Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Observations liminaires

Les relations diplomatiques pendant le premier Moyen Âge (vie-xie siècle)

Régine Le Jan

Texte intégral

1Le champ des relations diplomatiques s’inscrit dans celui des relations internationales, un secteur longtemps délaissé par les historiens médiévistes, peu enclins à l’histoire événementielle, que l’École des Annales avait violemment rejetée. Il n’est donc pas étonnant que le regain d’intérêt pour les relations extérieures, qui se fait jour actuellement et dont témoigne le thème de ce congrès, passe en France par le biais de la diplomatie, car celle-ci relève de la thématique des échanges et de l’exercice du pouvoir, deux secteurs au sein desquels les médiévistes français se sentent à l’aise. Cependant, une étude des relations diplomatiques au Moyen Âge ne peut faire l’économie du cadre général dans lequel elles s’inscrivent, c’est-à-dire des relations internationales.

2Le terme « diplomatique » est apparu au xviie siècle et s’appliquait aux relations entre États, assurées par des missions confiées à des ambassadeurs ou des « envoyés en mission ». Nous ne rentrerons évidemment pas dans la discussion de savoir s’il y a ou non des États avant l’État moderne, considérant comme étatique toute société dans laquelle l’ordre est garanti par un pouvoir et des instances qui transcendent les groupes de parenté, quel que soit leur mode d’organisation, qu’il s’agisse de chefferies, de principautés, de royaumes, d’empires ou encore d’organisations communales. On peut alors considérer que le concept de relations diplomatiques est valide pour l’ensemble du Moyen Âge. Ce terme vaut d’autant plus pour le premier Moyen Âge qu’il n’existe pas à cette époque, au moins en Occident, de fortes structures gouvernementales et administratives, et que les équilibres au sein de l’élite, quels qu’ils soient, reposent largement sur le compromis, dans un contexte qui est celui de la compétition et dans un rapport qui est celui de l’amitié-hostilité. C’est en fonction de cette grille d’analyse, sociologique et anthropologique, que nous avons choisi de poser quelques questions et d’apporter quelques éléments de réponse, au vu des travaux réalisés récemment ou qui sont encore en cours.

La question des sources

3Au vu de l’ensemble des communications, qui portent sur toute la période médiévale et sur tous les espaces, il est clair que les véritables sources diplomatiques – registres de chancellerie et documents juridiques – n’existent pas pour le premier Moyen Âge, les documents juridiques étant d’ailleurs plus abondants pour l’Orient musulman, où la culture juridique est particulièrement développée. Le manque de registres de chancellerie est révélateur de l’absence d’instances de gouvernement spécialisées, surtout dans les relations internationales. Par ailleurs, il n’y a pas en Occident de Livre des cérémonies, comme celui qui est écrit à Byzance au milieu du xe siècle, ni de traité de gouvernement décrivant le type de l’ambassadeur, comme celui du vizir Nizâm al-Mulk au xie siècle. Néanmoins, il est possible de reconstituer le cadre, la fréquence et les modalités des relations diplomatiques par le biais des sources narratives et des correspondances, qui constituent la part la plus importante du corpus.

4Les sources narratives sont essentielles, car elles permettent de reconstituer le cadre et la nature des échanges, ainsi que les modalités et les pratiques des ambassades. Certaines relations sont particulièrement bien connues, comme la légation de Liutprand de Crémone à Constantinople, racontée par lui-même dans l’Antapodosis. Toutes ne sont pas aussi bien documentées et ne nous sont connues que par de brèves et sèches notations : ainsi dans les Annales de Saint-Bertin ou les Annales de Fulda, qui ont cependant pour avantage d’indiquer beaucoup de contacts, ce qui permet d’analyser le champ des relations diplomatiques, les formes des ambassades, le caractère des négociations, en fonction des différents partenaires.

  • 1 Voir, à ce sujet, les travaux de Gerd Althoff, en particulier Spielregeln der Politik im Mittelalt (...)
  • 2 D. Barthélemy, L’an mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et féodale 980-1060, Paris, 1999.

5D’une manière générale, les récits des xe et xie siècles sont beaucoup plus développés, plus vivants que les récits carolingiens ; ils insistent davantage sur les gestes et les cérémonies, et sont donc une source précieuse pour comprendre les pratiques de réception des ambassades. Nous ne pouvons revenir ici sur l’épineuse question des éventuels changements intervenus aux xe et xie siècles, qui auraient été marqués par une plus forte ritualisation1. Les changements dans les procédés narratifs, qui ont été mis en avant par Dominique Barthélemy, n’expliquent sans doute pas tout et tendent à écraser la chronologie et à sous-estimer les changements2. Je plaide avec quelques autres pour une vraie rupture politique à la fin du ixe siècle, qui n’est ni une mutation, ni une révolution, mais un changement dont on n’a certainement pas mesuré toute l’ampleur, même s’il ne fait peut-être que rendre plus visibles des formes d’interactions plus anciennes. Ce changement se manifeste aussi dans les relations internationales.

  • 3 J.-M. Moeglin, « “Performative Turn”, communication politique et rituels au Moyen Âge – à propos d (...)
  • 4 M. Mccormick, « Pippin III, the Embassy of Caliph al-Mansur, and the Mediterranean World », Der Dy (...)
  • 5 G. Gandino, « Aspirare al regno : Berta di Toscana », et T Lazarri, « La rapprezentatione dei lega (...)

6Les récits doivent être soumis à une critique serrée pour les historiciser, pour mesurer la performativité des rituels et celle de la mise par écrit3. De ce point de vue, le récit de Liutprand de Crémone révèle à la fois les enjeux d’une ambassade, les rapports de force entre les partenaires, c’est-à-dire ici la cour germanique et celle de Byzance, les procédés de distinction et les différences culturelles, enfin le rôle des facteurs psychologiques dans la réussite des entreprises diplomatiques. Une autre façon de déconstruire les dossiers diplomatiques consiste à les analyser à travers le prisme de la mémoire et de l’oubli. Michael McCormick a montré comment le premier échange d’ambassadeurs entre la cour de Pépin le Bref et l’émir de Bagdad avait été passé sous silence par les sources franques, alors que les sources arabes le mentionnent4. De la même manière, les échanges entre Berthe de Toscane et le calife al-Muktafi, vers 905, ne sont connus que par une lettre conservée dans le Livre des trésors et des cadeaux (Kitâb al-Dhakhâ’ir wa-ltuhaf) d’Ibn Zubayr (xie siècle)5.

