Sánchez Martínez, Barcelone, 2005 ; F. Bauden, « Les relations diplomatiques entre les sultans mamelouks circassiens et les autres pouvoirs du dâr al-islâm : l’apport du ms. ar. 4440 (BNF, Paris) », Annales islamologiques, 41 (2007), p. 1-29 ; S. Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009 ; La correspondance entre souverains, princes et cités-Etats. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (xiiie-début xvie siècle), éd. D. Aigle, S. Péquignot, Turnhout, sous presse.

2 Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin (xiie-xvie siècle), éd. D. Aigle, P. Buresi, dans Oriente Moderno, 88 (2008), no 2 ; M. Ouerfelli, « Les traités de paix et de commerce entre Pise et l’Égypte au Moyen Age », L’autorité de l’écrit au Moyen Age (Orient-Occident). XXXIXe Congrès de la SHMESP (Le Caire, 30 avril-5 mai 2008), Paris, 2009, p. 45-57. Ce projet de recherches en cours a pour but d’éditer, de rééditer et d’étudier tous les documents concernant les relations entre, d’une part, Pise et Florence, et, d’autre part, l’Égypte et le Maghreb.

3 Pour une première approche de la question, voir M. Bensaci, Pise et le Maghrib au Moyen Age, thèse de 3e cycle, dir. Ch. E. Dufourcq, Univ. Paris 10, 1979 ; O. Banti, « I trattati tra Pisa eTunisi dal XII al XIV secolo. Lineamenti di storia dei rapporti tra Pisa e il Maghreb », L’Italia ed i paesi mediterranei. Vie di communicazione e scambi commerciali e culturali al tempo delle Reppubliche Marinare, Pise, 1988, p. 43-74.

4 Sur la question du personnel diplomatique, voir N. Drocourt, « Ambassadeurs étrangers à Constantinople : moyens de contacts, d’échanges et de connaissances partielles du monde byzantin (viiie-xiie siècles) », Espaces d’échanges en Méditerranée. Antiquité et Moyen Âge, éd. F. Clément, J. Tolan, J. Wilgaux, Rennes, 2006, p. 107-134 ; D. Valérian, « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins avec le monde chrétien (xiie-xve siècle) », Anuario de Estudios Medivales, 38 (2008), no 2, p. 885-900.

5 PÉQUIGNOT, Au nom du roi..., op. cit. n. 1.

6 Pisa, Archivio di Stato, Atti publici ; voir Ouerfelli, « Les traités de paix... », loc. cit. n. 2.

7 M. Amari, I diplomi arabi del Regio archivio florentine, Florence, 1863-1867. Désormais, les documents seront cités par leur numéro suivi de celui de leur série : 1 pour les documents arabes, 2 pour les documents latins ou italiens.

8 Louis de Mas Latrie (Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen Age, Paris, 1866) a publié tous les traités, soit 17 documents (p. 22-87), dont deux extraits d’une chronique (p. 22), mais sans prendre en compte les différentes versions des traités.

9 Gli Annalespisani di Bernardo Maragone, éd. M. L. Gentile, Bologne, 1930 (Rerum Italicarum Scriptores, VI2), p. 9.

10 Amari, Idiplomi…, op. cit. n. 7, no 5/1, p. 19.

11 Ibid., no 28/2, p. 292.

12 Ibid., no 29/2, p. 295.

13 Ibid., no 29/1, p. 87.

14 Ibid., no 30/1, p. 101 ; no 30/2, p. 303.

15 Ibid., no 31/2, p. 312.

16 Ibid., no 34/1, p. 123-136 ; no 35/2, p. 319-325.

17 Le traité de 1234 renferme 27 clauses, ceux de 1313 et 1353 en contiennent respectivement 46 et 47 ; Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 28/2, p. 292-294 ; no 29/1, p. 88-97 ; no 30/1, p. 98-111 et no 30/2, p. 303-308.

18 Bensaci, Pise et le Maghrib…, op. cit. n. 3, p. 106-129 ; C. Picard, La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Âge, viiie-xiiie siècle, Paris, 1997, p. 72-74.

19 M. Tangheroni, « Sui rapporti commerciali tra Pisa et la Tunisia nel Medioevo », L’Italia ed i paesi mediterranei…, op. cit. n. 3, p. 75-91.

