Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Observations liminaires

Les diplomaties occidentales, xiiie-xve siècle*

Stéphane Péquignot

Texte intégral

  • * Les notes sont réduites au strict minimum en raison des contraintes éditoriales.
  • 1 Aus der Frühzeit europäischer Diplomatie. Zum geistlichen und weltlichen Gesandtschaftswesen vom 1 (...)

1Le terme « diplomatie » apparaît en français à la fin du xviiie siècle et est rapidement adopté en d’autres langues : diplomacy en anglais, diplomacia en espagnol et en portugais, diplomatie en néerlandais, diplomazia en italien, Diplomatie en allemand, où le mot se heurte pourtant à la concurrence de la Gesandtschaftswesen (tout ce qui concerne les « envoyés », Gesandten)1. Depuis lors, avec des contours parfois variables, la diplomatie apparaît fréquemment dans les travaux relatifs à l’Occident des xiiie, xive et xve siècles. On l’envisagera dans ce rapport de la manière la plus englobante possible, comme l’ensemble des activités de représentation, d’échanges et de négociations politiques, menées au nom d’un pouvoir auprès d’autres pouvoirs. Une telle approche permet d’appréhender de concert les correspondances, les ambassades, les rencontres au sommet et les congrès, des pratiques étroitement liées et qui mobilisent de nombreux protagonistes : les papes, les rois et les princes, les membres de leur famille et leur conseil, les assemblées des républiques et de certaines villes, les ambassadeurs et leurs suites, mais aussi des scribes, des messagers, des espions et des intermédiaires. Tout en limitant le risque d’anachronisme, le fait d’employer le terme de « diplomatie » avec une acception aussi large peut également favoriser les échanges critiques avec les spécialistes de diplomatie d’autres périodes, d’autres territoires. Dans cette optique comparatiste, la dimension « occidentale » du propos ne vise pas à essentialiser une forme particulière, monolithique, de diplomatie, mais elle indique un champ d’observation, celui des conceptions et des pratiques diplomatiques des puissances soumises à l’autorité spirituelle du pape du xiiie au xve siècle.

  • 2 B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval : les “Lettres” de Pierre de la Vigne et la formation du (...)
  • 3 D. E. Queller, The Office of Ambassador in the Middle Ages, Princeton, 1967, p. 26-59.
  • 4 S. Péquignot, « Figure et normes de comportement des ambassadeurs dans les documents de la pratiqu (...)
  • 5 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, Londres, 2003.
  • 6 Diplomazia edita. Le edizioni delle corrispondenze diplomatiche quattrocentesche, dossier du Bulle (...)
  • 7 Ibid. ; F. Senatore, “Uno mundo de carta”. Forme e strutture della diplomazia sforzesca, Naples, 1 (...)
  • 8 Péquignot, « Figure… », loc. cit. n. 4, avec références aux études spécialisées.
  • 9 Id., « Les ambassadeurs dans les miroirs des princes en Occident au Moyen Âge », et P. Gilli, « La (...)
  • 10 J. Merceron, Le message et sa fiction : la communication par messager dans la littérature français (...)
  • 11 Sur ce dernier point, voir les travaux de Denise Aigle et La correspondance entre souverains, prin (...)

2Grâce à la diffusion progressive de l’usage du papier, au souci accru de mise en archive par des pouvoirs qui recourent intensément à l’écrit pour gouverner, grâce aussi à une meilleure conservation, les documents éclairant les relations diplomatiques deviennent alors plus nombreux qu’auparavant. Leur variété s’accroît. Aux lettres de souverains successivement marquées par l’ars dictaminis et l’humanisme2, aux traités et aux sauf-conduits s’ajoutent les pouvoirs (procuratoria) dont l’utilisation redevient courante en Italie du Nord, dès la fin du xiie siècle, avec le renouveau du droit romain3. Les accréditations s’extraient plus régulièrement des epistolae pour devenir des types documentaires à part entière, les lettres de créance. Les instructions remises aux ambassadeurs (capitula ou informationes des textes latins, credences anglaises, memorials catalans, [An]weisungen, Werbungen ou Gede[c]htnisse dans l’Empire) se multiplient4. Des journaux d’ambassade sont préservés, les ordres de paiement aux messagers, leurs comptes de voyage et les listes de cadeaux échangés sont plus régulièrement sauvegardés5, ainsi que les correspondances des ambassadeurs, notamment dans les carteggi italiens6. La distribution de ces écrits de la pratique s’avère toutefois très inégale selon les archives. Les plus fournies sont celles des cités-États et des principautés italiennes, des monarchies anglaise et aragonaise, puis, à partir de la fin du xive siècle, celles des ducs de Bourgogne7. En raison souvent d’un enregistrement moins systématique, de destructions ou de dispersions postérieures, les fonds demeurent plus clairsemés en France, en Castille, au Portugal, dans l’Empire ou en Suède8. Néanmoins, avec les projets de paix, les annales, les chroniques, les récits de voyage et d’autres sources narratives conservées en abondance, avec également des textes normatifs qui font aux ambassadeurs une place accrue (miroirs au prince de la tradition du Secretum Secretorum, statuti des communes italiennes)9, avec, enfin, l’irruption régulière des messagers dans la littérature épique et les textes de théâtre10, il subsiste, somme toute, un « paysage documentaire » (Paolo Cammarosano) suffisamment riche pour analyser précisément des relations diplomatiques extrêmement denses en Occident, importantes avec Byzance et les puissances islamiques occidentales, plus épisodiques avec les Mongols11. Nécessaires pour nouer ou entretenir des alliances, pour renouveler la paix et préparer la guerre, pour traiter de droits, d’honneur, de frontières, de mariages ou d’affaires commerciales, les relations diplomatiques s’intensifient au gré des affrontements et des profondes déchirures qui divisent alors l’Occident. À l’exemple de la guerre de Cent Ans, de nombreux conflits suscitent ambassades et conférences de paix. Le Grand Schisme se traduit par l’envoi de délégations imposantes et la réunion de conciles où se pressent des ambassadeurs venus de toute la chrétienté. Les préparatifs des quatrième et cinquième croisades, puis les efforts irréguliers mais bien réels pour un passagium generale supposent également d’intenses mobilisations diplomatiques. Ces échanges multiformes ont été appréhendés très diversement. Dans une première phase, la diplomatie et les relations diplomatiques ont constitué un domaine légitime d’investigation pour des historiographies nationales concurrentes. Est ensuite advenu le temps des remises en cause et de la division des historiens. Enfin, depuis bientôt trois décennies, un regain général d’intérêt est visible, des perspectives inédites émergent, mais aussi de nouveaux doutes.

3Auparavant, durant le xixe siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’histoire diplomatique constitue un champ d’études « classique » et même dominant en Europe occidentale. La publication de documents en offre un premier témoignage éloquent. Les érudits des xviie et xviiie siècles avaient ouvert la voie en livrant aux imprimeurs des corpus considérables, notamment les Foedera, conventiones, literae et cujuscumque generis acta publica… de Thomas Rymer pour les rois d’Angleterre (1704-1717, première édition en 17 volumes), le Recueil des principaux traités d’alliance, de paix… du juriste Georg Friedrich von Martens (1791-1801 pour la première édition, 7 volumes) et le plus modeste Corps universel diplomatique du droit des gens de Jean Dumont (1726-1731, 8 volumes). Au xixe siècle, l’édition de sources se poursuit et même s’intensifie dans un contexte de rivalité patriotique. Les actes, les lettres et les textes narratifs illustrant la pratique diplomatique se concentrent désormais dans des entreprises de grande envergure qui, à leur manière, œuvrent à la construction des Etats-nations. En Allemagne, par exemple, un grand nombre d’entre eux figurent dans les Constitutiones, les Regesta imperii et les Deutsche Chroniken des Monumenta Germaniae Historica, ou bien encore dans la série des Deutsche Reichstagsakten.

  • 12 A. Reumont, Della diplomazia italiana dalsecolo xiii al xvi, Florence, 1855.
  • 13 Visconde de Santarem, Quadro elementar das relações politicos e diplomaticas de Portugal com as di (...)
  • 14 A. de Broglie, La diplomatie et le droit nouveau, Paris, 1868.