  • 6 Cette collection contient des missives rédigées au nom des rois et des reines ou à eux adressées, (...)
  • 7 Le Codex carolinus contient la correspondance des papes à l’époque carolingienne.
  • 8 Sur les lettres de créance, voir D. Nerlich, Diplomatische Gesandschaften zwischen Ost und Westkai (...)

7Les lettres constituent en effet l’autre grand volet de sources, qu’elles subsistent sous forme de collections ou qu’elles soient isolées. Certaines collections peuvent être considérées comme des collections diplomatiques faisant parfois office de mémoires, sinon d’archives diplomatiques : c’est le cas des Lettres austrasiennes, mais aussi de la collection des lettres wisigothiques6, du Codex carolinus7 ou encore de la correspondance de Gerbert d’Aurillac, archevêque de Reims puis pape au tournant de l’an mil. Les lettres de créance dont sont porteurs les ambassadeurs ou les émissaires étrangers permettaient de les identifier, tandis qu’ils sont eux-mêmes chargés de remettre des lettres8. D’une manière générale, la lettre apparaît comme un instrument diplomatique complexe : elle représente l’expéditeur, elle porte son identité, elle est un instrument de communication indispensable, par l’intermédiaire des ambassadeurs qui représentent le mandataire. La lettre est donc à la fois un vecteur de communication et l’objet qui permet la création du lien, comme le montre le récit de la légation de Jean de Gorze auprès de l’émir de Cordoue.

  • 9 N. Drocourt, Ambassades, ambassadeurs et délégations d’étrangers dans l’Empire byzantin, du viiie (...)

8La construction des textes révèle le caractère compétitif de la diplomatie. Les contacts entre Byzance et l’Islam témoignent ainsi d’une manière de bellum diplomaticum aux formes multiples, du moins dans les textes qui les décrivent9. Cela étant, les sources nous renseignent davantage sur les grandes ambassades que sur les négociations préliminaires, qui étaient essentielles pour négocier les compromis et rétablir la paix chaque fois qu’elle se rompait, ou encore pour passer d’un état de relations formalisées autour de la violence à des relations formellement pacifiques.

Le réseau de relations diplomatiques

9L’analyse de réseaux permet d’envisager les relations internationales dans une perspective large et évolutive. Elle s’applique aux ensembles informels constitués par des acteurs sociaux partageant certains caractères propres. Dans le cas qui nous occupe, les acteurs sont les souverains, rois et princes, détenteurs du pouvoir et représentant leur peuple. Nous considérons seulement l’existence d’échanges diplomatiques qui supposent la reconnaissance réciproque de l’autre comme partenaire.

Altérité/identité

  • 10 G. Bührer-Thierry, « Étrangers par la foi, étrangers par la langue : les missionnaires du monde ge (...)

10L’identité est un élément flexible qui permet toute sorte de manipulations, mais pour que des relations diplomatiques puissent se développer, il faut que l’Autre soit reconnu comme partenaire acceptable, même si les relations ont un caractère agonistique. Y a-t-il des étrangers avec lesquels on ne puisse pas dialoguer, échanger, entretenir des relations diplomatiques pour faire ou maintenir la paix ? Cette question s’est posée en termes politiques à l’époque romaine, elle ne se pose plus guère entre les Barbares au tout début du Moyen Âge, dans le contexte post-romain, multiethnique et multiconfessionnel. Progressivement, la religion devient le principal facteur d’identité et, à partir du viie siècle, l’altérité s’est définie clairement par la religion : l’autre c’est le non-chrétien, le païen, celui qu’on traite de chien aux xe et xie siècles. Selon Adam de Brême, repris par Helmold de Bosau, la grande révolte des Slaves contre les Saxons en 983 aurait été provoquée par une injure proférée contre le prince slave Mistivo : alors que le duc de Saxe Bernard Billung avait promis sa nièce en mariage à ce prince, lorsque Mistivo réclama sa fiancée, le marchio Thierry s’interposa, « proclamant qu’on ne pouvait pas donner une parente (consanguinea) du duc à un chien ». Mistivo appela alors tous les peuples qui habitaient à l’est de la cité de Rethra et leur raconta que les Saxons traitaient les Slaves de chiens. Il s’ensuivit la dévastation de toutes les églises situées au-delà de l’Elbe, accompagnée de la mise à mort de tous les prêtres et d’une bonne partie des chrétiens. La riposte à l’offense était dirigée contre tous les chrétiens, Saxons et Slaves convertis10.

  • 11 J. Shepard, « Messages, ordres et ambassades : diplomatie centrale et frontalière à Byzance (ixe-x(...)

11L’altérité religieuse, qui empêche la conclusion de mariages diplomatiques dont on verra l’importance, n’empêche pas la négociation et d’autres formes de relations diplomatiques, à certaines conditions. L’éloignement permet ainsi de transcender aisément l’altérité religieuse, en mettant l’accent sur les facteurs d’identité de richesse et de prestige. Les Carolingiens et les empereurs ottoniens ont entretenu des relations diplomatiques assidues et amicales avec les émirs et les califes, échangeant des ambassadeurs et des cadeaux, mais pas leurs femmes. En revanche, le rapport change quand l’autre se rapproche. La proximité géographique rend les relations plus difficiles aux frontières. Pour les souverains occidentaux, il est acceptable et même honorable d’entretenir des relations formelles avec les califes de Cordoue, mais les relations avec les chefs des taifas s’inscrivent dans des rapports agonistiques globalement négatifs. Pour régler les conflits locaux, aux marges de la chrétienté, ce sont les émissaires et les médiateurs qui jouent le rôle principal, négociant les tributs, les échanges d’otages, la soumission provisoire, comme l’a bien montré Jonathan Shepard11.

  • 12 N. Berend, J. Laszlowsky, B. Zsolt Szakács, « The Kingdom of Hungary », Christianization and the R (...)

