Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Sources et méthodes

Pratiques diplomatiques et écritures comptables

Notes sur le livre d’un nonce apostolique : le dominicain Foulque de Sisteron (Italie, 1321-1324) / Notes on the Book by a Papal Nuncio, the Dominican Foulque of Sisteron (Italy, 1321-1324)

Diplomatic Practices and Account Keeping

Sylvain Parent

Résumé

Les Archives vaticanes conservent dans le fonds des Collectoriae (Coll. 379) un cahier de petit format composé de 109 folios dans lequel le dominicain Foulque de Sisteron, envoyé par Jean XXII, a consigné l’ensemble des dépenses effectuées pour lui et sa familia au cours d’une mission qui dure d’octobre 1321 à octobre 1324 et qui le conduit en Italie du Nord et du Centre (avant tout Venise et le duché de Spolète). Parallèlement à l’existence de ce beau document en très bon état, qui témoigne de l’organisation financière et logistique d’une mission diplomatique et, de manière plus générale, de l’activité diplomatique dans ce qu’elle a de plus quotidien et de plus matériel, plusieurs autres documents conservés au Vatican ou dans les archives italiennes éclairent de façon complémentaire les négociations dont il a alors la charge.

Texte intégral

  • 1 Sur les difficultés d’évaluation du « coût de la diplomatie », voir S. Péquignot, Au nom du roi. P (...)
  • 2 L’édition de ce manuscrit et l’analyse détaillée de cette mission font l’objet de mon mémoire de l (...)

1Pour l’historien qui s’intéresse aux pratiques diplomatiques médiévales, laïques comme ecclésiastiques, il est un aspect que les sources ne révèlent la plupart du temps que de manière très fragmentaire : leur coût réel et la diversité des frais qu’elles entraînent1. Les Archives vaticanes conservent de ce point de vue un document singulier. Il s’agit du journal de comptes confectionné par le dominicain Foulque de Sisteron, envoyé en Italie au début des années 1320 en tant que nuntius apostolice Sedis2. Sa mission commence officiellement le 6 octobre 1321 et s’achève le 28 octobre 1324, à son retour en Avignon. Foulque se rend d’abord à Venise (7 décembre 1321-20 mai 1323), avant de prendre la direction du duché de Spolète (mai 1323-septembre 1324).

Un ouvrage singulier

  • 3 Il est relié dans une couverture de parchemin dont seules subsistent une page de garde et la parti (...)
  • 4 Y. Renouard, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 (...)

2Le manuscrit est conservé dans le fonds des Collectoriae, fonds composite et très riche, qui contient de nombreux documents comptables et financiers, mais également judiciaires. Ce livre, composé de 109 folios de papier, est intégré dans le registre coté Collectoriae 3793. Il est de petit format (155 mm x 230 mm environ), à peu près inconnu des historiens, et nous n’en avons trouvé à ce jour qu’une unique et brève mention sous la plume d’Yves Renouard4. L’exemplaire actuellement conservé a vraisemblablement été confectionné une fois la mission terminée, à un moment où Foulque doit rendre ses comptes à la Chambre. Cela explique que la présentation générale soit très soignée et que les ratures soient rares. Il se présente de la façon suivante :

  1. Foulque décrit d’abord l’architecture générale du liber qu’il a rédigé. Il commence par rappeler que sont inscrites toutes les dépenses qu’il a effectuées durant les trois années de sa mission5. Il précise également que son journal contient toutes les sommes transmises au pape par l’intermédiaire des grandes sociétés florentines. Il explique enfin la manière dont il a agencé ses comptes : pour chaque mois, il a inscrit les frais engagés pour la nourriture et les repas, et ensuite tous les autres frais, quels qu’ils soient, à l’exception des frais de bouche6.
  2. Les folios 3 à 8 contiennent les sommes d’argent reçues de différentes personnes aux diverses étapes de son parcours. D’après le compte final qu’il produit, le montant de ces sommes reçues s’élève à 12 265 florins d’or.
  3. Les folios 9v à 11 fournissent le détail des sommes qu’il a envoyées à Avignon (asignationes facte camere), soit 11 500 florins.
  4. La suite du cahier énumère l’ensemble des dépenses effectuées (fol. 14-106v).
  5. Deux autres rubriques, dans les derniers folios, consignent les montants dépensés pour payer les personnes qui l’ont servi, pour un total de 28 florins d’or7. Certains de ces serviteurs reçoivent des sommes assez importantes, comme maître Pierre, notaire durant seize mois et qui touche pour cela 10 florins : Foulque précise que le travail qu’il a fourni et son dévouement méritent un gros salaire (magnum salarium)8. Il fait, d’autre part, le compte des chevaux et des objets divers revendus, lorsqu’il se trouve dans le duché de Spolète, ce qui représente une somme cumulée de 80 florins9.
  • 10 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Intr. et Ex. 91, fol. 36v-39, et Intr. et Ex. 60, fol. 55v ( (...)