4Souvent actifs dans l’exhumation et la mise en ordre nationale des archives, des documents et des manuscrits, les historiens manifestent régulièrement par leurs travaux sur les diplomaties médiévales un engagement personnel, professionnel ou politique fort. Alfred von Reumont, ambassadeur prussien, écrit une synthèse sur la diplomatie italienne du XIIIe au xvie siècle12. Le vicomte de Santarem, éphémère premier ministre du Portugal, tire profit de son activité dans les ambassades pour composer un énorme ouvrage sur les relations diplomatiques de son pays depuis les origines jusqu’aux années 184013. Il lui assigne trois buts : ressusciter un pan essentiel de l’histoire du Portugal, défendre ses droits en les rassemblant – un livre d’histoire-cartulaire, en quelque sorte – et contribuer à la formation des ambassadeurs. Ces hommes du métier dialoguent fréquemment dans leurs œuvres avec d’illustres prédécesseurs, comme Abraham de Wicquefort et François de Callières, dont les correspondances diplomatiques et les traités sur l’art de la négociation, publiés, leur servent de modèles. L’étude et l’exaltation de la diplomatie d’Ancien Régime peuvent aussi porter une critique sourde contre des pratiques contemporaines. Sous le Second Empire et la IIIe République, des nostalgiques de la monarchie maintiennent de la sorte un lien privilégié avec ce qui leur apparaît comme un âge d’or, et le duc de Broglie, qui se plaît à dénoncer en 1868, dans La diplomatie et le droit nouveau, les effets néfastes du suffrage universel sur les relations internationales, en appelle à restaurer des usages séculaires à la valeur éprouvée14.

  • 15 J. Calmette, La diplomatie carolingienne. Du traité de Verdun à la mort de Charles le Chauve (843- (...)

5À partir du milieu du xixe siècle, l’histoire diplomatique est également marquée en profondeur par la méthode positiviste. Les monographies se multiplient pour reconstituer la trame événementielle des relations entre les grandes puissances médiévales. En France, où l’on fonde en 1887 une Société d’histoire diplomatique et une Revue d’histoire diplomatique, afin de réunir historiens professionnels, souvent chartistes, et praticiens de la diplomatie, Alfred Leroux publie, en 1882, ses Recherches critiques sur les relations de la France avec l’Allemagne de 1292 à 1378, Georges Daumet en 1898 des Etudes sur l’alliance de la France et de la Castille au xive et au xve siècle, etc. Souvent de bonne facture, ces ouvrages et leurs équivalents allemands, italiens, belges ou anglais se centrent sur les grands personnages, les intérêts des « nations » et les aspects géopolitiques. Pour autant, leur matière ne devient pas enjeu de pure érudition. Nombre d’entre eux présentent un caractère militant, abritent sur l’origine des États et le tracé des frontières des positions qui font écho aux luttes de leur temps. De part et d’autre du Rhin, on écrit beaucoup, après 1871, sur les relations entre la France et l’Empire médiéval au prisme du conflit remporté par Bismarck. Évoquant la période carolingienne, Joseph Calmette dénonce même « la horde germanique, commettant comme à l’ordinaire d’épouvantables dévastations » et « le roi de Germanie [n’attendant] qu’une occasion favorable pour envahir les États de son frère15 » !

  • 16 E. Nys, Les origines du droit international, Bruxelles, 1894 ; V. E. Hrabar, De legatis et legatio (...)
  • 17 V. Menzel, Deutsches Gesandtschaftswesen im Mittelalter, Hanovre, 1892 ; R.-A. de Maulde La Claviè (...)
  • 18 Ibid., p. 5.

6Alors que ces travaux engagés prolongent dans l’érudition les querelles d’États-nations concurrents en quête de légitimité, des juristes recherchent dans le Moyen Âge les origines du droit international et publient plusieurs traités de droit canonique sur les légats16. Les conceptions et les pratiques médiévales retiennent aussi l’attention de quelques historiens, Viktor Menzel pour l’Empire et, surtout, René-Alphonse-Marie de Maulde La Clavière17. Ce dernier veut établir les « règles principales de la science diplomatique au Moyen Âge » dont il voit l’aboutissement dans la « diplomatie parfaite » de Louis XII. D’après Maulde, les diplomates, « comme les notaires, ne changent pas » ; ils font toujours preuve de pragmatisme. En revanche, leur position sociale évolue, et les principes des relations diplomatiques se modifient. La diplomatie « médiévale », c’est-à-dire du xve siècle, se distingue par la force de l’usage, la prégnance de l’idée de justice chrétienne, un personnel instable et le rôle décisif des traits de caractère nationaux : « La diplomatie française […] n’est certainement pas la plus habile. Si l’envoyé français n’a pas, en général, la morgue qu’on reproche à l’Allemand ou la rudesse apparente de l’envoyé anglais, on ne saurait non plus lui attribuer la souplesse, l’esprit avisé des Italiens. C’est un honnête homme, qui ne voit que l’objet de sa mission, qui se soucie médiocrement du pays où il se trouve et y vit isolé ; il va droit devant lui, correspond peu avec son gouvernement, parle haut, bref, avec bonne foi, mais sans grands ménagements ; on sent assez souvent percer dans ses paroles comme la pointe d’un sabre18. » Malgré de tels stéréotypes, le livre de Maulde apporte une contribution essentielle à l’étude de la technique et du personnel des ambassades.

  • 19 O. Krauske, Die Entwickelung der ständigen Diplomatie von 15. Jahrhundert bis zu den Beschlüβen vo (...)
  • 20 Bilan dans Senatore, “Uno mundo de carta”…, op. cit. n. 7.

7Durant la seconde moitié du xixe siècle, les historiens commencent aussi à se prendre de passion pour l’origine des ambassades permanentes. Otto Krauske la place dans la Venise du xve siècle, avant qu’Adolf Schaube ne la mette en relation avec le développement des ligues en Italie, la nouvelle « institution » étant ensuite exportée hors de la péninsule19. Ce schéma diffusionniste constitue la matrice d’innombrables travaux, surtout allemands et italiens, qui s’efforcent de situer la naissance, de préciser les raisons et les modalités d’expansion de la pratique20. Ici réside l’une des origines de l’opposition téléologique entre diplomatie médiévale et diplomatie moderne : ambassades ad hoc contre représentations permanentes, absence d’administration de la « politique extérieure » contre ministères spécialisés, ambassadeurs « amateurs » plutôt que professionnels. D’un long xixe siècle, marqué par la prédominance de l’histoire diplomatique, il reste par conséquent un copieux héritage positiviste formé d’éditions de sources et de travaux utiles d’histoire événementielle souvent teintés de nationalisme, une question lancinante, l’origine des ambassadeurs résidents, et, enfin, des études saillantes sur une diplomatie ancienne conçue comme un art révolu, propre à susciter la nostalgie d’une Atlantide monarchique engloutie.

  • 21 L. Febvre, « Contre l’histoire diplomatique en soi. Histoire ou politique ? Deux méditations : 193 (...)
  • 22 Ibid., « méditation » de 1945.
  • 23 F. Braudel, « Pour ou contre une politicologie scientifique », Annales ESC, 18 (1963), no 1, p. 11 (...)
  • 24 Histoire des relations internationales, dir. P. Renouvin, t. 1, F.-L. Ganshof, Le Moyen Âge, Paris (...)

8La Première Guerre mondiale signifie la fin de l’accord général sur l’importance de l’histoire diplomatique et, en France, le début d’une longue aphasie de la recherche en ce domaine. Les Annales lancent l’hallali. En 1931, Lucien Febvre énonce un verdict sans appel : « Lorsqu’on […] aura achevé d’éliminer l’homo diplomaticus avec ses politesses protocolaires, ses formules de salutation savamment graduées et l’affreuse barbarie que fardent mal ses courtoisies grimaçantes, on n’aura pas seulement, d’un point de vue purement scientifique (le seul qui compte ici pour nous, le seul qui doive compter pour des historiens), assuré le triomphe de la raison éclairée sur une routine desséchante ; d’un point de vue tout pratique, on aura, par surcroît, réalisé une bonne action, qu’il s’agisse de préparer à leur rôle futur des apprentis diplomates, ou d’éclairer simplement des citoyens libres21. » Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’« histoire diplomatique en soi » reste le symbole d’une méthode dépassée, mais elle est, pour Febvre, devenue absolument intolérable, car, en corsetant, en trahissant l’intelligence nationale, elle a œuvré à la défaite22. Les Annales sapent ainsi la légitimité d’une « histoire diplomatique et politique ondoyante, refuge des passions et de jugements gratuits, domaine du descriptif » (Fernand Braudel)23. Le développement contemporain d’une histoire des relations internationales exerce toutefois un effet temporisateur. Pierre Renouvin, opposé à la « vieille histoire diplomatique », souhaite en effet intégrer la diplomatie dans son analyse des hommes d’État et des « forces profondes ». François-Louis Ganshof, dans la dernière synthèse en français sur le sujet, consacre alors un chapitre à la « technique des relations internationales » du xiiie au xve siècle, marqués selon lui par l’intensification et la généralisation de pratiques existantes (mariages princiers, traités), la rupture véritable demeurant l’apparition des ambassades permanentes au xve siècle24. Mais il ne fait pas d’émules en France.

