Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Observations liminaires

Démonstrations de puissance et diplomatie au xe siècle

Observations sur la formation des royaumes européens au Moyen Âge central*

Hagen Keller
Traduction de Marc-Olivier Talabardon

Texte intégral

  • * Pour l’élaboration de la conférence et la rédaction du texte définitif, Franz Strukamp m’a prêté u (...)

I.

1La fin de l’ère carolingienne marque la naissance d’un ordre politique européen radicalement nouveau. En à peine plus d’un siècle se constitue, sur presque tout le continent, une constellation de royaumes ou d’États dont la stabilité perdure au-delà du Moyen Âge. Cette évolution crée des conditions tout à fait nouvelles, qui détermineront désormais les formes et la signification des relations entre les entités politiques indépendantes ainsi créées, ou plus exactement entre leurs chefs, rois et princes de la chrétienté latine. Durant les siècles précédents, les rapports de force politiques dans l’Ouest de l’Europe avaient été déterminés, presque sans interruption depuis l’époque romaine, par l’existence d’une grande puissance de caractère impérial, d’abord l’Empire romain lui-même, puis le royaume hégémonique des Francs. En marge de cette puissance existaient quelques royaumes germaniques dont l’organisation politique était en partie héritée de l’Empire romain. Dans le Nord et l’Est de l’Europe, de vastes régions avaient conservé leurs structures tribales. Alors que les royaumes francs des Mérovingiens avaient dû coexister avec le royaume des Wisigoths et celui des Lombards, c’est-à-dire avec des puissances qui leur étaient comparables, l’Empire carolingien n’avait plus en face de lui sur le continent européen – abstraction faite de l’Empire byzantin, présent dans une partie de l’Italie – d’État avec lequel entretenir des relations de reconnaissance réciproque, d’égal à égal.

  • 1 Handbuch der europäischen Geschichte, dir. T. Schieder, Stuttgart, 1976, t. 1 ; The New Cambridge (...)

2Au xe siècle, cette situation, marquée par la suprématie d’une puissance indiscutée, cède la place à un système de rapports de force radicalement nouveau. Sur le territoire de l’Empire carolingien naissent quatre royaumes indépendants. En même temps, sur les îles Britanniques, les anciennes royautés anglo-saxonnes s’assemblent pour former un royaume d’Angleterre, tandis qu’en Ecosse se constitue progressivement un royaume unique. On observe une évolution parallèle dans l’espace Scandinave. Issues de groupements politiques jusque-là plus ou moins liés, de nouvelles entités pérennes s’établissent : le puissant royaume danois, dès le milieu du xe siècle, et, peu après, ceux de Norvège et de Suède. En Bohême, en Croatie, en Pologne et en Hongrie, la christianisation va de pair avec une profonde réorganisation politique sous une autorité unique. Enfin, sur la péninsule Ibérique se forment les noyaux éponymes des monarchies chrétiennes1. Dès le xe et le début du xie siècle, dans la chrétienté latine liée à Rome, des royaumes autonomes en grand nombre sont donc désormais non seulement en droit de revendiquer une égale dignité, mais aussi comparables en termes de puissance, par-delà toutes leurs différences réelles. C’est dans ces conditions tout à fait singulières, inconnues de l’époque romaine comme du haut Moyen Âge, que se développent dorénavant les relations diplomatiques en Europe.

  • 2 La royauté sacrée dans le monde chrétien, éd. A. Boureau, Paris, 1992 ; F.-R. Erkens, Herrschersak (...)
  • 3 G. Tellenbach, « Vom Zusammenleben der abendländischen Völker im Mittelalter », Festschrift fur Ge (...)
  • 4 Voir Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 18-20.

3Tous les États issus de ce processus de recomposition politique du continent européen étaient gouvernés par des rois ou des princes ayant foi en l’origine divine de leur propre autorité et en leur vocation chrétienne2. Au regard de la racine commune et transcendante de leur légitimité, les rois étaient donc bel et bien « égaux ». Une telle égalité ne signifiait cependant pas que ceux-ci se fussent considérés et traités réciproquement sans distinction de rang3. Les rois de Francie orientale revendiquaient ainsi, en tant que détenteurs de la dignité impériale depuis 962, une prééminence dont la mesure était difficile à définir, mais dont l’expression concrète consistait avant tout dans leur lien privilégié avec Rome et la papauté. L’Empire ottonien, futur Saint Empire, lui-même issu de ce processus de « formation d’États », fut ainsi après 962 un élément original de cette nouvelle constellation politique4. Les chefs des ethnies non christianisées de l’Est et du Nord de l’Europe restèrent quant à eux en dehors de ce nouveau système.

  • 5 B. Guenée, « Les limites de la France. Le souvenir de Verdun, ixe-xiie siècle », La France et les (...)
  • 6 K. van Eickels, « Gleichrangigkeit in der Unterordnung. Lehnsabhängigkeit und die Sprache der Freu (...)

4Ce processus de « formation d’États » des xe et xie siècles a donc marqué de son empreinte la carte politique européenne jusqu’à l’époque moderne. Seul un comportement lui-même séculaire, par principe respectueux de l’existence des royaumes établis ainsi que de la légitimité de leurs rois, est susceptible d’expliquer un phénomène de si longue durée. Un aspect de cette pérennité nous semble être d’un intérêt tout particulier au regard de la problématique de notre congrès : la constitution de ces nouveaux royaumes alla de pair avec la définition de leurs propres frontières, lesquelles devaient conserver leur validité pendant des siècles, par-delà le Moyen Âge. Même de violents conflits n’apportèrent pas de modifications à leur tracé. Il est vrai que les limites des royaumes du Moyen Âge étaient d’une tout autre nature que les frontières des États souverains modernes ; l’on peut même se demander dans quelle mesure elles constituaient des limites claires. Ces frontières définissaient en effet un espace ou périmètre de légitimité à l’intérieur duquel seul le porteur légitime de la couronne pouvait être reconnu comme roi, mais elles ne correspondaient nullement aux limites variables tant de l’exercice réel du pouvoir que de l’influence politique sûre du souverain5. De plus, les sphères d’autorité des princes venaient s’y superposer, sans modifier toutefois l’appartenance politique et juridique des territoires concernés à tel ou tel royaume. Même le roi d’Angleterre pouvait exercer de fait un pouvoir légal sur une grande partie de la France, sans que la légitimité des rois français à l’intérieur de leur royaume eût été pour autant remise en cause6.

