Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Sources et méthodes

Les Lettres austrasiennes : dire, cacher, transmettre les informations diplomatiques au haut Moyen Âge

Austrasian Letters: Giving, Hiding and Transmitting Diplomatic Information in the Early Middle Ages

Bruno Dumézil et Thomas Lienhard

Résumé

La collection, dite des Lettres austrasiennes, préserve des correspondances diplomatiques échangées entre les règnes de Théodebert Ier (533-548) et de Childebert II (575-595). Le message d’État à État y apparaît marqué par l’effort d’expressivité : la lettre officielle doit pouvoir informer, séduire ou émouvoir. Des envois multiples en augmentent l’efficacité. Pour autant, les diplomates francs savent également taire des informations, soit qu’ils préfèrent éviter de confier à l’écrit des éléments jugés dangereux, soit qu’ils entendent ralentir la négociation en cours. Face à l’écriture allusive des Lettres austrasiennes, le scribe carolingien qui a copié le seul manuscrit conservé a éprouvé des difficultés de compréhension. Pourtant, la transmission de la collection austrasienne témoigne d’intérêts persistants pour ces archives diplomatiques.

This collection of letters, known as the Austrasian Letters, is made up of diplomatic correspondence from between the reigns of Theodobert I (533-548) and Childebert II (575-595). Here messages between states needed to be as expressive as possible: these official letters aimed to inform, to attract and to move. The more letters there were the more efficacious they were. At the same time the Frankish diplomats were capable, where necessary, of keeping some information back; either because it was considered dangerous to put sensitive information into writing or because they wished to stall a negotiation in progress. The copyist of the sole surviving manuscript, a Carolingian scribe, had difficulty understanding the allusive style of these Austrasian Letters. Nevertheless, the fact that this Austrasian collection has come down to us bears witness to the continued interest that has been taken in these diplomatic archives.

Texte intégral

  • 1 G. Becker, Catalogi bibliothecarum antiqui, Bonn, 1885, réimpr., Bruxelles, 1969, p. 115. Les lett (...)
  • 2 Sur la datation du catalogue de Lorsch : B. Bischoff, Die Abtei Lorsch im Spiegel ihrer Handschrif (...)
  • 3 L’édition la plus récente et la meilleure est celle d’E. Malaspina, Il Liber epistolarum della can (...)
  • 4 L’une des rares études en ce sens est celle de P. Goubert, Byzance avant l’Islam, t. II1, Byzance (...)
  • 5 M.-C. Isaïa, Remi de Reims, Mémoire d’un saint. Histoire d’une Église, Paris, 2010, p. 115-175.

1« Un livre de quarante-trois lettres de différents évêques et rois, que j’ai trouvées à Trèves réunies en un seul livre1. » Telle est, sous la plume d’un moine de Lorsch2, la première description de la collection connue sous le nom de Lettres austrasiennes. Si les différentes pièces qui forment cet ensemble ont été composées entre les années 470 et 590, l’unique manuscrit conservé, le Vaticanus Palatinus 869, ne date que du début du ixe siècle et provient de la grande abbaye de Lorsch. Les Lettres austrasiennes ont été plusieurs fois éditées depuis le xviie siècle3. Elles n’ont toutefois que rarement été appréhendées comme un document majeur pour l’histoire de la diplomatie mérovingienne et carolingienne4. Il est vrai que, dans la perception de la collection, les « lettres des Pères » ont largement éclipsé les « lettres des rois ». Les pièces les plus célèbres sont ainsi les quatre lettres de Remi de Reims, un homme qui n’a rien d’un diplomate et dont les horizons ne s’éloignent guère des frontières de sa province ecclésiastique5.

  • 6 LA 18, 19 et 20.
  • 7 LA 6 et 7.
  • 8 LA 8 et 48.
  • 9 LA 9.
  • 10 LA 25-47.
  • 11 LA 12, 13, 14, 17 et 22.
  • 12 Voir LA 43 et 48.

2Si l’on considère l’ensemble des épîtres, il est pourtant évident que les documents diplomatiques dominent largement dans la collection. Trois des lettres ont été adressées par les rois d’Austrasie à Byzance dans les années 5406 ; deux autres pièces évoquent la réaction politique franque face à la crise des Trois Chapitres ouverte par Justinien autour de l’année 5507 ; deux lettres témoignent des efforts entrepris par l’Austrasie pour contrôler les Lombards dans les années 560 et 5708 ; une lettre isolée adressée à la reine Brunehaut éclaire les négociations entre l’Austrasie et la Neustrie au moment de la guerre de 5759 ; enfin, un long dossier de vingt-trois lettres nous transmet une partie des échanges officiels entre l’Austrasie et Byzance entre 584 et 590, au moment de la captivité à Constantinople d’Athanagild, petit-fils de la reine Brunehaut10. Il faut par ailleurs ajouter que les lettres privées transmises par la collection austrasienne ont souvent pour auteurs des personnages connus pour leur activité diplomatique, comme l’évêque Nizier de Trèves, le patrice Dynamius et le comte Gogo11. Certains de ces personnages sont d’ailleurs identifiés dans les adresses introductives comme des dictatores12, c’est-à-dire les rédacteurs des lettres officielles émises par les souverains et conservées par la collection.