  • 25 G. P. Cuttino, English Diplomatic Administration (1259-1339), 2e éd., Oxford, 1971 ; M. C. Hill, T (...)
  • 26 F. Trautz, Die Könige von England und das Reich, 1272-1377, mit einem Rückblick auf ihr Verhaltnis (...)
  • 27 Senatore, “Uno mundo de carta”…, οp. cit. n. 7, p. 28-50.

9Ailleurs en Europe, la diplomatie revêt une importance symbolique moindre dans les débats, et les critiques des Annales ont des effets atténués. La recherche, par conséquent, se poursuit et se diversifie. Une histoire des relations diplomatiques « à l’ancienne » trouve encore sa place, par exemple, dans une Espagne franquiste exaltant la politique internationale des Rois Catholiques. Les spécialistes de l’Angleterre explorent les aspects administratifs, la documentation et le personnel des ambassades. Georges Cuttino révèle l’apparition d’un custos processuum chargé de veiller aux pièces utilisées par les Anglais plaidant au parlement de Paris, Mary Hill étudie les messagers du roi, tandis que Pierre Chaplais, expert des relations franco-anglaises aux xiiie et xive siècles, parachève une œuvre imposante sur la pratique et la documentation diplomatiques anglaises médiévales25. Les historiens allemands, autrichiens et italiens continuent également à travailler le domaine. Fritz Trautz apporte ainsi une contribution décisive sur les rapports de l’Angleterre avec l’Empire. Dénonçant l’« arrogance spirituelle » de ceux qui voudraient ostraciser la diplomatie, l’historien ouvre de nouvelles voies en soulignant l’absence d’un système d’États structurés, le rôle central du lien dynastique et la difficulté à saisir des mouvements univoques dans les relations entre puissances26. L’Italie présente pour sa part une dynamique singulière. La réflexion internationale sur les ambassades permanentes se développe activement durant les années 1930 et 194027 ; la publication de nombreux dispacci et relazione aide à la consolidation de puissantes traditions historiographiques sur les diplomaties des ducs de Milan, de la république de Florence et de la Sérénissime.

  • 28 Histoire de la diplomatie, dir. V. P. Potemkine, Paris, 1945, t. 1 (inégal) ; Ganshof, Le Moyen Âg (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 J. Ferguson, English Diplomacy 1422-1461, Oxford, 1971 ; R. Fubini, Quattrocento fiorentine. Polit (...)

10Après la Seconde Guerre mondiale, l’Italie polarise encore largement les débats dans des synthèses et des essais de portée générale, qui se multiplient28. Garrett Mattingly discerne ainsi, dans son Renaissance Diplomacy, des lois internationales propres à la fin du Moyen Âge : un fort sentiment d’unité au sein de la respublica christiana, la convergence du code chevaleresque, des droits romain et canonique. Cette tradition médiévale trouverait son aboutissement dans le « premier traité » sur les ambassadeurs de Bernard du Rosier, l’Ambaxiatorum Brevilogus, composé en 1436, avant qu’une rupture capitale ne se produise avec les guerres milanaises et la paix de Lodi (1454). Selon Mattingly, les ambassadeurs des puissances italiennes deviennent alors résidents pour soutenir un nouveau système de relations caractérisé par l’équilibre instable et le maintien de tensions permanentes entre des Etats indépendants ; la pratique se consolide, car les États italiens s’en saisissent pour persévérer dans leur être et s’accroître ; et ce « nouveau style de diplomatie » est ensuite progressivement adopté par les autres pays d’Europe et du monde. La thèse rencontre un écho très favorable chez les historiens et les spécialistes du droit international, mais elle creuse le fossé entre diplomaties médiévales et modernes, sans clarifier la situation antérieure au milieu du xve siècle. À contre-courant, Donald Queller défend une périodisation inédite pour la diplomatie médiévale : les tournants les plus significatifs se produiraient à la fin du xiie siècle en Italie du Nord, quand les procurations donnent aux procuratores la capacité de négocier et de conclure au nom de leur mandant – alors que les nuncii possédaient auparavant l’une ou l’autre seulement de ces facultés –, puis au xve siècle, lorsque les oratores et les ambassiatores disposent d’une marge de manœuvre accrue29. La genèse de l’ambassadeur moderne s’expliquerait, de la sorte, moins par la singularité politique du Quattrocento que par l’évolution de la capacité juridique du nuncius. L’ouvrage a néanmoins essuyé de vives critiques en raison d’une typologie casuistique des messagers assez abstraite et de son détachement vis-à-vis de l’évolution des régimes politiques30.

11De la Grande Guerre à la fin des années 1970, l’éclipse des travaux sur le royaume de France coïncide donc avec des synthèses ambitieuses et l’affermissement de solides traditions d’étude pour l’Empire, l’Angleterre et les puissances italiennes. La diplomatie reste, en cette période de forts contrastes, un objet d’investigation éclaté, au fond assez marginal.

  • 31 M. Á. Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española, Madrid, 1990, t. 1-4 ; F. Autrand, P. Contam (...)
  • 32 Pour l’exemple allemand, voir Berg, Deutschland…, op. cit. n. 26 ; A. Reitemeier, Aussenpolitik im (...)

12À partir des années 1980 et, plus encore, de la décennie suivante, les diplomaties des xiiie, xive et xve siècles suscitent à nouveau la discussion, voire l’engouement. Depuis 1990, plus de vingt congrès, colloques et journées d’études leur ont accordé une place centrale. En Allemagne, en Autriche, aux Pays-Bas, en Italie, en Suisse, au Royaume-Uni et en France, on relève au moins une vingtaine de thèses et d’habilitations, autant de monographies, des centaines d’articles, plusieurs projets collectifs, des synthèses nationales ou internationales31. Le retour en grâce d’une histoire politique profondément renouvelée, l’intérêt accru pour la représentation et les formes de légitimation des pouvoirs, une diplomatique plus sensible aux usages des documents, mais aussi l’attraction toujours plus vive pour l’analyse des contacts et des échanges avec l’étranger jouent à cet égard un rôle essentiel. À l’évidence, le phénomène tient également aux interrogations de nos sociétés sur le bouleversement des modes de communication, à la remise en cause d’un ordre international qu’on croyait fermement établi, aux doutes sur les modalités de construction de l’Union européenne et au souci, à l’inquiétude pour la paix. Dans ce contexte propice au débat, les médiévistes ont mis à l’épreuve la terminologie qualifiant les relations diplomatiques et se sont efforcés, par des voies diverses, de les intégrer dans des problématiques élargies32. L’emprise téléologique du récit de l’émergence des ambassades permanentes n’a pas totalement disparu, une histoire diplomatique à l’ancienne persiste, mais d’autres aspects paraissent maintenant essentiels : la pluralité des acteurs de la diplomatie, son rôle dans l’histoire des pouvoirs, sa caractérisation comme espace d’interaction et de négociation.

  • 33 En première orientation, pour l’Angleterre, voir K. Ploger, England and the Avignon Popes. The Pra (...)
  • 34 I. Le Bis, « Pratique de la diplomatie. Un dossier d’ambassadeurs français sous Charles VI (1400-1 (...)
  • 35 C. de Borchgrave, Diplomaten en diplomatie onder hertog Jan sonder Vrees : impact op de Vlaamsepol (...)
  • 36 G. L. Borghese, Carlo I d’Angiò e il Mediterraneo : politico, diplomazia e commercio internazional (...)
  • 37 R. Salicrú i Lluch, El sultanat de Granada i la Corona d’Aragó, 1410-1458, Barcelone, 1998 ; Μ. T.(...)
  • 38 F. Lenègre, Les relations diplomatiques entre la Norvège et les îles Britanniques (1249-1319), thè (...)
  • 39 Simpozij hrvatska srednjovjekovna diplomacija, éd. M. Andrlić, M. Valentić, Zagreb, 1999 ; Bohmen (...)
  • 40 S. Jenks, England, die Hanse und Preussen : Handel und Diplomatie (1377-1474), Cologne, 1992 ; J. (...)
  • 41 B. Badie, La diplomatie des droits de l’homme : entre éthique et volonté de puissance, Paris, 2002
  • 42 P. Monnet, « Jalons pour une histoire de la diplomatie urbaine dans l’Allemagne de la fin du Moyen (...)
  • 43 Voir l’article de Kristjan Toomaspoeg dans ce volume.
  • 44 N. Covini, « Guerra e relazioni diplomatiche in Italia (secoli xiv-xv) : la diplomazia dei condott (...)