20 GliAnnalespisani…, op. cit. n. 9, p. 9 ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, p. 22.

21 Sur le déclin et la fin de la dynastie almoravide, voir V. Lagardère, Les Almoravides. Le djihād andalou (1106-1143), Paris, 1998, p. 299-308 ; P. Guichard, « Les Almoravides », États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval xe-xve siècle, éd. J.-C. Garcin et alii, Paris, 1995, p. 164-167.

22 Gli Annales pisani…, op. cit. n. 9, p. 9.

23 P. Guichard, « Recherche onomastique à propos des Banū Maymūn de Denia », Cahiers d’onomastique arabe, an. 1985-1987, p. 9-10.

24 Gli Annales pisani…, op. cit. n. 9, p. 9.

25 R.-H. Bautier, « Les grands problèmes politiques et économiques de la Méditerranée médiévale », Revue historique, no 234 (1965), p. 15-16.

26 Pisa, Archivio di Stato, Atti publici, 10 juillet 1157 ; Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 1/1 (texte arabe), p. 1-2 ; no 6/2 (texte latin) p. 255-256 ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, no 2, p. 23-26.

27 Banti, « I trattati tra Pisa e Tunisi… », loc. cit. n. 3, p. 47-50.

28 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 1/1, p. 4-5.

29 Du côté égyptien, le signe de validation du traité conclu oralement est la lettre écrite par al-Ἁbbās, qui est en soi un engagement.

30 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 2/2, p. 241-245 ; Ouerfelli, « Les traités de paix… », loc. cit. n. 2, p. 50.

31 Gli Annales pisani…, op. cit. n. 9, p. 40 ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, p. 22. Les Annales pisanes, rédigées au xviie siècle par Paolo Tronci et Raffaello Roncioni, à partir de sources antérieures, confirment l’envoi de l’ambassade de Cocco Griffi pour signer un traité de paix avec les Almohades ; Annali pisani de Paolo Tronci, éd. G. Sforza, dans Memorie storiche di Pisa dal 1839 al 1868, t. 1, Pise, 1868, p. 315 ; R. Roncioni, Istoriepisane, éd. F. Bonaini, dans Archivio storico italiano, 7 (1844-1845), p. 344-345.

32 Bernardo Maragone a occupé le poste de consul et de juge de la Curia Usus (le tribunal de la coutume), voir M. L. Ceccarelli Lemut, « Bernardo Maragone provisor e cronista di Pisa nel XII secolo », Legislazione e prassi istituzionale a Pisa (secoli XII-XIII). Una tradizione normativa exemplare, éd. G. Rossetti, Naples, 2001, p. 181-199.

33 Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, no 3, p. 109-113.

34 Les premiers accords conclus entre les Génois et les Almoravides de Majorque datent de 1160, voir D. Abulafia, « Gli inizi del commercio genovese a Maiorca e il patto maiorchino-genovese del 1160 », Oriente e Occidente tra Medioevo ed Età Moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, éd. L. Balletto, Gênes-Aqui Terme, 1997, p. 3-11.

35 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 5/1, p. 17-22 ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, no 4, p. 28-31.

36 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 5/1, p. 20.

37 Ibid. ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, no 4, p. 29.

38 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 30/1, p. 98-111, no 30/2, p. 303-308 ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, no 15, p. 55-65.

39 Μ. T. Mansouri, « Les milieux marchands européens et la langue arabe au Maghreb médiéval », Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, dir. J. Dakhlia, Paris, 2004, p. 284 ; Valérian, « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins… », loc. cit. n. 4, p. 893.

40 S. D. Goitein, « The Mediterranean Mind in the High Middle Ages (950-1250) as Reflected in the Cairo Geniza Documents », Amalfi nel Medioevo : Convegno internazionale, 14-16 giugno 1973, Salerne, 1977, p. 177-192.

41 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no25/l, p. 76 ; Μ. T. Mansouri, « Vie portuaire à Tunis au Bas Moyen Âge (xiie-xve siècles) », Tunis, cité de la mer. Actes du colloque organisé dans le cadre des manifestations relatives au choix de l’UNESCO de Tunis, capitale culturelle, 1997, éd. A. Baccar-Bournaz, Tunis, 1999, p. 149-150 ; D. Valérian, Bougie, port maghrébin 1067-1510, Rome, 2006, p. 315-316.