3Les Lettres austrasiennes préservent ainsi quelques dossiers politiques et militaires de première importance, qu’il est possible de reconstituer à la lumière des chroniques franques et byzantines. Mais elles permettent surtout d’appréhender les logiques de la communication entre deux cours éloignées : la lettre diplomatique sert en effet à informer ou à négocier, mais aussi à dissimuler certains points ou à nourrir l’incertitude. Le dossier oblige également à réfléchir aux raisons de la constitution de la collection et de sa transmission manuscrite : apparemment certaines personnes, en des contextes déterminés, ont vu un intérêt à préserver les supports écrits d’une négociation depuis longtemps achevée.

4Commençons par écouter ce que les Lettres austrasiennes cherchent à dire, avant d’envisager ce qu’elles taisent. La première fonction d’un message diplomatique est en effet de marquer un échange entre deux interlocuteurs ; son contenu doit donc toujours se montrer porteur de sens, même si l’information objective peut paraître insignifiante.

  • 13 LA 43.
  • 14 LA 40: Italiam liberari.
  • 15 LA 36: studio catholice caritatis.

5D’abord, la lettre constitue généralement le message adressé par un roi à un autre roi. Elle a pour vocation de rendre présents l’un à l’autre les deux interlocuteurs. Pour mettre en scène cette réunion fictive, la missive diplomatique est généralement lue en public devant la cour étrangère. Une telle finalité impose que le message soit bref : il ne s’agit pas de s’attarder sur les détails de la négociation, mais de donner une tonalité générale au débat, si possible dans un style élevé qui impressionne le récipiendaire. De fait, la lettre officielle constitue à sa façon l’un des cadeaux offerts au souverain étranger, et le dictator est toujours un bel esprit. Pour une démarche particulièrement sensible, la cour d’Austrasie demande ainsi au poète Venance Fortunat de rédiger une lettre au nom de Childebert II13. Dans ces conditions, le message d’État à État se montre plus idéologique que descriptif : dans les Lettres austrasiennes, on ne parle pas de détruire le royaume lombard mais de « libérer l’Italie14 » ; et il ne saurait être question d’alliance militaire de circonstance, mais plutôt d’agir « par affection entre catholiques15 ». Bref, on cherche à obtenir l’oreille du souverain étranger, à le séduire, à l’émouvoir, à emporter son adhésion. La lettre n’a pas de vocation didactique et ne constitue pas un memorandum dont le récepteur étudiera la solidité.

  • 16 LA 44.
  • 17 LA 9.
  • 18 LA 8.
  • 19 LA 31 et 45.
  • 20 Cassiodore, Variae, X, 9-10 ; X, 19-21 ; X, 22-24 ; X, 32-35, éd. A. J. Fridh, Turnhout, 1973 (CCS (...)
  • 21 LA 29, 30, 33 et 37.
  • 22 LA 34, 35 et 36.
  • 23 LA 31, 38 et 39.
  • 24 LA 27 et 28.

6L’épistolographie diplomatique ne se résume toutefois pas au message d’État à État. Le dossier austrasien montre que la missive principale est souvent accompagnée d’un groupe de lettres adressées aux membres de la cour étrangère. La personnalité la plus fréquemment visée est l’épouse du monarque : on écrit par exemple à l’impératrice pour lui demander de faire pression sur son mari16 ; on s’adresse également à la reine d’Austrasie lorsque la communication est coupée avec son époux17. Parfois, l’interlocuteur demande à la dame de transmettre au souverain, en privé, la teneur de la lettre envoyée et d’user de son influence pour le gagner aux vues de l’émetteur18. Pour les chancelleries, la reine est toujours perçue comme une médiatrice de paix, à plus forte raison si elle est mère d’un prince qui doit un jour hériter de la situation géopolitique. Parmi les intervenants les plus sollicités, on trouve également les évêques influents. Sans surprise, on leur demande d’apporter leur concours aux réconciliations difficiles19. Toutefois, les Lettres austrasiennes, tout comme les Variae de Cassiodore20, laissent entendre que la chancellerie expéditrice ne se limite pas à ces envois. Dans le cas de l’ambassade de 587, les rois d’Austrasie n’hésitent pas à dépêcher plus d’une dizaine de lettres pour obtenir le succès de la légation. Elles visent d’abord la famille impériale, le basileus, son épouse, son père, sa belle-mère, son fils et son neveu21. D’autres lettres sont envoyées aux trois grands ministres du Palais impérial, questeur, curateur et maître des offices22. D’autres encore sont expédiées au patriarche, à l’apocrisiaire et à quelques hauts fonctionnaires choisis23. L’Austrasie informe également les otages retenus à Byzance du développement de la négociation en cours24.