12L’altérité s’efface avec la conversion, qui permet de passer à une phase de relations beaucoup plus intégrées, ce qui ne signifie pas pacifiques. Dans un système fondé sur les relations personnalisées, le signe d’intégration le plus probant est certainement la conclusion de mariages diplomatiques qui inscrivent les relations dans le cadre de la parenté. Avec les Vikings, le premier de ces mariages est celui de Gisla, fille du roi Lothaire II et de Waldrade, mariée en 887 au chef normand Godfrid, dans un contexte difficile. Il est suivi de celui du chef Rollon avec la fille du roi Charles le Simple en 911. Du côté des Slaves, l’intégration passa par le baptême et des mariages conclus avec des femmes de l’aristocratie saxonne, puis de la famille royale ottonienne. Le prince Mieszko Ier de Pologne se convertit en 966 après avoir épousé une fille du duc Boleslav Ier de Bohême, probablement déjà chrétienne, et en secondes noces Oda, une aristocrate saxonne. Du côté hongrois, les chefs Bulcsu et Gyula s’étaient convertis dès le milieu du xe siècle sous l’influence byzantine, mais la conversion ne devint officielle qu’avec Géza († 997), qui envoya une ambassade à la cour ottonienne en 973 et qui se convertit, en même temps sans doute que son fils István/Étienne, encore enfant. Géza négocia ensuite le mariage d’Étienne avec Gisèle, fille du duc de Bavière Henri le Querelleur, vers 99512. Vladimir de Kiev se convertit pour épouser la princesse Anna Porphyrogénète en 989. Selon Adam de Brême, le roi de Suède Erik le Victorieux fut baptisé au Danemark et il épousa une princesse chrétienne, nommée Gunhilde, probablement fille de Mieszko Ier de Pologne, mais rentré en Suède, il retourna au paganisme. Le premier roi chrétien fut son fils Olof Skötkonung. Donc, même s’il y avait parfois des retours de paganisme, la conversion permettait l’intégration par le mariage et/ou par les pactes.

Extension et densité du réseau

  • 13 M. McCormick, Origins of the European Economy : Communications and Commerce, A.D. 300-900, Cambrid (...)

13Les travaux de Michael McCormick, Jonathan Shepard, Philippe Sénac et Nicolas Drocourt ont mis l’accent sur les relations entre l’Orient post-romain et l’Occident13. C’est en effet à cette échelle que l’on peut évaluer l’extension du réseau de relations internationales au haut Moyen Âge, tandis que les relations à plus petite échelle permettent de mesurer la densité du réseau. Dans cette perspective, il faut aussi replacer les relations diplomatiques dans le cadre des échanges globaux, comme l’a fait Michael McCormick. Si l’on s’en tient au point de vue occidental, on peut distinguer trois périodes : les ve, vie et viie siècles, où le réseau romain se transforme, éclate et se fractionne dans un contexte de forts antagonismes, l’époque carolingienne, qui correspond aux grands empires, et la période d’expansion, de compétition et de densification des relations aux xe et xie siècles.

a) Les transformations du réseau romain

  • 14 Y. Modéran, « L’établissement de barbares sur le territoire romain à l’époque impériale », La mobi (...)
  • 15 Cassiodore, Variae, IV, 2, éd. A. J. Fridh, Turnhout, 1973 (CCSL, 96).

14Dans le cadre de l’Empire romain, les relations internationales déterminaient un réseau fortement orienté, avec pour seule tête l’État romain : l’amitié entre les peuples servait à enserrer les peuples soumis dans une relation fortement dissymétrique, où Rome passait avec les peuples étrangers vaincus militairement des traités d’amitié, qui intégraient au monde romain les amici populi romani comme États clients. Comme on l’a souligné, des changements fondamentaux sont intervenus à partir du milieu du ve siècle : d’une part, l’État romain, désormais bicéphale, perd la maîtrise de son territoire. Les alliances diplomatiques sont déconnectées des entreprises militaires, ce qui a pour conséquence un affaiblissement de la position romaine comme tête de réseau14 ; d’autre part, les relations se sont personnalisées, et les pactes d’amitié sont désormais des engagements personnels et plus ceux d’États représentés par leur roi. Le réseau devient donc pluricéphale. Dans cette perspective, les mariages deviennent un instrument essentiel des relations diplomatiques, comme l’illustre la politique théodoricienne. Maître de l’Italie en 493, le roi des Ostrogoths conclut une série d’alliances matrimoniales qui diffusent le sang amale dans les principales familles royales barbares d’Occident. Avec les autres, il tisse des liens, comme l’adoption, qui mettent l’accent sur les positions hiérarchiques plus que sur l’amitié. Cette politique s’inscrit dans un contexte diplomatique où semble perdurer un semblant d’unité de l’Occident romain sous l’hégémonie gothique et la suprématie impériale, au prix de rencontres entre les rois15. Le réseau occidental ainsi formé n’était en effet que partie d’un réseau plus vaste, étendu à l’ensemble de l’ancien Empire romain, dont la tête principale restait l’empereur de Byzance. Ce dernier maintenait sa suprématie sur l’Ouest par les pressions militaires et par des relations de dépendance symbolique marquées par l’octroi de titulatures romaines aux rois barbares. L’empereur immobile se posait ainsi en chef suprême, il cherchait à manipuler les rois barbares, considérés comme des auxiliaires, jouant d’abord la carte gothe, avant de choisir la carte franque, sans jamais se lier par mariage à aucun d’entre eux.

15La reconquête byzantine fît définitivement disparaître la fiction d’une unité romaine, même si les relations avec Byzance firent plus que jamais partie du jeu international. Dans un contexte de crise politique et de compétition accrue, les Francs, dont la prééminence s’affirma avec la conquête du royaume burgonde, l’annexion de la Provence et l’expansion en Germanie, conduisirent au vie siècle une active politique diplomatique et militaire pour tenter de prendre pied en Italie du Nord, tout en cherchant l’alliance avec les Wisigoths par des mariages. Mais en avançant dans le viie siècle, la diminution globale des échanges en Méditerranée et le rétrécissement des horizons contribuèrent au fractionnement et aux tensions internes, qui entraînèrent, par exemple, la quasi-disparition des mariages extérieurs, à l’exception de quelques mariages entre Francs et Anglo-Saxons, prémices d’un essor des relations entre la Gaule et l’Angleterre, au bénéfice des Francs, dont témoigne le premier développement de Quentovic au viie siècle.

b) La période carolingienne

  • 16 Mccormick, « Pippin III… », loc. cit. n. 4.
  • 17 J. Shepard, « Rus’ », Christianization…, op. cit. n. 12, p. 369-407.