13Procédons à un bref tour d’horizon des chantiers récents et en cours. Les travaux se poursuivent à un rythme soutenu dans les observatoires traditionnels, l’Angleterre, l’Empire, les républiques et les principautés italiennes dont la diplomatie est même devenue un highly articulated research subject (Isabella Lazzarini)33 ; ils ont repris pour la papauté et le royaume de France34. La curiosité des chercheurs s’est également portée vers d’autres entités politiques, notamment, de façon remarquable, vers des ensembles composites dont les limites et le nom ne correspondent pas à ceux des États actuels. La riche documentation bourguignonne a été mise à profit dans trois thèses examinant respectivement les ambassadeurs de Jean sans Peur, ceux de Philippe le Hardi, et les relations du Téméraire avec l’Empire35. Du côté angevin, un ouvrage vient de réinterpréter l’action diplomatique de Charles Ier, un autre celle de la première partie du règne de Charles II, et un colloque a été consacré à la diplomatie de la dynastie36. Longtemps sa concurrente en Méditerranée occidentale, la Couronne d’Aragon n’est pas en reste. Les relations avec l’émirat de Grenade, la Castille et les sultanats du Maghreb ont été étudiées, tandis qu’une monographie a analysé la diplomatie du roi Jacques II37. Par ailleurs, des royaumes et des principautés quelquefois trop vite jugés comme périphériques se fraient une place dans le paysage historiographique. Les relations diplomatiques de l’Angleterre avec la Norvège ont été explorées dans une thèse de l’École des chartes, celles avec le royaume de Lituanie-Pologne ont donné lieu à un colloque38. Il en va de même de la diplomatie croate médiévale ou des rapports de la Bohême avec ses voisins au temps des Premyslides, tandis que les ambassadeurs des ducs de Savoie ont fourni le matériau d’un doctorat39. La prise en considération d’un plus grand nombre d’acteurs étatiques et princiers se double d’un intérêt accru pour des pouvoirs et des institutions auparavant marginaux dans les études sur la diplomatie. Un rôle plus important est ainsi concédé à l’archevêque de Cologne et à la Hanse dans les rapports de l’Angleterre avec l’Empire40. De façon générale, les « relations diplomatiques » ne sont plus considérées comme l’apanage des seuls royaumes ou principautés. En une période – la nôtre – où la prépondérance des États-nations sur la scène internationale est ébranlée par la multiplication des acteurs non étatiques41, trois types essentiels d’autres protagonistes médiévaux ont émergé dans la recherche : des villes et des ligues urbaines qui mènent une action politique hors les murs, sans se comporter pour autant de façon totalement autonome42 ; des ordres militaires, Teutoniques, Templiers et Hospitaliers notamment43 ; enfin, en Italie, des condottieri qui usent de la diplomatie comme instrument de légitimation44. Plusieurs universités dépêchent également des ambassades à l’occasion du Schisme et des conciles. La topographie des relations diplomatiques s’avère donc plus complexe que ne le suggéraient les études anciennes. Les capacités financières, humaines et symboliques sont inégales, d’où des diplomaties aux horizons, à l’intensité très variables. Depuis les rois ou certains princes, traitant avec l’ensemble du monde chrétien et des souverains islamiques, jusqu’à des villes pour lesquelles l’ambassade à l’étranger reste l’exception, un large éventail de cas possibles est ouvert. Comment penser alors la place de la diplomatie dans l’histoire générale de ces multiples pouvoirs ?

  • 45 Voir les références données n. 33 pour une orientation bibliographique.
  • 46 Fubini, Quattrocento…, op. cit. n. 30.
  • 47 Voir, par exemple, F. Leverotti, Diplomazia egoverno dello stato. I “famigli cavalcanti” di France (...)
  • 48 Principe, ambasciatori e “jus gentium” L’amministrazione della politica estera nelpiemonte del set (...)
  • 49 I. Lazzarini, « L’informazione politico-diplomatica nell’età della pace di Lodi : raccolta, selezi (...)
  • 50 Ead., Amicizia ipotere. Retipolitiche e sociali nell’Italia medievale, Turin, 2010, p. 20-23.
  • 51 V. Ilardi, Studies in Italian Renaissance Diplomatic History, Aldershot, 1986, article 1 ; Senator (...)

14Le renouveau émane à ce sujet d’abord de réflexions critiques sur les ambassadeurs résidents45. Leur apparition n’est plus envisagée en tant que signe ou prélude de la modernité, mais étroitement reliée au processus de construction interne des États du Quattrocento. D’après cette perspective tracée par Riccardo Fubini, la diplomatie, sans former une institution, reflète des évolutions institutionnelles et politiques. Plutôt qu’un attribut quasi automatique de la souveraineté, il faut y voir une pratique extraordinaire d’affirmation politique et de légitimation développée par des régimes souvent en manque de reconnaissance46. Le choix des ambassadeurs, leur autonomisation accrue et l’allongement de leurs séjours s’inscrivent dans ce contexte47. Les travaux menés récemment sur l’espace italien conduisent aussi à nuancer fortement l’opposition schématique entre diplomatie médiévale et diplomatie moderne. Le recul des ambassades ad hoc apparaît comme un phénomène heurté et non univoque, en particulier dans les piccoli stati : au xvie siècle encore, les taux de professionnalisation et de spécialisation d’ambassadeurs souvent nobles demeurent assez faibles48. Des éléments notoires de continuité se manifestent donc dans la pratique diplomatique, tandis que la multiplication des ambassadeurs résidents, toujours considérée comme un changement essentiel, donne matière à de nouvelles interprétations. L’on y voit désormais aussi le témoignage du souci accru des pouvoirs pour l’information49, un moment où le développement des correspondances renforce des réseaux d’amitié50, une pratique propice à la diffusion d’une italianità partageant un fonds humaniste, un vocabulaire et un langage communs dans un espace linguistiquement et politiquement fragmenté51.

  • 52 S. Péquignot, « Les diplomaties occidentales et le mouvement du monde », Histoire du monde au xve  (...)
  • 53 P. Rück, L’ordinamento degli archivi ducali di Savoia sotto Amedeo VIII (1378-1451), Rome, 1977 ; (...)
  • 54 Merceron, Le message…, op. cit. n. 10 ; C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy († 1473), Sigmaringen, 19 (...)
  • 55 Voir, par exemple, D. Valérian, « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins avec le mo (...)
  • 56 G. Schwedler, Herrschertreffen des Spätmittelalters. Formen, Rituale, Wirkungen, Ostfildern, 2008.

15Hors d’Italie, l’expérience des ambassadeurs résidents a cependant une portée limitée avant la fin du xve siècle, les missions ad hoc dominent52. L’histoire de ces autres diplomaties est aussi plus étroitement reliée à celle des pouvoirs politiques. Dans les monarchies contractuelles, certaines affaires extérieures peuvent figurer à l’ordre du jour des assemblées d’États, mais, d’ordinaire, les rois, les princes, leurs proches et leurs conseils gardent le contrôle des décisions. Dépourvue d’institutions autonomes, la diplomatie suscite néanmoins entre le xiiie et le xve siècle un important travail dans les chancelleries. Elle affecte la configuration des archives, car les écrits produits et reçus à l’occasion des échanges avec l’étranger créent des difficultés particulières de classement, diversement résolues53. Les trésors et les services financiers doivent répondre à des exigences en numéraire qui supposent dextérité et… capacité d’improvisation. Assez effacée dans les travaux du xixe siècle, la figure de l’ambassadeur est désormais elle aussi mieux située, grâce à l’analyse des épopées françaises, à plusieurs biographies d’ambaxiatores illustres et à des études prosopographiques concernant l’Empire, l’Angleterre, la Bourgogne et la Couronne d’Aragon54. Choisis pour leur fidélité, leur prudence, leur capacité de représentation, leur discernement (discretio) ou, de plus en plus, pour leur éloquence, ces ambassadeurs sont fréquemment conseillers ou familiares des princes, quelquefois grands vassaux, membres des hôtels et des administrations centrales. Connaisseurs des langues, des terres et des usages, les étrangers disposant d’une double fidélité accomplissent un nombre de missions non négligeable, les prélats et les nobles de rang moyen ou élevé gardent une place de choix, mais la proportion des gradués en droit augmente. Les marchands, les membres des ordres militaires et les juifs jouent, pour leur part, un rôle essentiel dans les relations avec les puissances islamiques et l’Orient55. Parmi ces hommes de provenances diverses se distinguent de véritables spécialistes, non pas des professionnels – il n’existe pas alors de « diplomates » –, mais des experts d’une cour, des individus compétents dans un type d’affaires ou jugés aptes à accomplir toutes les missions. Ils ne représentent pas des États ou des nations, mais portent la parole de rois et de princes dont ils défendent le droit, « l’honneur et le profit ». Dans des relations conçues également – les correspondances l’attestent – en termes de liens de parenté entre souverains, ces derniers occupent une place centrale. Ils reçoivent en personne les envoyés lors d’audiences solennelles, avant de les entretenir en petit comité. Ils retrouvent souvent leurs pairs lors de rencontres au sommet, des « vues » lors desquelles ils font assaut de prestige et de munificence, dispensent justice et grâce à des représentants de la terre venus défendre leurs intérêts et signifier leur assentiment par leur présence, leurs serments et leurs signatures56.