  • 25 LA 43.
  • 26 Grégoire le Grand (Epistulae, 4, 37, éd. D. Norberg, Turnhout, 1982 [CCSL, 140], p. 257-258) félic (...)
  • 27 LA 42.
  • 28 LA 40 et 41.

7Dans cette procédure d’envois multiples, il y a une part assumée d’artificialité. En 587, le roi d’Austrasie écrit, par exemple, au prince porphyrogénète Théodose, alors que celui-ci est âgé de moins de deux ans25. Le message n’est certainement pas pour les yeux de ce bambin, mais pour ceux de son entourage : le roi d’Austrasie a tenu à montrer combien la personne du jeune prince lui importait, au moment où il négociait pour obtenir la libération d’un petit Mérovingien. On peut toutefois se demander si l’ambassadeur délivre vraiment tous les messages dont il est porteur ou s’il choisit de privilégier les membres d’une faction dont il apprend qu'elle pourrait lui être favorable. La correspondance de Grégoire le Grand montre en effet que ne pas transmettre une lettre diplomatique n’est pas considéré comme une faute grave au vie siècle26. Pour l’ambassadeur, l’important est de réussir la mission dont il est chargé, quitte à transiger avec les instructions qu’il a reçues. Au demeurant, rien ne prouve que chaque ambassade soit accompagnée d’envois de lettres multiples. En effet, une telle démarche suppose de disposer d’informations de première main sur la cour étrangère et sur les personnalités qui y sont influentes. Or, lorsque l’empereur byzantin écrit dans le monde franc, il ne peut visiblement pas compter sur un réseau d’informateurs et se contente d’une lettre directe à son homologue27. Les Byzantins présents en Italie en savent déjà plus : pour obtenir des Austrasiens l’envoi de renforts militaires, l’exarque de Ravenne n’hésite pas à pratiquer l’envoi multiple28.

  • 29 Formules de Marculf, 9 et 10 (Marculfi formularum libri duo, éd. A. Uddholm, Uppsala, 1952, p. 56- (...)
  • 30 Respectivement LA 36, 37, 26, 30, 39 et 41.
  • 31 LA 5 et 16.

8Non seulement les lettres circulent régulièrement entre Francs et Byzantins, mais les formes de la communication officielle paraissent identiques. À l’Est comme à l’Ouest, la diplomatie épistolaire a en effet conservé les usages hérités du Bas-Empire romain. La lettre diplomatique obéit ainsi à une forme standardisée, qui permet de répartir l’information en trois parties : l’exorde, occupé par une déclaration générale, est là pour donner le ton de la lettre ; une seconde partie est consacrée aux salutations d’usage et aux vœux de prospérité ; la lettre s’achève enfin par la teneur objective du message, qui se limite souvent à l’accréditation des ambassadeurs envoyés auprès du roi étranger. Cette tripartition de la lettre diplomatique, qui découle des formes épistolaires privées, est encore visible un siècle plus tard, dans les modèles d’accréditation transmis par le Formulaire de Marculf29. Dans cette structure figée, le dictator a la charge d’adopter un style de chancellerie qui est tout aussi uniformisé. Il multiplie, par exemple, les termes abstraits pour désigner les souverains, avec un souci de variation : il désigne ainsi le roi tantôt comme « Votre Grandeur », « Votre Gloire », « Votre Clémence », « Votre Sérénité », « Votre Puissance », « Votre Excellence30 », etc. Dans l’idéal, la phrase diplomatique est une longue période, faite de propositions enchâssées, où la recherche d’effets rhétoriques l’emporte sur l’intelligibilité immédiate du propos. Le maintien de cette unité de style entre Francs et Byzantins a sans doute été rendu possible par l’influence des intellectuels de la renaissance ostrogothique sur la chancellerie mérovingienne. Dans les Lettres austrasiennes, on trouve ainsi un grand nombre d’Italiens ou de Provençaux, qui chantent les louanges d’Ennode de Pavie ou du vieux rhéteur Parthenius31. Dans les années 580, le petit monde des Variae de Cassiodore est encore vivant, même s’il ne réside plus en Italie : on le trouve à Constantinople ou sur les bords de la Moselle.