16Après le repli de la fin du viie siècle et la phase de reprise en main du royaume franc, les Carolingiens ont été en mesure de pratiquer une active politique diplomatique. Les années 750-770 apparaissent comme une période de transition, qui suit l’accession des Pippinides à la royauté, grâce au soutien de la papauté, et qui s’inscrit dans un élargissement des horizons et une reprise des échanges en Méditerranée. En 756, Pépin III et l’empereur Constantin échangent des ambassades, des cadeaux et établissent une amitié. On prévoit le mariage de Gisèle, fille de Pépin, avec Léon VI, co-empereur. La première ambassade franque à Bagdad date probablement de 765 et, trois ans plus tard, les ambassadeurs de l’émir Al-Mansur arrivent en Francie, comme le signale une seule source, très proche des Carolingiens, la continuation de la Chronique de Frédégaire. Ces relations diplomatiques entre l’Orient et la Gaule, par la Méditerranée, s’inscrivent dans une phase de reprise des échanges à longue distance au milieu du viiie siècle dont profitent les Carolingiens16. Ensuite, Charlemagne et ses successeurs sont en relation avec toutes les puissances chrétiennes d’Occident, avec l’Empire de Byzance, avec les Rus’, qui envoient une mission diplomatique en 838 pour demander l’aide des Francs17, et bien sûr avec le califat de Bagdad. Le réseau s’est donc étendu et les relations se sont formalisées au point de créer un véritable ordre diplomatique, bien réglé par les ambassades qui partent de la cour et celles qui y arrivent. Cette extension ne correspond pas forcément à une densification du réseau, dans la mesure où l’Occident chrétien connaît une première forme d’unité politique sous la houlette carolingienne, à laquelle n’échappent que les royaumes anglo-saxons et chrétiens d’Espagne. L’absence de mariages diplomatiques en Occident et l’échec de tous les projets de mariages franco-byzantins illustreraient d’ailleurs cette faible densité.

c) Les relations diplomatiques aux xe et xie siècles

17Le contexte se modifie dès les années 850, avec le partage de l’Empire carolingien et les pressions accrues des Vikings, des musulmans et bientôt des Hongrois. Les deux mariages de Judith, fille de Charles le Chauve, avec le roi anglo-saxon Æthelwulf en 856 et son fils Æthelbald en 858, le projet de mariage entre le fils de l’empereur Basile Ier et la fille de l’empereur et roi d’Italie Louis II, en 867, s’inscrivent d’ailleurs dans le contexte des raids vikings et musulmans. À partir de la fin du ixe siècle, la fragmentation politique de l’Occident post-carolingien et l’intégration progressive des peuples du Nord et de l’Est au monde chrétien, tant occidental qu’oriental, transforment le réseau de relations internationales, en l’étendant et en le densifiant.

18Avec l’éclatement de l’Empire carolingien, on passe en effet d’une seule famille royale à plusieurs familles royales et princières, qui rivalisent et qui s’affrontent, en mettant en avant leurs droits et le prestige de leurs origines. Dans une gestion personnalisée des rapports politiques, les rencontres de rois et les mariages deviennent les meilleurs moyens de sceller les alliances et de stabiliser les relations. Les unes et les autres font l’objet de multiples projets, souvent avortés, avec échange d’émissaires, de médiateurs ; ils donnaient lieu à d’intenses négociations, que les sources signalent le plus souvent laconiquement. Au xe siècle, les mariages ottoniens traduisent ainsi l’hégémonie germanique en Europe, que symbolise le mariage d’Otton II en 972 avec la princesse Théophano, nièce de l’empereur Jean Tzimiskès. Ce mariage était une victoire diplomatique qui rehaussait le prestige ottonien, même si les Byzantins n’avaient pas donné la princesse porphyrogénète attendue.

  • 18 S. Franklin, J. Shepard, The Emergence of Rus 750-1200, Londres-New York, 1996.
  • 19 Shepard, « Rus’ », loc. cit. n. 17, p. 386.

19Du côté germanique, comme du côté byzantin, on a cherché à contrôler et à utiliser les chefs slaves, rus’ et Scandinaves convertis en s’alliant avec eux, tandis que, de leur côté, Slaves et Scandinaves jouaient le jeu diplomatique pour leur propre compte. Dès 927, les Byzantins doivent donner une princesse en mariage à Pierre, fds de Siméon de Bulgarie, pour transformer les Bulgares jusque-là ennemis et menaçants en alliés, et assurer la sécurité aux frontières contre les Croates, les Hongrois et les Petchenègues. Jonathan Shepard a montré comment l’émergence et le renforcement du pouvoir princier varègue, de nature politico-militaire, chez les Rus’ de Kiev et du Dniepr moyen, dans les années 930-950, avaient été liés au développement du commerce et aux privilèges commerciaux obtenus des Byzantins et leur assurant une fonction de relais entre Byzance, les pays Scandinaves et l’Asie centrale18. Pour autant les Rus’ ne négligent pas les relations avec les souverains germaniques : dès 959, la princesse Olga s’est adressée à Otton Ier pour lui demander un évêque, une autre ambassade est envoyée à Otton Ier en 973 par Sviatoslav, mais finalement, en 988, le prince Vladimir choisit la religion grecque contre son aide militaire à l’empereur Basile II et son mariage avec une princesse porphyrogénète. Vladimir, comme ses successeurs, en particulier Iaroslav dans les années 1040-1050, entretint ensuite des relations diplomatiques et matrimoniales avec les Polonais, les Hongrois, les Scandinaves, les Germaniques, les Français et, bien sûr, les Byzantins19. Cet exemple montre comment, dans le contexte politique du xie siècle, marqué par une forte compétition, le réseau diplomatique s’est étendu et densifié par le jeu de multiples interactions.

Modalités, pratiques et enjeux

20Le cadre étant ainsi rapidement posé, il faut s’interroger sur les modalités et les pratiques, d’une part, et les enjeux, d’autre part.

Modalités et pratiques

21Le premier thème conduit d’abord au « personnel » diplomatique, à ceux que les textes désignent sous les termes ambassiatores, missi, legati, mediatores, etc. Le vocabulaire de la diplomatie est riche et demande à être précisé en fonction des différents niveaux d’interaction : il y a les ambassadeurs officiels, ceux qui représentent le prince, mais aussi les intermédiaires, les médiateurs à la cour, aux frontières, etc.

  • 20 N. Drocourt, « Existe-t-il des signes distinctifs d’une culture d’ambassadeur dans le cas des cont (...)
  • 21 Voir l’article de Bruno Dumézil et Thomas Lienhard dans ce volume.