  • 7 Acta Pads Westphalicae, herausgegeben von der Nordrhein-Westfälischen Akademie der Wissenschaften (...)
  • 8 WBG Deutsch-franzosische Geschichte (DFG), dir. W. Paravicini et alii, t. 1, R. Grosse, Vom Franke (...)

5Afin d’illustrer la spécificité des frontières étatiques au Moyen Âge, nous voudrions mentionner un fait bien connu. Elle-même conforme à un tracé plus ancien, la limite séparant, dès le milieu du xe siècle, les royaumes de Francie orientale et de Francie occidentale conserva pour l’essentiel sa validité en tant que délimitation officielle entre le Saint Empire et la France jusqu’en 1648, date de sa modification contractuelle dans le cadre de la paix de Westphalie7. Cependant, la sphère d’autorité reconnue du roi français s’étendait déjà auparavant, en de nombreux endroits, bien au-delà de cette ligne. Une telle extension de la zone d’exercice réel du pouvoir ou du contrôle politique par-delà les limites du propre périmètre de souveraineté, donc à l’intérieur d’un royaume voisin, faisait l’objet d’une réglementation au cas par cas, contractuellement fixée au terme d’une longue procédure. À l’inverse, l’autorité réelle des rois du Moyen Âge était loin de s’étendre partout jusqu’aux confins de leurs propres royaumes. Nul besoin ici de décrire ces structures bien connues. L’exemple des comtes de Flandre dès le xie siècle montre que les princes, quant à eux, pouvaient établir et exercer leur pouvoir de part et d’autre des limites d’États voisins, sans pour autant remettre celles-ci en question. Au xve siècle, l’autorité des ducs de Bourgogne témoigne d’ailleurs des dimensions importantes que pouvait prendre ce phénomène. Cependant, le principe de l’appartenance – au Saint Empire ou à la France – des territoires et des droits ainsi placés sous l’autorité d’un prince conservera toute sa validité jusqu’au xviie siècle8.

  • 9 L’invention de la diplomatie. Moyen Âge - Temps modernes, éd. L. Bély, Paris, 1998 ; G. Schwedler,(...)

6Il apparaît donc que les frontières des royaumes européens du Moyen Âge sont douées d’une nature spécifique. Elles incarnent les revendications à une souveraineté légitime et intangible des monarchies. Mais elles tolèrent aussi – principe incompatible avec la conception moderne de la souveraineté de l’État – l’établissement de rapports d’autorité concrets différenciés, tout aussi variables que les situations locales et régionales dont ils dépendent. Et c’est bien là le contexte dans lequel le problème des relations diplomatiques se pose de manière aiguë : tout litige étant aussi une affaire de rang et d’honneur, il devient vite inextricable et conflictuel. Dès lors, le règlement d’un conflit exige des compromis politiques et des solutions juridiques, mais aussi et surtout le témoignage public manifeste du respect porté à la dignité et aux bons droits de l’autre. Cette nécessité complique notamment les rencontres directes entre les acteurs concernés. L’étroite connexion entre, d’une part, des revendications toujours concrètes et singulières concernant l’exercice d’un pouvoir qui ne dépend pas des limites des espaces de légitimité et, d’autre part, la question de principe touchant aux formes d’expression publique du rang et de l’honneur de partenaires concurrents, voire adversaires, égaux en droit mais pas en fait, voilà peut-être le facteur le plus déterminant quant à l’élaboration des règles et cérémoniaux diplomatiques observables en Europe depuis le Moyen Âge central9.

II.

  • 10 C. Brühl, Deutschland-Frankreich : die Geburtzweier Völker, Cologne, 1990, 2e éd., Cologne, 1995 ; (...)
  • 11 H. Keller, « Die Ottonen und die nachkarolingischen Königreiche », Le relazioni internazionali nel (...)

7Comment les « États » ainsi nouvellement constitués se sont-ils comportés les uns vis-à-vis des autres ? Quelles furent les formes des rapports « inter-étatiques » ? En ce qui concerne le xe siècle, les sources nous permettent avant tout d’observer les relations entre la Francie occidentale et la Francie orientale10. Lors de la LVIIIe Settimana de Spolète, nous avons exposé comment la frontière entre les deux regna nouveaux avait été définitivement fixée durant le deuxième quart du xe siècle11. Ce fut là le résultat d’une politique assurant aussi l’intégration de la Lotharingie au sein de la Francie orientale. Mais la signification historique de cet événement reste pour l’essentiel incomprise, tant que l’on met l’accent sur l’antagonisme de rois post-carolingiens qui se disputeraient continuellement les territoires que Lothaire II avait reçus jadis en partage à la mort de son père.

  • 12 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 115-130, 142-148.
  • 13 Keller, « Die Ottonen… », loc. cit. n. 11, avec plus de détails et une bibliographie.
  • 14 B. Schneidmüller, « Konsensuale Herrschaft. Ein Essay über Formen und Konzepte politischer Ordnung (...)
  • 15 G. Althoff, Amicitiae undpacta. Bündnis, Einung, Politik und Gebetsgedenken im beginnenden 10. Jah (...)