  • 32 LA 42.
  • 33 LA 40 et 41.
  • 34 LA 20.
  • 35 LA 7.

9Au-delà du formalisme de cette écriture diplomatique, l’information peut parfois se glisser dans des nuances en apparence mineures. En 585, l’empereur byzantin Maurice oublie par exemple les deux termes Francicus et Alamanicus dans sa titulature, lorsqu’il écrit à Childebert II, roi des Francs et des Alamans32. Être diplomate, c’est aussi savoir éviter les mufleries. Pour qui veut en revanche indisposer son interlocuteur, il reste possible de rédiger une lettre longue et détaillée. L’auditeur devra alors écouter pendant plusieurs minutes des récriminations qui, pour être extraordinairement polies, n’en sont pas moins claires. C’est ce que fait le patrice d’Italie, dans les années 590, pour montrer sa désapprobation à l’égard de la politique austrasienne33. Il y a toutefois quelques cas où l’on observe des difficultés réelles de communication, qui semblent dues à l’éloignement culturel entre les deux cours. Ainsi, en 540, Justinien écrit au roi d’Austrasie Théodebert Ier pour lui demander sur quels territoires il règne. Le souverain franc répond fièrement que ses États vont de la Pannonie à l’Océan. Mais, lorsqu’il cherche à désigner les régions contrôlées, il ne peut pas utiliser le nom d’anciennes provinces romaines. Il parle donc de « Thuringiens, […] Suèves du Nord, Wisigoths habitant en Francie, région septentrionale de l’Italie, Saxons et Eucii34 ». La liste est un mélange de notations ethniques et géographiques, qui indique que Byzance et les Francs ne conçoivent plus le monde de la même façon. Les uns pensent en territoires administrés, les autres en peuples soumis. Les incompréhensions sont également perceptibles, lorsque les questions théologiques surviennent sur la scène diplomatique. Au début des années 550, l’évêque Nizier de Trèves semble ainsi avoir été chargé de signifier à l’empereur Justinien le mécontentement de l’Austrasie à propos de l’affaire des Trois Chapitres. Mais dans la lettre qu’il envoie à la cour byzantine, l’argumentation du prélat gaulois est des plus embrouillées. Nizier semble même croire que Justinien, Nestorius et Eutychès partagent les mêmes conceptions sur la nature du Christ35. Dans ce cas, le manque d’information de l’expéditeur constitue une limite à l’efficacité de la lettre diplomatique. Il n’en reste pas moins que le message adressé à Justinien est des plus clairs : si l’empereur ne revient pas à l’orthodoxie, les Francs menacent de l’excommunier et de rompre les accords de paix avec lui.

  • 36 L’affaire la mieux détaillée est celle de la lettre de Léovigild à Frédégonde (Grégoire de Tours, (...)
  • 37 Sur l’usage de l’oralité pour préserver le secret de la négociation, voir notamment LA 19.
  • 38 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, 10, 19 (op. cit. n. 36, p. 511).

10Une lettre n’a pas vocation à être univoque et explicite. L’objectif du message est de créer un contact diplomatique, mais l’intérêt de l’expéditeur peut être de dissimuler plutôt que d’informer. Certes, beaucoup de silences diplomatiques peuvent s’expliquer par les conditions matérielles des ambassades. Grégoire de Tours évoque le cas de lettres tombées entre de mauvaises mains et dont le contenu a été utilisé contre l’émetteur ou le récepteur36. Les informations capitales sont donc presque toujours transmises par oral aux ambassadeurs, qui se chargent de les répéter aux souverains étrangers. Dans ce cadre, la lettre diplomatique se limite à accréditer le porteur et à signaler que celui-ci a reçu des instructions secrètes à délivrer37. L’écrit vient toutefois donner suffisamment d’éléments pour que l’ambassadeur ne puisse pas – ou pas trop – modifier le message. Reste que chacun peut décrypter les allusions comme il le souhaite. Grégoire de Tours signale qu’une lettre envoyée par le roi de Neustrie au régent d’Austrasie contenait la phrase : « Tant que la racine d’une plante n’a pas été coupée, la tige qui est sortie de terre ne se dessèche pas38 ». Lors du procès du régent, ce passage suscita le débat : il est vrai que l’on pouvait y voir aussi bien un banal conseil horticole qu’une incitation au meurtre de la reine mère Brunehaut.