3Foulque apparaît également dans plusieurs autres documents – conservés dans les archives vénitiennes, comme dans celles de l’administration du duché de Spolète –, qui donnent un éclairage complémentaire sur les diverses facettes de son activité et des négociations auxquelles il prend part au nom du pape10.

Les enjeux de la mission

  • 11 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Coll. 379, fol. 14.
  • 12 Ibid., fol. 107v.

4Au départ d’Avignon, l’ambassade est composée de cinq personnes. Trois vont à cheval : Foulque, le frère prêcheur Jean de Valence (Johannes de Valentia) et un autre clerc nommé Guillaume Guarinberti, neveu de Foulque. Deux autres personnes les accompagnent à pied : Perrotus de Verduno et un certain Georges11. Parmi les serviteurs mobilisés, Perrotus semble être le seul à avoir participé à l’ensemble de la mission : il perçoit 5 florins d’or en contrepartie de son service et de son travail12. La petite troupe quitte Avignon le 7 novembre 1321, arrive à Nice le 12 novembre et, de là, s’embarque pour Pise le 18 novembre, où elle arrive le 20. La mission peut dès lors être décomposée en deux phases, résumées ici à larges traits.

  • 13 R. Predelu, I Libri Commemoriali della Repubblica di Venezia. Regesti, 8 vol., Venise, 1876-1914. (...)
  • 14 Heyd, Histoire du commerce…, op. cit. n. 13, p. 42-43 ; Predelli, I Libri…, op. cit. n. 13, t. 1, (...)
  • 15 Sur son activité comme collecteur, voir J. P. Kirsch, Diepäpstlichen Kollektorien in Deutschland w (...)
  • 16 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Coll. 379, fol. 36v et 37v (janvier 1323), fol. 42 (avril 13 (...)
  • 17 Ibid., fol. 36v.
  • 18 Ibid., fol. 25v.

5Après quelques jours passés à Pise et à Florence, Foulque prend d’abord la direction de Venise et y parvient le 7 décembre. Les Libri commemoriali conservent la trace de son passage : il y apparaît à plusieurs reprises sous le nom de « Folco13 ». Jean XXII avait dépêché deux émissaires dans la cité des Doges pour discuter, entre autres affaires, de la question du commerce entre les Vénitiens et l’Égypte. Le souverain pontife les autorise notamment à accorder l’absolution aux Vénitiens qui se sont livrés à de tels échanges commerciaux, en dépit des interdictions pontificales14. Foulque est alors assisté d’Ademarius Targa, archiprêtre de Saint-Affrique, doyen de Tulle et collecteur pontifical en Allemagne, à partir de 131715. Son nom apparaît dans le journal laissé par Foulque16. Il le qualifie de collègue (collega meus) ; au début du mois de janvier 1323, tous deux passent sept jours dans le monastère qui héberge Foulque et sa familia17, certainement pour préparer les tractations qui les attendent. Au cours de ces mois passés à Venise et dans les environs, Foulque rencontre régulièrement les hauts dignitaires laïcs et ecclésiastiques : le doge de Venise, Giovanni Soranzo (1312-1328), à plusieurs reprises, mais aussi des évêques et archevêques, tel celui de Ravenne. Ils en profitent également pour visiter un certain nombre de monastères, comme l’abbaye San Giovanni de Torcello18.

  • 19 A. Sansi, Storia del comune di Spoleto dal secolo XII al XVII, 2 vol., Foligno, 1879, notamment vo (...)
  • 20 Sur Pérouse, voir M. Pecugi Fop, Il Comune di Perugia e la Chiesa durante il periodo avignonese co (...)
  • 21 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Instr. Misc., 845. Le document est composé de neuf peaux de parchemin.
  • 22 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Coll. 379, fol. 89.