8La reconnaissance de cette frontière fit partie d’une politique globale de stabilisation des rapports d’autorité sur le territoire de l’ancien Empire carolingien, et notamment d’apaisement des conflits de pouvoir entre les grands, surtout en Lotharingie et en Francie occidentale. Menée par le fondateur de la dynastie ottonienne, Henri Ier dit l’Oiseleur, cette politique avait déjà porté ses fruits en 919 en Francie orientale ; et, comme le remarquèrent eux-mêmes les observateurs de l’époque, le roi de l’Est la poursuivait maintenant en Lotharingie. Sa stratégie de médiation, de pacification, d’équilibrage et de compensation des intérêts, mais aussi de pression militaire, conduisit ainsi à une stabilisation de la répartition des pouvoirs dans cet espace12. Mais la plupart des possessions, intérêts et alliances des grands s’étendaient simultanément en Lotharingie et en Francie occidentale. La frontière entre la France en devenir et le royaume ottonien devait donc être, en quelque sorte, tracée à travers les multiples sphères d’autorité et d’intérêts des représentants de l’ancienne aristocratie carolingienne. Cette délimitation exigeait donc de ces derniers la reconnaissance durable de l’autorité de l’un des deux rois et une appartenance privilégiée à la communauté de l’un des deux royaumes en présence, même s’ils continuaient à exercer un certain pouvoir chez le « voisin » et à y compter parmi les puissants13. La pacification des regna, voulue par tous, ne fut certes possible que par l’action conjointe des rois ; mais elle n’aurait pu avoir lieu sans la participation active des grands. Sans doute fallut-il s’y reprendre à plusieurs reprises pour régler de très nombreux litiges particuliers. Lors des procédures de médiation et de pacification, tous les acteurs concernés, les rois en tête, veillaient à défendre leurs propres intérêts et à n’accepter aucune modification de la répartition des pouvoirs qui eût été en leur défaveur. À l’inverse, toute situation nouvelle donnait lieu à des tentatives d’en tirer profit ou de revenir sur des décisions anciennes, de telle sorte que des conflits qui semblaient avoir été déjà réglés pouvaient soudainement renaître. Mais ce qui valait de manière générale, dans une société habituée à la pratique du défi, valait aussi pour les relations, tant entre des princes chrétiens qu’entre les deux royaumes et la communauté de leurs grands : malgré une disposition aiguë et permanente à la confrontation armée, les différents acteurs privilégiaient en principe les solutions consensuelles ; tel était pour ainsi dire leur idéal de conduite14. Le rôle des convictions religieuses – et, en tout premier lieu, la foi en la vocation divine de la royauté – ne saurait d’ailleurs être sous-estimé dans cette volonté de conciliation et de paix15.

  • 16 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 124-131.
  • 17 Pour un point sur le résultat des recherches fondamentales des dernières décennies sur la formatio (...)
  • 18 Voir les articles « Burgund », « Dauphiné », « Provence », Lexikon des Mittelalters, MunichZurich, (...)

9Nous n’avons pas le temps de décrire ici ce phénomène en détail, ce que nous avons fait dans notre contribution à la LVIIIe Settimana de Spolète. Mais il suffit de lire, dans cette perspective, les Annales de Flodoard de Reims, pour se convaincre de la finalité des politiques que nous avons mentionnées. Dans le troisième tome du nouveau manuel d’histoire allemande Gebhardt, nous avons décrit ce phénomène plus précisément que ne le veut l’usage dans un tel cadre, afin de donner une analyse plus juste de cette évolution de l’Europe en l’espace de quelques décennies16. En résumé, notre thèse est la suivante. Le processus de clarification au terme duquel se constituèrent les quatre royaumes post-carolingiens, Francie occidentale et orientale, Bourgogne et Italie – Etats dotés d’une unité pérenne et de limites extérieures stables –, était pour l’essentiel achevé dès le milieu du xe siècle, comme le montrent les événements ultérieurs. Dans chacune de ces entités nouvelles se formèrent assez vite une tradition et des structures d’organisation spécifiques, ainsi que les éléments d’une conscience propre, source d’une identité dont le noyau persistant devait par la suite garantir, à travers les vicissitudes de l’histoire, la continuité interne de ces nouveaux royaumes17. Seul le royaume rodolphien de Bourgogne, intégré en 1033 dans le Saint Empire, ne put conserver longtemps son unité et son identité propre et succomba, à partir du bas Moyen Âge, à un processus complexe de démantèlement18.

  • 19 Keller, « Die Ottonen… », loc. cit. n. 11, texte relatif aux notes 10-12 ; Id., « Der Blick von It (...)

10Cette évolution impliqua une rupture profonde avec la conception politique et la pratique du pouvoir de l’Empire carolingien : les Etats du Moyen Âge central étaient indivisibles et considérés comme des entités supra-personnelles, portées et représentées tant par le roi que par les grands qui légitimaient son pouvoir par leur soutien. Tandis que, durant la première moitié du xe siècle, l’Aquitaine et la Lotharingie étaient intégrées respectivement dans la Francie occidentale et la Francie orientale, et que des parties hétérogènes de la Bourgogne et de la Provence s assemblaient pour former un nouveau royaume, Otton Ier assumait en 961 le pouvoir sur le regnum Italiae, puis l’exerça de telle manière que celui-ci conservât son unité propre. Ainsi, ni l’autorité des ducs de Bavière ou de Carinthie sur la Marche de Vérone, ni l’administration du comté de Chiavenne par les ducs de Souabe ne changèrent quoi que ce soit à l’appartenance de ces territoires au royaume d’Italie. En 1002 et 1024, une nouvelle séparation du regnum Italicum et du regnum Teutonicum en devenir parut être une option politique possible19. C’est alors que commença l’histoire de l’union personnelle, laquelle devait jouer, parmi les États européens, un rôle considérable jusqu’à l’époque moderne.

III.

  • 20 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 124-130, 166-185 ; B. Schneidmüller, « Fränkische Bi (...)
  • 21 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 172-174, 177, 181-183.

11Dans l’ancien espace franco-carolingien, la période qui s’étend de 920 à 960 nous livre quasiment toutes les informations nécessaires à une analyse des rapports tant des rois post-carolingiens entre eux qu’entre chaque roi et les grands du royaume voisin20. Le registre des faits relatés par les sources est étonnamment riche : légations, négociations, menaces, campagnes militaires, trêves, traités de paix, échanges d’otages, règlements de conflits, évitement systématique ou refus ostensible de tout contact personnel ou diplomatique, contrats, serments, cadeaux, rencontres des chefs à la frontière des royaumes ou à la cour de l’un d’entre eux, fêtes célébrées en commun, pactes scellés par une union conjugale, parrainages, fraternités religieuses, enfin démonstrations de puissance militaire et politique au cœur même du royaume voisin. Mais, derrière ce répertoire du comportement « diplomatique », voire de l’interaction et de la communication entre puissants, il y a bien plus qu’une simple lutte pour le pouvoir en Lotharingie. En effet, si l’on suit la description que fait, parmi d’autres observateurs contemporains, Flodoard de la politique menée par Otton Ier à partir de 941 environ, il apparaît que l’objectif principal d’Otton était d’aider le roi de Francie occidentale, Louis IV d’Outremer, à obtenir une reconnaissance générale de son pouvoir souverain au sein même de son royaume et donc de contraindre les grands à respecter le regius honor, tout en reconnaissant leurs intérêts propres, et ainsi de pacifier l’ensemble du royaume alors déchiré. Otton bénéficia d’ailleurs du soutien des papes, qui menacèrent (voire frappèrent) d’excommunication les princes rebelles, en tête desquels figure le duc des Francs Hugues le Grand21.