11Dans les Lettres austrasiennes, certaines formulations sont particulièrement contournées, comme ce passage d’un message de Childebert II à l’empereur Maurice, qui semble traiter des affaires italiennes :

  • 39 LA 26.

Tout comme nous l’avions promis aux ambassadeurs venant de votre part, nous avons envoyé les porteurs de la présente vers Votre Clémence et leur avons confié des éléments concernant certains sujets à faire connaître par oral à Votre Sérénité. Lorsqu’ils auront été reçus avec bienveillance par Votre Sérénité et seront revenus sans encombre, nous aurons accès à vos instructions orales pour tout ce qui concerne les traités39.

  • 40 LA 18.

12Les deux interlocuteurs comprennent probablement de quelle négociation il s’agit. Mais un Lombard qui aurait saisi la lettre n’aurait pu en déduire quoi que ce soit. Ajoutons qu’étant donné que la lettre est lue en public, toute critique un peu trop ouverte est perçue comme une agression. Tel est le cas au début des années 550, lorsque Justinien accuse le roi Théodebert Ier d’avoir été un mauvais chrétien. Son fils, Théodebald, qui vient de monter sur le trône et reçoit la lettre, se déclare outragé40. Toute franchise étant dangereuse, mieux vaut confier les récriminations à la parole des ambassadeurs, qui s’entretiendront en secret avec le roi. La plupart des lettres officielles savent donc rester les plus élogieuses possible.

  • 41 LA 44.

13Dans cette catégorie des silences qui avaient une fonction de rhétorique et de courtoisie, il faut réserver une place à part aux sous-entendus, abondamment représentés dans le corpus qui nous occupe. Ce procédé présentait un double avantage, puisqu’il conciliait, d’une part, la prudence d’un écrit non explicite et, d’autre part, la connivence établie par le fait que l’expéditeur et le destinataire étaient du même monde, puisqu’ils se comprenaient à demi-mot : on était ainsi à mi-chemin entre le code socialement distinctif et le cryptogramme de la diplomatie moderne. On peut prendre pour exemple le cas de la reine Brunehaut et de sa correspondance avec la cour de Byzance en 584-585. La reine franque écrivit ainsi à l’impératrice Constantina pour féliciter cette dernière d’être devenue mère41. La lettre est magnifique et joue sur tous les registres de l’affection, entre femmes et entre mères et enfants. Il faut toutefois se garder d’y voir l’expression désintéressée d’une sympathie du féminin pour le féminin, sans quoi cette lettre n’aurait probablement pas été conservée durant des siècles par les moines de Lorsch. Au moment où Brunehaut écrivait à Constantina, son propre petit-fils Athanagild était retenu captif à Byzance. Dans ces conditions, le message prend une autre ampleur : loin d’exprimer une connivence générale entre princesses, la lettre s’efforce d’émouvoir l’impératrice dans toute la sensibilité de sa jeune maternité, pour l’inciter, dans un mouvement de solidarité féminine, à faire libérer Athanagild. Le recours au sous-entendu permet alors de diversifier les motifs littéraires, pour concourir à un même résultat politique.

  • 42 LA 46.
  • 43 LA 48.
  • 44 LA 42.

14Dans un dernier cas de figure, les silences de l’épistolier ne s’expliquent pas par un souci rhétorique, mais par le souci fonctionnel de préserver le secret à propos d’éléments stratégiques. À l’époque de cette correspondance, Byzantins et Francs étaient officiellement alliés face aux Lombards, qui s’étaient installés en Italie du Nord depuis 569 ; la mise en œuvre de cette alliance impliquait une bonne coordination militaire entre les deux partenaires. Or, pour les échanges d’informations, la distance géographique entre l’Austrasie et Constantinople jouait un rôle capital. En effet, le roi franc et l’empereur byzantin, auxquels revenaient les décisions ultimes, ne participaient pas aux opérations dans la plaine lombarde. Il fallait donc successivement qu’ils prennent eux-mêmes connaissance des événements, qu’ils s’en informent mutuellement, enfin qu’ils se répondent pour aboutir à un accord. Si l’une de ces correspondances était imprécise et comportait un risque de malentendu, il fallait recommencer l’échange, et on se retrouvait vite à la saison hivernale, durant laquelle les armées ne traversaient plus ni les Alpes, ni les Balkans, ni la mer Adriatique. Un silence épistolaire pouvait donc retarder d’un an toute une campagne. Or, pour des raisons qui nous échappent en partie, les Francs ne jouaient pas le même jeu militaire que les Byzantins. Face aux sollicitations de l’empereur grec, les rois francs répondaient de manière évasive – « nous avons l’intention d’envoyer nos troupes dans ce combat l’année prochaine42 » –, voire encore moins engagée : « Nous ne cherchons qu’une occasion de montrer, par nos actions, que le très pieux empereur a agi dignement en nous recevant […] au nombre de ses fils43. » Ces généralités illustraient peut-être l’ignorance réelle de la cour franque à propos des événements d’Italie ; surtout, l’Austrasie préférait manifestement se ménager une marge de manœuvre dans ses relations diplomatiques avec les Lombards et les Byzantins, sans s’engager trop fermement aux côtés de l’un ou de l’autre. Byzance ne fut pas dupe et envoya à ses alliés présumés de vertes remontrances dans lesquelles il était question de faire cesser les « lettres verbeuses » et les « bavardages juvéniles » pour envoyer des informations concrètes sur le déroulement des opérations militaires44. La fréquente répétition de ces exhortations montre qu’il était difficile de faire parler un Franc qui avait tout intérêt à se taire. Dans ces conditions, ce n’était plus la discrétion, mais bien l’opacité qui était l’un des facteurs majeurs du pouvoir.