  • 57 Péquignot, Au nom…, op. cit. n. 7, p. 295-298.

16Plutôt qu’un outil neutre dont le sens changerait brutalement avec les ambassades permanentes, la diplomatie des xiiie, xive et xve siècles apparaît donc comme une pratique complexe, un mode singulier d’exercice du pouvoir dont la mise en œuvre et la signification different selon les régimes politiques, selon leur degré de légitimité et d’autonomie, selon, enfin, que l’on se situe ou non en Italie. Mais elle constitue également un espace d’échanges, d’interactions, de négociations. La production foisonnante développée à ce sujet se distingue par de fréquents emprunts aux théories de la communication, de l’anthropologie culturelle et juridique. La traditionnelle Gesandtschaftswesen est désormais souvent intégrée dans la « communication politique et symbolique » (politische und symbolische Kommunikation), et le « règlement des conflits » (settlement of conflicts) sert d’armature à de nombreuses études octroyant aux rituels diplomatiques une place de choix57. Il résulte de ces approches plus théoriques, moins événementielles et souvent plus attentives aux aspects « performatifs » une vision profondément transformée des relations diplomatiques.

  • 58 L. S. Frey, The History of Diplomatic Immunity, Columbus, 1999 ; M. Kintzinger, « Cum salvo conduc (...)
  • 59 C. Garnier, Amicus amicis, inimicus inimicis : politische Freundschaft und furstliche Netzwerke im (...)
  • 60 C. Debris, Tu, felix Austria, nube. La dynastie des Habsbourg et sa politique matrimoniale à la fi (...)
  • 61 J.-M. Moeglin, « Introduction. Heurs et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne (...)
  • 62 J. G. Dickinson, The Congress of Arras. 1435, Oxford, 1955.
  • 63 Voir les articles de Régine Le Jan et Hagen Keller dans ce volume.
  • 64 Voir, par exemple, B. Haan, L’amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des gue (...)
  • 65 Résidences d’ambassadeurs et immunités diplomatiques ( xvie-xiie siècle), dir. G. Poumarède, dans (...)

17On observe tout d’abord l’existence et la défense de valeurs partagées, qui sous-tendent les échanges en Occident. Des droits et des usages convergents garantissent la protection des messagers. Rares sont donc les atteintes à leur intégrité physique, assurée de surcroît par des sauf-conduits de plus en plus standardisés58. La plupart des protagonistes s’accordent aussi pour voir dans l’amicitia le symbole d’une alliance politique idéale. Souvent liée à l’amour, la notion trouve place dans des accords et des contrats écrits qui se multiplient entre le xiiie et le xve siècle, elle demeure une référence commune59. Pour les princes et les rois, les relations diplomatiques restent conçues comme une affaire familiale et dynastique, dans laquelle la négociation et la conclusion des mariages occupent une place fondamentale60. Enfin, pour tous, elles constituent une mise en jeu de leur honneur, d’où la difficulté éprouvée à concevoir une pratique de la négociation risquant de le mettre en péril ; d’où, également, le recours fréquent à des médiateurs entre princes61. À Arras, en 1435, les représentants de Philippe le Bon, de Charles VII et d’Henri VI font, pour cette même raison, appel au cardinal Albergati, afin de faciliter leurs tractations62. Or, sous des formes diverses, ces conceptions jouaient en Occident, dès avant le xiiie siècle, un rôle décisif dans les échanges diplomatiques63, et elles ne disparaissent pas ensuite avec les premières ambassades résidentes en Italie. Encore au xvie siècle, l’amitié et les mariages princiers restent essentiels dans l’établissement et la proclamation des alliances64, la défense de l’honneur demeure cruciale, et l’immunité des ambassadeurs, objet de nombreux traités juridiques, garde une validité reconnue de tous65. De telles valeurs ne sont bien sûr pas immuables, mais leur persistance fournit les traces tangibles d’un long Moyen Âge de la diplomatie.

  • 66 Voir les références données n. 42.
  • 67 Le héraut, figure européenne ( xive-xvie siècle), éd. B. Schnerb, dans Revue du Nord, 88 (2006), n(...)
  • 68 Voir les actes des journées d’études sur « Les langues de la négociation » organisées par le sémin (...)
  • 69 J. R. Alban, C. T. Allmand, « Spies and Spying in the Fourteenth Century », War, Literature and Po (...)
  • 70 A. Sohn, Deutsche Prokuratoren an der römischen Kurie in der Frührenaissance (1431-1474), Cologne, (...)
  • 71 V. Groebner, Gefährliche Geschenke : Ritual, Politik und die Sprache der Korruption in der Eidgeno (...)
  • 72 T. Behrmann, Herrscher und Hansestädte: Studien zum diplomatischen Verkehr im Spatmittelalter, Ham (...)

18En second lieu, les acteurs impliqués dans les échanges diplomatiques sont mieux connus. Plusieurs travaux ont précisé l’identité sociale des messagers des villes ou des ligues urbaines d’Empire et de France, leur rôle dans la communicatio et leur importance symbolique66. À partir de la seconde moitié du xive siècle, est également attestée la présence de hérauts, véritables experts et transmetteurs gyrovagues de savoirs curiaux, auxquels on confie des missions protocolaires et des déclarations de guerre67. Pour les relations au sein de la chrétienté occidentale, les traducteurs demeurent en revanche moins visibles, sans doute parce qu’il est souvent possible de s’en dispenser grâce aux compétences linguistiques des ambassadeurs, à l’emploi du latin ou de langues vernaculaires communément compréhensibles68. Les espions s’avèrent paradoxalement plus aisément observables69. Plusieurs auteurs ont aussi souligné le travail des procureurs à la Curie pour faire avancer les suppliques et aider dans leur tâche les ambassadeurs70. Ceux-ci sollicitent parallèlement l’entremise d’intercesseurs qui ont l’oreille du prince, des conseillers, des membres de la dynastie régnante, des princesses notamment. Pour les convaincre, ils remettent des lettres de recommandation, usent de leurs compétences rhétoriques et donnent des témoignages de la faveur de leur mandant : des présents soigneusement choisis, des lettres de familiaritas par lesquelles les rois captent des fidélités au-delà de leur dominium, puis, à partir du milieu du xive siècle, des devises chevaleresques rendant manifeste l’appartenance à un même groupe71. Très sensibles aux usages de l’écrit, les multiples études sur les ambassadeurs et les autres acteurs de la diplomatie permettent donc de mieux discerner le rôle tenu dans les échanges par les réseaux d’informateurs, d’amis, de parents et de fidèles72.

  • 73 Il sogno di Pio II e il viaggio da Roma a Mantova, éd. A. Calzona et alii, Florence, 2003 ; N. Off (...)
  • 74 F.-J. Felten, « Verhandlungen an der Kurie im frühen 14. Jahrhundert. Spielregeln der Kommunikatio (...)