  • 22 Ibid., p. 178-185.
  • 23 R. Schieffer, Die Zeit des karolingischen Grossreiches 714-887, 10e éd., Stuttgart, 2005 (Gebhardt (...)

12À notre avis, il ne faudrait cependant pas voir dans les relations diplomatiques qu’entretiendront, par la suite, les monarchies en Europe un simple prolongement de ce large répertoire d’attitudes ou de comportements. Certes, le « vocabulaire fondamental » de la diplomatie des rois européens devra beaucoup à ce dernier. Mais, à l’époque, tout acte était intimement lié à une situation dans laquelle il était quasiment impossible de séparer les affaires extérieures des affaires intérieures. La plupart du temps, la question des relations entre les nouveaux royaumes autonomes eux-mêmes n’était pas au premier plan. Il me semble important de souligner que le roi Louis IV, bien que son autorité restât très dépendante du soutien apporté par Otton Ier, fut toujours traité par ce dernier, en public et solennellement, comme un égal en droit et en fait, un roi de même rang ou presque, que ce soit lors de leur rencontre à Reims, à Aix-la-Chapelle ou encore et surtout en 948, lors du synode d’Ingelheim22. Démonstration claire d’une solidarité entre rois. Sans doute celle-ci était-elle en partie héritée des idéaux du corpus fratrum carolingien23 ; elle avait encore été renforcée par l’alliance familiale d’Otton Ier et de Louis IV. Mais il s’agit bien là aussi, déjà, de l’un des principes essentiels qui régiront désormais le comportement des monarques chrétiens européens les uns vis-à-vis des autres. Peu à peu, en effet, les princes et leurs royaumes ou principautés développèrent, dès lors, des relations qui, marquées par de nouvelles formes concrètes de communication et d’interaction, méritent le nom de diplomatie.

IV.

  • 24 H. Keller, « Das “Erbe” Ottos des Groβen. Das ottonische Reich nach der Erweiterung zum Imperium » (...)

13Nous consacrerons la dernière partie de notre exposé à l’époque de l’empereur Otton IL En effet, c’est pendant son règne que se posa pour la première fois de manière explicite le problème des relations diplomatiques entre les nouveaux royaumes autonomes, et particulièrement entre l’Empire et ses voisins. Le père d’Otton II, Otton le Grand, avait fortement contribué à ce processus de clarification au terme duquel la constellation post-carolingienne encore fragile devait céder la place aux États stables du Moyen Âge central. Durant des décennies, il avait activement soutenu la royauté de Louis IV et de Lothaire, contribué à la répartition des pouvoirs en Francie occidentale, protégé et donc rendu possible la naissance du royaume de Bourgogne, obtenu le pouvoir sur le regnum Italicum, acquis la couronne impériale, soumis la papauté à son influence, établi des relations amicales avec les princes de Bohême, du Danemark et de Pologne, joui de la gloire que lui valut, dans une grande partie de l’Europe, sa victoire sur les Hongrois, fondé de nouveaux évêchés aux confins de la chrétienté latine et, enfin, développé des relations diplomatiques avec Byzance, Cordoue, Kiev et les Bulgares. De plus, il était l’aîné parmi les rois et les princes européens devenus ses parents par alliance. La position éminente d’Otton le Grand dans l’Europe post-carolingienne était indissolublement liée à sa personne24.

  • 25 Pour un tableau en partie nouveau du règne d’Otton II, voir Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n (...)

14La mort du « patriarche de famille » donna naissance à une situation toute nouvelle25. À l’empereur âgé de soixante ans succéda, en 973, son fils de dix-huit ans, sacré co-empereur depuis plus de cinq ans déjà et marié avec la princesse byzantine Théophano. Mais, au terme de son séjour à la cour de son père en Italie, de 967 à 972, Otton II ne jouissait encore d’aucune réputation personnelle, fondée sur ses propres actes. Sa position vis-à-vis des grands de l’Empire et des rois voisins ne pouvait donc être définie que dans et par son exercice concret du pouvoir et son action politique propre. Ainsi le règne d’Otton II fut-il marqué tant par des luttes internes que par des campagnes militaires à l’extérieur, dont l’enjeu était bien, pour l’essentiel, l’affirmation de sa suprématie. Certes, affaires intérieures et extérieures étaient toujours imbriquées. Mais une étude précise de cette époque met en évidence une tendance nette vers un accroissement tant de l’autonomie des royaumes que de la conscience des rois d’être à la tête d’entités politiques égales en droit et en légitimité.

  • 26 Faits et sources chez F. Lot, Les derniers Carolingiens, Paris, 1891, p. 92-119, et K. Uhlirz, Jah (...)

15Nous ne pouvons ici analyser qu’un seul exemple : les relations entre les rois de Francie occidentale et leurs voisins de l’Est, détenteurs de la dignité impériale. Les événements, discutés maintes fois dans l’historiographie, sont bien connus26. En juin 978, le roi Lothaire de Francie occidentale, lors d’une campagne militaire, s’empara soudain du palais d’Aix-d’Aix-la-Chapelle ; l’empereur Otton II eut tout juste le temps de se mettre à l’abri, en compagnie de son épouse et de sa cour. Sans être gêné par son adversaire, Lothaire résida alors dans le palais de Charlemagne, sans autre maître que lui-même. Il mit fin à cette occupation par un acte symbolique : devant ou sur le toit le palais, il fit retourner l’aigle d’airain de telle sorte que celui-ci regardât désormais dans la direction inverse. Démonstration éclatante de son pouvoir de décision sans bornes dans le haut lieu de la royauté carolingienne ! Et pourtant, rien dans son attitude, ni avant, ni après cet épisode, ne témoigne d’une tentative sérieuse de placer Aix-la-Chapelle ou la Lotharingie sous son autorité.

  • 27 Alors que Richer (Historiae, 3, 74) et les Annales Sangallenses maiores (an. 978) mentionnent 30 0 (...)
  • 28 Ainsi les Gesta episcoporum Cameracensium (1, 97), voir Brühl, Deutschland…, op. cit. n. 10, p. 56 (...)
  • 29 Annales Sangallenses maiores, an. 978, éd. C. Henking, Saint-Gall, 1884 (Mitteilungen zur vaterlän (...)
  • 30 Thietmar de Mersebourg, Chronik, 3, 8, éd. R. Holtzmann, Berlin, 1935 (MGH SS rer. Germ. N. S., 9) (...)
  • 31 Pour la tendance des récits du xe -xie siècle, voir les n. 36-38 du présent article, Schneidmüller (...)