15Tels sont les principaux enseignements des Lettres austrasiennes à propos de la diplomatie mérovingienne. Mais la même collection présente encore un autre intérêt pour le thème de notre congrès. En effet, après sa rédaction initiale, cette correspondance a continué de circuler et d’inspirer les diplomates durant tout le haut Moyen Âge : l’influence posthume de ce corpus mérite une présentation spécifique.

  • 45 On résume ici les acquis d’une analyse qui sera présentée en détail dans une traduction des Lettre (...)

16Rappelons d’abord les principaux éléments de l’histoire de ce texte : un seul manuscrit subsiste ; toutefois, le corpus a connu un itinéraire relativement riche45. Les Lettres austrasiennes ont été reçues ou rédigées dans des chancelleries royales et épiscopales d’Austrasie, essentiellement à Metz. Elles furent transcrites une première fois dans un scriptorium que nous ne connaissons pas, avant d’être copiées à Trèves avant 800, puis, au début du ixe siècle, à Lorsch où fut composé le manuscrit qui subsiste aujourd’hui. Elles y furent lues et annotées par au moins cinq lecteurs médiévaux, puis, à l’époque moderne, subirent au moins deux déplacements et donnèrent lieu à cinq éditions successives. De toute évidence, ce corpus rarissime d’une correspondance entre la Gaule et Byzance avait su intéresser des lecteurs à travers les siècles. Pourquoi un tel engouement ?

17La nature des annotations apportées au texte original tend à prouver que l’objectif n’était pas de conserver un document historique, mais de constituer un modèle de correspondance destiné à être réemployé, mutatis mutandis, par les successeurs des chanceliers mérovingiens. C’est ce que montrent une série d’indices que l’on retrouve également dans d’autres textes du même type, notamment dans les formulaires ou les manuels de rhétorique rédigés à la même époque. En particulier, les noms propres sont parfois effacés ou remplacés par la formule ille, « untel », de manière à faciliter la réutilisation de ces textes dans un nouveau contexte. De même, les prologues mérovingiens furent parfois supprimés, lorsque le copiste estimait qu’ils ne seraient pas réutilisables, ou bien remplacés par un résumé lapidaire, lorsque le scribe souhaitait ménager sa peine. L’intérêt d’une telle réécriture pour la question de la diplomatie consiste à signaler quelle était la correspondance internationale que l’on s’apprêtait à devoir écrire dans les chancelleries qui ont ainsi retouché ces textes. En particulier, le corpus fut abondamment annoté au début du ixe siècle, lorsque Charlemagne noua des relations intensives, et parfois houleuses, avec Byzance : les Lettres austrasiennes retrouvèrent alors une actualité en présentant un précédent pour ces relations franco-byzantines. Les enseignements du manuscrit à ce propos sont fort nombreux, et nous nous contenterons ici d’en présenter deux.

18En premier lieu, une approche quantitative permet de déterminer quels furent, au sein des Lettres austrasiennes, les thèmes le plus abondamment annotés à l’époque carolingienne, ceux qui intéressèrent donc le plus les scribes de Lorsch peu après le couronnement de 800. Sans surprise, on constate que les lettres à caractère diplomatique, en particulier celles qui concernaient les relations avec Byzance, ont fait l’objet d’un travail attentif. Ce point est fort compréhensible, d’une part, parce que Charlemagne devait une partie de sa légitimité à sa politique orientale, d’autre part, parce que le titre d’empereur qu’il s’était vu décerner à Rome obligeait ses secrétaires à préparer une correspondance nourrie avec Byzance pour apaiser les tensions. Pour ce faire, les Lettres austrasiennes, parce qu’elles présentaient un dossier similaire, constituaient un modèle précieux. Cette approche quantitative permet ainsi de déterminer quels étaient les thèmes attractifs pour les Carolingiens. Mais on peut également se livrer à une analyse qualitative, pour déterminer dans quel sens les scribes du ixe siècle s’efforcèrent de réorienter le texte pour l’adapter à leurs propres projets.