6La seconde phase de sa mission, dans le duché de Spolète, est d’une autre nature, mais elle est tout aussi délicate. Foulque arrive, en effet, dans une zone où les équilibres géopolitiques sont extrêmement précaires en ce début des années 1320. La cité de Spolète est alors en rébellion ouverte contre l’autorité de l’Église19. La mission du dominicain consiste à mettre un terme à cette rébellion. Entre les mois de juin et d’octobre 1323 en particulier, il enchaîne les allées et venues entre Montefalco, à quelques kilomètres au sud-ouest de Foligno, lieu de résidence du recteur, Spolète et Pérouse. Les efforts de Foulque aboutissent à la conclusion d’un traité, durant l’été 1323, avec le capitaine de la guerre de Pérouse, afin de réduire à l’obéissance la ville de Spolète, sans toutefois céder complètement aux volontés de Pérouse, dont les ambitions expansionnistes sont alors grandes20. Le texte de cet accord a été conservé et, bien entendu, Foulque y apparaît comme l’un des principaux acteurs du processus de négociation21. Si les affaires de Spolète occupent alors la quasi-totalité de son temps, Foulque en profite néanmoins pour partir une quinzaine de jours en direction de Rome, entre la fin du mois de mai et le début du mois de juin 1324 : il passe environ huit jours dans l’Urbs, sans que nous ayons encore pu déterminer la raison de ce déplacement. Une chose est certaine en tout cas, il profite de ce séjour – peut-être en est-ce d’ailleurs l’une des principales motivations – pour se rendre à l’abbaye cistercienne de Fossanova, afin de se recueillir sur le corps de saint Thomas d’Aquin, canonisé par Jean XXII le 18 juillet 132322.

  • 23 C’est par exemple le cas avec les terres de San Giuliano près de Spolète (monasterium Sancti Julia (...)
  • 24 L. Fumi, « La Rocca di Montefalco e i pareri tecnici per la sua costruzione (1324) », Bollettino d (...)
  • 25 Cette mission a été confiée à l’archidiacre de Cahors Bertrand Carit et à Guillaume Dulcini, procu (...)

7Parallèlement à ces négociations avec Pérouse, on le voit aussi intervenir dans les transferts de biens confisqués à Spolète, biens qui passent dès lors sous contrôle de l’Église23, ou encore dans une enquête diligentée en juillet 1324 par Jean XXII sur l’état des bâtiments de San Fortunato24. Sa mission dans le duché semble véritablement prendre fin au début du mois d’août 1324 : au cours de ce mois, il séjourne une dizaine de jours dans la Marche d’Ancône, à Macerata, lieu de résidence du recteur, avant de revenir vers la vallée du Tibre : il se rend notamment à Todi et Orvieto, puis il prend la direction de Florence, où il passe la première quinzaine du mois de septembre. Il rejoint ensuite Pise, y demeure un mois avant de s’embarquer à la mi-octobre. Après le départ de Foulque, à la fin de l’été 1324, il faut attendre 1327 pour voir dépêchée dans le duché une nouvelle mission pontificale, dont la finalité principale est alors d’enquêter sur les terres confisquées aux rebelles et laissées incultes25.

L’organisation d’une mission diplomatique au quotidien

  • 26 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Coll. 379, fol. 3.
  • 27 Ibid., fol. 7v. Foulque précise qu’il s’agit de florins du duché et non de florins de Florence. Ce (...)
  • 28 Ibid., fol. 36.
  • 29 Ibid., fol. 44v.

8Ce qui fait l’originalité de ce dossier, au-delà de l’aridité qui caractérise souvent au premier abord les sources comptables, c’est qu’il témoigne de l’organisation d’une mission de l’intérieur, dans sa dimension quotidienne, ce que les sources habituellement disponibles laissent rarement percevoir. Le livre fournit, en premier lieu, de nombreuses informations sur l’organisation financière de la mission, et notamment sur son financement et son coût. À son départ d’Avignon, le camérier du pape remet 40 florins à Foulque pour régler ses frais jusqu’à Venise26 ; ensuite, une fois en Italie, l’argent lui est transmis, au fur et à mesure, par d’autres intermédiaires. Lors de son séjour dans le duché de Spolète, par exemple, c’est le recteur et le trésorier qui lui fournissent, à la demande de Jean XXII, les sommes nécessaires, ce qui représente un total de 700 florins27. À côté de ces versements directs en argent, Foulque bénéficie aussi, ponctuellement, d’aides matérielles qui lui permettent de limiter ses frais : l’hébergement et le couvert lui sont régulièrement offerts par des hôtes laïcs et ecclésiastiques. Ceci explique que les dépenses varient parfois très fortement d’un mois à l’autre, dans une fourchette comprise le plus souvent entre 10 et 70 florins. Étonnamment, bien que le livre soit tenu avec soin, le coût global de l’ambassade n’est pas calculé. À l’issue de chaque exercice, le total des dépenses engagées n’est d’ailleurs pas systématiquement spécifié. L’année 1322 est la seule pour laquelle ce montant est clairement indiqué (125 fl., 3 s., 1 d. t.)28. Le nonce réalise ensuite un autre bilan de ses dépenses à mi-parcours, en mai 1323, au moment de quitter Venise pour le duché de Spolète (249 fl., 11 s., 10 d. t.)29. En fait, c’est alors qu’il se trouve dans le duché de Spolète que les sommes dépensées sont les plus élevées, atteignant près de 400 florins, pour les mois de mai à décembre 1323, et près de 290 florins, pour l’année 1324. On peut ainsi estimer qu’environ 1 000 florins d’or ont été dépensés au cours de cette mission.