16Otton se vengea de la « honte » qui lui avait été ainsi infligée en pénétrant à son tour, à la tête d’une grande armée – trente mille cavaliers selon Richer de Saint-Remi et les Annales Sangallenses maiores –, dans le royaume de Lothaire27. Mais l’empereur ne voulait pas, contrairement à ce qu’avait fait ce dernier, attaquer le royaume de son voisin par surprise. Afin de démontrer toute la supériorité de sa puissance impériale, il choisit d’y pénétrer à une date connue, fixée à l’avance, le 1er octobre28. Il saccagea les palais d’Attigny et de Compïègne, adora les saints du royaume à Reims, Soissons et Saint-Denis, et établit pour finir son camp aux portes de Paris, sedes de Lothaire. Cette campagne militaire est souvent considérée comme un échec, parce qu’Otton n’aurait pas réussi à prendre Paris. Mais rien n’indique en réalité qu’il ait essayé de le faire ou l’ait même seulement voulu. Après avoir, non sans une grande mise en scène, ostensiblement remercié Dieu, l’empereur ordonna la retraite. Par sa seule famosissima expeditio29, il avait démontré de manière éclatante que Lothaire n’était pas capable de lui résister : celui-ci ne pouvait défendre ni ses palais, ni même Paris, centre symbolique du regnum Franciae, pas plus qu’il ne pouvait empêcher l’empereur de se livrer à une représentation solennelle de sa puissance dans les plus hauts lieux de culte de la Francie occidentale. Otton put ainsi, comme l’écrira Thietmar de Mersebourg une génération plus tard, regagner son empire triumphali gloria30. Il est vrai toutefois qu’un événement vint ternir cette démonstration de puissance : alors que, pendant sa retraite, l’armée d’Otton traversait l’Aisne, les troupes de Lothaire attaquèrent le train des équipages et parvinrent à faire un gros butin. Ainsi, l’empereur lui-même avait dû payer le prix de son intrusion en territoire étranger31.

  • 32 Richer de Saint-Remi, Historiae, 3, éd. H. Hoffmann, Hanovre, 2000 (MGH SS, 38), p. 77-81.

17En 979, Lothaire, non sans l’accord des grands du royaume, fit élever son fils Louis à la dignité de roi et le fit sacrer à Reims. Sa position fut de ce fait considérablement renforcée, y compris vis-à-vis de son cousin sans fils. Au terme de négociations ouvertes sur son initiative avec l’empereur, Lothaire rencontra celui-ci sur les bords de la Chiers, rivière frontalière. Il lui fit don de présents considérables, lui donna satisfaction, et les deux monarques scellèrent d’une poignée de main, d’un baiser et d’un serment un indéfectible pacte d’amitié32. Selon Richer, Lothaire reconnut désormais la soumission au ius Ottonis des territoires disputés, et donc leur appartenance au périmètre de légitimité impériale. Selon Thietmar de Mersebourg, la campagne militaire de l’empereur avait à ce point terrifié le roi que ce dernier n’osa plus jamais se lancer dans semblable entreprise. Il s’agissait donc d’une démonstration de puissance à des fins dissuasives, destinée à garantir à l’avenir un voisinage en toute paix et amitié.

  • 33 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 254-257.
  • 34 W. Glocker, Die Verwandten der Ottonen und ihre Bedeutung in der Politik, Cologne-Vienne, 1989, p. (...)
  • 35 Tables généalogiques chez Schneidmüller, « Wahrnehmungsmuster… », loc. cit. n. 10 ; J. Ehlers, « C (...)

18Les événements entre 978 et 980 mirent ainsi fin aux tensions qui n’avaient cessé de croître depuis 973. De quatorze ans son aîné, Lothaire n’était pas seulement le cousin d’Otton ; marié avec Emma, la fille de l’impératrice Adélaïde et du roi Lothaire d’Italie, il était aussi son beau-frère. En outre, il portait sa couronne depuis sept ans de plus qu’Otton. Il était donc en droit d’attendre un traitement digne de la part de son jeune parent proche. Toutefois, c’est bien le contraire qu’il dut endurer, un mépris ouvert et visible par tous. À la cour de Francie occidentale vivaient les petits-neveux du duc Giselbert de Lotharingie ; Otton le Grand les avait placés sous la protection de sa sœur Gerberge, veuve de Giselbert et épouse du roi Louis IV, après avoir confisqué les biens de leur père Régnier, banni à vie en Bohême en 958. Après l’avènement du nouvel empereur, les fils de Régnier exigèrent la rétrocession de ces anciens biens familiaux. Soutenus par des grands de Francie occidentale, ils pénétrèrent en Basse-Lotharingie et tuèrent ceux à qui ces biens avaient été confiés par l’effet de la grâce impériale. De violents combats eurent lieu ; Otton dut lui-même faire campagne à plusieurs reprises. Il céda finalement aux deux frères, Régnier et Lambert, une partie des biens et châteaux réclamés, mais le conflit ne cessa pas pour autant. En 977, Otton institua duc de Basse-Lotharingie Charles, frère de Lothaire et allié de Régnier et Lambert33. Frère mais ennemi du roi, Charles était allé jusqu’à accuser la reine Emma d’adultère34. Cependant, jamais Otton n’associa son cousin et aîné à ses efforts pour régler un conflit qui débordait pourtant les frontières des deux royaumes et touchait directement aux intérêts mêmes de Lothaire, à travers l’héritage que sa mère Gerberge pouvait lui transmettre de sa première union avec Giselbert. D’après les sources, il n’y eut même aucune communication entre les deux monarques. Fait sans doute aggravant, Otton se brouilla à ce point avec l’impératrice Adélaïde, sa mère et la belle-mère de Lothaire, que celle-ci, en colère, se retira en 978 en Bourgogne, chez son frère le roi Conrad, lui-même époux de la sœur de Lothaire, Mathilde, une cousine d’Otton II35.

  • 36 Schneidmüller, « Wahrnehmungsmuster… », loc. cit. n. 10, p. 282-285.
  • 37 Richer insiste sur X indignatio, la duplex iniuria sibi inlata de Lothaire (Historiae…, 3, 68, op. (...)
  • 38 Richer, Historiae…, 3, 67-84, op. cit. n. 32, p. 206-216. La problématique « ami ou ennemi » inspi (...)
  • 39 Richer, Historiae…, 3, 67, op. cit. n. 32, p. 206.
  • 40 Ibid., 3, 78-81, p. 212-214.