22On sait qu’il n’y a ni ministre des Affaires étrangères, ni personnel diplomatique spécialisé avant la fin du Moyen Âge, et que le souverain avait toute latitude pour choisir ses représentants. Pour autant, dans ce domaine comme dans les autres, ses choix étaient conditionnés par un certain nombre d’impératifs : il fallait trouver des personnes de confiance, donc proches, représentatives de l’autorité souveraine et acceptables par le partenaire dans le cadre des échanges honorables ; enfin, elles devaient être dotées des compétences nécessaires pour remplir efficacement leurs tâches de représentation et de négociation. Un certain nombre de travaux ont été conduits sur les grandes ambassades entre les cours occidentales, Byzance et les califes, ou encore sur les ambassadeurs de tel souverain. De ces études, qui passent par la prosopographie, on peut tirer un certain nombre de conclusions préliminaires, qui serviront de base à nos travaux. La première est bien connue maintenant : les ambassadeurs appartiennent à l’élite et même aux cercles politiques les plus éminents. La question de la culture des ambassadeurs a été récemment posée par Nicolas Drocourt dans le cas des contacts avec le monde byzantin entre le ixe et le xie siècle20, ou encore par Bruno Dumézil pour les ambassadeurs mérovingiens21. Il en ressort que, par leur maîtrise de l’écrit et de l’échange verbal, d’une part, et par leur habitus, d’autre part, des ambassadeurs d’origines diverses témoignent de l’existence d’une « communauté d’ambassadeurs » et d’une culture commune qui, avec des nuances propres à chaque peuple, n’est autre qu’une culture d’élite. L’importance des cadeaux dans les échanges diplomatiques fait ainsi écho aux pratiques sociales qui créent les liens et définissent les positions dans chacune des sociétés.

  • 22 F. Bougard, « Notaires d’élite, notaires de l’élite dans le royaume d’Italie », La culture…, οp. c (...)
  • 23 Drocourt, Ambassades…, op. cit. n. 9, p. 231.

23Malgré l’absence de personnel spécialisé dans la diplomatie, la nécessité de compétences conduit à des formes de spécialisation. Cette question devra être reprise et envisagée sur le long terme, en fonction des aires géographiques, en tenant compte de la taille de l’ambassade. Elle impose de s’interroger sur la place respective des clercs et des laïcs, car on sous-estime généralement le rôle des laïcs dans les affaires diplomatiques. Dans le royaume mérovingien par exemple, un évêque comme Egidius de Reims fait figure d’ambassadeur attitré du roi Childebert Ier, mais les laïcs sont également bien présents. Dans l’Italie lombarde du viiie siècle, certaines ambassades auprès des ducs méridionaux sont confiées à des notaires laïques au service du roi, qui ont réussi à se hisser au sommet de la hiérarchie en devenant clarissimes : Sisinnius intervient plusieurs fois auprès du duc de Spolète, sous Aistulf ou son successeur André, envoyé comme ambassadeur pour le compte de Didier auprès du pape Adrien Ier en 773, avec le duc de Trévise Stabilis22. À l’époque carolingienne, les ambassades sont le plus souvent composées de clercs et de laïcs, comme les missions dans les provinces. Le père de Liutprand de Crémone a été ambassadeur du roi Hugues à Byzance, où Liutprand est lui-même envoyé deux fois pour le compte d’Otton Ier. On entrevoit donc la possibilité d’une spécialisation familiale qui tient aux compétences acquises, à l’expérience, à la capacité à approcher le souverain, en un mot à la reproduction sociale. Anselme de Havelberg est ambassadeur de Frédéric Ier Barberousse auprès de Manuel Ier Comnène en 1153 et/ou 1154-1155, et Wibald de Stavelot est envoyé à son tour en 1155-1156 : ils se connaissaient de longue date, sans doute depuis l’âge de quinze à vingt ans, quand ils s’étaient rencontrés pour la première fois à Liège, lors de leur période de formation religieuse. Dès 1136, on les trouve dans l’entourage de l’empereur Lothaire III, pendant sa marche militaire sur la Lombardie, et, dix ans plus tard, Conrad III les désigne ensemble pour aller accueillir le pape Eugène III à Dijon. Ils sont ensuite aux côtés de Frédéric Ier en 1152 et 115323. Une même formation, les mêmes maîtres, la proximité des mêmes souverains les destinaient à être amis et à être chargés des mêmes missions de représentation et de négociation. Cela nous amène à poser la question du genre.

  • 24 Voir supra n. 5.

24La reine Brunehaut intervient dans le domaine international pour défendre sa fille Ingonde maltraitée par les Wisigoths ou pour faciliter le passage des missionnaires romains vers l’Angleterre. La reine Bathilde reste probablement en relation avec l’Angleterre d’où elle était originaire. Ces cas exceptionnels sont ceux de régentes qui exercent le pouvoir au nom de leurs fils mineurs. À l’époque carolingienne, le rôle des reines se limitait à l’intercession. En revanche, la lettre de Berthe de Toscane au calife abbasside de Bagdad al-Muktafi, envoyée en 905-906 avec des cadeaux et mentionnant une réponse du calife, traduit un changement d’échelle et de nouvelles formes d’intervention, plus directes : Berthe y mentionne sa flotte qui a été capable d’intercepter les navires arabes en Méditerranée et de faire prisonnier le commandant eunuque de la flotte, et elle propose un pacte au calife24. La lettre n’a été conservée que dans des sources arabes et elle a été replacée par Giovana Gandino et Tiziana Lazarri dans le contexte de la politique italienne et byzantine des années 905-906, après la mise hors jeu de Louis III, aveuglé par les partisans de Bérenger Ier. Son objectif est de conforter l’amitié entre Berthe et le calife, mais elle se fonde aussi sur les relations amicales entre le calife et l’empereur byzantin et place Berthe, qualifiée de reine des Francs, au cœur du réseau dont elle apparaît comme un acteur direct. Liutprand confirme que Berthe, du vivant même de son mari Adalbert II de Toscane, dirigeait la politique familiale.

  • 25 D. Müller-Wiegand, Vermitteln-Beraten-Erinnern: Funktionen und Aufgabenfelder von Frauen in der ot (...)
  • 26 R. Le Jan, « D’une cour à l’autre : les voyages des reines de Francie au xe siècle », dans Ead., F (...)
  • 27 Ead., « La reine Gerberge entre Carolingiens et Ottoniens », Femmes…, op. cit. n. 26, p. 30-38, ic (...)
  • 28 G. Castelnuovo, « Un regno, un viaggio, una principessa : l’imperatrice Adelaide e il regno di Bor (...)
  • 29 Wipo, Vita Chuonradi, c. 8, éd. H. Bresslau, Die Werke Wipos, 3e éd., Hanovre-Leipzig, 1915 (MGH S (...)
  • 30 Ibid., c. 21: Confirmata inter eospace, Gisela imperatrice haec omnia mediante, regnoque Burgundia (...)
  • 31 Th. de Hemptinne, « Women as Mediators between the Power of comitatus et sacerdotium : Two Countes (...)