19Corrélativement, les rencontres diplomatiques sont, elles aussi, devenues un objet de recherche à part entière. Encore très nombreuses jusqu’au milieu du xve siècle, les « vues » entre souverains ont donné lieu à plusieurs études particulièrement attentives à la mise en œuvre de rituels d’interaction (baisers de paix, serments, messes célébrées en commun, échanges de cadeaux notamment), tandis que des enquêtes ont porté sur des conférences organisées pour mettre un terme à la guerre entre la France et l’Angleterre, ou bien pour préparer une croisade73. Les rencontres solennelles, les audiences publiques et, surtout, les entretiens privés sont aussi l’occasion pour les rois, les princes, les autorités et leurs émissaires de mener des négociations, une dimension de l’échange diplomatique à laquelle les médiévistes accordent, depuis peu, un intérêt accru74. Les contours de normes et de pratiques de négociation communes se dégagent progressivement. Les ambassades se déroulent souvent de façon comparable dans les cours occidentales. Accueillis à l’extérieur de façon graduée, annoncés, puis reçus pour une première audience de courtoisie, les ambassadeurs font leur salut, donnent leur accréditation et, comme en témoigne l’illustration en couverture du présent ouvrage, parlent de leur lettre. Le moment est parfois choisi pour une harangue. D’autres audiences avec le souverain ou ses conseillers permettent ensuite de traiter des affaires, puis une dernière rencontre signifie le congé. À chacun de ces passages obligés, les gestes, les écrits et les actes de parole sont attendus et surtout interprétés, ils constituent autant d’occasions de signifier et d’infléchir la relation entre les parties. Bien que la négociation en tant que telle ne soit pas véritablement avouable, on traite tout de même. Les ambassadeurs usent pour ce faire d’un bagage documentaire souvent fort riche. À partir du xiiie siècle, les instructions écrites modifient profondément leur travail, car elles définissent à l’avance une marge de manœuvre et détaillent souvent très précisément les voies à suivre dans le tractatus, les concessions possibles et la ligne rouge à ne pas franchir. De façon générale, une valeur extrême reste accordée aux audiences privées avec le roi ou le prince destinataire, car l’on escompte de leur parole efficace une décision aussi tranchante que favorable. Cependant, malgré ces traits communs, les modalités de négociation varient, car les cours sont diversement organisées, les souverains ne donnent pas accès à leur personne et ne résolvent pas les problèmes de manière identique. D’où l’élaboration par les ambassadeurs de stratégies de négociation fondées sur le calcul des avantages et l’éloge de méthodes parfois opposées : certains Catalans disent négocier en marins prudents au nom de la ville de Barcelone, d’autres plaident pour traiter des affaires en chevaliers qui portent l’estocade. Indicibles publiquement, les négociations suscitent en fait dans les correspondances et au sein des chancelleries de nombreuses réflexions qui contribuent à l’élaboration progressive d’un savoir pragmatique sur ce que l’on nomme alors avec mépris une « besogne ».

  • 75 Tractats i negociacions diplomàtiques de Catalunya i de la Corona catalanoaragonesa a l’edat mitja (...)
  • 76 M. Jucker, « Innen- oder Aussenpolitik ? Eidgenössisches Gesandtschafswesen zur Zeit der Burgunder (...)
  • 77 Gebrauch und Missbrauch des Mittelalters, 19.-21. Jahrhundert, éd. J. M. Bak et alii, Munich, 2009

20Les recherches déjà effectuées fragilisent donc la dichotomie classique entre la diplomatie du Moyen Âge et celle de l’époque moderne. Par le déploiement de multiples échelles d’analyse, elles font progressivement apparaître en ce domaine d’autres altérités médiévales, une pratique ambivalente pour des protagonistes qui n’accordent pas tous la même valeur à l’échange. Elles indiquent aussi la persistance de certains usages dans une très longue durée. Plutôt que de dresser un bilan définitif sans doute prématuré, on voudrait pour conclure attirer l’attention, à l’aide de quelques exemples, sur les cadres dans lesquels s’inscrivent les travaux actuels, sur leurs effets. En Catalogne, alors que de nombreux historiens plaident ouvertement pour une historiographie nationale catalane, une entreprise éditoriale, forte du constat d’un déficit par rapport aux « autres pays » (façon de dire que la Catalogne en est un), est consacrée à la publication intégrale des « traités et des négociations diplomatiques de la Catalogne et de la Couronne catalano-aragonaise au Moyen Âge75 ». En Suisse, une étude serrée de la diplomatie des cantons parvient, en revanche, à ébranler l’idée classique d’une unité helvétique idéale vis-à-vis de l’étranger avant 151576. D’un côté, au corps parfois défendant d’études remarquables qui y figurent, une histoire de la diplomatie au service d’une construction nationale établie ou en devenir, de l’autre, une entreprise intellectuellement plus satisfaisante de déconstruction mythologique. Pour un Moyen Âge qui n’est pas encore totalement dessaisi de l’emprise des pouvoirs actuels, l’enjeu peut être de taille77. À une autre échelle, européenne cette fois, on distingue aussi deux configurations principales. La première consiste à inscrire l’étude des relations diplomatiques dans un mouvement visant à saisir l’origine des relations entre États actuels. C’est, de manière très frappante, le cas de nombreux colloques organisés à l’occasion de l’entrée de nouveaux pays dans l’Union européenne, où, par la grâce d’une préface ministérielle ou d’un volontarisme européiste assumé, des études souvent très solides sur des relations anciennes en viennent à conforter la légitimité d’une politique actuelle. L’autre voie européenne vise à caractériser de façon comparée les conceptions et les pratiques effectives de l’Occident médiéval. Mais, sur ce point également, il existe sans doute un risque, celui de substituer à l’instrumentalisation nationaliste des relations diplomatiques un autre effet de construction identitaire, un identitarisme européen, peut-être tout aussi anachronique pour comprendre la période du xiiie au xve siècle. Tout en incitant à la vigilance, l’ambivalence politique quelque peu périlleuse d’une « diplomatie » aisément récupérable reste aussi, nous semble-t-il, la marque d’un objet vivant de la recherche. Le comparatisme assumé de ce congrès est sans doute l’une des meilleures méthodes pour l’aborder avec le recul nécessaire.

Notes

1 Aus der Frühzeit europäischer Diplomatie. Zum geistlichen und weltlichen Gesandtschaftswesen vom 12. bis zum 15. Jahrhundert, éd. C. Zey, C. Märtl, Zurich, 2008.

2 B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval : les “Lettres” de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen, xiiie-xve siècle, Rome, 2008.

3 D. E. Queller, The Office of Ambassador in the Middle Ages, Princeton, 1967, p. 26-59.

4 S. Péquignot, « Figure et normes de comportement des ambassadeurs dans les documents de la pratique », Les écrits relatif à l’ambassadeur et à l’art de négocier, Rome, à paraître.

5 P. Chaplais, English Diplomatic Practice in the Middle Ages, Londres, 2003.

6 Diplomazia edita. Le edizioni delle corrispondenze diplomatiche quattrocentesche, dossier du Bullettino dell’Istituto Storico Italiano e Archivio Muratoriano, 110 (2008), no 2, p. 1-143.

7 Ibid. ; F. Senatore, “Uno mundo de carta”. Forme e strutture della diplomazia sforzesca, Naples, 1998 ; Chaplais, English Diplomatic…, op. cit. n. 5 ; S. Péquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), Madrid, 2009 ; A. B. Spitzbarth, Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, troisième duc de Valois de Bourgogne (1419-1467), doct. histoire, Univ. Lille 3, 2007.

8 Péquignot, « Figure… », loc. cit. n. 4, avec références aux études spécialisées.

9 Id., « Les ambassadeurs dans les miroirs des princes en Occident au Moyen Âge », et P. Gilli, « La fonction d’ambassadeur dans les sources normatives italiennes, xiiie-xve siècle », Les écrits…, op. cit. n. 4.

10 J. Merceron, Le message et sa fiction : la communication par messager dans la littérature française des xiie et xiiie siècles, Berkeley, 1998.

11 Sur ce dernier point, voir les travaux de Denise Aigle et La correspondance entre souverains, princes et cités-États. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (xiiie-début xvie siècle), éd. D. Aigle, S. Péquignot, Turnhout, à paraître.

12 A. Reumont, Della diplomazia italiana dalsecolo xiii al xvi, Florence, 1855.

13 Visconde de Santarem, Quadro elementar das relações politicos e diplomaticas de Portugal com as diversas potencias do Mundo desde o principio da monarchia portugueza até aos nossos dias, Paris, 1842-1863.

14 A. de Broglie, La diplomatie et le droit nouveau, Paris, 1868.

15 J. Calmette, La diplomatie carolingienne. Du traité de Verdun à la mort de Charles le Chauve (843-877), Paris, 1901, p. 153.

16 E. Nys, Les origines du droit international, Bruxelles, 1894 ; V. E. Hrabar, De legatis et legationibus tractatus varii…, Tartu, 1905.

17 V. Menzel, Deutsches Gesandtschaftswesen im Mittelalter, Hanovre, 1892 ; R.-A. de Maulde La Clavière, La diplomatie au temps de Machiavel, Paris, 1892-1893.