19Ce qui, à l’origine, n’avait été qu’un vaste conflit d’intérêts particuliers entre des grands et leurs alliances, tant en Francie occidentale qu’en Lotharingie, était donc devenu une affaire inextricable de prestige, de rang et de pouvoir au cœur même de la famille régnante. La prise et l'occupation d’Aix-la-Chapelle marquèrent le sommet de cette crise. Mais quels furent l’objectif et le sens d’une telle entreprise ? C’est à juste titre que l’on a reproché à Richer de Saint-Remi d’inventer ou de falsifier des faits. Toutefois, la manière dont un auteur contemporain explique ces événements est digne de la plus grande attention, parce qu’il défend avec vigueur la dignité et l’honneur des rois de Francie occidentale et qu’il refuse à tout prix d’accorder aux Ottoniens une quelconque prééminence36. Ce fait même nous montre, en effet, comment des querelles familiales, dans une certaine mesure encore internes à l’espace post-carolingien, se transforment en un conflit « interétatique » dont l’enjeu est désormais le rapport entre deux royaumes, la France et l’Empire dans sa partie « allemande ». Mais on ne comprend pas l’intention véritable de Richer, si l’on voit en son récit la description d’une confrontation entre des entités supra-personnelles, voire entre des Etats monarchiques. Richer décrit clairement un conflit tout personnel entre son roi Lothaire et le « roi » Otton, depuis le mépris ostensible d’Otton envers son cousin jusqu’à la guerre déclarée au terme d’offenses réciproques37. En occupant l’ancien siège de son aïeul Charlemagne, Lothaire veut faire la démonstration de la plus haute noblesse de son origine, mais aussi, dans le cas où Otton devrait se comporter non pas en ami, mais en ennemi, de son pouvoir d’y exercer son autorité38. Pour expliquer les raisons du litige, Richer mentionne que chacun des deux parents et adversaires aurait fait valoir que son père avait gouverné jadis la Lotharingie. L’historien rémois ajoute que celle-ci appartenait à l’origine à Louis, père de Lothaire, mais que celui-ci en avait « fait don » au père d Otton II, lui cédant ainsi officiellement, avec ce regnum, une partie de son héritage carolingien39. Mais bien que ce geste l’eût obligé à un comportement amical, le jeune empereur n’avait en retour respecté ni sa personne, ni ses intérêts. Non sans avoir fait au préalable la démonstration éclatante de son rang et de sa puissance, Lothaire reconnut ainsi, de nouveau, que le périmètre de légitimité d’Otton incluait bien la Lotharingie, n’étant capable de vaincre celui-ci, comme le note Richer, ni par la ruse, ni par la force, et ayant peut-être besoin du soutien de son parent pour imposer sa propre autorité au sein de son royaume40.

20Cependant, ce résultat n’était pas un simple retour au statu quo ante. Certes, les deux monarques confirmèrent la délimitation de leurs espaces respectifs de légitimité, telle qu'elle avait été conjointement définie par leurs pères. Mais tous deux avaient désormais réalisé que leur autorité, y compris à l’intérieur de leurs royaumes respectifs, ne pouvait s’établir pleinement sans leur solidarité de monarques. Ainsi, quoiqu’il fût bien le roi légitime du regnum quondam Lotharii, Otton ne pouvait nullement modeler à sa guise les rapports de pouvoir dans les territoires frontaliers, c’est-à-dire là où les intérêts du roi voisin – donc de Lothaire – et ceux de ses fidèles étaient en jeu. La paix entre les rois et les États, ainsi que la stabilité des structures politiques ne supposaient donc pas seulement que les limites des espaces de légitimité fussent en principe reconnues ; les acteurs concernés devaient aussi savoir régler par le consensus – « en amitié » – et au cas par cas des litiges et des conflits d’intérêts féodaux transfrontaliers.

  • 41 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 249-254.

21En conclusion, il apparaît donc que, dès la seconde moitié du xe siècle, l’Europe connaît une évolution qui ne cessera de s’accentuer : dans chacun des États monarchiques émerge la conscience d’être une entité autogène, en droit comme en fait. Les relations d’Otton II avec la Bohême ou le Danemark pourraient d’ailleurs, elles aussi, illustrer à leur manière ce phénomène41. Dans ce contexte nouveau, c’est à partir du xie siècle que se développe une diplomatie mettant en œuvre, entre des acteurs en principe égaux, des moyens spécifiques. Les démonstrations de puissance de nature militaire demeurent un instrument récurrent de l’action politique, et les formes que celles-ci revêtent en interaction avec d’autres actions diplomatiques mériteraient une étude plus détaillée. Contrairement à ce que l'on serait tenté de penser au regard d’événements d’une histoire plus récente, ces démonstrations de puissance n’ont en effet ni la conquête, ni l'annexion complète pour objectifs. Jusqu’à la fin du Moyen Âge, les relations entre les royaumes européens resteront caractérisées tant par la disposition permanente au conflit, y compris armé, que par une attitude fondamentalement soucieuse de trouver des solutions consensuelles.

22Centrée sur l’État-nation, l’historiographie des xixe et xxe siècles a décrit les rapports politiques entre la « France » et l’« Allemagne » à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, selon une problématique du gain ou de la perte de pouvoir et de territoires. L’étude de la diplomatie s’est elle aussi longtemps et surtout efforcée de décrire les formes et les moyens de cette politique de puissance. Mais, si les frontières du xe siècle, malgré la modification de fait de la répartition de certains pouvoirs, acquirent bien une signification telle qu’elles furent souvent pour l’essentiel respectées en droit, une nouvelle question se pose à l’historien de la diplomatie : comment expliquer la pérennité des frontières tracées vers l’an 1000 ? Celle-ci n’est à coup sûr pas exclusivement due à des facteurs politiques ; elle repose aussi sur la continuité d’un système de représentations et de valeurs spécifiques. Mais c’est bien le comportement politique des acteurs eux-mêmes – et donc, pour une part essentielle, la diplomatie – qui, en dernière analyse, garantit la longue stabilité de la carte des royaumes européens. Et, compte tenu du fait que les formes de la diplomatie n’ont cessé d’évoluer à travers les siècles, il se peut bien que nous ayons là, nous autres médiévistes, encore beaucoup à découvrir.