25Toutes les princesses n’étaient pas des Berthe de Toscane, mais leur rôle de représentation, d’intercession et de médiation devient primordial aux xe et xie siècles25. En août 988, Hugues Capet charge son épouse Adélaïde d’aller rencontrer l’impératrice Théophano, alors régente, « pour perpétuer une amitié » et prendre ensemble de « bonnes et équitables décisions26 ». L’épouse du roi peut désormais le représenter en tant que socia. La reine Gerberge se fait médiatrice entre son mari Louis IV et son beau-frère Hugues le Grand en 95327, la duchesse Béatrice, sœur d’Hugues Capet et cousine des Ottoniens, négocie en mars 987, au nom de l’impératrice Adélaïde, une rencontre à Monfaucon-en-Argonne près de Verdun, où devaient se retrouver l’impératrice, Charles de Basse-Lotharingie et son neveu Louis V, la reine Emma, veuve du roi Lothaire, et Hugues Capet. En 999, l’impératrice Adélaïde, sœur du roi Conrad de Bourgogne, entra dans le ducatus de Transjurane pour y arbitrer le différend entre son neveu Rodolphe III et le comte Otte-Guillaume28. Wipon rapporte les médiations de l’impératrice Gisèle († 1043) entre son mari Conrad II (1024-1039) et son oncle Rodolphe III de Bourgogne : Conrad II envoya Gisèle négocier avec son oncle et « la reine […] obtint une bonne paix » en 102529. Deux ans plus tard, après la soumission d’Ernest de Souabe, le fils du précédent mariage de Gisèle, celle-ci négocia une autre rencontre à Bâle, entre l’empereur et le roi, pour confirmer les accords précédents30. Il faut enfin souligner le rôle médiateur des femmes dans les conflits entre sacerdotium et imperium au moment de la réforme grégorienne31. Les rôles de l’impératrice Agnès, des comtesses Béatrice et Mathilde de Toscane, ou encore d’Adélaïde de Turin, entre l’empereur Henri IV, leurs fils, cousin et gendre, et le pape Grégoire VII, mériteraient un détour, tout comme celui de l’abbé de Cluny Hugues de Semur.

26En abordant les questions diplomatiques sous l’angle du genre, on perçoit mieux les niveaux d’intervention et les rôles diversifiés des intervenants. Les femmes sont rarement chargées des négociations qui se font en amont. Quelques-unes ont pu le faire, comme la duchesse Béatrice, sœur d’Hugues Capet, sans doute parce que les dames en question exerçaient alors le pouvoir au nom de leurs fils mineurs, et que Béatrice disposait d’une liberté de mouvement que n’avaient pas les reines. Mais, quel que soit le genre, il faut distinguer des niveaux d’intervention, entre négociation, médiation et ambassade, et tenir compte des lieux de l’action diplomatique, entre centre et périphérie. À la périphérie, la diplomatie se conjugue étroitement avec la guerre. Jonathan Shepard a montré que dans l’Empire de Byzance, les commandants locaux étaient aussi médiateurs locaux, chargés d’assurer la communication avec l’Autre, par l’échange de cadeaux, la négociation d’otages ou de tributs. En Occident, ducs et commandants des marches assuraient un rôle comparable aux époques carolingienne et ottonienne. Des envoyés du centre avaient aussi des pouvoirs plénipotentiaires pour assurer la médiation, tandis que d’autres n’avaient qu’un rôle d’ambassadeurs honorifiques. Mais les rôles étaient assez flexibles pour passer de l’un à l’autre.

Les enjeux

27La flexibilité des fonctions conduit aux enjeux. La diplomatie s’inscrit dans un système de communication politique. Le refus de communiquer empêche donc toute diplomatie, alors que la guerre, qui est une forme de contact direct, conduit à la diplomatie. Les échanges diplomatiques poursuivent et transforment les échanges guerriers par les négociations, les médiations, les compromis jusqu’à la paix, qui est l’aboutissement attendu du processus conflictuel. Les travaux conduits ces dernières décennies sur la communication politique ont insisté sur la ritualisation de la mise en scène et sur l’importance de la mise par écrit des récits. Ceci permet d’insister sur trois points qui nous semblent fondamentaux dans les enjeux diplomatiques.

28L’enjeu le plus visible est l’établissement d’un ordre diplomatique, sur la base de relations pacifiques entre les souverains, par les traités de paix et d’amitié. Cet ordre se manifeste au plan symbolique par l’échange régulier d’ambassades plénipotentiaires, qui représentent leur institution, qui en portent les signes, l’identité, et qui assurent la pérennité des liens. Mais les liens sont eux-mêmes soumis au changement, car la diplomatie est un élément d’un processus relationnel complexe, comme le montre l’exemple de la papauté. Jusqu’au début du viiie siècle, l’envoi régulier d’ambassadeurs et de messagers de tous ordres par la papauté auprès de l’empereur byzantin maintient des liens étroits entre Rome et Constantinople, mais ensuite la papauté élargit sa stature internationale en Occident par un chassé-croisé d’ambassadeurs auprès des Francs, que les papes soutiennent contre les Lombards et les Grecs. Il faut d’ailleurs prendre en compte la durée et les difficultés des voyages et des séjours pour apprécier la fréquence des ambassades.

  • 32 M. Gravel, Distances, rencontres, communications. Les défis de la concorde dans l’Empire carolingi (...)
  • 33 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, 6, 3 et 31, éd. Br. Krusch, Hanovre, 1937 (MGH SS rer. (...)
  • 34 Ibid., 9, 11.

29La mobilité des uns ne se comprend que par rapport à l’immobilité des autres, comme vient de le souligner Martin Gravel en analysant la communication politique dans l’Empire carolingien sous l’angle de la distance et des déplacements32. L’envoi d’ambassadeurs, de porteurs de lettres diplomatiques suppose des déplacements vers des souverains qui siègent en leur palais et qui se définissent ainsi comme des pôles immobiles. Ce sont des échanges de ce type qui régissent les relations entre les puissances d’Orient et les puissances d’Occident, entre les rois francs et les rois lombards et wisigothiques, ou encore entre l’empereur carolingien et les rois chrétiens d’Occident. Mais il importe aussi de poser la question des rencontres de rois. Quand un souverain se déplace, alors que l’autre reste immobile ou qu’il ne franchit pas les limites de son royaume, le rapport est fondamentalement dissymétrique, même si l’inégalité peut être dissimulée sous le voile de la parenté. À l’époque mérovingienne, les ambassadeurs circulaient d’une cour à l’autre sans que les rois aient à se rencontrer pour conclure entre eux les pactes : l’évêque Egidius, ambassadeur attitré du roi Childebert, se rend à deux reprises avec des grands d’Austrasie en ambassade auprès du roi Chilpéric pour conclure, puis pour confirmer un pacte d’amitié entre les deux rois contre Gontran, avec des serments et l’échange de cadeaux33. Mais, dans certaines circonstances, les rois mérovingiens se rencontrent, festoient ensemble et échangent des cadeaux pour établir la paix34. Les récits prennent alors bien soin de placer ces rencontres dans le cadre des relations de parenté qui dissimulent les rapports de force. De la même manière, les fils de Louis le Pieux avancent la fraternité pour se rencontrer et confirmer la paix entre eux contre les agresseurs extérieurs. Malgré les partages, les relations au sein de l’Empire franc restent placées sous le signe de la diplomatie familiale.