18 Ibid., p. 5.

19 O. Krauske, Die Entwickelung der ständigen Diplomatie von 15. Jahrhundert bis zu den Beschlüβen von 1815 und 1818, Leipzig, 1885 ; A. Schaube, « Zur Entstebungsgeschichte der ständigen Gesandtschaften », Mittheilungen des Instituts fiir österreichische Geschichtsforschung, 10 (1889), p. 501-552.

20 Bilan dans Senatore, “Uno mundo de carta”…, op. cit. n. 7.

21 L. Febvre, « Contre l’histoire diplomatique en soi. Histoire ou politique ? Deux méditations : 1930, 1945 », Combats pour l’histoire, Paris, 1953, p. 65 (extrait de la première « méditation »).

22 Ibid., « méditation » de 1945.

23 F. Braudel, « Pour ou contre une politicologie scientifique », Annales ESC, 18 (1963), no 1, p. 119.

24 Histoire des relations internationales, dir. P. Renouvin, t. 1, F.-L. Ganshof, Le Moyen Âge, Paris, 1953.

25 G. P. Cuttino, English Diplomatic Administration (1259-1339), 2e éd., Oxford, 1971 ; M. C. Hill, The King’s Messengers 1199-1377. A Contribution to the History of the Royal Household, Londres, 1961 ; P. Chaplais, Essays in Medieval Diplomacy and Administration, Londres, 1981 ; Id., English Medieval Diplomatic Practice. Part I : Documents and Interpretation, Londres, 1982 ; Id., English Diplomatic…, op. cit. n. 5.

26 F. Trautz, Die Könige von England und das Reich, 1272-1377, mit einem Rückblick auf ihr Verhaltnis zu den Staufern, Heidelberg, 1961, p. 41-42. Bibliographie détaillée sur la production de cette période dans D. Berg, Deutschland und seine Nachbam 1200-1500, Munich, 1997.

27 Senatore, “Uno mundo de carta”…, οp. cit. n. 7, p. 28-50.

28 Histoire de la diplomatie, dir. V. P. Potemkine, Paris, 1945, t. 1 (inégal) ; Ganshof, Le Moyen Âge, op. cit. n. 24 ; G. Mattingly, Renaissance Diplomacy, Londres, 1955 ; Queller, The Office…, op. cit. n. 3.

29 Ibid.

30 J. Ferguson, English Diplomacy 1422-1461, Oxford, 1971 ; R. Fubini, Quattrocento fiorentine. Politica diplomazia cultura, Ospedaletto (Pise), 1996.

31 M. Á. Ochoa Brun, Historia de la diplomacia española, Madrid, 1990, t. 1-4 ; F. Autrand, P. Contamine, « Naissance de la France : naissance de sa diplomatie. Le Moyen Age », Histoire de la diplomatie française, t. 1, Du Moyen Âge à l’Empire, Paris, 2007, p. 39-177 ; The History of Polish Diplomacy, éd. G. Labuda, Varsovie, 2006 ; M. Kintzinger, Internationale Beziehungen im europäischer Mittelalter, Stuttgart, 2011 ; J.-M. Moeglin, S. Péquignot, Histoire des relations internationales au Moyen Age, à paraître. Outre les références citées ci-dessous, voir la bibliographie de ce dernier ouvrage.

32 Pour l’exemple allemand, voir Berg, Deutschland…, op. cit. n. 26 ; A. Reitemeier, Aussenpolitik im Spätmittelalter : die diplomatischen Beziehungen zwischen dem Reich und England, 1377-1422, Paderborn, 1999, p. 21-27 ; M. Kintzinger, Westbindungen im spdtmittelalterlichen Europa. Auswdrtige Politik zwischen dem Reich, Frankreich, Burgund und England in der Regierungszeit Kaiser Sigmunds, Stuttgart, 2000, p. 17-26 ; Auswärtige Politik und internationale Beziehungen im Mittelalter (13. bis 16. Jahrhundert), éd. Id. et alii, Bochum, 2002.

33 En première orientation, pour l’Angleterre, voir K. Ploger, England and the Avignon Popes. The Practice of Diplomacy in Late Medieval Europe, Londres, 2005 ; B. K. U. Weiler, Henry III of England and the Staufen Empire, 1216-1272, Londres, 2006 ; pour l’Empire, les ouvrages cités n. 32 ; et pour l’Italie, Senatore, “Uno mundo de carta”.op. cit. n. 7 ; Politics and Diplomacy in Early Modem Italy. The Structure of Diplomatical Practice, 1450-1800, éd. D. Frigo, Cambridge, 2000 ; T. Duranti, « La diplomazia bassomedievale in Italia », Reti Medievali-Repertorio [http://www.rm.unina.it/repertorio/rm_duranti.html] ; nous avons pu consulter l’étude, sous presse, d’Isabella Lazzarini, « Renaissance Diplomacy ».

34 I. Le Bis, « Pratique de la diplomatie. Un dossier d’ambassadeurs français sous Charles VI (1400-1403) », Annuaire-bulletin de la Société d’histoire de France, 1988, p. 97-215 ; Autrand, Contamine, « Naissance… », loc. cit. n. 31 ; Regnum et Imperium : die französisch-deutschen Beziehungen im 14. und 15. Jahrhundert, éd. S. Weiss, Paris, 2008 ; Les légats pontificaux, dir. P. Montaubin, colloque tenu en février 2009, à paraître.

35 C. de Borchgrave, Diplomaten en diplomatie onder hertog Jan sonder Vrees : impact op de Vlaamsepolitieke situatie, Courtrai-Heule, 1992 ; Spitzbarth, Ambassades…, op. cit. n. 7 ; P. EHM, Burgund und das Reich. Spätmittelalterliche Aussenpolitik am Beispiel der Regierung Karls des Kühnen (1465-1477), Munich, 2002.

36 G. L. Borghese, Carlo I d’Angiò e il Mediterraneo : politico, diplomazia e commercio internazionale prima dei Vespri, Rome, 2009 ; A. Kiesewtter, Die Anfänge der Regierung König Karls II. von Anjou (1278-1296). Das Königreich Neapel, die Grafichaft Provence und der Mittelmeeraum zu Ausgang des 13. Jahrhunderts, Husum, 1999 ; La diplomatie des États angevins aux xiiie et xive siècles, actes du colloque de Szeged, 13-16 septembre 2007, à paraître.

37 R. Salicrú i Lluch, El sultanat de Granada i la Corona d’Aragó, 1410-1458, Barcelone, 1998 ; Μ. T. Ferrer Mallol, Entre la pazy la guerra. La Corona catalano-aragonesa y Castilla en la Baja Edad Media, Barcelone, 2005 ; M. D. López Pérez, La Corona de Aragon y el Magreb en el siglo xiv (1331-1410), Barcelone, 1995 ; Péquignot, AU nom…, op. cit. n. 7.

38 F. Lenègre, Les relations diplomatiques entre la Norvège et les îles Britanniques (1249-1319), thèse de l’École des chartes, 2002 ; Britain and Poland-Lithuania, Contact and Comparison from the Middle Ages to 1795, éd. R. Unger, Leyde, 2008.

39 Simpozij hrvatska srednjovjekovna diplomacija, éd. M. Andrlić, M. Valentić, Zagreb, 1999 ; Bohmen und seine Nachbarn in der Premyslidenzeit im mitteleuropäischen Vergleich, rencontres de la Reichenau, 2-5 octobre 2007, à paraître ; E. Pibiri, En voyage pour Monseigneur. Ambassadeurs, officiers et messagers à la cour de Savoie (1391-1465), doct. histoire, Univ. de Lausanne, 2006.

40 S. Jenks, England, die Hanse und Preussen : Handel und Diplomatie (1377-1474), Cologne, 1992 ; J. P. Huffman, The Social Politics of Medieval Diplomacy. Anglo-German Relations (1066-1307), Ann Arbor (Michigan), 2000.

41 B. Badie, La diplomatie des droits de l’homme : entre éthique et volonté de puissance, Paris, 2002.

42 P. Monnet, « Jalons pour une histoire de la diplomatie urbaine dans l’Allemagne de la fin du Moyen Âge », Auswärtige Politik…, op. cit. n. 32, p. 151-174 ; L. Buchholzer-Rémy, Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen Âge, Paris, 2006.

43 Voir l’article de Kristjan Toomaspoeg dans ce volume.

44 N. Covini, « Guerra e relazioni diplomatiche in Italia (secoli xiv-xv) : la diplomazia dei condottieri », Guerra y Diplomacia en la Europa Occidental 1280-1480, Pampelune, 2005, p. 163-197.