Notes

1 Handbuch der europäischen Geschichte, dir. T. Schieder, Stuttgart, 1976, t. 1 ; The New Cambridge Medieval History, éd. T. Reuter, Cambridge, 1999, t. 3 ; Europa in costruzione. La forza delle identità, la ricerca di unità (secoli IX-XIII), éd. G. Cracco et alii, Bologne, 2006 (Annali dell’Istituto storico-germanico in Trento, Quaderni, 69). J’ai souligné la connexion des phénomènes mentionnés dans la première partie de mon exposé à plusieurs reprises, voir H. Keller, Zwischen regionaler Begrenzung und universalem Horizont. Deutschland im Imperium der Salier und Staufer 1024-1250, Berlin, 1986 (Propyläen Geschichte Deutschlands, 2), p. 18-25 ; Id., G. Althoff, Die Zeit der späten Karolinger und der Ottonen 888-1024, 10e éd., Stuttgart, 2008 (Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, 3), p. 19-24.

2 La royauté sacrée dans le monde chrétien, éd. A. Boureau, Paris, 1992 ; F.-R. Erkens, Herrschersakralität im Mittelalter : von den Anfängen bis zum Investiturstreit, Stuttgart, 2006 ; voir G. Tellenbach, Die westliche Kirche vom 10. bis zum frühen 12. Jahrhundert, Goettingen, 1988, p. 43-46.

3 G. Tellenbach, « Vom Zusammenleben der abendländischen Völker im Mittelalter », Festschrift fur Gerhard Ritter zu seinem 60. Geburtstag, Tübingen, 1950, p. 1-60 ; A. Gieysztor, L’Europe nouvelle autour de l’an mil. La papauté, l’empire et les « nouveaux venus », Rome, 1997 ; J. L. Nelson, « Rulers and Government », The New Cambridge…, op. cit. n. 1, p. 95-129 ; J.-M. Moeglin, « Der Blick von Frankreich auf das mittelalterliche Reich », Heilig. Römisch. Deutsch. Das Reich im mittelalterlichen Europa, éd. B. Schneidmüller, S. Weinfurter, Dresde, 2006, p. 251-265.

4 Voir Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 18-20.

5 B. Guenée, « Les limites de la France. Le souvenir de Verdun, ixe-xiie siècle », La France et les Français, éd. M. François, Paris, 1972, p. 50-69.

6 K. van Eickels, « Gleichrangigkeit in der Unterordnung. Lehnsabhängigkeit und die Sprache der Freundschaft in den englisch-französischen Beziehungen des 12. Jahrhunderts », Der Weg in eine weitere Welt. Kommunikation und Auβienpolitik im 12. Jahrhundert, éd. H. Vollrath, Berlin, 2008, p. 13-34.

7 Acta Pads Westphalicae, herausgegeben von der Nordrhein-Westfälischen Akademie der Wissenschaften undder Künste, dir. K. Repgen, éd. A. Oschmann, Münster, 1998 (Serie III, Abteilung B, I1), p. 21 sq., par. 70, 73-74, 78.

8 WBG Deutsch-franzosische Geschichte (DFG), dir. W. Paravicini et alii, t. 1, R. Grosse, Vom Frankenreich zu den Ursprüngen der Nationalstaaten 800-1214, Darmstadt, 2005 ; t. 2, J.-M. Moeglin, Kaisertum und allerchristlichster Konig. 1214-1500, Darmstadt, 2010 ; R. Babel, Deutschland und Frankreich im Zeichen der habsburgischen Universalmonarchie 1500-1648, Darmstadt, 2005.

9 L’invention de la diplomatie. Moyen Âge - Temps modernes, éd. L. Bély, Paris, 1998 ; G. Schwedler, Herrschertreffen des Spätmittelalters. Formen Rituale Wirkungen, Ostfildern, 2008. Par exemple : M. Kintzinger « Der weisse Reiter. Formen internationaler Politik im Spätmittelalter », Frühmittelalterliche Studien, 37 (2003), p. 315-353.

10 C. Brühl, Deutschland-Frankreich : die Geburtzweier Völker, Cologne, 1990, 2e éd., Cologne, 1995 ; B. Schneidmüller, « Wahrnehmungsmuster und Verhaltensformen in den fränkischen Nachfolgereichen », Deutschland und der Westen Europas im Mittelalter, éd. J. Ehlers, Stuttgart, 2002 (Vorträge und Forschungen, 56), J. Ehlers, « Imperium und Nationsbildung im europäischen Vergleich », Heilig…, op. cit. n. 3, p. 101-118.

11 H. Keller, « Die Ottonen und die nachkarolingischen Königreiche », Le relazioni internazionali nell’alto medioevo, Spolète, 2011 (Settimane di studio della Fondazione Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 58).

12 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 115-130, 142-148.

13 Keller, « Die Ottonen… », loc. cit. n. 11, avec plus de détails et une bibliographie.

14 B. Schneidmüller, « Konsensuale Herrschaft. Ein Essay über Formen und Konzepte politischer Ordnung im Mittelalter », Reich, Regionen und Europa im Mittelalter und Neuzeit. Festschrift fur Peter Moraw, Berlin, 2000, p. 53-87 ; S. Patzold, « Konsens und Konkurrenz. Überlegungen zu einem aktuellen Forschungskonzept der Mediävistik », Frühmittelalterliche Studien, 41 (2007), p. 75-103 ; Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 348-372, 436-444.

15 G. Althoff, Amicitiae undpacta. Bündnis, Einung, Politik und Gebetsgedenken im beginnenden 10. Jahrhundert, Hanovre, 1992 (MGH Schriften, 37), p. 23-26 ; Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 105-115 ; voir n. 2.

16 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 124-131.

17 Pour un point sur le résultat des recherches fondamentales des dernières décennies sur la formation des nationes européennes, voir Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 18-24, 431-436.

18 Voir les articles « Burgund », « Dauphiné », « Provence », Lexikon des Mittelalters, MunichZurich, t. 2, 1985, col. 1062-1092, t. 3, 1986, col. 586-592, t. 7, 1995, col. 276-280.

19 Keller, « Die Ottonen… », loc. cit. n. 11, texte relatif aux notes 10-12 ; Id., « Der Blick von Italien auf das “römische” Imperium und seine “deutschen” Kaiser », Heilig…. on. cit. n. 3, p. 293-298.