  • 46 LA 41. Voir aussi la lettre 40, qui avait été adressée à Brunehaut à propos du même sujet.
  • 47 D’une part, l’adresse Childeberto Romanus (« Romain, pour Childebert ») devint Childebertus Romanu (...)
  • 48 Lors du Congrès de Lyon, en juin 2010, les auteurs de la présente contribution se virent adresser (...)

19Un cas est particulièrement significatif à cet égard, celui d’une lettre qui, au vie siècle, avait été envoyée à Childebert par l’exarque byzantin de Ravenne46. Dans la version initiale, il s’agissait d’une missive relativement autoritaire, par laquelle Constantinople demandait aux Francs d’intervenir en Italie, rappelait les succès militaires byzantins et soulignait par contraste le piètre rôle joué par les ducs austrasiens dans cet espace. À cette version originelle, quelque peu humiliante pour le monde franc, le copiste carolingien apporta des retouches d’apparence mineure, mais qui suffisaient pour modifier complètement le sens du texte. En particulier, les pronoms personnels furent inversés, « nous » devenant « vous » et réciproquement47. Dans le texte ainsi produit, Byzance n’apparaît plus : la lettre se présente comme le message d’un prince franc à ses ducs, comme dans le cas d’un appel à l’ost carolingien. L’avantage de ce renversement était double. D’une part, en effet, le scribe conférait ainsi à l’empereur franc tout le prestige (y compris l’étiquette) de Byzance, renforçant son autorité vis-à-vis de ses subordonnés : c’est en particulier à l’occasion de cette réécriture que la notion de sancta respublica fut appliquée pour la première fois au monde franc, renforçant d’autant la notion de pouvoir d’autorité divine. D’autre part, le rôle de Byzance s’évanouissait complètement, laissant aux Francs tout le mérite des victoires militaires remportées en Italie à l’époque mérovingienne. Dans ce tour de passe-passe littéraire, qui n’a encore été signalé par aucun commentateur, on retrouvait rassemblés les principaux ingrédients du programme impérial de Charlemagne et de ses successeurs : ces éléments, qui n’étaient jamais présentés aussi clairement dans des sources publiques, affleuraient ainsi dans ce document de travail des moines carolingiens48.

20Si l’on veut résumer les principales caractéristiques de la diplomatie franque altimédiévale telle qu'elle apparaît dans cette correspondance austrasienne, on pourrait suggérer que la tactique franque consista souvent à apprendre les règles du jeu pour mieux les transgresser. Tel est le cas d’abord pour les règles formelles de la diplomatie à cette époque. Certes, les Francs connaissaient les impératifs protocolaires pour qui voulait s’adresser à Byzance. Mais, simultanément, les princes d’Austrasie ne se privèrent pas d’envoyer à Constantinople des ambassades qui, quoique formellement impeccables, étaient dénuées de tout contenu concret. De même, les épistoliers mérovingiens maîtrisaient certes la rhétorique diplomatique, mais leurs successeurs carolingiens prirent la liberté de détourner ces formules élégantes de leur fonction originelle pour les adapter à leurs propres projets. Les aspects formels étaient saufs, mais le sens du jeu avait changé. Tel est le cas également pour une autre règle centrale dans ces contacts diplomatiques, à savoir la nécessité de contrôler et d’échanger l’information. On a vu que celle-ci jouait un rôle déterminant, que ce soit pour identifier le milieu social auquel on s’adressait lors d’une ambassade, pour avoir accès à des données stratégiques ou militaires, ou encore pour connaître le passé et l’utiliser comme argument politique. Les rédacteurs francs avaient manifestement bien conscience de cette règle et n’hésitaient pas, là encore, à la détourner à leur profit en modifiant des documents historiques ou en envoyant à Byzance des informations volontairement incomplètes. Respect et transgression des règles : c’est par ce jeu diplomatique très fluide que les Mérovingiens, puis les Carolingiens défendirent leurs ambitions dans ce corpus remarquable que constituent les Lettres austrasiennes.