  • 30 Ibid., fol. 75v.

9Ensuite, en ce qui concerne la sociabilité diplomatique d’un nonce pontifical, le livre tenu par Foulque apporte de nombreux détails : on sait avec précision quelles personnes il rencontre, celles avec qui il déjeune ou dîne (autorités communales, officiers pontificaux, prélats, marchands et nobles), les communautés conventuelles auxquelles il rend visite ou dans lesquelles il séjourne. Les temps forts du calendrier chrétien sont généralement signalés, parce qu’ils sont souvent propices, pour le dominicain et sa familia, au partage d’un moment de convivialité avec d’autres frères : c’est en particulier le cas au moment de la fête de la Nativité. Cette célébration peut d’ailleurs être l’occasion de faire des dons à ceux qui les hébergent : à Montefalco, en 1323, Foulque fait un don pour l’amour de Dieu (amore Dei) de 40 sous à la communauté de Santa Chiara, non seulement parce que les moniales sont alors très pauvres (sunt valde pauperes), mais aussi parce qu’il a fait dire quotidiennement des messes dans leur église durant son séjour30.

10Enfin, le cahier dresse un tableau très précis du quotidien des hommes qui l’entourent, que ce soit la mention des conditions climatiques qui ralentissent la progression du voyage, les affres de la maladie qui nécessitent l’achat de médicaments, pour les hommes comme pour les chevaux, les frais pour l’entretien du corps, comme le rasage, l’achat de nourriture (huile, pain, vin, poissons, etc.), les achats et remplacements réguliers de vêtements et de chaussures, en fonction des saisons, mais aussi des aléas, l’acquisition d’ustensiles de cuisine et de fournitures diverses et variées, comme les bougies, le papier ou le parchemin nécessaires à la rédaction des actes ; enfin, l’aménagement des maisons que ces hommes louent lorsque leur séjour se prolonge, et qui nécessitent parfois quelques réparations, comme des travaux de toiture ou l’installation de serrures.

11Pour achever cette brève présentation, soulignons simplement le fait que ce dossier permet, en premier lieu, de donner de l’« épaisseur » à l’activité d’un envoyé du pape dont le nom n’apparaissait jusqu’alors que de manière éparse dans quelques lettres ou registres conservés pour l’Italie du Nord et le duché de Spolète, fournissant une cartographie très fine de ses déplacements, parfois au jour le jour. L’exploitation croisée des différentes pièces de cet ensemble documentaire (livre de comptes, lettres et mentions dans les registres comptables) contribuera ainsi à préciser notre connaissance des pratiques diplomatiques pontificales, sur le sol italien notamment, ainsi que les interactions avec les acteurs locaux. Ce cahier fournit des indices extrêmement précis, à l’échelle d’une mission, sur le coût de la diplomatie et sur la diversité des dépenses effectuées, allant bien au-delà des seuls frais de représentation.

Notes

1 Sur les difficultés d’évaluation du « coût de la diplomatie », voir S. Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009, p. 142-166.

2 L’édition de ce manuscrit et l’analyse détaillée de cette mission font l’objet de mon mémoire de l’École française de Rome, remis à l’Académie des inscriptions et belles-lettres au printemps 2011.

3 Il est relié dans une couverture de parchemin dont seules subsistent une page de garde et la partie supérieure de la tranche.

4 Y. Renouard, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, 1941, p. 522. Côté italien, les études classiques sur Venise, Pérouse ou encore Spolète n’y font aucune allusion – même si elles évoquent par ailleurs à quelques reprises la figure de ce frère dont le nom apparaît dans un certain nombre de documents.

5 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Coll. 379, fol. 2.