45 Voir les références données n. 33 pour une orientation bibliographique.

46 Fubini, Quattrocento…, op. cit. n. 30.

47 Voir, par exemple, F. Leverotti, Diplomazia egoverno dello stato. I “famigli cavalcanti” di Francesco Sforza (1450-1466), Pise, 1992.

48 Principe, ambasciatori e “jus gentium” L’amministrazione della politica estera nelpiemonte del settecento, dir. D. Frigo, Rome, 1991 ; Ambasciatori e nunzi. Figure della diplomazia in èta moderna, éd. Ead. dans Cheiron, 30 (1998) ; Politics…, op. cit. n. 33.

49 I. Lazzarini, « L’informazione politico-diplomatica nell’età della pace di Lodi : raccolta, selezione, trasmissione. Spunti di ricerca dal carteggio Milano-Mantova nella prima età sforzesca (1450-1466) », Nuova rivista storica, 83 (1999), no 2, p. 247-280.

50 Ead., Amicizia ipotere. Retipolitiche e sociali nell’Italia medievale, Turin, 2010, p. 20-23.

51 V. Ilardi, Studies in Italian Renaissance Diplomatic History, Aldershot, 1986, article 1 ; Senatore, “Uno mundo de carta”…, op. cit. n. 7.

52 S. Péquignot, « Les diplomaties occidentales et le mouvement du monde », Histoire du monde au xve siècle, dir. P. Boucheron, Paris, 2009, p. 709-723.

53 P. Rück, L’ordinamento degli archivi ducali di Savoia sotto Amedeo VIII (1378-1451), Rome, 1977 ; O. Guyotjeannin, « Super omnes thesauros rerum temporalium. Les fonctions du Trésor des chartes du roi de France (xive-xve siècles) », Ecrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales. Espace français, espace anglais, éd. K. Fianu et alii, Louvain-la-Neuve, 1997, p. 109-131.

54 Merceron, Le message…, op. cit. n. 10 ; C. Märtl, Kardinal Jean Jouffroy († 1473), Sigmaringen, 1996 ; Reitemeier, Aussenpolitik…, op. cit. n. 32 ; Péquignot, Au nom…, op. cit. n. 7 ; pour la Bourgogne, voir les références n. 35.

55 Voir, par exemple, D. Valérian, « Les agents de la diplomatie des souverains maghrébins avec le monde chrétien (xiie-xve siècles) », Anuario de estudios medievales, 38 (2008), p. 886-900.

56 G. Schwedler, Herrschertreffen des Spätmittelalters. Formen, Rituale, Wirkungen, Ostfildern, 2008.

57 Péquignot, Au nom…, op. cit. n. 7, p. 295-298.

58 L. S. Frey, The History of Diplomatic Immunity, Columbus, 1999 ; M. Kintzinger, « Cum salvo conductu. Geleit im westeuropaischen Spätmittelalter », Gesandtschaftswesen und Botenwesen im spatmittelalterlichen Europa, éd. R. C. Schwinges, K. Wriedt, Ostfildern, 2003, p. 313-364.

59 C. Garnier, Amicus amicis, inimicus inimicis : politische Freundschaft und furstliche Netzwerke im 13. Jahrhundert, Stuttgart, 2000 ; K. van Eickels, Vom inszenierten Konsens zum systematisierten Konflikt. Die englisch-französischen Beziehungen und ihre Wahrnehmung an der Wende vom Hochzum Spätmittelalter, Stuttgart, 2002 ; Freundschaft oder “amitié” ? Ein politisch-soziales Konzept der Vormoderne im zwischensprachlichen Vergleich (15.-17. Jahrhundert), éd. K. Oschema, Berlin, 2007.

60 C. Debris, Tu, felix Austria, nube. La dynastie des Habsbourg et sa politique matrimoniale à la fin du Moyen Age ( xiiie-xvie siècles), Turnhout, 2005.

61 J.-M. Moeglin, « Introduction. Heurs et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne », Negociar en la Edad Media. Négocier au Moyen Âge, éd. M. T. Ferrer i Mallol et alii, Barcelone, 2005, p. 5-26.

62 J. G. Dickinson, The Congress of Arras. 1435, Oxford, 1955.

63 Voir les articles de Régine Le Jan et Hagen Keller dans ce volume.

64 Voir, par exemple, B. Haan, L’amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des guerres de Religion (1560-1570), Paris, 2011.

65 Résidences d’ambassadeurs et immunités diplomatiques ( xvie-xiie siècle), dir. G. Poumarède, dans MEFR, Italie et Méditerranée, 119 (2007), no 1, p. 5-123.

66 Voir les références données n. 42.

67 Le héraut, figure européenne ( xive-xvie siècle), éd. B. Schnerb, dans Revue du Nord, 88 (2006), no 366-367, p. 463-826 ; T. Hiltmann, Spätmittelalterliche Heroldskompendien. Referenzen adeliger Wissenskultur in Zeiten gesellschaftlichen Wandels (Frankreich und Burgund, 15. Jahrhundert), Munich, 2010.

68 Voir les actes des journées d’études sur « Les langues de la négociation » organisées par le séminaire « Histoire de la négociation » de l’ΕΡΗΕ (13 juin 2009, 10 avril 2010), dont l’édition est en cours de préparation.

69 J. R. Alban, C. T. Allmand, « Spies and Spying in the Fourteenth Century », War, Literature and Politics in the Late Middle Ages, éd. C. T. Allmand, Liverpool, 1976, p. 73-101 ; M. Jucker, « Secrets and Politics : Methodological and Communicational Aspects of Late Medieval Diplomacy », Il segreto, Florence, 2006 (Micrologus, 14), p. 275-309 ; A. Cirier, « La face cachée du pouvoir. L’espionnage au service d’État(s) en construction en Italie à la fin du Moyen Age (xiiie-fin xive siècle) », L’envers du décor. Espionnage, complot, trahison, vengeance et violence en pays bourguignons et liégeois, éd. J.-M. Cauchies, A. Marchandisse, Neuchâtel, 2008, p. 7-28.

70 A. Sohn, Deutsche Prokuratoren an der römischen Kurie in der Frührenaissance (1431-1474), Cologne, 1997.

71 V. Groebner, Gefährliche Geschenke : Ritual, Politik und die Sprache der Korruption in der Eidgenossenschaft im späten Mittelalter und am Beginn der Neuzeit, Constance, 2000 ; Kintzinger, Westbindungen…, op. cit. n. 32, p. 145-228 ; L. Hablot, « Les signes de l’entente. Le rôle des devises et des ordres dans les relations diplomatiques entre les ducs de Bourgogne et les princes étrangers de 1380 à 1477 », Revue du Nord, 84 (2002), no 345-346, p. 319-341.

72 T. Behrmann, Herrscher und Hansestädte: Studien zum diplomatischen Verkehr im Spatmittelalter, Hambourg, 2004; M. Jucker, Gesandte, Schreiber, Akten. Politische Kommunikation auf eidgenossichen Tagsatzungen im Spätmittelalter, Zurich, 2004.

73 Il sogno di Pio II e il viaggio da Roma a Mantova, éd. A. Calzona et alii, Florence, 2003 ; N. Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, Paris, 2007 ; Schwedler, Herrschertreffen…, op. cit. n. 56.

74 F.-J. Felten, « Verhandlungen an der Kurie im frühen 14. Jahrhundert. Spielregeln der Kommunikation in konfliktgeladenen Beziehungsnetzen », “Das kommt mir spanisch vor”. Eigenes und Fremdes in den deutsch-spanischen Beziehungen des späten Mittelalters, éd. K. Herbers, N. Jaspert, Münster, 2004, p. 411-474 ; Negociar…, op. cit. n. 61 ; Paroles de négociateurs. L’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin du xixe siècle, dir. S. Andretta et alii, Rome, 2010.

75 Tractats i negociacions diplomàtiques de Catalunya i de la Corona catalanoaragonesa a l’edat mitjana, dir. M. T. Ferrer i Mallol, M. Riu i Riu, Barcelone, 2009, t. I1.

76 M. Jucker, « Innen- oder Aussenpolitik ? Eidgenössisches Gesandtschafswesen zur Zeit der Burgunderkriege am Beispiel Hans Waldmanns und Adrians von Bubenberg », Auβenpolitisches Handeln im ausgehenden Mittelalter. Akteure und Ziele, éd. S. Dünnebeil, C. Ottner, Vienne-Cologne-Weimar, 2007, p. 239-258.

77 Gebrauch und Missbrauch des Mittelalters, 19.-21. Jahrhundert, éd. J. M. Bak et alii, Munich, 2009.

Notes de fin

* Les notes sont réduites au strict minimum en raison des contraintes éditoriales.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search