Notes

1 G. Becker, Catalogi bibliothecarum antiqui, Bonn, 1885, réimpr., Bruxelles, 1969, p. 115. Les lettres conservées sont en réalité au nombre de quarante-huit. Les pièces du recueil seront désormais désignées sous la forme LA.

2 Sur la datation du catalogue de Lorsch : B. Bischoff, Die Abtei Lorsch im Spiegel ihrer Handschriften, Lorsch, 1989, p. 18-26.

3 L’édition la plus récente et la meilleure est celle d’E. Malaspina, Il Liber epistolarum della cancellaria austrasica, Rome, 2001.

4 L’une des rares études en ce sens est celle de P. Goubert, Byzance avant l’Islam, t. II1, Byzance et les Francs, Paris, 1956.

5 M.-C. Isaïa, Remi de Reims, Mémoire d’un saint. Histoire d’une Église, Paris, 2010, p. 115-175.

6 LA 18, 19 et 20.

7 LA 6 et 7.

8 LA 8 et 48.

9 LA 9.

10 LA 25-47.

11 LA 12, 13, 14, 17 et 22.

12 Voir LA 43 et 48.

13 LA 43.

14 LA 40: Italiam liberari.

15 LA 36: studio catholice caritatis.

16 LA 44.

17 LA 9.

18 LA 8.

19 LA 31 et 45.

20 Cassiodore, Variae, X, 9-10 ; X, 19-21 ; X, 22-24 ; X, 32-35, éd. A. J. Fridh, Turnhout, 1973 (CCSL, 96), p. 393-394, 401-406 et 415-417 ; A. Gillett, « The Late Antique “Diplomatic Bloc” », Aux origines d’une diplomatie méditerranéenne : les ambassadeurs, moyens humains de la diplomatie, éd. A. Becker-Piriou, N. Drocourt, Metz, à paraître.

21 LA 29, 30, 33 et 37.

22 LA 34, 35 et 36.

23 LA 31, 38 et 39.

24 LA 27 et 28.

25 LA 43.

26 Grégoire le Grand (Epistulae, 4, 37, éd. D. Norberg, Turnhout, 1982 [CCSL, 140], p. 257-258) félicita même l’évêque de Milan pour ne pas avoir transmis une lettre à la reine des Lombards, lettre dont la formulation pouvait irriter une souveraine proche du schisme des Trois Chapitres.

27 LA 42.

28 LA 40 et 41.

29 Formules de Marculf, 9 et 10 (Marculfi formularum libri duo, éd. A. Uddholm, Uppsala, 1952, p. 56-59).

30 Respectivement LA 36, 37, 26, 30, 39 et 41.

31 LA 5 et 16.

32 LA 42.

33 LA 40 et 41.

34 LA 20.

35 LA 7.

36 L’affaire la mieux détaillée est celle de la lettre de Léovigild à Frédégonde (Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, 8, 28, éd. Br. Krusch, Hanovre, 1937 [MGH SS rer. Merov., 1], p. 390-391).

37 Sur l’usage de l’oralité pour préserver le secret de la négociation, voir notamment LA 19.

38 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, 10, 19 (op. cit. n. 36, p. 511).

39 LA 26.

40 LA 18.

41 LA 44.

42 LA 46.

43 LA 48.

44 LA 42.

45 On résume ici les acquis d’une analyse qui sera présentée en détail dans une traduction des Lettres austrasiennes à paraître. Pour l’heure, on pourra se reporter aux analyses de Malaspina, Il Liber epistolarum…, op. cit. n. 3.

46 LA 41. Voir aussi la lettre 40, qui avait été adressée à Brunehaut à propos du même sujet.

47 D’une part, l’adresse Childeberto Romanus (« Romain, pour Childebert ») devint Childebertus Romanus (« Childebert le Romain », le destinataire n’étant alors plus identifié) ; d’autre part, là où le Byzantin évoquait excellentiam vestram, l’auteur de ce manuscrit préféra systématiquement excellentiam nostrum. Ces interversions sont visibles au fol. 26-v du manuscrit.

48 Lors du Congrès de Lyon, en juin 2010, les auteurs de la présente contribution se virent adresser une question concernant l’éventuel usage pratique de ces documents de travail : ces modèles furent-ils utilisés dans les décennies qui suivirent le début du ixe siècle ? Une première recherche, non exhaustive, sur quelques corpus de sources numérisées n’a apporté aucun résultat positif. Il est vrai que, passé les années 820, on ne se trouvait plus dans le contexte d’un empire occidental expansionniste au point de vouloir concurrencer Byzance.

Auteurs

Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense/IUF
ArScAn (CNRS, UMR 7041)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
LAMOP (CNRS, UMR 8589)

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540