20 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 124-130, 166-185 ; B. Schneidmüller, « Fränkische Bindungen. Heinrich I., Otto der Grosse, Westfranken und Burgund », Otto der Grosse, Magdeburg und Europa, dir. M. Puhle, t. 1, Mayence, 2001, p. 509-516.

21 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 172-174, 177, 181-183.

22 Ibid., p. 178-185.

23 R. Schieffer, Die Zeit des karolingischen Grossreiches 714-887, 10e éd., Stuttgart, 2005 (Gebhardt, Handbuch der deutschen Geschichte, 2), p. 142-146.

24 H. Keller, « Das “Erbe” Ottos des Groβen. Das ottonische Reich nach der Erweiterung zum Imperium », Frühmittelalterliche Studien, 41 (2007), p. 43-74 (voir les résumés biographiques cités p. 44, n. 2).

25 Pour un tableau en partie nouveau du règne d’Otton II, voir Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 239-273, et H. Keller, Die Ottonen, Munich, 2001,4e éd., Munich, 2008, p. 57-65. Il semble que Karl Ferdinand Werner fut le premier à avoir caractérisé Otton Ier comme « patriarche de famille », dénomination souvent reprise par la suite.

26 Faits et sources chez F. Lot, Les derniers Carolingiens, Paris, 1891, p. 92-119, et K. Uhlirz, Jahrbücher des Deutschen Reiches unter Otto II., Leipzig, 1902, p. 105-118 ; Brühl, Deutschland…, op. cit. n. 10, p. 564-569 ; Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 256-257 ; récemment T. M. Riches, « The Carolingian Capture of Aachen in 978 », Frankland. The Franks and the World of the Early Middle Ages. Essays in Honour of Dame Jinty Nelson, Manchester-New York, 2008, p. 191-208 ; J. Banaszkiewicz, « Was soll im Juni 978 um die Johannisnacht in Aachen geschehen sein ? », Frühmittelalterliche Studien, 43 (2009), p. 393-406.

27 Alors que Richer (Historiae, 3, 74) et les Annales Sangallenses maiores (an. 978) mentionnent 30 000 cavaliers (equites), d’autres sources insistent sur la grandeur extraordinaire de l’armée que l’empereur aurait mobilisée dans toutes les provinces de l’Empire, y compris en Italie (voir Uhlirz, Jahrbücher…,οp. cit. n. 26, p. 112 sq., n. 22). Cela montre clairement que cette entreprise militaire avait bien pour but de mettre en scène ostensiblement la puissance et la supériorité de l’empereur. À la différence de la prise d’Aix-la-Chapelle par Lothaire, la campagne militaire d’Otton n’a pas encore été précisément analysée.

28 Ainsi les Gesta episcoporum Cameracensium (1, 97), voir Brühl, Deutschland…, op. cit. n. 10, p. 566, n. 98.

29 Annales Sangallenses maiores, an. 978, éd. C. Henking, Saint-Gall, 1884 (Mitteilungen zur vaterländischen Geschichte, herausgegeben vom Historischen Verein in St. Galien, 19), p. 296.

30 Thietmar de Mersebourg, Chronik, 3, 8, éd. R. Holtzmann, Berlin, 1935 (MGH SS rer. Germ. N. S., 9), p. 106.

31 Pour la tendance des récits du xe -xie siècle, voir les n. 36-38 du présent article, Schneidmüller, « Wahrnehmungsmuster… », loc. cit. n. 10, p. 280-285 ; M. Bur, « Adalbéron, archevêque de Reims, reconsidéré », Le roi de France et son royaume autour de l’an mil, éd. M. Parisse, X. Barral i Altet, Paris, 1992, p. 58-60.

32 Richer de Saint-Remi, Historiae, 3, éd. H. Hoffmann, Hanovre, 2000 (MGH SS, 38), p. 77-81.

33 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 254-257.

34 W. Glocker, Die Verwandten der Ottonen und ihre Bedeutung in der Politik, Cologne-Vienne, 1989, p. 187-201.

35 Tables généalogiques chez Schneidmüller, « Wahrnehmungsmuster… », loc. cit. n. 10 ; J. Ehlers, « Carolingiens, Robertiens, Ottoniens : politique familiale ou relations franco-allemandes ? », Le roi…, op. cit. n. 31, p. 39-45.

36 Schneidmüller, « Wahrnehmungsmuster… », loc. cit. n. 10, p. 282-285.

37 Richer insiste sur X indignatio, la duplex iniuria sibi inlata de Lothaire (Historiae…, 3, 68, op. cit. n. 32, p. 206 sq.), le mépris arrogant d’Otton pour le roi de Francie occidentale (3, 70, ibid., p. 208). La vengeance de Lothaire (id multa aviditate ulcisci velle) fut l’expulsion humiliante de l’empereur hors de sa résidence profanée (3, 71, ibid., p. 208 sq.). En retour, ce dernier voulut compenser cette turpis infamia et cette fugae ignominia par un acte d’autant plus glorieux. Selon Richer, les deux monarques auraient exprimé leur volonté d’effacer la honte infligée non seulement par la guerre, mais aussi « par la mort » (3, 69 ; 3, 73). Voir G. Althoff, « Gloria et nomen perpetuum. Wodurch wurde man im Mittelalter berühmt ? », Person und Gemeinschaft im Mittelalter. [Festschrift] Karl Schmid zum 65. Geburtstag, Sigmaringen, 1988, p. 297-313.

38 Richer, Historiae…, 3, 67-84, op. cit. n. 32, p. 206-216. La problématique « ami ou ennemi » inspire l’ensemble du récit de Richer, voir G. Koziol, Begging Pardon and Favor. Ritual and Political Order in Early Medieval France, Ithaca-Londres, 1992, p. 113-125.

39 Richer, Historiae…, 3, 67, op. cit. n. 32, p. 206.

40 Ibid., 3, 78-81, p. 212-214.

41 Keller, Althoff, Die Zeit…, op. cit. n. 1, p. 249-254.

Notes de fin

* Pour l’élaboration de la conférence et la rédaction du texte définitif, Franz Strukamp m’a prêté une assistancen précieuse dont je lui suis très reconnaissant. Quant à Marc-Olivier Talabardon, il a élaboré en un bref délai une traduction claire et élégante. Je me souviendrai avec reconnaissance de leur coopération.

Auteur

Marc-Olivier Talabardon (Traducteur)

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search