  • 35 I. Voss, Herrschertreffen im frühen und hohen Mittelalter. Untersuchungen zu den Begegnungen der o (...)

30Les choses changent à partir de la fin du ixe siècle, avec l’éclatement politique et l’apparition de plusieurs familles royales. Il n’y eut pas moins de vingt rencontres entre les souverains de France, de Germanie et de Bourgogne entre le début du xe siècle et le milieu du xie siècle. Ces « rencontres de rois » s’inscrivent maintenant dans un contexte différent, puisqu’elles ont normalement lieu aux frontières, le plus souvent sur un fleuve et parfois sur un bateau35, pour maintenir une stricte neutralité. Elles attestent d’une forme de spatialisation et de territorialisation du pouvoir, mais en même temps l’ordre dans lequel elles s’inscrivent est encore celui de la diplomatie familiale : le nombre de mariages diplomatiques a augmenté d’une manière exponentielle aux xe-xie siècles, créant ainsi un réseau de parenté qui soutient le jeu des relations internationales. De ce point de vue, il n’y a pas de « déparentélisation » de la politique internationale avant la Réforme grégorienne, mais redéfinition des pratiques dans le contexte de la spatialisation.

  • 36 J. Barbier, « Un rituel politique à la cour mérovingienne », et R. Dreillard, « Entre idéal et pro (...)

31Les relations diplomatiques servent aussi à affirmer publiquement les hiérarchies, dans un jeu subtil dont les partenaires connaissent tous les codes. Les ambassadeurs annoncés peuvent être reçus immédiatement, mais le roi peut aussi décider de les faire attendre, ce qui permet de marquer la différence, voire d’humilier le partenaire. Les cérémonies organisées en l’honneur des souverains ou les réceptions des ambassadeurs sont l’occasion d’honorer l’hôte, en affirmant le prestige royal : les rois francs siègent sur leur trône, dans l’aula, lorsqu’ils reçoivent les ambassadeurs étrangers ; ils les écoutent répéter les termes de leur mandant, puis ils répondent et concluent l’entretien36. Les audiences servent ainsi à marquer les différences et à affirmer la supériorité royale dans un jeu où le partenaire peut se sentir humilié ou refuser, comme Jean de Gorze, d’accomplir les gestes attendus. De leur côté, les émissaires cherchent à démontrer ouvertement leurs différences et leur supériorité face à leurs homologues, par d’autres comportements, d’autres pratiques, poursuivant ainsi la compétition dans la négociation, sous des formes pacifiques.

32Finalement, la diplomatie est un extraordinaire moyen de mettre en scène le pouvoir et sa nature. Les remises de cadeaux ne sont pas seulement l’occasion de surenchères entre les souverains ou leurs représentants, elles servent à conforter le pouvoir de chaque souverain sur ses propres sujets. Quand le prince Harold vient trouver Louis le Pieux pour lui demander son aide, ce dernier impose le baptême et organise des fêtes grandioses pour impressionner les Vikings, désormais doublement associés aux Francs, par la paternité spirituelle et par la vassalité. Mais surtout il met en scène l’ordre hiérarchique au sommet duquel il ne règne pas seul, mais avec la famille impériale, en association étroite avec les grands. Le roi carolingien ou l’empereur germanique n’apparaissent jamais seuls, mais entourés de leur famille et ensuite de leurs grands, ce qui souligne le caractère familial et patriarcal du pouvoir en Occident. Bernd Schneidmüller vient de souligner, dans une communication à Spolète, qu’au xie siècle, les rencontres de rois étaient bien plus nombreuses que ne le nécessitait la diplomatie et que les rois se rencontraient pour mettre en scène leur pouvoir, en marchant ensemble, en mangeant et en buvant ensemble, en chassant, en échangeant leurs cadeaux. Il s’agissait de resserrer la relation bilatérale, mais aussi leurs liens avec leurs propres fidèles. En Occident, la diplomatie contribuait ainsi à renforcer les liens qui soutenaient la gestion personnalisée du pouvoir. En revanche, les cérémonies servaient à l’empereur byzantin à établir une distance génératrice de hiérarchie, puisqu’il ne recevait pas directement les dons et cadeaux qui lui étaient offerts. Dans l’Orient byzantin, les rituels isolaient l’empereur, alors qu’en Occident, ils rapprochent le souverain de ses fidèles. Ces quelques remarques, appliquées à un long haut Moyen Âge, montrent une grande stabilité dans les pratiques et les enjeux de la diplomatie. Mais la nature des relations internationales a changé avec le système de relations personnalisées du pouvoir, et les modes d’interactions ont changé parallèlement au système global d’échanges entre les différentes parties du monde.

Notes

1 Voir, à ce sujet, les travaux de Gerd Althoff, en particulier Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde, Darmstadt, 1997, et Die Macht der Rituale, Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt, 2003.

2 D. Barthélemy, L’an mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et féodale 980-1060, Paris, 1999.

3 J.-M. Moeglin, « “Performative Turn”, communication politique et rituels au Moyen Âge – à propos de deux ouvrages récents », Le Moyen Age, 113 (2007), p. 393-406.

4 M. Mccormick, « Pippin III, the Embassy of Caliph al-Mansur, and the Mediterranean World », Der Dynastiewechsel von 751. Vorgeschichte, Legitimationsstrategien und Erinnerung, éd. M. Becher, J. Jarnut, Münster, 2004, p. 221-241.

5 G. Gandino, « Aspirare al regno : Berta di Toscana », et T Lazarri, « La rapprezentatione dei legami di parentela e il ruolo delle donne nell’alta aristocrazia del regno italico (secc. ix-x) : l’esempio di Berta di Toscana », Agire da donne. Modelli e pratiche di rappresentazione (secoli vi-x), dir. C. La Rocca, Turnhout, 2007 (Haut Moyen Âge, 3), p. 249-268 et p. 129-149.

6 Cette collection contient des missives rédigées au nom des rois et des reines ou à eux adressées, parfois par les ambassadeurs eux-mêmes.

7 Le Codex carolinus contient la correspondance des papes à l’époque carolingienne.

8 Sur les lettres de créance, voir D. Nerlich, Diplomatische Gesandschaften zwischen Ost und Westkaisern, 756-1002, Berne, 1999, p. 123 sq.