6 Ibid.

7 Ibid, fol. 107-108v.

8 Ibid., fol. 107.

9 Ibid., fol. 108v.

10 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Intr. et Ex. 91, fol. 36v-39, et Intr. et Ex. 60, fol. 55v (cité par C. Reydellet-Guttinger, L’administration pontificale dans le duché de Spolète (1305-1352), Florence, 1975, p. 43).

11 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Coll. 379, fol. 14.

12 Ibid., fol. 107v.

13 R. Predelu, I Libri Commemoriali della Repubblica di Venezia. Regesti, 8 vol., Venise, 1876-1914. Il est ainsi signalé par Wilhelm Heyd dans son Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, Leipzig, 1885-1886, rééd. anastatique, t. 2, Amsterdam, 1959, p. 42.

14 Heyd, Histoire du commerce…, op. cit. n. 13, p. 42-43 ; Predelli, I Libri…, op. cit. n. 13, t. 1, p. 243, no 330 ; p. 245, no 340 ; p. 246, no 342 ; p. 250, no 360.

15 Sur son activité comme collecteur, voir J. P. Kirsch, Diepäpstlichen Kollektorien in Deutschland während des XIV. Jahrhunderts, Paderborn, 1894 ; C. Schuchard, Die päpstlichen Kollektoren im späten Mittelalter, Tubingen, 2000, p. 305-306 ; S. Petersen, Benefizientaxierungen an der Peripherie, Gottingen, 2001, notamment p. 15, 28, 34-36, 38, 42, 43, 48, 51 et 59. Il est également mentionné dans G. Ortalli, « Venice and Papal Bans on Trade with the Levant : The Role of the Jurist », Mediterranean Historical Review, 10 (1995), p. 249-250.

16 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Coll. 379, fol. 36v et 37v (janvier 1323), fol. 42 (avril 1323), fol. 45v (26 décembre 1323).

17 Ibid., fol. 36v.

18 Ibid., fol. 25v.

19 A. Sansi, Storia del comune di Spoleto dal secolo XII al XVII, 2 vol., Foligno, 1879, notamment vol. 1, p. 189-204.

20 Sur Pérouse, voir M. Pecugi Fop, Il Comune di Perugia e la Chiesa durante il periodo avignonese con particolare riferimento all’Albornoz, Pérouse, 1970, notamment p. 16-20 ; S. R. Blanshei, Perugia, 1260-1340 : Conflict and Change in a Medieval Italian Urban Society, Philadelphie, 1976 (Transactions of the American Philosophical Society, 66). Voir également les travaux plus anciens de E. Loevinson, « Intorno alla sottomissione di Spoleto a Perugia nel 1324 », Archivio storico italiano, 13 (1894), p. 98-104 ; V. Ansidei, « Su alcuni rapporti fra Perugia e Spoleto nel secolo XIV », Bollettino della Deputazione di Storiapatriaper l’Umbria, 3 (1897) p. 549-566.

21 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Instr. Misc., 845. Le document est composé de neuf peaux de parchemin.

22 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Coll. 379, fol. 89.

23 C’est par exemple le cas avec les terres de San Giuliano près de Spolète (monasterium Sancti Juliani) : le document est édité par A. Theiner, Codex diplomaticus dominii temporalis S. Sedis, Rome, 1861-1862, t. 1, p. 523-524 (doc. no 706) ; transfert évoqué par Reydellet-Guttinger, L’administration…, op. cit. n. 10, p. 19.

24 L. Fumi, « La Rocca di Montefalco e i pareri tecnici per la sua costruzione (1324) », Bollettino della Deputazione di Storia patria per l’Umbria, 13 (1907), p. 477.

25 Cette mission a été confiée à l’archidiacre de Cahors Bertrand Carit et à Guillaume Dulcini, procureur général des Prêcheurs : Reydellet-Guttinger, L’administration…, op. cit. n. 10, p. 43.

26 Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Coll. 379, fol. 3.

27 Ibid., fol. 7v. Foulque précise qu’il s’agit de florins du duché et non de florins de Florence. Ces attestations de paiements ordonnés par Jean XXII et versés par le trésorier du duché de Spolète sont conservées dans les registres de comptes de la province : Vaticano, Arch. Segr. Vat., Cam. Ap., Intr. et Ex. 91, fol. 36v, 39, 41, et Intr. et Ex. 60, fol. 55v (évoqué par Reydellet-Guttinger, L’administration…, op. cit. n. 10, p. 43).

28 Ibid., fol. 36.

29 Ibid., fol. 44v.

30 Ibid., fol. 75v.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search