42 Valérian, Bougie…, op. cit. n. 41, p. 309.

43 Sur les modalités de désignation et d’envoi des ambassadeurs pisans, voir I brevi del Comune e del popolo di Pisa dell’anno 1287, éd. A. Ghignoli, Rome, 1998, p. 54-57.

44 Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l’Afrique septentrionale, trad. W. M. de Slane, t. 2, Paris, 1982, p. 178 ; P. Guichard, Les musulmans de Valence et la reconquête (xie-xiiie siècles), t. 2, Damas, 1991, p. 323.

45 Al-Hulal al-mawchiyya. Chronique anonyme des dynasties almoravide et almohade, éd. I. S. Allouche, Rabat, 1936, p. 109 et 129 ; Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères., op. cit. n. 44, t. 2, p. 26 et 178.

46 C. Picard, L’Océan atlantique musulman. De la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal-Espagne-Maroc), Paris, 1997, p. 295 et 504-505.

47 Guichard, « Recherche onomastique… », loc. cit. n. 23, p. 17.

48 A. Huici Miranda, Historia musulmana de Valencia, t. 3, Valence, 1970, p. 114-126.

49 Guichard, « Recherche onomastique… », loc. cit. n. 23, p. 9-10.

50 Picard, La mer…, op. cit. n. 18, p. 124.

51 Al-Hulal…, op. cit. n. 45, p. 129 ; E. Lévi-Provençal, Documents inédits d’histoire almohade, Paris, 1928, p. 151, 158 et 187.

52 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 1/1, p. 1-2 ; no 6/2, p. 255-256.

53 Le terme šaykh a plusieurs sens : vieil homme, notable, responsable, chef d’une tribu, etc. Dans ce document, šaykh désigne précisément une personne de considération, voir R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, t. 1, Beyrouth, 1991, p. 809-810.

54 Capitaine, commandant d’un navire, voire amiral, ibid., p. 496.

55 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 1/1, p. 2 ; no 6/2, p. 255. Ces titres sont répétés à cinq reprises dans la lettre.

56 H. R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides, t. 2, Paris, 1962, p. 681.

57 Ibid., p. 681-682.

58 G. Volpe, « Studi sulle istituzioni comunali a Pisa (città e contado, consoli e podestà), sec. XII-XIII », Annali della Reale Scuola Normale Superiore di Pisa, 15 (1902), p. 188-193 ; Bensaci, Pise et le Maghrib…, op. cit. n. 3, p. 23-24.

59 Une liste non exhaustive de douze ambassadeurs et de cinq consuls pisans ayant effectué des missions diplomatiques au Maghreb entre le xiie et le xive siècle a été dressée par Bensaci, Pise et le Maghrib…, op. cit. n. 3, p. 290-292 ; Ead., « Familles et individualités pisanes en relation avec le Maghrib », Les Cahiers de Tunisie, 113-114 (1980), p. 57-75.

60 S. Scalfati, « Ranieri Bottacci », Dizionario biografico degli Italiani, t. 13, Rome, 1983, p. 387.

61 E. Salvatori, « Il Mediterraneo di Ranieri : alcune considerazioni su una fonte agiografica pisana del XII secolo », Profili istituzionali della santità medioevale : culti importati, culti esportati e culti autoctoni nella circolazione mediterranea ed europea, éd. G. Rossetti, Pise, 2010, p. 317-343.

62 G. Müller, Documenti sulle relazione delle città toscane con l’Oriente cristiano e con i Turchi fino all’anno MDXXXI, Florence, 1879, document no 8, p. 10 ; W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, éd. et trad. F. Raynaud, t. 1, Leipzig, 1885, p. 292-295 ; Scalfati, « Ranieri Bottacci », loc. cit. n. 60, p. 387-389 ; Ouerfelli, « Les traités de paix… », loc. cit. n. 2, p. 50.