9 N. Drocourt, Ambassades, ambassadeurs et délégations d’étrangers dans l’Empire byzantin, du viiie siècle au début du xiiie siècle, doct. histoire, Univ. Toulouse 2, 2006, p. 302, avec les références.

10 G. Bührer-Thierry, « Étrangers par la foi, étrangers par la langue : les missionnaires du monde germanique à la rencontre des peuples païens », L’étranger au Moyen Age. Actes du XXXe Congrès de la SHMESP (Göttingen, 1999), Paris, 2000, p. 259-270, ici p. 263.

11 J. Shepard, « Messages, ordres et ambassades : diplomatie centrale et frontalière à Byzance (ixe-xe siècle) », Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du vie au xie siècle. Actes du colloque international organisé par la section d’histoire de l’Université libre de Bruxelles en collaboration avec le département des sciences historiques de l’université de Liège (5-7 mai 1994), éd. A. Dierkens, J.-M. Sansterre, avec la collaboration de J.-L. Kupper, Genève, 2000 (Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège, 278), p. 375-396.

12 N. Berend, J. Laszlowsky, B. Zsolt Szakács, « The Kingdom of Hungary », Christianization and the Rise of Christian Monarchy. Scandinavian, Central Europe and Rus’c. 900-1200, éd. N. Berend, Cambridge, 2007, p. 328-331.

13 M. McCormick, Origins of the European Economy : Communications and Commerce, A.D. 300-900, Cambridge, 2001 ; J. Shepard, « Equilibrium to Expansion 886-1025 » et « Western Approaches 900-1025 », The Cambridge History of Byzantine Empire c.500-1492, éd. J. Shepard, Cambridge, 2008, p. 493-559 ; P. Sénac, Le monde carolingien et l’Islam. Contribution à l’étude des relations diplomatiques pendant le haut Moyen Age (viiie-xe siècles), Paris, 2006 ; ID., Le Maghreb, al-Andalus et la Méditerranée occidentale (viiie-xiie siècle), Toulouse, 2007 ; Drocourt, Ambassades…, op. cit. n. 9.

14 Y. Modéran, « L’établissement de barbares sur le territoire romain à l’époque impériale », La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédures de contrôle et documents d’identification, dir. C. Moatti, Paris, 2004, p. 337-397, ici p. 338.

15 Cassiodore, Variae, IV, 2, éd. A. J. Fridh, Turnhout, 1973 (CCSL, 96).

16 Mccormick, « Pippin III… », loc. cit. n. 4.

17 J. Shepard, « Rus’ », Christianization…, op. cit. n. 12, p. 369-407.

18 S. Franklin, J. Shepard, The Emergence of Rus 750-1200, Londres-New York, 1996.

19 Shepard, « Rus’ », loc. cit. n. 17, p. 386.

20 N. Drocourt, « Existe-t-il des signes distinctifs d’une culture d’ambassadeur dans le cas des contacts avec le monde byzantin (ixe-xie siècle) ? », La culture au haut Moyen Age, une question d’élites ?, dir. F. Bougard, R. Le Jan, R. Mckitterick, Turnhout, 2009 (Haut Moyen Âge, 7), p. 277-302.

21 Voir l’article de Bruno Dumézil et Thomas Lienhard dans ce volume.

22 F. Bougard, « Notaires d’élite, notaires de l’élite dans le royaume d’Italie », La culture…, οp. cit. n. 20, p. 439-460, ici p. 443.

23 Drocourt, Ambassades…, op. cit. n. 9, p. 231.

24 Voir supra n. 5.

25 D. Müller-Wiegand, Vermitteln-Beraten-Erinnern: Funktionen und Aufgabenfelder von Frauen in der ottonischen Herrscherfamilie (911-1024), Cassel, 2005.

26 R. Le Jan, « D’une cour à l’autre : les voyages des reines de Francie au xe siècle », dans Ead., Femmes, pouvoir et société, Paris, 2001 (Les médiévistes français, 1), p. 39-53, ici p. 44.

27 Ead., « La reine Gerberge entre Carolingiens et Ottoniens », Femmes…, op. cit. n. 26, p. 30-38, ici p. 35.

28 G. Castelnuovo, « Un regno, un viaggio, una principessa : l’imperatrice Adelaide e il regno di Borgogna (931-999) », Le Storie e la memoria. In onore di Arnold Esch, dir. R. Delle Donne, A. Zorzi, Florence, 2001 [http://www.rm.unina.it/e.book/festesch.html], p. 215-234.

29 Wipo, Vita Chuonradi, c. 8, éd. H. Bresslau, Die Werke Wipos, 3e éd., Hanovre-Leipzig, 1915 (MGH SS rer. Ger. in usum schorarum).

30 Ibid., c. 21: Confirmata inter eospace, Gisela imperatrice haec omnia mediante, regnoque Burgundiae imperatori tradito eodem pacto…

31 Th. de Hemptinne, « Women as Mediators between the Power of comitatus et sacerdotium : Two Countesses of Flanders in the Eleventh and Twelfth Centuries », The Propagation of Power in the Medieval West. Selected Proceedings of the International Conference, Groningen 20-23 November 1996, éd. M. Gosman, A. Vanderjagt, J. Veenstra, Groningue, 1997, p. 287-299.

32 M. Gravel, Distances, rencontres, communications. Les défis de la concorde dans l’Empire carolingien, doct. histoire, Univ. de Montréal-Univ. Paris 1, 2010.

33 Grégoire de Tours, Decem Libri Historiarum, 6, 3 et 31, éd. Br. Krusch, Hanovre, 1937 (MGH SS rer. Merov., 1).

34 Ibid., 9, 11.

35 I. Voss, Herrschertreffen im frühen und hohen Mittelalter. Untersuchungen zu den Begegnungen der ostfränkischen und westfränkischen Herrscher im 9. und 10. Jahrhundert sowie der deutschen und französischen Könige vom 11. bis 13. Jahrhundert, Cologne-Vienne, 1987 (Beihefte zum Archiv für Kulturgeschichte, 26). Voir aussi l’article de Hagen Keller dans ce volume.

36 J. Barbier, « Un rituel politique à la cour mérovingienne », et R. Dreillard, « Entre idéal et propagande chez les Carolingiens : les récits d’audiences d’ambassadeurs dans les Annales royales et chez quelques autres auteurs », L’audience. Rituels et cadres spatiaux dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge, éd. J.-P. Caillet, M. Sot, Paris, 2007, p. 242-263 et p. 266-280.

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
LAMOP (CNRS, UMR 8589)

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540