63 La famille des Griffi a continué pendant les siècles suivants à exercer des activités commerciales ; E. Cristiani, Nobilità e popolo nel comune di Pisa, dalle origini del podestariato alla signoria dei Donoratico, Naples, 1962, p. 461 ; G. Luzzatti, « Famiglie nobili e famiglie mercantile a Pisa e in Toscana nell Basso Medioevo », Rivista storica italiana, 86 (1974), no 3, p. 441-459.

64 Müller, Documenti sulle relazione…, op. cit. n. 62, p. XXVIII-XXIX, et document no 8, p. 10 ; Heyd, Histoire du commerce…, op. cit. n. 62, t. 1, p. 212-213.

65 Gli Annales pisani…, op. cit. n. 9, p. 40.

66 Sur les activités des Agnello, voir Cristiani, Nobilità…, op. cit. n. 63, p. 442 ; Bensaci, « Familles… », loc. cit. n. 59, p. 65-68 ; M. Tangheroni, Aspetti del commercio dei cereali nei paesi della corona d’Aragona, t. 1, La Sardegna, Pise, 1981, p. 170 ; Id., Politica, commercio, agricoltura a Pisa nel Trecento, Pise, 2002, p. 133-134 ; F. Meus, La bancapisana e le origini della banca moderna, Florence, 1987, p. 232.

67 Amari, I diplomi…, op. cit. n. 7, no 32/1, p. 115-118 ; Valerian, Bougie…, op. cit. n. 41, p. 632.

68 La famille des Alliata (ou Aglata) menait d’importantes affaires avec le Maghreb et la Sardaigne, notamment Betto, un des membres les plus importants ; Mas Latrie, Traités…, op. cit. n. 8, no 13, p. 48-49 ; Cristiani, Nobilità…, op. cit. n. 63, p. 443-444 ; Id., « Alliata Betto », Dizionario biografico degli Italiani, t. 1, Rome, 1960, p. 496 ; M. Tangheroni, Gli Alliata. Una famiglia pisana del Medioevo, Padoue, 1969 ; J. M. Poisson, « Elites urbaines coloniales et autochtones dans la Sardaigne pisane (xiie-xiiie siècle) », Les élites urbaines au Moyen Âge. XVIIe Congrès de la SHMES (Rome, mai 1996), Paris-Rome, 1997, p. 170-171.

69 Cristiani, Nobilità…, op. cit. n. 63, p. 450. Bundo de Campo était installé à Messine et entretenait des relations commerciales avec Palerme et Bougie ; Vanno de Campo était impliqué dans le commerce du vin avec Tunis et la Sardaigne depuis Palerme ; Bensaci, « Familles… », loc. cit. n. 59, p. 65. Sur d’autres membres de cette famille installés en Sicile, voir G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese. L’emigrazione dei Pisani in Sicilia nel Quattrocento, Pise, 1989, p. 156-159.

70 En 1393, Niccolò Lanfreducci est dépêché par les autorités pisanes pour tenter d’expliquer au sultan hafside que Pise n’a pas participé à l’expédition de 1388 et qu’elle ne cautionne pas certains de ses concitoyens qui y ont pris part aux côtés de l’amiral sicilien ; Amari, Idiplomi…, op. cit. n. 7, no 34/2, p. 317-318 ; R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines à la fin du xve siècle, t. 1, Paris, 1982, p. 204.

71 Ibid., t. 1, p. 198.

72 Amari, Idiplomi…, op. cit. n. 7, no 34/1, p. 123-136 ; no 35/2, p. 319-325.

73 Ch. E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles, Paris, 1966, p. 451 ; Valérian, Bougie…, op. cit. n. 41, p. 611.

74 Valerian, « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins… », loc. cit. n. 4, p. 893-895.

75 Μ. E. Mallett, The Florentine Galleys in the Fifteenth Century, Oxford, 1967 ; A. Sapori, « I primi viaggi di Levante e di Ponente delle galee florentine », Studi di storia economica, t. 3, Florence, 1967, p. 3-21. En 1421, le sultanat hafside, d’une part, Florence, Pise et Piombino, d’autre part, concluent un traité, par le Florentin Bartholomeo di Giacomo de Galea, ratifié deux ans plus tard par un autre ambassadeur, Neri Fioravanti ; Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, no 36/1, p. 151-164 ; no 36/2, p. 326-330.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search